Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Les raisons d’un hommage

Jean-Pierre Comps

Texte intégral

1Mesdames, messieurs, chers amis,

2Je voudrais d’abord vous dire, au nom de l’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales, tout le plaisir que nous avons à vous voir réunis ici pour cet hommage à Jean Abélanet.

3Cette réunion n’aurait pas été possible sans l’aide de l’Université qui nous accueille, du ministère de la Culture, du Conseil régional, du Conseil général des P.-O., des municipalités de Perpignan et de Rivesaltes, qui ont financé le projet. Que tous soient ici remerciés. Que soient aussi remerciées toutes les bonnes volontés - et elles sont nombreuses - de l’Association qui ont participé au travail d’organisation.

4À ce projet, nous avons donné la forme d’un colloque pour montrer que les travaux de Jean Abélanet s’insèrent dans la recherche actuelle, vous remarquerez d’ailleurs avec plaisir qu’il a introduit, dans cette forêt de posters qui vous sont présentés, un panneau qui poursuit sa réflexion sur les gravures rupestres. Des travaux donc qui se poursuivent et qui doivent aussi nourrir notre propre recherche dans les domaines qu’il a abordés et Dieu sait s’ils sont divers et variés !

5Mais ce n’est pas du chercheur que je veux vous entretenir. Cela, Michel Martzluff le fera mieux que moi tout à l’heure. En qualité de président de l’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales, je voudrais surtout mettre l’accent sur son effort constant pour contribuer à doter ce département des structures archéologiques qui lui sont nécessaires.

6L’A.A.P.-O. a été fondée en 1982, en un temps où les archéologues se comptaient ici sur les doigts de la main, chacun œuvrant de son côté et jaloux de son pré carré. Bien persuadé des vertus de l’action collective, Jean Abélanet en fut d’abord le vice-président puis très rapidement, et, pour de longues années, le président. Aujourd’hui, devenu président d’honneur, il continue néanmoins à participer à toute l’activité associative, même dans ses tâches les plus humbles.

  • 1 Association pour les fouilles archéologiques nationales (A.F.A.N.) devenue l’Institut national de (...)

7Ce regroupement des forces était la condition sine qua non du développement de l’archéologie dans les Pyrénées-Orientales. Aujourd’hui, notre association compte près de 200 membres, réunissant amateurs, bénévoles et professionnels de différentes disciplines et de différents statuts (A.F.A.N.1, C.N.R.S., Université). Les Contrats d’Emplois Consolidés et d’Emplois Jeunes lui ont permis de recruter deux archéologues et un bibliothécaire, compétents et dévoués. Son action se déploie dans les domaines les plus variés : recherche et protection des sites, y compris par des manifestations lorsque les aménageurs font bon marché du patrimoine ; études ponctuelles, dans le cas de sauvetages urgents ou de tests préparant une intervention de l’Α.F.Α.Ν. ; diffusion des résultats par l’édition d’un bulletin, par des conférences, des visites de chantier, des présentations de matériel ou des expositions ; formation des amateurs par l’ouverture d’une bibliothèque spécialisée et l’organisation de stages de fouille, de prospection ou de traitement de mobilier ; définition d’objectifs communs pour donner à l’archéologie locale les bases matérielles qui lui manquent.

8Avec beaucoup de tâtonnements, d’hésitations et, pourrait-on dire, de souffrances, le gouvernement et le Parlement ont accouché d’une loi qui va transformer l’Α.F.Α.Ν. en Établissement Public Administratif chargé de l’archéologie préventive. Ce sera l’Institut National de la Recherche en Archéologie Préventive (l’I.N.RAP.). On ne peut que se réjouir de l’heureuse conclusion de cette difficile parturition. Le recrutement, dans le cadre de l’A.F.A.N., de professionnels, de plus en plus spécialisés, disponibles en tous temps et en tous lieux, était une nécessité de l’archéologie de sauvetage et d’une archéologie de qualité. Il ne faudrait pas toutefois que ce progrès certain s’accompagne de crispations qui en terniraient quelque peu les heureux effets. Cependant, en tant qu’association, nous avons été témoins et victimes de deux au moins de ces crispations regrettables.

9Jusqu’à il y a peu de temps, les membres de l’A.A.P.-O. qui le souhaitaient pouvaient participer aux fouilles menées par l’A.F.A.N., dans le département des Pyrénées-Orientales, et ce, à la satisfaction des responsables d’opérations et des intervenants.

10Or, l’application d’une circulaire du Ministère de la Culture et de la Communication datée du 4 novembre 1998, ainsi que des considérations concernant la responsabilité en cas d’accident, rendent désormais très difficile sinon impossible la poursuite de cette expérience.

11Si l’on considère que, dans le département comme ailleurs, la plupart des chantiers relèvent de l’archéologie de sauvetage, majoritairement de l’A.F.A.N. donc, on voit que les nouvelles mesures excluent, dans les faits, l’initiation et le perfectionnement des bénévoles.

12Plus récemment encore, nous avons pu vérifier que les crédits de sauvetage urgent étaient désormais attribués exclusivement à l’A.F.A.N. Or, il existe dans notre association, mais aussi partout ailleurs, des titulaires d’opérations de fouilles bénévoles qui effectuaient ces petites opérations où le propriétaire du terrain n’est pas solvable. Ce type d’opération doit s’effectuer rapidement car il faut intervenir dans la plupart des cas en fonction des aléas du calendrier agricole et l’on n’a donc pas le temps de faire appel aux crédits des fouilles programmées qui nécessitent l’avis de la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique. Auparavant des crédits d’État permettaient de faire face à quelques dépenses et offraient, notamment, la possibilité de regrouper une petite équipe pour travailler efficacement. À l’heure actuelle, ce type d’opération est réalisé sans financement : situation inadmissible. Certains de ces sauvetages ne pourront d’ailleurs plus se faire !

13Quelles vont en être les conséquences ? Dans un premier temps, une coupure nettement marquée entre professionnels et bénévoles ; à terme, la disparition de ces derniers. Elle remet donc en cause l’existence d’associations comme la nôtre qui s’efforcent de regrouper professionnels, amateurs et bénévoles.

14Il n’est pas dans notre propos d’entrer en guerre contre l’A.F.A.N. ou l’Établissement Public qu’elle est en train de devenir. Nous avons à Perpignan une équipe A.F.A.N. avec laquelle nous entretenons les meilleures relations du monde puisque les archéologues qui la constituent sont membres de norre association. Le problème est ailleurs. Nous voudrions convaincre le ministère de la Culture, les responsables de l’archéologie en France et les élus, de la nécessité de créer, à côté des professionnels chargés des grandes fouilles de sauvetage, des structures locales capables d’ancrer l’archéologie dans un cadre territorial bien défini. Ces structures nous paraissent être de deux sortes.

15D’une part, il faut doter chaque département d’un Service départemental d’archéologie, comme il y a un Service départemental des archives. Après tout, les vestiges mis au jour par les fouilles sont tout aussi utiles pour écrire l’Histoire que les documents écrits. Ses missions, restant sous le contrôle de l’État - c’est-à-dire du ministère de la Culture et de ses relais régionaux - peuvent en être aisément définies comme :

  1. une participation à l’inventaire des sites et à l’établissement de la carte archéologique ;
  2. une participation à l’instruction des permis de construire ;
  3. la réalisation de petites fouilles à la demande des communes et du Conseil général ;
  4. une participation à la recherche, en fonction de plans pluriannuels sur des thèmes précis : oppida, villages médiévaux, etc.
  5. la gestion du dépôt et de la bibliothèque ;
  6. la valorisation du patrimoine (retour vers le public) : conférences, présentation rapide de matériel, par exemple ;
  7. une participation à la conservation et la mise en valeur des sites (nécessité d’une équipe pluridisciplinaire).

16D’autre part, à côté de ce service professionnel, il faut encourager la création ou le maintien d’associations comme la nôtre. Par le nombre, la diversité et la dispersion géographique de leurs membres, les associations, repérant les sites ou informées de leur découverte et des menaces qui pèsent sur eux, “tiennent” le terrain. Accumulant les informations, elles sont la mémoire vivante du milieu local.

17Pourquoi se priver de leur aide ?

18Pourquoi interdire à leurs membres de participer à la recherche de leur propre histoire ?

19Si l’on prend au sérieux les discours sur la citoyenneté qui fleurissent aujourd’hui en tous lieux, il faut au contraire les associer à la recherche et à la diffusion des résultats. Il en est de même d’ailleurs des chercheurs locaux, quel que soit leur statut et qu’ils s’intègrent ou non dans un groupe organisé.

20Le couplage entre les services départementaux et les associations locales permettrait (surtout s’ils agissaient en liaison avec le futur l’I.N.R.A.P.) une bien meilleure protection du patrimoine archéologique. De ce point de vue, notre département constitue une sorte de laboratoire de ce que nous préconisons : le fait que coexistent, dans de mêmes locaux, le représentant du Service régional de l’Archéologie qui suit de très près tous les dossiers en cours, la base A.F.A.N. et son personnel, notre association avec sa bibliothèque, son bibliothécaire, ses deux jeunes archéologues, permet de faire circuler très vite l’information et de résoudre au mieux les problèmes rencontrés. Malheureusement, cette coexistence, garante d’efficacité, est très fragile, les locaux actuels étant provisoires, et provisoires aussi les statuts d’emplois jeunes. Il s’agirait donc ni plus ni moins que de pérenniser et d’officialiser une coexistence fortuite.

21Autre heureuse conséquence de nos propositions pour peu qu’elles soient adoptées : à travers le maillage des services départementaux et le relais des associations et des chercheurs locaux, c’est la population que 1’on atteindrait. Les archéologues ne travaillent pas seulement pour des spécialistes de plus en plus spécialisés, ils ont aussi le devoir d’œuvrer pour le plus grand nombre. C’est même la justification la plus évidente du coût budgétaire et social de leurs interventions.

22On me dira que ces considérations nous éloignent beaucoup de notre sujet. Pas du tout !

23D’une part, Jean Abélanet a été, sans en avoir ni le titre, ni la reconnaissance officielle, ni les émoluments, le premier archéologue départemental des Pyrénées-Orientales : ses recherches concernent toutes les micro-régions du département et toutes les périodes.

24D’autre part, il est toujours président d’honneur de notre Association.

25Enfin, longtemps conservateur du musée de Tautavel, auteur de très nombreuses publications et conférences, Jean Abélanet a toujours été soucieux de faire sortir l’archéologie du cercle étroit des initiés pour la porter sur la place publique.

26En militant pour une archéologie plus ouverte et plus ancrée dans le milieu local, nous ne faisons que reprendre à notre compte le combat de toute une vie.

27 Addendum :

28Juin 2004

29Depuis l’ouverture du colloque, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. La loi sur l’archéologie préventive adoptée par le gouvernement Jospin a été profondément remaniée - pour ne pas dire démantelée - par le gouvernement Raffarin. Reste que la création de Services départementaux de l’archéologie est plus que jamais nécessaire, dans notre département, comme partout ailleurs sur le territoire national.

Notes

1 Association pour les fouilles archéologiques nationales (A.F.A.N.) devenue l’Institut national de recherches archéologiques préventives (I.N.R.A.P.)

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search