Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Jean Abélanet, premier professeur de Préhistoire à Perpignan

Cyr Descamps

Texte intégral

1En m’associant à l’hommage rendu par mes collègues à Jean Abélanet, je voudrais évoquer une part méconnue de son activité, si débordante que des pans entiers finissent par passer inaperçus, à savoir son enseignement universitaire.

2Nous ne reviendrons pas sur la genèse de l’actuelle Université de Perpignan, ressuscitée à partir de 1957 sous forme de collèges universitaires, scientifique et littéraire, puis d’un centre universitaire, en 1971, encore rattaché à Montpellier, avant de retrouver sa pleine autonomie en 1979, un peu moins de deux siècles après sa suppression « révolutionnaire ».

3Et nous irons immédiatement au fait : dans le département d’Histoire de la Faculté, alors pluridisciplinaire, des sciences humaines et sociales, c’est Jean Abélanet qui a créé et assuré pendant cinq années (de 1975 à 1980) un cours de Préhistoire dans le premier cycle. Ce cours, intitulé « Archéologie et Histoire de l’Art I », comptant pour deux Unités de Valeur, a été suivi par des promotions d’étudiants dont le nombre a régulièrement augmenté. Beaucoup ont poursuivi leur formation bien au-delà du Diplôme Universitaire d’Etudes Générales (DEUG) qu’il conférait. C’est grâce au succès de ce cours que l’Assemblée de Faculté a pris la décision, entérinée par le Conseil d’Université, de recruter un enseignant titulaire : payé par le ministère et non, si modestement pourtant, sur son budget propre, cela devait faire faire des économies à l’Établissement...

4C’est pour ces raisons administrativo-financières qu’un préhistorien, certes attiré par l’Homme de Tautavel, mais n’ayant aucune expérience de la région, puisqu’il venait d’Afrique Noire, a succédé au spécialiste unanimement reconnu de la Préhistoire roussillonnaise, ou nord-catalane selon une autre terminologie.

5Je dois dire que cette succession, que les étudiants n’auraient peut-être pas plébiscité s’ils avaient été consultés, s’est finalement bien passée, grâce, pour une grande part, à l’aide amicale et efficace que m’a fournie mon prédécesseur. Dès notre premier contact, à la rentrée de 1982, il me communiquait une bibliographie exhaustive sur la Préhistoire de la région, celle, encore inédite, qu’il préparait pour l’ouvrage Le Pays Catalan paru deux ans plus tard. Et il me transmettait toutes ses « archives universitaires ». Il acceptait de venir, chaque fois que je lui en faisais la demande, exposer aux étudiants tel ou tel aspect de ses recherches. Il encadrait la visite de sites proches ou lointains et assurait chaque année, avec le talent, l’enthousiasme et l’érudition que tous ses collègues lui connaissent, la présentation du Musée dont il était le conservateur.

6Merci, Jean, pour m’avoir passé le relais avec tant de désintéressement et d’avoir accepté, ici comme ailleurs, que d’autres récoltent ce que tu avais semé.

7Car les moissons ont été de plus en plus abondantes. En 1993 était créé un département d’Histoire des Arts et Archéologie, distinct du département d’Histoire, où l’enseignement de la Préhistoire pouvait se poursuivre en Licence et Maîtrise ; pour cela, il fallait étoffer l’encadrement et, en 1995, l’université recrutait un second enseignant, au grade de professeur, mon collègue - et ami - André Debénath. Entre temps, pour faire face à l’augmentation des effectifs, Michel Martzluff, qui venait de soutenir, en janvier 1994, une thèse monumentale (5 tomes, 9 kg, 2000 pages, 4500 pièces dessinées...) sur l’Epipaléolithique-Mésolithique des Pyrénées catalanes, avait rejoint l’équipe enseignante en qualité de vacataire.

8À l’orée de ce troisième millénaire, ce sont des effectifs d’une centaine d’étudiants qui se lancent dans le cursus Histoire des Arts et Archéologie, et ceux qui parviennent à la Maîtrise peuvent continuer sur place leurs études de Préhistoire grâce au Diplôme d’Etudes Approfondies co-habilité par l’Université de Perpignan et le Muséum National d’Histoire Naturelle et préparé à Tautavel. En mars 2000 a été soutenue la première thèse de Préhistoire (origine des matières premières des industries lithiques du Paléolithique pyrénéen et méditerranéen) préparée par une étudiante, Sophie Grégoire, dont tout le cursus s’est déroulé à Perpignan. D’autres sont en préparation.

9Bravo, Sophie, et encore merci, Jean : la relève se met en place, elle sera en partie d’origine locale, n’est-ce pas la meilleure récompense que puisse recevoir un enseignant doublé, ici, d’un pionnier ?

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search