Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Fernand Braudel

 | 
Paul Carmignani

Avant-propos

Paul Carmignani

Texte intégral

  • 1 Une plaque en bronze à l’effigie de F. Braudel a été dévoilée le 7 novembre 2000 au cours d’une cé (...)

1Après la création d’un Prix – destiné à couronner un ouvrage ou l’ensemble d’une œuvre proposant dans l’esprit de F. Braudel une vision et de son et globale originale objet –, l’attribution du nom de l’historien à la nouvelle bibliothèque de l’Université de Perpignan (section Droit–Lettres)1, la publication de ce recueil d’hommages parachève une série d’initiatives visant à honorer la mémoire d’un grand historien qui fut aussi un humaniste authentique et un écrivain talentueux. Pour inattendue qu’elle puisse paraître, cette rencontre entre l’Université de Perpignan, une des plus méridionales et des plus anciennes de France (elle fut fondée en 1350 par Pierre IV le Cérémonieux, roi d’Aragon et comte de Barcelone) et l’auteur d’une œuvre bornée en amont par La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II et en aval par les Mémoires de la Méditerranée n’est nullement incongrue. Ne s’en étonneront que ceux qui méconnaissent la vocation méditerranéenne de notre université (vocation déterminée par sa position géographique mais aussi par son histoire et confortée aujourd’hui par ses orientations scientifiques : cinq de ses centres de recherches sont tournés vers le Mare Nostrum) et les liens étroits que l’historien avait tissés avec le Roussillon.

  • 2 L’Identité de la France : Les Hommes et les choses, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, tome III, p. (...)
  • 3 G. Bachelard, La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 1965, p. 375.

2C’est, en effet, à Taillet, hameau de 74 habitants, « près de Céret, dans l’Aspre redevenu sauvage où règnent les ronces, les genêts proliférants [et] les bruyères arborescentes2 », que F. Braudel viendra, à partir de 1980 et jusqu’à l’année de sa disparition en 1985, passer trois ou quatre mois par an dans une maison haut perchée, perdue au milieu de la végétation dans un site propre à satisfaire son goût de la solitude et son besoin de voir loin, de dominer du regard (que l’on interprétera comme « rêverie du paysan » ou « impérialisme du sujet contemplant » selon que l’on suit George Sand ou G. Bachelard3). Le choix de cette retraite obéissait à de multiples considérations : le voisinage d’amis, l’intérêt pour l’art roman, l’amour du Midi et de la Méditerranée toute proche, et surtout l’attrait du paysage des Aspres dont les arides montagnes bleu cobalt rappellent, à la tombée du jour, celles de l’Afrique du Nord.

3À cette époque, la trilogie Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIesiècle venant de paraître, les recherches préliminaires à la réalisation de son grand projet – L’Identité de la France – conduisaient Braudel à s’intéresser aux diverses régions de la « mosaïque » française qu’il s’apprêtait à décrire. En s’installant dans « ce coin du Vallespir au microclimat privilégié », comme il l’écrira plus tard, F. Braudel découvrait un nouveau « pays » d’autant plus intéressant qu’il avait connu une profonde mutation agricole : c’était là un attrait supplémentaire pour l’historien qui entendait dépeindre « le chambardement de la France paysanne ». En outre, si F. Braudel, qui avait de solides racines paysannes, connaissait bien la vie des communautés rurales, il n’avait, de son propre aveu, aucune expérience ni aucun souvenir de la misère paysanne, d’où ses enquêtes auprès de certains agriculteurs du cru, qui lui ont communiqué des informations sur la vie d’antan dans les Pyrénées-Orientales : c’est ainsi à Michel Sageloli, fils de paysans, ancien maire de Céret et président du conseil général que l’on doit le témoignage rapporté dans le tome III de L’Identité de la France : « On ne vivait pas misérablement dans les mas de l’Aspre – pauvrement, durement, oui, mais ce n’est pas la même chose. Comme me le disait plaisamment mais finement un de mes amis, fils de paysans, né en 1899 : “nous ne manquions de rien, sauf d’argent...” » (p. 430). C’est donc à Taillet, dans sa maison d’été, que Braudel, l’homme du Nord qui s’était laissé séduire par le Midi, rédigea l’essentiel de son œuvre ultime où l’on relève de nombreuses preuves de son ancrage en terre catalane. Notons également, autre lien avec le département, qu’après son élection à l’Académie française en 1984, F. Braudel accepta de siéger au jury du Prix Méditerranée instauré en 1985 par le Centre Méditerranéen de Littérature sis à Perpignan.

  • 4 Les Ambitions de l’histoire, Paris, Éditions de Fallois, 1997, p. 343.
  • 5 L’Identité de la France, Tome I, p. 75.

4Si ces données ne nous autorisent pas à faire de F. Braudel un Catalan d’adoption, ce dont nous n’avons d’ailleurs nullement l’intention, elles nous permettent en revanche de reconnaître en lui, tout Lorrain qu’il était, un fils adoptif de la Méditerranée. Son œuvre – qui en procède totalement même si elle ne s’y réduit pas – comme ses déclarations (« J’ai passionnément aimé la Méditerranée, sans doute parce que venu du Nord, comme tant d’autres, après tant d’autres. Je lui aurai consacré avec joie de longues années d’études – pour moi bien plus que toute ma jeunesse4 ») témoignent éloquemment de cette filiation symbolique. Et il ne fait guère de doute que F. Braudel aurait pu reprendre à son compte l’aveu de Stendhal, qu’il cite d’ailleurs : « Je me suis fait homme du Midi et, en vérité, je n’ai pas eu grand peine5. »

  • 6 On trouvera dans le tome III des Écrits de F. Braudel la liste complète des traductions selon l’or (...)

5C’est donc dans ce contexte, dans le prolongement des relations à la fois étroites et déterminantes que l’historien entretenait avec notre région, que s’inscrit la démarche entreprise par l’Université de Perpignan avec le soutien très actif de la municipalité. La ville de Perpignan et son université se devaient d’apporter leur contribution à la diffusion de la pensée de Braudel ; c’est chose faite, en attendant d’autres initiatives dans ce sens : expositions, colloques, séminaires, journées d’études et publications diverses. Autour de F. Braudel, qui inaugure la série, entend tout d’abord rendre hommage à l’historien mais, au-delà, témoigner de la vitalité et de l’actualité d’une œuvre dont le rayonnement international ne cesse de croître, à preuve la multiplication des traductions qui ont vu le jour au cours de ces dernières années ; citons à titre d’exemple et sans souci d’exhaustivité6 :

6La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II : la seconde édition, qui avait fait l’objet de traductions en langue anglaise, espagnole, polonaise, portugaise, roumaine, allemande, italienne, turque, serbo-croate et grecque entre 1972 et 1991, a été depuis traduite en hollandais (1992), chinois (1994), hongrois (1996), coréen (1996-1997), serbe (1997), suédois (1997), croate (1998), japonais (1999), bulgare (1999) et en russe (à paraître) ;

  • 7 « En histoire, les trente années qui ont suivi le deuxième conflit mondial [sic !] peuvent être ap (...)

7Grammaire des civilisations : la partie rédigée par F. Braudel déjà éditée en italien, en espagnol, en portugais et en brésilien (entre 1966 et 1989) est désormais accessible en anglais (1993 pour les États-Unis, 1994 pour le Royaume-Uni), en roumain (1995) et en japonais (1997). Sont actuellement en cours les traductions en langue chinoise, grecque, albanaise et coréenne. À partir de l’année 2000, La Méditerranée (Tome I : L’Espace et l’Histoire ; tome II : Les Hommes et l’Héritage) verra le jour en japonais, en serbe, en hébreu et en albanais, L’Identité de la France en arabe, Les Écrits de Fernand Braudel en japonais et Les Mémoires de la Méditerranée en anglais, en portugais et en chinois. Il est surprenant de constater – et c’est là un phénomène dont les disciples et les partisans de Braudel se réjouiront – que loin d’être close, « l’ère Braudel », pour reprendre l’expression de Eric J. Hobsbawm, est en passe d’excéder la durée de trente ans que l’historien anglais lui assignait dans Les Enjeux du XXIesiècle7.

  • 8 Les Ambitions de l’histoire, p. 193.

8Autour de F. Braudel se situe dans ce remarquable mouvement de retour à l’œuvre et de redécouverte de la pensée de l’historien. Ont participé à ce volume – qui rassemble des contributions originales, des documents inédits et quelques textes précédemment publiés – des proches, des collaborateurs ou des disciples de Braudel, mais aussi des universitaires issus d’autres disciplines que l’histoire, tous membres du jury et familiers de l’œuvre. Gageons que cette diversité n’aurait pas déplu à F. Braudel qui était partisan d’une science historique intégrant l’ensemble des sciences de l’homme et appelait de ses vœux « la mise en place d’un marché commun [des sciences sociales]8 ». Sans ces précieux concours, ce recueil n’aurait jamais vu le jour : que nos confrères soient assurés de notre gratitude et ne nous tiennent pas rigueur d’exprimer une reconnaissance toute particulière à l’égard de Mme Paule Braudel pour la part essentielle qu’elle a assurée dans cette entreprise collective.

  • 9 L’Identité de la France, Tome I, p. 11.

9Les efforts déployés pour la réalisation de cet ouvrage, né d’une volonté commune d’où l’enthousiasme voire la passion n’étaient pas exclue, seraient amplement récompensés s’il se révélait à l’usage appartenir à la catégorie de ceux que F. Braudel disait accueillir avec prédilection « parce qu’ils ont l’avantage de nous sortir de nos certitudes, de nos habitudes, de nous inciter à la controverse et au doute fructueux, puisqu’ils transforment et nuancent nos points de vue, quand ils ne les renversent pas cul par-dessus tête9 ».

Notes

1 Une plaque en bronze à l’effigie de F. Braudel a été dévoilée le 7 novembre 2000 au cours d’une cérémonie officielle en présence du jury, de la communauté universitaire et des autorités régionales, départementales et municipales.

2 L’Identité de la France : Les Hommes et les choses, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, tome III, p. 429.

3 G. Bachelard, La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 1965, p. 375.

4 Les Ambitions de l’histoire, Paris, Éditions de Fallois, 1997, p. 343.

5 L’Identité de la France, Tome I, p. 75.

6 On trouvera dans le tome III des Écrits de F. Braudel la liste complète des traductions selon l’ordre alphabétique des langues étrangères. Elle met en évidence un très sensible regain d’intérêt pour l’œuvre, une nette accélération du rythme des traductions au cours de la dernière décennie et, en conséquence, une remarquable expansion de la zone d’influence de la pensée de F. Braudel.

7 « En histoire, les trente années qui ont suivi le deuxième conflit mondial [sic !] peuvent être appelées l’“ère de Braudel”, ce grand historien fondateur d’institutions académiques à la fois interdisciplinaires et internationales » in Eric J. Hobsbawm, Les Enjeux du XXIe siècle : Entretien avec Antonio Polito, trad. de l’anglais par Lydia Zaïd, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000.

8 Les Ambitions de l’histoire, p. 193.

9 L’Identité de la France, Tome I, p. 11.

Auteur

Directeur des Presses Universitaires de Perpignan
Délégué général du Prix F. Braudel

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540