Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

Préambule

Michel Martzluff

Texte intégral

1Le présent ouvrage est l’aboutissement du colloque organisé par l’Association archéologique des P.-O. à l’Université de Perpignan les 24, 25 et 26 mai 2001. Toutes celles et tous ceux qui ont été partie prenante du succès de cette réunion voudront bien me pardonner ce trop long délai qu’il serait bien vain de justifier par des aléas qui sont le lot commun de ceux ayant en charge de rassembler et d’éditer une œuvre collective. Soyons plutôt positifs : disons que cet évènement heureux prolonge notre manifestation de sympathie en mettant à contribution, une fois encore, notre énergie autour de Jean Abélanet.

2Et en effet, alors qu’elle était au cœur de notre réunion, une dimension difficilement palpable restera quelque peu occultée dans ces pages et nous le regrettons. Comment en effet transmettre cette convivialité, ce bonheur de l’amitié partagée qui accompagna tous les moments forts de ces trois journées ? Car c’est bien ce sentiment qui a baigné, sans en altérer la rigueur, les communications et les débats bien sûr, mais aussi la visite des expositions, tant celle présentée par l’A.A.P.-O. sur 20 000 ans d’art gravé dans les Pyrénées-Orientales, que celle organisée par Françoise Claustre à Céret sur 6000 ans d’art rupestre aux confins du Tchad, ou encore le bon moment d’archéologie que fut l’excursion sur le site des gravures pariétales de la Canna de Perillos. Cette ambiance très chaleureuse a eu son point d’orgue dans l’inauguration d’une pierre dressée sur le bord de l’Agly, à Rivesaltes et dans le repas de clôture, et c’est bien cette joie d’être ensemble qui a créé, dans sa vérité, une atmosphère peu commune par ailleurs lors de telles rencontres.

3Il est vrai que l’on trouvera une trace écrite de ces bons moments dans le bulletin n°l6 de l’association, paru en décembre 2001. Mais on n’en comprendra les ressorts affectifs qu’en portant un regard critique vers le passé de notre archéologie méridionale. L’héritage des pionniers a bien été transmis. Il est collectif et passe désormais par des associations de bénévoles où se côtoient amateurs éclairés et professionnels plus nombreux, quoiqu’en nombre encore insuffisant, hélas ! Le compte rendu de la manifestation publique organisée par notre association pour fêter ses 20 ans d’existence et faire le bilan de l’archéologie départementale, publié en 2003 dans le n° 18 de son bulletin, exprime bien cette dimension citoyenne. C’est celle d’une recherche sur le patrimoine, en prise avec les difficiles réalités du moment, certes, mais qui est aussi éprise de qualité et qui reste résolument tournée vers l’avenir, vers la coopération avec les services de l’État, l’Université, les collectivités locales, tout en étant porteuse des liens humains tissés entre le public et les chercheurs.

4Resteront ces actes. Le titre de l’ouvrage : « Roches ornées, roches dressées », est celui donné à l’exposition organisée pour le colloque, témoignant du principal apport des travaux de Jean Abélanet. Une partie introductive exprime avec clarté que l’homme à qui nous rendons hommage représente pour la communauté intellectuelle bien plus que l’inventeur du remplissage préhistorique de la Caune de l’Arago. Ensuite, suivant en cela le fil directeur du colloque, les communications sont orientées selon deux thèmes séparés en deux chapitres. Le premier, remontant aux sources des arts et des mythes, reprend l’axe majeur des ses recherches grâce aux nombreuses contributions sur l’art rupestre et le mégalithisme d’Europe et d’Afrique. Le second thème, tout en laissant une large place à l’étude des arts et des traditions funéraires, rassemble des travaux pluridisciplinaires récemment menés dans les Pyrénées de l’Est, travaux d’historiographie, de palynologie, de géologie, d’archéologie préhistorique et historique, d’histoire ou d’ethnologie qui rappellent sa curiosité pour l’ensemble des sciences humaines et son rôle de précurseur dans l’archéologie régionale.

5En mai 2001, la présentation des communications s’était faite en alternance entre les différents thèmes afin de les équilibrer. Les pré-actes publiés par l’A.A.P.-O. pour le colloque, expriment la totalité de ces contributions dans leur ordre de passage. Pour l’édition des actes, tout en conservant la répartition initiale en deux thèmes, nous avons essayé de respecter, pour chacun d’eux, la cohérence d’un ordre chronologique par périodes. Par ailleurs, ce livre ne rassemble que les articles qui ont été communiqués par leurs auteurs et nous n’avons pas jugé utile de différencier les posters des communications orales, car les choix faits lors du colloque ont été déterminés par des impératifs d’organisation. D’autre part, quelques modifications ont été parfois apportées aux textes compte-tenu des délais de publication. Ce sont des réactualisations mineures, à l’exception de deux articles qui ne correspondent pas aux interventions faites alors. Il s’agit de la contribution de Christian Dupuy, présent en mai 2001, mais dont la communication n’avait pu être entendue. L’autre est celle de Jean Abélanet, dont le sujet sur les « roches à entailles » vient d’être publié dans les actes du Congrès de Lleida de 1992 et auquel fut ici préférée une recherche restée inédite sur les gravures « en damier ». Nous nous étions expliqué lors du colloque sur la présence de Jean parmi les auteurs.

6Il nous reste encore à remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la réussite de ces journées et à la réalisation de cet ouvrage : les chercheurs bien évidemment, ainsi que le public, venu très nombreux assister aux communications, à l’excursion et visiter les expositions réalisées à cette occasion. Tous nos remerciements vont pareillement à nos différents partenaires institutionnels, à l’Université, aux collectivités territoriales ainsi qu’à la D.R.A.C., qui soutiennent nos activités depuis de nombreuses années. Bien entendu, nous ne saurions taire ici l’apport essentiel des bénévoles de l’association qui n’ont ménagé ni leur peine, ni leur temps pour la réussite de cette manifestation, sans oublier le personnel salarié de l’A.A.P.-O. - hélas toujours précaire - dont la qualité du travail est pour beaucoup dans la réussite de cette entreprise.

7Septembre 2004

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search