Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

Après “le temps du monde”... réflexion prospective à partir de la pensée de Fernand Braudel

Jean-Michel Hoerner

Texte intégral

  • 1 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, Pans, Ed. Arthaud, 1985 et Flammarion/Champs, 1992.

En tant que géographe et surtout géopolitiste, j’ai beaucoup lu et utilisé l’œuvre de F. Braudel. Notamment La dynamique du capitalisme1. Or, depuis la dernière décennie, des économistes et des philosophes, essentiellement, s’interrogent gravement sur l’avenir du monde. A leur lecture, je constate que les économies-mondes définies par F. Braudel, en premier lieu la toute dernière qui s’identifie au triomphe du libéralisme américain, ont pris beaucoup moins de rides que l’ensemble de la dialectique historique chère aux marxistes. Même si F. Braudel, en bon historien, ne suggère aucun « après » à son constat économique...

Cependant, je considère cet hommage comme un prétexte. F. Braudel m’invite à penser l’avenir mais il ne demande à personne de le faire. Je pense même que « l’après-histoire » suggéré par tous les esprits éclairés d’aujourd’hui, lui semblerait très saugrenu...

Mais la science doit évoluer et la recherche se poursuivre. Au regard de tant de réflexions, parfois bizarres, je m’interroge donc...

1Fernand Braudel, au terme d’une longue réflexion sur le sujet, a donné trois conférences sur le « capitalisme », dont la toute dernière, “Le temps du monde”, nous interroge gravement sur l’évolution du monde. L’historien, tout nouvel Académicien, y synthétise son volumineux ouvrage Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme ; c’est du moins ce que l’on pourrait croire. Après plus ample analyse, et notamment au regard de plusieurs questionnements actuels, il semble que l’on puisse lire autrement les conclusions de F. Braudel ; du moins, les dépasser.

2Ainsi, je ne vais pas me livrer à l’étude de ses thèses mais essayer de mieux comprendre ce qu’elles peuvent sous-entendre. Car, j’ai finalement le sentiment qu’elles annoncent la grande incertitude de la « post-humanité ». Certes, il peut apparaître prétentieux d’évoquer la fin de l’histoire ; notamment, en s’inspirant d’un historien. Cependant, tout laisse à penser que les idées de F. Fukuyama, par exemple, relayées par beaucoup d’autres, ne sont pas nées par hasard. La terrible sentence de P. Valéry, « nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles », l’observation moins connue de H. H. Ellis selon lequel « plus une civilisation progresse rapidement, plus tôt elle meurt pour laisser la place à une autre », les nombreuses références de Nietzsche aux « derniers hommes », et la subtile comparaison entre la très ancienne Pax romana et la Pax mundi actuelle, nous invitent effectivement à une tragique réflexion sur le devenir de l’humanité.

LA THÉORIE BRAUDÉLIENNE DES « ÉCONOMIES-MONDES »

  • 2 I. Wallerstein, The Modern World-System (1974), traduit en français sous le titre, Le système du m (...)

3Comme I. Wallerstein2 qui lui voue une sincère admiration, F. Braudel démontre que les économies-mondes se sont succédé depuis l’antiquité jusqu’à aujourd’hui. Jadis, sur l’étendue de la planète, elles ont pu coexister dans la mesure où l’Occident ne peut être seul pris en compte. Aujourd’hui, avec le triomphe du libéralisme américain, il n’y aurait plus qu’une seule économie-monde, ayant New York pour centre.

4L’historien définit l’économie-monde comme « une triple réalité » :

  • « Elle occupe un espace géographique donné. » Ses limites ont fluctué au gré de son ou de ses évolutions, longtemps très lentes et incertaines. Désormais, celle que contrôle l’Amérique concerne toute la planète.
  • « Une économie-monde accepte toujours un ‘pôle’, un ‘centre’, représenté par une ville dominante, jadis un État-ville, aujourd’hui une capitale économique. » On peut citer Rome et Alexandrie, Venise et Gènes, Londres et Amsterdam puis Londres et New York, avant que cette dernière n’affirme définitivement son leadership à partir de 1929.
  • Enfin, « toute économie-monde se partage en zones successives. » Il y a le « cœur », autour du centre, puis les « zones intermédiaires » et, au-delà, les « zones périphériques (où) la vie des hommes évoque souvent le purgatoire, ou même l’enfer. »
  • 3 J.-M. Hoerner, Géopolitique des territoires, De l’espace approprié à la suprématie des États-natio (...)
  • 4 A. Reynaud, Centre et périphérie, Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, 1992.
  • 5 P. Baud et alii, Dictionnaire de géographie, Paris, Hatier, 1995.

5Dans l’un de mes récents ouvrages3, j’ai reproduit la distribution actuelle en m’inspirant des travaux d’A. Reynaud4 et du collectif, P. Baud, S. Bourgeat et C. Bras5 (figures 1 et 2). Sans coller complètement à la perception braudelienne, elle s’en inspire sur les points essentiels, qui alimentent ma propre réflexion :

  • Tout d’abord, dans la dernière économie-monde, il y a beaucoup « d’angles morts », des espaces qui lui échappent tout à fait. Mais, même tout près du centre, souligne F. Braudel, « il y a encore tant d’autoconsommations, de services que la comptabilité nationale n’intègre pas, tant d’échoppes artisanales. » En reprenant la différence que l’historien distingue, entre capitalisme et économie de marché, on doit rappeler que « le capitalisme, c’est la production marchande à son plus haut degré de développement » ; une sorte de lien ténu, qui a permis la construction du capitalisme à travers les temps.
  • Par ailleurs, F. Braudel fait justement sienne cette observation d’I. Wallerstein, selon laquelle « le capitalisme est une création de l’inégalité du monde. » D’une part, « toute économie-monde se manipule souvent du dehors » ; d’autre part, « cette thèse est une autre explication que l’habituel modèle successif : esclavage, servage, capitalisme » ; enfin, « la splendeur, la richesse, le bonheur de vivre, se rassemblent au centre de l’économie-monde, en son cœur [...] Les techniques de pointe sont là aussi, d’ordinaire, et la science fondamentale, les accompagnant, est avec elles. »
  • Progressivement, les économies-mondes sont passées des « villes-empires » à des « économies-nationales », c’est-à-dire « des espaces politiques transformés par l’État », les États-nations.

6F. Braudel reste un historien, plus féru de géohistoire que de géopolitique. Sans doute, également, a-t-il disparu trop tôt. Car on s’interroge : quelle économie-monde pourrait-on voir naître après la toute dernière contrôlée par New York et les États-Unis ? L’historien reconnaît que les « décentrages et recentrages sont rares » et n’imagine pas que « New York succombe à l’épreuve » de la crise, qui prenait naissance au moment de la rédaction de son article. Très récemment, I. Wallerstein a prétendu le contraire : « La révolution mondiale de 1968 n’aura pas démantelé le système-monde. Loin de là. Mais elle aura réussi à déloger le libéralisme de sa place centrale de pôle idéologique au cœur de ce système-monde. » Autrement dit, New York et les États-Unis auraient perdu leur fonction de leadership... Où serait-il donc ? Serait-il revenu en Europe ? Se serait-il déplacé vers Tokyo et le Japon ? La dernière thèse fut, un temps, assez crédible. Or personne n’y songe aujourd’hui... Et puis, il y a eu 1989 et la fin du communisme, le début du dépeçage de l’Union soviétique, composée désormais d’États-nations libéraux.

7Mais, surtout, de nouvelles hypothèses sont apparues : « l’après-histoire » et la « post-humanité ». Sur fond de « mondialisation ». Il me semble donc judicieux d’évoquer ces perspectives.

LA MONDIALISATION CONTRE L’ÉCONOMIE-MONDE ?

8On comprendra que F. Braudel, qui soutient que « l’histoire est toujours à recommencer, (car) elle est toujours se faisant, se dépassant », n’ait pu imaginer un scénario post-historique. Même s’il ajoute qu’il reste toujours « une Amérique à découvrir », il croyait, comme on l’a dit, à la pérennité de l’économie-monde centrée sur New York ; sans évoquer de nouvelles pistes. Cependant, on ne peut figer le monde pour l’éternité. Il y a donc forcément un « après » !

  • 6 B. Badie, La Fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du (...)
  • 7 Y. Lacoste, Préambule/État-nation/Pétrole, Dictionnaire de géopolitique (sous la direction de Y. L (...)
  • 8 P. Kindleberger et P.-H. Lindert, Économie internationale, Paris, Economica, 1978.

9De nombreux éléments, diverses opinions savantes, permettent d’avancer prudemment dans cette voie. Il faut donc déjà expliciter le phénomène de la « mondialisation », qui fait couler beaucoup d’encre. Dans Géopolitique des territoires (op. cit.), je montre que, malgré les apparences, le poids des États, voire des États-nations, est de plus en plus prépondérant. Je conteste ainsi l’affirmation de B. Badie6, selon laquelle il y aurait une « décomposition des territoires » et « l’essor d’une économie mondiale qui se prête de moins en moins aux processus de régulation stato-nationale. » En effet, jamais autant d’États n’ont existé, sur la base souvent du phénomène identitaire. Par ailleurs, avec Y. Lacoste7, on peut souligner que, tandis que « la mondialisation de l’économie est, dit-on, acquise, on est obligé de constater que l’attitude des États peut être guidée par d’autres mobiles que la recherche de profits ou la conquête de terres fertiles. » En outre, il serait difficile de montrer que la très forte expansion des firmes multinationales ou transnationales a besoin de la disparition des frontières ; à tout le moins, de toutes les frontières. Ch. P. Kindleberger et P-H. Lindert8 le proclament à tout vent : « La firme internationale ne l’est pas vraiment […]. Chacune a son siège social dans un pays et une unité de compte nationale dans laquelle elle conserve ses actifs liquides et procède au calcul des profits maximaux. »

10Au terme de cette brève analyse, on a donc envie de dire que l’économie-monde définie par F. Braudel, autour de New York et des États-Unis, n’est nullement menacée. Le schéma de la figure 3, qui s’attache davantage à la « triade » États-Unis/Europe/Japon sans nier la prépondérance américaine, explique la pérennisation du système. L’articulation Centre/Périphérie, par exemple, est militaire (parfois sous prétexte humanitaire), démographique (rôle de l’immigration) et, bien sûr, financière.

  • 9 I. Wallerstein, L’Après libéralisme. Essai sur un système-monde à réinventer, Edition de l’Aube, 1 (...)
  • 10 R. Fossaert, La Société, Paris, Le Seuil, 1977.

11Ce bel ensemble n’est-il pas pourtant ébranlé ? C’est une fois encore I. Wallerstein9, l’autre initiateur de l’économie-monde avec F. Braudel, qui incite à une réflexion plus hardie. L’historien américain ne se contente pas de constater une certaine rupture en 1968 – d’ailleurs très discutable – mais intègre à son raisonnement celle de 1989, celle-ci indéniable, qui se caractérise par la symbolique « chute des murs » ou la fin du communisme institutionnel. En fait, on assisterait à la fin du libéralisme, qu’il soit conservateur ou socialiste. Cette idée, assez neuve, n’est pas saugrenue si l’on en croit I. Wallerstein : « Aussi bien les conservateurs que les socialistes ont fini par accepter l’ordre du jour libéral de l’autodétermination (appelée également “libération nationale”) et du développement économique (quelquefois appelée “construction du socialisme”). » Déjà en 1977, R. Fossaert10 considérait que le socialisme « était un avatar du capitalisme. » Certes, la fin du libéralisme n’implique pas automatiquement celle du capitalisme, bien qu’on l’identifie assez souvent au « libéralisme économique ». I. Wallerstein (op. cit.) contourne le problème en évoquant le « postmodernisme », c’est-à-dire le rejet à la fois de la « modernisation technologique » et de « la victoire présumée de la liberté humaine sur les puissances du Mal et de l’ignorance. »

12La pensée braudelienne, somme toute essentiellement économique dans l’ouvrage qui sert de base à mes supputations, autorise-t-elle une telle analyse ? J’en prends le risque. D’une part, F. Braudel a toujours placé l’homme au cœur de son raisonnement ; d’autre part, dans la mesure où il définit un système économique et social, rien ne m’empêche de suggérer une projection plus idéologique. Le triomphe du libéralisme américain qu’il constate, à partir de l’économie-monde centrée sur New York, ne peut durer indéfiniment selon sa propre démonstration. Comme je le disais, il y a forcément un « après » et la manière dont une quantité de penseurs parlent de « post-quelque chose », nécessite la prospection, fût-elle utopique.

LES INCERTITUDES DE LA PROSPECTIVE

  • 11 F. Fukuyama, “La post-humanité est pour demain”, Paris, Le monde des débats n° 5, juillet-août 199 (...)

13Après avoir, dans un premier temps, consacré le succès total du libéralisme américain – un peu comme F. Braudel – F. Fukuyama11 évoque la « post-humanité » en ces termes : « Aujourd’hui, les possibilités infinies des sciences modernes suggèrent que d’ici deux ou trois générations, nous disposerons des connaissances et des technologies nécessaires pour réussir là où les ingénieurs du social ont échoué. A ce stade, nous aurons définitivement mis un terme à l’histoire humaine car nous aurons aboli l’être humain en tant que tel. Alors une nouvelle histoire post-humaine pourra commencer. » La thèse de l’économiste américain repose sur le développement des biotechnologies qui pourraient bien corriger les gènes eux-mêmes. Plus que la révolution des technologies de l’information, celles de la biologie prolongeraient non seulement la vie des hommes mais pourraient permettre de faire des hommes sur mesure. Le clonage humain serait alors chose courante...

  • 12 W. F. Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques et Phénoménologie de l’esprit.
  • 13 M. Beaud, Le Basculement du monde. De la terre, des hommes et du capitalisme, Paris, La découverte (...)

14On comprend le sens de cette hypothèse démiurge. Toute l’histoire du monde se résume à la volonté de donner à l’homme toute sa plénitude. La dialectique historique marxiste et la théorie des économies-mondes de F. Braudel qui, à leur manière, remettent en cause le déterminisme platonicien, vont dans ce sens. On peut également prendre en compte la « reconnaissance » hégélienne12 : « Le combat pour la reconnaissance [...] est le phénomène au sein duquel a surgi la vie en commun des hommes », ce qui signifierait que, dans l’hypothèse d’une « unité spirituelle absolue de l’essence des individus au sein même de leur effectivité autonome d’individus », cette « reconnaissance », en tant que moteur de l’histoire, n’existerait plus. D’où l’idée d’une « après-histoire ». Ce présupposé implique le bonheur total des hommes, leur achèvement. Or, selon la formule même de M. Beaud13, « plus de pauvreté dans un monde plus riche », on serait loin de cet aboutissement.

  • 14 A. Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, 1979.
  • 15 F. Nietzsche, « notamment » Ainsi parlait Zarathoustra.

15Il n’empêche, toute étude prospective demeure nécessairement sélective. F. Braudel ne montre-t-il pas que le capitalisme s’est déjà développé par le haut ? Si, comme le suggère A. Kojève14, l’histoire « est dans l’ensemble l’histoire des luttes et du travail », on doit admettre qu’aujourd’hui, au sein des pays les plus riches, les luttes sociales se résument à des escarmouches et le travail laisse de plus en plus de place aux loisirs. Le monde ne sera peut-être jamais parfait, surtout le monde capitaliste, mais l’idée d’un autre monde fait son chemin. Les « derniers hommes » que nous serions selon Nietzsche15, petits, assistés, égaux jusqu’à la caricature, prudents, individualistes, laisseraient la place à une nouvelle humanité. S’agira-t-il des « surhommes », ces témoins d’une classe moyenne introuvable que Nietzsche imagine guerriers dans l’âme et, paradoxalement, à l’opposé de ce que l’attribut « moyenne » laisserait entendre ? S’agira-t-il de surhumains, au sens plein du terme, de robots pensants, de clones conduits à la perfection ?

16En bon historien mâtiné d’économiste, F. Braudel ne porte aucun jugement moral sur la toute dernière économie-monde dominée par le libéralisme américain. Bien sûr, on ne le lui reprochera pas, car toute son œuvre est remplie d’humanisme. Toutefois, on comprendra pourquoi je tiens à dépasser cette conception matérialiste. Le maître, a posteriori, m’y invite... Et, à partir de mes investigations, je suis bien obligé de donner un cadre futur à cette « post-humanité » ou à cette « après-histoire », qui sont au moins des pistes pour mieux appréhender le monde futur.

17D’un côté, il y a les pessimistes, de l’autre, les optimistes. Parmi ces derniers, I. Wallerstein et M. Beaud (op. cit.), par exemple. Pour l’économiste américain, l’après libéralisme sera l’époque « du surgissement à l’horizon pour la première fois d’une modernité véritable, d’une modernité de libération. » Pour le second, « les problèmes actuels doivent constituer une nouvelle frontière [...]. Dans un tel mouvement, tout deviendra plus facile : choix, efforts, sacrifices, actions. Et la vie, tout simplement. » Ou bien c’est une rupture prometteuse d’avenir, ou bien c’est la réforme du meilleur des mondes possibles. Le seul défaut, et il est majeur, d’une telle perspective, c’est qu’on en reste au même système-monde ; bien que I. Wallerstein nous dise qu’il faille le « réinventer ».

  • 16 P. Sloterdjik, Règles pour le parc humain, Paris, Ed. des mille et une nuits, 1999.

18Malheureusement, les pessimistes ont des arguments qui nous inquiètent beaucoup. Plutôt que de revenir aux thèses de F. Fukuyama, déjà bien explicitées, je voudrais rappeler celles de P. Sloterdijk16, qui sont encore plus polémiques. Après avoir rappelé que « la domestication de l’être humain constitue le grand impensé face auquel l’humanisme a détourné les yeux depuis 1’Antiquité jusqu’à nos jours », il s’interroge gravement, un peu justement comme F. Fukuyama : « L’humanité pourra-t-elle accomplir, dans toute son espèce, un passage du fatalisme des naissances à la naissance optionnelle et à la sélection prénatale ? » On pense aux tentatives nazies et, naturellement, on évoque le possible clonage humain.

CONCLUSIONS

19F. Braudel, dans l’essai qui m’a inspiré et auquel il faut associer les deux autres volets de sa trilogie – En repensant à la vie matérielle et à la vie économique d’une part, Les jeux de l’échange d’autre part –, suggère la complexité de l’histoire, l’imbrication des systèmes économiques et, par là, le non-immobilisme de toute économie-monde. Autrement dit, mes digressions sont parfaitement justifiées. En tant que géopolitiste et au seuil du troisième millénaire, j’ai le devoir de poser cette question fondamentale : quelle économie-monde peut-elle succéder à celle que domine aujourd’hui le libéralisme américain ? D’ailleurs, F. Fukuyama, qui le considérait comme l’étape définitive du monde, à la manière d’une « après-histoire », s’est vu obligé d’aller plus loin. On sait comment.

  • 17 P. Muray, Après l’histoire II, Paris, Les belles lettres, 2000.

20Mais les « derniers hommes », que nous serions, ont la vie dure. Et ils appartiendraient encore à l’histoire... C’est à ce stade, que je continue de m’interroger. Ainsi, pour P. Muray17, ils appartiendraient déjà à « l’après-histoire », dans la mesure où « le temps présent est celui de l’autodestruction du monde par la fête et par le tourisme. » Or ce « festivisme » lié à notre Pax mundi (peut-être précaire) rappelle la fameuse Pax romana (guère moins totale) ; le naufrage d’un glorieux empire dans les « délices ». Si l’histoire se répétait, on pourrait alors s’attendre à une barbarie et il resterait à définir le mot. Sans doute, on ne devrait pas craindre quelque invasion dévastatrice, à moins d’imaginer les futures vagues d’immigrés des pays pauvres vers les pays riches sous un angle diabolique. En revanche, les manipulations génétiques laissent présager le pire...

21Je voudrais donner le mot de la fin à F. Braudel. Toute approche macro-économique conserve un goût amer, faute du détail qui peut expliquer tant de choses. Le géographe, lui, ajoute que l’espace est rugueux et cela revient au même. Dans ces conditions, mon étude prospective et surtout, toutes les supputations faites çà et là par tant d’esprits éclairés, parfois subversifs, seraient très aléatoires. Car, comme le souligne F. Braudel, dans sa première conférence consacrée au capitalisme (op. cit.), « il n’est pas facile de cerner l’immense royaume de l’habituel, du routinier. En réalité, l’habituel envahit l’ensemble de la vie des hommes, s’y diffuse comme l’ombre du soir remplit un paysage. Mais cette ombre, ce manque de mémoire et de lucidité, admettent à la fois des zones moins éclairées que d’autres. Entre ombre et lumière, entre routine et décision, la limite serait importante à marquer. »

Notes

1 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, Pans, Ed. Arthaud, 1985 et Flammarion/Champs, 1992.

2 I. Wallerstein, The Modern World-System (1974), traduit en français sous le titre, Le système du monde du XVe siècle à nos jours, Paris, Flammarion, tome 1 en 1980 et tome 2, en 1984. En outre, il convient d’ajouter que cet historien américain dirige le «  Centre Fernand Braudel » à l’Université de Binghampton.

3 J.-M. Hoerner, Géopolitique des territoires, De l’espace approprié à la suprématie des États-nations, Presses Universitaires de Perpignan, 1996.

4 A. Reynaud, Centre et périphérie, Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, 1992.

5 P. Baud et alii, Dictionnaire de géographie, Paris, Hatier, 1995.

6 B. Badie, La Fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 1995.

7 Y. Lacoste, Préambule/État-nation/Pétrole, Dictionnaire de géopolitique (sous la direction de Y. Lacoste), Paris, Flammarion, 1993.

8 P. Kindleberger et P.-H. Lindert, Économie internationale, Paris, Economica, 1978.

9 I. Wallerstein, L’Après libéralisme. Essai sur un système-monde à réinventer, Edition de l’Aube, 1999.

10 R. Fossaert, La Société, Paris, Le Seuil, 1977.

11 F. Fukuyama, “La post-humanité est pour demain”, Paris, Le monde des débats n° 5, juillet-août 1999.

12 W. F. Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques et Phénoménologie de l’esprit.

13 M. Beaud, Le Basculement du monde. De la terre, des hommes et du capitalisme, Paris, La découverte/Poche, 2000.

14 A. Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, 1979.

15 F. Nietzsche, « notamment » Ainsi parlait Zarathoustra.

16 P. Sloterdjik, Règles pour le parc humain, Paris, Ed. des mille et une nuits, 1999.

17 P. Muray, Après l’histoire II, Paris, Les belles lettres, 2000.

Auteur

Professeur de géopolitique

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540