Version classiqueVersion mobile

Entre espace public et espace privé : les élites en représentation

 | 
Susana Marcos

Scènes italiennes

Les lieux de culte des cités d’Italie comme espaces de représentation des élites locales et romaines entre République et Empire (IIe s. av. J.–C. – Ier s. apr. J.–C.)

Audrey Bertrand

Résumé

Les lieux de culte peuvent légitimement être mis à contribution dès lors que l’on s’intéresse à la manière dont les élites se mettent « en représentation » dans le monde romain. Si l’on ne doit pas réduire la construction ou l’embellissement d’un sanctuaire à une simple mise en scène de soi dans l’espace public – en évacuant toute motivation religieuse – il apparaît néanmoins que les inscriptions associées matérialisaient la puissance politique, économique et sociale d’un individu aux yeux de ses concitoyens. À travers cette enquête centrée sur un petit groupe de colonies républicaines situées sur la façade adriatique de l’Italie centrale, on mesure les modifications qui s’opèrent entre la République et le Principat. Si les IIIe et IIe s. av. J.–C. se caractérisent par un investissement relativement discret des élites aristocratiques, locales et romaines, dans la parure religieuse des cités de notre corpus, l’avènement du Principat révèle un rapport nouveau des élites de l’Vrbs au paysage religieux des cités d’Italie.

Texte intégral

  • 1 HURLET, 2012.

1Dans un article publié en 2012, Fr. Hurlet rappelait que les manières de « se représenter », d’être « en représentation » étaient multiples pour les membres de l’aristocratie et que ceux–ci n’avaient jamais renoncé à se rendre visibles dans l’espace public, même après le passage au Principat, bien que les formes de cette présence aient dû être en partie repensées1. S’ouvre ainsi aux historiens et archéologues un champ d’enquête très vaste où les inscriptions, les monnaies, les ouvrages d’architecture, les statues, les cérémonies sont autant de sources légitimement mobilisables. Parallèlement à ces supports variés, ce sont des occasions, ou des aires de représentation, différentes qui coexistent – la politique, la guerre, la mort, la religion – et qui, chacune à sa manière, peut offrir l’opportunité à un membre de l’élite de se mettre en scène.

2Les lieux de culte, par l’intermédiaire des dédicaces qu’ils arborent, comptent parmi les supports possibles de la représentation, qu’ils soient privés ou publics. En effet, si dans la majeure partie des cas il faut considérer que les lieux de culte privés sont construits sur des terrains privés, les cités pouvaient parfois faire preuve de tolérance et autoriser la construction d’un lieu de culte privé sur sol public. Cette distinction d’ordre juridique demeure souvent hors de portée pour l’historien en raison de sources épigraphiques trop laconiques et de combinaisons juridiques parfois complexes : un lieu de culte public peut être construit sur fonds publics par un magistrat, mais il arrivait que celui–ci le finançât sur ses fonds personnels. Quoi qu’il en soit, l’objet de cette enquête ne nécessite pas de régler au cas par cas ces questions épineuses puisque tout sanctuaire – hormis les chapelles domestiques – était susceptible d’investir la sphère publique, entendue au sens d’espace soumis au regard du public. Parallèlement, des agents privés pouvaient manifester leur présence dans l’espace public par le biais d’inscriptions rappelant leurs actions diverses – évergésies, dédicaces religieuses – au sein de sanctuaires publics ou privés.

3La parure religieuse des cités a–t–elle été investie par les élites afin d’assurer leur visibilité au sein de l’espace public ? Si oui, le fut–elle de manière privilégiée et constante, avant et après l’avènement du Principat ? Comment élites locales et élites romaines coexistent–elles le cas échéant ? L’enquête se concentrera sur un ensemble de colonies républicaines qui offrent l’opportunité de caractériser sur le temps long l’investissement des aristocrates dans la parure religieuse et, partant, de déterminer si celle–ci participe activement à leurs stratégies de représentation. Un premier temps de la réflexion s’intéressera aux agents actifs dans les colonies à l’époque républicaine, particulièrement attentif à la sociologie et aux origines géographiques de ces élites dont le nom reste associé à un lieu de culte. En prolongeant dans un deuxième temps l’enquête jusqu’aux règnes d’Auguste et de Tibère, on pourra observer des évolutions sensibles des modes de représentation des élites au sein de la sphère religieuse : trois études de cas seront envisagées afin de révéler les formes de l’investissement de hauts personnages romains dans l’enrichissement de la parure religieuse des colonies et de suggérer ainsi les recompositions de l’espace public en Italie au lendemain du passage de la République au Principat.

  • 2 PANCIERA, 1997.
  • 3 Il existe bien entendu des exceptions, ou des contre-exemples : à Sipontum, une inscription présent (...)

4Les formulaires épigraphiques de l’époque républicaine constituent un premier socle et un premier obstacle pour mesurer l’investissement des élites dans les lieux de culte, puisque trop souvent laconiques pour qu’on puisse espérer déterminer l’origine des fonds utilisés dans la construction ou la réfection d’un sanctuaire ou d’un autel. On dispose néanmoins d’appuis méthodologiques, notamment grâce à l’étude menée par S. Panciera sur plus de 500 inscriptions qui a permis de dégager des lignes de force dans l’interprétation des formulaires épigraphiques2. Ainsi, en l’absence d’aucune mention claire et explicite, de type pecunia publica par exemple, certains termes clefs peuvent être mis à contribution pour déterminer l’origine du financement : le verbe curare indiquerait volontiers l’emploi d’argent public alors que dedere ou fecere signalerait plutôt l’utilisation de fonds privés3. Parallèlement, la mention de l’autorisation du Sénat ou du conseil de uicus renvoie dans la très grande majorité des cas à un financement public. Cela dit, dans une perspective de visibilité et de présence dans l’espace public, la question du financement apparaît secondaire. Certes, un membre de l’élite tirait peut–être plus de gloire auprès de ses concitoyens si apparaissait clairement l’information selon laquelle il avait financé sur ses fonds propres tel ou tel édifice. Néanmoins, la seule présence du nom valait sans doute déjà beaucoup : celui–ci signalait aux lecteurs, par sa seule visibilité, que le personnage désigné se distinguait des autres membres de sa communauté, laissés dans l’anonymat.

5Au sein d’un échantillon de dix colonies fondées entre le IIIe et le IIe s. av. J.–C. sur le versant adriatique de l’Italie centrale, on peut observer avec quelque précision et sur le temps long ce phénomène. Le questionnaire doit cependant être adapté à la qualité de la documentation conservée puisqu’il ne pourra s’agir de mettre en regard l’investissement des élites dans la parure religieuse avec leur investissement dans d’autres types d’édifices. Les effets de sources seraient bien trop importants. Reste à privilégier une approche qualitative : observer des pratiques – politiques, économiques, sociales et épigraphiques – et leur donner du sens.

6Bien que le processus de colonisation débute dès les premières décennies du IIIe s. av. J.–C., ce n’est qu’à partir de la deuxième guerre punique que la documentation épigraphique commence à être plus abondante. La récolte des sources épigraphiques et littéraires permet de définir huit cas d’étude, rassemblés dans le tableau no 1.

Tableau 1. Corpus documentaire de l’enquête

Tableau 1. Corpus documentaire de l’enquête
  • 4 Tite-Live, XLI, 27, 10-13.
  • 5 Sur cet épisode complexe, nous nous permettons de renvoyer à BERTRAND, 2015, p. 118-128, avec bibli (...)

7Une première remarque concerne le nombre d’opérations documentées par les sources : elles sont relativement peu nombreuses. La deuxième concerne l’identité des promoteurs de la parure religieuse des cités. L’ensemble du corpus présente sur ce point une forte homogénéité puisque ce sont tous des magistrats agissant dans l’exercice de leur charge. On trouve à la fois des magistrats supérieurs (préteurs et duovirs) et des magistrats inférieurs (questeurs). Tous sont locaux, à l’exception du censeur romain responsable de la construction d’un temple de Jupiter à Pisaurum et à Potentia. Malgré les ambiguïtés des formulaires épigraphiques, aucun indice ne va dans le sens d’un financement privé. Certes, la rareté de la mention « de sua pecunia » ou « de suo » à l’époque républicaine empêche de considérer son absence comme significative. Néanmoins, d’autres éléments viennent soutenir l’hypothèse de financements publics : action conjointe des magistrats (Hadria [a] et [c], Castrum Nouum, Interamna Praetutiorum) ; décision d’un organe municipal (Hadria [c], Castrum Nouum, Interamna Praetutiorum) ; origine publique des fonds utilisés (Firmum Picenum). À Pisaurum et à Potentia, l’action du censeur nous est connue grâce au fameux passage de Tite–Live relatif à la censure de 174 av. J.–C.4. Bien que le texte soit corrompu, la lecture admise par la majorité des spécialistes retient que le censeur Fulvius Flaccus a pu agir grâce à l’argent alloué par le Sénat romain5. La décision de l’utiliser pour une opération édilitaire hors de Rome constitue un autre aspect de cet épisode, sur lequel nous reviendrons. Reste en suspens l’inscription d’Hadria mentionnant l’érection d’un autel de Minerve par l’un des préteurs de la colonie et pour laquelle le verbe probauit (?) se trouve dans une lacune.

  • 6 BERTRAND, 2012, p. 45-47.
  • 7 Tite-Live, XLI, 27, 10-13.
  • 8 Voir BERTRAND, 2012, p. 54.

8Cet échantillon réduit présente des caractéristiques représentatives d’une tendance de fond pour les colonies d’époque républicaine : les lieux de culte ne sont pas un lieu d’investissement privilégié des élites dans leurs pratiques évergétiques. Une majorité des constructions religieuses sont financées grâce à l’argent des cités, qui agissent par le biais de leurs magistrats6. Néanmoins, dès lors que l’on cherche à identifier des stratégies de représentation, il convient de prendre en compte l’autre pôle impliqué dans le processus, incarné par le public récepteur. Aux yeux des habitants des cités, la mention du nom des magistrats sur les différents édifices suffisait à proclamer leur appartenance à l’élite. Lorsque la cité agit et finance, le nom des magistrats se trouve toujours en bonne place, même si leur participation à la dépense était nulle. Dans cette perspective, les lieux de culte sont, au même titre que tous les édifices d’une cité, susceptibles d’être investis par les élites dans leurs stratégies de représentation. Reste qu’ils ne sont manifestement pas au cœur des opérations évergétiques, d’abord peut–être en raison du coût important de la construction d’un temple. Une autre remarque importante doit être faite à la lumière de cet échantillon : l’absence quasi parfaite de tout membre de l’élite romaine parmi les promoteurs des lieux de culte. Seul l’un des deux censeurs de l’année 174 finance la construction de deux temples de Jupiter – à Pisaurum et à Potentia – mais son action apparaît en tout point exceptionnelle et suscite d’ailleurs un conflit avec l’autre censeur7. Les enseignements que livre ce corpus réduit de colonies sont représentatifs de ce que montre une étude menée à l’échelle de l’ensemble des colonies d’époque républicaine : les lieux de culte n’y sont pas un espace de représentation des élites romaines, malgré les liens de clientèle qui peuvent les unir8.

  • 9 Au lendemain de la guerre sociale, la municipalisation de l’Italie, comme cela a été déjà montré no (...)
  • 10 Pour une recension de ces opérations édilitaires, LUNI, 1998.

9Après la période troublée de la guerre sociale et des guerres civiles, l’instauration du Principat offre un deuxième poste d’observation de la place des lieux de culte dans les stratégies de représentation des élites9. Au sein du corpus des colonies adriatiques, les nombreuses fondations et refondations durant la période triumvirale s’accompagnent souvent d’opérations architecturales et urbanistiques destinées à faciliter l’installation des vétérans d’une part et à offrir des compensations aux cités parfois réticentes face à ces déductions d’autre part. Un rapide tour d’horizon de ces constructions nouvelles montre néanmoins que les lieux de culte ne jouent qu’un rôle très marginal, au profit d’infrastructures plus directement liées au confort des habitants : à Fanum Fortunae, un réseau d’égouts ; à Asculum Picenum, un théâtre ; à Ariminum, le pavage des rues ; à Ancona, un amphithéâtre ; à Hadria, un théâtre10. Dans ce contexte général, la sphère religieuse apparaît peu représentée ; cependant, les modalités spécifiques de l’enrichissement de la parure religieuse des colonies offrent des éléments d’analyse intéressants pour mieux comprendre la manière dont les élites s’y investissent.

  • 11 Voir SCHEID, 1990, p. 679-708. Sur les restaurations de temples à Rome, voir GROS, 1976, p. 32 et s (...)
  • 12 Voir notamment REY, 2013.
  • 13 SCHEID, 2006.
  • 14 Sur le rôle joué par les colonies dans ce processus de récupération, je me permets de renvoyer à BE (...)

10Auguste a été à Rome le promoteur actif d’une restauration religieuse ostentatoire. Les sources y sont nombreuses pour illustrer cet aspect de sa politique, dont la précocité souligne l’importance qu’il y attachait. Parmi les éléments les plus remarquables de cette entreprise romuléenne, on peut citer les restaurations ou reconstructions de temples (Jupiter Feretrius, temple de Quirinus, Jupiter Capitolin, aedes d’Apollo in Circo) et la remise en ordre de certaines prêtrises publiques (restauration du collège de féciaux, des sacerdotes Caeninenses, de la confrérie des Arvales, des sodales Titii)11. Les prolongements de cette politique religieuse hors de Rome existent, sur le territoire italien comme dans les provinces, et ont emprunté des formes diverses12. Parmi elles, la récupération de certains lieux de culte italiques des plus anciens et prestigieux de la péninsule est l’une des plus spectaculaires13 ; ainsi, le lucus Feroniae et le sanctuaire des sources du Clitumne passent sous un statut juridique spécifique puisque désormais intégrés à des colonies romaines14. Cela dit, à côté d’opérations dont on peut penser qu’elles ont été directement voulues et pilotées par Auguste, d’autres suggèrent les effets d’une émulation diffuse parmi l’élite aristocratique. La geste augustéenne se prolonge aussi par les actions qu’elle oriente, inspire et encourage, et dont divers membres de l’élite aristocratique peuvent être les relais privilégiés.

  • 15 Si l’on n’a pas d’attestation positive du statut de cité fédérée pour Ancona, l’opinion est néanmoi (...)
  • 16 Appien signale que ce sont les vétérans de deux légions ayant servi sous César, puis sous Antoine, (...)
  • 17 Liber coloniarum, I, 7, 1 (I, 225 L).
  • 18 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, III, 110.
  • 19 Catulle, Poésies, XXXVI, 1-20 et Juvénal, Satires, IV, 39-44. Catulle mentionne Ancône parmi les ci (...)
  • 20 LUNI, 2003.
  • 21 GASPERINI, 1981 ; AE, 1985, 359 Ancona ; DI COCCO, 2000 ; CANCRINI, DELPLACE, MARENGO, 2001, p. 18- (...)

11Trois exemples particulièrement éclairants et bien documentés appartiennent au corpus de notre étude. Le premier se situe dans la colonie d’Ancona. Ancienne cité fédérée, Ancona devient municipe après la guerre sociale15. Une première déduction coloniale est conduite à la fin de la décennie 40 qui se traduit par l’installation des vétérans d’Antoine16. Une seconde déduction coloniale intervient sans doute une dizaine d’années plus tard : Ancona est refondée par Octavien–Auguste autour de l’année 30 av. J.–C.17. Pline l’Ancien confirme le statut colonial de la cité à l’époque impériale, sans toutefois donner d’indication précise sur les dates des déductions18. La longue histoire d’Ancône est liée à celle d’un lieu de culte, dont deux textes de Catulle et Juvénal montrent qu’il était suffisamment fameux pour que l’évocation de la cité appelle celle du temple qui la dominait. Le poète et le satiriste signalent tous deux qu’Ancona abrite un temple de Vénus, dont tout indique qu’il était l’un des symboles – au moins topographiques – de la ville19. Les Modernes ont depuis toujours estimé que la cathédrale de San Ciriaco, située sur le colle Guasco qui domine la ville, s’était installée sur les vestiges du temple de Vénus. Au début des années 1930, les premières explorations archéologiques menées sur le site ont permis de le confirmer et de préciser la chronologie de l’édifice. L’ensemble du dossier, tel qu’il a été examiné par M. Luni, montre sans doute que le temple était antérieur à l’accès d’Ancona au statut de municipe. La première phase est datée de la deuxième moitié du IIe s. av. J.–C. et il n’est pas exclu qu’une phase antérieure ait existé sans avoir pu être identifiée cependant20. Bien que les données manquent, tout laisse à penser qu’il s’agissait du sanctuaire le plus important de la cité d’Ancône et qu’il abritait le culte poliade. La découverte en 1948 d’une inscription utilisée en remploi dans le pavement de la cathédrale San Ciriaco a permis d’enrichir l’histoire du temple de Vénus. Datée sur critères paléographiques entre les règnes d’Auguste et de Néron, elle mentionne des travaux effectués à ses frais par un individu anonyme mais dont est signalée la charge de préfet d’Égypte21 :

[- - -] A V [- - -]/ [- -A]egyptu[- - -]/ [- - -praef]ectus Aeg[ypti- - -]/ [- - - pecu]nia sua a s[olo- - -]i.

  • 22 DI COCCO, 2000 : l’auteur s’appuie d’une part sur la nécessité de trouver un préfet dont le cognome (...)
  • 23 LUNI, 1998.

12Malgré le caractère très lacunaire de cette inscription, des hypothèses de restitution convaincantes ont été proposées pour le personnage responsable de l’évergésie, qu’I. Di Cocco suggère d’identifier avec P. Octavius Rufus, praefectus Aegypti entre l’an 2 av. J.–C. et l’an 3 apr. J.–C.22. Dans cette perspective, et si l’on admet que le financement évoqué dans le texte de l’inscription a concerné le temple de Vénus, qui aurait alors bénéficié d’une restauration ou d’un embellissement, la personnalité de l’évergète mérite quelques commentaires. On ne peut exclure que lui–même ou sa famille ait eu des origines picéniennes et que son investissement à Ancona soit à lire avant tout au prisme de cette donnée personnelle et géographique. Néanmoins, la situation qui se dessine invite à aller plus loin. On sait en effet que le dernier tiers du Ier s. av. J.–C. a été marqué dans la colonie par une série de travaux importants, dont la construction de l’amphithéâtre et le remaniement de la zone du forum. Ces interventions s’intègrent bien dans la série de travaux dont sont l’objet les colonies lors de l’arrivée des vétérans23. Il semblerait donc que la refondation coloniale augustéenne se soit accompagnée d’une politique édilitaire d’envergure, au sein de laquelle la réfection de l’un des temples les plus importants de la cité, et qui dominait le forum qui plus est, trouvait toute sa place. Le choix de P. Octavius Rufus de porter ses efforts financiers sur le temple poliade prend un écho particulier si l’on considère sa position. En effet, le préfet d’Égypte est un représentant personnel du Prince de rang équestre et nécessairement, en raison du poste stratégique occupé, un très proche de l’empereur. En tant que tel, P. Octavius Rufus s’offre à nos yeux comme un personnage particulièrement bien placé pour avoir été l’un des relais privilégiés de la politique du Prince. En choisissant d’intervenir sur l’un des temples les plus antiques de la cité, il s’inscrit dans les grandes lignes de l’œuvre religieuse augustéenne, où l’attention portée aux cultes les plus anciens, à Rome et en Italie, se conjugue à la volonté d’honorer les lieux de la mémoire italienne. Faut–il voir parallèlement dans P. Octavius Rufus le patron de la colonie ? À l’heure actuelle, aucun document ne permet de le dire mais son action peut se lire comme une réplique, de moindre envergure et à l’échelle d’une cité du Picénum, de celle d’Auguste à Rome.

  • 24 Sur l’histoire de la colonie, GUIDOBALDI, 1995.
  • 25 Sur le sanctuaire du Monte Giove, voir GUIDOBALDI, 1995, p. 50-52, D’ERCOLE et al., 2001, p. 338-33 (...)
  • 26 EE, VIII, no 206 ; GUIDOBALDI, 1995, p. 50-51.
  • 27 EE, VIII, no 207 = ILS, 919. Paullus Fabius Maximus est le consul de l’année 11 av. J.-C. (PIR2, F, (...)

13La reconstitution de cet épisode trouve un parallèle dans la colonie latine d’Hadria, située dans les marges méridionales du Picénum. La cité est fondée comme colonie latine aux alentours de 290 av. J.–C. Elle devient municipe après la guerre sociale puis colonie romaine sous Auguste24. Lors de la première déduction coloniale, au début du IIIe s. av. J.–C., un lieu de culte indigène est intégré à la pertica coloniale. Il s’agit du sanctuaire du Monte Giove situé aux confins occidentaux du territoire25. Si l’histoire des fouilles de ce lieu de culte est loin d’avoir dissipé les nombreuses zones d’ombre qui en grèvent la compréhension, il est acquis que celui–ci est fréquenté dès l’époque archaïque et que son activité perdure après la déduction coloniale. Deux inscriptions offrent des points d’appui à la réflexion. La première, datée de la fin du IIIe s. ou du début du IIe s. av. J.–C., rappelle que deux frères ont accompli leur vœu pour la bonne santé ou pour le retour d’une femme appelée Antistia26. La seconde est datée de la fin du Ier s. J.–C. : il s’agit d’une dédicace érigée en l’honneur de Paullus Fabius Maximus, présenté comme consul, pontife et patron de la colonie. Le texte est inscrit sur une plaque de travertin de grandes dimensions (1,70 m x 0,70 m x 0,10 m), retrouvée à proximité du Monte Giove27 :

Paullo Fabio Maxi (mo), / co (n) s (uli), pontif (ici), patron (o)/ coloniae.

  • 28 LAFFI, 1967.
  • 29 Suétone, Auguste, 30 ; voir les remarques de G. Paci dans ALFIERI, GASPERINI, PACI, 1985, p. 2425.

14L’inscription témoigne ainsi d’une évergésie du patron de la colonie : les conditions de sa découverte permettent de faire l’hypothèse qu’elle a concerné le sanctuaire du Monte Giove, bien qu’on ne puisse préciser quel fut le bienfait. Ici aussi, la personnalité de l’évergète se révèle particulièrement significative. Paullus Fabius Maximus fut en effet l’un des relais majeurs de la réforme religieuse augustéenne. À Rome, il fut pontife et frère arvale ; en Orient, il participe activement aux modifications du calendrier provincial pour y intégrer les événements liés à Auguste28. Ainsi, l’activité de Paullus Fabius Maximus au sein du sanctuaire du Monte Giove, dont nous n’avons qu’un témoignage partiel à travers la dédicace, pourrait être lue comme un écho local de la politique religieuse augustéenne : il s’attache à restaurer ou embellir un lieu de culte d’époque archaïque, intimement lié à l’histoire des peuples italiques qui occupaient la zone avant la conquête romaine et que les autorités coloniales avaient sans doute inscrits parmi les sacra publica lors de la fondation de 290 av. J.–C. Le patron de la colonie choisit un lieu spécifique pour se représenter, non pas Rome mais le territoire d’une cité de la côte adriatique distante de plus de 300 km. Pourtant, il y a fort à parier que les spectateurs de cette mise en scène de soi ne se limitent pas aux habitants d’Hadria : la proximité entre Auguste et Paullus Fabius Maximus et l’intérêt que l’empereur a lui–même porté aux sanctuaires d’Italie ne laissent aucun doute sur le fait que le Prince ait pu apprécier à sa juste valeur l’évergésie du consul de l’année 11 av. J.–C. Peut–être doit–on aller plus loin. En effet, d’autres circonstances montrent qu’Auguste ne faisait pas que recevoir les marques de loyauté de ces élites promptes à relayer les grands axes de sa politique : il pouvait les encourager fortement, ainsi qu’il l’a fait pour les principales voies de communication de la péninsule. Comme le rappelle Suétone, Auguste a pris à sa charge la réfection de la via Flaminia jusqu’à Ariminum et a invité tout citoyen recevant un triomphe à faire de même en consacrant sa part du butin au pavage d’autres grandes routes consulaires29.

  • 30 Pour une étude plus complète et détaillée sur l’histoire de la colonie et du sanctuaire de Salus Au (...)
  • 31 Une présentation complète des structures du complexe cultuel dédié à Salus Augusta est disponible d (...)
  • 32 CIL, IX, 5815 (= AE, 1958, 44 = 1982, 237 = 1995, 435) Vrbs Saluia.
  • 33 CIL, IX, 5744 (= ILS, 3866 = AE, 1982, 239) Vrbs Saluia. G. M. Fabbrini estime que cet édifice des (...)
  • 34 Tacite, Annales, V, 2 et VI, 10 ; Suétone, Tibère, 51.

15Un dernier exemple offre un autre visage des stratégies de représentation mises en place par les élites entre Rome et l’Italie30, et témoigne de leur continuité au–delà du Principat augustéen. La colonie d’Vrbs Saluia a longtemps été mal connue avant que la reprise des fouilles dans les années 1990 permette d’éclaircir de nombreux points de son histoire. Déduite probablement dans la deuxième moitié du IIe s. av. J.–C., Vrbs Saluia se situe dans l’actuelle province de Macerata, à une trentaine de kilomètres à l’intérieur des terres. Le paysage urbain de la colonie est marqué par la présence d’un sanctuaire monumental dédié à Salus Augusta, installé sur une terrasse dominant le forum sur son côté oriental. Grâce aux nombreuses campagnes de fouilles dont il a été l’objet, ce lieu de culte est aujourd’hui bien connu31 : on restitue un quadriportique monumental à quatre branches, supportant une terrasse sur laquelle s’élevait un temple sur podium hexastyle. Celle–ci est bordée d’un portique à péristyle sur ses côtés nord, est et sud, et s’ouvre donc vers l’ouest en direction du forum et de la ville. Telles qu’elles sont actuellement visibles, les structures témoignent d’une phase de monumentalisation que les archéologues datent de la décennie 20 apr. J.–C. Deux phases plus anciennes ont été identifiées : une phase tardo–républicaine et une phase augustéenne. La documentation épigraphique de la cité n’a pas livré d’indication claire sur le promoteur de la monumentalisation du sanctuaire : la dédicace du temple n’est pas conservée mais la découverte de nombreuses tuiles portant le timbre « Salutis Augusta Saluiensis » a en revanche permis d’identifier Salus Augusta comme divinité titulaire du lieu de culte. Seules des hypothèses peuvent donc être avancées pour rendre compte de cette vaste opération édilitaire. Un personnage d’envergure apparaît actif dans la cité durant cette période : il s’agit de C. Fufius Geminus, sénateur et patron de la colonie, dont une inscription suggère qu’il est intervenu financièrement dans la construction, la réfection ou l’embellissement du théâtre32. Parallèlement, son nom est également lié au culte des Nymphes, comme l’atteste une inscription votive découverte à Vrbs Saluia : elle pourrait être mise en rapport avec le bâtiment désigné sous le terme « édifice des eaux » dans la bibliographie moderne et architecturalement lié au sanctuaire de Salus Augusta33. Enfin, Tacite et Suétone donnent une série de renseignements de premier ordre sur ce personnage : proche de Tibère et de la cour impériale, C. Fufius Geminus devait sa carrière à Livie qui était une amie proche de son épouse Mutilia Prisca34. L’empereur lui–même aurait été à l’origine de ce mariage.

  • 35 Tacite, Annales, III, 71, 1.
  • 36 RIC I, p. 106, no 23 et pl. VI no 107 (1re éd. 1927).
  • 37 Sur ce point, CATTANEO, 2011, p. 119-120.

16Cet ensemble de données nécessite d’être compris dans un contexte plus large afin de déterminer les liens possibles entre C. Fufius Geminus et la monumentalisation du sanctuaire de Salus Augusta. Durant l’année 22 apr. J.–C., Livie est gravement malade, suffisamment en tout cas pour que son état de santé ait donné lieu à diverses manifestations de loyauté et que les sources littéraires s’en fassent l’écho. Ainsi, les chevaliers firent un vœu à la Fortune Équestre pour le bon rétablissement de la mère de l’empereur et l’acquittèrent à Antium, colonie où se trouvait un temple consacré à cette divinité35. Tibère fit frapper un dupondius à l’effigie de Salus Augusta, qui se présentait sous les traits de sa mère36 ; ce faisant, il perpétuait ce qu’Auguste avait commencé en associant la salus de la res publica à celle de l’empereur. Salus était ainsi convoquée en tant que divinité apte à garantir le maintien de l’intégrité de l’État, comme elle l’avait été durant la République37. Salus Augusta, convoquée par Tibère à Rome, ne l’a–t–elle pas été aussi à Vrbs Saluia par C. Fufius Geminus ? La très grande proximité entre le sénateur et Livie invite à lire à cette aune la monumentalisation du temple de Salus Augusta dans la colonie picénienne. On peut y voir la volonté de manifester de manière ostentatoire sa loyauté à l’égard de celle qui lui avait ouvert les portes de la cour impériale. L’occasion lui en fut donnée, comme le montre l’enquête archéologique, par la présence dans la colonie dont il était le patron d’un temple consacré à Salus, rejoignant ainsi l’effort collectif des élites romaines dans le soutien à Livie. Une nouvelle fois, la stratégie de représentation est double : c’est autant à Rome qu’a pu être apprécié son geste qu’à Vrbs Saluia, où les habitants voyaient leur forum recevoir une parure monumentale.

  • 38 SCHEID, 2006.

17Il n’y a pas à douter que l’avènement du Principat a exigé des élites un effort d’adaptation conséquent si elles entendaient continuer à investir l’espace public et à y être présentes, voire « en représentation ». Au-delà d’une évolution des formes – qu’on pense par exemple à la confiscation de la cérémonie du triomphe et à son « remplacement » par les ornements triomphaux –, ce sont aussi les changements de lieux qui méritent l’attention. L’instauration du Principat coïncide avec l’avènement d’une Italie pacifiée ; depuis la guerre sociale, la péninsule n’avait guère connu de trêve : aux affrontements entre Romains et Italiens avaient succédé les guerres civiles, doublées des tensions liées à l’installation des vétérans. La pax Augusta fait de l’Italie un espace de représentation riche de potentialités ; parce qu’Auguste a lui–même mis en scène de manière visible son attachement à la mémoire italienne, il encourageait les élites à l’imiter et les rassurait sur la pertinence de leurs stratégies de représentation. Il n’innovait pas tant qu’il s’inscrivait, à sa manière, dans un phénomène dont l’histoire de l’Vrbs livre de nombreux exemples antérieurs : Rome, au fur et à mesure de sa conquête, avait toujours porté une attention particulière aux sanctuaires d’Italie les plus prestigieux, selon des modalités qui varièrent selon les contextes38. Au seuil du changement d’ère, les cités d’Italie, proches ou lointaines, illustres ou anonymes, étaient définitivement entrées à faire partie de la scène politique et religieuse romaine.

Notes

1 HURLET, 2012.

2 PANCIERA, 1997.

3 Il existe bien entendu des exceptions, ou des contre-exemples : à Sipontum, une inscription présente à la fois la formule sua pecunia et le verbe curare (CIL, IX, 6242 = ILS, 5403 = AE, 1974, 286 = 1994, 286) ou encore à Pisaurum où une inscription porte à la fois la mention de suo peculio et la formule faciendum curauit (CIL, I2, 3391 = ILS, 3581).

4 Tite-Live, XLI, 27, 10-13.

5 Sur cet épisode complexe, nous nous permettons de renvoyer à BERTRAND, 2015, p. 118-128, avec bibliographie antérieure.

6 BERTRAND, 2012, p. 45-47.

7 Tite-Live, XLI, 27, 10-13.

8 Voir BERTRAND, 2012, p. 54.

9 Au lendemain de la guerre sociale, la municipalisation de l’Italie, comme cela a été déjà montré notamment par E. Gabba, suscite un phénomène d’enrichissement des parures urbaines à l’échelle de l’Italie (voir GABBA, 1976).

10 Pour une recension de ces opérations édilitaires, LUNI, 1998.

11 Voir SCHEID, 1990, p. 679-708. Sur les restaurations de temples à Rome, voir GROS, 1976, p. 32 et suivantes.

12 Voir notamment REY, 2013.

13 SCHEID, 2006.

14 Sur le rôle joué par les colonies dans ce processus de récupération, je me permets de renvoyer à BERTRAND, 2015, p. 408-410.

15 Si l’on n’a pas d’attestation positive du statut de cité fédérée pour Ancona, l’opinion est néanmoins partagée par l’ensemble des spécialistes ; voir th. Mommsen, CIL, ix, p. 572 ; DE SANCTIS, 1907-1923, vol. ii, p. 423 et BELOCH, 1926, p. 474-475. Aucune source ne mentionne que la cité soit devenue municipe ou colonie au cours des IIIe et IIe s. av. J.-C. L’histoire administrative d’Ancona suit ainsi celle de sa voisine Asculum Picenum (sur Asculum Picenum, voir LAFFI, 1975).

16 Appien signale que ce sont les vétérans de deux légions ayant servi sous César, puis sous Antoine, qui sont installés à Ancona (Appien, Guerres civiles, V, 23).

17 Liber coloniarum, I, 7, 1 (I, 225 L).

18 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, III, 110.

19 Catulle, Poésies, XXXVI, 1-20 et Juvénal, Satires, IV, 39-44. Catulle mentionne Ancône parmi les cités fameuses du monde romain abritant un culte à Vénus.

20 LUNI, 2003.

21 GASPERINI, 1981 ; AE, 1985, 359 Ancona ; DI COCCO, 2000 ; CANCRINI, DELPLACE, MARENGO, 2001, p. 18-19, ANC 3.

22 DI COCCO, 2000 : l’auteur s’appuie d’une part sur la nécessité de trouver un préfet dont le cognomen ou le gentilice porte la séquence « AV », ce qui réduit les hypothèses possibles à deux individus, et d’autre part sur la forte présence d’Octauii dans le Picénum (voir la carte de répartition dans ALFIERI, GASPERINI, PACI, 1985, p. 20, fig. 4).

23 LUNI, 1998.

24 Sur l’histoire de la colonie, GUIDOBALDI, 1995.

25 Sur le sanctuaire du Monte Giove, voir GUIDOBALDI, 1995, p. 50-52, D’ERCOLE et al., 2001, p. 338-339.

26 EE, VIII, no 206 ; GUIDOBALDI, 1995, p. 50-51.

27 EE, VIII, no 207 = ILS, 919. Paullus Fabius Maximus est le consul de l’année 11 av. J.-C. (PIR2, F, 47).

28 LAFFI, 1967.

29 Suétone, Auguste, 30 ; voir les remarques de G. Paci dans ALFIERI, GASPERINI, PACI, 1985, p. 2425.

30 Pour une étude plus complète et détaillée sur l’histoire de la colonie et du sanctuaire de Salus Augusta, je me permets de renvoyer à BERTRAND, 2013.

31 Une présentation complète des structures du complexe cultuel dédié à Salus Augusta est disponible dans PERNA, 2005, p. 58-64, no 21-22.

32 CIL, IX, 5815 (= AE, 1958, 44 = 1982, 237 = 1995, 435) Vrbs Saluia.

33 CIL, IX, 5744 (= ILS, 3866 = AE, 1982, 239) Vrbs Saluia. G. M. Fabbrini estime que cet édifice des eaux a pu abriter le culte des « Nymphes de Geminus » (FABBRINI, 2011).

34 Tacite, Annales, V, 2 et VI, 10 ; Suétone, Tibère, 51.

35 Tacite, Annales, III, 71, 1.

36 RIC I, p. 106, no 23 et pl. VI no 107 (1re éd. 1927).

37 Sur ce point, CATTANEO, 2011, p. 119-120.

38 SCHEID, 2006.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Corpus documentaire de l’enquête
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/38302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search