Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

Préface

Alice Marcet

Texte intégral

1Des colloques, y compris des colloques d’hommage, il s’en tient plusieurs chaque jour, à droite ou à gauche et sur tous les thèmes.

2Alors, le colloque d’hommage à Jean Abélanet ne serait qu’un de plus ? Certainement pas ; en effet, qu’est-ce qu’un hommage ? Au sens médiéval du terme, c’est une marque de vénération, de respect en même temps qu’une offrande destinée à rendre honneur à celui à qui on veut dire en quelle haute estime on le tient. Le colloque d’hommage à Jean Abélanet se différencie de la plupart des autres par le nombre et la qualité de ses intervenants, tant en ce qui concerne les communications que la présentation de posters. Nombreux, ils sont aussi très motivés : il s’agit en effet d’un hommage, au plein sens du terme, rendu à un homme qui est un grand savant, mais avant tout leur ami. Le colloque a donc une dimension scientifique, certes, mais aussi une dimension affective.

3J’ai, personnellement, le privilège de connaître Jean Abélanet depuis longtemps, lorsque, à l’époque héroïque du début des années 70 où nous essayions de faire revivre l’Université de Perpignan, cette très vieille institution que la Révolution française avait fermée en 1793, il a répondu à la demande du département d’Histoire d’assurer un enseignement d’Archéologie et de Préhistoire. Son enseignement a enthousiasmé les étudiants qui ont eu le privilège de le suivre et suscité un certain nombre de vocations. Puis il a tout naturellement rejoint le groupe, encore plus réduit, qui tentait de donner naissance au Centre d’Études Andorranes, souhaité par le gouvernement andorran et accueilli par l’Université. Il est amusant de constater que certaines des vocations qu’il a su faire naître parmi des étudiants en Histoire, se sont affirmées et développées dans le cadre du Centre, en particulier autour des fouilles de la Balma de la Margineda, renforçant ainsi le lien étroit existant entre les deux institutions. J’ai eu également l’occasion de collaborer avec lui en 1978 pour la publication d’un ouvrage collectif, Terre catalane (Éd. Éole, Paris), et surtout d’un second, Le Pays catalan, sous la direction de Jean Sagnes (SNERD, Pau). Travailler en sa compagnie a toujours été un plaisir.

4Lorsque je l’ai sollicité dans le cadre des activités d’associations culturelles, telles que l’Association Polytechnique des Pyrénées-Orientales, il a toujours été disponible et répondu « présent » : il a alors fait partager son amour de l’archéologie, et en particulier de la Préhistoire, à des foules d’auditeurs ravis, séduits, par le ton à la fois savant et sans ostentation du brillant conférencier qu’il est.

5De plus, Jean Abélanet, d’une droiture sans faille, doux, souriant, constamment à l’écoute des autres et d’une parfaite courtoisie, n’en est pas moins quelqu’un qui sait à l’occasion faire preuve de fermeté dans la défense de ses idées, tout en respectant celles de ses interlocuteurs, voire contradicteurs.

6Au milieu de ses éminentes qualités, pourtant, Jean Abélanet a un grave défaut : il est beaucoup trop modeste. Alors que, armé de sa baguette de noisetier (n’est-ce pas l’origine de son nom ?), tel un sourcier (sorcier ?), il possède au plus haut point l’art de débusquer et de faire sortir du sol les vestiges archéologiques, qu’ils soient préhistoriques, antiques, ou même médiévaux, il met ses découvertes et son savoir à la disposition de la collectivité, parce qu’il est un homme de partage, laissant trop souvent les autres s’attribuer des mérites qui sont les siens.

7« L’Homme de Tautavel », c’est lui. Sans lui, on ignorerait sans doute encore notre vieil ancêtre que tout le monde revendique aujourd’hui et dont l’invention a permis la création du musée de Tautavel, dont il a été le premier conservateur. Il est aussi celui qui, le parcourant sans cesse dans ses moindres recoins, a repéré la plupart des pierres ornées de notre pays catalan ou d’Andorre, celui à qui aucun dolmen, aucun menhir n’a échappé (plus de cent monuments mégalithiques répertoriés et étudiés !). Mais il ne s’intéresse pas seulement aux vieilles pierres : il s’intéresse aussi à ceux que Rabelais appelle des « pierres vives », les hommes. Ainsi s’est-il intéressé aux formes d’art populaire, non seulement dans les Pyrénées catalanes, mais encore lors de ses recherches sur le mont Bego, dans les Alpes de Provence, et a-t-il recueilli traditions, contes et légendes. De tout cela ses nombreux articles et publications font foi, qui sont tenus par les milieux scientifiques pour des références incontournables.

8Comment ses nombreux amis, disciples et admirateurs ne se seraient-ils pas empressés de se retrouver autour de Jean Abélanet en ce joli mai perpignanais pour lui témoigner reconnaissance et affection ? Pour présenter aussi quelques-unes de leurs recherches qui souvent lui doivent tant, directement ou indirectement.

9Ils sont donc venus pour parler des premières approches de la Cauna de l’Arago, de palynologie, de climatologies anciennes, de transformation du paysage par l’homme ; de ses industries, telles la céramique ou la poterie ; des nécropoles et des tablettes de plomb des Bains d’Arles. Ils abordent également les questions touchant à l’art mégalithique et aux peintures rupestres tant en France que dans la Péninsule ibérique ou en Afrique saharienne et au Burkina Faso ou à Madagascar. Les Pyrénées catalanes seront visitées à travers la toponymie « arabe » ou les monastères de Cerdagne ou encore, beaucoup plus près de nous, les questions de limites paroissiales et les problèmes de la partition de la vallée du Carol au XIXème siècle. Les traditions culturelles et cultuelles sont présentes à travers l’étude sur la fée du Lanòs, celle des lieux de culte païens et mariaux, de la place de la femme dans les mythes et légendes d’Andorre et de Cerdagne ou encore celle des rites funéraires en Languedoc et en Roussillon au Néolithique, enfin du banquet funèbre en Roussillon aux XVIIème et XVIIIème siècles.

10Les présentations de posters, plus techniques, sont appelées à démontrer la vitalité des recherches entreprises tant dans le Roussillon et la Cerdagne qu’ailleurs.

11La terre catalane s’honore de compter parmi ses fils des hommes comme Jean Abélanet et je ne peux m’empêcher, en cette année de son centenaire, d’évoquer la grande ombre de mossèn Jacint Verdaguer, notre mossèn Cinto, qui chante avec un si grand lyrisme notre montagne sacrée, le Canigou, aux premiers siècles de l’histoire de la Catalogne, quand Jean Abélanet décrit avec passion et de manière lumineuse les temps d’avant l’Histoire et les traces qu’ils ont laissées gravées dans la roche, mais aussi dans les traditions et l’inconscient collectif des hommes.

Auteur

Ancienne Directrice du département d’Histoire de l’Université de Perpignan

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search