Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

À notre maître, en hommage

Predrag Matvejevic

Texte intégral

1Dire que l’œuvre de Braudel possède de nombreuses dimensions, relève de la banalité. J’ai souvent émis plus d’une hypothèse en à ce le historien aurait encore écrit songeant que grand si sa vie, si riche, avait pu être plus longue qu’elle ne le fut. Je supposais souvent qu’il ne manquerait d’ajouter une étude sur les trois croyances monothéistes nées sur les pourtours de la mer Intérieure, et les relations qui s’étaient établies entre elles.

2Les notes qui suivent relèvent de cette hypothèse.

3Au moment où parut, en Italie, la traduction des Mémoires de la Méditerranée, une fondation vénitienne (nommée « Fondamenta ») me demanda de présenter cet ouvrage dans le journal La Stamp a de Turin. J’ajoute ce compte-rendu qui confirme à la fois la surprise et l’admiration qui suscita en moi la découverte de cet ouvrage posthume.

I. UNE MER – TROIS CROYANCES

4Pour éclairer certaines ressemblances ou différences concernant les relations des peuples avec la mer, il est utile de rappeler, à côté des faits d’ordre historique ou géopolitique, le rôle que pourrait jouer la variété des croyances ou des mythologies.

5Les riverains de la Méditerranée offraient de nombreux sacrifices à la mer qui baignait leurs côtes. Dans leurs panthéons, les divinités maritimes avaient une place de premier ordre. Ils éprouvaient tout à la fois une crainte et une admiration inexprimables devant un spectacle qu’aucun autre n’égale.

6Les grandes entreprises maritimes ne furent pas nombreuses dans l’histoire de l’Égypte ancienne. La crainte des « peuples de la mer » y semblait être constante. La grande inscription de Merenptah en fournit l’une des preuves. Le papyrus appelé Harris énumère certains noms de ces prédateurs : Serden (peut-être les Sardes), Weses, Tekker, Denen, Pelestel (Philistin ?)... Les jugements portés sur eux sont empreints d’un esprit de vengeance et de haine. Nous lisons sur une plaque du temple de Medinet Habon, près de Thèbes (vers 1190 av. J. C.), un témoignage provenant de l’époque de Ramsès III, année huit de son règne : « Ceux qui atteignirent ma frontière, leur semence n’est plus ; leur cœur et leur âme ont disparus, pour toujours, à jamais. »

7Le peuple élu, encore en Egypte, partageait avec les sujets des pharaons l’horreur et la répugnance à l’égard « des peuples de la mer ». Elle est implicite dans l’Ancien Testament. Certains exégètes de la Bible hésitent à employer ce nom (« peuples de la mer »), d’autres s’en servent à bon escient : « Des peuples de la Mer se rassemblent au nord, / des vaisseaux du côté de Kittim./Ils oppriment Assur, il oppriment Ebèr ». (La Bible de Jérusalem, Nombres, 23, 23-24). Ces « vaisseaux de Kittim » (Chypre) sont souvent des synonymes de ces mêmes ennemis venant des îles et des côtes, proches ou lointaines. Une condamnation des Philistins, traités d’« incirconcis » (Is. 52, 1), rangés probablement parmi ces cruelles populations, figure également dans la Sainte écriture.

8Dans l’Exode, « la mer devient un chemin » et « les eaux du grand abîme » (Is. 51, 10) se fendent et s’ouvrent pour que la nation, menée par Moïse, puisse passer de l’autre côté, sur la rive opposée. Ceux qui le suivent ne naviguent pas, il marche sur la terre ferme. Jonas utilise un animal marin, présenté souvent sous la forme d’une baleine, pour se déplacer sur la mer : son nom signifie en hébreu « pigeon », oiseau qui fuit les grandes eaux, et non pas « goéland », compagnon de route des navigateurs. La mer biblique est peuplée de monstres, tels que Léviathan ou Rahab. Daniel aperçoit « quatre bêtes énormes montant de la mer, toutes différentes entre elles » (7, 2-3). Saint Jean parle, dans l’Apocalypse, d’une « bête horrible avec sept têtes et dix cornes » (13, 1) sortant des vagues qui devaient prendre feu. Il prévoit la disparition de la mer au moment du Jugement dernier. Le bruit de la houle ressemble à la révolte des nations impies. Jésus-Christ marche sur la surface des eaux en prononçant les paroles qui les exorcisent : « Tais-toi. Calme-toi » (Mat. 4). Dieu seul est plus fort que la mer.

9La Bible et le Talmud donnent plusieurs noms à la Méditerranée : Grande mer (iam hagadol, Jos. I, 4), Mer qui est en arrière (iam haaharon, Deut. XI, 24), Mer philistine (iam p’listim, Ex., XXIII, 31). La langue grecque possédait différentes dénominations marquant la multitude des aspects maritimes : matière ou contenu (halos), présence, route ou étendue (pontos, pelagos), nature ou événement (thalassa). Ces noms pouvaient s’accoler l’un à l’autre, mêlant ou multipliant ainsi leurs significations : matière-étendue, nature-contenu, présence-périple-événement, etc. Cela démontre, entre autres, l’immense richesse des relations païennes avec la mer elle-même.

10Dans la plupart des anciennes civilisations, l’on désignait souvent par le même terme toutes les grandes étendues d’eau : mers, lacs, fleuves. Ce sera le cas également des peuples qui devaient ressurgir sur la scène de l’histoire, s’arrêtant devant les horizons sans fin qu’offre le spectacle de la mer : Illyriens, Romains, Germaniques, Celtes, Arabes, Slaves, Turcs, avec tant d’autres.

11Le christianisme a gardé une part de l’héritage hébraïque : une certaine crainte de la mer et, plus particulièrement, des menaces venant des îles et les côtes inconnues. Cette attitude n’a pourtant pas découragé Saint Paul qui, nonobstant deux naufrages, navigua de la Terre Sainte à la Ville éternelle. Saint Jérôme chercha l’étymologie du nom de Marie et crut que cela devaient être des racines de Mir – iam, c’est à dire : Stella Maris. Saint Augustin confessa non sans joie que « pour nous, enfants nés et nourris sur les rives méditerranéennes (apud mediterraneos), même un peu d’eau au fond du calice rappelle la mer » (Epist. VII, 14). Notre Mer devenait ainsi plus proche de la foi chrétienne.

12Ibn Khaldun a parlé d’une certaine crainte qu’éprouvaient les Arabes, et surtout les Berbères, devant l’infinité de la Mer Blanche : al-bahr-al-abyad. Les Arabes appelaient ainsi toute la Méditerranée, lui attribuant également d’autres appartenances : mer des Rumis, c’est-à dire Byzantine, Mer Syrienne. Ils nommaient l’océan Mer des Ténèbres (al-bahr-al Zulumat), redoutant de s’y aventurer.

13Le Coran reconnaît deux mers, séparées l’une de l’autre par une barrière, ne pouvant jamais s’unir tout à fait (LV, 19). Mais cette sourate ne contient rien de préjudiciable à la mer elle même. « Les perles et le corail proviennent de ces deux mers » (LV, 22). Dans les métaphores du Livre figurent également « les sept mers » différentes. Le prophète a salué les embarcations qui y naviguaient. Il a conseillé de manger tout ce qui vient de la mer et de se parer de tout ce qui s’y trouve. D’après certains hadits (qui ne comptent probablement pas parmi les plus canoniques), il a encouragé la conquête des mers et rappelé qu’une victoire maritime vaut dix victoires sur terre. Le désert qui, selon les saintes écritures des croyances diverses, ressemble à la mer, absorbe les forces des nations qui le côtoient et s’y efforcent. À ceux qui luttaient contre les dunes il ne reste pas toujours suffisamment de forces pour affronter les houles. Les mêmes vents déchirent les tentes des bédouins sur le sable et les voiles des navires sur la surface maritime.

14La mer change de genre d’un littoral à l’autre : neutre en latin ou dans les langues slaves, elle est masculine en italien, féminine en français, tour à tour masculine ou féminine en espagnol ; elle possède deux noms masculins en arabe, l’un très ancien et l’autre plus récent ; le grec, dans ses multiples désignations apposées, composées ou superposées, lui accorde tous les genres. C’est la mer elle-même.

15Ainsi est-il difficile d’imaginer les frontières maritimes. Elles ne sont pas inscrites au cours des traversées. Elles sont tracées d’ordinaire lors des escales, au bout du continent.

16Ces quelques remarques pourraient probablement aider à comprendre certaines relations entre les peuples qui habitent les pourtours de cette mer que beaucoup d’entre nous considèrent comme la nôtre : mare nostrum, divisée entre nous, ou par nous-mêmes.

II. LES MÉMOIRES DE LA MÉDITERRANÉE

17Nous avons été surpris lorsqu’en 1998 parut en français, et peu de temps après en italien (Bompiani, 1999), une œuvre posthume de Fernand Braudel, intitulée Les Mémoires de la Méditerranée. Elle fut écrite en 1969 pour l’éditeur suisse A. Skira, puis laissée de côté, inédite, oubliée. Notre surprise augmentait au fur et à mesure que nous abordions ce livre inattendu, volumineux, accompagné d’illustrations : l’historien de la Méditerranée s’engageait dans la préhistoire de la mer Intérieure ; l’auteur de tant d’ouvrages célèbres, traduits en plusieurs langues (citons seulement parmi les traductions italiennes Civiltà e imperi del Mediterraneo nell’età di Filippo II [La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II], L’Europa et gli Europei [L’Europe et les Européens], « Civiltà materiale, economia e capitalisme » [Civilisation matérielle, économie et capitalisme], etc.), connu par sa conception de « la longue durée » et son opposition à « l’histoire événementielle » chercha dans un passé protohistorique une « durée » plus longue encore, quasi illimitée, parsemée d’« événements » difficiles à circonscrire, souvent indéchiffrables !

18Dans une brève préface, Braudel fournit lui-même une réponse concernant « ce voyage fantastique à travers la longue durée », la « tentation » et la « joie » qu’il présentait pour lui. Le parcours de cet historien génial et généreux est marqué, d’une part, par son extraordinaire érudition et, de l’autre, du don d’un narrateur suffisamment sage pour se rendre compte que « la sagesse n’’est pas divertissante ». Il nous livre de surcroît une confession : « Sur l’immense passé de la Méditerranée le plus beau des témoignages est celui de la mer elle-même. Il faut le dire, le redire. Il faut la voir, la revoir. »

19Dans un débat où l’exposé n’est jamais péremptoire et où l’interrogation compte plus que l’affirmation, intervient par moments le moraliste (dans un sens particulier que ce mot prend en français) : « Comme toujours, gouverner c’est susciter des mécontentements ». Il nous fait plonger dans l’« humain métissé, mélangé » depuis les temps immémoriaux, fait revivre, une fois de plus, « le mystère étrusque non encore résolu » ou « l’insoluble problème des peuples de la mer » qui faisaient peur à la Bible ou les populations des îles – Sicile, Sardaigne, Crète – de celles qui l’ont toujours obsédé (Durrell appelle cette obsession : « insulomania »). D’aucuns lui reprocheront d’insister trop sur les Phéniciens ou les Étrusques, les Grecs ou les Romains, et de négliger en même temps les Ibériens, les Celtes ou les Ligures. Il voit certainement mieux, avec la science de son époque, « un peuple qui arrive » qu’« un peuple en train de naître ». Il s’intéresse tout à la fois « aux montagnards qui descendent des hautes terres » sur les côtes et « aux marins qui abandonnent, pour n’y plus revenir » les rivages maritimes. Il reproche à Rome « de s’être dispersée au-delà des confins de la Méditerranée » – ceci lui a peut-être coûté plus que tout autre chose, la rendant vulnérable.

20Dans l’archéologie d’un passé sans écriture et privé de mémoire, l’usage du carbone 14 a permis de corriger plus d’une datation ou chronologie ; les nouvelles recherches ont complété maintes découvertes ou affirmations. Sans rien changer dans le texte original, l’édition de cet ouvrage posthume de Braudel a été accompagnée par une préface et les notes de Jean Guilaine et de Pierre Rouillard. Leur collaboration, discrète et pertinente, offre à ce livre un apport très appréciable.

21Il se lit avec une passion mêlée de gratitude. Dans une hyperproduction banale d’ouvrages consacrés à la Méditerranée, Fernand Braudel ne cesse de nous instruire. Et de nous surprendre.

Auteur

Université La Sapienza de Rome

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540