Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

F. Braudel et les États-Unis d’Europe

Didier Éribon

Note de l’éditeur

Nous reproduisons ici avec l'aimable autorisation de D. Éribon le texte intégral de l'interview sur le thème de « l'identité de l'Europe » parue dans Le Monde du 13/12/1983 sous le titre de «  Il faut réinventer les États-Unis d'Europe ». Cet entretien, qui n'a rien perdu de son actualité, témoigne de la clairvoyance et de la perspicacité de F. Braudel qu'il s'agisse de se pencher sur le passé le plus lointain ou, comme ici, sur l'avenir d'une institution, la Communauté européenne.

Texte intégral

1D. E. : On parle beaucoup en ce moment des dissensions au sein de la Communauté européenne. Il semble bien que l’Europe ait du mal à devenir une réalité. Pourquoi, selon vous, ne s’est-elle pas faite plus tôt ?

2Pour les gens de ma génération, il y a eu évidemment l’héritage légué par la Seconde Guerre Mondiale. Elle a laissé des souvenirs cruels et si brûlants qu’il a fallu du temps pour les laisser passer dans la mémoire morte des peuples. Songez à quel point il était difficile pour des Français, à commencer par moi, de se tourner à nouveau du côté de l’Allemagne. Le plus grand mérite du Général de Gaulle est d’avoir rouvert la porte entre les deux peuples. Mais le rapprochement n’a pu se faire du jour au lendemain.

3Il faut bien dire aussi que les responsables des différents États n’ont pas voulu avec assez de force la construction de l’Europe. Ils ont consenti à une union économique. Mais ils n’ont guère poussé leur volonté plus loin. L’union économique a été et est très précieuse. Elle nous a apporté une certaine prospérité, une montée du bien-être. Mais elle ne nous a pas apporté l’Europe.

4D. Ε. : Mais est-ce qu’à vos yeux il y a une unité profonde de l’Europe ?

5Oui. Mais c’est avant tout une unité culturelle, c’est-à-dire une certaine façon de vivre et de penser, où que nous vivions en Europe, et qui nous est toujours compréhensible. Je puis me déplacer dans n’importe quelle partie de l’Italie, je ne m’y sens pas étranger. En Allemagne, c’est pareil. Même en Pologne. En Russie également. Je n’y suis pas désorienté comme en Inde ou en Chine ou dans l’Amérique précolombienne. Quand je suis à Moscou, au musée du Kremlin, je comprends sans peine l’imagerie des miracles tirés de la Bible. Ce langage profond sur la vie russe ne m’est pas étranger. Car la Russie fait partie de l’Europe. Elle est une Europe particulière. La France aussi est une Europe particulière.

6D. Ε. : L’inégalité des rythmes de développement économique à l’échelle historique n’a-t-elle pas sans cesse fissuré cette unité culturelle profonde ?

7Sans doute. Mais une chose est frappante : jamais les capitales économiques du monde européen n’ont été ses centres culturels. Venise, puis Amsterdam, Londres enfin, n’ont jamais réussi à exercer la primauté culturelle et intellectuelle. On peut dominer le monde matériellement et politiquement, le dominer culturellement, c’est une autre affaire. Il y a comme une réaction culturelle à la domination politique, une résistance. Ce fait important, comment l’expliquer ? Probablement, l’histoire culturelle a ses rythmes, ses régularités, elle est plus lente à se développer, à se mettre en place, à vivre que la politique ou l’économie.

8Au moment où Venise établit sur l’Europe sa suprématie matérielle à la fin du quatorzième siècle, Florence en devient le centre intellectuel. Les flammes de la Renaissance s’y allument et le toscan sera la langue littéraire de l’Italie.

9Plus tard, le centre culturel ne se trouvera ni à Amsterdam, ni à Londres, mais à Paris. Hier, au dix-neuvième siècle, alors que Londres domine économiquement le monde, Paris tient le sceptre de la culture. A ce moment-là, une Europe culturelle échange ses musiques, ses œuvres d’art, ses artistes, ses intellectuels. Mais le même siècle voit les nations entrer dans les antagonismes violents qui vont les dresser les unes contre les autres. L’enrichissement de l’Europe gonfle tout : ses populations, ses économies, ses pensées, ses joies et aussi ses haines. Mais l’unité culturelle sous-jacente est sauvegardée.

10D. Ε. : Vous parlez d’unité culturelle, mais dans deux sens différents : les « façons de vivre » et la production artistique et intellectuelle. Ce n’est pas tout à fait la même chose.

11Vous avez raison. Les peuples européens ont une histoire étagée. Il y a ce qui se passe au sommet, et ce qui se passe au rez-de-chaussée – culture et civilisation. En parler, ce serait avoir un éventuel débat qui risque de durer. Y êtes-vous décidé ? En tout cas, il me semble évident que les contacts se font beaucoup plus facilement par les élites que par les masses populaires. Mais de ces masses dépend le mot de la fin : les ouvriers qui se déplacent, les touristes, les étudiants, les peintres misérables de Montparnasse et d’ailleurs...

12D. Ε. : Mais vous pensez qu’aujourd’hui il y bien une Europe populaire ?

13Il y aurait une Europe populaire unie si on lui donnait la possibilité de s’exprimer, de se mettre en place, de vivre. Plus généralement, si l’on vent faire l’Europe populaire, l’Europe vraie, il faut en payer le prix. On ne doit pas se contenter d’une superstructure plus ou moins fragile, plus ou moins accomplie. Il faut une base populaire.

14Soit un exemple qui me tient à cœur : on a fait à Florence une université européenne. Il existe des instituts européens à Turin et à Bruges. Je crois qu’aucun n’a réussi pleinement, malgré leurs qualités et leur éclat. Parce qu’il ne s’agit pas simplement, à mon avis, de grouper des enseignements, de rassembler des professeurs ou des conférenciers, d’avoir une poignée de bons chercheurs. Il faudrait organiser une large circulation d’étudiants, de jeunes. S’il passait vingt mille étudiants par an à Florence, je serais satisfait. Mais ce n’est pas le cas. Pour cela, il eût fallu des structures d’accueil et que les titres décernés fussent valables aussi bien en Italie qu’en France, en Allemagne ou en Belgique... Toute une organisation fait défaut. Ce n’est pourtant pas faute de l’avoir réclamée.

15D. Ε. : Et cette circulation des « élites » dont vous parliez ?

16Celle-là existe. Surtout aujourd’hui. Mais cette circulation des intellectuels, des hommes d’affaires se fait à l’échelle du monde. Ces voyageurs privilégiés passent d’un coin de la planète à un autre sans problème. Ils vivent dans un univers à eux. Ce n’est pas un univers parfait, mais il tend à sa perfection. Le malheur est que la France et l’Europe n’y jouent pas le rôle primordial. Il faudrait que l’on tourne en rond à travers l’Europe.

17D. Ε. : Vous-même, avec Clément Heller, avez beaucoup travaillé dans cette perspective, à l’École de Hautes-Études et à la Maison des Sciences de l’Homme. Je pense par exemple à votre action en direction de la Pologne.

18Oui, l’École des Hautes-Études et la Maison des Sciences de l’Homme se sont épuisées et s’épuisent à faire un travail attentif en direction des pays étrangers. Si vous circulez dans les couloirs de la Maison des Sciences de l’Homme, vous entendrez parler toutes les langues européennes. Mais la Pologne, en effet, a été l’un de nos plus beaux succès, un des plus beaux succès de la culture française depuis 1945. La façon dont la Pologne s’est mêlée à la pensée française, tout en préservant sa fantastique originalité, est un des miracles de l’histoire récente de l’Europe sur le plan culturel. Nous avons réappris le français à toute une génération d’intellectuels polonais. L’admirable historien polonais, Bronislaw Geremek a été notre étudiant. En 1956, il commençait à parler notre langue. Il est aujourd’hui, qu’il parle ou qu’il écrive, un maître en français. Bien sûr, les avatars de la politique n’entravent pas les courants profonds de la culture. Une fois amorcés, ils sont toujours en place, comme une eau profonde.

19Il faudrait que la France travaille davantage dans toutes les directions de la rose des vents. Je trouve que notre pays n’est pas encore à la hauteur de ses privilèges, de sa mission, de sa vocation, de ses possibilités. La France n’ouvre pas assez largement ses portes. Or il n’y a pas de France culturelle brillante sans la présence d’autrui.

20Ainsi, j’ai enseigné plus de vingt ans au Collège de France. Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas d’étrangers qui y soient professeurs titulaires, à part entière. Supposez une telle opération accomplie, le prestige incomparable de cette institution aiderait à un rayonnement supplémentaire de la France. Supposez cinq ou six professeurs venant d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, de Pologne, d’Angleterre... Le Collège de France a essayé hier d’ouvrir ses portes à Einstein. Mais ce dernier, sentant venir la guerre, est parti pour l’Amérique. Ce qu’on se proposait de faire pour Einstein, on devrait le faire pour d’autres intellectuels.

21Je parle du Collège de France, mais on pourrait dire la même chose d’autres institutions. Et l’on ne construira une culture européenne que si l’on met en place, non pas une, non pas dix, mais cent opérations de ce genre.

22D. Ε. : La priorité doit donc être de travailler à construire et à consolider une Europe culturelle ?

23Oui. Une Europe de la mobilité des hommes, de l’intelligence. Une Europe rayonnante. Aucun pays européen, à lui seul, n’est capable aujourd’hui, par exemple, de satisfaire aux demandes du continent latino-américain. Un géant monstrueux. Comment voudriez-vous que la France seule puisse suffire à pareille tâche ?

24Mais l’Europe ne peut réellement être construite culturellement si elle n’est pas esquissée sur le plan politique, s’il n’y a pas un gouvernement européen, s’il n’y a pas un Parlement européen avec de larges pouvoirs, s’il n’y a pas une défense européenne commune.

25Il faut réinventer les États-Unis d’Europe. Autrement, l’on ne sauvera pas la culture européenne. Ni même l’avenir économique de l’Europe qui dépend d’un certain sens de notre destin unitaire. Pour le moment, chaque puissance défend ses intérêts face au reste du monde, sans se rendre compte que, face aux États-Unis, au Japon, même à l’URSS, seule une Europe solidaire peut faire le poids.

  • 1 Ce paragraphe et le suivant n'ont pas été publiés par le journal Le Monde ; nous les reproduisons d (...)

26D. E. : Qu’entendez-vous par « États-Unis d’Europe » ?1

27Je veux une unité démocratique de l’Europe. Pas une unité pour une petite élite politique ou sociale : l’unité pour la masse des Français, la masse des Allemands, des Italiens, etc. Méfiez-vous : demain il sera trop tard.

28D. Ε. : Pourquoi trop tard ?

29Je crois qu’il est déjà trop tard. Les responsables du côté français n’ont pas voulu renoncer à l’Europe des patries. Or l’on ne peut pas faire une Europe viable si les Français ne renoncent pas à une patrie française exclusive, si les Allemands ne renoncent pas à une patrie allemande exclusive... Pour le moins, que les uns et les autres acceptent qu’il y ait des brèches, des portes. On ne peut pas vouloir être strictement Français et fabriquer l’Europe. Et si l’on ne fabrique pas l’Europe, la France restera un petit hexagone. La vocation de la France, sa seule chance, c’est de faire l’Europe.

Notes

1 Ce paragraphe et le suivant n'ont pas été publiés par le journal Le Monde ; nous les reproduisons donc dans leur intégralité à partir de la transcription de l'interview communiquée par Mme P. Braudel.

Auteur

Philosophe et sociologue. Professeur à l’Université d’Amiens

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540