Version classiqueVersion mobile

Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge

 | 
Philippe Sénac

Louis XI et le Roussillon

Alice Marcet I Juncosa

Texte intégral

1On a souvent comparé le roi de France Louis XI et le comte-roi Jean II de Catalogne-Aragon. Il est vrai que ces deux souverains présentent un grand nombre de traits communs : passion du pouvoir, extraordinaire sens politique, goût de la diplomatie, du secret et de l’intrigue, absence totale de scrupules. Ce sont des princes modernes, machiavéliens avant la lettre, pour qui la raison d’Etat passe avant toute autre considération.

2Dans le cadre de sa politique de reconstruction du royaume et d’expansion territoriale, au sortir de la Guerre de Cent Ans, le roi Louis XI a réalisé, en deux étapes, à la faveur de la révolution catalane de 1462, la première annexion du Roussillon par la France.

  • 1 P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, Paris, 1977, T. I. p. 258.

3Depuis 1412 et la montée sur le trône catalano-aragonais des princes castillans de la famille de Trastamare, les relations entre les souverains et les Catalans n’avaient cessé de se dégrader, alors que l’entente était essentielle entre le roi et les sujets, ou leurs représentants, dans le système politique de monarchie pactiste qui régissait l’Etat, surtout en Catalogne. Le XVe siècle, d’autre part, est marqué par une grave crise démographique et un important déclin économique, aux causes diverses, comportant l’archaïsme du système agraire, le déclin des activités industrielles dont la production est concurrencée, dans la Péninsule même, par celle de la Castille ; la fermeture progressive de la Méditerranée orientale à la suite des conquêtes ottomanes ; la concurrence commerciale des Génois et des Pisans, sur mer, celle aussi, dans une moindre mesure, des Français dont les foires de Lyon et de Beaucaire attirent de plus en plus de marchands ; l’établissement des nouvelles routes commerciales du Ponant par les Portugais et les Castillans, d’où les Catalans sont absents ; peut-être, surtout, une perte de dynamisme et d’esprit d’entreprise de la part des Catalans, davantage attirés par la sécurité des revenus des rentes que par les aléas de la spéculation capitaliste1. Il en résulte de graves dissensions sociales entre tenants du traditionnel libéralisme économique et partisans d’un courant protectionniste de plus en plus virulent. Aux luttes entre les partis de la Busca et de la Biga, pour la conquête du pouvoir municipal à Barcelone, répond, dans les campagnes, l’agitation des paysans qui veulent une réforme de leur statut personnel par l’abolition des mals usos (les mauvais usages).

  • 2 Les Corts sont une assemblée élue, représentative de l’ensemble de la population, divisée en trois (...)

4Alphonse IV le Magnanime s’était installé à Naples et avait laissé la situation pourrir en Catalogne. Lorsque son frère monte sur le trône, sous le nom de Jean II (1458-1479) la crise a atteint son point culminant, le moindre incident pouvait avoir des conséquences énormes. Or le nouveau souverain et ses sujets s’ignoraient et leur vision respective de la politique de l’Etat divergeait complètement : le premier, prince castillan, considérait que seul le roi pouvait légitimement exercer le pouvoir, tandis que ses sujets entendaient faire respecter les Constitutions et Usages divers, qui limitaient le pouvoir royal, par le truchement d’organes de représentation tels que les Corts ou la Generalitat2. Jean II avait été marié, en premières noces, à la reine Blanche de Navarre dont il avait eu un fils, Charles de Viana. A la mort de sa mère, celui-ci devint roi de Navarre, au grand dam de son père qui ne voulut pas le reconnaître pour tel : une longue lutte devait opposer les deux hommes, attisée par la haine que la seconde épouse de Jean, Juana Enriquez, éprouvait pour le prince de Viana qu’elle souhaitait écarter de toute succession au profit de son propre fils, l’infant Ferdinand. La montée sur le trône catalano-aragonais de Jean II, faisait du prince de Viana le Primogènit, c’est-à-dire l’héritier désigné de la couronne. A la rivalité au sujet de la Navarre, venait donc s’ajouter une rivalité nouvelle, d’autant plus aiguë que les Catalans étaient persuadés que le prince de Viana était le défenseur de leurs libertés qu’il ne saurait manquer de restaurer dans leur plénitude dès qu’il monterait à son tour sur le trône.

5Le 2 décembre 1460, Jean II fait jeter son fils en prison, provoquant immédiatement le soulèvement de la Catalogne en faveur du prince (février 1461). Jean II se trouvait alors en Aragon : il fait machine arrière, libérant son fils, il le reconnaît comme héritier et le nomme lieutenant du roi pour la Catalogne. Il s’engage, en outre, à ne pas revenir dans ce pays tant que les Catalans ne l’y auront pas autorisé. Toutes ces dispositions faisaient l’objet du traité de Vilafranca, signé le 21 juin. Trois mois plus tard, le 23 septembre, Charles de Viana meurt subitement à Barcelone, probablement empoisonné sur l’ordre de la reine Juana Enriquez. On assiste aussitôt à un nouveau soulèvement des Catalans, qui baptisent leur comte-roi du surnom de Sans-Foi.

  • 3 cf. J. Vicens i Vives, Els Trastàmares, 2e éd., Barcelona, 1980 et S. Sobreques i Vidal, Jofre VIII (...)

6La reine, qui se trouvait également à Barcelone, prend en mains les intérêts de son fils de onze ans, devenu à son tour Primogènit. Elle essaye de rallier la paysannerie à la cause royale en lui promettant l’abolition des « mauvais usages », en cas de victoire, et tente de se rapprocher de la noblesse, en partie castillanisée, mais réticente à la perspective de l’émancipation paysanne. Le clergé est divisé, le haut clergé plutôt favorable à la monarchie, le bas clergé favorable au soulèvement. En revanche, la bourgeoisie, surtout barcelonaise, et la majorité des habitants des villes sont farouchement hostiles aux souverains. Les responsables barcelonais pensent même, un temps, à une possible proclamation d’une république de type italien. La Generalitat prend la tête du soulèvement dans lequel, de manière quelque peu abusive, dans une vision romantique de l’histoire, certains historiens catalans ont vu un « merveilleux mouvement d’unanimité »... tout en reconnaissant qu’il existait des divergences entre les Catalans3.

7Devant la gravité de cette situation, Jean II devait obligatoirement trouver de l’aide, se chercher des alliés. Il lui était impossible de faire appel à la Castille car Henri IV, qui avait pris en son temps le parti de Charles de Viana, était son ennemi déclaré. Il se tourna donc vers le roi de France Louis XI.

8Il n’était pas certain que ce dernier voulût soutenir les intérêts de Jean II. En effet, la France faisait montre de visées annexionnistes sur la Navarre et, dans un premier temps, Louis XI avait essayé de conclure une entente avec les Catalans.

  • 4 A. Rovira i Virgili, Història Nacional de Catalunya, Barcelona, 1922-1938, T. VI pp. 352 et sqs.
  • 5 A. Bofarull i Mascaro Coleccion de Documentes ineditos del Archivo general de la Corona de Aragon, (...)
  • 6 Dietàri de l’antic Conseil barceloni, T. II, pp. 393-394.
  • 7 Archives Nationales J 596 n°26.

9Son père Charles VII semble déjà avoir eu l’intention de faire valoir des « droits » sur les pays catalans, le Roussillon en particulier, en tant qu’ancienne partie de la Gaule et en utilisant comme prétexte la défense des intérêts de la maison d’Anjou au nom de son épouse, Marie, qui est la petite-fille de Yolande de Bar et du comte-roi Jean Ier par sa mère Yolande d’Aragon, épouse de Louis d’Anjou. Or la dot de Yolande de Bar n’ayant jamais été payée, sa fille puis sa petite-fille auraient hérité ses droits éventuels en Aragon4. Aussi, Louis XI, dès le 2 novembre 1461, avait-il envoyé une ambassade aux Catalans pour les féliciter de leur action pour la délivrance du prince de Viana et pour leur dire la tristesse qu’il éprouvait de sa mort, encore que celle-ci fût tempérée par la joie des miracles que, selon la rumeur publique, il commençait à opérer5. Les ambassadeurs devaient également insister auprès des autorités catalanes sur la puissance de leur roi et l’aide qu’il pouvait leur apporter contre leurs ennemis6. Le roi de France, évoquant sa parenté, va jusqu’à se dire lui-même catalan. Il y avait là des offres de « services » à peine déguisées contre Jean II. Cela n’empêchait pas Louis XI, dans le même temps, de rassembler tous les actes établissant les droits du roi de France en Aragon7.

  • 8 Traité de Bayonne.

10Les autorités barcelonaises s’étant montré très honorées mais peu disposées à accepter les offres de Louis XI, celui-ci, tout naturellement, traita avec Jean II. Leur intermédiaire principal fut le comte de Foix, apparenté aux deux souverains : Gaston IV, lui-même, était l’époux d’Eléonore, fille de Jean II et reine de Navarre, son frère, Gaston de Castellbo, avait épousé la sœur de Louis XI, Madeleine. Il a été de toutes les négociations qui devaient aboutir aux accords préliminaires d’Olite, signés le 12 novembre 1462, alors même que Louis XI était encore en relation avec les autorités catalanes, puis le traité de Sauveterre, du 3 mai 1462, enfin, de l’accord définitif, signé le 9 mai, à Bayonne, et ratifié à Saragosse, le 21. Louis XI s’engageait à fournir au roi d’Aragon, pour soumettre les Catalans révoltés, une troupe de 700 lances, dont la levée et l’entretien étaient estimés à l’équivalent d’une aide de 300 000 écus d’or. Le remboursement du prêt devrait se faire en trois versements : le premier, un an après la soumission des Catalans, le deuxième et le troisième au cours des deux années suivantes. A titre de garantie, et jusqu’à l’extinction de la dette, Jean II donnait au roi de France l’autorisation de percevoir les montants des rentes et droits royaux dans les Comtés (Roussillon-Vallespir, Confient et Cerdagne) et d’y installer des garnisons dans les places fortes. Il y a une ambiguïté certaine dans ces dispositions : les Comtés, avec leurs revenus, sont en quelque sorte laissés à Louis XI... « par droit d’engagement et selon son bon plaisir »8 mais en aucun cas cela ne saurait signifier un droit d’annexion.

  • 9 A. Bofarull i Marcaro, op. cit., T. XXII, pp. 57-63.

11La Generalitat a considéré le traité de Bayonne comme la provocation suprême de la part de Jean II et une violation impardonnable des Constitutions, comme elle l’a déclaré au nonce du pape Pie II9. Jean II ayant rompu les accords de Vilafranca en entrant en armes dans le Principat, la Generalitat a prononcé la déchéance du roi, dénoncé comme ennemi de l’Etat, et s’est proclamée régente de l’infant Ferdinand. Dès ce moment la guerre civile devenait inévitable.

  • 10 id. ibid.

12Pendant ce temps, Louis XI a fait passer en Roussillon des troupes commandées par Gaston de Foix, chargé de mettre des garnisons françaises dans les places fortes du pays et de placer celui-ci sous contrôle français, avant de marcher vers le sud. Louis XI avait espéré que cette opération serait d’autant plus aisée que les relations n’étaient pas toujours excellentes, à cette époque, entre les Comtés et les autorités barcelonaises : le particularisme roussillonnais n’avait cessé de s’exprimer depuis la fin du royaume de Majorque ; les consuls de Perpignan se disaient souvent négligés par la Generalitat ; la noblesse ne cachait pas son irritation10 Cependant, au moment de la rupture entre Jean II et le Principat, les Roussillonnais se révéleront solidaires des autres Catalans, déjouant ainsi les calculs du roi de France : à Perpignan, les habitants en armes ont attaqué le château où venait de s’installer une garnison française.

  • 11 souligné par moi.
  • 12 A. Bofarull i Mascaro, op. cit., T. XXI, p. 365 et squs. trad. par J. Calmette, Louis XI, Jean II e (...)
  • 13 ibid. p. 122.
  • 14 ibid. p. 127.
  • 15 ibid. p. 128.

13Le 5 juillet, depuis Narbonne, Gaston de Foix a adressé aux autorités roussillonnaises, et plus particulièrement aux consuls de Perpignan, un long manifeste dans lequel il se présente comme le lieutenant général du roi de France et de « ...notre très cher et redouté seigneur et père, le roi d’Aragon ». Il donne les raisons de sa venue, causée par la rébellion du Principat et la nécessité de porter secours à Jean II, tout en faisant une différence entre les gens des Comtés et ceux du Principat « ...qui se sont efforcés d’expulser et chasser de sa dite seigneurie leur dit souverain et naturel seigneur... » quoique, « ...il nous a été rapporté que vous vous êtes émus, à la légère11, à l’instigation desdits de Barcelone, sans considérer l’infraction que vous faites, au mépris et dédain de Dieu, Notre Créateur, et du serment de fidélité que vous avez prêté à notre dit très chrétien et redouté seigneur et père, le roi d’Aragon... et de même, vous autres de Perpignan, vous vous êtes déjà mis en armes contre lui, et encore avec vous autres ont été convoqués et joints tous ceux de son comté de Roussillon... et vous avez assiégé son château de Perpignan et ses gens qui sont dedans, entreprenant d’avoir ce château et d’expulser entièrement votre dit seigneur de sa seigneurie, dont nous nous émerveillons fort. »12 Dans son immense mansuétude, pourtant, le souverain a chargé le comte de Foix de se faire son porte-parole, c’est pourquoi « ... nous vous écrivons, admonestons et requerrons que, considérant les choses dessus dites et les dommages et inconvénients qui, dans l’avenir, persévérant votre conduite, pourraient s’en suivre, non seulement pour vous, mais encore pour vos femmes et familles...vous vouliez vous désister de cette entreprise erronée et mettiez vos personnes en l’obéissance envers votre roi et seigneur naturel, le roi d’Aragon, en vous notifiant que si vous le faites, nous vous ferons maintenir et garder en vos possessions, franchises, privilèges et libertés... Et faisant le contraire, nous procéderons dorénavant à l’encontre de vous comme à l’encontre d’ennemis, rebelles et désobéissants... »13 car, après le constat, vient la menace. Mais s’il ne s’agissait encore que de rappeler les droits de Jean II. Des lettres du même style sont adressées à diverses universités (communautés) du Roussillon pour les amener à se désolidariser de Perpignan, dans la mesure où cette dernière se montrera rebelle aux intérêts du roi : diviser pour régner. Au même moment, parvient à Perpignan une lettre donnée par Louis XI le 30 juin à Chinon et adressée aux consuls de la ville, dans laquelle il insiste sur le fait que l’armée française est destinée uniquement à secourir Jean II « ... pour remettre en son obéissance ses dits sujets, lesquels lui seront rebelles et désobéissants... »14 et en aucun cas pour porter atteinte aux intérêts des Roussillonnais. Cela démontre pourtant une grande ignorance de la réalité du pays, car, en dépit des divergences internes qui peuvent exister entre eux, les Catalans se retrouvent solidaires devant un adversaire commun, venu de l’extérieur. La réponse des consuls ne s’est, du reste, pas fait attendre et a été tout à fait explicite. Dès le 8 juillet, ils font savoir au roi de France que « ... considérant que les Catalans n’ont accoutumé de commettre envers leur roi et seigneur aucune sorte de rébellion, et même maintenant ne pensent en user de la sorte, considérant en outre que, de fait, ils n’entendent point qu’il soit nécessaire de les réduire en aucune autre obéissance que celle où ils sont aujourd’hui envers leur naturel prince et seigneur (selon que le tiennent pour certain lesdits consuls et lesdits bras) répondent que ledit illustrissime roi de France sera informé pleinement de la part de tout le Principat de Catalogne. »15 On ne saurait mieux dire la volonté unitaire ni, à quel point, la seule autorité reconnue est celle de la Generalitat.

  • 16 « Lo senyor bisbe es exit parlar ab ell per demanarli que volia, e elle a respost volia los homenat (...)
  • 17 ADPO, G. 237, Llibre de Memòries de Sant Joan, fol. 135.

14Cela n’empêche pas les troupes françaises menées par Gaston de Foix d’enlever Salses, Rivesaltes et de se présenter devant Thuir et Perpignan. Bernard d’Oms, sénéchal de Beaucaire, demande aux Perpignanais de prêter hommage au roi de France et de renouveler leur foi au roi d’Aragon, à quoi ils répondent qu’ils prêteraient serment au Grand Turc plutôt qu’au roi de France16. Les troupes françaises s’emparent progressivement de tout l’arrière-pays, sans attaquer directement Perpignan. Les correspondances avec la Generalitat insistent sur les méfaits des troupes : pillages, viols et voleries. Cependant, le siège de Girona où se trouvent la reine Juana Enriquez et l’infant Ferdinand, requérant l’essentiel des forces des insurgés, Perpignan ne peut recevoir aucun secours du sud. En vertu des clauses du traité de Bayonne, une garnison française s’est installée à la citadelle, sur laquelle flottent les bannières de France. De là, Charles d’Oms, commandant de la garnison au nom de Louis XI et de Jean II, exige de nouveau des consuls un serment d’allégeance au roi d’Aragon sous la menace d’un bombardement de la ville : les Perpignanais finissent par céder, sous réserve du maintien de leurs privilèges (9 août 1462), mais, clergé en tête, ils montrent une hostilité profonde à l’égard de la présence française17.

  • 18 Bib. Nat, Mss. Fonds Frçs. 20493 P87.
  • 19 Bib. Nat, Mss. Fonds Frçs 20430 f° 21.

15Après la prise de Girona, la Generalitat a envoyé quelques troupes en Roussillon afin de soutenir cette résistance et a mis à prix la tête de Charles d’Oms. Cela détermine Louis XI à y envoyer une nouvelle armée, au prétexte que ces entraves à l’occupation de places fortes est en contravention avec les dispositions du traité de Bayonne. Il en confie le commandement, avec pleins pouvoirs, à Jean d’Armagnac, duc de Nemours, comte de la Marche, par lettre donnée à Montrichard à la fin de l’été de 1462. Il lui est enjoint de « ... prendre et mectre en nostre obeissance toutes les villes, chasteaux et places dudit pays et conté de Roussillon et autres des dites marches a nous desobeissans par siege, puissance d’arme, composition et autrement, ainsi qu’il verra et cognoistra estre plus prouffitable pour nous et le bien de nostre seigneurie ; de praindre et mectre en nostre bonne grace et bienveillance tous gens d’église, nobles, habitans de villes et autres qui s’en vouldront amyablement mectre et reduire en nostre obeissance ;... de mander et faire aler a son ayde et secours, toutes foiz que besoing sera, les nobles et autres habitans du dit pays de Roussillon a nous obeissans ;... de faire abatre, raser et demolir toutes les fortificacions des villes, chasteaulx et places du dit pays de Roussillon que verra estre non tenables et par lesquelles en cas de mineur peril les fortes places et bonnes ville d’icelluy pourraient estre endommagez, nonobstant opposicions ou appelacions quelzconques... »18 On est là très loin de la tenue des places pour le compte de Jean II : Louis XI donne des ordres pour la mise au pas d’une province qui serait sienne. Les premiers jours de l’année 1463 confirment cette vision française de la situation : le 7 janvier, Nemours est au château de Perpignan d’où il négocie la reddition de la ville, obtenue le 10. « Le vij è jour de janvier Mcccc lxiij, monseigneur de Nemours et autre gens que le roy avoit envoyez ou pais de Roussillon pour donner secours et ayde a ceulx qui estoient ou chastel de Perpignan de par luy, assailhirent la bastille que ceulx de ladite ville avoient mise devant ledit chastel,... et la prindrent d’assault et furent plusieurs de ceulx qui estoient dedans tuez et les aultres s’en furent en la dite ville de Perpignan et eussent gangné la dite ville ce jour, mais pour obvier a la destruction d’icelle et a effusion de sang humain qui s’en feust ensuy, ilz dissimulerent et se retrairent tous ensemble. Et le dit vijè jour, environ mynuit et apres que lesdites bastilles eurent esté gaignées, ceulx de la dite ville envoyerent devers mon dit seigneur de Nemours et les autres chefz de guerre leur supplyer que, pour Dieu, ilz n’eussent point de regart aux choses qui avoient esté par eulx faictes contre le roy... le lendemain samedy viijè jour dudict mois se rendirent au roy leurs corps et biens... pour estre a tout ce qu’il luy plairait faire et ordonner de leurs dits corps et biens et de la ville. Et le dimanche apres ensuivant ixè, d’icelluy moys, les consuls et bourgoys de ladite ville... vindrent devant mondit seigneur de Nemours a genoulx, les mains jointes cryer mercy et pardon de l’offence qu’ilz avoient faicte envers le roy... »19. Le lendemain 10 janvier, Nemours devait recevoir le serment des habitants, à la collégiale Saint-Jean. Les autres villes tombent tour à tour, jusqu’à Puigcerdà où les Français entrent, le 16 juin. Désormais, l’ensemble des Comtés est occupé au nom du roi de France.

  • 20 Arch. Nat, J 596 n° 31.

16Pourtant, les Roussillonnais ne sont pas encore convaincus d’avoir changé de souverain et surtout de statut. Aussi les consuls de Perpignan envoient-ils des délégués auprès du roi de France, chargés de lui demander quelques explications et la confirmation de leurs privilèges. Après les avoir longtemps fait attendre et les avoir entraînés à sa suite dans plusieurs villes, le roi les reçoit enfin à Dax, le 26 février. La réponse de Louis XI est sans ambages « ... et est ledict Seigneur conclud et délibéré de unir et joindre les ditz comtés de Roussillon et Sardaigne (Cerdagne) à sa couronne sans jamais en estre séparés pour chose qu’il peust advenir.20 II veut bien donner les raisons qui l’ont conduit à prendre cette résolution :

  • après s’être rendus coupables de lèse-majesté envers Jean II, les Perpignanais se sont ralliés à la proclamation de sa déchéance par la Generalitat et, dans la plus grande illégalité, ont déposé les officiers royaux, mettant même à prix la tête de Charles d’Oms et molestant tous les fidèles du roi d’Aragon ;

  • ils ont assiégé le château et y ont opéré des déprédations ;

    • 21 ibid.

    enfin, et surtout, le roi de France est fondé à s’emparer du pays car, outre les engagements souscrits par Jean II, les dépenses qu’il a faites pour soumettre les Comtés, les droits de Yolande de Sicile qu’il serait dans la possibilité de faire valoir, les habitants, par leur propre rébellion, se sont défaits de leur légitime seigneur et, par là-même, mis en situation d’être conquis par un autre. C’est donc désormais par droit de conquête d’une terre sans seigneur que les Comtés lui appartiennent, quant aux privilèges particuliers, on verra par la suite ce qu’il conviendra d’en faire.21

  • 22 A.D.P.O. 2 B 90 Mémoire de R. Trobat à Michel Le Tellier. Sans date, mais certainement de 1660 au m (...)
  • 23 J. Calmette, Louis XI, Jean II... op. cit. p. 168.

17Les premières nominations d’officiers interviennent aussitôt, comme celle de Jean de Foix, comte de Candale, captai de Buch, comme lieutenant du roi, de Bernard d’Oms, comme gouverneur du Roussillon, de Charles d’Oms, comme commandant de la place de Perpignan, etc. Un Parlement est également établi dans la capitale du Roussillon, chargé d’appliquer le droit catalan, mais au nom du roi de France, auquel il sera totalement dévoué : cela servira, du reste, de référence historique après le traité des Pyrénées, pour justifier, en 1660, la création du Conseil Souverain de Perpignan.22 Louis XI commence également à faire battre monnaie et invite le prieur des arts et le gonfalonier de Florence à considérer désormais les marchands du Roussillon et de Cerdagne comme ses sujets.23

  • 24 L’offre de la couronne comtale à René d’Anjou par la Generalitat pouvait avoir l’avantage de détour (...)

18Cette première occupation française des Comtés allait durer dix ans : elle sera qualifiée de « captivité » par le curé de Rivesaltes, imposée par les « sauvages » français, selon le notaire Antoni Pastor. Quelques tentatives de soulèvement échouèrent et l’autorité française put se maintenir d’autant plus facilement qu’aucun secours ne parvenait aux Roussillonnais depuis le Principat où la guerre continuait contre Jean II et où d’éphémères souverains étrangers, installés sur le trône à la demande de la Generalitat, comme Pierre de Portugal ou René d’Anjou, tenaient les Comtés pour définitivement perdus et avaient renoncé à inclure le titre de comte de Roussillon et de Cerdagne dans leur titulature officielle24. Il n’en allait pas de même de Jean II, mais celui-ci était pris par la nécessité de continuer la guerre dans le Principat contre les forces de la Generalitat et de mener dans le même temps une politique diplomatique extrêmement complexe : il intrigue en Castille, où il souhaite installer sur le trône sa bru, l’infante Isabelle, il passe des accords avec les adversaires de Louis XI et de la famille d’Anjou, le roi de Naples, son neveu Ferrante 1er, le duc de Milan, Galeazzo Maria Sforza, le roi d’Angleterre Edouard IV, le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, le duc de Bretagne, François II.

  • 25 J. Zurita, Indices rerum ab Aragoniae Regibus gestarum, Saragosse 1578. Livre XVIII, chap. XLIV.

19La disparition brutale de Jean de Lorraine, fils et successeur désigné de René d’Anjou, le 16 décembre 1470, arriva à point nommé pour redresser la situation de Jean II qui put mettre le siège devant Barcelone. Mais il était las, âgé (72 ans), veuf, aveugle et, alors qu’il se trouvait en position de force, il accepta de négocier avec les autorités barcelonaises, aux conditions de celles-ci, afin de mettre un terme à dix années de guerre : on a pu dire de lui que, vainqueur, il acceptait de traiter en vaincu.25 Le jour même de la signature de l’accord, le 17 octobre 1472, le comteroi fait son entrée à Barcelone. Il restait à régler la question des Comtés.

20Là, la noblesse, en particulier, a repris immédiatement des contacts avec le comte-roi et manifesté ouvertement son hostilité à la présence française : Bernard d’Oms apparaît comme le véritable chef de file de cette opposition. Dès la fin du mois de janvier 1473, Jean II franchit les Albères et toutes les communautés se rallient immédiatement à lui : en quelques jours ne restent aux mains des Français que les châteaux de Bellegarde, Collioure, Salses et la citadelle de Perpignan. Le 1er février, le comte-roi se présente devant Perpignan dont la population lui ouvre les portes aux cris de « Arago, Arago, mort als Francesos ».

  • 26 Arch. Municip. de Barcelone. Processos de Corts 1473, fol. 12-13 : « ... tenus longtemps et indûmen (...)
  • 27 ibid. « Il est vrai que nous avons appris que le roi de France s’efforce de faire venir un grand no (...)
  • 28 ibid. « ...acceptent de nous fournir ladite aide justement et suivant la situation le requiert, com (...)

21Jean II, afin de confirmer son autorité sur le pays, convoque les Corts dans la capitale des Comtés, pour le 13 mars 1473. Dans son discours d’ouverture, il affirme la légitimité de sa possession contrairement aux prétentions du roi de France qui les a « ...tenguts molt temps indegudament ocupats e los vol retanir ves si molt injustament... » et il entend procéder « ...ab tota diligencia e bona voluntat en lo redreç de la justicia e reformar aquella e redreçar les coses... »26. Mais en même temps, il est assez réaliste — et bien informé — pour mettre en garde les Catalans à propos des intentions du roi de France : « Veritat es havem sabut corn lo rey de França se sforça en trametre gran nombre de gent d’armes en aquestes Condats, no solament per torbar e empexar la total obediencia de aquella Nostra Majestat, mes encara per ocuparnos aquesta vila de Perpinyà e ciutat de Elna e altres terres que en losdits comdats havem en nostra obediencia ; e ja, segons los intims avisos que havem gran nombre de gent d’armes es partida del regne de França e be via dreta en aquesta vila e crehem se posaran sobra la dita vila per setià e oprimir aquella... »27 Il réaffirme avec force la justesse de la cause catalane, rappelle le soutien divin dont elle a bénéficié jusqu’alors (« ...la ajuda e gran clemencia de nostre Senyor, qui piadosament fins aci ha deffensada nostra molt justa causa, e ha endressade nostra justissima empresa... »), mais — aide-toi, Dieu t’aidera — il invite les Roussillonnais, comme tous les autres Catalans, à faire un nouvel effort militaire et financier afin de faire face au danger « ...nos vullan dispondre en fernos ladita ajuda, justament e segons lo cars requer, e vosaltres e vostres predecessors, lohablement haveu e han acostumat fer ves nos e nostros illustrissims predecessors, reys d’Arago de gloriosa memoria... »28 Pour sa part, le roi, malgré son grand âge qui lui vaudrait bien le repos, dit-il, a décidé d’attendre l’arrivée des forces françaises et de diriger pesonnellement la défense des Comtés et de la ville.

22Effectivement, une armée française ne tarde pas à se présenter devant Perpignan pour y mettre le siège, appuyée par la garnison du château. Tout le pays alentour est mis à sac. Cependant, la ville, où se trouve le comte-roi, résiste jusqu’à la signature du traité de Perpignan, le 17 septembre 1473. Il y est stipulé, sur les bases du traité de Bayonne, que jusqu’au remboursement de l’emprunt fait par Jean II, les Comtés devront être placés sous l’autorité d’un gouverneur général désigné par Louis XI parmi dix candidats proposés par le comte-roi ; le gouverneur devra prêter serment aux deux souverains et aura sous ses ordres des troupes composées de mercenaires, n’ayant aucun lien avec l’un ou l’autre et ne recevant d’ordres que de lui ; pendant tout ce temps, les deux rois s’interdisent de pénétrer dans les Comtés. Après ce qui ressemble fort à une neutralisation des Comtés, Jean II rentre dans le Principat, où l’appellent les affaires de Castille, le 30 septembre.

  • 29 L. Marineo, De rebus Hispaniae, Livre 18 « De Perpiniani obsidione ». cité par A. Bosc, op. cit., L (...)
  • 30 L. Marineo, loc. cit., cité par A. Bosc, loc. cit., p. 47, col. A. Confirmé par une lettre de Jean (...)
  • 31 A. Bosc a tronqué sa traduction afin, dit-il, de ne pas émouvoir à l’excès son lecteur... ajoutant (...)
  • 32 id. ibid.

23Profitant de ce que le jeu diplomatique délicat mené par le comteroi le détournait des affaires des Comtés, Louis XI ne devait pas tarder à rompre le traité de paix, à envahir les Comtés et à mettre de nouveau le siège devant Perpignan. La prise d’Elne faisait tomber Bernard d’Oms entre ses mains : jugé comme traître, il est exécuté, le 5 décembre 1474. Le siège de Perpignan est particulièrement dur pour les habitants, mal remis du précédent. Ils tiennent pourtant, d’une manière devenue presque mythique et relatée avec lyrisme par Andreu Bosc, dans son Sumari, Index o Epitome dels admirables i nobilissims titols d’honor de Catalunya, Rossello i Cerdanya, publié à Perpignan en 1628, au plus fort de la grande querelle surgie au XVIIe siècle entre Perpignan et Barcelone, et destiné à justifier par des arguments historiques à la fois la catalanité des Comtés et leur originalité face au Principat, ce qui aurait dû leur valoir, aux yeux de l’auteur comme d’un certain nombre de membres de la bourgeoisie perpignanaise, une sorte d’autonomie, de justifier la « désunion » d’avec le reste des Pays catalans. Andreu Bosc s’appuie sur la tradition, mais aussi sur les chroniques de Zurita, de Diego de Yepes, de Tristany et surtout celle du sicilien Lucio Marineo, historiographe de Jean II, qu’il cite longuement : « Perpignanenses enim qui dum rex aderat in patriae defensione magnam laudem promeruerant, rege quidem absente multo fortiores erant, acriusq. propugnabant. Nec se diutius intra muros continere poterant, sed odio magno quo Gallos inimiciter prosequebantur, et pugnanti desiderio conflagrantes, interdiu nonnunquam noctu portis oppidi reclusis, in castra hostium irrumpentes, illorum multis occisis et nonnullis captis in opidum summa celeritate sese recipiebant, ac potius propugnatores erant, donec attoniti Gallorum duces et iam deffessi non solum ab oppugnatione cessabant, sed urgente quoque metu de discessu plaerumque cogitauere. Formidabant enim non modo bellicosissimos viros, sed armatas quoque mulieres fortissime pugnantes... »29. Le siège devait durer huit mois, au cours desquels tous les animaux possibles ayant été dévorés, il ne resta bientôt plus aux assiégés que la possibilité de se livrer à la nécrophagie « ...non solum in carnes Gallorum quos occiderant, dentes intulerunt, sed in suorum quoque cadavera morsus iniecerunt. »30. Les femmes avortaient et pleuraient leurs enfants morts de faim.31 Et Lucio Marineo de rapprocher l’histoire de ce siège de deux pages glorieuses de l’histoire hispanique : les sièges de Numance et de Sagonte : « ... Bis enim antea contigerat, et Numantinis a Romanis obsessis, et Saguntinis a Carthaginensib. Sed Perpignanensium fuit tolerantia maior, qui cum tot mala et suprema pericula suo etiam rege monente vitare potuissent, noluerunt. O ingentem hominum et admirandam in laboribus et periculis perseuerantiam ! Usque adeo nanq ; Perpignani cives inpatrie defensione pertinaces fueront, usque adeo Gallos oderunt, ut ne illorum imperium subirent, omnia malorum genera perferre maluerint. »32.

  • 33 A. Bosc, loc. cit. pp. 51-52.

24La tradition veut également que durant le siège, le fils du premier consul de Perpignan, Joan Blanca, ait été fait prisonnier par les Français au cours d’une sortie des habitants de la ville. Les assiégeants auraient alors proposé au père la vie sauve pour son fils moyennant l’ouverture des portes mais il aurait refusé, ses devoirs envers son Dieu, son roi et sa patrie passant avant son amour paternel. Le fils aurait été tué sous ses yeux et ceux de la population massée sur les murs de la ville. Les habitants firent apposer sur la maison de Joan Blanca une plaque de marbre portant l’inscription suivante : « Huius domus dominus fidelitate superavit Romanos. »33.

  • 34 citée par A. Bosc, loc. cit. pp. 49-50 « Le Roi. Nos aimés et féaux, nous avons été informés des év (...)

25La résistance des Perpignanais a pu apparaître d’autant plus héroïque que Jean II, dans l’incapacité de les secourir, leur avait suggéré de se rendre en leur assurant le maintien de tous leurs droits et prérogatives en tant que ville catalane. Cela se retrouve dans la provision royale donnée a Gerona, le 21 janvier 1475 : « Lo Rey. Amats faels nostres, per vostres lletres som estats certificats dels mouiments aqui seguits, a gran gloria, ehonor de aqueixa lleal, e fidelissima vila nostra ;...deixant per avant los altres beneficis queus entenem prosejuir ; vos donam que ajau ; è degudament aquesta excelencia, e dignitat entre les altres Ciutats, e Viles nostres que la Vila sia intitulada perpetuament fidelissima, e lo Poble fidelissim, en memoria eternal de la gran fe, e constancia vostra... »34.

  • 35 ibid. « ... ils sont tenus et réputés par nous pour bons et très fidèles ; mais de plus... nous vou (...)

26Le 10 mars 1475, les Perpignanais se rendaient aux forces de Louis XI. Deux jours plus tard, une lettre royale expédiée depuis Castello de Empuries approuve la reddition de Perpignan et donne de nouveau à ses habitants l’assurance de la profonde gratitude royale et lui confirme son titre. Une troisième lettre, expédiée également de Castello de Empuries, le 16 mars, exprime clairement que les Perpignanais ne se sont rendus qu’avec l’assentiment du roi d’Aragon (« ... presedent Llicencia nostra... ») et qu’ils sont « ...per nos no solament tenguts è reputats per bons è fidelissims ; mes encara... volem ab molta raho, y justicia que no obstant sian de present sots dimini, è podestat del Rey de França, tots aquells...son nostres fels Vassalls, è usen de aquelles llibertats, è franqueses que acostumauan en Cathalunya, y fora... »35

27L’occupation, cette fois, allait durer vingt ans.

  • 36 d’après J. Sanabre, La acción de Francia en Cataluña, Barcelone 1956, p. 603.

28Louis XI ne s’embarrassait plus de faux-semblants à propos de l’annexion. Il savait par ailleurs ne pas devoir compter sur une soumission volontaire des Roussillonnais et des Perpignanais, en particulier. Cette seconde occupation allait donc être encore plus dure que la première, suscitant de nombreuses oppositions. Dès le 25 mars 1475, il avait envoyé à son représentant, du Bouchage, des directives sans ambiguïté : « Chasser de la ville le plus de monde qu’on pourra ; en renouveler la population tout de suite, ou l’affaiblir au moins de manière que, avec peu de soldats, on puisse y dominer ; mettre dehors les nobles qui se sont armés contre le Roy, et donner leurs héritages à ceux qu’il verra qu’ils seront bien aigres, ce qui sera un garant des soins qu’ils mettront à empêcher le retour des propriétaires ; éloigner les moines catalans et peupler les monastères de Français ;... priver les consuls de leur autorité... ;...Voyez si vous ne pourriez pas faire piller par le peuple menu les maisons des gens que vous chasserez... alors la Commune ne consentirait jamais36 à laisser remettre le roi d’Aragon et elle y ferait meilleur que nous... ».

29Cette politique, qui sera celle de Louis XIV en 1659, n’a été que partiellement suivie par le gouverneur napolitain, Boffille de Juge, qui pensait que l’on pouvait obtenir plus par la douceur que par la force.

  • 37 Arch. Municip. de Barcelone, Cartas reaies, 1476-1485.

30Louis XI pourtant a engagé des négociations avec Ferdinand II dès l’avènement de ce dernier, en 1479, en vue de la restitution des Comtés, mais elles n’ont pas abouti avant la mort du roi et la régente, Anne de Beaujeu, y a mis fin. Ferdinand, dans une lettre aux autorités barcelonaises, affirme son intention de récupérer les territoires perdus et annonce son intention de réunir les Corts à ce propos (décembre 1483).37 Il faudra cependant de longues années d’actions diplomatiques et militaires avant que les conférences de Narbonne, puis de Figueres, au cours de l’été 1492, aboutissent à la signature du traité de Barcelone, le 19 janvier 1493. Bien que la dette contractée par Jean II n’ait pas été remboursée, Charles VIII rend les Comtés au roi d’Aragon, car il a besoin, pour le moins, de la neutralité de Ferdinand, au moment où il va essayer de faire valoir les droits de la maison d’Anjou sur le royaume de Naples et cette restitution est le prix à payer pour l’obtenir.

Notes

1 P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, Paris, 1977, T. I. p. 258.

2 Les Corts sont une assemblée élue, représentative de l’ensemble de la population, divisée en trois catégories, les braços (bras). Elle se réunit périodiquement afin de voter les subsides octroyés au souverain et à cette occasion présente les griefs des sujets, propose et vote des textes législatifs qui viennent s’ajouter au Corpus des Constitutions. La Generalitat est un organe permanent composé de trois députés et trois auditeurs aux comptes (un par braç), désignés pour trois ans par les Corts et qui, dans l’intervalle de leurs réunions, est chargé de veiller à la bonne gestion des deniers publics et, de proche en proche, de contrôler toute la politique royale. La Generalitat est devenue un véritable contre-pouvoir, face au comte-roi.

3 cf. J. Vicens i Vives, Els Trastàmares, 2e éd., Barcelona, 1980 et S. Sobreques i Vidal, Jofre VIII de Rocaberti, señor de Peralada, Girona, 1955 et « Los origenes de la Revolucion catalana del siglo XVIe », Estudios de Historia Moderna, II p. 86.

4 A. Rovira i Virgili, Història Nacional de Catalunya, Barcelona, 1922-1938, T. VI pp. 352 et sqs.

5 A. Bofarull i Mascaro Coleccion de Documentes ineditos del Archivo general de la Corona de Aragon, Barcelona, 1857, T. XVIII, pp. 205-207, 220 et 227.

6 Dietàri de l’antic Conseil barceloni, T. II, pp. 393-394.

7 Archives Nationales J 596 n°26.

8 Traité de Bayonne.

9 A. Bofarull i Marcaro, op. cit., T. XXII, pp. 57-63.

10 id. ibid.

11 souligné par moi.

12 A. Bofarull i Mascaro, op. cit., T. XXI, p. 365 et squs. trad. par J. Calmette, Louis XI, Jean II et la Révolution catalane (1441-1473), Toulouse 1903, pp. 119-121.

13 ibid. p. 122.

14 ibid. p. 127.

15 ibid. p. 128.

16 « Lo senyor bisbe es exit parlar ab ell per demanarli que volia, e elle a respost volia los homenatges per lo rey de França e la faeltat al senyor rey. Fonchli respost per lo dit senyor asprament, ço es que ans nos donariem al Turch que al rey de França, e en altra manera, que s’en anà molt mal content ». A. Bofarull i Mascara, op. cit. T. XXI, p. 438.

17 ADPO, G. 237, Llibre de Memòries de Sant Joan, fol. 135.

18 Bib. Nat, Mss. Fonds Frçs. 20493 P87.

19 Bib. Nat, Mss. Fonds Frçs 20430 f° 21.

20 Arch. Nat, J 596 n° 31.

21 ibid.

22 A.D.P.O. 2 B 90 Mémoire de R. Trobat à Michel Le Tellier. Sans date, mais certainement de 1660 au moment de la publication de l’édit de Saint-Jean-de-Luz portant création de l’assemblée, d’autant plus qu’il y est fait référence au conseiller Queralt « âgé de 80 ans », or celui-ci devait décéder en 1661.

23 J. Calmette, Louis XI, Jean II... op. cit. p. 168.

24 L’offre de la couronne comtale à René d’Anjou par la Generalitat pouvait avoir l’avantage de détourner Louis XI de l’alliance avec Jean II et, dans ce cas, la perte des Comtés pouvait passer pour un gage supplémentaire de l’entente future.

25 J. Zurita, Indices rerum ab Aragoniae Regibus gestarum, Saragosse 1578. Livre XVIII, chap. XLIV.

26 Arch. Municip. de Barcelone. Processos de Corts 1473, fol. 12-13 : « ... tenus longtemps et indûment occupés et veut les conserver par devers lui si injustement » ; « ... avec la plus grande attention et bonne volonté remettre en état la justice et la réformer et réformer toutes choses... »

27 ibid. « Il est vrai que nous avons appris que le roi de France s’efforce de faire venir un grand nombre de gens de guerre dans ces Comtés, non seulement pour en gêner et empêcher la soumission à Notre Majesté, mais encore pour occuper contre nous cette ville de Perpignan et la cité d’Elne et autres terres que nous avons sous notre autorité dans lesdits comtés ; et selon les avis confidentiels que nous avons reçus, un grand nombre de gens de guerre est déjà parti du royaume de France et s’en vient tout droit vers cette ville et nous croyons qu’ils viendront y mettre le siège et l’opprimer... »

28 ibid. « ...acceptent de nous fournir ladite aide justement et suivant la situation le requiert, comme vous-mêmes et vos ancêtres avez et ont accoutumé de faire louablement envers nous et nos prédécesseurs les rois d’Aragon de glorieuse mémoire... »

29 L. Marineo, De rebus Hispaniae, Livre 18 « De Perpiniani obsidione ». cité par A. Bosc, op. cit., Livre I, Chap. 13, IV, p. 46, col. B. La traduction en catalan du texte latin de Marineo par A. Bosc insiste encore, par le choix des termes et par quelques ajouts de son cru, sur l’héroïsme de la résistance perpignanaise.

30 L. Marineo, loc. cit., cité par A. Bosc, loc. cit., p. 47, col. A. Confirmé par une lettre de Jean II, en date du 16 mars 1475.

31 A. Bosc a tronqué sa traduction afin, dit-il, de ne pas émouvoir à l’excès son lecteur... ajoutant qu’il peut toujours se référer, s’il le comprend, au texte latin !

32 id. ibid.

33 A. Bosc, loc. cit. pp. 51-52.

34 citée par A. Bosc, loc. cit. pp. 49-50 « Le Roi. Nos aimés et féaux, nous avons été informés des événements qui se sont produits ici pour la plus grande gloire et honneur de notre loyale et très fidèle ville ;...laissant pour plus tard les autres bénéfices que nous entendons vous conférer, nous voulons que vous ayez de droit cette excellence et dignité parmi les autres Cités et Villes nous appartenant que la Ville soit pour toujours appelée très-fidèle et sa Population très-fidèle, en souvenir éternel de la grande foi et constance dont avez fait preuve... ».

35 ibid. « ... ils sont tenus et réputés par nous pour bons et très fidèles ; mais de plus... nous voulons avec beaucoup de raison et de justice, bien qu’ils soient actuellement sous la domination et le pouvoir du roi de France que tous ceux-là (soient tenus) pour nos fidèles vassaux et jouissent des libertés et franchises accoutumées en Catalogne et ailleurs... ». Ces textes figurent dans le Livre Vert Mineur de Perpignan, T. II, fol. 541.

36 d’après J. Sanabre, La acción de Francia en Cataluña, Barcelone 1956, p. 603.

37 Arch. Municip. de Barcelone, Cartas reaies, 1476-1485.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search