Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

Pour une autre lecture de Braudel : montagnes et plaines dans les Andes

Ruggiero Romano

Texte intégral

1On sait que la première partie de La Méditerranée braudélienne est consacrée à la géographie, une géographie historique – saisie, donc, dans ses mutations temporelles, de longue et moyenne durée – et humaine, c’est-à-dire vécue par les hommes. Cette dimension large de l’étude du « milieu » on la retrouve à tous les niveaux, pour les îles comme pour les plaines, la montagne, les déserts...

  • 1 Ceci ne signifie pas que je veuille faire de Braudel « l’homme d’un seul livre », comme en ai été (...)
  • 2 “Per un’altra lettura di Braudel : le isole de La Méditerranée”, in R. Romano, Europa e altri sagg (...)

2Je prétends que cette partie de La Méditerranée est la plus importante du livre non seulement parce qu’elle est d’une force historique extraordinaire mais surtout parce qu’elle est au cœur de ce que je considère comme les deux contributions majeures de Fernand Braudel à l’évolution des études historiques et non moins des sciences de l’homme dans leur ensemble : la tripartition du temps historique et la longue durée1. Pages importantes destinées certainement à une très longue vie (une longue durée, a-t-on envie de dire...). Et il me semble que pour assurer cette longue vie, il n’y ait rien de mieux que de vérifier leur tenue en les appliquant à des contextes différents du contexte méditerranéen dans lequel et pour lequel elles avaient été formulées. Je me suis déjà essayé à cet exercice en me demandant ce que devenaient les réflexions braudéliennes sur les îles de Méditerranée si on les appliquait aux îles des Caraïbes2. Non pas, naturellement, pour démontrer une parfaite coïncidence, mais au contraire pour vérifier jusqu’à quel point les idées de Braudel gardaient ou pas leur valence, transférées dans un espace si différent à première vue.

3Je voudrais, ici, faire la même expérience en « vérifiant » les pages de Braudel à propos de la dialectique plaine / montagne dans le contexte andin (surtout dans les espaces qui correspondent au Pérou actuel).

4Je commencerai donc par rappeler brièvement les idées de Braudel à propos des montagnes de cette Méditerranée qui, pour lui, va du Portugal aux Balkans, du Sahara et de la Mer Rouge jusqu’à l’Europe Centrale. De sorte que les montagnes y couvrent un espace très vaste, comme le montre l’index général du livre qui nous conduit des Alpes aux Carpathes, aux Atlas, aux Apennins, aux Sierras d’Espadan et de Bernia en Espagne (Royaume de Valencia)...

5Ce sont ces montagnes-là et d’autres encore qui ont permis à Braudel d’articuler un discours complexe, qui va des genres de vie montagnarde au banditisme, à la transhumance, à la religion, et même jusqu’aux problèmes majeurs de la civilisation. Naturellement, il ne s’agit pas ici de la montagne au sens strict du mot. Il faut y inclure (comme F. Braudel le précise dans son ouvrage) « les plateaux, revermonts et collines ». Mais, c’est sans doute le rapport dialectique entre ces montagnes et les plaines qui est au cœur du problème : les montagnards descendent travailler dans la plaine ; les animaux montent paître à la montagne (la transhumance, à laquelle Braudel a dédié des pages exemplaires). En Méditerranée, dans cette confrontation dialectique, c’est la plaine qui est destinée à gagner : ses villes l’emporteront – bien qu’avec en certain retard – sur les centres « perchés » (Braudel donne l’exemple des premières villes toscanes – les étrusques – toutes établies en altitude, mais dès l’époque romaine c’est Florence, Lucques, Pise – villes de la plaine – qui prévaudront).

  • 3 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Librairie (...)

6Ces réflexions, certainement justes, ne peuvent que conduire à la conclusion de Braudel, à savoir que « la montagne repousse la grande histoire, les charges aussi bien que les bénéfices et les produits les plus achevés de la civilisation » (p. 18)3. En somme « la montagne, ordinairement, est un monde fruste. Un monde à l’écart des civilisations, ces créations des villes et des pays bas » (p. 12). Un jugement trop net inspiré certainement par des considérations relatives à la montagne dans le contexte de l’Europe Occidentale car ces mots de Braudel sont assurément valables pour les Alpes, les Pyrénées, les Apennins, le Massif Central... où on n’assiste pas à une grande floraison de civilisation urbaine. Braudel, d’ailleurs, nuance par la suite ce jugement péremptoire lorsque sur la trace de Toynbee, il parle des « insuffisances », des « obstacles » du milieu qui poussent à un « combat » favorable à la naissance des civilisations : « on songe à l’aridité de l’Attique, aux marécages primitifs de la Mésopotamie ou, très loin dans l’espace, aux montagnes sèches du Pérou » (p. 210). C’est là, (si je ne me trompe) la seule allusion de Braudel dans La Méditerranée aux Andes en tant que « montagnes », même si très nombreux sont les renvois à Potosí (et autres centres miniers andins).

7Pour compléter les citations de Braudel relatives aux Andes, il faut se reporter à son essai sur Charles Quint de 1963 où quelques lignes très claires indiquent bien la place de la montagne (plus exactement des hauts-plateaux) dans l’histoire de l’Amérique précolombienne :

  • 4 Dans F. Braudel, Autour de la Méditerranée, Paris, Éditions de Fallois, 1996, p. 267-268. Je renvo (...)

Notez qu’elle [l’Amérique conquise par les Espagnols] est plus vaste que peuplée : il n’y a de populations denses que sur les plateaux du Mexique et dans les Andes des actuelles républiques de la Colombie, de l’Équateur, de la Bolivie et du Pérou [...] là où les richesses sont concentrées, des villes bâties qui semblent réalités ou rêves : Mexico sur sa lagune, Cuzco dans la haute montagne endormie4.

8Car, en somme, les Andes ont été le berceau de grandes civilisations, d’autant plus grandes si l’on considère qu’elles furent le fruit d’un processus autonome de développement, sans apport extérieur.

9Mises à la suite, ces trois citations de Braudel que je viens de donner font penser à trois jugements différents et même contradictoires, mais il ne s’agit que d’une impression :

  1. en 1949 – en parlant strictement de la montagne dans le contexte méditerranéen (même s’il lui donne une très large dimension) – Braudel porte un jugement négatif : la montagne « repousse la grande histoire » ;
  2. toujours en 1949, en parlant de la montagne par rapport à une conception générale de l’histoire, ce jugement devient beaucoup plus nuancé ;
  3. en 1963, Braudel se trouve confronté dans son écrit sur Charles Quint à un problème beaucoup plus vaste : la montagne dans la partie extra-européenne de l’« empire » de Charles Quint. Et ici Braudel porte sur la montagne et le haut plateau andins un jugement totalement positif.

10Contradictions ? Aucune. Braudel a parfaitement raison de dire que la montagne – dans le contexte méditerranéen – se trouve « à l’écart des civilisations, ces créations des villes et des pays bas ».

11La deuxième remarque de 1949 est juste elle aussi dans le cadre d’une certaine vision historique générale (dont j’avoue qu’elle m’intéresse assez peu, du moins dans les pages présentes) ; quant à la justesse du dernier jugement il n’y a pas beaucoup à dire, sauf que – pour ce qui est des pays andins – s’il est certainement valable pour la période précolombienne, il l’est de moins en moins à partir de la conquête espagnole de 1531 et jusqu’aujourd’hui.

12Avant de poursuivre, il est peut-être opportun – surtout pour le lecteur européen (et méditerranéen) – de préciser quelques traits de la géographie physique du Pérou. Les éléments de base sont les suivants :

  • 5 Il faut souligner ici que l’importance de ces oasis n’est pas tellement en termes de population ma (...)

13A) la Costa. Les définitions les plus courantes de cette zone sont « desierto », « arenales », « pedregales », « pampas esteriles », « antimar » (la mer renversée, c’est-à-dire avec le sable du fond affleurant à la surface). Sa longueur est de 1 800 km, sa largeur comprise entre 80 et 180 km. Les eaux des rivières et torrents qui descendent de la montagne à grande vitesse forment parfois, en atteignant le désert de la côte, des deltas humides qui donnent naissance à des oasis : pour la période préhispanique, on peut en compter sur la côte péruvienne au moins quatre qui ont donné lieu à des « cultures » : Chimú, Lima, Ica, Nazca5. Mais la dénomination Costa inclut aussi ce qu’on appelle la « ceja de la Costa » : le piémont, composé par les contreforts andins occidentaux, allant de 800 à 2 000 mètres.

14B) la Sierra : c’est ici, dans la montagne, que se situe l’habitat traditionnel de la population péruvienne. Mais ce mot Sierra couvre une gamme de réalités très différentes :

  • 6 Je sais bien qu’à ce jugement – qui pourtant est partagé par nombreux historiens – s’opposent les (...)

15– la zone quechua, entre 2 000 et 3 500 mètres. Cette zone constitue le cœur de l’habitat traditionnel du Pérou. C’est ici que résidait la plus grande partie de la population avec une densité urbaine très forte dont témoignent des villes comme Cuzco, Huamanga, Jauja, Ayacucho, Tarma, Huarás, Cajamarca. C’est cette zone, productrice de tubercules et céréales, qui formait la zone clé de l’agriculture préhispanique et encore de celle coloniale6...

16la puna, entre 3 500 et 4 800 mètres. C’est l’espace privilégié pour l’élevage de llamas, alpacas, vicuñas, guanacos (et ensuite aussi de brebis).

17– la Cordillera : c’est la zone des pics aux neiges éternelles et des glaciers.

18Sur le versant amazonien on trouve évidemment les mêmes dénivellations qui assument des noms différents par rapport à ceux du versant pacifique :

19C) la Yunga ou « ceja de montaña », constituée par les contreforts andins orientaux qui s’élèvent entre 500 et 2 000 mètres sur la plaine amazonienne. C’est la zone productrice de feuilles de coca, de fruits tropicaux.

20D) la Selva amazonienne ; elle ne joue aucun rôle déterminant dans l’histoire du Pérou avant la fin du XIXe siècle.

  • 7 Biografía de los Andes, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1965, p. 23.

21En somme, il est évident que les mots montagne, plaine prennent un sens assez particulier lorsque de la Méditerranée on passe dans les Andes. Regardons, par exemple, ce que nous dit Emilio Romero7 à propos de la Cordillera Real en Bolivie. Après avoir constaté que les sommets de l’Illampu, de l’Illimani, du Sorata atteignent respectivement 6 045, 6 405 et 6 617 mètres, il s’empresse d’indiquer que « en réalité ils n’ont pas plus de 2 500 mètres si on les regarde au niveau du sol » [italiques de R. R.]. C’est aux pieds de ces colosses – c’est-à-dire à 3 800 mètres – que s’étire l’immense haut plateau où vit la plus grande partie de la population bolivienne.

22Tout ceci – avec bien sûr des spécificités locales parfois assez marquées – constitue une norme fondamentale des Andes équatoriennes, péruviennes, boliviennes : l’essentiel de la vie a lieu sur les hauts plateaux et dans la partie haute des grands Valles qui en descendent, et ceci tant en période préhispanique que pendant toute la période coloniale espagnole. Ce qui n’exclut pas qu’il y ait eu des centres urbains sur la côte à l’époque préhispanique de même qu’à l’époque coloniale, mais il est certain que le centre de la vie socio-économique est toujours en altitude. En somme, en comparaison avec le rapport braudélien plaine/montagne, nous sommes ici devant une situation différente et malgré tout comparable.

23Différente, car le rôle de la plaine par rapport à la montagne européenne est ici joué par le haut plateau situé à 3 000 mètres et plus d’altitude c’est-à-dire à ce qui pour l’Europe est déjà véritable « montagne ».

24Comparable car, malgré tout, on retrouve le rapport d’osmose entre plaine et montagne mais renversé puisque la majorité de la population vit en altitude et descend vers la côte pacifique ou la plaine amazonienne seulement pour des raisons précises, sans donner lieu – sauf les exceptions des oasis dont on a parlé précédemment – à la formation de grandes civilisations urbaines.

  • 8 Voir à ce sujet les travaux de John Murra et surtout La organisación económica del Estado inca, Si (...)
  • 9 Tiré de R. Romano, “Les Andes. Montagne et histoire”, dans M. Körner & F. Walter (Éd.), Quand la M (...)

25Pour mieux comprendre ces situations andines, situons-nous au moment de la conquête, en 1531. Le monde andin est sous le contrôle inca. Il s’agit d’une formation étatique fondée exactement en fonction de la situation orographique. Le centre – Cuzco – est en altitude (3 410 mètres) ainsi que les villes les plus importantes de l’« empire ». L’organisation étatique s’appuie sur les critères de réciprocité et redistribution et sur l’utilisation la plus intelligente possible des différentes niches écologiques8. En somme, on exploite la montagne, le haut plateau, et les Valles du versant pacifique comme du versant amazonien selon le schéma suivant9 :

26Les différentes productions sont obtenues aux différentes altitudes grâce au travail de « colonies » fixes dépendant chacune de son « centre » (situé surtout en altitude). L’autorité centrale (celle de l’Inca, mais aussi celle des différents autorités locales, les curacas) se charge de redistribuer les différents produits aux habitants des différentes « colonies » : par exemple, la laine des hauts plateaux sera redistribuée aux producteurs de maïs ou de feuilles de coca et inversement.

27Les Espagnols rencontrent ce système étatique admirable (mais ne croyons pas trop aux naïvetés du socialisme inca...). Pour une courte période ils croient possible de garder Cuzco – la vieille capitale de l’« empire » inca – comme capitale du nouveau Vice-royaume. Mais vite il s’aperçoivent que cela ne marche pas et on décide de déplacer la capitale à Jauja (1533), toujours sur le haut plateau. Nouvelle déception et c’est seulement en janvier 1535 que Lima, sur la côte, deviendra la capitale du Vice-royaume.

28Ces hésitations me paraissent très importantes à plusieurs titres. En premier lieu, on voit qu’il n’y a pas un seul déterminisme géographique. En effet, le système que les Espagnols veulent créer est un système « impérial », mais d’un « empire » où la périphérie (ici le Vice-royaume du Pérou) est liée à la Métropole par la mer. Il est donc indispensable d’être bien implantés sur la côte (le centre de Lima est à quelques dix km du port de Callao) pour recevoir et envoyer instructions, informations, biens matériels par voie de mer jusqu’à Panama et au-delà, par l’Atlantique, jusqu’en Espagne. Et il ne s’agit pas seulement des rapports avec la Métropole mais aussi avec l’autre grande province de l’« empire » : le Mexique. Lorsque Cortés – maître au Mexique depuis 1519 – apprend la conquête du Pérou, sa première préoccupation est de commencer la construction de bateaux sur la côte du Pacifique pour assurer les communications avec le Pérou : l’« empire » est un tout et les Espagnols en sont bien conscients.

29Une autre raison a certainement pesé pour l’abandon du haut plateau comme emplacement de la capitale. Le choix de ce site avait un sens très profond dans le contexte d’un système de réciprocité et redistribution. Mais ce système les Espagnols ne veulent pas le perpétuer ; au contraire, ils ont bien compris qu’il constituait le ciment de la persistance d’une mémoire inca et que donc il y avait là une raison supplémentaire pour le faire disparaître.

30Et d’autres éléments sont encore à considérer. Si pour Braudel il existe une continuité montagne, plaine et jusqu’à la mer, dans l’organisation préhispanique du monde andin, la mer a un rôle assez exigu : des poissons mais pas de bateaux, des coquillages mais pas de voiles. Le monde préhispanique andin (et en général américain) tourne en fait le dos à la mer. L’arrivée des Espagnols signifie automatiquement une valorisation de la mer, et par conséquent une rupture du modèle inca et un changement de la place de la montagne dans l’évaluation globale du pays. Si la montagne désormais reste importante, c’est surtout parce que c’est là que se trouvent les mines les plus riches et parce qu’elle reste encore le réservoir alimentaire et démographique le plus important. Si Cuzco est au cœur d’un riche haut plateau, d’où douze grands et fertiles Valles descendent jusqu’en bas, celle-ci offre peu à la vie de l’homme

  • 10 C. Troll, “Las culturas superiores andinas y el medio geográfico”, in Allpanchis, n° 15 (1980), p. (...)

31Quant aux versants amazoniens des Andes et à la plaine qui s’étend à leurs pieds, la situation y est encore plus nette : ici, sur 3 500 km, de l’Équateur à la Bolivie, les grandes civilisations de la montagne andine se trouvent devant une « frontera » qui les sépare des « pueblos ‘salvajes’ de la Selva10 ».

32Pourtant, si la prépondérance de la montagne en période préhispanique commence à s’effriter dès la période coloniale, c’est surtout à partir de la moitié du XXe siècle que le rapport côte/montagne se renverse totalement. On voit alors certains des phénomènes que Braudel avait montrés comme des constantes de la montagne méditerranéenne s’affirmer dans le contexte péruvien.

  • 11 Dans la vaste bibliographie de T. Saignes sur ce sujet cf. en particulier Los Andes Orientales. Hi (...)
  • 12 La Bolivie aussi donne l’exemple de mouvements migratoires importants évidemment non pas vers une (...)

33Nous connaissons assez bien – grâce surtout aux travaux de Nicolas Sanchez Albornoz et du regretté Thierry Saignes11, les mouvements migratoires du Pérou aux XVIe et XVIIe siècles. Or, quelle qu’ait été leur importance, il est significatif qu’ils ne s’effectuèrent pas dans le sens de la descente de la montagne à la côte : les Indiens qui à l’époque coloniale s’éloignent de leur village le font surtout pour échapper aux services du travail obligatoire et à la fiscalité et leurs zones de refuge ce sont encore des zones de montagne. Si on trouve des Indiens des hauts plateaux sur la côte pendant la période coloniale, il s’agit surtout de mouvements forcés, provoqués par l’autorité coloniale ; au XIXe siècle, la descente vers les zones de production sucrière sur la côte est également le fruit de la pression ou de la tromperie dans l’établissement des contrats de travail (l’enganche forzoso). C’est seulement après la moitié du XXe siècle qu’on assiste à de grands mouvements spontanés de descente vers la côte, dictés par les mêmes raisons que celles qu’indique Braudel à propos de la montagne européenne : la recherche – souvent illusoire – de meilleures conditions de vie, les possibilités de travail, bref : tous les attraits des lumières des villes côtières. Vers la capitale – Lima – surtout mais aussi vers toute une série de villes petites, moyennes et grandes comme le montre le grand livre de José Maria Arguedas – excellent écrivain et non moins excellent anthropologue : Zorro de arriba, zorro de abajo. Aujourd’hui, ce que Braudel avait appelé la « diaspora » montagnarde et dont on ne trouve pas trace – du moins sous forme de mouvements volontaires, car les déportations forcées ne manquèrent pas dans la société andine préhispanique et à peine dans le monde colonial, constitue un des problèmes majeurs de pays comme le Pérou ou l’Équateur12.

  • 13 Les études spécifiques sur la distribution de la population péruvienne selon l’altitude manquent : (...)
  • 14 N. Sánchez Albornoz, La población de América Latina, Alianza Editorial, Madrid, 1994, p. 59. Il es (...)

34Essayons de donner quelques confirmations statistiques à ces affirmations. Au début de la colonisation, la distribution selon l’altitude13 de la population indigène (donc de la majorité démographique) du Pérou est la suivante14 :

35Ces chiffres confirment ce que nous savons déjà sur la catastrophe démographique du Pérou (et d’autres espaces américains). Mais on voit aussi que la population de la côte ne représente, en 1570, que 19,21 % du total et 12,44 % en 1620. Il est vrai que ces pourcentages changeraient un peu (surtout celui de 1620) si on faisait rentrer en ligne de compte les chiffres relatifs à la population blanche, métisse et noire installée surtout sur la côte.

  • 15 A. Varillas Montenegro & P. Mostajo de Muente, La situación poblacional peruana, Balance y perspec (...)

36Mais la concentration démographique se manifeste surtout en haut, dans la Sierra. La situation, sur la côte, évoluera très peu par la suite surtout grâce à l’apport de la population non aborigène comme le montrent les données15 relatives à l’année 1876 :

37Régions

38Costa : 22,18 %

39Sierra : 73,60 %

40Selva : 4,21 %

  • 16 Varillas Montenegro & P. Mostajo de Muente, op. cit., p. 105.

41C’est seulement au milieu du XXe siècle que se dessinera le mouvement qui conduira de façon irrépressible à la victoire de la Costa (à la quelle il faut ajouter désormais aussi la « plaine » de la Selva) comme le montrent bien, il me semble, les pourcentages suivants de la distribution de la population16 :

42Ces chiffres montrent nettement que la vieille primauté de la Sierra s’effrite désormais à grande vitesse (le processus encore aujourd’hui ne montre pas de signes de ralentissement).

  • 17 Ibid., p. 156.

43Et il ne s’agit pas seulement de simple quantité de population. Ce qui compte surtout c’est que les villes de la Costa ont plus de population et plus d’activité économique (commerciale et/ou industrielle). Or, le nouveau développement urbain est un phénomène surtout de la Costa (et de la Selva). Enfin, un signe sans équivoque de cette primauté de la Costa nous vient de la distribution géographique du PIB (Produit Intérieur Brut, en chiffres approximatifs)17 :

44Population, villes, richesse (du moins relative..., car au Pérou il est difficile de parler de richesse dans l’absolu) : tout semble indiquer que le rapport montagne/plaine que Braudel avait si clairement montré dans le contexte méditerranéen désormais joue aussi dans les Andes.

***

45Fernand Braudel avait fait appel – pour expliquer le problème des rapports migratoires dans la montagne méditerranéenne – à un vieux proverbe catalan : « baixar sempre, mounter no » descendre toujours, mais ne pas monter (p. 21). Ce proverbe dit bien ce qu’il veut dire et traduit bien, il me semble, sa pensée à ce sujet.

46Qu’en est-il aujourd’hui, un demi-siècle après l’énonciation de ce principe ? Dans une bonne partie des montagnes méditerranéennes, le tourisme, les sports d’hiver retiennent les hommes dans la montagne car les nouvelles activités locales permettent de pas « baixar ». Par ailleurs, les gens de la plaine commencent à « mounter » non seulement pour des courts séjours de pratique sportive ou de repos mais aussi pour des activités qu’on peut appeler urbaines (hôtellerie, restauration, garages, grands magasins ou boutiques de luxe...) : des villes de montagne comme Megève, Cortina d’Ampezzo, Gstadt, Davos n’ont rien à envier aux villes de la plaine. Naturellement, malgré ce changement, il reste que ce sont les villes de la plaine qui donnent encore le ton de la civilisation.

47Quid dans les Andes ? Pour l’essentiel, on descend et cette descente est peu ou prou compensée par la montée touristique qui se concentre sur quelques lieux particuliers (Cuzco surtout). En somme, sur la longue durée (disons sur un demi-millénaire), le rapport entre monter et descendre dans les deux espaces méditerranéen et andin s’est incontestablement modifié. Il y a eu rupture à l’avantage de la montagne dans le contexte méditerranéen et à l’avantage de la côte dans celui andin. Ce qui prouve que la « loi » du déterminisme géographique n’est pas aussi rigide que certains le prétendent. De toute façon, Braudel n’a jamais cru à un déterminisme géographique. Il a reconnu – et comment faire autrement ? – les contraintes du milieu : climat, orographie, absence ou présence de ressources hydriques – mais dire « contraintes » n’est pas dire déterminisme. D’ailleurs, Braudel, parlant de la montagne méditerranéenne, avait signalé avec insistance une des raisons de sa condition d’infériorité par rapport à la plaine : le manque de routes. Celles-ci, autrefois, en Europe – lorsqu’elles existaient – se limitaient à la traverser mais en général ne la pénétraient que peu et mal : bref, il manquait à la montagne l’intervention de l’action de l’homme exprimée par la route, la route « nourricière », pour me servir de la belle expression de Braudel (p. 240). Jusqu’a hier, le mécanisme, en somme, était le suivant : la montagne n’a pas de routes parce qu’elle a peu à offrir, mais elle a peu à offrir aussi parce qu’elle n’a pas de routes. Il fallait désenclaver la montagne et ceci s’est fait tard en Méditerranée.

  • 18 J. Hyslop, The Inka Road System, Orlando, 1984.
  • 19 J. F. Bergier, “L’acqua e il vuoto : i ponti”, in R. Romano (Ed.), L’uomo e la strada, Milano, Fab (...)
  • 20 J. Hyslop, op. cit.

48Mais dans les Andes le discours a été tout différent. De l’Ecuador au Chili, à l’époque inca le réseau routier a plus de 25 000 km. (et peut-être 40 000)18. Deux grands axes suivent l’un la côte et l’autre le chemin d’altitude, sur plus de 5 500 km chacun. Mais le plus extraordinaire, c’est que, outre ces deux axes principaux, toute une série de chemins « mineurs » les relient entre eux et tous ensemble ils étendent une sorte de filet sur tout l’« empire » inca. Des ponts d’une audace incroyable franchissent gorges et précipices19 ; des abris pour les voyageurs (les Tampu, hispanisé en tambo)20 sont disposés à distance régulière le long du chemin et offrent leurs services aux hommes, aux animaux et aux marchandises transportées. Or, si on pense à l’organisation socio-économique de l’« empire » inca que j’ai indiquée plus haut, fondée sur la réciprocité, il est clair que ces routes, ces ponts, ces stations de repos sont fondamentaux pour assurer l’échange entre la Côte généreuse en poissons et mollusques, les Valles chaudes riches en maïs et aji, le haut plateau, sa laine d’alpaca et ses tubercules et – sur le versant amazonien – les yungas avec les vallées productrices des précieuses feuilles de coca et la Selva avec ses resplendissantes plumes d’oiseau et ses bois. En somme, la variété des niches écologiques favorisait l’implantation humaine mais les routes assuraient la parfaite redistribution des biens.

  • 21 Il faudrait ajouter que F arrivée des Espagnols signifia aussi la réduction du cheptel de llamas, (...)

49L’arrivée des Espagnols rompit ce schéma. Le réseau routier inca fut en bonne partie abandonné, sauf sur la partie côtière et celle qui pouvait desservir les zones minières21. Un nouveau système s’instaura : le résultat – bon ou mauvais, on n’a pas à en juger ici – fut d’amoindrir la vieille primauté de la montagne.

50Malgré cela, la montagne reste dans le cœur des Péruviens, même de ceux de la Costa : la montagne où rochers et pics signalent encore aujourd’hui les lieux de culte des dieux du passé ou des aïeux, reste vivante. La conscience nationale est encore aujourd’hui orientée vers la Sierra, berceau de la grande tradition culturelle andine.

51Je n’ai pas la prétention d’avoir repéré et confronté dans le cadre des Andes toute la gamme (transhumance, modes de vie, religiosité, habitat...) des thèmes braudéliens sur la montagne méditerranéenne, mais je me permets d’espérer que les quelques notes présentées ici pourront au moins suggérer des pistes qu’il serait utile de suivre.

Notes

1 Ceci ne signifie pas que je veuille faire de Braudel « l’homme d’un seul livre », comme en ai été – injustement, je crois – accusé.

2 “Per un’altra lettura di Braudel : le isole de La Méditerranée”, in R. Romano, Europa e altri saggi di storia, Donzelli, Roma, 1996, pp. 99-109.

3 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Librairie Armand Colin, 1949. Par la suite j’indiquerai dans le texte la page de la citation à laquelle renvoie cette édition.

4 Dans F. Braudel, Autour de la Méditerranée, Paris, Éditions de Fallois, 1996, p. 267-268. Je renvoie à cet essai d’autant plus librement qu’il me semble dans la droite ligne de La Méditerranée.

5 Il faut souligner ici que l’importance de ces oasis n’est pas tellement en termes de population mais plutôt dans le fait que « c’est à l’aide des oasis échelonnées au pied des Andes que les Incas du Pérou propagèrent leur civilisation vers le sud, jusqu’au Chili », P. Vidal de la Blache, Principes de géographie humaine, Paris, Utz, 1995, p. 78.

6 Je sais bien qu’à ce jugement – qui pourtant est partagé par nombreux historiens – s’opposent les données de D. N. Cook, Demographic Collapse. Indian Peru 1520-1560, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 1981, qui à la suite d’élaborations statistiques d’une documentation assez partielle donne pour l’année 1520 la distribution géographique de la population suivante : Costa, 58,86 % : Sierra, 41,14 %.

7 Biografía de los Andes, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1965, p. 23.

8 Voir à ce sujet les travaux de John Murra et surtout La organisación económica del Estado inca, Siglo Veintiuno, México, 1978 et Formaciones económicas y políticas del mundo andino, Lima, I.E.P., 1975.

9 Tiré de R. Romano, “Les Andes. Montagne et histoire”, dans M. Körner & F. Walter (Éd.), Quand la Montagne aussi a une histoire. Mélanges offerts à Jean-François Bergier, Berne, Éditions Paul Haupt, 1996, p. 177-184.

10 C. Troll, “Las culturas superiores andinas y el medio geográfico”, in Allpanchis, n° 15 (1980), p. 6.

11 Dans la vaste bibliographie de T. Saignes sur ce sujet cf. en particulier Los Andes Orientales. Historia de un olvido, IFEA/CERES, Cochabamba, 1985 ; N. Sánchez Alnornoz (Ed.), Población y mano de obra en América Latina, Alianza América, Madrid, 1985 et Indios y tributos en en el Alto Peru, I.E.P., Lima,1978 ; “Migraciones internas en el Alto Peru. El saldo acumulado en 1645”, in Historia Boliviana, II (1982), n° 1. Sur les problèmes d’ensemble des migrations internes cf. D. J. Robison (Ed.), Migration in Colonial Spanish America, Cambridge (Mass.), Studies in Historical Geography, 1990.

12 La Bolivie aussi donne l’exemple de mouvements migratoires importants évidemment non pas vers une « côte » bolivienne qui n’existe plus depuis la guerre du Pacifique mais vers la côte chilienne, la partie amazonienne du pays et vers les plaines argentines.

13 Les études spécifiques sur la distribution de la population péruvienne selon l’altitude manquent : je peux en indiquer une seulement : D. R. Dyer, “Population and Elevation in Peru” et malheureusement je ne peux citer lieu et date de publication de cette brochure car l’exemplaire sur lequel j’ai travaillé (Bibliothèque de l’IHEAL - côte Br 41 - 10, in-4°) a perdu sa couverture.

14 N. Sánchez Albornoz, La población de América Latina, Alianza Editorial, Madrid, 1994, p. 59. Il est évident que pour cette époque on ne dispose pas de données pour la population de la Selva.

15 A. Varillas Montenegro & P. Mostajo de Muente, La situación poblacional peruana, Balance y perspectiva, Lima, Instituto Andino de Estudios en Población y Desarrrollo, 1990, p. 27. J’attire l’attention du lecteur sur le fait que la population dont on parle ici (comme aussi dans les données successives pour les années 1940 1981 et 1961 - 1979) se réfère à l’ensemble de la population et pas seulement à la population, indigène comme dans le cas des données pour les années 1570-1620.

16 Varillas Montenegro & P. Mostajo de Muente, op. cit., p. 105.

17 Ibid., p. 156.

18 J. Hyslop, The Inka Road System, Orlando, 1984.

19 J. F. Bergier, “L’acqua e il vuoto : i ponti”, in R. Romano (Ed.), L’uomo e la strada, Milano, Fabbri Editori, 1987, p. 72-107.

20 J. Hyslop, op. cit.

21 Il faudrait ajouter que F arrivée des Espagnols signifia aussi la réduction du cheptel de llamas, soit par les énormes prélèvements faits au service des conquistadores soit par les épidémies (par exemple, celle de gale en 1544-1545 qui aurait provoqué la mort des deux tiers du cheptel : cf. J. Flores Ochoa “Pastores de alpagas en los Andes”, dans J. Flores Ochoa (Éd.), Pastores de Puna, Lima, I.E.P., 1977, p. 25). Tout ceci réduisit considérablement les capacités générales de transport même s’il faudrait considérer que les mulets remplacèrent les llamas. Mais de toute façon le mulet arrivait des plaines de l’actuelle Argentine et donc, l’activité d’élevage de la puna péruvienne dut se contracter.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540