Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

Lettre inédite de F. Braudel1

Texte intégral

  • 1 Fernand Braudel était absent de Paris lors de la frappe de la lettre qui n’a donc pas été corrigée (...)

124 juillet 1981

2Professeur V. DALINE
Institut d’Histoire de l’Académie des Sciences
Ul. Dm. Uljanova 19
117036 MOSCOU
UR.S.S.

3Cher Ami,

4Je reçois votre lettre. Comment m’excuser auprès de vous ? Évidemment, je suis aux prises avec un travail harassant. Si encore je n’avais à m’occuper que de l’histoire de France ! Elle avance, mais avec lenteur. Et j’ai la fâcheuse habitude de recommencer, de revenir en arrière, de corriger, d’ajouter : vous connaissez cette musique-là.

5Mais l’essentiel n’est pas de me justifier auprès de vous. C’est de répondre à votre nouvelle lettre qui reprend à mon endroit une question précise : éclairer, si possible, le chemin qu’historien, j’ai suivi, et notamment mon attitude vis-à-vis de Marx, au fil des années.

6Pour bien situer mon itinéraire, n’oubliez pas que, lors de mon passage en Sorbonne (1921-1923), tout comme Jean-Paul Sartre plus jeune que moi de trois ans, je n’ai pas une seule fois entendu parler de Marx par mes professeurs, pas plus d’ailleurs que de Max Weber ou de Werner Sombart. Ma première prise de contact avec Le Capital doit se situer vers 1925. J’ai certainement approfondi mes connaissances après 1930, comme en témoignent les livres que je possède encore et qui portent la date de mes achats. En tout cas, ce qui est certain, c’est que j’ai abordé seul, sans passer par aucun de ses commentateurs, sa pensée compliquée, quitte à y faire naufrage, à m’y perdre et, ce qui vous paraîtra sans doute plus grave, à y ouvrir mes routes propres et mes compréhensions particulières, à y prendre ce qui concordait avec ma propre pensée. Mais il y avait alors chez moi, comme chez Lucien Febvre ou Marc Bloch, un désir de comprendre et non certes de dénigrer, un désir d’ouverture, quoi qu’en aient dit sans beaucoup d’à propos certains marxistes orthodoxes. En tout cas, des historiens anglais marxistes me disaient récemment combien, totalement exclus en ce temps-là des milieux universitaires dans leur pays, ils avaient été heureux de respirer à l’aise et de discuter librement dans le cercle des Annales de cette époque. “Cela nous a sauvés”, m’a dit textuellement l’un d’eux.

7Il est vrai que le marxisme pour nous, avant et au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale ne représentait qu’une ligne de pensée parmi quelques autres, tentantes elles aussi. Je ne considérais pas Marx comme mon maître à penser, ni Le Capital comme une Bible, un modèle à suivre en tous points. C’était pour moi une masse énorme d’observations et d’interprétations historiques parfois confuses, mais d’une prodigieuse richesse, où je trouvais de quoi nourrir et éclairer ma propre recherche. Vous avez donc raison de penser que la Méditerranée n’est pas pénétrée à fond d’idées marxistes. Mais il est certain que mes conceptions, tout comme celles des premières Annales, ont été fortement infléchies par le marxisme, non en tant que doctrine politique, mais en tant que modèle d’analyse historique, économique et sociale. Ne croyez-vous pas que la Méditerranée, dans la mesure où elle milite en faveur de la longue durée et que par certains côtés, elle la fonde, rejoint sur cette ligne la pensée profonde de Marx, dont le schéma historique s’inscrit forcément dans des perspectives longues ? Il n’est compréhensible que dans ce cadre.

8Mais il est évident que depuis les années 50, la longue rédaction, sans cesse reprise, et l’interminable réflexion qui m’ont conduit à la publication de La Civilisation matérielle, m’ont jeté sérieusement, complètement dans une lecture plus attentive de Marx. Si j’ai gardé mon indépendance vis-à-vis de lui, je puis dire que j’ai sans cesse confronté mes points de vue aux siens. J’ai discuté avec lui, même parfois pour lui donner tort. Par exemple, vous savez que je n’accepte pas que la “biographie du capital commence au XVIe siècle”. J’ai choisi, pour mon compte, le XIIIe et je vois les racines du capitalisme d’une invraisemblable longueur. Mais Marx lui-même avait bien hésité entre le XIIIe siècle des villes italiennes et les élargissements mondiaux du XVIe. J’ai hésité comme lui et j’ai conclu différemment. Est-ce le désavouer ?

9Je vous donne cet exemple qui n’est pas essentiel pour fixer mon attitude : j’ai navigué à mon gré dans la pensée de Marx, où je ne me suis jamais déplu. Loin de moi la pensée de chercher ou ses erreurs, ou ses vues discutables. Et je ne pense pas que ce soit le trahir que de dire qu’il a vieilli parce que le monde a vieilli depuis un siècle. Toute la dialectique du Capital, et c’est sa force, tourne autour de réalités historiques précises, autour de l’Angleterre de la Révolution industrielle. Les problèmes de l’actualité que nous vivons, y compris l’actualité scientifique, ont totalement changé. Ils sont à la dimension de réalité et de conflits mondiaux. Marx écrirait-il Le Capital aujourd’hui comme il l’a écrit en 1867 ?

10Bref, je pense que si l’on veut maintenir vivante la pensée de Marx, il faut le rajeunir sans hésiter sur certains points, même sur de larges surfaces. Ce qui veut dire qu’il importe d’aborder tous nos problèmes (si différents de ceux qu’il a connus) dans l’esprit qui était, ou qui me semble le sien.

11C’est ainsi que j’ai traversé pour ma part l’océan du Capital. que j’ai essayé, le traversant, de vérifier mes interprétations ou la validité des faits que j’avais, sans parti pris, rassemblés. C’est ma façon de respecter Marx, et de lui être en somme fidèle. Et je sais que même si vous ne me suivez pas sur ce point, vous considérerez ma position avec votre indulgence coutumière et votre besoin de comprendre.

12À vous très cordialement

Notes

1 Fernand Braudel était absent de Paris lors de la frappe de la lettre qui n’a donc pas été corrigée – ni signée de sa main.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540