Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un monde sous surveillance ?

 | 
Émilie Labrot
, 
Philippe Ségur

II – Les modalités étatiques de la surveillance

La culpabilisation

Nicolas Diaz

Texte intégral

« La liberté c’est l’esclavage, L’ignorance c’est la force. »
Georges Orwell

  • 1 Lydie, Fournier, « Entre démocratie et autoritarisme, Vers des régimes hybrides ? », Sciences Humai (...)

1La phrase placardée sur tous les murs du Londres totalitaire imaginé par George Orwell semble prendre toute sa dimension dans les sociétés occidentales contemporaines. En effet, les démocraties occidentales se transforment en société de plus en plus répressives. A cet égard, certains analystes parlent de « douce tyrannie », construite sur un ensemble de règles réduisant la liberté des individus au nom de la sécurité de tous1. Si Orwell avait posé la propagande comme complément indissociable de Big Brother, il apparaît dans les sociétés démocratiques que le point d’orgue des politiques répressives soit le mécanisme de culpabilisation.

  • 2 Sigmund, Freud, Totem et Tabou, Payot & rivages, 2001, p. 40
  • 3 Bernard, Solasse, « La démarche critique d’Herbert Marcuse ou un nouveau type de critique sociale » (...)

2Le Larousse définit la culpabilisation comme l’impression d’avoir violé une règle que l’on se sentait obligé de respecter. On culpabilise parce que l’on a enfreint une norme que l’on avait généralement intériorisée, un tabou2. Ainsi pour Herbert Marcuse, plus la société est répressive plus les hommes intériorisent les modes de comportements, (les pseudos) valeurs, la (pseudo) rationalité, l’idéologie qui leur sont imposés3. Cette notion renvoie généralement à celle de morale. Sa conception a évolué tout au long de l’histoire des idées.

  • 4 Michel, Winock, « Comment la France a inventé la laïcité », Histoire, n° 289, Juillet-Août 2004, p. (...)

3Durant de nombreux siècles, la morale religieuse et plus particulièrement judéo-chrétienne, a imprégné nos sociétés. L’influence de celle-ci s’est amoindrie à partir du XVIIIème siècle suite à plusieurs évènements et à l’émergence des pensées des Lumières. La Révolution française remplace la vision d’un homme pécheur, que seule la grâce divine peut racheter, par l'émancipation d’un individu, fort de ses droits et de sa raison4. Les valeurs des Lumières que sont l’humanité, la tolérance, l’égalité vont se substituer à l’invocation de la divinité.

  • 5 Michel, Winock, ibid. p. 45.

4Dans un discours du 9 juillet 1876, Jules Ferry déclarait que « la morale sociale a ses garanties, ses racines dans la conscience humaine, qu’elle peut vivre seule, qu’elle peut enfin jeter ses béquilles théologiques et marcher librement à la conquête du monde5 ». La notion d’Etat-nation s’est, ainsi, imposée se détachant du joug religieux. Ce mouvement d’émancipation de l’Etat a été prolongé par de nombreux évènements sociaux qui ont accentués ce rejet de la morale religieuse. L’exemple de mai 1968 est peut-être, en France, le plus marquant.

  • 6 Armand, Mattelard, La globalisation de la surveillance, La découverte, 2008, p. 146.

5A cet égard, le rapport sur l’informatisation de nos sociétés, rédigés par Simon Nora et Alain Minc en 1978 souligne que l’explosion étudiante de 1968 a entrainé un déplacement des conflits vers d’autres thèmes d’affrontements comme la ville, la santé, l’éducation6. Ces différentes évolutions conjuguées au passage dans une société dite « de l’information », ont entrainé la mise en place d’une morale que l’on pourrait qualifier de morale « d’Etat » dont les faits précédemment cités sont devenus les nouveaux fondements.

  • 7 Jean, Danet, « Politique sécuritaire et contrôle social, deux faces d’un même danger », Hommes et L (...)

6Cette morale sociale a entraîné la mise en place de nouvelles normes et de nouveaux instruments de contrôle et de surveillance. Elle s’est traduite par une multiplication et une diversification des politiques pénales. Ainsi, le nouveau code pénal, entré en vigueur en 1994, marque le début d’une profonde évolution7, qui fait naître de nouvelles incriminations avec l’irruption de la notion de risque.

  • 8 Lydie, Fournier, « Menaces sur les libertés publiques ? », Sciences humaines, n° 18, p. 26.

7En outre, cette dernière notion semble s’étendre aux différents aspects de la vie des individus tendant vers un contrôle généralisé de la société dans laquelle le risque est devenu une priorité politique8. Quel que soit les valeurs sur lesquelles repose un système normatif, le mécanisme de culpabilisation apparaît comme immuable car intimement lié aux notions de morale, de valeurs. Toutefois, dans un contexte où la marge de manœuvre, politique et économique, des Etats semble se restreindre, ce dernier apparaît comme l’un des facteurs primordiaux du contrôle social et de l’acceptation des normes.

8La lutte contre le tabagisme est une parfaite illustration de la volonté de l’Etat de recourir à ce mécanisme dans des domaines jusque là considérés comme en dehors de sa sphère de compétence. Longtemps forme de reconnaissance, la cigarette est devenue un objet de dénigrement pour les fumeurs. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, elle s’est imposée comme un nouveau standard. Fumer était une mode, un geste social, une contenance. Puis peu à peu, la publicité pour les cigarettes a été interdite, les messages d’avertissement sur la toxicité du tabac se sont multipliés et les campagnes de santé publiques dénonçant les méfaits du tabac se sont multipliées. L’image du fumeur s’est progressivement transformée et il est aujourd’hui considéré comme manquant de volonté et, pire, comme nuisible aux autres. Ainsi on a vu apparaitre la loi Evin en 1991 interdisant de fumer dans les lieux publics puis la dernière loi interdisant de fumer dans les restaurants.

  • 9 Michel, Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, 1975, p161.

9A travers l’exemple de la lutte contre le tabagisme, il apparaît que la mise en place d’une législation répressive est rythmée par une chronologie bien établie. Tout d’abord, le pouvoir politique prépare l’opinion publique, lui impose ce que l’on pourrait rapprocher de la notion définie par Michel Foucault de « discipline9 » en usant à bon escient du mécanisme de culpabilisation. Ensuite, une réglementation, potentiellement attentatoire aux droits individuels, est mise en place avec le souci de franchir, progressivement, les paliers de la répression par une politique des « petits pas ».

10Ainsi, on peut se demander si la culpabilisation n’est pas la clef de voute de toute politique répressive attentatoire aux droits individuels ? La culpabilisation n’est-t’elle pas l’élément indispensable pour que l’opinion publique accepte que le pouvoir politique attente à ses droits et libertés même les plus fondamentaux ?

11La culpabilisation apparaît donc comme un des instruments primordiaux du contrôle social (I). En effet, elle est un facteur de légitimation de l’atteinte aux droits individuels (II).

I - La culpabilisation, un instrument du contrôle social

12De nombreuses raisons expliquent le respect des normes par les individus. Parmi ces facteurs extérieurs à la règle elle-même, la culpabilisation des individus apparaît comme un instrument primordial facilitant son intériorisation (A). Or, l’évolution scientifique et l’émergence de nouvelles stratégies de pouvoir et plus généralement l’évolution de la société ont fait naître de nouvelles normes de contrôle social (B).

A/ Un facteur d’intériorisation des normes

  • 10 Sigmund, Freud, Totem et Tabou, op. cit., p. 39.

13Dans son ouvrage « Totem et Tabou », publié en 1975, Sigmund Freud décrit les tabous dans les sociétés primitives comme « une série de limitations auxquelles ces peuples se soumettent ; ils ignorent les raisons de telle ou telle interdiction et l’idée ne leur vient même pas de les rechercher ; ils s’y soumettent comme à des choses naturelles et sont convaincus que leurs violations appelleraient automatiquement sur eux le châtiment le plus rigoureux. »10 Ces limitations, qu’elles s’appellent tabous, lois, règlements ou prescriptions morales, constituent la base de tout groupement d’individus.

  • 11 Gil, Bartoleyns, Sociologie de la contrainte en histoire. Grands modèles et petites traces, Revue H (...)
  • 12 Albert, Ogien, Contrôle social, Le dictionnaire des sciences sociales, PUF, 2006.

14Chaque société possède un système de civilisation achevé, et chacune s’est dotée d’un code de civilité11. Ces systèmes mettent ainsi en place des mécanismes de contrôle social propres à chacun d’entre eux. Pour Albert Ogien12, le contrôle social renvoie essentiellement « à l’existence inhérente à toute société de mécanismes de régulation qui conduisent chacun de ses membres à intérioriser les prescriptions d’un système de normes et de valeurs unique et stable ». Dans ce processus, le respect d’une norme semble étroitement lié à son intériorisation par les individus.

  • 13 Gil, Bartholeyns, ibid, p. 330.
  • 14 Sigmund, Freud, op. cit., p. 39.
  • 15 Gil, Bartoleyns, op. cit., p. 289.

15Si l’intériorisation semble résulter de multiples facteurs, il apparaît que la culpabilisation de l’individu potentiellement déviant soit primordiale. Perçue comme un vecteur de respect des normes, elle apparaît comme une technique immuable de pouvoir. A cet égard, Guy Bartholeyns constate que « le poids affectif de la faute est un aspect important de la causalité de l’action humaine.13 » La culpabilisation, en tant que levier normatif, a donc pour but de permettre une intériorisation des normes afin que les individus « s’y soumettent comme à des choses naturelles.14 » La faute est ressentie comme une atteinte à autrui et sa stigmatisation fait naître chez le sujet déviant un sentiment de culpabilité. A travers ce mécanisme, se met en place un processus d’autolimitation, d’autocontrainte. On cherche à déléguer aux individus atomisés une fonction décisive de contrôle et de maximisation de soi. Ainsi, Norbert Elias souligne que les sociétés modernes sont marquées par une transformation des mœurs où les individus ont acquis, au sein d’une société répressive et réglée, des compétences d’autocontrôle et de gestion des émotions15.

  • 16 Gil, Bartoleyns, op. cit., p. 289.

16Corrélativement à la culpabilisation, la responsabilisation apparaît comme « la principale courroie de transmission entre l’acte et la culpabilité. »16 Elle semble être le pendant positif de la culpabilisation. Ainsi, les différentes politiques publiques de contrôle et de surveillance n’ont pas pour objectif « officiel » de culpabiliser mais de responsabiliser l’individu. Par exemple, le fumeur, est considéré comme déviant car ne remplissant pas son devoir de santé à ses dépens et aux frais de la collectivité. L’hypochondriaque, lui, est tenu responsable du déficit croissant de la sécurité sociale.

17Il s’agit donc de manipuler les émotions pour faire primer la raison des individus. La culpabilisation a pour objectif de rendre l’individu responsable en faisant naitre, presque inconsciemment, une attitude et une rigueur. L’individu se conforme à des règles qui le dépasse mais auxquelles il accepte de se soumettre comme à une évidence.

18Toutefois, il ne semble pas que ce soit le degré du contrôle social qui change mais plutôt la nature de celui-ci.

  • 17 Michel, Foucault, La volonté de savoir, Gallimard, 1976.

19Ainsi, dans son ouvrage La volonté de savoir17, Michel Foucault repère, à la fin du XVIIIème siècle, une nouvelle forme de pouvoir. La vie des individus devient un enjeu essentiel des stratégies politiques. Cette prise en charge de la vie dans l’exercice du pouvoir s’est faite parallèlement à la reconnaissance de multiples droits individuels mais également de nouveaux devoirs. Les valeurs qui sous-tendent les normes ont évolué entraînant par là même de nouvelles formes de déviance et de contrôle social.

B/ L’émergence de nouvelles normes de contrôle social

  • 18 Michel, Cousson, et Robert, Bouldn, Traité de sociologie, PUF, 1992.

20L’échelle des comportements admis ou condamnés varie en fonction des évolutions de la société. Ces transformations, endogéniques ou imposées par le pouvoir, créent des nouvelles formes de déviance, de transgression. Durkheim disait du crime « que nous le réprimons pas parce qu’il est un crime, mais parce que nous le réprouvons18 ». Les progrès scientifiques et technologiques, la prise en compte de la vie des individus dans les stratégies de pouvoir ont fait naître de nouvelles formes de déviance. Les considérations prises en compte par l’Etat semblent avoir évoluées entraînant par là même l’émergence de nouvelles références comportementales, sources de nouvelles culpabilisations.

21Des nouvelles règles s’imposent entraînant une modification de l’organisation de la vie collective. Le couple « déviance-stigmatisation » s’étend à de nouveaux aspects de la vie des individus. Ainsi, ce phénomène est particulièrement marqué dans les domaines de la santé et de la protection de l’environnement.

  • 19 http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2008/07/10/la-croisade-contre-le-tabac-et-autres-c (...)

22En premier lieu, la médecine semble être un outil primordial de contrôle social « dans la biopolitique de normalisation des individus19 ». A cet égard, dès 1975, Michel Foucault avait analysé le regard médical comme l’une des composantes de nos sociétés modernes de contrôle. Ainsi, la lutte contre le tabagisme apparaît comme la meilleure illustration de ce phénomène. Toutefois, cette guerre au nom de la santé prend d’autres formes et d’autres déviances sont stigmatisées. Ainsi, les Etats-Unis luttent pour vaincre ou tout du moins endiguer le fort développement de l’obésité. Les pouvoirs publics mettent en place des campagnes de communication très forte pour lutter contre ce phénomène. Le service de la santé de la ville de New-York a lancé une campagne « choc » contre le surpoids. Ainsi, partout dans la ville y compris dans le métro, on peut voir l’affiche de cette nouvelle campagne, présentant une bouteille de soda dont le contenu se transforme en graisse humaine.

23Une université américaine est même allée jusqu’à refuser de délivrer leurs diplômes aux étudiants et étudiantes en surpoids avant de finalement renoncer à cette idée. En Italie, une campagne publicitaire soutenue par le ministère de la Santé, dénonçant l’anorexie montre sur une double page le corps décharné d’une jeune fille.

  • 20 http://www.mangerbouger.fr, 23/03/2010.
  • 21 Danièle, Carricabu, « Santé publique et libertés individuelles : du droit à la santé au devoir de s (...)

24Ces politiques culpabilisatrices, à portée éducative, se retrouvent également en France avec notamment la mise en place depuis 2001 d’un réseau « favorisant l’adoption de comportements nutritionnels favorables à la santé20 ». L’ensemble de ces campagnes, visant à normaliser le comportement des individus transgressant ces nouvelles normes hygiénistes, ont pour objectif une uniformisation des conduites. La santé est considérée comme un capital que chacun se doit de conserver le plus longtemps possible et dont il est redevable vis-à vis de la collectivité21. La culpabilisation et la stigmatisation apparaissent comme les armes principales de ces politiques.

  • 22 Gil, Bartoleyns, op. cit., p. 331.
  • 23 Terme extrait du rapport n° 176, en date de janvier 2008, de la sénatrice Marie-Christine Blandin r (...)
  • 24 Jean-Paul, Bozonnet, « Le verdissement de l’opinion publique », Sciences Humaines.

25Toutefois, cette prise en compte de la vie quotidienne des individus par le pouvoir, et la culpabilisation qui lui est associée, ne touche pas que le domaine de la santé. La « culpabilisation environnementale » semble être une nouvelle forme du contrôle social. Ainsi, les politiques de protection de l’environnement mettent l’accent « sur la responsabilité individuelle de chacun à l’égard de l’ensemble du vivant »22 Films engagés, campagnes publicitaires, discours des dirigeants politiques se multiplient mettant à la charge des individus un catalogue d’impacts négatifs de l’homme sur la nature. Les politiques de défense de l’environnement, fortement relayées par les médias, imposent de nouvelles références comportementales et ce dès le plus jeune âge. Les citoyens, n’ayant pas de « boîtes à circuler23 » électriques ou « de boîtes à vivre » à énergie positive, portent la responsabilité de la destruction de la planète. Or, les effets de ces politiques de culpabilisation des comportements individuels semblent trouver un certain écho dans la société qui se traduit par « un verdissement24 » de l’opinion publique. En effet, elles ont permis une intériorisation, plus ou moins profonde, de ces nouvelles normes.

  • 25 http://www.nytimes.com/2010/01/18/science/earth/18family.html, 28/03/2010

26Un article paru dans le New York Times25 rapportait que des psychologues américains ont noté de façon généralisée une hausse des conflits de couples eu égard à la question environnementale. Cette étude montre que ces disputes surgissent surtout lorsqu’un des membres du couple décide d’imposer des changements de consommation au sein du foyer alors que les autres membres de la famille n’y sont pas prêts. Ainsi, la personne qui change a souvent tendance à culpabiliser les personnes qui sont réfractaires.

  • 26 Le contrôle social informel se définit comme une surveillance mutuelle qui s’exerce de manière cont (...)

27Cette étude illustre également la deuxième forme de contrôle social décrite par Albert Ogien. Par le jeu des relations quotidiennes qu’entretiennent les individus, un contrôle social qu’il qualifie « d’informel26 » se met en place amenant chacun à surveiller l’autre. Par la culpabilisation, la norme a été intériorisée par la société, ou tout du moins une majorité de celle-ci, qui prend, en quelque sorte, le relais du pouvoir.

28Toutefois, il ne s’agit pas de défendre ici certains comportements dont la nuisance pour les individus apparaît réelle mais d’insister sur cette méthode de prévention et d’uniformisation, quelque peu malsaine, des comportements. Dans ce contexte, la culpabilisation des individus apparaît comme un instrument prépondérant de légitimation de l’atteinte aux droits des individus. Elle semble être l’arme principale de ces nouvelles formes de pouvoir et se retrouve dans chacune des politiques répressives mises en place.

II - La culpabilisation, un moyen de légitimer les restrictions aux libertés

29La stigmatisation de nouvelles formes de déviance entraîne un recul des droits individuels. En effet, en restreignant l’autonomie individuelle, le pouvoir a pour objectif de faciliter l’acceptation par les individus des atteintes à leurs droits (A). Objet de la culpabilisation de l’Etat, la société, à travers les expressions multiples de l’opinion publique, apparaît cependant comme une source de résistance face à ce processus de recul des droits individuels (B).

A/ Un recul de l’autonomie individuelle attentatoire aux droits et libertés

  • 27 Jean, Starobinski, Le remède dans le mal. Critique et légitimation de l’artifice des lumières, Gall (...)

30Diderot envisageait « l’histoire de la civilisation comme l’histoire de la liberté en marche »27. Inspirés des idées des Lumières, de multiples droits ont été reconnus aux individus et aux différentes minorités composant la société. Toutefois, parallèlement à la reconnaissance de ces droits, les politiques répressives visant à restreindre « l’autonomie individuelle » se sont multipliées. Ces politiques, fondées sur le mécanisme de culpabilisation de l’individu ou du groupe d’individus à atteindre, semblent reposer sur, au moins, deux justifications.

31D’une part, l’objectif affiché par certaines politiques restrictives des libertés individuelles semble être « le bien-être » et le développement de l’individu. L’Etat agirait en quelque sorte « en bon père de famille » afin de protéger ses citoyens des dangers de certaines déviances. Cette stratégie, quelque peu infantilisante, apparaît primordiale dans le domaine de la santé. Toutefois, on la retrouve dans bon nombre d’autres domaines.

  • 28 Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la (...)

32En effet, cette image de l’Etat paternaliste se développe également dans le domaine de la famille et plus particulièrement de l’éducation parentale. Ainsi, les parents d’enfants en difficultés, considérés comme dépassés, peuvent se voir retirer les aides financières qui leur sont attribuées28. La culpabilisation des parents ne remplissant pas leurs obligations a pour objectif affiché de les responsabiliser. Le projet de loi portant sur l’interdiction de la fessée ou encore les lois visant à la sécurisation des piscines illustrent également cette prise en charge croissante de la vie quotidienne des individus.

33D’autre part, certaines politiques attentatoires aux droits des individus semblent avoir pour justification l’intérêt général. L’individu doit faire des sacrifices pour ce que l’on pourrait appeler « le bien-être » de l’Etat, de la nation. Dans ce processus, l’individu se doit d’être responsable au risque de participer au désagrégement de la puissance étatique.

34L’exemple des retraites et la question de l’allongement du temps de travail apparaît en ce sens significatif. En effet, de nombreuses justifications sont avancées pour reculer l’âge de la retraite : l’avenir des générations futures, l’accroissement de la dette publique, l’allongement de l’espérance de vie. Toutes ces raisons n’ont pas un impact direct sur la vie des individus mais apparaissent clairement comme une forme de culpabilisation. Ainsi, la viabilité du système solidaire de retraite est conditionné à un recul des droits considérés, par certains, comme acquis. Il s’agit ici non seulement de sauver le système mais également de donner une plus grande portée au principe d’égalité et d’équité entre les individus.

  • 29 A cet égard, le Conseil d’Etat, dans un avis du 11 février 2007, a suspendu la mesure du dispositif (...)

35Le droit de grève et la mise en place du service minimum apparaissent comme un autre exemple de ce processus. Le Préambule de la Constitution de 1946 inséré dans la Constitution de 1958 reconnaît un certain nombre de droits individuels. Ainsi, les alinéas 6 et 7 du Préambule reconnaissent aux individus la liberté syndicale et le droit de grève qui sont reconnus d’invocabilité directe par le juge administratif. Or, la mise en place du service minimum semble porter atteinte à ces alinéas29. En mettant en valeur les désagréments causés au reste de la société, le gouvernement a ainsi limité des droits constitutionnels reconnus aux individus.

36L’intérêt du plus grand nombre prime sur les revendications de certaines minorités considérées comme subsidiaires voire déplacées. En outre, il apparaît que chaque politique publique mise en place joue sur une certaine dualité entre d’un côté l’individu ou groupe d’individus considéré comme déviant et de l’autre le groupe que l’on pourrait qualifier de référence.

37Les politiques répressives semblent fragmenter la société en fonction de la population problématique ciblée et ceci que ce soit dans le but de protéger l’individu lui-même ou la société en général. Ainsi, les droits reconnus aux multiples minorités semblent finir par se neutraliser donnant le sentiment d’un recul des droits individuels. Toutefois, si la société apparaît comme objet de culpabilisation, le rôle et l’impact de celle-ci sur les politiques mises en place par le pouvoir ne semblent pas négligeables. Dans un contexte marqué par la prise en compte croissante « des logiques d’opinion », la société apparaît comme une source de résistance à ces politiques restrictives des libertés individuelles.

B/ L’opinion publique, source de résistance aux atteintes aux droits et libertés individuels

  • 30 Pierre, Giacometti et Alain, Péron, “La crise renforce les exigences et le pouvoir des opinions pub (...)

38Par le mécanisme de culpabilisation, le pouvoir tente donc d’imposer une uniformisation des comportements et par là même une acceptation des restrictions faites aux libertés individuelles. En contrôlant les comportements individuels, l’Etat cherche à maitriser les consciences individuelles et plus largement les consciences collectives. Il s’agit ainsi de neutraliser des représentations populaires qui pourraient être un frein à la mise en place des politiques publiques. Ainsi, en cherchant à atténuer l’autonomie individuelle, le pouvoir tente d’encadrer ce que l’on appelle communément l’opinion publique. Perçue comme « multipolaire, chaotique dans ses réactions, toujours plus complexe à appréhender, et difficile à fédérer30 », celle-ci apparaît insaisissable et indéfinissable concrètement.

39Elle est constituée de la rencontre des opinions individuelles qui évoluent au fur et à mesures d’interactions. Elle est, ainsi, le résultat d’un jeu d’échange entre les acteurs de différentes natures. Sa prise en compte par le pouvoir à travers les sondages, utilisés de façon presque abusive, montre bien que le poids de celle-ci joue un rôle primordial dans la mise en place des politiques publiques.

40Son appréhension par le pouvoir est d’autant plus mal aisée qu’elle ne forme pas un ensemble homogène. Ainsi, au sein de la société ou d’un groupe plus restreint, la culpabilisation ne va produire les mêmes effets. Cette différence d’impact s’explique, entre autre, par des différences sociales, d’éducation, et surtout par l’intérêt des individus ciblés par les mesures mises en œuvre.

41On retrouve, par exemple, ces oppositions autour des politiques publiques de sécurité routière. D’un côté, les associations de défense des victimes prônent une « tolérance zéro », parfois poussée à l’extrême. Favorables à la mise en place d’une réglementation draconienne, elles apportent leur soutien aux actions de prévention et aux politiques répressives mises en place successivement. Face à ces positions très fortes, l’Etat est même amené à jouer le rôle de modérateur. D’un autre côté, les associations de défense des droits des automobilistes luttent contre la multiplication des radars et l’intensification des retraits de points considérées comme disproportionnées voir injustes.

  • 31 Pierre, Giacometti et Alain, Péron, op. cit., p. 17.

42Ainsi, en fragmentant la société, en multiples minorités, pour mieux la contrôler, le pouvoir s’est exposé à une multiplication des revendications contradictoires. Si les droits reconnus aux différentes minorités finissent par se neutraliser, ils apparaissent également comme un frein à la mise en place de réformes. Ainsi, « le pouvoir des minorités a pris une nouvelle dimension31 » et les marges de manœuvre des décideurs politiques sont devenues plus étroites. On peut se demander quelle sera la réaction des individus lorsque les nouveaux moyens de surveillance et de contrôle jusqu’alors indolores auront des effets concrets voir néfastes sur leur vie quotidienne.

43D’autre part, le poids de l’opinion publique influence grandement la mise en place des politiques publiques. En retournant presque le mécanisme de culpabilisation, la société pousse l’Etat à adopter des lois créatrices de droits. Ainsi, les associations de défense des sans-abris par leurs multiples actions de sensibilisation de l’opinion publique ont, en quelque sorte, fait culpabiliser l’Etat au point qu’il reconnaisse à chaque individu un droit au logement opposable. Quasi utopique et très difficile à mettre en œuvre en pratique, la reconnaissance de ce droit montre bien à quel point l’opinion publique, ou tout du moins ce qui est considéré comme tel, peut avoir une influence très grande sur le pouvoir.

44L’action des associations de défense des sans-papiers va également en ce sens. Dotées d’un pouvoir de communication de plus en plus perfectionné, ces différentes associations usent à leur tour du mécanisme de culpabilisation. Apparaissant comme un point sensible en matière de droits et de libertés individuels, ces différentes thématiques contraignent, plus ou moins efficacement, le pouvoir à adapter ses politiques et sa législation.

Notes

1 Lydie, Fournier, « Entre démocratie et autoritarisme, Vers des régimes hybrides ? », Sciences Humaines, n° 212, Février 2010, p. 30.

2 Sigmund, Freud, Totem et Tabou, Payot & rivages, 2001, p. 40

3 Bernard, Solasse, « La démarche critique d’Herbert Marcuse ou un nouveau type de critique sociale », Revue canadienne de sciences politiques, n° 4, 1969, p. 448-470.

4 Michel, Winock, « Comment la France a inventé la laïcité », Histoire, n° 289, Juillet-Août 2004, p. 40.

5 Michel, Winock, ibid. p. 45.

6 Armand, Mattelard, La globalisation de la surveillance, La découverte, 2008, p. 146.

7 Jean, Danet, « Politique sécuritaire et contrôle social, deux faces d’un même danger », Hommes et Libertés, n° 142, avril-mai-juin 2008, p. 14

8 Lydie, Fournier, « Menaces sur les libertés publiques ? », Sciences humaines, n° 18, p. 26.

9 Michel, Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, 1975, p161.

10 Sigmund, Freud, Totem et Tabou, op. cit., p. 39.

11 Gil, Bartoleyns, Sociologie de la contrainte en histoire. Grands modèles et petites traces, Revue Historique, PUF, n° 642, 2007, p. 290.

12 Albert, Ogien, Contrôle social, Le dictionnaire des sciences sociales, PUF, 2006.

13 Gil, Bartholeyns, ibid, p. 330.

14 Sigmund, Freud, op. cit., p. 39.

15 Gil, Bartoleyns, op. cit., p. 289.

16 Gil, Bartoleyns, op. cit., p. 289.

17 Michel, Foucault, La volonté de savoir, Gallimard, 1976.

18 Michel, Cousson, et Robert, Bouldn, Traité de sociologie, PUF, 1992.

19 http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2008/07/10/la-croisade-contre-le-tabac-et-autres-comportements-repressifs.html, 10/03/2010.

20 http://www.mangerbouger.fr, 23/03/2010.

21 Danièle, Carricabu, « Santé publique et libertés individuelles : du droit à la santé au devoir de santé », Liberté/Libertés, La documentation française, janvier-février 2010, p. 55.

22 Gil, Bartoleyns, op. cit., p. 331.

23 Terme extrait du rapport n° 176, en date de janvier 2008, de la sénatrice Marie-Christine Blandin relatif aux risques et dangers pour la santé humaine de substances chimiques à usage courant. Mêlant protection de la santé et de l’environnement, ce rapport illustre bien la prise en charge de la vie quotidienne.

24 Jean-Paul, Bozonnet, « Le verdissement de l’opinion publique », Sciences Humaines.

25 http://www.nytimes.com/2010/01/18/science/earth/18family.html, 28/03/2010

26 Le contrôle social informel se définit comme une surveillance mutuelle qui s’exerce de manière continue au cours des interactions sociales de la vie ordinaire et qui ne possède aucun caractère institutionnel.
Albert, Ogien, Contrôle social, Le dictionnaire des sciences sociales, op. cit.

27 Jean, Starobinski, Le remède dans le mal. Critique et légitimation de l’artifice des lumières, Gallimard, 1989, p. 16.

28 Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Cette loi permet aux Présidents de Conseils généraux de mettre en place un « contrat de responsabilité parentale » en cas d’absentéisme scolaire ou de toute autre difficulté liée à une carence de l’autorité parentale.

29 A cet égard, le Conseil d’Etat, dans un avis du 11 février 2007, a suspendu la mesure du dispositif de mise en place du service minimum par la Régie des transports parisiens (RATP) qui obliger les agents à effectuer une déclaration préalable au plus tard quarante-huit heures avant l’heure de début de la grève. Suite aux modifications exigées par cet avis, le Conseil Constitutionnel a déclaré cette loi conforme à la constitution dans sa décision n° 2007-556 en date du 16 août 2007.

30 Pierre, Giacometti et Alain, Péron, “La crise renforce les exigences et le pouvoir des opinions publiques”, Le Monde, 10 Février 2010, p. 17.

31 Pierre, Giacometti et Alain, Péron, op. cit., p. 17.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540