Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

À propos de l’histoire globale : réflexions et digressions

Paule Braudel

Texte intégral

1Dans Le Monde du 17 août 2000 a paru, sous la plume de Roger Chartier, un compte rendu du XIXe Congrès des Sciences Historiques. Congrès aussi sérieux qu’animé puisqu’il a réuni à Oslo, au début du même mois, 2 200 historiens. Venus d’une soixantaine de pays, ils se sont livrés à une sorte d’examen de conscience sur les dérives diverses de l’historiographie, au cours de notre si houleux XXe siècle, et sur le besoin qui s’imposerait d’un changement de cap.

2La surprise, pour moi, parcourant cet article, fut d’y voir apparaître – et promue au rang de « premier grand thème du congrès » – une expression très braudélienne, mais qui a complètement disparu du langage des historiens, au moins des historiens français, depuis belle lurette : l’histoire globale. Las ! une lecture plus attentive m’apprit aussitôt que cette histoire globale là (portant d’ailleurs habit anglais : global history) n’avait pas grand-chose à voir avec celle qui, jadis, s’est étroitement associée au nom de Braudel. Et pourtant, ce dernier est bel et bien mis en cause : selon Roger Chartier l’histoire globale « au sens braudélien » serait « l’identification des larges espaces qui, tout comme la Méditerranée, trouvent leur unité historique dans le réseau de relations et d’échanges qui les constituent ». Nul doute que cette définition puisse être dite braudélienne, mais elle désigne alors, très précisément, ce qu’il a appelé, avec quelques autres, les économies-mondes. Quel rapport avec l’histoire globale ?

3Ce quiproquo est d’autant plus surprenant que ladite histoire globale s’est trouvée, il y a quelques décennies, au cœur du conflit d’idées qui a mené à son abandon, au profit, selon les mots de R. Chartier, des « approches monographiques ou microhistoriques qui ont dominé la discipline depuis une trentaine d’années ». Un conflit qui s’est largement et franchement étalé en 1977, lors du colloque organisé par Immanuel Wallerstein, du 15 au 17 mai, pour l’inauguration à Binghamton de son nouveau centre de sciences sociales baptisé Fernand Braudel Center. Il avait choisi pour thème : Impact of the Annals School on the Social Sciences. Se trouvaient là de nombreux invités, représentants de deux générations : les amis et collaborateurs des Annales traditionnelles, celles de Lucien Febvre et Marc Bloch, puis de Braudel dirons-nous pour simplifier, et le groupe des jeunes héritiers auquel ce dernier, en 1968, avait décidé d’abandonner totalement la revue.

4Le débat, comme il était prévisible, tourna rapidement à un face-à-face entre “vieilles” et “nouvelles” Annales, assez discordant parfois pour qu’Eric Hobsbawm s’exclame : « Mais, voyons, il ne s’agit pas d’un conflit de générations, il s’agit d’un conflit d’idées ! ». Braudel, comme il l’avait annoncé d’entrée de jeu, resta silencieux pendant ces discussions, s’étant réservé de parler le dernier, tout à la fin du colloque. Dans cette ultime intervention, publiée par I. Wallerstein dans le n°1 de Review sous le titre : « En guise de conclusion », Braudel rappelle, d’une part, ce que fut le rôle des Annales, « depuis les premières, de 1929 à 1939, les plus brillantes, les plus intelligentes, les mieux conduites et les plus novatrices de toute leur longue série », jusqu’à leur renouvellement après la guerre par cette aventure qui, en 1947, lia leur sort à la création, révolutionnaire elle aussi, de la VIe section des sciences sociales, à l’École Pratique des Hautes Études (aujourd’hui rebaptisée EHESS). D’autre part, il redéfinit sans ambiguïté ses propres positions d’historien – entre autres ce qu’il entend par “histoire globale”. Je citerai donc intégralement, sur ce point, deux pages qui ont l’avantage d’avoir gardé, par la grâce des enregistrements, toute la liberté de la parole improvisée.

5Après avoir indiqué que sa difficulté à venir à bout d’un ouvrage (« j’ai recommencé la Méditerranée je ne sais combien de fois ») tient à ce que « pour moi, les problèmes ne sont jamais résolus une fois pour toutes », Braudel précise qu’il n’est jamais parti d’une théorie quelconque. C’est seulement en construisant son livre sur la Méditerranée (« l’histoire, c’est une reconstruction ») qu’il a « été conduit à diviser le temps de l’histoire selon ses différentes vitesses, ses différentes temporalités » et qu’il en est venu à « se faire l’avocat de la longue durée ». Mais cela « en fin de course ». Et il poursuit :

De même, la globalité, l’histoire globale que je défends s’est imposée à moi peu à peu. C’est quelque chose d’extrêmement simple, de tellement simple que la plupart de mes collègues en histoire ne me comprennent pas. Ce qui ne les empêche pas, au contraire, de m’attaquer avec frénésie. Alors, voulez-vous que j’essaie de m’expliquer clairement, puisque ce problème, qui semble toucher à ma personne, est en réalité au cœur des discussions de ce colloque ? La globalité, ce n’est pas la prétention d’écrire une histoire totale du monde. Ce n’est pas cette prétention puérile, sympathique et folle. C’est simplement le désir, quand on a abordé un problème, d’en dépasser systématiquement les limites. Il n’y a pas de problème d’histoire, à mes yeux, qui soit entouré de murs, qui soit indépendant. Permettez-moi de vous le montrer à propos de deux exemples. Ce qui prouve que je ne suis pas un philosophe, puisque, lorsque j’essaie d’expliquer un problème, je me hâte de recourir aux exemples !

J’ai dirigé, dans ma vie, un certain nombre de thèses, généralement bonnes, parfois très bonnes, parfois exceptionnelles. J’ai dirigé la thèse de doctorat d’un des historiens français les plus brillants d’aujourd’hui, je veux dire celle d’Emmanuel Le Roy Ladurie, qui s’intitule Les paysans de Languedoc. Or, lorsque je n’étais pas d’accord avec lui dans les discussions que nous avons eues, c’était précisément dans la mesure où je suis en faveur de la globalité. Pour moi, les paysans du Languedoc, ce n’est pas un sujet autonome, ce n’est pas un sujet en soi. Les paysans, cela n’existe pas sans la terre, sans les rivières, sans le sol, sans la végétation, sans les cultures, sans les montagnes, sans les garrigues, sans la pierre, sans les chemins... Si bien que j’ai lutté contre Emmanuel Le Roy Ladurie en lui demandant une sorte d’étude géographique préalable. Pour moi, elle s’imposait. Il a fini par me faire cette concession, mais à regret. Il ne voulait pas sortir de son sujet.

Seconde discussion entre lui et moi, au sujet des seigneurs dont il était décidé à ne pas s’occuper. Dans la France d’Ancien Régime, disais-je, pas de paysans sans seigneurs. Ce n’est pas vrai pour le Languedoc, répondait-il, où il n’y a pas de vrais seigneurs. Peut-être, mais dans ce cas, il y en avait de faux, et j’aurais voulu savoir qui étaient ces faux seigneurs. Vous n’ignorez pas que le propriétaire de la terre vit de la rente foncière et de la rente féodale et que, vivant de la rente, il habite d’ordinaire les villes. Et puis la ville, c’est le marché ! Si bien que je soutiens aussi qu’il n’y a pas d’histoire paysanne sans histoire des villes, et là, il est difficile de me dire le contraire. Mais Emmanuel Le Roy Ladurie s’est exclamé : “Non, j’ai trop travaillé, je ne veux pas étudier les villes”, et il n’a pas étudié les villes !

Il a été plus conciliant en ce qui concerne ma dernière exigence : il avait devant lui les paysans depuis la fin du XVe siècle jusqu’au milieu ou à la fin du XVIIe, soit un cycle long de vie agricole. Ce cycle, commencé avec la remise en service des campagnes du Languedoc, si désolées vers 1450, culminait, après un long essor, vers 1650 : alors commençait une longue détérioration. Tout cela admirablement présenté dans sa réalité concrète. Mais je prétends que, lorsqu’on est en face d’une réalité aussi importante, non pas une conjoncture banale, mais une conjoncture multiséculaire, il faut de toute évidence l’étudier en soi et de près, que c’était une façon de dépasser l’histoire paysanne. Les deux ou trois dernières pages du livre de Le Roy Ladurie posent le problème, le posent seulement. Cela n’empêche pas son livre d’être un livre magnifique, mais personnellement, il me laisse sur ma faim.

Vous voyez donc ce qu’est pour moi la globalité en histoire : un dépassement de la connaissance, un désir d’aller jusqu’au bout des problèmes.

Acceptez-vous un autre exemple ? Il va paraître en France un livre tout à fait remarquable, signé par François Furet et Jacques Ozouf. Ce livre, qui a repris des enquêtes massives et importantes, porte sur l’alphabétisation de la France au XVIIIe siècle. François Furet et Jacques Ozouf distinguent l’alphabétisation traditionnelle, élémentaire, “apprendre à lire”, et une alphabétisation de second degré, “apprendre à lire et à écrire”. Or, si vous regardez la France du XVIIIe siècle sous l’angle “apprendre à lire”, vous vous apercevez que la France importante, c’est la France de l’Ouest, la France catholique ; le christianisme, c’est une religion du livre ; il faut savoir lire pour apprendre ses prières. Si vous regardez, au contraire, la révolution beaucoup plus importante de l’alphabétisation du second degré, “lire et écrire”, vous vous apercevez que la France en avance, c’est la France du Nord. Il y a contraste entre une France plus vive, plus cultivée, plus riche, la France du Nord, et la France du Sud et de l’Ouest. Vous penserez qu’un sujet comme celui-là est merveilleux, dans la mesure où “lire et écrire”, c’est le début d’une révolution assez profonde, c’est sortir d’une civilisation orale, d’une civilisation sacrale. En quelque sorte, c’est une désacralisation avec les conséquences que vous devinez. Or, quant à moi, je ne suis pas pleinement satisfait. Je l’ai dit à François Furet qui a accepté mes arguments.

Tout d’abord, l’alphabétisation n°1 et n°2 existe bien avant le XVIIIe siècle. S’il y a désacralisation chaque fois que l’on apprend à lire et à écrire, on a appris à lire et à écrire dans les villes d’Italie et dans les villes d’Europe dès le XIIe et XIIIe siècles. Ensuite, il y a eu une petite révolution qui s’appelle l’imprimerie. Alors, tout de même, je voudrais bien voir ce qu’a signifié l’imprimerie. A-t-elle été uniquement à l’usage des gens cultivés, sans toucher aux gens, je dirais, d’un degré élémentaire de culture ? Et surtout, vous devinez bien qu’il n’y a pas seulement deux alphabétisations. Si j’entends par alphabétisation l’entrée des masses dans une forme de culture, il y a, non pas une marche, non pas deux marches, mais tout un escalier. Bref, je veux la suite, savoir comment ce que je peux appeler l’alphabétisation, la culture élémentaire, s’est répandue au XIXe siècle et jusqu’à nos jours.

Enfin, l’étude de l’alphabétisation montre que la France d’Ancien Régime est diverse. On le savait d’avance. Elle est composée d’espaces différents et qui jouent les uns par rapport aux autres, sur un plan culturel et social, sur un plan économique, sur un plan politique. Le problème de la division de la France est à voir au-delà des problèmes de l’alphabétisation, comme tout à l’heure le problème des grands cycles d’évolution au-delà de l’histoire paysanne du Languedoc. Vous voyez que la globalité est sous le signe du bon sens et même de la nécessité.

6Mais peut-être est-ce aussi affaire de tempérament ? Peut-être, pour glisser dans une vision globale, faut-il être porté moins par l’intelligence et le raisonnement que par les dérives de la curiosité ? Être prêt à s’embarquer pour tous les voyages sans se soucier du risque d’en revenir bredouille ? Braudel admirait chez Lucien Febvre « une curiosité sans rivages », mais sur ce point il n’avait guère à lui envier. Et c’est, je crois, dans cette passion partagée que s’est nouée leur amitié, étrangement, dès leur première rencontre.

  • 1 Cf. Supplément du Nouvel Observateur – décembre 2000.

7J’ai lu récemment un article de Jean-Claude Guillebaud1 qui pourrait s’intituler : “le coup de foudre existe aussi en amitié”. Il n’a rien de physique, ni même de sentimental, ce coup de foudre-là, précise l’auteur. Il n’est pas non plus « synonyme d’identité. Bien au contraire ». Simplement, sans raison apparente, « par le miracle d’une rencontre », il se trouve que :

dans l’autre, soudainement nous apercevons le semblable [...]. Les mots tout à coup se répondent, les curiosités se rejoignent, les inquiétudes se conjuguent [...], comme si une communication immédiate s’établissait [...], une compatibilité parfaite et immédiatement découverte. Sans rien calculer ni vouloir, nous nous surprenons à marcher au même pas qu’un autre, et cette évidence nous comble. [Car] cet ami jaillissant sur mon chemin, et aussitôt identifié comme tel, est visiblement au même point de sa route que je le suis de la mienne.

  • 2 Une brève visite de Braudel au Directeur des Annales, deux ou trois ans plus tôt, n’avait laissé qu (...)

8Cet article, qui semble avoir la vivacité du souvenir personnel, s’est matérialisé pour moi, dès ses premières lignes, dans l’image très lointaine de deux visages en vis-à-vis, attentifs, illuminés de plaisir. Car cette complicité immédiate que décrit longuement J.-C. Guillebaud, j’ai eu le privilège de la voir naître devant moi entre Febvre et Braudel, dans le flot de paroles et de rires d’une conversation quasi-ininterrompue pendant les trois paisibles semaines d’une traversée transatlantique, en novembre 1937. À Santos, en montant à bord du bateau qui nous ramènerait définitivement du Brésil en France, Braudel avait eu la surprise d’y trouver Lucien Febvre, au retour, lui, d’une longue série de conférences à Buenos Aires. C’était leur première vraie rencontre2. Et rien, en principe, (sauf peut-être certaines attitudes inconscientes d’hommes de l’Est) ne rapprochait ces deux hommes : ni leur âge (35 et 60 ans), ni leurs origines sociales, ni les chemins de leur apprentissage intellectuel, familial et universitaire, ni leurs expériences professionnelles.

9L’un, Lucien Febvre, fils d’un lettré raffiné à qui il devait sa merveilleuse culture humaniste, avait derrière lui le plus brillant des parcours universitaires – de l’École Normale et de la Fondation Thiers à la Faculté de Strasbourg et au Collège de France – et une œuvre déjà considérable. En 1929, il avait fondé avec son ami Marc Bloch une revue révolutionnaire et qui faisait grand bruit : Les Annales d’histoire économique et sociale.

10L’autre, Braudel, fils d’instituteur, agrégé à 20 ans et aussitôt nommé dans un lycée d’Afrique du Nord, avait fait la carrière simple d’un brillant professeur d’enseignement secondaire, à Alger pendant dix ans, puis après un bref passage de deux années à Paris, au Brésil, trois années durant. Son œuvre se réduisait à quelques articles et comptes rendus, mais lecteur passionné de livres et d’archives, il travaillait depuis une dizaine d’années à un projet de thèse. Travail solitaire et sans hâte (il n’en avait pas commencé la rédaction), connu pourtant de quelques-uns, ce qui lui avait valu quelques mois plus tôt, passant en février 37 une semaine à Paris, une nomination inattendue à la section d’histoire des Hautes Études, sans qu’il ait même eu le temps d’y poser sa candidature.

  • 3 L. Febvre ne se souvenait-il pas de ces conversations lorsqu’il écrivait à Braudel dans son camp de (...)

11Deux hommes donc très différents, mais que cette différence même attirait. Chacun ouvrait à la curiosité de l’autre des fenêtres sur des perspectives inédites. Ne serait-ce que les cadres où les avaient placés leurs vies respectives. L’Afrique du Nord, l’Espagne, le Brésil – qui avait trop passionné Braudel pour qu’il ne passionne pas, en en parlant, son interlocuteur3 – étaient des terres inconnues pour Lucien Febvre. Mais il possédait, lui, d’autres clefs : un certain monde parisien, en particulier le cercle international très vivant de la Revue de Synthèse, à laquelle il avait longtemps collaboré auprès de Henri Berr ; la Franche Comté, patrie si chère et familière qu’il savait en parler de mille façons ; une connaissance si intime de l’art et de la culture de la France médiévale et humaniste qu’elle colorait inopinément, inconsciemment même, sa conversation toujours simple de ton, et même familière ; ajoutons des impressions toutes fraîches sur l’Argentine, l’Argentine d’alors radicalement différente du Brésil, beaucoup plus riche et consciente de sa richesse, avec des attaches culturelles très européennes si on les comparait aux réflexions du Brésil sur lui-même, aux livres d’Amado ou de Freyre.

  • 4 En 1985, dans son Discours pour la remise de l’épée d’académicien (p. 92), Levi-Strauss rappellera (...)

12Ce qu’avaient en commun en revanche les deux nouveaux amis, c’étaient leurs goûts spontanés. Ils aimaient les mêmes livres, détestaient les mêmes auteurs, et, il faut l’avouer, ni l’un, ni l’autre ne mâchait ses mots. Ils avaient souvent la dent dure, mais à bon escient, si j’ose dire. Les plaisanteries de l’un ou de l’autre, dont ils riaient sans vergogne (et moi avec eux), brocardaient telles idées ou telles prétentions universitaires, jamais les personnes. Car ce qui les passionnait vraiment, les surprenait aussi, c’est qu’à chaque tournant de leur conversation, ils se retrouvaient parlant le même langage d’une même passion, d’une même idée de l’histoire. Braudel était alors tout en ébullition intellectuelle. Il avait décidé quelques mois plus tôt d’élargir son sujet de thèse à la Méditerranée tout entière et ses dernières vacances d’hiver dans les archives de Dubrovnik, l’ancienne Raguse, ne l’en avaient pas découragé, au contraire. Lucien Febvre, lui, était encore dans l’élan de la création des Annales, vieilles de huit ans seulement, et cible de vives polémiques qui n’étaient pas pour déplaire toujours à leur bouillant directeur. Or les Annales, dès leur naissance en 1929, Braudel les avait suivies sans réserves, de son lointain poste d’Alger. Et au Brésil, ses jeunes collègues français, Maugüé, Monbeig, Lévi-Strauss, qui n’étaient pas eux-mêmes des familiers de la revue4, le taquinaient volontiers sur la conversion de ses étudiants qui ne juraient que par les Annales et discutaient gravement de chaque numéro comme on ne le faisait certes pas alors à la Sorbonne.

  • 5 Dans Ma formation d’historien, Braudel dit n’avoir rencontré Bloch que trois fois, pendant les anné (...)
  • 6 Le deuxième tome de la correspondance Febvre-Bloch où elles figurent est malheureusement en panne d (...)

13Rien d’étonnant donc si Lucien Febvre songe à introduire Braudel dans l’équipe de la revue. Il ne lui en souffle pas mot, certes, d’autant qu’un pacte très judicieux, et toujours observé, le lie à Marc Bloch : toute décision concernant la revue devra avoir l’accord entier des deux directeurs que liait une profonde amitié. Mais à peine étions-nous de retour à Paris qu’une invitation à dîner impromptue arrivait de la rue du Val de Grâce, assortie de la suggestion d’une visite aux Annales et à Marc Bloch. Avec celui-ci, aucun coup de foudre, certes ! Braudel le trouve étonnamment froid et distant. Et concluant à une antipathie personnelle, il éludera dès lors les rappels à l’ordre répétés, même par lettre, de Lucien Febvre : allez voir Marc Bloch !, allez voir Marc Bloch !5 On m’a parlé, non sans malignité, de lettres de M. Bloch à Lucien Febvre, à cette époque, pleines de réserves sur Braudel. Je n’ai pu les lire moi-même6, mais quoi qu’elles disent, je conviens qu’après tout, dans cette affaire, c’est Marc Bloch qui a raison contre Febvre. Quels sont les arguments de ce dernier ? Un seul, il a été charmé ! Mais ce Braudel qu’il a si brièvement rencontré et porte cependant aux nues, il n’a, à 35 ans, aucune œuvre derrière lui, aucun maître, aucun protecteur non plus ; on ne le connaît pour ainsi dire pas à Paris où il a professé deux années en tout ; il n’a même pas de directeur de thèse !

14Marc Bloch avait donc de bonnes raisons de freiner l’emballement de son associé. Mais s’il est le plus raisonnable des deux, reconnaissons à Lucien Febvre la grâce de l’intuition. Car s’il a renoncé apparemment à convaincre Marc Bloch, il s’est obstiné, lui, dans son choix personnel. Nous sommes devenus presque aussitôt des intimes des Febvre, parents et enfants, et les joyeuses vacances de Pâques qui suivirent nous ont tous réunis dans une charmante auberge de Saint Amour, petite ville du Jura où les Febvre négociaient le prochain achat de leur maison de campagne. Comme l’écrira Braudel dans Ma formation d’historien :

  • 7 Ma formation d’historien, in Écrits sur l’histoire II, p. 14 de l’édition de poche.

c’est alors [après la rencontre sur le bateau] que je suis devenu plus qu’un compagnon pour Lucien Febvre, un peu son fils. Sa maison jurassienne du Souget est devenue ma maison, ses enfants mes enfants7.

15C’est au Souget en effet, où nous passions nos vacances, que mon mari a reçu l’avis de sa mobilisation, en 1939, une quinzaine de jours avant la déclaration de la guerre. Au Souget aussi que, pendant l’été 45, il a repris le texte définitif de sa thèse.

  • 8 Braudel venait d’être férocement et bêtement attaqué, à propos des programmes d’agrégation dont il (...)

16Cette confiance réciproque ne s’est jamais démentie. Même quand, en 1952 je crois, à propos d’un désaccord sur un article des Annales renvoyé par Lucien Febvre à son auteur8, une de ces tornades épistolaires dont Lucien Febvre disait lui-même avoir la mauvaise habitude s’est abattue sur un Braudel stupéfait – lequel offrit aussitôt sa démission de codirecteur, Lucien Febvre répondit sur le champ, d’un ton à peine moins rogue et autoritaire que celui de sa lettre précédente, qu’il n’en était pas question, car... seul Braudel serait son successeur ! C’est après et, je crois, à cause de ce conflit-là que, pour ma propre stupéfaction cette fois, Lucien Febvre mit un jour ses mains sur mes épaules et, avec le ton sérieux et un peu solennel qu’il aimait prendre en certaines circonstances, me dit les yeux dans les yeux, sans autre commentaire : « Vous savez, Fernand, c’est un monsieur ! ». L’expression de nos jours a un peu vieilli. Ce jour-là, elle m’a beaucoup émue.

***

17Nous voilà loin, en apparence, de notre point de départ. En apparence seulement, car ce concept d’histoire globale – ou d’histoire problème, comme disait Febvre avec les mêmes implications – n’est pas une invention braudélienne. Il vient de loin, il s’enracine dans un large mouvement, spécifiquement français, qui, né vers 1900, a traversé presque trois quarts de siècle. Braudel, dans Ma formation d’historien, a raconté les étapes de cette longue aventure intellectuelle, façon de préciser comment elle est arrivée jusqu’à lui et l’a entraîné à son tour. Mais aussi de mesurer combien elle s’est identifiée avec quelques hommes seulement qui ont vécu leur temps avec un intérêt passionné, après le grand remue-ménage scientifique, philosophique et sociologique de la fin du XIXe siècle.

  • 9 Pour plus de détails sur l’œuvre originale de Henri Berr, cf. Braudel, “Ma formation d’historien”, (...)

18Ces hommes, ce furent trois entreprises, trois créations successives, où chacun a mis sa forte marque personnelle, dans la continuité cependant d’une parenté essentielle : la conviction que l’histoire et toutes les autres sciences sociales sont inséparables pour qui est attentif à « l’unité fondamentale de l’esprit humain » (le mot est de Lucien Febvre). Tous, en leur temps, ont été tenus plus ou moins pour des hérétiques, donc vivement combattus, mais comme tous les hérétiques, forts de leur propre conviction et de l’enthousiasme du petit cercle de leurs fidèles. Tous ont mené avec vigueur et passion leur entreprise personnelle : Henri Berr, la Revue de Synthèse historique, créée en 1900, puis son Centre et ses célèbres Semaines de Synthèse9 ; Lucien Febvre et Marc Bloch, les Annales d’histoire économique et sociale, créées en 1929 et gérées en commun, dans une collaboration exemplaire ; Lucien Febvre encore et Fernand Braudel, la VIe Section de Sciences Sociales, à l’École des Hautes Études, créée en 1947 et dont L. Febvre a été le premier président jusqu’à sa mort (1957), Braudel, son secrétaire général, puis son successeur.

19En fait, Lucien Febvre a eu le privilège de participer aux trois expériences, car “petit jeune homme” encore, terminant son cycle d’études à la Fondation Thiers en 1903-1906, ses instincts de curieux l’ont immédiatement mêlé à ce cercle étonnant d’intellectuels de tous bords que, chaque jour ou presque, on pouvait rencontrer dans les bureaux ou le Salon de Berr. Il a pris ensuite une place grandissante dans la Revue, dans les colloques des Semaines et dans la collection L’évolution de l’Humanité, fondée par Henri Berr. Jusqu’au moment où il a ressenti le besoin de se démarquer de ce « Pays de la Synthèse », comme il disait, où il avait tellement appris, mais pour y trouver finalement sa propre voie, une voie plus étroite mais mieux creusée, ramenée à un projet précis : renouveler l’histoire (l’histoire en soi, sa passion personnelle, il n’était guère philosophe), la renouveler révolutionnairement de fond en comble, en utilisant toutes ces lumières si diverses d’origine et excitantes pour l’esprit qui se croisaient dans le cercle bigarré de Berr.

20Suivre de près Lucien Febvre serait donc une façon commode de préciser ce qui relie et ce qui distingue les expériences successives des sciences sociales pendant la première moitié du XXe siècle. Pour ce qui nous concerne ici – le concept d’histoire globale – l’étape majeure est certainement celle des Annales d’histoire économique et sociale, les premières Annales, celles de Febvre et Bloch. C’est alors que l’histoire affirme et définit sa propre ambition de globalité. Il ne s’agit plus, comme dans le cercle de Berr, de l’enivrement de l’esprit cherchant à découvrir dans le foisonnement des philosophies, des religions, des arts, des sciences physiques et humaines et de leur histoire, une unité fondamentale, capable de rapprocher dans une vision synthétique toutes ces conquêtes de l’esprit humain. Lucien Febvre et Marc Bloch, eux, ont décidé de se concentrer sur l’histoire et l’histoire seule mais qui, pour parvenir à un regard lucide sur le monde d’hier et d’aujourd’hui, devra nécessairement se nourrir, s’enrichir des autres sciences sociales, quelles qu’elles soient, y puiser à volonté sans se soucier des barrières qui, en principe, les isolent chacune dans son domaine, avec ses règles et techniques propres.

21Le vif intérêt qu’a suscité la nouvelle revue se mesure à son impact à l’étranger. Elle y trouve dès ses débuts de nombreux collaborateurs et, non moins, un bon pourcentage de ses abonnés. Son succès se mesure aussi à l’hostilité active qu’elle suscite, en particulier parmi les universitaires parisiens. Ces détracteurs se montrent volontiers agressifs ou persifleurs, par exemple à la Revue historique où Braudel, introduit par Charles André Julien, a quelques amis et écrit d’ailleurs à l’occasion quelques comptes rendus. Nouveau venu à Paris, il est devenu un des habitués de la maison, en 1933-34, et s’amuse lui-même à jouer au provocateur, en particulier face à Seignobos, toujours prêt à partir en guerre contre les Annales (dont les deux directeurs, rappelons-le, vivent alors à Strasbourg).

  • 10 De Monzie est mort en 1947.

22Au lendemain de la longue coupure de la guerre, cette hostilité n’aura pas disparu parmi les maîtres chevronnés de l’Université. Braudel, qui rentre de cinq années de captivité et vient de déposer sa thèse, est connu comme un des proches de Lucien Febvre. Cela suffira pour que Renouvin, sous un prétexte fallacieux, lui interdise en 1947 de se présenter à la Sorbonne où il vient pourtant de faire un cours très remarqué sur l’Amérique Latine... Et le même bloc d’opposants anti-Febvre, contrebalancé heureusement par celui de ses amis, arrivera presque à empêcher l’entrée de Braudel au Collège de France, deux ans plus tard. Mais tout va bientôt changer, et à vive allure. Lucien Febvre, bien que profondément, irrémédiablement atteint par la mort tragique de Marc Bloch, exécuté par les Allemands en 1944, a repris en main avec ferveur les Annales. Il va bientôt accepter de diriger la publication de l’Encyclopédie française, interrompue par la guerre, à laquelle il avait beaucoup coopéré (il en avait fait le plan général) au temps où A. de Monzie en était le directeur10. Et surtout, très vite, il va se trouver impliqué au premier plan dans l’aventureuse création de la VIe section de Sciences Sociales, aux Hautes Études.

  • 11 Pour le détail de la création de la VIe Section, cf. Brigitte Mazon, Aux origines de l’E.H.E.SS. Le (...)

23Pour une fois en France, une création novatrice et particulièrement nécessaire fut bénie des dieux. L’accouchement fut rapide et sans douleurs et le projet, bien conçu, ne fut pas défiguré en cours de route par des luttes de personnes, comme si souvent chez nous, comme ce sera le cas quelques années plus tard de la Maison des Sciences de l’Homme. Trois hommes intelligents, courageux et lucides, Charles Morazé, Pierre Auger et Lucien Febvre, réussirent ce miracle11.

24Miracle certes, puisqu’il s’agit d’une résurrection après huit décennies d’impuissance. En 1869, en effet, dans la foulée des quatre premières sections de l’École Pratique des Hautes Études déjà mises en place, une section des “Sciences économiques et administratives” avait bel et bien été créée par le Ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy. Mais ce décret devait rester lettre morte, perdu dans la série de catastrophes qui allaient bientôt mettre fin au Second Empire.

25Il est difficile de comprendre pourquoi il n’a pu reprendre vie que huit décennies plus tard, pourquoi pendant toutes ces années, la carence des sciences sociales en France, reconnue par tout le monde universitaire (et soulignée par des comparaisons avec l’Allemagne) n’a inspiré aucune solution de regroupement raisonnable. On assistera au contraire à un éparpillement croissant de l’enseignement et de la recherche en sciences sociales que se partagent, non sans rivalités, plusieurs facultés et toute une série d’instituts divers, créés au fil du temps, sans aucun plan préalable, souvent par des initiatives privées.

26D’où l’intérêt particulier que portera à la France la fondation philanthropique Rockefeller qui, créée en 1918 pour « promouvoir le bien-être dans le monde », était persuadée que le succès de sa mission dépendait d’un large développement des sciences sociales. À la fin des années 20, elle s’installera à Paris, rue de la Baume, dans ce qui deviendra la plaque tournante de son action en Europe.

  • 12 À cause de l’opposition qu’il déchaînerait dans les établissements en place. En quoi il avait parfa (...)

27À cette époque l’organisation des sciences sociales en France est toujours au plus bas, « totalement inadéquate et illogique », selon le Recteur de l’Académie de Paris, Sébastien Charlety. Les professeurs et chercheurs de qualité, sociologues, économistes, anthropologues, ne manquent pas certes dans les facultés de droit et de lettres, ou dans les instituts parauniversitaires. N’oublions pas les activités de Berr à l’époque. Mais l’organisation de l’enseignement est chaotique et surtout la recherche ne connaît nulle part une coordination quelconque. En fait, Charlety rêvait d’une faculté des sciences sociales autonome – ce qui eût comblé la Fondation – mais il savait le rêve impossible12. Entre 1933 et 1940, la Rockefeller accepta sur ses conseils de temporiser et se contenta de subventionner plusieurs grands Instituts, chargés de recruter et former de jeunes chercheurs.

28Cette politique fut bien entendu interrompue par la guerre. Mais les contacts avec la Rockefeller reprirent dès 1945, dans un climat parisien nouveau. Le désir, l’obligation même de tout reconstruire, le merveilleux retour à la vie que nous avons tous connu après la longue désespérance avaient engendré un climat général d’initiative. Économistes et sociologues créent, l’un après l’autre, de vrais outils de travail, certains encore vivants aujourd’hui : le Commissariat au plan de Jean Monnet, l’INED d’Alfred Sauvy, l’INSEE de François Closon, l’ISEA de François Perroux, le Centre d’études sociologiques de Georges Gurvitch...

29Que le très vieux projet d’une VIe Section des Hautes Études se matérialise enfin à cette époque n’est donc pas, en soi, étonnant. Ce qui l’est, par contre, c’est que, dans cette éclosion où toutes les sciences sociales s’affirment chacune avec force, cette nouvelle École ait pu être construite en quelque sorte de l’extérieur, confiée à des historiens. Des historiens qui, sans doute, depuis longtemps déjà proclamaient leur ambition de travailler avec l’ensemble des sciences sociales, mais qui eurent, en l’occurrence, à se faire reconnaître dans ce rôle et par l’administration française et par la Fondation Rockefeller.

30Dans cette aventure peu prévisible, trois hommes ont joué leur rôle. Tout d’abord Pierre Auger et Charles Morazé, les deux acteurs essentiels des tractations avec le Ministère et la Rockefeller. Puis, Lucien Febvre intervenant de la dernière heure, mais essentiel pour l’organisation de la nouvelle École à partir de l’année 1948.

  • 13 D’autant plus que, physicien, exclu en 1940 de sa chaire à la Faculté des Sciences, il avait fait p (...)

31Pierre Auger, Directeur de l’Enseignement supérieur depuis 1945, était à ce titre en relation constante avec les représentants de la Rockefeller13. Il a su les convaincre qu’une Faculté des sciences sociales, la solution la plus naturelle, était impossible pour le moment, étant donné les énormes difficultés budgétaires de la France d’après-guerre. Ajouter une VIe Section à l’École des Hautes Études pourrait au contraire se faire à peu de frais. Elle serait logée, pour l’essentiel, à la Sorbonne, dans les locaux des Hautes Études. Autre avantage et non des moindres, le décret de création de Victor Duruy de 1869 étant encore légalement valable, le décret d’application qui ne demandait qu’une signature ministérielle, ne pourrait être contesté dans le monde universitaire.

32De tout cela, Auger avait longuement discuté avec son ami Morazé, un très jeune universitaire, de la race des curieux lui aussi, alors présent un peu partout à Paris, aux Sciences Po où il professait, à la IVe Section des Hautes Études où il venait d’être nommé, à l’Unesco où il rencontrait entre autres John Marshall, enfin aux Annales où il s’était lié d’amitié avec Lucien Febvre. Aussi heureux qu’Auger du plein succès de la négociation initiale (décret signé par le Ministère le 3 novembre 1947 et promesse d’une aide Rockefeller), il était peut-être plus conscient que lui des réactions et querelles qui menaceraient la nouvelle École. Pour la présider, pour la mettre sur ses rails, il fallait un homme qui ait à la fois le poids universitaire et le prestige intellectuel, et soit étranger aux rivalités des Facultés de lettres et de droit. C’est à Lucien Febvre qu’il pensa spontanément. Un historien, oui, mais qui proclamait depuis vingt ans son intérêt pour l’ensemble des sciences sociales. Par surcroît, grâce surtout (mais pas seulement) à sa revue, il était en relation personnelle avec un grand nombre de sociologues, économistes, ethnologues, linguistes... Bref, Morazé sut convaincre Auger que cet homme-là était l’homme de la situation et que mettre l’École entre ses mains d’historien serait couper court à bien des querelles de préséance et de pouvoir.

33Ayant convaincu Auger, Morazé eut cependant la surprise de trouver Lucien Febvre très réticent. Sûrement pas, à mon sens, à cause du caractère risqué de l’entreprise. Tel que je l’ai connu, une bataille en vue ne l’a jamais effrayé, tout au contraire. Sans doute a-t-il lucidement mesuré l’ampleur de la charge. Pouvait-il l’ajouter à celle des Annales (les Annales sans Marc Bloch), à celle, très lourde aussi, de l’Encyclopédie, sans compter divers autres engagements, à l’Unesco en particulier ? Pourtant, après une longue hésitation, son naturel reprenant le dessus, il se rendit aux arguments de Morazé en automne 47. Le 18 novembre, dans sa première lettre à la Rockefeller en tant que président de l’École, il définissait sans ambiguïté la nature et l’objet de la nouvelle institution :

  • 14 Lettre citée par B. Mazon, op. cit., p. 91, note 51.

De quoi s’agit-il essentiellement ? D’organiser en France, sous forme d’École de haut enseignement, un centre directeur capable de former aux meilleures méthodes et aux meilleurs procédés de recherche les travailleurs attirés par l’étude des questions économiques et sociales : dans le présent, naturellement et avant tout, mais aussi dans le passé, le présent pouvant et devant être éclairé par lui14.

  • 15 Problème dont F. Braudel eut à discuter longuement aux États-Unis en 1955, pendant notre très longu (...)

34Ainsi naquit cette exception, une École de recherche en sciences sociales dirigée et organisée par des historiens, une étrangeté, pour ne pas dire une aberration, aux yeux des Américains chez qui, dans, tous les programmes d’enseignement et de recherche, l’histoire était strictement cantonnée dans “les humanités”15.

35Lucien Febvre dès lors est définitivement engagé et sa décision est chaleureusement approuvée par de nombreux collègues et amis, tous prêts à apporter leur concours. Sa longue réflexion l’a persuadé cependant de l’impossibilité pour lui de présider efficacement sans déléguer largement. Mais à qui ? Il peut compter sans réserve sur Charles Morazé qui a eu une si large part dans l’affaire, mais il est bien jeune encore. Il penche plutôt pour Braudel, de dix ans plus âgé et plus proche de lui que jamais après leur longue correspondance de guerre. Celui-ci, pour le moment est bien loin de Paris. Invité par ses anciens élèves, il se trouve depuis plusieurs mois à l’Université de São Paulo, au Brésil, jouissant sans remords de ses premières vraies vacances depuis 1939 (sa thèse vient d’être déposée en 1947). Je ne me souviens plus de la date exacte de notre retour à Paris, aux alentours de Noël, mais ce qui est sûr, c’est que Braudel n’a eu aucune part dans les péripéties de la création de la VIe Section.

  • 16 Braudel le remplacera pourtant un jour d’autorité, voyant son désarroi lors d’une convocation à la (...)

36Il en aura toutefois immédiatement toute la charge (et le plaisir), car à peine arrivé à Paris, Lucien Febvre fait de lui son secrétaire général. Leur collaboration sera très libre. Pas d’échanges de longues correspondances comme entre Bloch et Febvre, mais de courts billets transmis par secrétaires interposées, ou les allers et retours de diverses lettres où Braudel, dans la marge, réclame d’un mot une décision, le oui ou le non du patron – lequel, au retour, sera toujours dûment signé : L. F. Lucien Febvre ne rechigne jamais quand il s’agit d’une intervention en haut lieu, sous quelque forme que ce soit16. Braudel ne rechigne jamais lui non plus devant les grands ou les plus menus problèmes, matériels ou administratifs, d’une organisation encore précaire (en particulier celle des locaux et du personnel). Mais Lucien Febvre lui laissera toute liberté pour organiser à sa guise ce qui l’intéresse par-dessus tout, le Centre de recherches historiques dont il est le directeur depuis 1950. Ils sont également d’accord pour assurer le recrutement de nombreux professeurs hors cadre (étrangers, marginaux sans titres universitaires que recommandent précisément leurs compétences hors normes, pour une école qui se veut elle-même hors normes).

37Bref, la collaboration du Président et de son secrétaire fut parfaite, lourde de travail, mais heureuse parce qu’efficace dans sa complicité. Quand Lucien Febvre mourut brutalement, en 1957, Braudel fut aussitôt élu à sa succession et il sera réélu à ce poste jusqu’à sa retraite, en 1972. On peut donc bien dire que l’organisation de la VIe section a été la création composite de Febvre et Braudel.

***

  • 17 Revue L’Histoire, 5 octobre 1995.

38Mais, dans tout cela, que devient le concept d’histoire globale ? Face à l’ensemble des sciences sociales réunies sous un même toit, ses ambitions ne peuvent que s’affirmer. Inviter les sciences sociales à s’ouvrir les unes aux autres, y compris à l’histoire, à accepter librement questions et réponses dans les deux sens, c’est l’attitude que les héritiers de Braudel ont baptisé étrangement d’un seul mot “l’interdisciplinarité” de la VIe Section. Laquelle aurait été « la grande politique intellectuelle de Braudel », celle qu’ils dénoncent le plus vigoureusement. En 1995, dans une série de petites interviews rassemblées sous le titre : Faut-il brûler Braudel ?17 pour le dixième anniversaire de sa mort, l’un d’eux, interrogé sur ce qui a le plus vieilli chez Braudel, répond :

une foi inébranlable en l’interdisciplinarité [...] la conviction que les sciences de l’homme ayant le même objet, l’homme social, [...] convergeaient toutes vers le même point [...]. Depuis les années 80, nous vivons, au fond, une “crise” que je crois salutaire de l’interdisciplinarité, qui pour Braudel était un droit. Pour les chercheurs d’aujourd’hui, elle est une hypothèse et un problème.

39J’avoue ma perplexité. Dans mes souvenirs, le mot interdisciplinarité ne faisait pas partie du langage de Braudel. Dans la correspondance que je classe, dans quelques textes relus aujourd’hui, trop rapidement peut-être, je ne le retrouve pas davantage. Braudel parle plutôt de “dialogue”, de “réflexion commune”, de “contaminations” souhaitables entre les sciences sociales, y compris l’histoire. Et s’il lui arrive de parler de “programme commun”, c’est autour d’un problème précis qui pourrait ainsi apparaître sous plusieurs éclairages, ou de tel travail collectif, des statistiques intéressant plusieurs parties par exemple.

  • 18 Cf. supra p. 2, premier paragraphe.

40Alors me voilà tentée de paraphraser Braudel parlant d’histoire globale et de globalité à Binghamton18. Non, la collaboration entre disciplines que souhaite Braudel, ce n’est pas « une grande politique intellectuelle » avec « pour maître mot l’interdisciplinarité ». Ce n’est pas l’idée saugrenue de renvoyer chaque science à l’école pour apprendre les rudiments de ses voisines. Ni la prétention de croire qu’en les attelant toutes à la même charrue, on obtiendrait qu’elles convergent toutes vers une sorte d’interscience, de belle construction interdisciplinaire. C’est simplement le souhait que chaque science sociale, pour son propre compte, fasse le même trajet que, vingt ans plus tôt, l’histoire poussée par les Annales vers la globalité : se permettre toutes les curiosités, être attentive à ce que font ses voisines, y trouver (ou non) son bien, y prendre ce que bon lui semble. Dirons-nous faire de “l’économie globale”, de la “sociologie globale” ?

  • 19 L’Histoire, septembre 1982.
  • 20 De cette liberté, la correspondance de Braudel qui sera déposée aux Archives l’an prochain témoigne (...)

41Dans une interview de 198219, Braudel parle en termes très simples de cette globalité-là, à propos de l’histoire, cette histoire « à large ouverture », qui est « une tentative pour regarder le passé du même œil que notre monde présent : un spectacle confus, complexe, multiple où tout se mêle. Qui penserait dans une enquête actuelle, même journalistique, à tirer une ligne de démarcation entre l’économique, le social, le politique, le médical, etc. ? » C’est tout ce que demande en fait Braudel aux sciences sociales, sciences du présent : ne pas s’enfermer dans leur domaine propre, avoir le regard large qui nous rende compréhensible un morceau de ce spectacle confus du monde qui nous entoure. Toute une génération de chercheurs a passionnément travaillé dans ce sens, et en toute liberté20, jusqu’à ce que, symbole d’un grand changement, la VIe Section prenne le nom d’EHESS, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

42Ainsi par un chemin quelque peu divagant, nous voilà parvenus au point de rupture de cette longue ligne de pensée qui a relié directement la Revue de Synthèse aux Annales, à la VIe Section, à la Maison des Sciences de l’Homme. Rien d’étonnant si “histoire globale” et “pluridisciplinarité” ont été en même temps récusées et renvoyées aux vieilles lunes braudéliennes. Depuis une trentaine d’années, on a parié sur l’événement, la microhistoire, la monographie, qui ne répugnent pas à la clôture.

43Je conclurai par quelques impressions toutes personnelles sous ma seule responsabilité. La mort de l’histoire globale depuis des décennies, le recroquevillement des sciences sociales dans leurs domaines respectifs – disons la mort de la curiosité – auraient-ils engendré l’ennui ? Il me semble en tout cas, depuis quelques années déjà, qu’un retour en arrière s’est esquissé. Le premier signe en a été pour moi une vive reprise des traductions de Braudel. Au début, je n’y ai pas trop pris garde. Qu’à partir de 1990, il soit traduit entièrement en chinois et en japonais, largement en coréen, j’y voyais seulement l’effet de la mondialisation : elle a forcément entraîné une vague de traductions entre Europe, États-Unis et Asie. Mais la suite échappe à cette explication. Pour les deux gros ouvrages, Méditerranée et Civilisation matérielle, le nombre des traductions est passé en gros de 10 à 20. Et, en plus des langues asiatiques, de nouvelles langues : néerlandais, turc, arabe (au Caire), grec, roumain, hongrois, bulgare, serbo-croate, lithuanien, finlandais, norvégien, suédois, ukrainien, albanais, s’ajoutent aux traductions classiques : anglais, espagnol, italien, portugais, allemand, polonais, russe...

44Ma plus grande surprise a cependant été l’édition anglaise, en 1993-94, de la Grammaire des Civilisations. Cet ouvrage, écrit en 1963 par Braudel pour cautionner le nouveau programme d’histoire – Le Monde actuel – destiné aux classes terminales, se proposait de donner aux jeunes adultes entrant dans la vie active, une image utile du monde de leur temps, dans ses réalités multiples, géographiques, politiques, culturelles, économiques... Il fut mis aussitôt à l’index par les bienpensants de l’Éducation Nationale qui obtinrent, trois ans plus tard, l’abandon du programme. Entre-temps il avait pourtant été traduit en espagnol et en italien, sous le titre : Le Monde actuel, sans autre modification que le retrait de quelques conseils pédagogiques et choix de lectures. En France, il fut question d’une édition analogue, Braudel ne s’y prêta pas et préféra oublier l’ouvrage, déjà épuisé.

45Un contrat avait pourtant été signé et, 25 ans plus tard, après la mort de l’auteur, il me fut présenté par l’éditeur. Je mis à l’édition une condition sine qua non : en 25 ans, le monde avait changé et le livre ne serait pas présenté sous forme d’essai, comme avait pu le faire Einaudi, en Italie, mais sous sa forme originale de manuel, dont une préface de Maurice Aymard préciserait la date et la place dans la lutte inutile de Braudel pour une réforme de l’enseignement, pendant les années 60.

46Il n’y avait donc aucun doute sur la nature de l’ouvrage, La Grammaire des civilisations, publié en 1987 par Flammarion. Sa traduction immédiate en brésilien ne m’étonna qu’à moitié : le Brésil n’a jamais oublié Braudel. Mais le contrat suivant, l’édition anglaise de Penguin, à New York, puis à Londres (en 1993 et 1994), n’avait-il pas de quoi surprendre ? J’ai eu l’occasion de demander un jour au traducteur anglais, Richard Mayne, puis au traducteur chinois Gu Liang, qui est un vieil ami : « Pour quelles raisons traduire aujourd’hui un “monde actuel” vieux de 30 ans ? ». Leur réponse a été presque identique : « C’est une autre façon de regarder le monde », en ne se refusant, dirais-je, à aucune des interrogations et curiosités que suscite toute recherche d’une vision globale.

Notes

1 Cf. Supplément du Nouvel Observateur – décembre 2000.

2 Une brève visite de Braudel au Directeur des Annales, deux ou trois ans plus tôt, n’avait laissé qu’un vague souvenir, à l’un comme à l’autre.

3 L. Febvre ne se souvenait-il pas de ces conversations lorsqu’il écrivait à Braudel dans son camp de prisonnier : « Ah ! voir un jour le Brésil avec vous pour guide ! » Mais Braudel aurait pu s’écrier avec la même conviction : « Ah ! faire le tour des églises romanes de Bourgogne avec vous pour guide ! ».

4 En 1985, dans son Discours pour la remise de l’épée d’académicien (p. 92), Levi-Strauss rappellera à Braudel ce temps où « pour nous [...] la doctrine des Annales sur laquelle vous nous ouvriez des aperçus, présentait une grande nouveauté ».

5 Dans Ma formation d’historien, Braudel dit n’avoir rencontré Bloch que trois fois, pendant les années 1938 et 1939. Écrits sur l’Histoire, II, p. 26 de l’édition de poche.

6 Le deuxième tome de la correspondance Febvre-Bloch où elles figurent est malheureusement en panne depuis des mois chez l’imprimeur.

7 Ma formation d’historien, in Écrits sur l’histoire II, p. 14 de l’édition de poche.

8 Braudel venait d’être férocement et bêtement attaqué, à propos des programmes d’agrégation dont il était responsable, dans un article signé d’un pseudonyme de la petite revue universitaire communiste. On le disait “vendu aux États-Unis”. Sur quoi il avait reçu de Claude Cahen, un camarade de captivité, communiste notoire, un long article à publier dans les Annales. Il y vit – ce qu’il était d’ailleurs – une façon de dire publiquement que tous les communistes ne portaient pas le même jugement sur Braudel et les Annales. Or Lucien Febvre, qui avait accepté l’article par une note écrite, mais ne s’en souvenait plus dix mois plus tard, le renvoya à l’auteur sans avertir Braudel, avec une simple note non signée demandant de réduire les 30 pages à 10. D’où réaction bien naturelle de Cahen vis-à-vis de Braudel et lettre non moins vive de Braudel à Febvre, celle qui déclencha la tempête.

9 Pour plus de détails sur l’œuvre originale de Henri Berr, cf. Braudel, “Ma formation d’historien”, op. cit.

10 De Monzie est mort en 1947.

11 Pour le détail de la création de la VIe Section, cf. Brigitte Mazon, Aux origines de l’E.H.E.SS. Le rôle du mécénat américain, Paris, 1988 et la préface de Pierre Bourdieu.

12 À cause de l’opposition qu’il déchaînerait dans les établissements en place. En quoi il avait parfaitement raison. Le projet de Faculté des sciences sociales inscrit par F. Braudel dans le IVe plan (où Longchambon l’avait chargé de la partie lettres, se réservant les sciences) fut abandonné par Gaston Berger après une réunion tumultueuse de la Sorbonne et de la Faculté de droit, pour une fois d’accord et qui dès lors, pour plus de sûreté, se baptisèrent Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Faculté de droit et Économie (Voir le rapport Braudel, signé Longchambon – directeur en titre – dans les Annales de 1958. À paraître prochainement dans Les Écrits de F. Braudel, tome III).

13 D’autant plus que, physicien, exclu en 1940 de sa chaire à la Faculté des Sciences, il avait fait partie des universitaires que la Rockefeller avait aidés à rejoindre l’asile des États-Unis. Il fit partie d’une soixantaine d’universitaires français ou belges qui, en exil à New York, y avaient constitué une École libre des Hautes Études (dont Gurvitch, Levi-Strauss, Soustelle, Jean Weiller, etc.).

14 Lettre citée par B. Mazon, op. cit., p. 91, note 51.

15 Problème dont F. Braudel eut à discuter longuement aux États-Unis en 1955, pendant notre très longue tournée organisée par la Rockefeller dans les diverses universités abritant des centres d’Area Studies. Sous la houlette de Clemens Heller, des centres analogues étaient en formation à Paris, le premier étant le chinois. Un historien éminent était prévu pour chacun d’eux. Aucun historien, en revanche, dans aucun centre d’Area Studies aux États-Unis.

16 Braudel le remplacera pourtant un jour d’autorité, voyant son désarroi lors d’une convocation à la Cour des Comptes (parfaitement inepte, mais qui humiliait et préoccupait Lucien Febvre). Il déclarera froidement devant les “juges” : « Je remplace ici le Président car nous sommes tous deux responsables » et il se fera finalement applaudir étant donné l’absurdité du “délit” qu’il avait soulignée dans un exposé très ironique.

17 Revue L’Histoire, 5 octobre 1995.

18 Cf. supra p. 2, premier paragraphe.

19 L’Histoire, septembre 1982.

20 De cette liberté, la correspondance de Braudel qui sera déposée aux Archives l’an prochain témoigne abondamment. Le philosophe Louis Marin, après une année de recherche à la VIe Section comme directeur suppléant, remercie Braudel en septembre 1970 pour « les possibilités de travail qui m’ont été ainsi accordées. Décidément l’École est un heu privilégié pour la recherche libre et ouverte et l’expérience que j’en ai faite fut à la fois passionnante et très féconde pour moi ». Même Jacques Le Goff saluait chez Braudel, au lendemain de sa mort, en 1985, la totale liberté de travail laissée à ses élèves.

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540