Version classiqueVersion mobile

Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge

 | 
Philippe Sénac

Narbonne, l’expédition du Roussillon et les courants migratoires

Un révélateur pour le domaine occitano-catalan

Gilbert Larguier

Texte intégral

  • 1 B. Vincent, 1492, “l’année admirable”, Paris, Aubier, 1991.

1Les visées de Louis XI sur le Roussillon se soldent par un échec en dépit des moyens engagés et d’une occupation prolongée. Des négociations, et non la force, rendent le territoire aux souverains catholiques. On a souligné l’extraordinaire synchronisme entre la chute de Grenade, le retour des Comtés dans le giron catalan et dans les possessions des couronnes d’Espagne, qui achèvent d’un coup une entreprise multiséculaire, et la réussite du voyage de Colomb, inventeur d’un nouveau monde, qui fait du sud de la péninsule ibérique “désormais le milieu” (de la terre) alors qu’elle n’en était “traditionnellement (que) l’extrémité et la fin” comme le dira puissamment Tomas de Mercado. Les faits sont connus, ont été amplement célébrés et commentés. Il est inutile d’y revenir1.

  • 2 J. Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane (1441-1473), Toulouse, 1903 ; A. Rovira i (...)

2Comment comprendre l’entreprise de Louis XI ? Comme une tentative pour exploiter une situation particulièrement confuse où se conjuguent, en Catalogne, des troubles sociaux, de graves dissensions à l’intérieur de la famille régnante au sujet du règlement de la succession de Jean II de Catalogne-Aragon, de profondes divergences sur la conception, l’exercice du pouvoir et la nature des relations à établir entre le souverain et ses sujets catalans ? Ou comme une parenthèse que referme Charles VIII désireux de se lancer dans une aventure autrement plus prometteuse en Italie2.

  • 3 Dom C. Devic, Dom J. Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, éd. 1872-1892, t. XI et X (...)

3Ces deux lectures de l’événement, complémentaires, sont trop réductrices. L’intervention en Roussillon témoigne en effet pour un vaste territoire de part et d’autre des Pyrénées et pour un processus beaucoup plus ample avec lequel elle renoue et qu’elle clôt. Le traité de Barcelone négocié à Figueras puis à Narbonne peut apparaître ainsi comme le point nodal qui partage un millénaire d’histoire en deux parties contrastées. La première est marquée par une instabilité permanente où les principautés, les embryons de royaumes se succèdent dans ce Midi méditerranéen dont les pôles sont Barcelone, Toulouse et la Provence, sans parvenir à se structurer durablement autour d’un centre, d’un pouvoir, d’institutions fédératrices malgré des moments de vif éclat3. La seconde, après 1493, se signale au contraire par une extraordinaire stabilité que dérange seulement le traité des Pyrénées en 1659. La résonance de ce dernier vient de ce qu’il opère une partition de l’espace catalan, réussissant en quelque sorte là où Louis XI avait échoué. Le traité des Pyrénées se situe cependant dans la continuité directe de celui de Barcelone : il est l’œuvre de deux Etats, fixe une frontière et, malgré les réactions qu’il suscite, n’entraîne pas de bouleversements territoriaux aussi importants que ceux dont l’espace catalano-occitan avait été le théâtre au cours de la période précédente. L’affrontement, alors, est d’autant plus dur, les passions sont d’autant plus aiguës que les positions et la ligne de partage sont établies rigoureusement et stables dans la longue durée.

  • 4 P.-R. Gaussin, Louis XI, Paris, Nizet, 1976.

4Il serait d’un grand intérêt de reprendre dans le détail les péripéties de l’intervention en Roussillon de 1462 à14934. Elles témoignent, en profondeur, pour toute une époque. Notons, pour nous en tenir à l’essentiel, que la situation se transforme radicalement depuis les avances faites par Louis XI à Jean II de Catalogne-Aragon jusqu’au long siège de Perpignan et au traité de Barcelone. L’occasion était trop belle pour Louis XI qui, venant de monter sur le trône, était impatient de montrer son savoir-faire de tirer parti des difficultés rencontrées par le vieux comte-roi pour assurer l’avenir de ses états : des appétits aiguisés par des règles de succession incertaines, l’habitude des partages qui mettaient à mal les constructions dynastiques et territoriales, des alliances matrimoniales qui servaient de justification commode pour couvrir des interventions et des revendications d’héritage. Nous sommes dans des structures politiques traditionnelles. Il est non moins remarquable, aussi, que la première intervention d’envergure de Louis XI, alors que le royaume sort à peine de la guerre anglaise, soit du côté sud du royaume, direction où la monarchie capétienne s’était engagée précocement, non sans succès ni bénéfice-que serait-il advenu du royaume au cours de la guerre sans la fidélité du Languedoc ? Lors de la seconde occupation du Roussillon, dont le siège de Perpignan est le haut fait le plus symbolique et dramatique, les formes de l’intervention changent. On emploie la force, et massivement l’artillerie. Le lien entre l’émergence de l’Etat et l’artillerie a été souligné depuis longtemps. L’entrée en scène des canons sous les murs de Perpignan marque l’irruption de l’Etat moderne. Le traité de Barcelone est préparé et signé au nom de souverains qui ont réalisé, autant qu’il était possible alors, l’unité de leurs royaumes.

5Le revers posthume de Louis XI en Roussillon contribue, d’une autre manière, complémentaire, mais qui intéresse principalement le devenir du royaume de France, à marquer le passage d’une époque à une autre. La tentative de Louis XI en Roussillon n’a eu d’autre résultat du côté des Pyrénées que de fixer une frontière, dans sa conception moderne, de défense et militaire. Les succès du roi de France sont ailleurs, du côté de l’est, qui jouera désormais la fonction d’une nouvelle marche, d’un espace en gestation, à saisir, à définir et à délimiter, dont la conquête puis la défense donneront son unité à une période longue, du Royaume et de la République.

6Dans son déroulement comme dans son issue l’affaire du Roussillon témoigne donc pour toute une époque et lui sert comme de pierre de touche. Elle est le point, également, à partir duquel les politiques d’Etats qui sont désormais limitrophes se réorientent dans de nouvelles directions.

7Il y a une autre dimension importante qui reste au second plan à cause des lacunes de l’information : celle des hommes, dont on aperçoit mal le degré d’implication dans les constructions étatiques. On peut s’interroger d’ailleurs sur une telle approche. L’immense majorité des individus reste rivée à la terre ; un petit nombre seulement, celui que l’on connaît, gravite autour des puissants et les suit. Sont-ils les plus représentatifs ? Il serait beaucoup plus probant d’interroger les courants migratoires qui nous diraient, peut-être, si le mouvement des hommes s’accorde avec celui des Etats. L’entreprise est d’autant plus malaisée qu’on en est le plus souvent réduit à des listes de “nouveaux habitants”, urbaines et tardives, puisqu’elles remontent dans les cas les plus favorables au début du XVe siècle. Sélectives et fragmentaires ces listes se révèlent être néanmoins à l’usage, à condition de ne pas trop les solliciter, d’assez bons instruments pour dégager de grandes tendances.

8Narbonne, dans notre situation de frontière, constitue un observatoire privilégié. Ville la plus proche de la frontière, elle apparaît constamment en retrait par rapport aux recompositions de l’espace catalano-occitan entre le XIe et le XVe siècle. N’est-elle pas la seule grande ville du Midi qui ne donne pas naissance ou ne serve pas de support, à un moment ou à un autre, à une esquisse territoriale ? Narbonne ne reste pourtant pas étrangère aux évolutions en cours. Elle les révèle au contraire avec une acuité surprenante et en sera la principale concernée puisqu’elle passera d’une position centrale à une situation frontalière et que ses fonctions, son urbanisme et même la composition de sa société, avec de nouveaux apports de population, en seront complètement bouleversés.

  • 5 A. M. Narbonne, collectes et clavaires, non cotés, principalement les années 1462, 1469, 1473, 1474 (...)
  • 6 Collectes et clavaires, 1469, f° cxviii v°.
  • 7 Idem, 5 avril 1473, f° cxvii v°, séjour de Philippe de Bugey, capitaine général de l’armée ; en plu (...)

9Narbonne est d’abord le témoin privilégié de l’intervention en Roussillon. On peut y voir, de manière indirecte, les principales phases de son déroulement. Les troupes sont simplement de passage, ne pénètrent pas dans la ville et ne stationnent jamais longuement à proximité. On a peu de renseignements sur elles. Les comptes consulaires ont gardé par contre la trace du séjour des hommes du roi et des chefs de l’armée. Les consuls les accueillaient, les honoraient5. Le détail des dépenses engagées par la ville à cet effet laisse l’impression d’une assez grande uniformité de traitement. Les consuls offraient des torches, des flambeaux, de l’avoine, des volailles -exclusivement des poulets et des pigeons-, des cabris, du vin blanc et clairet6, plus rarement des confitures, un veau de lait et du poisson frais7. Seules les quantités et la variété différaient en fonction de l’importance du visiteur.

  • 8 Idem, 1462, f° cxvii, “pour tenir conseil avec les nobles de la sénéchaussée de Carcassonne”.

10Dès le mois de février 1462 le gouverneur de Languedoc Charles d’Anjou était à Narbonne où il avait convoqué les nobles de la sénéchaussée de Carcassonne8. Les consuls recevaient ensuite le viguier royal de Narbonne, monseigneur de Montpezat, commissaire du roi “sur le fait de son armée qui va en Roussillon” et qui se dirigeait sur Gérone. Le Languedoc se voyait ainsi directement associé à l’expédition du Roussillon et Narbonne promue au rang de place de première ligne. Le souvrain stimulait les énergies et plaçait des hommes sûrs. La tâche lui était facile. La ville dépendait encore de la Vicomté. Mais celle-ci, affaiblie par l’extinction de la lignée vicomtale des Narbonne-Lara (en 1424), tombée d’abord aux mains d’héritiers qui manquaient de charisme avait été vendue à Gaston de Foix en 1447. Elle aurait pu retrouver un certain lustre ainsi. Mais ses démembrements successifs la réduisaient au niveau d’un bien assez peu considérable, secondaire pour la maison de Foix. Elle retrouvait un intérêt néanmoins dans la partie qui commençait puisque c’est à Gaston de Foix que Louis XI confia la lieutenance et la direction de l’opération engagée contre le Roussillon. Celui-ci était, on le sait, une des pièces maîtresses dans le jeu du souverain, à cause de la position des terres qu’il contrôlait ou auxquelles il pouvait prétendre, et de ses alliances du côté français comme du côté aragonais. Louis XI le rendait solidaire ainsi de l’action entreprise, de manière à tenir fermement en main le territoire sur lequel il jetait son dévolu et à l’arrimer au Languedoc. Gaston sera un de ses soutiens les plus fidèles. Il le manifestera lors de la Ligue du Bien Public.

  • 9 Idem, 1473, f° cxvii r°, cxviii v°.

11Les visites s’espacent ensuite. Une fois saisi, le Roussillon passe au second plan. L’urgence est ailleurs pour le souverain : les troubles suscités par les grands mobilisent davantage son attention. Les consuls sont très sollicités en 1470 à nouveau. Des renforts sont envoyés au duc de Calabre. Cette fois les moyens mis en œuvre sont d’une autre ampleur et d’une autre nature qu’en 1462. Les libéralités consulaires se font plus généreuses à mesure que s’élève le rang des représentants du roi qui font étape à Narbonne : le lieutenant en Languedoc, le sire de Charlus, le gouverneur du Roussillon, Tangui du Chastel vicomte de Bellière qui est chargé de conduire les troupes9.

  • 10 Idem, 1473, f° cxxiv v°, cxxvi v°.
  • 11 Lors des opérations conduites par François Ier notamment.

12Une importante artillerie est amenée à cette occasion. Le budget de la ville doit prendre en charge une partie des frais d’attelages. Le matériel de guerre est tracté depuis Montpellier, puisque du bétail est signalé comme venant de Pézenas, Saint-Thibery, Marseillan, Agde et Béziers. On lui fait prendre la route qui contourne l’étang de Capestang, pour ne pas avoir à passer l’Aude, car il n’y avait qu’un bac à la hauteur de Coursan, difficile à atteindre car il fallait traverser auparavant une zone palustre, en réquisitionnant au passage des montures dans les villages environnants : Quarante, Capestang, Argeliers, Mailhac, Bize, Montredon...10. Les hôteliers narbonnais et quelques citadins seront aussi contraints de fournir au charroi. Sallèles, en arrière de l’Aude, servit de point de ralliement : un dispositif militaire s’esquisse qui sera réutilisé ultérieurement11.

  • 12 Sur Beguet Remejan et sa postérité : G. Larguier, Le drap et le Grain en Languedoc. Recherches sur (...)
  • 13 Sur Antony Seguier et sa descendance, idem, pp. 110-111, 142, 353-354. Antony Seguier, dont le rôle (...)
  • 14 Collectes et clavaires, 1473, f° cxxxi v°.

13Des habitants de la ville dont on connaissait le savoir-faire en matière financière et les relations commerciales furent mis à contribution. Le marchand Beguet Remyjean (Remejan) alla à Perpignan (pour livrer du salpêtre ?). Les consuls lui remboursent des frais de déplacement12. Anthony Seguier, d’origine roussillonnaise, qui était venu s’établir à Narbonne muni d’un beau capital en 1450, fut chargé de fournir des rations à l’artillerie ainsi que du fer13. Berthomieu Seguier, en 1473, se chargera de transférer 600 livres de capital à Perpignan pour le compte de la ville dont le clavaire recevra l’ordre, de la part des consuls, de régler les intérêts14.

  • 15 Idem, 1474, f° cxxv, des habitants de Bourg sont taxés pour fournir du ravitaillement aux gens d’ar (...)
  • 16 Idem, 1473, f° cxxv v° ; 1474, f° cvii v°.
  • 17 Idem, 1473, f° cxvii v°, cxxi v°.
  • 18 Second fils de Gaston IV de Foix à qui son père a cédé la vicomté en 1468 ; Histoire générale de La (...)
  • 19 Collectes et clavaires, 1473, f° cxviii v°, cxxiii, cxxv.
  • 20 F. Pasquier, Un favori de Louis XI, Boffile de Juge, Albi, 1914 ; J. Euzet, Histoire de Lézignan, C (...)

14L’épreuve de force est engagée en 1473. Pour les Narbonnais cela signifiera fournir de plus en plus de grains aux troupes constituées principalement des milices de la province15. Narbonne voit passer dans un sens les contingents de gens d’armes, de l’autre les ambassadeurs du roi d’Aragon16. Le raidissement des relations, puis la vigueur de l’affrontement, se devinent à Narbonne aux allées et venues dont les comptes consulaires gardent la trace. Louis XI dépêche les plus hauts personnages de son entourage comme Philippe de Bugey ou sa sœur17, fait ce qu’il peut surtout pour consolider ses arrières car au siège de Perpignan répondent l’avancée et les courses des troupes venues du sud dans le Fenouillèdes, le pays de Sault et jusques très en profondeur dans le Termenès. Jamais plus les troupes catalanes ou aragonaises n’iront aussi loin à l’intérieur du Languedoc. Ce n’est pas un hasard si à quelques mois de distance l’émissaire du nouveau vicomte, Jean de Foix18, le vicomte lui-même ensuite le 24 novembre, sont à Narbonne pour prendre possession de la seigneurie et si l’archevêque qui vient d’accéder au siège métropolitain fait son entrée solennelle dans la ville19. Boffile de Juge, le vice-roi de Roussillon depuis 1475, recevra quelque temps après la seigneurie de Lézignan confisquée au duc de Nemours20. Tout était bon alors pour placer des fidèles à portée du Roussillon sans que le souverain apparaisse de façon trop voyante.

  • 21 Histoire générale de Languedoc, t. XII, preuves n° 136, cc. 311-314.

15Le séjour de Jean de Foix, bref, n’annonce pas un rétablissement de la vicomté pour autant. Il n’eut guère le temps de s’en préoccuper puisqu’il s’absorba entièrement à disputer à la princesse de Viane la succession de la maison de Foix : le royaume de Navarre, le comté de Foix et la vicomté de Béarn étaient des possessions d’une autre consistance. L’importance qu’il attachait à la Vicomté est exprimée sans détour dans son testament rédigé en 1500 : qu’elle serve à régler ses dettes !21 Le destin de Jean de Foix est exemplaire à sa manière. Associé dès le début à l’expédition du Roussillon, puisqu’il était en 1464 à la tête de l’armée française dirigée sur la Cerdagne, il accompagnera Charles VIII en Italie. L’achat de la Vicomté par Louis XII en 1507 ne sera qu’une formalité qui sanctionnera une situation et un rapport de force établis depuis un demi-siècle.

  • 22 G. Larguier, Le drap...., p. 337 sq.

16On ne sait rien, à partir des sources narbonnaises des tractations préparatoires au traité de Barcelone ni du repli sur la ville de l’artillerie et des munitions qui étaient dans les places du Roussillon et de la Cerdagne. Les registres de clavaire des années 1492 à 1494 qui auraient pu nous donner quelques informations sur le séjour des négociateurs à Narbonne n’ont pas été conservés. Mais les conséquences de la restitution du Roussillon ne tardent pas à se faire sentir. Il y eut d’abord un afflux de population. Des personnalités et des familles qui s’étaient déclarées pour les Français, comme les d’Exea ou les Puimejan, se replient sur Narbonne. D’autres les accompagnent, plus nombreux, que l’on parvient mal à cerner malheureusement : des exilés victimes des expulsions, assurément. Un petit noyau se regroupe dans le quartier de Lamourguier, en Bourg. Ce groupe de Catalans connaîtra de belles réussites, sera une des composantes dynamiques de la société citadine profondément renouvelée qui se formera à Narbonne au cours du XVIe siècle22.

17Ce n’est pas cet apport humain, cependant, qui est le plus spectaculaire. Le traité de Barcelone faisait de Narbonne le pendant et l’égale de Perpignan, une place frontière dont il fallut reconsidérer entièrement le système de fortifications qui ne pouvait résister aux nouvelles techniques de destruction. La principale innovation, qui obligea à reconstruire de fond en comble l’enceinte extérieure, consista à enfermer Narbonne, ville double jusque-là et dont chacune des parties disposait de ses propres défenses de part et d’autre de l’Aude, dans un seul corset de murailles protégées par des terrassements gazonnés. Narbonne gagnait une fonction, puisqu’elle devenait la clef de voûte du dispositif de défense du royaume vers le sud, mais elle perdait sa liberté de mouvement. Cela hypothèquera lourdement son développement ultérieur.

  • 23 P. Bonnassie, “L’occitanie, un Etat manqué ?”... p. 33.
  • 24 G. Larguier, “Fontfroide et l’espace cistercien en Narbonnais. La grange de Fontcalvy”, L’espace ci (...)

18En position de place d’appui et de relais à l’expédition du Roussillon, puis de boulevard-au sens originel du terme, d’ouvrage avancé d’un système de défense-face aux Espagnes, Narbonne signale et donne à voir avec justesse l’évolution en cours de l’espace méridional au tournant du XVe et du XVIe siècle. C’est une de ses fonctions tout au long du demi-millénaire qui précède, malgré la singularité de son exemple. Bien que remarquablement située au sein du domaine occitano-catalan, Narbonne ne fut jamais la tête ni le centre d’une ébauche de principauté ou de royaume et n’eut qu’un rôle passif dans les regroupements politiques méridionaux. Elle dût peut-être cette particularité à son siège métropolitain23. Le pouvoir y fut partagé entre deux seigneurs, le vicomte et l’archevêque dont l’action, extrêmement vigoureuse au XIIe et au XIIIe, siècle dans la ville et surtout aux alentours renforça les positions24.

19Cela n’empêche pas les vicomtes d’être des personnages qui jouissent de prestige et d’une grande audience. La vicomtesse Ermengarde (1143-1192) en est la figure emblématique. Menacée d’abord par le comte de Toulouse qui était aussi duc de Narbonne alors qu’elle n’était pas mariée, elle chercha des alliances et tissa des liens familiaux au-delà des Pyrénées. Elle se plaçait ainsi à égale distance des deux forces qui se disputaient le Midi et put occuper une position d’arbitre dans le conflit catalano-toulousain. Mais pour se prémunir elle s’engagea, comme l’archevêque, l’autre coseigneur de Narbonne, dans une politique de rapprochement avec les Capétiens. Toutes les contradictions du Midi sont là, latentes.

  • 25 G. Larguier, Recteur Amadou, Mémoires historiques sur la cure et les curés d’Ouveillan, 1977, “Un m (...)

20Les brillantes alliances nouées en direction de la péninsule ibérique, dans des lignages royaux, n’y font rien. Les vicomtes narbonnais piétinent. Ils ne parviennent pas à étendre leur domaine, qui a même tendance à se réduire comme une peau de chagrin. Ils multiplient les abandons et les concessions dans leurs seigneuries, ne tirent aucun bénéfice de la croissance rurale à la différence des ordres religieux et, d’une manière plus générale, de l’Eglise. Le contraste s’accentue entre l’éclat culturel de Narbonne et son développement économique, qui en fait une des toutes premières villes du royaume au début du XIVe siècle, et la faiblesse du pouvoir vicomtal, même si les heurts avec l’archevêque ou le consulat peuvent donner le change localement. Les partages successoraux et l’appel de la croisade aggravent l’anémie. Au moment où nait le royaume de Majorque, Aymeric de Narbonne, le nouveau vicomte et Amalry (de Perpignan) son frère se partagent les seigneuries du domaine vicomtal. Peu soucieux de la bonne administration de la part qui lui était échue Amalry passe son temps en Terre Sainte ou au service du roi. Pendant ce temps les communautés acquièrent des droits, moyennant finance, se rachètent parfois et se donnent au roi. En cas de conflit ce n’est plus au vicomte que l’on s’adresse mais au souverain, appelé comme arbitre et qui sans grand effort se retrouve le maître25.

21Veut-on une preuve de la perte de vitesse de la vicomté ? Les vicomtes ne sont pas une force d’attraction. On chercherait en vain en ville ou dans le Narbonnais le nom de seigneurs de moindre envergure qui dépendaient d’eux, de serviteurs ou de clients qui leur devraient leur ascension ou auraient prospéré grâce à eux. Ce vide relatif du pouvoir a fortement contribué à ce que Narbonne, centre économique de premier plan, soit marginalisée sur le plan politique.

22Avec des modalités différentes, c’est un type de processus analogue que l’on observe dans l’ensemble du Midi entre le XIe et le XVe siècle, avec, en supplément, une différenciation culturelle que l’on ne pouvait y apercevoir.

23Il est peut-être aventureux de vouloir esquisser l’histoire des lignes de force d’un espace aussi vaste que l’aire occitano-catalane au cours d’un demi-millénaire. En procédant, nécessairement, par choix et raccourcis, en retenant seulement les faits qui paraissent être des jalons éclairants et déterminants, on s’expose, sans y prendre garde, au risque d’emprunter une démarche déterministe. Le rapprochement et la mise en parallèle de situations et d’événements à des siècles de distance n’en sont pas moins troublants et forcent à la réflexion.

24En accusant le trait-fortement-on peut condenser ainsi le destin de l’aire occitano-catalane entre le XIe et la fin du XVe siècle : d’un domaine aux structures politiques floues mais où existe une première construction territoriale, riche de l’or musulman, dont le pôle est Barcelone, l’auteur un lignage d’origine carcassonnaise, la cohésion fondée principalement sur les liens personnels entre fidèles, l’ossature le rivage de la Méditerranée car elle s’étend des deux côtés des Pyrénées et jusqu’au Rhône, on aboutit à une délimitation rigoureuse entre Etats où les relations de souverain à sujets se sont substituées aux liens de fidélité, et d’un ensemble indifférencié culturellement -le protocatalan et l’occitan sont des cousins bien proches et le terme Catalogne mettra plus d’un siècle encore à apparaître-, vaste comme il ne le sera jamais plus, à des territoires que distinguent une différenciation linguistique, support et moyen d’une conscience d’appartenance, dont la ligne de partage est très proche de celle sur laquelle se sont arrêtés les négociateurs du traité de Barcelone.

  • 26 P. Bairoch, J. Batou, P. Chèvre, La population des villes européennes de 800 à 1850, Genève, 1986 ; (...)

25Entre les deux : des Midis, qui se forment, se heurtent, s’affaiblissent et se vident progressivement de leur substance malgré une économie vive et un réseau urbain de première grandeur26 qui échouent jusqu’à n’être plus qu’une frontière, au moment même où saute au sud cette autre frontière avec le Musulman et que sont découvertes de nouvelles sources de métaux précieux... qui avaient fait la richesse et la force de la première configuration occitano-barcelonaise !

26Deux possibilités s’offraient, qui trouvent chacune successivement, voire alternativement, une réalisation brillante dont le Languedoc méditerranéen et la Provence furent le commun dénominateur, c’est-à-dire le corps appendice qui ne commande pas, et dont les têtes, Barcelone et Toulouse, tentèrent chacune de faire prévaloir la conformation qui leur donnait l’avantage : Toulouse une construction toute en longueur, est-ouest, Barcelone un édifice qui épouserait la courbure de la Méditerranée ; ce qui correspondait aux deux grandes directions du réseau urbain méridional dont la jonction se situe à Narbonne. La victoire de l’une signifiait le repli et à terme le dépérissement de l’autre, risque qui était plus grave pour Toulouse que pour Barcelone : les succès capétiens rapprochaient dangereusement le royaume de France alors que Barcelone pouvait trouver une ouverture vers le sud, en direction de l’Aragon, puis vers les Pyrénées occidentales. Le conflit entre les deux Midis qui en résulte, fratricide, et qui s’aggrave localement de guerres privées et lignagères, remplit le XIIe siècle. L’intervention extérieure sollicitée-le comte de Toulouse Raymond V fait appel au roi Louis VII dont il était le beau-frère- implique les Midis dans les grands affrontements qui accompagnent l’émergence de nouvelles puissances territoriales-celui qui oppose les Capétiens aux Plantagenets en particulier. Mais ils n’ont jamais la direction des opérations. Ils perdent au contraire à cette forme d’intégration dans le jeu politique européen leur capacité de construction autonome, en dépit de la vigueur de leur développement économique et culturel.

27D’autres raisons concourent à cette incapacité à construire solidement, c’est-à-dire à durer. Elles sont internes cette fois. Deux, très différentes, mais dont les résultats sont identiques, peuvent les illustrer. Les dynasties régnantes ne parviennent pas à mettre sur pied des institutions originales et cohérentes et à les imposer à l’ensemble de leurs possessions. Les liens personnels et le respect des particularismes de chaque entité resteront la règle, ce qui permettra au Languedoc oriental et à la Provence par exemple de passer d’une tête à l’autre -entendons Barcelone et Toulouse-, ou de se voir partagés, sans en être véritablement affectés. Est-ce parce que ces territoires étaient trop éloignés de Toulouse et de Barcelone ? La volonté de s’imposer, de laisser une empreinte institutionnelle, de renforcer les liens entre les parties pour former un tout plus soudé, a fait défaut. Trait de mentalité ou faiblesse congénitale de ces constructions vouées à demeurer des principautés ? Eut-il fallu que leur maître soit ceint de la couronne royale ? Il est remarquable que les relations entre les Catalans et le comte de Barcelone se modifient à partir du moment où celui-ci devient roi d’Aragon, où l’équilibre entre la Catalogne et la couronne -les couronnes plus tard- est rompu et ne parvient plus, quoi qu’on en dise, à se rétablir.

28Les Croisades ont lourdement pesé également sur la destinée des constructions méridionales. Le cas de Raymond IV de Saint-Gilles et de ses successeurs est exemplaire à cet égard. Véritable bâtisseur d’empire, à l’échelle du Midi, car parti de rien il édifie en peu d’années une construction imposante entre Cahors et la Provence, il se lance dans la première croisade dont il devient un des principaux héros et meurt en Terre Sainte en faisant la conquête d’une nouvelle principauté, le comté de Tripoli. S’absorbant dans cet au-delà méditerranéen les successeurs de Raymond IV dispersent leurs forces. L’absence prolongée interdit les politiques de longue haleine, relâche les liens, devient synonyme de fragilité. Ce type d’aventure est rarement gage de puissance sur les terres d’où l’on est parti. Conquérants, comme croisés, les Toulousains feront les frais d’une croisade qui visera leurs domaines. A cet égard le contraste est flagrant entre les deux croisades qui mobilisent l’Occident : la reconquête en terre ibérique et la conquête des Etats latins en Orient. La première a servi à construire des Etats, car ils étaient à proximité, la seconde a contribué à en affaiblir ou à en ruiner. Trop lointaine elle épuisait ceux qui s’y risquaient.

29Aussi le décalage apparait-il flagrant entre la faiblesse des édifices territoriaux et la vigueur des croissances urbaines. Les premiers perdent de leur cohésion et voient leur avenir hypothéqué alors que les secondes trouvent leur plein épanouissement. On l’aperçoit crûment au bord de la Méditerranée avec ce cas limite qu’est l’éphémère royaume de Majorque (1276-1344). Ultime avatar des Midis qui se cherchent ce dernier résume les possibilités, les contradictions et les handicaps que recélaient ces constructions territoriales. Royaume d’un monde jeune, en train de se faire, il est aussi un tard venu. La jeunesse, en effet, autant que la mer, fait l’unité de ce royaume constitué de pièces dispersées. Essentiellement urbain, comme ceux qui l’ont précédé, mais bicéphale, ce royaume présente la caractéristique de s’appuyer sur les deux villes les plus récentes, alors, du littoral de la Méditerranée occidentale qui sont nées spontanément. Villes interstitielles entre Barcelone, Narbonne et Marseille, lesquelles peuvent apparaître comme la strate fondatrice du réseau urbain, Perpignan et Montpellier naissent à peu près ensemble, à la fin du Xe ou au début du XIe siècle et se signalent immédiatement par une croissance accélérée, surtout Montpellier qui connaît entre le XIe et le début du XIVe siècle une des plus belles réussites de l’Occident. Fruit de la reconquête également, par l’île qui sert à le désigner, le royaume de Majorque unit ainsi deux dynamismes, ce qui lui fait garder de nombreux traits d’un pays frontière, sur le plan humain en particulier. Montpellier, un temps, est un point de contact, sinon de carrefour, entre les trois religions et entre le nord et le sud qui a peu d’équivalent.

  • 27 G. Larguier, Recteur Amadou.., pp. 175-197.

30Mais les conditions de sa naissance et les hypothèques qui pèsent sur lui font de ce royaume un organisme mort-né, condamné avant que d’avoir pu vivre. Certes, comme d’autres météores qui l’ont précédé, il est synonyme de splendeur. Il correspond à la crête des croissances urbaines médiévales et au moment où Perpignan l’industrieuse-alors que Montpellier est davantage une ville de négoce et d’université-impose ses draps sur les marchés, notamment face à Narbonne qui jouissait jusque là d’une position dominante. Il n’en souffre pas moins de graves faiblesses. Issu du partage des états de Jacques le Conquérant -d’un de ces démembrements qui disjoint ce qui vient à peine d’être assemblé et interdit les lentes assimilations-, trop dispersé, ce qui condamne les souverains à une présence intermittante dans chacune des parties et par voie de conséquence à une absence préjudiciable à l’établissement d’une ferme autorité, dépourvu d’institutions communes qui forgent une identité, le royaume de Majorque ne parviendra jamais à se ménager une marge de manoeuvre. La pression est trop forte sur ses deux flancs continentaux : au sud l’aîné du Conquérant, Pierre, n’a jamais renoncé à récupérer la part donnée à son cadet ; au nord le roi de France solidement implanté en Languedoc et qui renforce encore sa domination en pénétrant dans les seigneuries et les consulats villageois27 a les moyens de faire à peu près ce qu’il veut. On voit bien qui est le maître en 1306 lorsqu’est décidée l’expulsion des Juifs. Jacques II de Majorque a beau protester-comme l’archevêque et le vicomte de Narbonne par exemple-il doit s’incliner et accepter que les Juifs soient chassés.

31Le royaume de Majorque serait-il un royaume artificiel ? Moins qu’on ne l’a affirmé parfois. Les Montpelliérains n’ont-ils pas participé en nombre à la reconquête des îles et de Valence ? Mais ce tard venu appartient au passé et son destin scelle l’avenir. Lorsque le roi d’Aragon s’impose à Montpellier en 1204 le destin du Midi n’est pas encore définitivement joué. La voie barcelonaise et des villes littorales reste ouverte. Moins de dix ans plus tard Muret (1213) et Las Navas de Tolosa (1212) changent toutes les données. La victoire ouvre largement le sud, la défaite provoque une fracture décisive en Languedoc et y condamne les solutions d’origine méridionale. Le basculement vers le sud qui en résulte rend encore plus suranné le royaume catalano-occitan qui échoit à Jacques II. Son existence est brève. Insulaire et formé de villes neuves, en ce sens incomplètement intégré au continent encore, et comme décalé dans le temps, il ne résiste pas longtemps à plus puissant que lui et se désagrège, faut-il le souligner, selon la faille qui fissure le Midi. Montpellier ira, contre argent, au roi de France. Perpignan retournera dans l’espace catalan reconstitué. A la frontière de mondes encore relativement neufs s’en substitue une autre : celle que tentera de bousculer Louis XI et qui se reconstituera au traité de Barcelone.

  • 28 Y. Lequin, dir., La Mosaïque France. Histoire des étrangers et de l’immigration en France, 1988, p. (...)

32Les courants migratoires, ou au moins ce que nous pouvons en savoir, sont-ils totalement indépendants ou orientés par les recompositions politiques ? Sans leur être réductibles ils en sont influencés à long terme. Quelques traits fondamentaux les caractérisent dans le domaine géographique qui nous occupe : entre le sud et le nord du royaume -au nord de la Loire et du réseau hydrographique du Rhône- les relations sont extrêmement ténues. Les rapports commerciaux en direction du nord se transforment rarement en établissements définitifs et la croisade contre les Albigeois n’est que la descente exceptionnelle vers le sud d’un groupe aux caractères bien spécifiques. A la fin du XIIIe siècle, bien que l’aire des migrations soit en train de s’élargir, Paris compte très peu de gens du sud et Arles aucun étranger originaire du nord28.

33Les régions méridionales et méditerranéennes -de toute la Méditerranée- forment au même moment comme un monde à l’intérieur duquel la circulation et les échanges sont beaucoup plus faciles. Les villes côtières, celles en particulier dont la fondation et le développement sont les plus récents, sont les lieux privilégiés des rencontres. C’est un des traits permanents de ces villes méditerranéennes. Montpellier est très représentative à cet égard. Livourne en sera un autre exemple au XVIe siècle. Dans une description souvent citée -de 1173- Benjamin de Tudela présente la ville des Guilhem, “où l’on parle toute les langues”, comme un carrefour entre l’Occident et l’Orient principalement -la Grèce, Byzance, l’Egypte-, le nord et le sud secondairement ; entre les Chrétiens, les Sarrasins, les Arabes et les Juifs. Point de convergence et d’immigration où les Juifs forment rapidement une forte communauté, de coexistence aussi, Montpellier est assez comparable à une ville de frontière et de la Reconquête. La plus au nord des villes de frontière de l’espace ibérique ? L’ouverture prolongée au monde musulman est un de ses traits les plus originaux. Montpellier, languedocienne, peut comme naturellement participer à la reconquête des îles, du royaume de Valence et devenir aragonaise. Mais Montpellier, Benjamin de Tudela le note bien, est aussi en contact avec la “Gaule,...l’Angleterre”. Elle fait preuve pour ces contacts septentrionaux d’une précocité dont peu de villes méridionales peuvent donner l’exemple.

34Toutes les villes du littoral languedocien, ou qui lui sont proches, ne se caractérisent pas par l’accueil d’individus ou de groupes d’origines aussi diverses. Mais lorsqu’on dispose d’informations sûres on aperçoit toujours aux abords de la façade de la Méditerranée des gens venus d’Espagne, des Catalans principalement : en Provence où ils arrivent quand celle-ci passe sous souveraineté catalane, à Arles, à Montpellier, à Narbonne... Cette immigration qui est une constantes pendant plusieurs siècles est nourrie par des marchands, des artisans encore davantage, spécialement du textile.

  • 29 L’exemple du marchand Jacme Olivier est très représentatif à cet égard, G. Larguier, Le drap..., pp (...)
  • 30 A. M. Narbonne, collectes et clavaires.

35Narbonne jusqu’au début du XVe siècle est l’exemple type d’une ville dont les relations commerciales et humaines sont presque exclusivement méditerranéennes29. Ses liens avec le continent, vers l’ouest et plus encore vers le nord, au-delà du Massif Central, se résument à presque rien. En 1408 l’aire de recrutement des “nouveaux habitants” que les consuls de Narbonne couchent sur le registre où ils dressent la liste des contribuables et inscrivent leurs recettes et leurs dépenses reste assez limitée, inscrite dans une étroite bande bornée par le Roussillon, le Rouergue, la Provence et le Béarn (cf. carte)30. La zone proche, distante d’une journée de marche à peine, dont les trois quart des nouveaux venus sont originaires se distingue nettement des régions plus éloignées dont l’apport est réduit. Narbonne n’exerce donc qu’un faible pouvoir d’attraction. La grave crise qu’elle subit, marquée par la chute inexorable du nombre des contribuables, comme le Languedoc et d’une manière générale les foyers qui lui adressaient traditionnellement des migrants, n’y est pas étrangère. Les contrées du sud-ouest restent néanmoins beaucoup plus orientées vers la côte languedocienne que ne le sont la Provence ou l’axe rhodanien.

  • 31 J. Sagnes, dir., Histoire de Béziers, Privat éd. 1986, p. 150 ; G. Cholvy dir., Histoire de Montpel (...)

36L’émigration catalane en direction du Languedoc reste très importante dans la première moitié du XVe siècle. Les Catalans sont nombreux à Béziers et à Montpellier31. L’une des nations étudiantes de l’université de Montpellier n’était-elle pas la nation catalane ? Les solidarités économiques et humaines résistent aux fluctuations politiques et à la conjoncture défavorable. Ces dernières sont peut-être un facteur qui contribue à les maintenir. Toutes les listes des “nouveaux” habitants de la première moitié du XVe siècle comportent en effet un, deux, trois, quatre Catalans, voire davantage : en 1415, Pierre Milhas de Roussillon, Bertrand Gély de Saint-Laurent “du côté du Roussillon”, Jean Fabre, pareur ; en 1416, Bernard Despuig, Bernard del Bosc écrivain de Perpignan ; en 1417, Miquel Vela de Collioure, Jean Alenha de Perpignan... Dans les années trente ils sont encore plus nombreux. Sept Perpignanais sont inscrits en 1436 ainsi que Raymond Marco de Blanes. Au milieu du siècle, la liste des nouveaux habitants de 1455 comporte le nom de plusieurs Perpignanais : Peyre Vinhas, tisserand, Guillaume Real, jardinier, Gilabert Cruzades, Guillaume Tort, boucher, Vidal Calisen, Bernard Bosques et Jehan Ganal qui sont tous deux des pareurs. Jehan Gabriel arrive de Cadaques ; Jean Yzalguier est noté simplement “Catalan”. L’année suivante de nouveaux noms apparaissent. Les spécialistes du textile, tisserands et pareurs surtout, sont extrêmement nombreux bien que la parerie narbonnaise éprouve alors de grandes difficultés à résister à la concurrence et se trouve en position délicate. L’apport de spécialistes perpignanais contribue à la soutenir tout en renouvelant ses effectifs. Narbonne serait-elle en train d’être colonisée par la draperie catalane ? La crise que Barcelone et le Principat traversent au même moment ainsi que la délocalisation des activités du textile vers la campagne laissent beaucoup de pareurs sans travail.

  • 32 A.C. Marin, “L’immigration...”, 15 noms entre 1422 et 1437 : 5 de Perpignan, 2 de Barcelone, 1 de T (...)
  • 33 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376, étude d’une société, Paris, 1962.

37Narbonne reste-elle en dehors des influences septentrionales plus longtemps que Toulouse et Montpellier ? On peut l’affirmer. Montpellier, tout en accueillant de forts contingents catalans ou espagnols entre 1422 et 1442, est ouverte à des horizons plus larges et lointains32 Toutes les parties du royaume, à l’exception notable de la façade atlantique, contribuent à nourrir l’immigration montpelliéraine. Montpellier a une nette avance sur Narbonne à cet égard. L’installation des papes à Avignon et les liens commerciaux et financiers qui se sont rapidement consolidés entre les deux villes sous l’impulsion des Italiens ont renforcé ces courants migratoires33. Les changements que l’on observe sur les listes narbonnaises de “nouveaux habitants” dans la seconde moitié du siècle n’en sont que plus chargées de signification.

  • 34 Toutes les notations qui suivent sont tirées des registres de collectes à l’année indiquée.

38La chute de la population urbaine se prolonge tard à Narbonne, jusques vers 1460-1465. Le redressement se produit assez lentement ensuite. Le nombre des contribuables n’atteint pas le millier en 1500, ce qui est inférieur aux effectifs des deux premières décennies du XVe siècle, sans que l’on puisse attribuer ce chiffre à une nouvelle assiette de l’impôt qui modifierait les catégories qui y étaient assujetties auparavant. Or, à partir de 1460 -le mouvement s’accélère après 1470- les listes de “nouveaux habitants” s’allongent. Plus important encore : les provenances se diversifient34. Alors que le registre d’imposition de 1475 comporte 885 noms la liste des “nouveaux habitants” de 1474 comprend 89 noms et celle de 1476, 150 ! On pourrait penser que cet afflux massif est le fruit d’une politique délibéré pour reconstituer une population dont la récupération tarde à se manifester ou celui d’une plus grande libéralité à concéder les privilèges de bourgeoisie de manière à répartir les charges sur davantage de contribuables. Nous n’avons pas de registres de délibérations du consulat pour le savoir. Les deux hypothèses ne sont pas contradictoires. Dans le second cas, les listes de la fin du XVe siècle ne seraient pas exactement comparables aux précédentes et grossiraient à nos yeux le renouvellement qui était en cours.

39Ces listes comportent uniquement des hommes et des individus établis depuis plusieurs années qui souhaitaient rester plus longtemps à Narbonne ; la mobilité n’est donc pas prise en compte. L’origine de tous les nouveaux habitants n’est pas exactement notée. Malgré leurs lacunes et l’étroitesse de l’échantillon qu’elles forment elles n’en reflètent pas moins un changement considérable par rapport à la situation qui prévalait jusqu’au milieu du XVe siècle. Moins de 10 % des nouveaux habitants sont originaires du Narbonnais. Les enregistre-t-on toujours avec autant d’exactitude ? Peut-être les communautés villageoises, exsangues et en train de renouer avec la croissance disposent de moins de surplus à libérer pour venir grossir la population urbaine ; ce qui serait un facteur d’explication de la lenteur que met Narbonne à retrouver ses niveaux du début du siècle.

  • 35 G. Cholvy dir., Histoire de Montpellier... p. 98.

40Le Languedoc et les régions méridionales fournissent la moitié à peine de tous les installés de fraîche date. Ceux-ci ne proviennent pas, ou très peu, du Bas-Languedoc et des régions de plaine, comme si Narbonne se heurtait à l’influence et à l’attraction des autres centres urbains. Le nord proche, le Rouergue et même toute la zone comprise entre la Garonne et le Rhône laissent partir des habitants en plus grand nombre. Mais la nouveauté principale n’est pas là. Elle est dans l’origine beaucoup plus lointaine des migrants dans toutes les directions. Le courant ibérique ne se tarit pas entre 1465 et 1490. Tout en restant constant en nombre d’individus il a tendance à se diluer au sein de la masse des nouveaux contingents. Il se modifie aussi. Si les Roussillonnais et les Perpignanais continuent à venir s’installer à Narbonne, comme le marchand François Salvador par exemple, les spécialistes du textile se font plus rares. Ceux-ci se dirigent alors davantage vers Montpellier où les édiles font de gros efforts pour attirer des cardeurs, des tisserands, des foulons, des pareurs et des teinturiers afin de développer une activité drapière35. On note surtout l’arrivée de gens de l’Ampurdan, des environs de Barcelone, de Tarragone, régions qui appartiennent à l’aire des troubles qui ont agité le Principat et restent marquées par le chômage et l’émigration quinze ans après la cessation des hostilités contre Jean II. Nos listes de “nouveaux habitants” sont postérieures de quelques années à la sentence de Guadalupe.

  • 36 A. M. Narbonne, livre de collecte de 1481 : Jean Morier de Paris ; compoix de 1499 : Jean Moreau al (...)

41Le sud-ouest, jusqu’à Lescar et Bayonne, traditionnellement orienté vers la Méditerranée, renforce son influence. On note également la présence à Narbonne d’Italiens comme Ospital de Praniga, un marchand de Milan, en 1480, ou de Jean Jacques, un autre marchand de Lombardie, taxé deux livres dix sols en 1486. Mais le sud d’où sont originaires ces migrants catalans et italiens reste un Midi de proximité. Les Méridionaux, au sens large du terme, n’accroissent pas leur influence. Ils ont maintenant le dessous, numériquement, face aux migrants de la vallée du Rhône, du Dauphiné, du Lyonnais, des régions situées au nord de la Loire. Le verrou que formait le Massif Central est comme forcé. Une dissymétrie se met en place, lourde de conséquences. On repère ainsi dans les listes d’habitants comme dans les compoix la présence de plusieurs Parisiens36, de Normands... La surprise vient du nombre élevé des Bourguignons qui résident à Narbonne. Le nom d’au moins cinq Bourguignons figure sur la liste des nouveaux habitants de 1486 qui ne note pas de manière exhaustive toutes les provenances. Doit-on voir là un résultat indirect des malheurs de l’Etat Bourguignon ?

  • 37 Y. Lequin dir., La Mosaïque France..., p. 150.

42Le règne de Louis XI est donc marqué à Narbonne par des nouveautés sans précédent en ce qui concerne les courants migratoires. Encore n’en conservons nous la trace que d’une faible partie à travers les notations qu’il nous est possible de réunir. Car il ne s’agit pas seulement d’un volume augmenté de migrants, mais bien d’un renversement complet de tendance. Jusque-là les relations méditerranéennes vers le sud et la péninsule ibérique ou à l’intérieur des Midis avaient été les plus régulières, les plus soutenues et longtemps quasiment les seules. Désormais les influences du nord tendent à l’emporter. Ce ne sont plus seulement des Provençaux, terme générique désignant tous les méridionaux du royaume -du Languedoc, de la Gascogne, d’Auvergne et même de Bourgogne jusqu’à Troyes où commençait la Bourgogne au XIIe siècle37 - qui descendent, mais bien des Français, qui introduisent une autre langue et d’autres pratiques culturelles.

  • 38 G. Larguier, Recteur Amadou..., pp. 40-41, 213.

43Les courants migratoires que l’on apercevait depuis plus d’un-demi-siècle à Toulouse et plus encore à Montpellier se rejoignent à Narbonne à la fin du XVe siècle. Comme si l’expédition vers le Roussillon précipitait un processus déjà bien avancé. On force à peine le trait en disant qu’à ce moment-là les “Français de France” -l’expression québécoise apparaît adéquate ici- atteignent la frontière méridionale du royaume et vont contribuer à la fixer en introduisant des facteurs de différenciation. Certes, ces migrants restent très minoritaires par rapport à la population urbaine et à celle des campagnes. Mais ils déploient beaucoup d’activité dans tous les domaines. Le notaire de Labba, par exemple, natif de Grenoble, est en charge des recherches destinées à reconstituer le terrier du domaine royal dans tous le Narbonnais quelques années après son arrivée. Ses méthodes susciteront de furieuses oppositions38 Il n’en prospèrera pas moins et pourra se constituer un beau patrimoine dans la ville et dans son terroir.

44D’autres raisons concourent à la puissance des courants migratoires venus du nord car, à la différence de la croisade contre les Albigeois au XIIIe siècle par exemple, ils auront un caractère durable. Ainsi, peut-on mettre sur le même plan, à la fin du XVe siècle, l’immigration d’origine méridionale et celle qui prend sa source de part et d’autre ou au nord du Massif Central ? La Catalogne est en crise aux trois quarts du XVe siècle. Les régions septentrionales qui fournissent de nouveaux habitants sont au contraire, dans l’ensemble, en plein redressement. De plus, ces migrants, à la différence de la plupart de leurs prédécesseurs du début du siècle, ne sont pas des ruraux mais des citadins de petits centres urbains ou de villes dynamiques dont la taille est nettement supérieure à celle de Narbonne.

  • 39 R. Charrier et H.-J. Martin dir., Histoire de l’édition française, t. I, Le livre conquérant, 2ème (...)
  • 40 A. M. Narbonne, compoix de 1499, f° 60 v°.

45Les nouvelles relations qui se mettent en place ne sont pas à sens unique. Prenons le cas de Lyon comme exemple. Les Lyonnais sont assidus à Narbonne à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, soit qu’ils s’établissent définitivement soit qu’ils séjournent temporairement pour leurs affaires. Par leur intermédiaire c’est autant Lyon qui vient à Narbonne que Narbonne, et d’une manière plus générale le Languedoc, qui se rattache à la nouvelle ville de foire, bientôt place financière indispensable. En 1491 fonctionnent à Narbonne des presses commanditée certainement par le Lyonnais Jean Dupré qui impriment les premiers livres dans cette partie du Languedoc, avant Uzès et Avignon39. Elles interrompent leur activité une fois qu’ont été achevés les ouvrages pour lesquels elles avaient été montées. L’imprimerie ne s’implantera durablement à Narbonne qu’un siècle plus tard environ. Mais un libraire, Jean de Bonamont, avait ouvert une boutique au centre de la ville, près de la poissonnerie de la place de Cité avant 150040. On ne dispose d’aucun renseignement sur son origine. Une seule certitude : il n’était pas languedocien. La culture suit ou accompagne les hommes et les échanges.

46La fin de la guerre contre les Anglais, l’amorce d’un relèvement démographique et d’un redressement économique, plus précoces dans le nord que dans le sud du royaume, et les visées de Louis XI sur le Roussillon font coïncider la reprise de la pression de la monarchie en direction du sud et la libération d’énergies qui prennent la forme de courants migratoires dont les plus gros contingents sont composés de citadins. Le phénomène apparaît avec d’autant plus de netteté que l’orientation traditionnelle des terres catalanes vers les villes des abords des côtes languedociennes et provençales perd de sa vigueur à la fois à cause de difficultés internes et parce que s’est creusé au sud de la péninsule ibérique un centre de basse pression qui attire puissamment et tend à détourner vers lui des courants dirigés précédemment ailleurs.

  • 41 L. Cardaillac, “Le passage des Morisques en Languedoc”, Annales du Midi, 1971, pp. 259-298.

47Les conditions sont réunies pour que se crée un déséquilibre dont l’effet est de durcir (de justifier ?) un peu plus la frontière qui s’est formée au milieu de l’espace occitano-catalan. Cela n’interdira nullement des apports méridionaux en Languedoc. Il est remarquable néanmoins qu’après 1493 ils soient essentiellement du type “Refuge” : ce sont des fuorusciti qui quittent la péninsule après le traité de Barcelone, plus tard après le traité des Pyrénées, des expulsés pour raison religieuse... jusqu’aux Morisques en 1609-1610 -mais ces derniers ne sont que de passage avant leur embarquement à Agde41.

48La coupure ne sera pas radicale ; il ne faut pas l’exagérer. Les échanges ne s’interrompent ni par terre ni par mer. La circulation des hommes en direction du sud tendra même à se renforcer, prolongeant, amplifiant les courants nés aux cours de la seconde moitié du XVe siècle. Mais ceux-ci, pour plusieurs siècles, s’effectueront presque à sens unique, se feront sans échanges réciproques de population de part et d’autre de la nouvelle frontière, sinon de manière très marginale sur les franges mêmes des limites des Etats, en des lieux privilégiés qui apparaîtront comme autant de conservatoires linguistiques et culturels.

L’IMMIGRATION A NARBONNE AU DEBUT DU XVes ORIGINE DES NOUVEAUX HABITANTS EN 1408

L’IMMIGRATION A NARBONNE AU DEBUT DU XVes ORIGINE DES NOUVEAUX HABITANTS EN 1408

L’IMMIGRATION A NARBONNE A LA FIN DU XVes. ORIGINE DES NOUVEAUX HABITANTS EN 1486

L’IMMIGRATION A NARBONNE A LA FIN DU XVes. ORIGINE DES NOUVEAUX HABITANTS EN 1486

Notes

1 B. Vincent, 1492, “l’année admirable”, Paris, Aubier, 1991.

2 J. Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane (1441-1473), Toulouse, 1903 ; A. Rovira i Virgil, Historia National de Catalunya, Barcelona, 1922-1938, t. IV ; Le Pays catalan, dir. J. Sagnes, Perpignan, vol., 1983-1985.

3 Dom C. Devic, Dom J. Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, éd. 1872-1892, t. XI et XII ; Histoire du Languedoc, dir. P. Wolf, 1967, Privat éd. ; Histoire de Perpignan, dir. P. Wolff, 1985, Privat ed. ; Histoire de Montpellier, dir. G. Cholvy, 1984, Privat éd. ; M. Roquebert, L’épopée cathare, Toulouse, Privat, t. 1, L’invasion, 1979 ; t. 2, Muret ou la dépossession, 1977 ; t. 3, Les Lys et la croix, 1986 ; Ch. Higounet, “Un grand chapitre de l’histoire du XIIe siècle : la rivalité des maisons de Toulouse et de Barcelone pour la prépondérance méridionale”, Mélanges Louis Halphen, PUF, 1951 ; R. D’Abadal, “A propos de la domination de la maison comtale de Barcelone sur le Midi Français”, Annales du Midi, 1964 ; P. Bonnassie, “L’Occitanie, un Etat manqué ?”, L’Histoire, n° 14, juillet-août 1979.

4 P.-R. Gaussin, Louis XI, Paris, Nizet, 1976.

5 A. M. Narbonne, collectes et clavaires, non cotés, principalement les années 1462, 1469, 1473, 1474, 1475.

6 Collectes et clavaires, 1469, f° cxviii v°.

7 Idem, 5 avril 1473, f° cxvii v°, séjour de Philippe de Bugey, capitaine général de l’armée ; en plus des frais de victuailles, achat de deux ampoules de verre pour présenter le vin.

8 Idem, 1462, f° cxvii, “pour tenir conseil avec les nobles de la sénéchaussée de Carcassonne”.

9 Idem, 1473, f° cxvii r°, cxviii v°.

10 Idem, 1473, f° cxxiv v°, cxxvi v°.

11 Lors des opérations conduites par François Ier notamment.

12 Sur Beguet Remejan et sa postérité : G. Larguier, Le drap et le Grain en Languedoc. Recherches sur Narbonne et le Narbonnais, 1300-1789, Thèse d’Etat, 1992, pp. 365-366.

13 Sur Antony Seguier et sa descendance, idem, pp. 110-111, 142, 353-354. Antony Seguier, dont le rôle est important, fournissait aussi du salpêtre à l’armée. Il obtiendra ses lettres de naturalisation en 1471.

14 Collectes et clavaires, 1473, f° cxxxi v°.

15 Idem, 1474, f° cxxv, des habitants de Bourg sont taxés pour fournir du ravitaillement aux gens d’armes de 7 à 40 setiers chacun ; 1475, f° cxxix et sq., fourniture des habitants de Narbonne pour l’artillerie.

16 Idem, 1473, f° cxxv v° ; 1474, f° cvii v°.

17 Idem, 1473, f° cxvii v°, cxxi v°.

18 Second fils de Gaston IV de Foix à qui son père a cédé la vicomté en 1468 ; Histoire générale de Languedoc, t. XII, preuves n° 48, 15 juin 1468, cc. 116-117. La nomination à cette occasion de Guillaume de Gleon comme gouverneur de la vicomté de Narbonne prend toute sa signification lorsqu’on sait que les troupes espagnoles les plus avancées en Narbonnais sont arrêtées à Gleon précisément, Histoire générale de Languedoc, t. XI, pp. 81-82 ; Bibliothèque municipale de Narbonne, ms 304, Généalogie de la famille de Gleon-Durban, 990-1877, 247 p.

19 Collectes et clavaires, 1473, f° cxviii v°, cxxiii, cxxv.

20 F. Pasquier, Un favori de Louis XI, Boffile de Juge, Albi, 1914 ; J. Euzet, Histoire de Lézignan, Carcassonne, 1988, pp. 125-131.

21 Histoire générale de Languedoc, t. XII, preuves n° 136, cc. 311-314.

22 G. Larguier, Le drap...., p. 337 sq.

23 P. Bonnassie, “L’occitanie, un Etat manqué ?”... p. 33.

24 G. Larguier, “Fontfroide et l’espace cistercien en Narbonnais. La grange de Fontcalvy”, L’espace cistercien, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1994, pp. 70-84.

25 G. Larguier, Recteur Amadou, Mémoires historiques sur la cure et les curés d’Ouveillan, 1977, “Un millénaire d’histoire ouveillanaise”, pp. 147-197.

26 P. Bairoch, J. Batou, P. Chèvre, La population des villes européennes de 800 à 1850, Genève, 1986 ; G. Larguier, Le drap..., cartes 2 et 3 pp. 27-28.

27 G. Larguier, Recteur Amadou.., pp. 175-197.

28 Y. Lequin, dir., La Mosaïque France. Histoire des étrangers et de l’immigration en France, 1988, p. 157.

29 L’exemple du marchand Jacme Olivier est très représentatif à cet égard, G. Larguier, Le drap..., pp. 57-65.

30 A. M. Narbonne, collectes et clavaires.

31 J. Sagnes, dir., Histoire de Béziers, Privat éd. 1986, p. 150 ; G. Cholvy dir., Histoire de Montpellier, Privat éd., 1984, pp. 88, 97-98 ; A.-C. Marin, “L’immigration à Montpellier au début du XVe s. d’après les registres d’habitanage, 1422-1442”, 110eme Congrès des Sociétés Savantes, Montpellier, 1985, Histoire médiévale et philologie, t. II, pp. 93-123.

32 A.C. Marin, “L’immigration...”, 15 noms entre 1422 et 1437 : 5 de Perpignan, 2 de Barcelone, 1 de Tortose, 1 de la province de Tarragone, 2 du diocèse de Valence, 3 “de Catalogne”, 1 d’Espagne. Ce sont des marchands, des voituriers, des artisans.

33 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376, étude d’une société, Paris, 1962.

34 Toutes les notations qui suivent sont tirées des registres de collectes à l’année indiquée.

35 G. Cholvy dir., Histoire de Montpellier... p. 98.

36 A. M. Narbonne, livre de collecte de 1481 : Jean Morier de Paris ; compoix de 1499 : Jean Moreau alias de Paris, barbier, f° 7 v° ; Jean Sansoye alias de Paris, marchand, f° 47 v°.

37 Y. Lequin dir., La Mosaïque France..., p. 150.

38 G. Larguier, Recteur Amadou..., pp. 40-41, 213.

39 R. Charrier et H.-J. Martin dir., Histoire de l’édition française, t. I, Le livre conquérant, 2ème éd., Fayard, 1989, pp. 188-190.

40 A. M. Narbonne, compoix de 1499, f° 60 v°.

41 L. Cardaillac, “Le passage des Morisques en Languedoc”, Annales du Midi, 1971, pp. 259-298.

Table des illustrations

Titre L’IMMIGRATION A NARBONNE AU DEBUT DU XVes ORIGINE DES NOUVEAUX HABITANTS EN 1408
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre L’IMMIGRATION A NARBONNE A LA FIN DU XVes. ORIGINE DES NOUVEAUX HABITANTS EN 1486
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search