Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

Les mémoires de la méditerranée

Préface

Jean Guilaine et Pierre Rouillard

Note de l’auteur

Texte de la préface aux Mémoires de la Méditerranée (Paris, 1998) publié avec l'aimable autorisation des Éditions de Fallois.

Texte intégral

1Voici un champ – la Préhistoire et le monde antique – sur lequel nous n’attendions pas Fernand Braudel, même si c’est la Méditerranée, son terrain de prédilection, qui sert de décor à l’expérience. Mais quand on se fait le chantre des permanences et des déterminismes géographiques, comment échapper à la tentation des origines, à l’émergence d’une trame historique dont on a traqué, des décennies durant, tout à la fois les structures de fond et l’infime détail ?

2« Ne dites pas que la Préhistoire n’est pas l’Histoire », avait prévenu Braudel dans L’Identité de la France. L’archéologue du Néolithique ou de la Protohistoire souscrira sans réserve à cette affirmation. Il pourrait ajouter : « Ne dites pas que l’écriture fait l’Histoire. » Il faut avoir fouillé, analysé, questionné les premières civilisations agraires, métallurgiques puis urbaines du Néolithique, du Chalcolithique et de l’âge du Bronze, la plupart sans écriture, pour savoir qu’on peut en brosser l’histoire, y détecter la fabrication de l’identité, le jeu social, la compétition des élites, les mutations économiques, l’existence au quotidien. Où se trouve la différence entre les familles royales enterrées à Ur, en Chaldée, et celles inhumées à Alaça Höyük, en Anatolie, vers 2500 avant notre ère ? Les premières seraient « historiques », les secondes « préhistoriques » ? Vaine démarcation. D’où cette inlassable quête à vouloir remonter, autant que faire se peut, à l’ère des genèses et des primes éclosions. En ce sens, l’historien ne saurait faire l’économie des plus anciennes civilisations sédentaires. Car c’est en ces temps-là que tout se joue, que se mettent en place les sociétés hiérarchisées, le poids de quelques villes précoces, les espaces géoculturels, les traditions religieuses, en bref la progressive transition des populations aux peuples.

3Certains pourront s’étonner devant ce nouveau défi de Braudel. Mais situons-le dans son oeuvre. En entraînant en 1969 son lecteur dans toute la Méditerranée et ce dans sa pleine épaisseur historique, de la Préhistoire à l’accomplissement de la conquête romaine, il ne satisfait pas là le seul goût du voyage – pourtant bien présent –, mais il nous fait partager sa certitude qu’« il n’y a d’histoire compréhensible vraiment qu’étendue largement à travers le temps entier des hommes ». Temps long et géographie, car cette dernière est immédiatement présente dans la mise en situation de chaque grande réalisation culturelle et politique, des premiers moments de vie en Mésopotamie, en Égypte, jusqu’à la civilisation étrusque, dans cette Toscane qui est sans doute la région préférée de Fernand Braudel. Rédigée au moment où s’élaborait Civilisation matérielle, économie et capitalisme, deux ans après l’édition (en 1967) de Civilisation matérielle et capitalisme, cette Méditerranée préhistorique et antique témoigne avec force d’un changement d’échelle. Fernand Braudel sort de l’étude économique pour envisager les basculements successifs et les articulations des civilisations qui ont bordé et fait la Méditerranée : son exploration ne se compte dès lors plus en siècles mais en millénaires, un accomplissement ultime de la longue durée que l’on retrouve dans L’Identité de la France.

4Cet essai nous semble, dès lors, pour notre part, salutaire. On peut même y voir une excellente contre-épreuve dans la mesure où l’historien des grands espaces et des longues durées apporte sa vision et son métier au protohistorien souvent englué dans ses particularismes et ses interrogations spécifiques. L’ouvrage pourra donc livrer des clés, ouvrir des pistes, susciter des réponses. Certains en seront effarouchés : ne risque-t-on pas de projeter le XVIe siècle, affairiste et mercantile, sur un monde antique bien différent ? Si Braudel s’y hasarde souvent – en rapprochant le cosmopolitisme des ports orientaux au IIe millénaire (avant !) ou l’ouverture commerciale d’une cité grecque archaïque de l’effervescence des villes de la Renaissance, en comparant les querelles d’Athènes, de Sparte ou de Thèbes avec la compétition entre les cités italiennes « modernes », en considérant à l’époque des colonisations le bassin occidental comme un Far West rêvé des migrants égéens, en évoquant Carthage « l’américaine » –, il n’est pas dupe de son jeu. Il connaît trop bien les îles, les plaines, les montagnes, les hommes et le temps pour n’avancer que des hypothèses plausibles et présenter comme de simples interrogations les spéculations moins assurées. Dès lors, on lui saura gré de tracer des parallèles, de souligner des analogies, de poser des questions pertinentes que le spécialiste fuit, car il n’a pas les moyens d’y répondre, et préfère taire. Les analyses des grands blocs, celles des ruptures profondes ou encore celles des grands basculements vers l’est jusqu’aux conquêtes d’Alexandre et même jusqu’à celles de Rome (même si celle-ci se tourne d’abord vers l’Occident), constituent autant de repères. Parmi les articulations clés de l’histoire, il en est une que Braudel a su présenter en une notion particulièrement forte, « l’économie-monde » ; il sut nous convaincre de sa validité pour le XVIe siècle mais n’y a pas eu recours pour certains moments de l’Antiquité. Gageons que Braudel aurait été – sans doute agréablement – surpris du « bon usage » de ce concept tel qu’il est fait par un de nos collègues qui étudie l’âge du Fer dans la perspective de l’Europe entière.

***

5Cet ouvrage n’est pas récent. Il fut écrit en 1969 puis laissé sous le coude. Vers la fin des années soixante, l’impact du radiocarbone n’avait pas encore modifié en profondeur certaines chronologies ; les données sur le Proche-Orient néolithique et chalcolithique, éparses, n’autorisaient pas les généralisations d’aujourd’hui ; le mégalithisme occidental demeurait, pour beaucoup, un processus diffusé dans le même créneau que la métallurgie ; les migrations, celle des Peuples de la Mer, celle des Étrusques ou encore celle des Cimbres et Teutons, prenaient une envergure démesurée ou tenaient une place qu’elles n’ont jamais eue.

6Universitaire de son temps, Fernand Braudel l’est aussi, quand il situe chez les hommes du lointain Orient le départ de toutes choses ou quand il présente le dernier millénaire traversé par trois peuples, le Phénicien, l’Étrusque, le Grec, à l’exclusion des autres, partenaires eux aussi de la Méditerranée : le Ligure, le Celte, l’Ibère. L’étudiant de la fin des années soixante se remémore alors les enseignements qu’il a reçus : rien sur les Phéniciens (sauf leur invention de l’écriture et la pratique du tophet dans la Carthage punique), quelques leçons sur les Étrusques (et le « mystère » qu’ils constituent, ce « mystère » qui taraude aussi Braudel), la Grèce avec deux volets privilégiés, la colonisation et l’Athènes classique. La vision de Fernand Braudel se situe entre (ou au-delà de...) ce quotidien universitaire et ce qui serait (à défaut d’être toujours) une formation prenant en compte toutes les facettes des civilisations méditerranéennes. Mais si l’on veut bien dépasser l’accumulation toujours renouvelée des matériaux archéologiques et se placer dans la perspective des problèmes de fond, on s’apercevra vite de la permanence des questions essentielles, celles-ci survivant régulièrement aux plus belles découvertes. Et ce sont ces questions-là, au-delà des précisions du temps ou de l’éclat des trouvailles les plus exaltantes, que l’auteur a voulu poser, en leur suggérant parfois les réponses qu’autorisait son expérience.

7Par ailleurs on rencontrera ici un Braudel fasciné par les conquêtes des paysans néolithiques, par l’Orient fécond dans le domaine des sciences et des arts, par les infatigables navigateurs et marchands phéniciens, par ces immenses acquis que constituent l’écriture, la philosophie ionienne ou le droit romain. L’historien des temps modernes est à l’affût de toutes les étapes qu’il présente comme autant de révolutions, celle, permanente, du commerce, celle de l’alphabet phénicien, liée au négoce et à sa pratique qu’il facilite ; une autre mutation qualifiée de révolutionnaire est le fonctionnement d’Athènes tel qu’il se met en place à la fin de l’archaïsme, une autre encore, l’émergence de la République romaine. Dans le même temps, il propose, en filigrane, une autre lecture de l’histoire, démythifiant un peu ces deux géants que sont la Grèce et Rome, perçus en habiles récupérateurs des longues gestations qui les ont précédés. Mieux, on le soupçonne d’avoir un faible pour ceux que le bulldozer romain a laminés : les Étrusques et les Puniques. En ce sens, une écriture nouvelle est parfois nécessaire pour rééquilibrer l’apport des vaincus, pour nuancer sinon contester certaines attributions glorieuses, sachant qu’on ne prête qu’aux riches et aux forts. N’a-t-on pas ainsi trop accordé à la Grèce, en particulier dans la sphère des arts ou des techniques pour lesquels l’Orient avait déjà initié les percées décisives ?

8S’agissant des événements, on retrouvera, non sans délectation, un Braudel s’interrogeant sur leur portée, sur la réalité de leur influence dans l’évolution des grands ensembles géopolitiques, sur le sens à donner à certaines défaites – la vision des battus – surestimées par les historiens. On sera sensible à sa conception de blocs stables résistant aux épreuves malgré l’écume des tiraillements périodiques : philosophie braudélienne de l’histoire pour laquelle le poids des masses s’accorde avec la trajectoire du temps, avec en contrepoint la forte conviction, dès la Préhistoire, d’« un humain déjà métissé, mélangé ».

9Le Professeur n’est jamais loin, blotti derrière le savant fort de ses convictions, quand, tel un agrégatif qui s’oriente mal dans ses premiers travaux, il fustige Alexandre trop préoccupé du seul Orient (une faute impardonnable pour un homme bercé dans le bassin occidental) ou quand il réprimande Rome de s’être égarée au-delà des confins méditerranéens.

10Enfin, et ce n’est pas le moindre mérite de l’ouvrage, nous voici face à l’écrivain Braudel, ce conteur magique qui sait jouer du document, lui poser les questions qui font mouche, faire vivre le détail en lui donnant une dimension insoupçonnée, rapprocher des situations en apparence éclatées, recoudre des éléments disparates, et, plus encore, rebondir sur des anachronismes percutants.

11En ce sens ce livre est tonique. Il n’est pas le fruit d’un étranger au monde préhistorique et antique mais d’un vieil amoureux de la Méditerranée qui en dévoile pour nous les balbutiements enrichis d’un savoir encyclopédique. Des pages qui, à travers des peintures de mégalithes, de pyramides, de temples grecs ou de basiliques se découpant dans une lumière d’azur, nous renvoient l’image d’un passé éternellement présent.

Auteurs

Professeur au Collège de France

Directeur de recherche au CNRS

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540