Version classiqueVersion mobile

Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge

 | 
Philippe Sénac

Le Bas-Razès aux XIe-XIIe siècles, formes castrales et ecclésiales de l’habitat groupé

Dominique Baudreu

Texte intégral

A la mémoire d’Urbain GIBERT
(1903-1989)

  • 1 L., Josserand, “Les villages ronds du Razès”, Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 2, 1 (...)
  • 2 D. Baudreu, L’habitat médiéval en Bas-Razès (Aude), IXe-XVe siècles, Mémoire de maîtrise d’histoire (...)

1Par leurs formes souvent inspirées du cercle, les villages du Bas-Razès ont d’abord attiré l’attention des géographes, pionniers dans la modélisation morphologique des habitats1 Cette première approche restée sans suite pendant un demi-siècle a été renouvelée dans un contexte de recherche privilégiant l’empreinte des châteaux sur l’organisation des peuplements ruraux médiévaux. C’est donc sous cet angle qu’ont été réexaminées les localités du Bas-Razès, en parallèle à un recensement des habitats médiévaux désertés2 Mais cette enquête laisse désormais apparaître ses imperfections et ses insuffisances. A la lumière d’une problématique amendée, il est à présent possible de réajuster notablement les premières conclusions dans le cadre de la même micro-région comprise entre le Carcassès, le Lauragais, l’ancien Quercorb et la Haute Vallée de l’Aude.

  • 3 E. Griffe, “Le Bas-Razès au Moyen Age”, Etudes d’histoire audoise (IXe-XIVe siècles), Carcassonne, (...)
  • 4 Villar-Saint-Anselme, Saint-Polycarpe, Belcastel-et-Buc, Missègre, Villardebelle, Caunettes-sur-Lau (...)

2Sur le plan des anciennes partitions territoriales, le Bas-Razès n’est que l’extrémité nord occidentale du Razès historique, ancien comté septimanien dont l’histoire politique se confond avec le comté de Carcassonne dès le IXe s. Le Razès médiéval est un assemblage de pays du massif pyrénéen et de son piémont ; il ne saurait être confondu avec l’actuel Bas-Razès, beaucoup plus restreint, principalement cantonné aux bassins du Sou et du Cougain, affluents de la rive gauche de l’Aude. A partir du XIIIe siècle au moins, cette micro-région correspondait assez précisément à l’archiprêtré du Bas-Razès - division de l’archidiaconé du Razès dans l’ancien diocèse de Narbonne3 -, si l’on écarte huit communes situées à l’est de Limoux et du cours de l’Aude, principalement dans l’actuel canton de Saint-Hilaire4. A partir de 1226, lors du concile de Pieusse, le Razès servit aussi de cadre à la création d’un évêché cathare autonome, distrait de celui de Carcassès mais dont l’étendue exacte reste difficile à préciser.

3L’espace de référence du Bas-Razès retenu ici recouvre quarante-deux communes actuelles (Fig. 1), y compris celle de Limoux dont le caractère urbain ne sera pas abordé. La commune de Peyrefitte-du-Razès n’a pas été incluse en raison de sa position géographique qui l’exclut du versant méditerranéen. Il en va de même pour le hameau des Rabous, ancienne paroisse dans la commune de Courtauly. En revanche, la commune de Saint-Couat-du-Razès (archiprêtré du Haut-Razès) a été adjointe car elle représente le point de départ de la Vallée du Cougain.

  • 5 H. Blaquiere, D. Garrigues, Territoire de l’Aude avec indication des anciennes circonscriptions, de (...)
  • 6 Ch-E. Perrin, J. de Font-Reaulx, Pouillés des provinces d’Auch, de Narbonne et de Toulouse, 2e part (...)

4A la fin de l’Ancien Régime, le Bas-Razès comptait cinquante-quatre chefs-lieux représentant dans la majorité des cas à la fois des centres paroissiaux et des centres de communautés autonomes5. Parmi ces noyaux de peuplement, onze n’avaient valeur que d’habitats secondaires et de ce fait n’accédèrent pas au rang de chef-lieu communal en 1790. Ils sont cependant à prendre en compte au même titre que les villages actuels afin de restituer au plus près le réseau des localités existantes au Moyen Age. Les toponymes concernés se retrouvent d’ailleurs à quatre exceptions près dans la liste des églises de l’archidiaconé de Razès au XIIIe siècle6.

5A travers ce cadre micro-régional, il est donc possible de reposer la problématique des origines villageoises et des formes spécifiques qui en ont découlé pendant la période centrale du Moyen Age. Cette mise au point insistera surtout sur les ensembles les moins bien étudiés, ceux qui doivent leur développement ou leur émergence à une église.

1 - Le village entre le château et l’église

  • 7 B. Cursente, “Castra et castelnaux dans le Midi de la France (XIe-XVe siècles)”, Châteaux et peuple (...)
  • 8 G. Demians d’Archirnbaud, Les fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat (...)
  • 9 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle),(...)

6D’une façon générale, dans le Midi de la France, le poids historiographique du château perçu comme pôle de regroupement permanent des hommes entre le XIe et le XIIIe s. doit être tenu pour un acquis indéniable de la recherche7. Aussi, durant les années 80, n’était-il pas aisé de se démarquer du “modèle” ambiant, celui de la construction seigneuriale plus ou moins perchée, assez dissuasive pour littéralement subordonner des habitations paysannes selon des modalités variables en fonction des régions, tant sur le plan chronologique que topographique. L’archéologie intensive8 autant que les monographies historiques régionales9 ont aussi contribué à illustrer le phénomène. Fallait-il pour autant considérer le village castral comme la seule règle dès lors que l’on essayait de caractériser les chefs-lieux communaux de tel ou tel pays languedocien ? C’est l’archéologie extensive qui peut apporter des éléments de réponse décisifs, pour peu que l’on s’intéresse aussi bien aux villages actuels qu’aux sites désertés. En corollaire à cette démarche, une attention toute particulière doit se porter vers la morphologie grâce aux plans cadastraux du XIXe siècle dont l’examen peut être complété par les plans antérieurs à la Révolution lorsqu’ils ont été conservés, et par les observations de terrain.

  • 10 D. Baudreu, L’habitat médiéval en Bas-Razès (Aude), IXe-XVe siècles, op. cit.
  • 11 D. Baudreu, J.P. Cazes, “Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude”, L’environnement des égl (...)
  • 12 M., Fixot, E. Zadora-Rio, dir., L’église, le terroir, Monographie du C.R.A. n° 1, Paris, 1989.
  • 13 P. Timbal, Le Droit d’asile, Paris, 1939 ; P. Duparc, “Le cimetière, séjour des vivants (XIe-XIIe s (...)

7En Bas-Razès, durant la première enquête, le lien entre certains habitats disparus et certaines églises avait été noté10 mais la perception du phénomène était restée insuffisante faute de mise en parallèle avec les villages vivants. Cette lacune s’est quelque peu comblée au cours de recherches dépassant le cadre du seul Bas-Razès et a permis de camper les caractères du village ecclésial11. Il est ainsi apparu que le rôle des châteaux dans la concentration villageoise n’était pas un processus généralisable et qu’il fallait le relativiser au profit des églises en admettant un décalage chronologique entre les deux mouvements : le XIIe siècle pour les villages castraux, les alentours de l’an Mil pour les villages ecclésiaux. En tant que point de ralliement, l’église est inséparable de son cimetière. A eux deux, ils composent l’espace sacré que la fouille et surtout l’archéologie des formes ont commencé à mettre en lumière12. Ces approches se trouvent considérablement éclairées par les données proprement textuelles jusqu’ici surtout étudiées par les seuls historiens du droit13. La documentation écrite ne manque pas en effet de mentionner l’existence et le mode de délimitation de l’aire ecclésiale réputée inviolable.

8D’une façon générale, il apparaît que dans la zone étudiée, les rôles respectifs de l’église et du château dans l’éclosion villageoise s’excluent mutuellement. Les localités organisées sous la tutelle conjointe des deux pôles s’avèrent en effet minoritaires. Ce cas de figure doit être cependant pris en compte ; il s’agit de villages bipolaires et on peut utiliser à leur égard l’appellation de villages ecclésio-castraux. A côté de cette formule, la plus forte tendance a été à l’effacement des noyaux ecclésiaux au bénéfice des châteaux et de leur entreprise de peuplement. En revanche, lorsque les terroirs de villages ecclésiaux sont restés à l’écart de toute implantation castrale, c’est la continuité qui a prévalu entre le pôle ecclésial d’époque romane et le village actuel.

2 - Les villages castraux

9Parmi les cinquante-quatre chefs-lieux du Bas-Razès recensés à l’Epoque moderne, vingt-deux ont pour origine un château. Dans quatre cas, un château est bien venu organiser un habitat subordonné mais en se juxtaposant à une église et probablement à un village préexistant. Ce cas de figure ecclésio-castral est observable à Vendémies, Malviès, Cournanel et Pieusse (Fig. 4, n° 5 ; fig. 5, n° 9 ; fig. 6, n° 15 ; fig. 7, n° 22). Quelques autres sites castraux ont un statut incertain en matière d’attraction sur le peuplement. Le château de Monthaut cité dans la première moitié du XIIe siècle, ne présente plus aujourd’hui son aspect primitif et apparaît isolément en position perchée. L’éventualité d’un village déserté dans les abords immédiats n’est cependant pas à exclure. A La Courtète, un probable site castral fossoyé, aujourd’hui très arasé, n’était visiblement pas lié à un habitat subordonné. Il en allait sans doute de même pour la motte elle aussi arasée de Couge (c. de Mazerolles) mais dont le toponyme est cité au XIVe siècle dans la liste des localités de la châtellenie de Montréal. Dans le territoire de deux chefs-lieux communaux d’origine ecclésiale, à La Bezole et à Saint-Couat-du-Razès existe aussi un site de château médiéval disparu. Dans le premier cas, où un castrum est cité au début du XIIe siècle, le site a dû être bouleversé par le parc du château moderne. Dans le second cas, le toponyme Le Castelhàs désigne un site d’éperon barré. Là encore, l’existence d’un habitat attenant est possible mais n’est pas clairement avérée.

  • 14 B.M. Narbonne, Ms 314, Inventaire Rocques, III-3, f. 414 et Cartulaires des templiers de Douzens, p (...)
  • 15 Avec Alaigne, le Cartulaire des Trencavel contient des serments féodaux à propos d’autres sites cas (...)
  • 16 B.M. Narbonne, op. cit., f. 416.
  • 17 Societé Archéologique de Montpellier, Ms 10, Cartulaire des Trencavel, f. 69 et 241.

10Quoi qu’il en soit, même en tenant compte des villages ecclésio-castraux, la proportion de villages subordonnés à un château compte pour environ la moitié des noyaux de peuplement étudiés. Si l’on s’arrête à la localisation de ces ensembles, on constate qu’ils se cantonnent majoritairement au centre et dans la partie nord-ouest du Bas-Razès, selon un réseau continu de villages (Fig. 1) en exceptant les “anomalies” formées par les villages ecclésiaux de Gramazie, d’une part, et de Pech-Salamou d’autre part (Fig. 10). Cet assemblage de territoires castraux est-il la manifestation spatiale de faits sociaux ? Il est en effet possible d’avancer une hypothèse quant à la place du castrum d’Alaigne, place géographique et place politique. Alaigne apparaît relativement centré parmi les autres villages castraux et a donné son nom à des seigneurs qui au XIIe siècle arborent le titre emphatique de vicomte14 tout en se situant dans la mouvance des Trencavel de Carcassonne-Béziers15. Il est probable que le château d’Alaigne a constitué à l’échelle locale, au moins dans ses premiers temps, le centre majeur du pouvoir laïc issu de la féodalisation de la société. L’apparition de ce château s’est peut-être opérée dès le XIe siècle, à la manière des châtellenies les plus précoces, mais les sources écrites ne peuvent éclairer davantage cette question. Autour d’Alaigne et de son château, des seigneurs de rang inférieur ont pu faire leur place dans un réseau de petits villages castraux. La superficie fossoyée d’Alaigne définie à partir des plans anciens atteint 8200 m2, mais de quelle époque précise est-elle le reflet ? Seuls trois villages font exception en dépassant ce chiffre : Cailhau, Cailhavel et Routier. Les 8600 m2 de Cailhau résultent d’un développement en deux phases, la première n’atteignant que 4000 m2. La surface anciennement enclose de Cailhavel et de Routier est un peu supérieure à l’hectare. Dans le dernier cas, il faut tenir compte du quartier de l’église (Le Fort) probablement implanté au bas Moyen Age. Le critère de la surface enclose s’avère donc délicat à manier car il peut représenter le stade final d’une croissance étalée sur deux ou trois siècles. C’est ce qui est sans doute à envisager pour Alaigne, où un acte de vente précise qu’en 1197, une maison du village confrontait “... d’autan la rue, de cers avec le mur et cave (fossé) du dit lieu...”16. En cette fin du XIIe siècle, il est possible que le périmètre ainsi défendu soit à relier au premier anneau de maisons, au plus près du château disparu. Ainsi, les 8200 m2 déjà évoqués seraient plus proches du village au bas Moyen Age qu’au XIIe siècle. L’hypothèse d’un développement en deux phases sur le mode concentrique est la plus probable (Fig. 2), le cercle central d’environ 2300 m2 rappelle la structure fossoyée de même taille encore conservée à Cambieure, autre village castral. Dans ses premiers temps, Alaigne n’aurait donc pas constitué un habitat groupé matériellement plus important que ses voisins et en 1173, le lieu apparaît être l’objet d’une co-seigneurie entre huit personnages qui rendent hommage au vicomte Trencavel pour le castrum et la villa de Alaiano17. L’emploi de ces deux termes pour un même toponyme est-il révélateur du dédoublement de l’habitat entre le site pré-castral aux environs de l’église primitive Saint-Pierre (villa) et le nouveau site où s’est amorcé un groupement de maisons (castrum) ? On ne peut se prononcer de façon définitive puisque c’est aussi l’hésitation du scribe qui peut être mise en avant, dans une période où le vocabulaire de l’habitat était encore flottant. Parmi les co-seigneurs, figurent Arnaud prieur d’Alaigne, Pierre d’Alaigne, Raymond d’Alaigne, ainsi que Miron de Tonneins et Bernard de Fontazelles. Les deux derniers personnages sont issus de deux sites castraux aujourd’hui disparus dans le nord du Bas-Razès et pouvant se situer dans l’aire d’influence du castrum d’Alaigne.

11Du point de vue matériel, les châteaux médiévaux n’ont pas résisté aux destructions ou aux remaniements. Leur empreinte se lit le plus souvent de façon indirecte, au travers des formes villageoises enveloppantes à tendance circulaire qu’ils ont suscité. Les disparitions pures et simples sont les cas les plus courants. C’est alors une place centrale qui est venue se substituer à la construction seigneuriale primitive, comme à Alaigne où le château était encore occupé au XIVe siècle par le bayle de l’archevêque de Narbonne. Au XVIIIe, siècle, un plan de la localité n’en signale plus aucun vestige, tout comme à Cambieure. A Ferran, s’est produit le même phénomène mais la motte du château disparu a subsisté jusqu’au milieu du XXe siècle. Son emprise est confirmée par le lieu-dit Le Castelàs au centre du village. Le castrum de Lasserre présente une autre modalité de disparition du château à travers l’occupation de son site par des maisons villageoises. Bien que défigurée par des aménagements et des constructions parasites, la motte castrale de Cailhau est toujours observable au sommet du village. Au XVIIIe siècle, elle était incluse dans le quartier de La Cité qui devait primitivement désigner la première phase de développement du village. Ce toponyme inattendu illustre sans doute à sa façon l’importance du modèle urbain, symboliquement attaché à des créations qui ne dépassèrent jamais le stade villageois mais qui se dotèrent d’une clôture commune et d’une porte à caractère plus ou moins monumental, telles des villes en miniature. Plus exceptionnel est le cas de Belvèze où à la suite d’un château médiéval, l’extension d’une demeure moderne a évincé la partie du village fortifié. En revanche, à Pieusse et à Cournanel, le site castral a été mieux conservé qu’ailleurs. Dans le premier cas, sous la forme d’une tour rectangulaire des XII-XIIIe siècles à l’intérieur d’une enceinte (Fig. 7, n° 22), dans le second cas sous la forme d’une enceinte du XIVe siècle (Fig. 6, n° 15).

  • 18 M. Dauzat, “Une motte castrale du Razès : Couges”, Archéologie du Midi Médiéval, 1, 1983, pp. 23-36

12Pour approcher l’état originel de ces châteaux générateurs de villages, il faut faire appel à des sites désertés telle la motte castrale de Couge, aujourd’hui arasée18, et la comparer par exemple avec le noyau central du village de Mazerolles, situé dans la même commune. Formes et dimensions permettent de penser que le coeur de Mazerolles comportait un ouvrage fortifié pourvu d’un fossé protecteur. Après abandon, l’emprise de cette structure en creux aurait été occupée par une couronne de maisons qui correspond d’ailleurs à l’état actuel (Fig. 3). Des compoix d’Epoque moderne attestent aussi la présence d’un fossé autour des châteaux disparus d’Alaigne, de Lasserre ou de Pauligne.

13Dans le cadre de la seigneurie de village et selon un maillage serré, sont donc apparues des localités intimement soudées à des ouvrages fortifiés issus de la dissémination du ban au cours du XIIe siècle. Il en a résulté un habitat concentré propice à un fort sentiment communautaire mais qui a dû par ailleurs bénéficier d’une première sociabilité déjà élaborée dans le cadre de la paroisse et autour de son pôle monumental : l’église auprès de laquelle sont inhumés les morts et tendent à se regrouper les vivants aux alentours de l’an Mil. En effet, l’association château/village s’avère inadaptée pour rendre compte des autres chefs-lieux villageois du Bas-Razès, tout aussi nombreux que les villages castraux.

3 - Les villages ecclésiaux

  • 19 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutation d’une so (...)
  • 20 A. Catafau, L’église et le village dans l’ancien diocèse d’Elne, Xe-XIVe siècle, D.E.A., Université (...)

14Le repérage d’églises paroissiales au coeur de villages actuels, en position souvent centrale et/ou culminante laissent deviner que ces monuments ont tenu une place prépondérante dans la genèse des localités. Cette constatation n’a rien de spécifique à la région étudiée, des remarques similaires sont possibles dans d’autres zones méridionales. Cependant, en l’état de la recherche les villages ecclésiaux les mieux perçus - sur le plan historique tout au moins - sont ceux de Catalogne avec le phénomène des sagreres19 et des celleres dans sa variante roussillonnaise20. Cette situation est surtout le fait d’une documentation écrite exceptionnellement riche qui n’a pas d’égal dans les pays d’Oc.

  • 21 D. Baudreu, J.P. Cazes, “Le rôle de l’église dans la formation des villages médiévaux. L’exemple de (...)

15Il sera avant tout question pour le Bas-Razès des villages ecclésiaux enclos21 étant donné que l’analyse se fonde majoritairement sur le réseau des villages actuels. Au cours de leur gestation, ils ont été amenés à se pourvoir d’éléments défensifs. Or, dans les cas où un habitat préexistait dans les environs de l’église, cette évolution a occulté l’aspect d’agglomération ouverte que seule la prospection archéologique peut éventuellement restituer à partir de sites désertés. Parmi les villages vivants, seul Saint-Couat pourrait pérenniser ce type d’organisation (Fig. 4, n° 1) et de façon partielle, Villarzel, Saint-Martin-de-Villeréglan, peut-être Castelreng (Fig. 4, n° 2 ; Fig. 5, n° 12, n° 14). L’habitat s’y aligne le long des voies menant à l’église, malgré tout pourvue d’un enclos.

16Les villages d’église se caractérisent naturellement par l’absence de château ou bien par la présence de demeures du même nom qui semblent avoir été toujours implantées dans un second temps, comme des pièces rapportées dans une structure préexistante. Ainsi, à Hounoux, Villelongue, Magrie ou Lauraguel, le château occupe une position périphérique sans pouvoir organisateur sur l’habitat. Leur date d’apparition reste inconnue, il pourrait s’agir de demeures édifiées au bas Moyen Age ou même à l’époque moderne. Magrie est un cas très particulier puisque le site du “château” doit reprendre celui d’une commanderie hospitalière présente dès la fin du XIIe siècle.

17A partir des villages actuels et en élargissant la recherche vers des églises isolées avec cimetières et vers des sites totalement désertés, on aboutit à un corpus d’enclos ecclésiaux d’où peuvent s’extraire des données morphologiques et métriques (Fig. 4 à 8). A la variété des formes, s’ajoute une gamme de superficies classées par ordre croissant dans la liste qui suit. Lorsqu’elles sont possibles, des mesures ont été effectuées selon deux axes théoriques orthogonaux se croisant à l’emplacement de l’église en position plus ou moins centrale, ce qui n’est pas systématiquement le cas.

En italique figurent les villages aujourd’hui réduits au rang d’habitat secondaire ainsi que les sites désertés. Les vocables des églises paroissiales figurent entre parenthèses sauf lorsqu’ils sont déja contenus dans le nom des localités
a,b : hypothèse de deux enclos de tailles différentes
min. : surfaces minimales pour les périmètres imparfaitement conservés

  • 22 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonne de la (...)

18A partir de l’enseignement de la morphologie, il devient indispensable de relire les textes à caractères généraux qui font état de l’environnement immédiat des églises. Vers la fin du Xe siècle et au XIe siècle, dans le contexte de la Paix de Dieu, les autorités ecclésiastiques font prévaloir des périmètres ecclésiaux clairement délimités. Le pouvoir épiscopal entend ainsi faire respecter le droit d’asile inhérent aux lieux de culte depuis le haut Moyen Age22. Pour l’ancien diocèse dont faisait partie le Bas-Razès on peut en particulier se référer au concile provincial tenu à Narbonne en 1054, sous la présidence de l’archevêque Guifred entouré d’une dizaine d’évêques méridionaux avec le soutien du comte de Carcassonne et du vicomte de Narbonne. Cet épisode reconduit surtout la législation déjà édictée en matière de Paix et de Trève de Dieu :

  • 23 E. Baluze, De Concordia sacerdotii et imperii, 1663, Lib. IV, cap. XIV, pp. 275-278 ; Mansi, Sacror (...)

19“A propos de la Paix jadis proclamée par nous ou par des princes, nous confirmons qu’à partir de ce jour et à l’avenir aucun homme ne doit violer une église, ne doit s’emparer par la violence des maisons qui existent ou qui existeront dans le périmètre autour des églises (in circuitu ecclesiarum), ni de quoi que ce soit parmi tout ce qui se trouve ou se trouvera dans les limites de trente pas à partir d’une église (infra XXX passus ecclesiae), sauf en ce qui concerne l’évêque ou celui qu’il aura commandité pour la perception du cens, sauf en ce qui concerne un homme excommunié et à l’exception des fortifications (munitione) qui pourraient être établies dans les limites des susdits trente pas pour faire la guerre et provoquer des troubles”23.

20Relié à d’autres textes du même type, cet extrait ne laisse aucune équivoque sur les points suivants en vigueur au milieu du XIe siècle et antérieurement :

  • le périmètre sous protection directe de l’église possède un statut privilégié et représente le champ d’action du droit d’asile ;

  • la démarcation de cet espace a fait l’objet d’une opération de mesure fondée sur un rayon de trente pas impliquant une figure théorique circulaire ;

  • la présence d’habitations à l’intérieur de l’aire ecclésiale n’est pas présentée comme exceptionnelle et apparaît banalisée ;

  • le fait de devoir rappeler le caractère sacré de l’église et de ses abords montre qu’ils ne cessent d’être violés et donc que des biens matériels y sont entreposés, objets de convoitises et de pillages de la part des seigneurs laïcs ;

  • l’éventualité d’ouvrages fortifiés, émanations de laïcs en armes, dans l’espace ecclésial est ressentie comme une anomalie, une intrusion aux conséquences néfastes.

21Ce dernier point reste ambigu, on ne peut savoir précisément si le texte fait allusion à des tours construites près de l’église, à la mise en fortification de l’église elle-même ou bien encore au renforcement de la limite définie par les trente pas.

22L’ensemble de ces thèmes peut-il trouver un écho parmi les données recueillies jusqu’ici en Bas-Razès ?

3.1 - La datation des églises

23Du point de vue chronologique, il semble que les églises des villages ecclésiaux recensés existaient bien à l’époque romane. Mais il est difficile d’apporter des preuves matérielles pour l’ensemble des édifices à cause des remaniements incessants qui ont affectés les lieux de culte jusqu’au XIXe siècle. A Brézilhac et à Fenouillet, cette époque a vu la destruction totale et la reconstruction des deux églises qui avaient sans doute perduré jusque-là dans leur état médiéval. Des éléments attribuables à l’âge roman sont cependant encore visibles sur une dizaine d’églises à Saint-Couat, Villarzel, Vendémies, Loupia, La Digne-d’Amont, Castelreng, Cournanel, Tourreilles, Villelongue, La Bezole. Les élévations les plus remarquables ont été conservées à La Digne-d’Amont sur l’église Sainte-Colombe où le chevêt primitif, en moellons éclatés au marteau, porte un décor de bandes et d’arcatures lombardes rattachables au premier art roman méridional. Dans d’autres cas, subsistent des chevets plutôt rattachables au XIIe s., à La Bezole, Villelongue, Vendémies, peut-être aussi à Castelreng ainsi qu’à Tourreilles avec dans ce cas un chevêt plat muni de deux contreforts latéraux. L’ancienneté de ces lieux de culte peut être aussi souvent suggérée à travers leur vocable aux noms de saints vénérés dès le haut Moyen Age (cf. la liste des villages ecclésiaux ci-dessus). Dans la commune de Pieusse, une autre église romane a subsisté à Saint-André, ancienne paroisse et probablement ancien village réduit au rang de ferme.

  • 24 B.M. Narbonne, op. cit., I, 536.

24En 1088, les églises Saint-Geniès de Pieusse, Sainte-Marie de Castelreng et Sainte-Colombe de La Digne-d’Amont furent consacrées par l’archevêque de Narbonne24 Si la première église a été remaniée à l’époque gothique, l’acte de consécration à La Digne-d’Amont signale peut-être l’achèvement de la construction romane déjà évoquée. Citée au milieu du Xe siècle, une église romane Sainte-Colombe aurait dans ce cas été reconstruite et sans doute agrandie dans la deuxième moitié du XIe siècle.

3.2 - La reconnaissance des enclos ecclésiaux

  • 25 D. Baudreu, M. Dauzat, “L’habitat médiéval de Saint-Andrieu (Fenouillet-du-Razès, Aude)”, art. cité

25Si l’on s’intéresse aux formes d’enveloppement aux abords des églises, il est clair que la pertinence des enclos retenus dans les villages actuels se trouve notablement renforcée par des structures similaires reconnues sur des sites désertés. En particulier, la photo aérienne a montré dans cinq cas des limites fossoyées correspondant à des aménagements artificiels destinés à enclore un espace ecclésial (Saint-Andrieu, Cassagnau, Salles, Saint-Just, Saint-Etienne-de-Tonneins). On notera par exemple la similitude de dimension et de forme entre la partie centrale de La Digne-d’Aval et le site ecclésial déserté de Cassagnau, c. de Pauligne (Fig. 4, n° 3 et fig. 5, n° 11). Il en va de même entre Pech-Salamou et l’enclos déserté de Saint-Andrieu, c. de Fenouillet (Fig. 4, n° 4 et fig. 5, n° 10) ou entre le site fossoyé de Saint-Etienne-de-Tonneins, c. de Lasserre, et des villages comme Loupia et Magrie (Fig. 4, n° 7 et fig. 7, n° 25 a et b, n° 26). Les prospections archéologiques ont aussi montré que ces sites d’église et de cimetières disparus ont contenu des habitats25. A l’inverse, il apparaît logique de penser que des cimetières paroissiaux ont primitivement existé contre les églises des villages actuels. Leur déplacement a pu avoir lieu dès le Moyen Age à cause de la concentration du bâti autour des églises. Cependant, un village comme Saint-Couat, sans enclos ecclésial apparent, a conservé son cimetière près de l’église. Un léger déplacement s’est peut-être opéré à Hounoux, tandis qu’à La Bezole et à Saint-Just de Bélengard, enclos semi-désertés, prévaut le couple d’origine église/cimetière. Jusqu’au XIXe siècle, le cimetière paroissial de Saint-Martin-de-Villeréglan occupait le site probable de l’enclos ecclésial primitif.

3.3 - Formes et dimensions des enclos ecclésiaux

26Si la forme théorique de l’enclos circulaire existe, elle ne représente pas pour autant une règle générale. Il serait vain de vouloir rechercher une morphologie unique et intangible. Les formules multiples sont le résultat d’un compromis entre le principe du périmètre enveloppant et les contraintes locales générées par la topographie, voire le parcellaire préexistant. On ne doit donc pas s’étonner de trouver par exemple dans la même région, le trapèze à Gramazie (Fig. 8, n° 29), le quadrilatère à Castelreng et à Pieusse (Fig. 5, n° 14 ; Fig. 7, n° 22), l’ellipse à Saint-Just et à Brézilhac (Fig. 7, n° 23 et n° 27) ou le cercle à La Digne-d’Aval et à Loupia (Fig. 4, n° 3 et n° 7), sans compter les tracés irréguliers. Lauraguel présente un cas de figure particulier avec un probable premier enclos non centré sur l’église qui occupe une position périphérique (Fig. 8, n° 30).

  • 26 V. Farias Zurita, La sacraria catalana (950-1200), aspectos y modelo de un espacio social, Tesina d (...)

27Du point de vue des dimensions, existe bien sûr la mesure théorique des 30 pas de rayon. Doit-on pour autant la considérer comme un étalon rigoureusement établi et systématiquement appliqué partout de la même façon ? Tributaire de l’amplitude variable que 1’” arpenteur “ a donné à son pas, il est difficile de concéder à la mesure une valeur absolue. On optera plutôt pour de possibles et normales distorsions entres les pas idéaux des textes conciliaires et ceux pratiquement portés sur le terrain. Ainsi pourrait s’expliquer la disparité des axes ecclésiaux évalués, à quoi il faut rajouter les limitations possibles dues au relief mais aussi l’éventualité de rayons plus restreints de 10, 12 ou 15 pas, dévolus à des églises de rang inférieur comme pour de rares cas relevés en Catalogne26. On peut malgré tout s’arrêter sur les diamètres d’environ 60 - 70m, les plus proches du rayon théorique dont le pas a pu prendre dans ce cas une valeur proche du mètre. Tels apparaissent les enclos de Saint-Just-de-Bélengard, La Bezole, Saint-Etienne-de-Tonneins, Magrie, l’enclos intérieur de Fenouillet et les enclos extérieurs de Loupia et La Digne-d’Amont. Ces sites atteignent une superficie variant entre 3000 et 3500 m2. D’autres enclos présentent une superficie environ inférieure de moitié, et parfois moins, entre 1300 et 1700 m2. : La Digne-d’Aval, Pech-Salamou, les enclos intérieurs d’Hounoux, de Loupia, de La Digne-d’Amont, les enclos désertés de Saint-Andrieu, Cassagnau, Saint-Martin-de-Villeréglan, Luguel. Leur établissement semble avoir retenu un rayon inférieur à 20 pas. Constituent-ils une version “miniaturisée” des enclos fondés sur les 30 pas pour aboutir à des “demi-modules” ? L’imbrication probable de deux enclos de taille différente comme à Loupia et à La Digne-d’Amont pose d’ailleurs un problème supplémentaire d’interprétation. Faut-il leur prêter obligatoirement une valeur chronologique en déduisant un agrandissement de l’enclos primitif ou considérer au contraire que l’enclos a possédé d’emblée une division interne sur le mode concentrique ? Dans ces conditions, faut-il penser que la zone centrale était primitivement et prioritairement occupée par les inhumations, au plus près de l’église ? L’hypothèse de restitution de la morphologie primitive à Saint-Etienne-de-Tonneins fournit sur ce thème un élément de comparaison et de réflexion (Fig. 7, n° 25 a et b) sans que l’on puisse cependant se faire un avis catégorique.

3.4 - Nature et datation des enclos ecclésiaux

  • 27 A.D. Hérault, C 2965, 1687-1691, Intendance de Languedoc. Amortissement, diocèse de Limoux,... déno (...)
  • 28 B. Cursente, “Les habitats fortifiés collectifs médiévaux en Midi-Pyrénées : état de la recherche”,(...)

28Comme les villages castraux, les villages ecclésiaux se présentent à l’époque moderne sous des traits hérités du Moyen Age. L’existence d’un fossé participant à l’enclosure est attestée dans la plupart des villages actuels sauf à Saint-Couat, Villarzel, Vendémies, Castelreng. A Pech-Salamou, jusqu’au siècle dernier, une mare circulaire reproduisait l’emprise presque complète d’un fossé aujourd’hui comblé. Au Mazet, église isolée de la commune de la Courtète, sont mentionnés à la fin du XVIIe siècle, des “fossés quy sont autour de l’esglize, lesquels fossés la communauté afferme tous les ans et le revenu est employé aux réparations de l’esglize”27 Sur le plan toponymique, les compoix mentionnent fréquemment “Le Fort”, terme générique pour désigner un espace mis en défense, mais qui n’a rien de spécifique aux villages ecclésiaux. Dans trois cas, le même terme prend une signification un peu différente en s’appliquant à des espaces restreints pouvant se rapporter au bas Moyen Age et correspondre à des forts villageois collectifs avec fossé, phénomène au demeurant peu étudié28. Ce cas de figure est peut-être illustré à Gaja, où un petit quartier circulaire de 600 m2 est venu s’accoler à un village ecclésial préexistant (Fig. 6, n° 17). A Saint-Martin-de-Villeréglan, Le Fort est un quartier quadrangulaire de 2000 m2 qui inclut l’église paroissiale reconstruite, car d’abord située dans le secteur du cimetière primitif (Fig. 5, n° 12). Enfin, Cépie offre un cas de figure similaire, caractérisé par l’abandon du premier site ecclésial (Fig. 7, n° 21) au profit d’un site légèrement perché sur lequel un fort de 1800 m2 a fini par intégrer l’église paroissiale (Fig. 8, n° 31). Un cas douteux est représenté à Castelreng par un fort quadrangulaire muni d’une porte du bas Moyen Age mais centré sur une église d’origine romane (Fig. 5, n° 14), l’enclos du XIVe siècle aurait dans ce cas reconduit un enclos ecclésial préexistant mais de forme inconnue.

  • 29 Gallia Christiana, 6, c. 271
  • 30 A.D. Haute-Garonne, H Malte, Commanderie de Magrian, liasse IV, n°2, liasse I, n°31.
  • 31 A.D. Aude, H 514, Brevet et répertoire des titres... contenus dans les archives du royal monastère (...)

29En dehors de ces derniers cas marginaux, la tendance générale répond à une permanence des villages ecclésiaux sur leurs sites premiers, en apparaissant à l’Epoque moderne comme d’authentiques localités fortifiées. A quelle époque l’espace ecclésial devient-il un réduit protégé par l’association d’une enceinte et d’un fossé ? Autrement dit, à quel moment l’aire ecclésiale sous simple protection spirituelle se renforce-t-elle matériellement ? En Bas-Razès, la documentation textuelle est d’un faible secours pour répondre à cette question puisqu’elle tient en une relation, malheureusement de seconde main, concernant les villages de Cournanel, La Digne d’Aval et Loupia. A une date non précisée mais probablement peu avant 1197, l’abbé d’Alet Pons Amiel avait fait aménager les fossés (fossata) et les enceintes (muros) in villis de Electo (Alet), de Cornanello, de Lediniano, de Lupiano et S. Pauli (Saint-Paul-de-Fenouillet ?)29. Malgré le caractère laconique de cette mention, il est permis à priori de rattacher les aménagements évoqués avec les périmètres ecclésiaux anciennement fossoyés de La Digne-d’Aval et de Loupia. Mais dans les deux cas, ne subsiste qu’une porte plus tardive du bas Moyen Age qui reste toujours l’accés unique à l’intérieur du Fort. L’établissement d’un fossé et d’une enceinte à la fin du XIIe siècle peut être rapproché d’une paries bataleira à Magrie en 1163, probable mur d’enceinte autour de cet autre village ecclésial, appelé aussi forcia en 119530. A Brézilhac, plusieurs maisons sont définies comme limitrophes à “la muraille de la ville ou du lieu” mais les mentions ne sont pas antérieures à 122831. En ce qui concerne Cournanel, l’interprétation n’est pas facilitée par l’existence juxtaposée d’un pôle ecclésial et d’un pôle castral, ce dernier ayant condensé la majorité de l’habitat à ses pieds. La mise en fortification de la fin du XIIe siècle concernerait donc plutôt cette zone qui d’après la morphologie a dû amputer la partie est du quartier ecclésial préexistant (Fig. 6, n° 15).

30Durant la deuxième moitié du XIIe siècle, les villages ecclésiaux ont donc pu être aussi touchés par le mouvement général d’enclosure venu parachever la formation des villages castraux en Languedoc occidental. De cette façon, les deux types de groupement se sont fondus dans le même principe d’habitat concentré et d’espace strictement fermé par des aménagements collectifs. En ce sens, ils méritent l’un et l’autre l’appellation de casirum.

  • 32 Cl. Raynaud, “Lunel-Viel (Hérault)”, M. Fixot, E. Zadora-Rio, dir., L’église, le terroir, op. cit.,(...)
  • 33 P. Bonnassie, “Les descriptions de forteresses dans le Livre des miracles de Sainte Foy de Conques” (...)

31Faut-il en déduire qu’avant la fin du XIIe siècle, les périmètres ecclésiaux étaient dépourvus de clôture défensive ? Des exemples empruntés à l’archéologie et aux textes montrent que dès le XIe siècle, la matérialisation de l’aire ecclésiale pouvait recouvrir plus qu’une simple limite symbolique. Par exemple, en Languedoc oriental, autour de l’église paroissiale de Lunel-Viel, un fossé de deux mètres de large, partiellement reconnu par la fouille a fonctionné pendant les VIIIe-IXe siècles, pour être remplacé par un mur au XIe siècle32. Dans la même région, près de Loupian, on peut citer le cas de Pallas où l’église se trouve à l’abri d’un mur au début du XIe siècle, d’après un épisode de guerre privée rapporté par le Livre des miracles de Sainte Foy de Conques33. En Bas-Razès, les fossés de sites ecclésiaux désertés, repérés sur les photos aériennes pourraient correspondre à des structures plus proches du XIe siècle que du XIIe siècle. La désertion précoce de certains sites dans leur fonction d’habitat aux XIIe-XIIIe siècles, tendrait à montrer le caractère “originel” de ces limites fossoyées. En effet, la largeur de ces structures excavées, de l’ordre de 4 à 6 m, était certainement inférieure à celle des fossés de la “génération” suivante, de plus grande envergure. L’hypothèse vaut uniquement si l’on estime que l’emprise primitive de ces derniers fossés a été fossilisée jusqu’au XIXe siècle comme à La Digne-d’Aval, Pech-Salamou, Loupia, La Digne-d’Amont, Brézilhac ou Fenouillet. Pour les sites qui n’ont donc pas subi de désertion, deux types d’évolution sont envisageables : élargissement du fossé préexistant pour renforcer le caractère défensif ou creusement d’un nouveau fossé de façon concentrique afin d’augmenter la surface enclose.

  • 34 D. Baudreu, J.P, Cazes, “Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude”, art. cit.

32Les éléments défensifs de la première heure restent encore méconnus sur le plan archéologique. Les fouilles sur les sites désertés devraient pouvoir montrer dans certains cas si des murs ou des palissades ont été associés aux fossés primitifs. A Cassagnau, un sondage archéologique a permis d’émettre l’hypothèse d’une levée de terre sur le rebord externe du fossé34.

33Parallèlement, la mise en défense des villages ecclésiaux peut aussi être recherchée au travers des lieux de culte proprement dits.

3.5 - Les églises fortifiées

  • 35 G. Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, 1978.

34En Bas-Razès, quelques églises présentent incontestablement des aspects monumentaux qui en font d’authentiques ouvrages fortifiés, moins bien connus que les châteaux35 Comme on le verra plus loin, ces églises fortes semblent directement dériver d’un pouvoir ecclésiastique et il est possible qu’elles aient été élevées contre les agissements des laïcs, afin de prévenir leur trop grande convoitise. Condamnée dans les conciles de Paix si elle était le fait d’un turbulent seigneur, l’église fortifiée devient en revanche légitime si elle répond à un besoin de protection destinée à mettre hors de violation tout sanctuaire et espace adjacent. Elle a pu ainsi représenter l’ultime réduit dans l’enclos ecclésial lui-même mis en défense. Tout comme le renforcement de son périmètre, la transformation de l’église en ouvrage fortifié n’a sans doute fait que confirmer la faillite de l’espace inviolable sous la seule protection divine.

35Plusieurs églises actuelles ont peut-être définitivement perdu leur aspect destiné à les tenir à l’abri de toute atteinte. Les observations encore possibles sur quelques bâtiments ne sont que d’autant plus précieuses. A La Digne-d’Amont, le chevêt roman de l’église primitive Sainte-Colombe est aussi la partie inférieure d’un clocher semi-circulaire, à l’allure de tour, surmonté par un campanile plus tardif (Fig. 9). A la jonction entre le clocher et le reste de l’église, deux traces latérales d’arrachement montrent que dans cette partie, la nef romane atteignait peut-être 10 m de haut. L’effet ambivalent de domination/protection sur le village ne devait qu’en être accentué. L’église de Castelreng a elle aussi partiellement conservé son aspect d’église-forte. Avant d’être transformé et agrandi au XVIIIe siècle, cet édifice primitif était curieusement axé nord-sud. Son chevêt est peut-être d’époque romane, mais contrairement à La Digne-d’Amont, l’indice d’ouvrage fortifié est visible sur la façade opposée. Au-dessus de l’entrée actuelle s’élève un mur d’environ 13 m de haut, surmonté par un clocher récent. Les murs de la nef devaient atteindre primitivement la même hauteur puisque leur départ brutalement interrompu est visible sur les deux côtés. Comme à La Digne-d’Amont, l’édifice a été rabaissé et a donc perdu pour beaucoup de son volume originel, trop important pour correspondre à l’église ordinaire d’un petit village. La datation de ses élévations est délicate, le parement surplombé par le clocher pourrait remonter aux XIIe-XIIIe siècles.

36D’autres églises évoquent un rôle défensif mais avec moins de force que les deux exemples précédents. A Tourreilles, avant l’agrandissement de l’église au XIXe siècle, ses proportions en faisaient un haut édifice dont le mur sud possède encore la trace de trois petites baies romanes aménagées dans sa partie supérieure. A Loupia, l’hypothèse d’une église-forte, rendue ensuite moins imposante n’est pas à exclure en raison d’une nette différence de hauteur entre la nef et le mur occidental qui supporte le clocher comme à Castelreng.

37En revanche, l’église de Magrie donne à voir le seul exemple d’église fortifiée du Bas-Razès entièrement conservé malgré quelques restaurations au XIXe siècle. Cependant, les élévations actuelles ne seraient pas antérieures au XIIIe sinon au XIVe siècle. L’aspect de l’édifice est sans doute à mettre directement en relation avec les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, uniques seigneurs du lieu jusqu’à l’Epoque moderne. Cette possession ecclésiastique n’est cependant pas antérieure au XIIe siècle et n’a donc pas été contemporaine du village ecclésial originel.

38Cependant, dans d’autres cas, l’adéquation entre seigneuries monastiques et villages ecclésiaux ressort avec insistance.

3.6 - Temporels ecclésiastiques et villages ecclésiaux

39Le Bas-Razès est une région très proche d’abbayes bénédictines principalement fondées à l’époque carolingienne : à l’ouest, Camon dans la vallée de l’Hers, à l’est, Saint-Hilaire dans la vallée du Lauquet, Saint-Polycarpe et Alet dans la vallée de l’Aude (Fig. 1). Tous ces établissements détenaient des possessions en Bas-Razès, ainsi que deux autres abbayes plus lointaines, Montolieu aux pieds de la Montagne Noire et de façon plus marginale, Caunes en Minervois occidental ainsi que Lagrasse dans les Basses-Corbières. L’essai de reconstitution des temporels correspondants passe par le regroupement de documents textuels dispersés faute de cartulaires conservés. Cette déficience de la documentation écrite interdit donc de suivre précisément l’évolution des patrimoines ecclésiastiques depuis leur origine jusqu’à la mise en place des structures féodales. L’identification des possessions primitives contemporaines des regroupements villageois autour de l’an Mil, constitue ainsi une première difficulté de recherche.

40Néanmoins, entre le IXe et le XIIe siècle, en restant dans la région étudiée, les diverses appartenances abbatiales ainsi que celles des églises de Carcassonne et de Narbonne peuvent être réunies dans la liste présentée en annexe, en ayant bien conscience qu’elle est le reflet d’une documentation lacunaire. Sur la vingtaine de chefs-lieux actuels ecclésiaux ou ecclésio-castraux interprétés comme tels en Bas-Razès, quatorze sont concernés à des titres divers par les temporels ecclésiastiques. Une dizaine d’autres sites sont dans le même cas et correspondent pour la plupart à de probables villages ecclésiaux désertés en partie ou en totalité. Les possessions peuvent correspondre à des villae entières, dans leur sens territorial d’avant le XIIe siècle, ou à des parties de celles-ci.

41Dans le sud du Bas-Razès, les villages ecclésiaux actuels constituent un important groupement (Fig. 1), leur lien avec un établissement monastique est établi pour la plupart d’entre eux. Malgré l’absence de mentions antérieures au XIIe siècle, l’abbaye d’Alet y est bien représentée avec Loupia, La Bezole, Castelreng, La Digne d’Aval, ainsi que Cournanel, village ecclésio-castral. Dans cette série, il est à noter que les églises des trois premières localités sont dédiées à Sainte-Marie, tout comme l’ancienne abbatiale d’Alet. La Digne-d’Amont apparaît plus isolé puisqu’étant le seul village à relever de l’abbaye de Camon, passée dès le Xe siècle dans la mouvance de l’abbaye de Lagrasse. Le cas de Villelongue est plus complexe avec d’une part son église Saint-Félix et ses villars donnés à l’église de Narbonne à la fin du IXe siècle et d’autre part des dépendances de Camon et de Saint-Hilaire au Xe siècle. Au début du XIIe siècle, l’abbaye de Lagrasse à la suite de Camon y est toujours possessionnée. Dans ce même secteur, la vallée du Cougain constitue une zone remarquable, exclusivement occupée par des villages ecclésiaux. D’amont en aval, s’égrènent Saint-Couat-du-Razès, Castelreng, La Digne-d’Amont, La Digne d’Aval et une église disparue aujourd’hui dans la commune de Limoux : Saint-Andrieu de Taich, probable village ecclésial déserté. Ce dernier site s’intègre parfaitement dans la succession des villages précédents ; on trouve en effet la même distance d’environ 1,6 à 1,7 km entre La Digne-d’Amont et La Digne-d’Aval, entre La Digne-d’Aval et Saint-Andrieu-de-Taich, entre Saint-Andrieu de Taich et Saint-Martin de Limoux, église urbaine et centre paroissial primitif.

  • 36 D. Baudreu, “Villa, vicaria, castrum. Aux origines d’un village du Bas-Razès : Malviès (Aude)”, art (...)
  • 37 P. Bonnassie, La Catalogne..., op. cit.

42L’abbaye d’Alet était aussi présente à Saint-Martin-de-Villeréglan et à Flassian, église disparue au nord de Limoux, en bordure de l’ancien chemin de Carcassonne. En 1119, dans la confirmation de possessions la plus ancienne, le même monastère détient aussi deux villages qui ont intégré un château tout près du pôle ecclésial : Pieusse et Cournanel. Il est cependant impossible de dire si ces points forts ont été élevés à l’initiative d’un abbé ou d’un laïc. De la même façon, à Malviès, près de l’église paroissiale, se dressait une tour à l’intérieur d’un espace fossoyé, probablement aménagés dans ce cas par l’abbé de Lagrasse, seigneur du lieu36. En tout état de cause, la possession d’un château n’est pas incompatible avec une dépendance ecclésiastique, de telles associations ont par exemple existé dans la Catalogne du XIe siècle37 mais sur l’ensemble des domaines d’Eglise, elles ne représentaient pas la règle générale. L’existence d’églises-fortes dans certains villages ecclésiaux montre qu’elles ont pu précisément pallier l’absence naturelle de châteaux et qu’elles ont même pu faire pièce à ces derniers, avant tout sièges de seigneuries laïques.

  • 38 E. Magnou-Nortier, La société laïque..., op. cit.

43Les biens de l’abbaye de Camon ne sont connus qu’au travers de leur transfert à l’abbaye de Lagrasse au milieu du Xe siècle38. On y cite des possessions à Villelongue, Tieille, Tonneins, La Digne-d’Amont et à Mazerolles, seul lieu devenu après coup un village castral.

44Les deux autres abbayes voisines du Bas-Razès, Saint-Polycarpe et Saint-Hilaire sont présentes, respectivement, à Gaja, Salles, Luguel, Cournanel et à Cambieure, Pech-Salamou, Villelongue, Flassian, Brasse. Un seul village castral, Cambieure, apparaît dans la liste des possessions de Saint-Hilaire au début du XIIe siècle. L’appartenance à la même abbaye de l’église Saint-Pierre, paroisse primitive d’Alaigne, pose quant à elle un problème d’identification et n’est pas clairement avérée.

45Malgré son éloignement, l’abbaye de Caunes possédait Saint-André-de-Villeromieu, qui a conservé son église romane, en bordure de l’Aude près de Pieusse. Au début du Xe siècle, l’abbaye apparaît aussi implantée à Cambieure. Enfin, l’abbaye de Montolieu, autre établissement bénédictin, détenait sans doute ses possessions les plus méridionales en Bas-Razès : Brézilhac, Gramazie, Saint-Just ainsi que d’autres églises aujourd’hui disparues à localisation plus ou moins hypothétique (Faris, S. Luciano = Saint-Julien ?, Saint-Vincent). Le village castral de Ferran se trouvait aussi dans la mouvance des abbés de Montolieu, mais uniquement à partir de la fin du XIIe siècle, par l’intermédiaire d’une donation. L’église de Brugairolles apparaît elle aussi entre les mains des mêmes bénédictins mais les textes n’en font pas mention avant la fin du XIIe siècle.

46Si l’adéquation entre un village ecclésial et un détenteur ecclésiastique est régulièrement attestée pour en déduire une véritable signification historique, il ne faut pas pour autant rester bloqué sur un schéma intangible. Une place doit aussi être faite à d’éventuels châteaux d’Eglise mais aussi à d’éventuels villages ecclésiaux placés très tôt sous la coupe de seigneurs laïcs responsables de la fortification d’églises, attitude fermement réprouvée dans les conciles de Paix. Ce dernier cas de figure n’a pu cependant être attesté en Bas-Razès, faute de textes suffisamment explicites.

47Le village de Fenouillet (Fig 8, n° 28) pourrait par exemple être rangé dans cette catégorie mais représente néanmoins un cas atypique : village apparemment sans château mais organisé autour d’une église reproduisant après déplacement le modèle d’un village ecclésial déserté, celui de Saint Andrieu (de Fontazelles). On serait alors en présence d’un « faux village ecclésial, contemporain de la vague des villages castraux.

3.7 - Territoires ecclésiaux et territoires castraux

  • 39 Fr. Bange, “L’ager et la villa : structures du paysage et du peuplement dans la région mâconnaise à (...)

48Les territoires des villages ecclésiaux actuels peuvent être à l’échelle d’un seul habitat groupé comme La Digne-d’Amont et La Digne-d’Aval, naturellement bornés au nord et au sud par la limite d’une petite vallée. Leur faibles superficies communales (361 et 314 ha), ne peuvent laisser de place à d’autres éventuels villages qui auraient disparu. A côté de ce cas de figure apparemment le plus répandu, d’autres territoires ecclésiaux peuvent représenter la fusion de plusieurs entités spatiales existantes à l’époque carolingienne. A Villelongue, dans une commune de 1300 ha, existent non seulement l’église paroissiale Saint-Félix au sommet du village actuel, mais aussi en partant de ce point, à 1,4 km, la chapelle romane Sainte-Barbe et à 1,7 km, le site d’une église Saint-Martin aujourd’hui disparue. Or, de façon à peu près contemporaine, à la fin du IXe siècle, les églises Saint-Félix et Saint-Martin sont apparemment localisées dans deux villae distinctes, chacune possédant ses propres villars, éléments probables d’un habitat dispersé : villa longam cum S. Felicis ecclesia et cum suis omnibus villaribus et villa quae dicitur Capitanarius,...cum sua ecclesia...S. Martini cum omnibus villaribus suis. A partir du XIe siècle, peut-être avant, l’église Saint-Félix a du se montrer la plus apte à resserrer l’habitat autour d’elle pour générer un village ecclésial, au détriment de l’église Saint-Martin et de son terroir, peut-être aussi de l’église Sainte-Barbe si elle existait à l’époque pré-romane. A l’issue d’un tel processus, certaines églises matrices de villages ecclésiaux pourraient déjà apparaître au XIe siècle comme l’aboutissement d’un reclassement territorial. Des villae restées en retrait dans la concentration de leur habitat ont pu être englobées par une villa voisine appelée à conforter sa vocation de chef-lieu paroissial au cours du Moyen Age central39.

  • 40 G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, 1953 (réed. 1973 et 1 (...)

49Dans les secteurs dominés par les villages castraux, l’organisation territoriale héritée du haut Moyen Age a eu aussi à affronter la mise en place des seigneuries banales. Elles se sont entre autre taillé leur espace dans des terroirs ecclésiastiques jusque-là étrangers à la logique des aires d’influence castrale. Cette situation ne pouvait que générer des conflits d’intérêt entre les traditionnels propriétaires fonciers et les nouveaux détenteurs du ban. Aussi, la répartition des territoires ecclésiaux et castraux peut dans une certaine mesure refléter les tensions et les compromis issus de la crise féodale. Les exemples de Gramazie et Pech-Salamou peuvent fournir un essai d’illustration. Ces deux villages ecclésiaux dépendant respectivement des abbayes de Montolieu et de Saint-Hilaire, sont au centre de territoires de petite taille si l’on s’en tient aux limites communales actuelles : de l’ordre de 200 ha à peine (Fig. 10). Ils sont majoritairement environnés par des territoires castraux de plus grandes dimensions et font ainsi figure d’enclaves. De telles anomalies spatiales seraient alors à rapprocher des “potés” signalées en Maconnais40, seigneuries parvenues à conserver leur autonomie, à rester hors de toute contrainte châtelaine, dans un environnement pourtant défavorable. Les abbés de Montolieu restèrent d’ailleurs seigneurs de Gramazie jusqu’à la Révolution et le territoire de Pech-Salamou était encore appelé La Val Saint-Hilaire jusqu’au XVIIIe siècle. Dans le cas de Gramazie, une mention du milieu du Xe siècle permet de penser que la villa pré-castrale dépassait le cadre communal actuel et qu’elle comprenait trois églises : Gunarmasia cum ipsas ecclesias. L’église Sainte-Marie, église paroissiale de Gramazie, est citée sur le même plan que deux autres lieux de culte, S. Luciano et S. Vincentium. D’aprés Sabarthès, le premier serait assimilable à la chapelle Saint-Julien, dans la commune de Belvèze au sud de Gramazie, le second au toponyme Saint-Vincent dans la commune de Ferran, au nord de Gramazie (Fig. 10). Il n’a pu être établi si un habitat avait existé dans l’environnement immédiat de ces lieux de culte. Chacun de leur côté, les châteaux de Belvèze et de Ferran auraient annexé dans leur territoire les deux églises au détriment d’une unité spatiale pré-féodale dont l’actuelle commune de Gramazie représenterait le reliquat.

  • 41 M. Berthe, “Les désertions de villages au Moyen Age. Phénomène lié à la croissance ou phénomène lié (...)

50C’est aussi la même influence castrale qui a conduit à la désertion d’habitats groupés déjà constitués autour de certaines églises, les empêchant ainsi de concrétiser leur vocation de villages ecclésiaux : Saint-Etienne-de-Tonneins, vidé à la fois par les villages castraux de Lasserre et de Tonneins ; Saint-Andrieu abandonné au profit de Fontazelles et de Fenouillet, même si ce village présente tout l’aspect d’un village ecclésial ; Cassagnau délaissé pour un perchement sur une colline voisine. D’autres exemples concernant aussi des sites ecclésiaux ouverts, dépourvus de fossés, pourraient être cités. Tous ces abandons sont à relier avec un réajustement des cadres de l’habitat et du territoire, partout où l’encellulement des hommes a rompu plus ou moins brutalement avec l’organisation préexistante. Loin de traduire une période de dépression générale, ce mouvement est parallèle à l’essor général des campagnes du Moyen Age central et a toujours servi la concentration des hommes dans des cadres villageois renouvelés et adaptés aux besoins du féodalisme41, tant dans les seigneuries laïques qu’ecclésiastiques.

51Ailleurs en Bas-Razès, où les villages ecclésiaux actuels n’apparaissent pas isolés, les possessions ecclésiastiques étaient peut-être plus nombreuses. Dans ces conditions, les châtelains laïques auraient rencontré plus de difficultés et donc plus de résistances pour imposer les contraintes associées à la seigneurie banale et à l’établissement durable de forteresses. Dans plusieurs cas de villages sans château, leur influence a pu même être nulle.

  • 42 G. Pradalié, “Les sauvetés castrales”, Cadres de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Ch (...)

52Quant à certains villages ecclésio-castraux et certains terroirs comme La Bezole ou Saint-Couat, leur ambivalence pourrait entre autres cas refléter un certain compromis au travers de co-seigneuries appliquant le partage des droits. Les rapports entretenus par un pôle ecclésial et un pôle castral au sein d’une même entité villageoise et/ou territoriale, ont dû être différents selon les cas, déterminés par les types de pouvoir qui les ont faits naître ou qui les ont réorganisés. Les antagonismes autant que les complémentarités sont à invoquer comme on a déjà pu le faire dans les cas spécifiques des sauvetés castrales42.

4 - Conclusion

  • 43 Fr. Cheyette, “The castles of the Trencavels : a preliminary aerial survey”, Order and innovation i (...)
  • 44 G. Sivery, Terroirs et communautés rurales dans l’Europe occidentale au Moyen Age, Lille, 1990.

53Au terme de cette mise au point qui ne prétend pas épuiser le sujet, il convient en premier lieu d’insister d’une part sur l’option visant à réestimer la place du château et de l’église dans l’histoire du peuplement entre le Xe et le XIIe siècle. En Languedoc, il n’est plus aujourd’hui possible d’accepter le postulat d’un château par village, tel que Fr. Cheyette avait pu naguère le poser43. En dehors de fondations typées comme les sauvetés ou les bastides, les villages sans châteaux sont généralement restés hors du champ de la recherche, trop dépendante du “prisme déformant du château-fort”44. Du village dépourvu de château au village d’église, il n’y a qu’un pas souvent franchissable grâce aux enseignements de la morphologie planimétrique, source historique à part entière. Périmètres ecclésiaux et convergence des chemins trahissent la polarisation d’un espace en fonction d’un site stable, secteur privilégié cumulant les fonctions de centre religieux et d’habitat groupé, supposant un minimum d’équipements collectifs.

  • 45 R. Fossier, Enfance de l’Europe, Xe-XIIe siècles. Aspects économiques et sociaux. 1 - L’homme et so (...)

54Ce schéma mettant en avant l’église et son “espace de Paix” représente précisément la plus ancienne forme d’encellulement perceptible en Bas-Razès et précédant une autre modalité de regroupement activée par le château. Pour désigner ces phénomènes, si le terme d’encellulement n’est pas récusable45, il convient de le saisir comme un terme de portée générale qui doit appeler d’autres appellations plus précises afin de distinguer cellules ecclésiales et cellules castrales fondamentalement différentes quant à leur origine.

  • 46 R. Marti, “L’ensagrerament : l’adveniment de les sagreres feudals”, Faventia, 10, 1988, pp. 153-182 (...)

55Désormais consacré par l’historiographie, le terme italien d’incastellamento ne doit pas être pris pour le parfait synonyme méridional d’encellulement, tout au moins en Languedoc, puisqu’il n’en représente qu’une seule formule. Le Bas-Razès a connu à sa façon et pour la moitié de ses localités, l’avènement du château seigneurial flanqué d’une enceinte villageoise même de superficie modeste. Malgré la pérennité du phénomène (les cas de désertions sont minoritaires), ces villages castraux n’ont pas été une lame de fond capable de recomposer partout l’habitat préexistant. Des églises, et à travers elles des patrimoines ecclésiastiques, ont su conserver voire augmenter leur capital d’habitat groupé, amorcé au moins dès le XIe siècle par l’occupation des espaces traditionnellement dévolus au droit d’asile et dans lesquels les cimetières avaient aussi trouvé leur place. Comment qualifier ce dernier phénomène ? Incastellamento est-il adapté ? Oui, pour la désignation des ensembles fortifiés que sont devenus les villages ecclésiaux viables. Non, à cause de l’élément central qui n’a pas originellement abrité un pouvoir banal. Par analogie, a été forgé un mot fondé sur l’appellation catalane de l’espace sacré : sagrera, d’où ensagrerament46. Ce néologisme résume parfaitement le processus et mérite d’être généralisé au-delà de sa zone géographique de création comme cela a été le cas pour incastellamento.

  • 47 D. Baudreu, J.R Cazes, “Le rôle de l’église...”, art. cit.

56Il est clair que les recherches sur ces deux formes d’encellulement sont intimement liées. Dans la région qui a retenu notre attention, l’influence probable des formes d’ensagrerament sur celles issues de l’incastellamento local contribue à révoquer le thème des villages ronds, ceux-là même qui avaient d’abord séduit le géographe L. Josserand. Les cas de Saint-Etienne-de-Tonneins et de Lasserre fournissent sur ce point un exemple caricatural avec une forme circulaire et une dimension commune aux deux structures, l’une ecclésiale désertée, l’autre castrale actuelle47. Les seigneurs instigateurs des villages castraux ont-ils reconduit plus ou moins précisément des tracés d’enclos et des dimensions déjà éprouvés autour de certaines églises ? Au-delà des formes strictement géométriques, l’essentiel réside d’une part dans le principe général des espaces enclos et d’autre part dans les fonctions qu’on leur avait assignées lors de leur mise en place. Entre les deux conceptions d’organisation spatiale, ecclésiale et castrale, ont pu s’instaurer des relations complexes tout autant faites de contaminations que d’antagonismes.

Figurent en italique les lieux-dits, sites désertés ou habitats secondaires actuels, en italique et entre parenthèses, leur commune actuelle d’appartenance.

Annexes

ANNEXE : Approche des temporels ecclésiastiques en Bas-Razès, IXe-XIIe siècles

Les lieux concernés sont simplement énumérés, précédés de leur date d’apparition, de la référence du document, de sa nature, et de la forme ancienne du toponyme. Toutes les identifications se fondent sur celles de A., Sabarthes, Dictionnaire topographique du département de l’Aude, Paris, 1912.

Abbaye d’Alet

Abbaye de Caunes

Abbaye de Camon
(rattachée à l’abbaye de Lagrasse)

Abbaye de Lagrasse

Abbaye de Montolieu

Eglise de Narbonne

Abbaye de Saint-Hilaire

Chapitre cathédral Saint-Nazaire de Carcassonne

Abbaye de Saint-Polycarpe

Fig. 1 : Villages castraux et villages ecclésiaux en Bas-Razès. Carte établie sur la base des communautés, pour la plupart paroisses, existantes sous l’Ancien Régime. Pour la commune de Limoux, figurent aussi les anciennes paroisses qui avaient quasiment toutes disparu avant le XVIIIe siècle (Dessin : D. Baudreu).
Nom des localités (actuelles, déclassées ou disparues) :
1 : Lasserre-de-Prouille, 2 : Tonneins, 3 : Brézilhac, 4 : Fenouillet-du-Razès, 5 : Fontazelles, 6 : Ferran, 7 : Cailhavel, 8 : Cailhau, 9 : Brugairolles, 10 : Villarzel-du -Razès, 11 : Hounoux, 12 : Le Mazet, 13 : La Courtète, 14 : Montgradail, 15 : Mazerollesdu-Razès, 16 : Couges, 17 : Gramazie, 18 : Belvèze-du-Razès, 19 : Cambieure, 20 : Laures, 21 : Escueillens, 22 : Saint-Just-de Bélengard, 23 : Bellegarde-du-Razès, 24 : Alaigne, 25 : Routier, 26 : Malviès, 27 : Saint-Martin-de-Villeréglan, 28 : Taillebois, 29 : Cépie, 30 : Saint-André (de Villeromieu), 31 : Pieusse, 32 : Monthaut, 33 : Pomy, 34 : Villelongue-d’Aude, 35 : Loupia, 36 : Donazac, 37 : Pech-Salamou, 38 : Montgaillard, 39 : Pauligne, 40 : Lauraguel, 41 : Villemartin, 42 : Gaja, 43 : Villedieu, 44 : Malras, 45 : Ajac, 46 : La Bezole, 47 : Saint-Couat-du-Razès, 48 : Castelreng, 49 : La Digne d’Amont, 50 : La Digne-d’Aval, 51 : Tourreilles, 52 : Magrie, 53 : Cournanel, 54 : Brasse, 55 : Saint-Andrieu (de Taich), 56 : Flassian, 57 : Marceille, 58 : Luguel, 59 : Salles, 60 : Vendémies, 61 : Arce

Temporels ecclésiastiques :

A : abbaye d’Alet, Cn : abbaye de Caunes, Cm : abbaye de Camon, L : abbaye de Lagrasse, M : abbaye de Montolieu, N : église de Narbonne, St H : abbaye de Saint-Hilaire, St N : chapitre cathédral Saint-Nazaire de Carcassonne, St P : abbaye de Saint-Polycarpe.

1 : village castral, 2 : village castral déclassé, 3 : village castral déserté, 4 : château, 5 : château disparu, 6 : village ecclésio-castral, 7 : village ecclésial, 8 : village ecclésial déclassé, 9 : village ecclésial déserté, 10 : église, 11 : église disparue, 12 : fort villageois, 13 : abbaye bénédictine.
14 : limites communales, 15 : limite de l’archiprêtré du Bas-Razès (diocèse de Narbonne).
16 : territoires communaux ayant pour chef-lieu un village écclésial actuel ou disparu, 17 : territoires communaux ayant pour chef-lieu un village ecclésio-castral

Fig. 2 : Alaigne, d’après le plan cadastral du XIXe siècle. Hypothèse de développement en deux phases (Dessin : D. Baudreu).
a : 1ère phase, XIIe siècle. 1 : site du château disparu, 2 : village primitif, 3 : fossé hypothétique.
b : 2ème phase, XIIIe siècle. 1 : extension du village, 2 : fossé, 3 : église et maison presbytérale, 4 : Porte de Pépy (XIVe-XVe siècles), 5 : Porte d’Arres (XIVe s.), 6 : limite de la zone sub-castrale primitivement vouée aux cultures intensives

Fig. 3 : Comparaison morphologique entre la motte castrale de Couge et le village castral de Mazerolles-du-Razès, d’après les plans cadastraux du XIXe siècle (Dessin : D. Baudreu).
a : Couge, 1 : motte occupée par une ferme au XIXe s., 2 : fossé comblé d’après une photo aérienne verticale de l’IGN, 3 : limite d’une zone sub-castrale ? (complétée par des photos aériennes verticale et oblique).
b : Mazerolles, 1 : emprise supposée du château disparu, 2 : emprise supposée du fossé, 3 : limite du village, ancienne enceinte, 4 : fossé collectif lié à l’enceinte, 5 : limite de la zone sub-castrale primitivement vouée aux cultures intensives

Fig. 4 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle (Dessin : D. Baudreu).
1 : Saint-Couat-du-Razès, 2 : Villarzel-du-Razès, 3 : La Digne d’Aval, 4 : Pech-Salamou, (c. de Donazac), 5 : Vendémies, (c. de Limoux), 6 : Hounoux, 7 : Loupia, 8 : La Digne d’Amont

Fig. 5 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par des photos aériennes verticales IGN pour 10, 11, 12 et par des plans du XVIIIe siècle pour 13, 14 (Dessin : D. Baudreu).
9 : Malviès, 10 : Saint-Andrieu, (c. de Fenouillet-du-Razès), 11 : Cassagnau, (c. de Pauligne), 12 : Saint-Martin-de-Villeréglan, 13 : Luguel (c. de Limoux), 14 : Castelreng

Fig. 6 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par une photo aérienne verticale IGN pour 16 et par un plan du XVIIIe siècle pour 18 (Dessin : D. Baudreu).
15 : Cournanel, 16 : Salles, (c. de Limoux), 17 : Gaja, 18 : Le Mazet, (c. de La Courtète), 19 : Tourreilles, 20 : Villelongue

Fig. 7 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par des plans du XVIIIe siècle pour 21, 22, 27 et par une photo aérienne verticale IGN pour 25 (Dessin : D. Baudreu).
21 : Cépie, (ancien cimetière et site de l’église paroissiale primitive), 22 : Pieusse, 23 : Saint-Just, (c. d’Escueillens-et-St-Just-de-Bélengard), 24 : La Bezole, 25 : Saint-Etienne-de-Tonneins (c. de Lasserre-de Prouille), a : segments de fossé, b : morphologie du site primitif, hypothèse de restitution, 26 : Magrie, 27 : Brézilhac

Fig. 8 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par des plans du XVIIIe siècle pour 28, 29, 31 (Dessin : D. Baudreu).
28 : Fenouillet-du-Razès, 29 : Gramazie, 30 : Lauraguel, 31 : Cépie

Fig. 9 : La Digne-d’Amont, église Sainte-Colombe, exhaussement du chevet roman faisant office de clocher fortifié (Photo : D. Baudreu)

Fig. 10 : Gramazie et Pech-Salamou, deux petits territoires de villages ecclésiaux enclavés parmi des territoires majoritairement castraux et de plus grandes superficies (Dessin : D. Baudreu).
1 : village castral, 2 : village castral déclassé, 3 : château disparu, 4 : village ecclésial, 5 : village ecclésial déclassé, 6 : Localisation hypothétique des deux églises citées au Xe s. avec l’église de Gramazie, S. Vincentium (c. de Ferran ?) et S. Luciano (c. de Belvèze 7 : limite communale

Notes

1 L., Josserand, “Les villages ronds du Razès”, Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 2, 1931, pp. 5-21.

2 D. Baudreu, L’habitat médiéval en Bas-Razès (Aude), IXe-XVe siècles, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Toulouse-Le-Mirail, 1985 ; D. Baudreu, M. Dauzat, « L’habitat médiéval de Saint-Adrien (Fenouillet-du-Razès) », Archéologie du Midi Médiéval, 3, 1985, pp. 27-40. D. Baudreu, “Une forme de villages médiévaux concentrés : le cas du Bas-Razès (Aude)”, Archéologie du Midi Médiéval, 4, 1986, pp. 49-73 ; D., Baudreu, “Trois cas d’habitats médiévaux disparus en Bas-Razès ; Tonneins, Laure et Montgradail”, Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude, 86, 1986, pp. 29-29-38 ; D. Baudreu, “Villa, vicaria, castrum. Aux origines d’un village du Bas-Razès : Malviès (Aude)”, Annales du Midi, 99, n° 180, 1987, pp. 495-511 ; D. Baudreu, “Photographie aérienne verticale à haute altitude et village déserté. Escueillens-et-Saint-Just-de-Bélengard (Aude), Laure”, Archéologie et vie quotidienne en Midi-Pyrénées, XIIIe-XIVe siècles. Catalogue d’exposition, Toulouse, 1990, pp. 86-88.

3 E. Griffe, “Le Bas-Razès au Moyen Age”, Etudes d’histoire audoise (IXe-XIVe siècles), Carcassonne, 1976, pp. 89-101.

4 Villar-Saint-Anselme, Saint-Polycarpe, Belcastel-et-Buc, Missègre, Villardebelle, Caunettes-sur-Lauquet, Clermont-sur-Lauquet, Greffeil.

5 H. Blaquiere, D. Garrigues, Territoire de l’Aude avec indication des anciennes circonscriptions, des paroisses et communautés existant au moment de la création du département..., Carte au 1/200 000e, 1949.

6 Ch-E. Perrin, J. de Font-Reaulx, Pouillés des provinces d’Auch, de Narbonne et de Toulouse, 2e partie, Paris, 1972.

7 B. Cursente, “Castra et castelnaux dans le Midi de la France (XIe-XVe siècles)”, Châteaux et peuplement en Europe occidentale du Xe au XVIIIe siècle, Flaran 1, Auch, 1980, pp. 31-55 ; B. Cursente, “Le castrum dans les pays d’Oc aux XIIe et XIIIe siècles”, Heresis, 11, 1988, pp. 19-25.

8 G. Demians d’Archirnbaud, Les fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval méditerranéen, Paris, 1980.

9 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle), 2 tomes, Paris, 1987 ; B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale (Gascogne Gersoise), Bordeaux, 1980.

10 D. Baudreu, L’habitat médiéval en Bas-Razès (Aude), IXe-XVe siècles, op. cit.

11 D. Baudreu, J.P. Cazes, “Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude”, L’environnement des églises et la topographie religieuse dans les campagnes médiévales, Actes du IIIe congrès international d’archéologie médiévale, Aix-en-Provence, 1989, D.A.F., 46, Paris, 1994, pp. 80-97.

12 M., Fixot, E. Zadora-Rio, dir., L’église, le terroir, Monographie du C.R.A. n° 1, Paris, 1989.

13 P. Timbal, Le Droit d’asile, Paris, 1939 ; P. Duparc, “Le cimetière, séjour des vivants (XIe-XIIe siècles)”, Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1964, Paris, 1967, pp. 483-504.

14 B.M. Narbonne, Ms 314, Inventaire Rocques, III-3, f. 414 et Cartulaires des templiers de Douzens, publiés par R Gérard et E. Magnou, Paris, 1965, p. 273.

15 Avec Alaigne, le Cartulaire des Trencavel contient des serments féodaux à propos d’autres sites castraux du Bas-Razès : de Callavo (Cailhau), de Avezola (La Bezole), de Alaiano (Alaigne), de Mont Alt (Monthaut), de Pauliniano (Pauligne), de honore de Corneliano (Cournanel ou Corneille en Carcassès ?) ; le village ecclésial de Magrie est peut-être aussi représenté, de Magriniano, il n’est question dans ce cas que d’une villa.

16 B.M. Narbonne, op. cit., f. 416.

17 Societé Archéologique de Montpellier, Ms 10, Cartulaire des Trencavel, f. 69 et 241.

18 M. Dauzat, “Une motte castrale du Razès : Couges”, Archéologie du Midi Médiéval, 1, 1983, pp. 23-36

19 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutation d’une société, 2 vol., Toulouse, 1975-76 ; P., Bonnassie, Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat dans le “cercle de paix” des églises, (XIe siècle)”, L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du IIIe congrés international d’archéologie médiévale, Aix-en-Provence, 1989, D.A.F, 46, Paris, 1994, pp. 68-79.

20 A. Catafau, L’église et le village dans l’ancien diocèse d’Elne, Xe-XIVe siècle, D.E.A., Université de Toulouse-Le-Mirail, 1993.

21 D. Baudreu, J.P. Cazes, “Le rôle de l’église dans la formation des villages médiévaux. L’exemple des pays audois”, Historiens et archéologues, Actes de la 3e session d’histoire médiévale de Carcassonne, 1990, Collection Heresis, 2, 1991, pp. 139-158.

22 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonne de la fin du Ville à la fin du XIe siècle, Toulouse, 1974.

23 E. Baluze, De Concordia sacerdotii et imperii, 1663, Lib. IV, cap. XIV, pp. 275-278 ; Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, 19, Florence-Venise, 1759-1759-1798 ; L. Huberti, Studien zur Rechtsgeschichte der Gottesfrieden und Landfrieden, Ansbach, 1892, pp. 317-321.

24 B.M. Narbonne, op. cit., I, 536.

25 D. Baudreu, M. Dauzat, “L’habitat médiéval de Saint-Andrieu (Fenouillet-du-Razès, Aude)”, art. cité.

26 V. Farias Zurita, La sacraria catalana (950-1200), aspectos y modelo de un espacio social, Tesina de Licenciatura, Universitat de Barcelona, 1989 ; A., Catafau, op. cit.

27 A.D. Hérault, C 2965, 1687-1691, Intendance de Languedoc. Amortissement, diocèse de Limoux,... dénombrements des biens et droits amortis... pour les communautés.

28 B. Cursente, “Les habitats fortifiés collectifs médiévaux en Midi-Pyrénées : état de la recherche”, Sites défensifs et sites fortifiés au Moyen Age entre Loire et Pyrénées, Actes de colloque. Aquitania, supplément 4, 1990, pp. 123-131.

29 Gallia Christiana, 6, c. 271

30 A.D. Haute-Garonne, H Malte, Commanderie de Magrian, liasse IV, n°2, liasse I, n°31.

31 A.D. Aude, H 514, Brevet et répertoire des titres... contenus dans les archives du royal monastère de Prouille, III, 1788, p. 894.

32 Cl. Raynaud, “Lunel-Viel (Hérault)”, M. Fixot, E. Zadora-Rio, dir., L’église, le terroir, op. cit., pp. 105-114.

33 P. Bonnassie, “Les descriptions de forteresses dans le Livre des miracles de Sainte Foy de Conques”, Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du Doyen Michel de Bouard, Genève-Paris, 1982, p. 17-26 ; J.P. Poly, “L’Europe de l’An Mille”, R. Fossier, Le Moyen Age. 2, L’éveil de l’Europe, 950-1250, Paris, 1982 (rééd. 1990), pp. 19-78.

34 D. Baudreu, J.P, Cazes, “Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude”, art. cit.

35 G. Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, 1978.

36 D. Baudreu, “Villa, vicaria, castrum. Aux origines d’un village du Bas-Razès : Malviès (Aude)”, art. cit.

37 P. Bonnassie, La Catalogne..., op. cit.

38 E. Magnou-Nortier, La société laïque..., op. cit.

39 Fr. Bange, “L’ager et la villa : structures du paysage et du peuplement dans la région mâconnaise à la fin du haut Moyen Age (IXe-Xe siècles)”, Annales E.S.C., 39e année, n° 3, 1984, pp. 529-569.

40 G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, 1953 (réed. 1973 et 1988).

41 M. Berthe, “Les désertions de villages au Moyen Age. Phénomène lié à la croissance ou phénomène lié à la crise ? L’exemple du Sud-Ouest de la France”, Terres et hommes du Sud, Hommage à P. Tucoo-Chala, Biarritz, 1992, p. 93-105.

42 G. Pradalié, “Les sauvetés castrales”, Cadres de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Ch. Higounet, Annales du Midi, 102, n° 189-190, 1990, p. 29-34.

43 Fr. Cheyette, “The castles of the Trencavels : a preliminary aerial survey”, Order and innovation in the Middle-Ages : essays in honor of J.R. Strayer, Princeton, 1976, p. 255-272.

44 G. Sivery, Terroirs et communautés rurales dans l’Europe occidentale au Moyen Age, Lille, 1990.

45 R. Fossier, Enfance de l’Europe, Xe-XIIe siècles. Aspects économiques et sociaux. 1 - L’homme et son espace, Paris, 1982 ; R. Fossier, “Villages et villageois”, Villages et villageois au Moyen Age, S.H.M.E.S., Paris, 1992, pp. 207-214.

46 R. Marti, “L’ensagrerament : l’adveniment de les sagreres feudals”, Faventia, 10, 1988, pp. 153-182 ; P. Bonnassie, Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat...”, art. cit.

47 D. Baudreu, J.R Cazes, “Le rôle de l’église...”, art. cit.

Table des illustrations

Légende En italique figurent les villages aujourd’hui réduits au rang d’habitat secondaire ainsi que les sites désertés. Les vocables des églises paroissiales figurent entre parenthèses sauf lorsqu’ils sont déja contenus dans le nom des localitésa,b : hypothèse de deux enclos de tailles différentesmin. : surfaces minimales pour les périmètres imparfaitement conservés
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 1 : Villages castraux et villages ecclésiaux en Bas-Razès. Carte établie sur la base des communautés, pour la plupart paroisses, existantes sous l’Ancien Régime. Pour la commune de Limoux, figurent aussi les anciennes paroisses qui avaient quasiment toutes disparu avant le XVIIIe siècle (Dessin : D. Baudreu).Nom des localités (actuelles, déclassées ou disparues) :1 : Lasserre-de-Prouille, 2 : Tonneins, 3 : Brézilhac, 4 : Fenouillet-du-Razès, 5 : Fontazelles, 6 : Ferran, 7 : Cailhavel, 8 : Cailhau, 9 : Brugairolles, 10 : Villarzel-du -Razès, 11 : Hounoux, 12 : Le Mazet, 13 : La Courtète, 14 : Montgradail, 15 : Mazerollesdu-Razès, 16 : Couges, 17 : Gramazie, 18 : Belvèze-du-Razès, 19 : Cambieure, 20 : Laures, 21 : Escueillens, 22 : Saint-Just-de Bélengard, 23 : Bellegarde-du-Razès, 24 : Alaigne, 25 : Routier, 26 : Malviès, 27 : Saint-Martin-de-Villeréglan, 28 : Taillebois, 29 : Cépie, 30 : Saint-André (de Villeromieu), 31 : Pieusse, 32 : Monthaut, 33 : Pomy, 34 : Villelongue-d’Aude, 35 : Loupia, 36 : Donazac, 37 : Pech-Salamou, 38 : Montgaillard, 39 : Pauligne, 40 : Lauraguel, 41 : Villemartin, 42 : Gaja, 43 : Villedieu, 44 : Malras, 45 : Ajac, 46 : La Bezole, 47 : Saint-Couat-du-Razès, 48 : Castelreng, 49 : La Digne d’Amont, 50 : La Digne-d’Aval, 51 : Tourreilles, 52 : Magrie, 53 : Cournanel, 54 : Brasse, 55 : Saint-Andrieu (de Taich), 56 : Flassian, 57 : Marceille, 58 : Luguel, 59 : Salles, 60 : Vendémies, 61 : Arce
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 1 : village castral, 2 : village castral déclassé, 3 : village castral déserté, 4 : château, 5 : château disparu, 6 : village ecclésio-castral, 7 : village ecclésial, 8 : village ecclésial déclassé, 9 : village ecclésial déserté, 10 : église, 11 : église disparue, 12 : fort villageois, 13 : abbaye bénédictine.14 : limites communales, 15 : limite de l’archiprêtré du Bas-Razès (diocèse de Narbonne).16 : territoires communaux ayant pour chef-lieu un village écclésial actuel ou disparu, 17 : territoires communaux ayant pour chef-lieu un village ecclésio-castral
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 2 : Alaigne, d’après le plan cadastral du XIXe siècle. Hypothèse de développement en deux phases (Dessin : D. Baudreu).a : 1ère phase, XIIe siècle. 1 : site du château disparu, 2 : village primitif, 3 : fossé hypothétique.b : 2ème phase, XIIIe siècle. 1 : extension du village, 2 : fossé, 3 : église et maison presbytérale, 4 : Porte de Pépy (XIVe-XVe siècles), 5 : Porte d’Arres (XIVe s.), 6 : limite de la zone sub-castrale primitivement vouée aux cultures intensives
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 3 : Comparaison morphologique entre la motte castrale de Couge et le village castral de Mazerolles-du-Razès, d’après les plans cadastraux du XIXe siècle (Dessin : D. Baudreu).a : Couge, 1 : motte occupée par une ferme au XIXe s., 2 : fossé comblé d’après une photo aérienne verticale de l’IGN, 3 : limite d’une zone sub-castrale ? (complétée par des photos aériennes verticale et oblique).b : Mazerolles, 1 : emprise supposée du château disparu, 2 : emprise supposée du fossé, 3 : limite du village, ancienne enceinte, 4 : fossé collectif lié à l’enceinte, 5 : limite de la zone sub-castrale primitivement vouée aux cultures intensives
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle (Dessin : D. Baudreu).1 : Saint-Couat-du-Razès, 2 : Villarzel-du-Razès, 3 : La Digne d’Aval, 4 : Pech-Salamou, (c. de Donazac), 5 : Vendémies, (c. de Limoux), 6 : Hounoux, 7 : Loupia, 8 : La Digne d’Amont
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 5 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par des photos aériennes verticales IGN pour 10, 11, 12 et par des plans du XVIIIe siècle pour 13, 14 (Dessin : D. Baudreu).9 : Malviès, 10 : Saint-Andrieu, (c. de Fenouillet-du-Razès), 11 : Cassagnau, (c. de Pauligne), 12 : Saint-Martin-de-Villeréglan, 13 : Luguel (c. de Limoux), 14 : Castelreng
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 6 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par une photo aérienne verticale IGN pour 16 et par un plan du XVIIIe siècle pour 18 (Dessin : D. Baudreu).15 : Cournanel, 16 : Salles, (c. de Limoux), 17 : Gaja, 18 : Le Mazet, (c. de La Courtète), 19 : Tourreilles, 20 : Villelongue
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 7 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par des plans du XVIIIe siècle pour 21, 22, 27 et par une photo aérienne verticale IGN pour 25 (Dessin : D. Baudreu).21 : Cépie, (ancien cimetière et site de l’église paroissiale primitive), 22 : Pieusse, 23 : Saint-Just, (c. d’Escueillens-et-St-Just-de-Bélengard), 24 : La Bezole, 25 : Saint-Etienne-de-Tonneins (c. de Lasserre-de Prouille), a : segments de fossé, b : morphologie du site primitif, hypothèse de restitution, 26 : Magrie, 27 : Brézilhac
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 8 : Villages ecclésiaux du Bas-Razès d’après les plans cadastraux du XIXe siècle, complétés par des plans du XVIIIe siècle pour 28, 29, 31 (Dessin : D. Baudreu).28 : Fenouillet-du-Razès, 29 : Gramazie, 30 : Lauraguel, 31 : Cépie
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9 : La Digne-d’Amont, église Sainte-Colombe, exhaussement du chevet roman faisant office de clocher fortifié (Photo : D. Baudreu)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 10 : Gramazie et Pech-Salamou, deux petits territoires de villages ecclésiaux enclavés parmi des territoires majoritairement castraux et de plus grandes superficies (Dessin : D. Baudreu).1 : village castral, 2 : village castral déclassé, 3 : château disparu, 4 : village ecclésial, 5 : village ecclésial déclassé, 6 : Localisation hypothétique des deux églises citées au Xe s. avec l’église de Gramazie, S. Vincentium (c. de Ferran ?) et S. Luciano (c. de Belvèze 7 : limite communale
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3758/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search