Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

Lucien Febvre1

Fernand Braudel

Texte intégral

  • 1 Écrit en 1966 à la demande de David Sills, ce texte publié en langue anglaise, en 1968, dans l’Enc (...)

1Lucien Febvre est né le 22 juillet 1878 à Nancy, capitale de la Lorraine où les hasards d’une carrière universitaire avaient conduit son père, Henri Febvre, normalien et agrégé de grammaire. Celui-ci d’ailleurs y termina sa carrière.

2Cependant par son père et par sa mère, Lucien Febvre était franc-comtois et nul ne fut plus que lui attaché à sa province natale : il y passera ses vacances, avec régularité, sa vie durant ; il y enseignera (lycée de Besançon, 1907-1911) ; il lui consacrera sa thèse (Philippe II et la Franche-Comté, 1911) ; il ne cessera de s’intéresser à sa vie, à ses paysages, à ses hommes ; il y meurt (27 septembre 1956) et y repose (à SaintAmour) en bordure de la Bresse et du Jura. Ce long dialogue, jamais interrompu, est l’une des directions essentielles de sa vie et de sa pensée. Si Michelet, à qui il se rattachait volontiers, à qui il ressemble par tant d’aspects de sa pensée, a été un enfant de Paris – Lucien Febvre a été, quant à lui, un « paysan » de Franche-Comté, bien enraciné dans son terroir, je prends l’expression au romancier Léon Werth, qui fut son ami.

3Ses études l’avaient conduit du lycée à la faculté des lettres de Nancy, au lycée Louis-le-Grand à Paris, puis à l’École normale (1899-1902), d’où il sort, agrégé d’histoire et géographie, dans la même promotion qu’Albert Thomas, futur ministre, et Jules Sion, qui sera l’un des meilleurs géographes de sa génération. Mais l’ami essentiel de Lucien Febvre, en ces années de formation, a été Henri Wallon, philosophe, psychologue et médecin, qui le rejoindra plus tard au Collège de France.

4Indéniablement, Lucien Febvre a atteint très vite sa pleine maturité intellectuelle, dès avant cette année 1911, où il soutient sa thèse en Sorbonne (il a trente-trois ans). Celle-ci, très brillante, est une large étude historique, économique et sociale – géographique aussi des destinées de sa province pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Philippe II et la Franche-Comté est un ouvrage digne d’être comparé aux volumes de l’Histoire de Belgique qu’écrit alors Henri Pirenne. Évidemment, la « route » comtoise ne se compare pas au carrefour dominant des Pays-Bas, mais l’étude de Lucien Febvre est plus poussée, plus érudite que les livres classiques de l’historien belge, et elle a moins vieilli que ceux-ci. Sans doute parce que l’ouvrage est dans le « vent » de l’histoire qui va s’imposer avec les années qui viennent.

5Cette maîtrise précoce de Lucien Febvre, analogue à celle de Michelet lui-même, pose évidemment des problèmes, mais difficiles à résoudre. Ses innombrables lettres écrites alors sont ou perdues ou impossibles à consulter. Mais le fait indiscutable reste son extrême intelligence, son étonnante facilité de travail et d’écriture. En outre, à l’École normale, il a pris contact, lui historien, avec l’enseignement exceptionnel de Paul Vidal de la Blache (1845-1918) qui, en France, a fondé la géographie en tant que « science autonome », et de Lucien Gallois (1857-1941), professeur exceptionnel. Lucien Febvre a donc connu, dès le début de sa vie scientifique, deux métiers : celui d’historien, celui de géographe. Ce dernier l’a passionné ; il l’a pratiqué avec maîtrise et enthousiasme : la préface géographique de sa thèse, ses nombreux comptes rendus, son livre maître, La Terre et l’évolution humaine, dont la parution a été retardée par la guerre (1924), en sont la preuve. Ce volume est un long plaidoyer, véhément et brillant, contre un déterminisme étroit « à la Ratzel » en faveur d’un possibilisme nuancé qui rend à l’évolution humaine et à l’histoire leurs droits propres et un certain jeu.

6Géographie d’abord ! Mais toutes les sciences de l’homme lui rendent bientôt visite, ou plus exactement il leur rend visite alors qu’il fréquente, à Paris (12, rue Sainte Anne) la jeune Revue de synthèse historique qu’a fondée en 1900 et que dirige avec son amabilité affectueuse Henri Berr. Le problème pour celui-ci est de réunir, dans une conversation ininterrompue, toutes les diverses histoires (des idées, des arts, des sciences, culturelle, sociale, économique, institutionnelle, politique...) et donc toutes les « sciences humaines » en gestation, et au premier rang la sociologie qu’il s’agit d’utiliser et de contenir. C’est lors de son séjour à Paris, à la Fondation Thiers (1903-1906) que Lucien Febvre noue ces rapports essentiels avec Henri Berr et son équipe ; lui-même devient bientôt un collaborateur essentiel de la Revue de synthèse, puis plus tard des entreprises qui en dériveront : les Semaines de synthèse, la grosse collection “l’Évolution de l’humanité”. Bref, le jeune historien qui écrit, en 1911, la Franche-Comté, est tout à la fois historien, géographe, sociologue, économiste, psychologue, linguiste... Le jeu complet de ces cartes maîtresses a été très tôt entre ses mains.

7Si l’on comprend cet avantage initial, on ne s’étonnera ni de la parution, en 1924, du livre sur La Terre et l’évolution humaine qui fit un bruit colossal dans le petit monde des historiens et géographes français en 1924, ni de la fondation, en 1929, des Annales d’histoire économique et sociale qui marque un tournant décisif, révolutionnaire de l’historiographie française. Ces dates 1924, 1929, sembleront tardives, mais Lucien Febvre a pendant cinq ans de bout en bout participé à la première guerre mondiale, toujours en première ligne, finissant comme capitaine d’une compagnie de mitrailleuses. Nommé, dès 1912, professeur à la faculté des lettres de Dijon, il gagnait en 1919, la faculté des lettres de Strasbourg où il se liait d’une amitié fraternelle avec Marc Bloch. C’est d’ailleurs avec ce dernier qu’il fondera, dirigera et, au vrai, composera les Annales.

8Les dix premiers volumes de cette revue ont eu, répétons-le, une influence décisive sur le travail historique en France. Comment la définir ? Une sorte d’impérialisme de l’histoire à L’ égard des sciences de l’homme qui renverse les barrières, coordonne les efforts, mais subordonne tout à une histoire placée en position préférentielle, surtout vis-à-vis de la psychologie sociale, de la sociologie et plus encore de l’économie politique. On pourrait parler au sujet de ce mouvement d’historicisme si le mot n’était décrié chez nous et surtout très ambigu, dans la mesure où il y aurait confusion fautive avec l’Historismus des penseurs allemands. Mais l’important, c’est de marquer les différences entre La Revue de synthèse, sous le signe du colloque des sciences humaines, et des Annales sous le signe d’une sorte de marché commun où l’histoire se veut puissance prépondérante.

9Toutefois, cette œuvre considérable risque de ne pas mettre en lumière le vrai rôle et le vrai drame intellectuel de Lucien Febvre. Disons tout de suite, contrairement à ce qu’avance Georges Lefebvre, que ce drame n’a rien à voir avec le bergsonisme, ou l’influence de Bergson, à laquelle Henri Wallon et Lucien Febvre à l’École normale ont été allergiques. Pour comprendre ces problèmes, à mon avis décisifs, il faut être attentif à l’époque et au caractère même de Lucien Febvre, à sa générosité inépuisable, à sa curiosité sans rivages. Générosité, besoin éperdu de donner, d’enseigner, d’aider. Un physicien collaborateur de Joliot-Curie, Hans Halban, ne disait-il pas, il y a quelques années, que Paul Langevin (1878-1946) avait été le « caissier » des physiciens de sa génération, autrement dit le prêteur, le semeur d’idées, ce que Diderot avait été jadis pour les écrivains de son temps. Lucien Febvre a été par excellence, le caissier, le Diderot des historiens de sa génération, et plus encore de la génération qui l’a suivi. Il n’a cessé de recevoir, d’écouter, d’aiguiller... Quand la parole ne suffisait pas, l’écriture intervenait dans ce qu’il appelait les lettres de direction. Il a ainsi formé Marc Bloch (1886-1944), son cadet de huit ans ; il m’a pareillement guidé de loin, puis de fort près. Or, ces directions signifiaient souvent des abandons purs et simples de sa part, surtout après 1929 où le travail collectif des Annales s’impose à lui comme son activité essentielle. Merveilleux historien de la terre paysanne ou bourgeoise, « paysan », il abandonne à Marc Bloch (Les Caractères originaux de l’histoire française, 1931) ce domaine des champs et des labours où il avait une maîtrise exceptionnelle ; il se déchargera sur moi plus tard, après 1946, des rapports de l’histoire et des études économiques. En ce domaine cependant, puis-je dire son extraordinaire talent, son ouverture d’esprit, son aptitude à comprendre que révèlent des comptes rendus et des articles d’avant-garde consacrés à François Simiand, à Earl J. Hamilton, à Giuseppe Parenti, à Frederic C. Lane...

10Ces abandons lui coûtent d’autant moins que les champs d’activité ne lui font pas défaut ; et, là, se situe le drame intellectuel de sa vie avec la parution en 1928 (il a quarante ans) de son livre, Un destin : Martin Luther, le plus beau de ses ouvrages par l’extraordinaire qualité de l’écriture et un bonheur de penseur qui reflète alors (il vient de se marier, en 1924, de façon romantique) son bonheur de vivre. Bien sûr, avant d’écrire ce livre, il s’est préoccupé souvent ou d’histoire de l’art, ou d’histoire religieuse, ou même, au sens large, d’histoire culturelle. L’essentiel, c’est qu’il s’est trouvé là, en apparence, hors de sa première vie intellectuelle, hors des Annales même, un domaine où il va s’attarder avec délices. D’ailleurs, pour lui-même, l’histoire est une et, où que le travail se situe, l’ensemble du paysage se contemple et peut se reconstituer. Luther n’est pas pour lui une simple recherche biographique, ou la solution d’un problème difficile, attirant en raison même de sa difficulté, c’est le problème de l’individu hors série en histoire, de sa force aberrante, imprévisible.

11En vérité, Lucien Febvre se sera complu, sa vie durant, à fréquenter les grands esprits de « son » siècle – le XVIe. Il les connaissait à merveille. L’entendre lire du Rabelais était un plaisir, pour les autres et pour lui. Une rare culture humaniste – qu’il devait moins à ses études qu’à son éducation familiale, car elle remonte à son enfance, il la tient de son père, d’un oncle aussi dont il parlait souvent – explique cette familiarité parfaite, la joie qu’il prit à écrire un petit livre charmant, comme Marguerite de Navarre, ou ce chef-d’œuvre d’érudition classique qu’est Origine et des Périers. Je le soupçonne d’avoir pris là des vacances secrètes, d’avoir préféré ces voyages à tous les autres, de ne pas avoir senti le contraste qui se marquait ainsi peu à peu entre sa vie propre et son action... Il militait pour une histoire mais, apparemment, en pratiquait une autre. De ce conflit, je le vois sortir victorieux en 1942, quand il publie son Incroyance au XVIesiècle : la religion de Rabelais. Cette fois, il a tout réuni dans sa main et ce livre est littéralement son chef-d’œuvre. Rabelais est étudié d’après les témoins de sa vie, d’après ses œuvres – donc de façon classique, mais la troisième partie est consacrée à l’outillage mental du temps, les mots, les sentiments, les concepts qui sont l’infrastructure de la pensée entière du siècle, à partir de quoi tout se construit, ou peut se construire ; ou, le cas échéant, ne pourra pas se construire.

12Je ne crois pas, malgré le succès du livre, que cette dernière partie trop neuve, trop révolutionnaire, trop en devenir, ait toujours été comprise par les historiens. Il faudrait aller jusqu’aux structuralistes de la nouvelle critique littéraire, jusqu’aux études d’un Michel Foucault (Les Mots et les Choses : Étude archéologique des sciences humaines, 1966), pour deviner à plein la nouveauté de cette recherche d’un niveau culturel en une société et une époque données. Mais Lucien Febvre n’a pas été jusqu’au bout de sa découverte. Toute œuvre vivante reste incomplète, la sienne plus qu’une autre peut-être. Il me semble, en effet, que ce détour à travers les terres d’une histoire que l’on peut appeler tout à la fois psychologique, sociale, culturelle, il ait eu beaucoup de mal à en poser les problèmes, à en fixer les jalons et les repères, à esquisser son Discours de la Méthode ; d’où ses mouvements d’humeur si vifs contre ses devanciers, d’où ses propres incertitudes, dont il n’aura pas le temps de sortir, au sujet du problème même de la civilisation. La civilisation, pour utiliser ce mot commode, est-elle toujours à situer dans un temps vivant, spécifique, à cerner dans une originalité momentanée ? Il l’a dit, il l’a répété, en s’insurgeant contre l’affirmation tant de fois répétée : « Un homme est un homme. » Mais, en même temps, son Rabelais suppose la permanence prolongée de ce qu’il appelle, d’un beau mot, « l’outillage mental » des hommes, dans une civilisation donnée. Voilà qui dépasse l’individuel, l’exceptionnel. S’il n’a pas affirmé ce dépassement avec force, c’est peut-être qu’attentif aux sciences de l’homme, mais aussi très conscient du bouleversement du monde sous l’impact des révolutions scientifiques issues d’Einstein – il fut l’ami de Paul Langevin –, Lucien Febvre est pris dans les mailles d’une « relativité » qu’il interprète comme beaucoup d’entre nous, spectateurs plus éblouis qu’au fait des choses. La position de « l’observateur » le tourmente, nous tourmente. L’observateur, c’est-à-dire l’historien, fils de son temps, et le spectacle observé, l’histoire, « fille de son temps », elle aussi.

13La certitude que l’histoire est une façon de comprendre son propre temps et que comprendre son propre temps est indispensable à l’historien explique en tout cas que, jusqu’à la fin de sa vie passionnée, Lucien Febvre soit resté sur des positions de combat. C’est d’ailleurs sous le titre de Combats pour l’histoire qu’il publia en 1954 le premier volume de ses recueils d’articles. En 1947, il avait créé la VIe Section de l’École des Hautes Études, dont il fut le président jusqu’à sa mort. Il réanimait au même moment les Annales, ralenties par la guerre ; il essayait même, sans vrai succès, de réanimer l’Encyclopédie française qu’il avait entreprise, en 1933, avec Anatole de Monzie. Une fois de plus, il brûlait au service d’autrui. Mais sa vie entière a connu cette dispersion, ce don de soi, cette prodigalité de talents exceptionnels. Pour connaître vraiment Lucien Febvre dans son action et sa vigueur intellectuelle, il faut avoir lu, autant que ses ouvrages, ses innombrables articles et comptes rendus, où il a mis, comme dans ses admirables lettres, le meilleur de lui-même. Ceux qui ont eu aussi la joie de l’entendre, au fil de conversations sans apprêt, savent qu’il a été le plus grand historien français depuis Michelet, Taine, Fustel de Coulanges, incontestablement à leur hauteur exceptionnelle.

Notes

1 Écrit en 1966 à la demande de David Sills, ce texte publié en langue anglaise, en 1968, dans l’Encyclopaedia of the Social Sciences (New York) paraît ici pour la première fois dans sa version originale en français. © Archives Fernand Braudel, reproduction interdite, droits réservés.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540