Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Entre historiographie et souvenirs : Jean Abélanet et les racines du Roussillon

Jean Guilaine

Texte intégral

1Il n’est jamais facile de témoigner sur les qualités intellectuelles et humaines d’un ami dont on a intimement partagé, pendant de longues années, certaines expériences de terrain, l’enthousiasme, les espérances, voire les déceptions, sans laisser les sentiments se mêler à l’énoncé des mérites scientifiques.

2C’est pourquoi, lorsqu’on m’a demandé d’apporter une contribution à ce colloque en l’honneur de Jean Abélanet, j’ai beaucoup hésité sur le genre que je devais cultiver : celui de l’éloge académique pour les actions accomplies, ou alors l’évocation d’un itinéraire longtemps partagé et débuté à une époque où nous étions pratiquement les deux seuls préhistoriens actifs de l’aire « Aude-Roussillon », voire une mise en perspective d’une œuvre personnelle dans le cadre historiographique plus global de la Préhistoire pyrénéenne. Toute réflexion faite, j’ai pris le parti de tenter une sorte de synthèse entre ces trois catégories : aborder quelques-unes des grandes lignes du parcours d’un chercheur aux rares qualités d’observation, faire revivre quelques souvenirs déjà anciens qui m’obligeront - et je vous prie de m’en excuser - à me mettre en scène, enfin ne pas couper l’aventure personnelle de Jean Abélanet de la Préhistoire catalane et languedocienne, mais aussi de la sphère plus large dans laquelle son œuvre s’est exprimée.

3Et c’est précisément le cadre de cette Préhistoire languedocienne et catalane qui doit être prioritairement campé lorsque, au sortir de la seconde guerre mondiale, l’archéologie se met à revivre après les années sombres. La Préhistoire est alors surtout affaire d’amateurs éclairés. Le Directeur des Antiquités Préhistoriques de l’époque, le Colonel Maurice Louis, est lui-même un autodidacte. C’est ce même érudit qui délivre, à la Faculté des Lettres de Montpellier, un enseignement de Préhistoire assorti d’un certificat de Préhistoire que Jean Abélanet décroche dès 1949, tout en poursuivant parallèlement des études de Lettres classiques. Au demeurant, les archéologues de la région sont peu tentés par la Préhistoire. Les fouilles des Héléna à Bize et à la Crouzade ont cessé bien avant la guerre et Philippe Héléna se consacre désormais à des questions d’archéologie antique. Odette et Jean Taffanel à Mailhac, Joseph Campardou à Sigean, Georges Claustres à Ruscino, s’impliquent essentiellement dans la Protohistoire. À Toulouse, Louis Méroc essaye de périodiser les découvertes de pièces du Paléolithique inférieur et applique ses classifications aux mobiliers des grottes et des terrasses de l’Aude et du Roussillon. À Tréviers, près de Montpellier, Jean Arnal tente de définir l’identité des horizons culturels méditerranéens du Néolithique et de l’Âge du Bronze.

4Sur ces périodes là, entre Narbonne et Barcelone - où brille l’école mise en place entre 1920 et 1940 par Pere Bosch-Gimpera, relayé par son élève Luis Pericot, la recherche néolithique marque le pas, ponctuée de temps en temps par des découvertes retentissantes prises en charge par des érudits non spécialistes. À Perpignan même, Pierre Ponsich est le modèle de ces intellectuels de large culture, défenseur militant d’un patrimoine dont il se sent le dépositaire. À travers la création des « Études Roussillonnaises », il tente de désenclaver le Roussillon pour l’insérer dans un plus large contexte historique méditerranéen. Il sauve les séries néolithiques de Montou, fouille avec Annie de Pous la nécropole protohistorique de Millas, mais ses centres d’intérêt vont d’abord vers le Roussillon roman. Le champ de la Préhistoire est donc ouvert : il sera très vite occupé par un jeune prêtre, Jean Abélanet.

5Depuis son émergence, la Préhistoire est souvent affaire d’enseignants ou d’ecclésiastiques. Jean Abélanet cumule ces deux états : jusqu’en 1965, en effet, il enseigne au petit séminaire de Perpignan. Dès lors, tous ses moments de loisirs sont consacrés à l’archéologie préhistorique. Cet homme de foi est aussi un homme de science et les diverses étapes de la longue durée préhistorique le fascinent : d’ailleurs, au long de sa vie de chercheur, il les approchera toutes avec un égal bonheur.

6Ainsi fait-il de son Roussillon natal, terra incognita ou presque en ce domaine, un vaste laboratoire expérimental pour y détecter les vestiges préhistoriques les plus variés : du plus ancien Paléolithique aux oppida protohistoriques, rien ne lui sera étranger.

7Dès 1951, puis en 1953, il publie dans les « Études Roussillonnaises » ses premiers travaux consacrés aux ossuaires énéolithiques des Corbières. Et, lorsque je commence moi-même vers le milieu des années cinquante à chercher des interlocuteurs sur la Préhistoire récente régionale c’est, tout naturellement, vers les connaisseurs de cette tranche de temps que je me tourne : les Taffanel, Jean Arnal, Jean Abélanet.

8On n’oubliera pas que, dans la seconde moitié des années cinquante, le Néolithique du Roussillon et de l’Aude était très peu connu et que la documentation disponible concernait essentiellement le « Chalcolithique » (qu’on appelait souvent alors à l’image de nos collègues espagnols et italiens « Enéolithique »). On englobait alors, sous ce terme général, tout ce qui, aujourd’hui, peut être compris entre le Néolithique récent et le Bronze moyen, c’est-à-dire les matériaux extraits des mégalithes et des ossuaires. À cette époque, l’ensemble de la Catalogne jusqu’à l’Aude constituait le cœur d’une entité archéologique que Luis Pericot avait dénommé « cultura pirenaica » c’est-à-dire « culture pyrénéenne ». Jean Arnal francisa l’expression en « culture pyrénaïque ». Dans le contexte d’alors, où la recherche préhistorique s’ingéniait à définir des entités culturelles tranchées, il imaginait des sujets farouches, amateurs de belles armatures de flèches, de palettes à fard, de longs couteaux de silex, de beaux vases campaniformes et de parures variées. Jean et moi étions donc au cœur même de ce territoire « pyrénaïque » riche en « allées-couvertes » et en dolmens et c’était là disposer d’un terrain de recherche inestimable. Pour aller plus loin dans cette quête, il nous est vite apparu que nous devions unir nos efforts.

9J’ai conservé le souvenir de notre première rencontre, lui venant de Perpignan, moi de Carcassonne, nous partageant le chemin pour nous rencontrer quasiment sur la frontière départementale, à Cubières-sur-Cinoble, non loin du dolmen de l’Arco dal Pech. Je nous revoie, assis dans un pré, en bordure de la petite route de Soulatgé, échafaudant des projets, tout en prenant la mesure de notre éloignement des centres universitaires et administratifs. Tout allait pourtant changer assez vite.

10À Toulouse, où nous fréquentions tous deux la Faculté des Lettres - Jean ayant décidé d’engranger d’autres certificats-, une chaire d’archéologie préhistorique avait été créée dès 1950 et son titulaire, Louis-René Nougier, nous poussait à faire connaître nos recherches. C’est ainsi que Jean et moi-même publiâmes séparément quelques articles dans la revue Pallas, et dans les Travaux de l’Institut d’Art Préhistorique de l’Université de Toulouse.

11Mais c’est de Montpellier, et, au-delà, de Marseille que vinrent les coups d’aiguillon les plus efficaces. Vers 1955, le Colonel Louis avait abandonné la Direction des Antiquités Préhistoriques et avait été remplacé par un jeune maître de recherche au C.N.R.S., Max Escalon de Fonton, qui résidait d’ailleurs à Marseille. Cette charge montpelliéraine donna à Max Escalon l’occasion de rendre visite aux rares préhistoriens du Languedoc-Roussillon de la fin des années cinquante. On doit à ce chercheur d’avoir opéré dans le Midi la professionnalisation d’une discipline - l’archéologie préhistorique - jusque-là trop considérée comme un passe-temps intellectuel. Il nous poussa très vite, Jean et moi, vers des candidatures au C.N.R.S. Mais il nous demanda aussi de rompre notre isolement et d’aller voir comment deux jeunes chercheurs, Jean Courtin et Henry de Lumley, conduisaient leurs recherches dans les gorges du Verdon où un projet de barrages allait irrémédiablement ennoyer un réseau karstique, fourni en sites préhistoriques.

12Nous voilà donc partis, au cours de l’été 1962, vers les Basses-Alpes, Jean, ma jeune épouse et moi-même, pour quelques jours de fouilles à la Baume Bonne et à l’aven de Vauclare. Si je rappelle cet évènement c’est parce qu’il eut d’importants prolongements pour la Préhistoire du Roussillon. C’est en effet un soir de juillet 1962, près de Quinson, dans le mas abandonné du Meilhas, où campait l’équipe de la Baume Bonne que, lors d’un repas auquel nous avions été conviés, Jean Abélanet s’ouvrit à Henry de Lumley de l’existence, près de Tautavel, d’une cavité livrant de la faune fossile et des industries anciennes. Cette révélation ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd. On connaît la suite : dès 1964, le chantier de l’Arago démarrait.

13Vers la même époque, Max Escalon nous avait présenté l’un de ses collègues anthropologues, Robert-P. Charles, lequel, après avoir travaillé avec Jacques Audibert, souhaitait poursuivre ses enquêtes sur les séries osseuses de la région. Venu à Narbonne étudier les collections du Musée, je le pressais de pousser jusqu’en Roussillon où l’attendait une belle documentation anthropologique inédite. Ainsi fut mis en chantier ce numéro de 1964 des Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, essentiellement consacré à la Préhistoire du Roussillon et où Jean publia la Cova de l’Esperit, l’ossuaire des gorges du Verdouble et où nous co-signâmes cette première esquisse de l’Âge du Bronze des Pyrénées-Orientales. Et c’est encore de concert que nous publiâmes, dans la même revue, à l’occasion du colloque tenu en 1969 à Elne, à l’initiative de Roger Grau, la première datation Cl4 du Roussillon appliquée à la belle série du Bronze ancien que Jean avait mise au jour dans la grotte des Châtaigniers, à Vingrau.

14J’avais pour ma part, dès 1965, mis en chantier une thèse de doctorat sur l’Âge du Bronze en Languedoc, Roussillon, Ariège. Dois-je ajouter que l’essentiel de ma documentation roussillonnaise provint des recherches de Jean Abélanet ou de ses réseaux d’informateurs ? Je n’ai pas oublié les séjours au presbytère de Vernet-les-Bains, à partir duquel Jean me guidait sur tel site ou m’ouvrait les portes de telle collection, publique ou privée. Nous sommes quelques-uns dans ce cas à avoir une dette envers lui : je pense à Dominique Sacchi, pour la période du Paléolithique supérieur, à Jacques CollinaGirard pour les industries archaïques des terrasses de la Têt, un domaine de recherche où Jean Abélanet joua un rôle pionnier et décisif. Je pense aussi aux sites confiés à Michel Martzluff lors de l’élaboration de sa thèse et je ne saurais oublier que le diplôme de l’EHESS de Pierre Campmajo porte sur un site - Saint-Feliu-de-Llo - révélé par Jean Abélanet. Par ailleurs le travail mis en chantier par le premier nommé sur les roches gravées de Cerdagne n’est-il pas la suite logique du chemin tracé par Jean Abélanet dans la reconnaissance de cet art ?

15De nos communes expériences de terrain, je détacherai deux épisodes essentiels : Montbolo et la Margineda. Fin 1968, Jean, alerté par Roger Grau, me prévint qu’on avait découvert près de Taulis une cavité dans laquelle gisaient céramiques et ossements divers. Le propriétaire découvreur, Claude Borrat, avait eu la sagesse de tout laisser en place, de ne rien toucher. Dès le printemps 1969, puis 1970, nous entreprenions de concert, assistés de Jean Vaquer et de Paul Barrié, la fouille de cette Balma de Taulis, en fait située, nous ne l’apprîmes que dans un second temps, sur la commune de Montbolo. Cette recherche allait nous révéler un faciès original du Néolithique moyen qui allait perturber un peu les schémas évolutifs du Néolithique catalan. Jean trouva satisfaction à publier les curieuses peintures de cette cavité tandis que mon équipe mettait l’accent sur l’intérêt des matériaux mis au jour. Ceux-ci permettaient de repenser, dans une longue perspective évolutive régionale, la transition du Néolithique ancien au Néolithique moyen, jusqu’ici perçue en termes de rupture sèche.

16Dix ans après, en 1978, la Principauté d’Andorre, qui venait d’ouvrir par le biais d’un Institut d’Estudis Andorrans une antenne dans la jeune Université de Perpignan, souhaita établir avec la France une collaboration dans le domaine de l’archéologie. Invité à fouiller à la Balma de la Margineda, abri découvert et en partie fouillé par Pere Canturri (et aussi par Joan Maluquer de Motes), Jean me proposa d’emblée une collaboration. Nous fîmes donc de concert deux campagnes en 1979 et 1980, révélant sous un Néolithique ancien d’altitude, une belle stratigraphie mésolithique et épipaléolithique. Puis, Jean souhaitant passer la main, je repris seul la direction du chantier pendant plus de dix ans, solidement épaulé il est vrai par Michel Martzluff et, dans un second temps, par Michel Barbaza.

17Malgré son indiscutable intérêt pour la culture matérielle, Jean Abélanet a eu deux passions plus affirmées : l’art préhistorique et les mégalithes. Son objectif d’ailleurs, à l’époque déjà lointaine où cohabitaient thèse de 3e Cycle et thèse d’État, était de rédiger un doctorat sur chacun de ces aspects. En dépit de nombreuses notes publiées, c’est le mégalithisme qui est demeuré le dossier le plus sous-exploité et il faut espérer que la masse documentaire accumulée soit un jour, individuellement ou collectivement, mise à la disposition de la communauté scientifique. Il est vrai que naguère, la publication par le C.N.R.S. de l’Inventaire des Mégalithes de la France dans les Suppléments à Gallia-Préhistoire constituait une série motivante. Sa disparition, pour des raisons en partie discutables, a beaucoup démobilisé les auteurs potentiels.

18Jean Abélanet a été beaucoup plus prolixe sur cet art rupestre que l’on appelait naguère « post-glaciaire », mais qui présente en fait, on le sait mieux aujourd hui, de multiples facettes préhistoriques et historiques. Après les tentatives menées par André Glory pendant la dernière guerre sur les gravures de l’Ariège et sur les peintures du Var, Jean Abélanet a repris très vite le flambeau : il a non seulement révélé l’art rupestre des Pyrénées-Orientales, mais s’est attaché de façon beaucoup plus sérieuse aux problèmes de définition et de datation. En ce sens, son œuvre est pionnière. Elle n’avait pas échappé aux membres de la commission du C.N.R.S. qui pendant 10 ans - de 1968 à 1978 - lui renouvelèrent un contrat de travail pour approfondir ce sujet. Comme toute recherche, celle-ci a connu une inflexion. Au début, on avait beaucoup de mal à départager dans le temps la gravure à trait large, à motifs souvent cruciformes (ainsi les gravures de la table du dolmen de la Llosa à Saint-Michel-de-Llotes), du style linéaire tel que Jean l’a magnifiquement illustré avec sa découverte de la Peyre Escrite à Formiguères. Au Bego même, on sait comment Carlo Ponti avançait l’antériorité de son style « pré-Merveilles » sur les séries piquetées classiques. De minutieuses observations réalisées lors de ses terrains au Bego (il fut titulaire de la première autorisation de relevés en 1967) et, surtout, à l’examen des roches gravées catalanes, ont convaincu notre collègue d’opérer une claire distinction entre les motifs à trait large, attribués souvent à la Préhistoire, et les séries à trait fin, ces dernières pouvant s’étaler sur une assez longue durée d’âge historique.

19Il me semble que trois points forts ont jalonné l’investissement de Jean Abélanet dans ce domaine de l’art préhistorique et historique.

20D’abord sa thèse de doctorat sur les roches gravées du Roussillon, soutenue en 1977 à l’Université Paul Valéry devant un jury parmi lequel j’avais l’honneur de figurer. Ce mémoire Les roches gravées nord-catalanes ne fut publié que treize ans après, complété il est vrai par de nouvelles observations. Une claire dichotomie y est désormais opérée entre les gravures schématiques d’ambiance dolménique et le style linéaire d’époque historique.

21Second repère : l’ouvrage de synthèse que je poussais Jean à publier chez Hachette dans une collection que j’animais alors. Cet ouvrage brillant et de grande ampleur Signes sans paroles. Cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale l’a consacré parmi les premiers spécialistes européens de manifestations artistiques longtemps négligées et qu’il a excellemment réhabilitées.

22Troisième point fort, que je laisserai à plus compétent que moi le soin d’évoquer : la reconnaissance de l’art paléolithique de plein air avec le panneau orné de Fornols-Haut. Cette découverte a contribué à établir, bien avant Foz Coâ, l’existence à l’air libre d’expressions artistiques des temps quaternaires.

23Sortons à présent du cadre de la recherche pour évoquer davantage l’homme, d’abord pasteur, puis époux et père de famille comblé. Ceux qui ont eu, comme moi, la chance de travailler avec lui n’ont pu rester insensible à son charisme, à sa droiture, à sa probité, à sa propension à partager, à divulguer, à transmettre. C’est à lui que fit d’abord appel l’Université de Perpignan pour enseigner l’archéologie préhistorique : il fut donc aux sources d’un enseignement qui devait être repris ultérieurement par une équipe élargie. La nécessité de créer un pôle attractif autour de cette Université nous incita à rencontrer, dans le courant de l’année 1974, le Président Georges Riera pour le convaincre d’héberger un Centre Catalan d’Études Préhistoriques. Avec Dominique Sacchi, nous rédigeâmes les statuts de cette association et, tout naturellement, Jean Abélanet en devint le premier président.

24Entre temps, l’envol des fouilles de Tautavel avait entraîné la création d’une première version de l’actuel Musée. Jean Abélanet en fut nommé conservateur en 1978 et assuma cette charge jusqu’en 1990, tâchant, à partir de cet outil, de faire partager au public et aux scolaires son enthousiasme demeuré intact en dépit de moments plus difficiles. Car il connut aussi, à cette tâche, quelques désillusions sur lesquelles, par pudeur, je ne m’étendrai pas.

25Le temps passant vint le moment des synthèses. Il y eut ce Pays catalan, publié par la Société Nouvelle d’Éditions Régionales et de Diffusion à Pau en 1985. Puis, déjà évoqué, Signes sans paroles, Paris, 1986. Vint ensuite Autrefois des hommes... Préhistoire du pays catalan, Perpignan, 1992, suivi la même année d’une édition en langue catalane.

26À son goût de la mémoire matérielle s’est joint chez Jean Abélanet celui de la mémoire orale. Son œuvre s’inscrit en fait dans une époque où l’on cultivait les passerelles entre la Préhistoire et l’ethnographie. Peut-être, sous l’impact des idées braudéliennes, était-on, alors plus qu’aujourd’hui, influencé par le poids de la durée, par une sorte de permanence structurelle favorisant les perdurations techniques ou symboliques. Ces permanences, Jean Abélanet les mit en lumière dans la matérialité des œuvres rupestres, mais aussi dans les legs de la tradition orale. Son livre Lieux et légendes du Roussillon et des Pyrénées catalanes, Perpignan, 1999, montre à quel point l’archéologue est resté attentif à cette moisson d’informations que d’autres auraient pu juger négligeables, mais qui, en fait, peuvent et doivent être questionnés comme d’authentiques témoignages historiques.

27À cet observateur hors pair, à cet homme généreux pour les autres, pour sa terre et pour sa culture, nous disons aujourd’hui collectivement notre affectueuse reconnaissance.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search