Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire religieux gréco-romain

 | 
Joël Thomas

Chapitre V. Dérives judéo-chrétiennes

De la roue à la croix

Lucienne Deschamps

Texte intégral

1À partir d'un récit assez banal, de diffusion régionale et destiné à la piété populaire, nous allons tenter de montrer comment les religions qui se succèdent en un lieu opèrent d'une double manière, récupérant d'une part les images liées au culte précédent, tentant d'autre part de les dépasser par de nouveaux symboles. Chemin faisant on verra que ce texte, bien que tardif, éclaire l'imaginaire religieux des Romains.

  • 1 Marquise de Maillé, Vincent d'Agen et Saint Vincent de Saragosse. Etude de la "Passio S.Vincentii (...)
  • 2 Chanoine Angély, "Mélanges d'hagiographie agenaise. Etude critique sur la Passio Sancti Vincentii (...)

2Prenons l'une de ces innombrables productions hagiographiques qui ont fleuri dans l'Europe chrétienne, la Passion de Saint Vincent d'Agen. Pour notre propos peu importe qu'on doute de l'existence de ce bienheureux, qu'il soit ou non le dédoublement de Saint Vincent de Saragosse1 ou que l'attribution géographique de ce martyr ait été controversée2. Ce qui nous retiendra, c'est le relevé des détails imagés que contiennent ces pages.

3Nous étudierons ici le texte de la première version de cette Vita. C'est celui que B. de Gaiffier a essayé de reconstituer en prenant comme base un manuscrit qui se trouve à la bibliothèque de l'Ecole de Médecine de Montpellier (H55) et en s'aidant du manuscrit 53 de la bibliothèque de la ville de Namur et du manuscrit latin 5306 de la Bibliothèque Nationale de Paris. Notre éditeur considère en effet que c'est la rédaction primitive. Il a publié ce texte dans les Analecta Bollandiana, 70,1952, p. 174-181.

4On trouve ailleurs des allusions à la Passion de ce saint ou d'autres versions de cette vie que B. de Gaiffier a recensées (op.cit., p.161-162) : deux poèmes de Fortunat (I, 7 et 9), deux références de Grégoire de Tours (Historia Francorum, VII, 35 et Liber in Gloria Martyrum, 104), quatre Passions mentionnées par la Bibliotheca Hagiographica Latina - BHL 8621, 8622, 8623 et 8624) et une allusion du martyrologe hiéronymien à la date du 9 juin.

5Les versions diffèrent. Je résume très brièvement la narration que B. de Gaiffier considère comme primitive. Dans un endroit du territoire agenais, chaque année, le cinquième jour avant les ides de juin a lieu une cérémonie traditionnelle. Devant un temple païen élevé sur une hauteur on voit une roue entourée de flammes sortir du sanctuaire, dévaler la colline, plonger dans le fleuve qui coule en bas, en resurgir et remonter toujours en vomissant des flammes. Le chrétien Vincent assiste à ce prodige. Il fait le signe de la croix et, du coup, la vision disparaît. Le gouverneur de la cité, furieux, fait arrêter et interroger le perturbateur qui se contente de répéter qu'il est le serviteur du Christ. Les supplices ne modifient pas sa réponse. Il est finalement décapité. Son corps est enterré par des coreligionnaires et reste enfoui pendant assez longtemps jusqu'au jour où un chrétien est visité par un songe lui révélant le nom du martyr et le lieu de son tombeau. Le rêve indique aussi que le mort désire que son cadavre soit déterré et reçoive une sépulture plus brillante dans un autre lieu à quelque distance de là. Les ordres sont exécutés, et on découvre que la dépouille mortelle n'a subi aucune dégradation. Par la suite, un Goth, prêtre arien, s'en prend à la tombe et à la basilique du saint. La vengeance divine le punit en le chassant ; elle lui inflige d'abord l'exil, en Espagne, en Italie et de nouveau en Espagne, puis la mort par noyade.

  • 3 Symbole du mouvement du soleil.
  • 4 Voir J. Champeaux, Fortuna. Recherches sur le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain, (...)
  • 5 J. Champeaux, "Summanus au solstice d'été", dans Hommage à H. Le Bonniec. Res Sacrae, Bruxelles, 1 (...)
  • 6 J. Champeaux, 1988, p.89.

6L'auteur de la Passion ne nomme pas le dieu païen offensé par Vincent. Toutefois le prodige qu'on lui prête et la date à laquelle il se produit permettent de l'identifier. L'écrivain latin indique dans l'incipit que le martyre a eu lieu V idus iunii, c'est-à-dire le 9 juin ; c'est le jour même où a éclaté l'esclandre. Quant à la roue entourée de flammes, l'hagiographe précise bien qu'il ne s'agit que d'une vision due au dieu qui habite le temple et qui n'est autre que le diable qui se fait passer pour une divinité (fin § 1 : hoc ergo illudens fantasmate fallacissimus ille diabolus (...) persuasit miseris ut eum crederent esse quod non erat). Mais elle n'est pas sans rappeler les roues garnies de paille auxquelles on mettait le feu et qu'on faisait rouler du haut des collines3 pour le solstice d'été ou la Saint Jean, au Moyen Âge4. Certes le V idus iunii n'est pas la date précise de cet arrêt estival du soleil. Mais J. Champeaux5 a démontré que la célébration du solstice chez les Romains ne se limitait pas à une seule journée et qu'elle était, au contraire, étalée sur une période. C'est ainsi que l'universitaire rennaise se demande à propos du natalis de Semo Sancus Dius Fidius sur le Quirinal, célébré le 5 juin, jour des nones6 : « Faut-il déjà le mettre en relation avec le passage solaire de la fin du mois et y voir, comme dans les Matralia du 11, un prélude, un premier prélude, à la célébration du solstice, elle-même dédoublée en deux fêtes, celles de Summanus et de Fors Fortuna ? ».

  • 7 J. Champeaux, 1988, p.96.
  • 8 J. Champeaux, 1988, p.96.

7À cette ‘crise solsticiale’, comme l'appelle J. Champeaux7, étaient liés plusieurs objets en forme de cercle : les gâteaux à l'imitation d'une roue (summanalia) confectionnés le 20 juin, fête de Summanus, le fait que le temple de ce dieu se trouve près du temple de Sol, au Grand Cirque « dont le symbolisme solaire affirmé sous l'empire a des chances d'être ancien »8.

8Le cinquième jour avant les ides de juin était en outre à Rome la solennité des Vestalia, en l'honneur de Vesta, autre déesse du feu, dont le temple est rond - quelle qu'en soit la raison -. En cette journée, les boulangers couronnaient de guirlandes les meules, dont la forme est plutôt ronde et la fonction de tourner.

  • 9 L'orthographe suivie par B. de Gaiffier est celle du manuscrit de Montpellier. Elle se ressent des (...)
  • 10 Cette Vita a été rédigée avant la fin du VIe siècle (voir B. de Gaiffier, art. cit., p. 167. Selon (...)
  • 11 Voir Keune, art. Rota n° 8, dans Real - Enc., I A, col. 1296.
  • 12 J. Bayet, Histoire politique et psychologique de la religion romaine, Paris 1957, p.226.
  • 13 J. Bayet, 1957, p.227.
  • 14 Voir aussi J. Bayet, 1957, p. 251 s.

9Mais n'oublions pas que nous sommes in Ageninsis urbis terretorio9 et qu'un rapide calcul permet de supposer que Vincent mourut vers 30010. On ne peut donc éliminer l'influence du ‘dieu gaulois à la roue’. Le syncrétisme ayant joué, on trouve parfois à côté des figurations de ce dieu - qui doit être Taranis - la mention ‘Jupiter’11. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une divinité souveraine, maîtresse du monde et des éléments dont le moteur est la roue. C'est pourquoi, sur les représentations, elle porte parfois la spirale, symbole de l'éclair. De toute manière, J. Bayet12 montre bien qu'à la fin du troisième siècle et durant le quatrième siècle se développe la notion « d'un dieu céleste, unique, tout-puissant, visible, que sous des noms divers honorait de façon particulière tout l'orient ». C'est ainsi que « au troisième siècle apparurent rapides et universels les progrès de la double idéologie, astrale et solaire ». Furent assimilés au Soleil, Zeus, Mithra, Ammon, Osiris, Sérapis, Attis, Adonis, etc. « Il en devait résulter à la fin le sentiment d'une divinité suprême qui voit et ordonne tout »13. Et le savant français de rappeler le discours de Julien sur Hélios - Roi au milieu du quatrième siècle14.

  • 15 Voir A. Lunelli, "Solis rota. Ennio, ann 558 V2 e la tradizione di una metafora", dans Scritti in (...)

10Il n'y a pas que dans les religions celtique et romaine que la roue symbolise le soleil ; c'est un phénomène très répandu chez de nombreux peuples, et la métaphore de la roue évoque cet astre dans maint auteur15.

11Or que constatons-nous dans la Passion que nous examinons ? Que le martyr n'est jamais en toutes lettres comparé au soleil. Mais une série de détails donnés sur lui, une série de termes employés à son sujet sont liées au soleil dans l'imaginaire populaire, comme si, subrepticement, par ce subterfuge, la religion chrétienne voulait récupérer à son profit les valences du lieu dans le culte païen qu'elle cherche à supplanter. L'action du futur saint qui, d'un signe de croix, a fait disparaître la vision est comparée à celle des flammes. Le narrateur ne s'interdit pas une certaine ironie dans sa formulation : (§ 3) preses (= praeses) (...) dei sui incendis signaculo veri nominis (= numinis) ingemuit concremata, « le gouverneur gémit de voir qu'un petit signe de la véritable divinité avait réduit en cendres les incendies de son dieu », dirons-nous pour utiliser une métaphore courante chez nous ; le texte latin use de concremare, ‘brûler entièrement’. D'autres détails vont dans le même sens, contribuant à créer tout un réseau de suggestions pour l'imagination. Parmi les tortures qui sont infligées au malheureux, il en est une assez singulière : (§ 4) in defossis in terra tripertitis sodibus (= sudibus) sanctum Dei famulum iubet extendi, le gouverneur de la ville ordonne qu'on étende le saint serviteur de Dieu sur des pieux fichés en terre et ‘divisés en trois’. Quelle signification précise attribuer à ce tripertitis ? On peut supposer que l'extrémité des piquets a été taillée de manière à former trois pointes. C'est un moyen de rendre les piquants plus nombreux et plus fins, donc plus aigus. En même temps cette caractéristique n'est pas sans évoquer la foudre pour laquelle Ovide, M 2, 848, emploie l'expression trisulcis ignibus. Or la foudre est l'un des attributs de ce dieu syncrétique que nous avons vu, attribut transposé en quelque sorte à Vincent.

12La passion dure un certain temps, faite de supplices variés. Puis, devant la constance du héros, on décide de le mettre à mort (§ 4) : duci iubet (sc. praeses) beatum sanctum uirum non toto fere stadio precipitare (= praecipitare) delubro ; on peut comprendre que le gouverneur ordonne de conduire le martyr à un peu moins d'un stade pour le précipiter du temple même d'où sortait la roue, afin que, comme elle, il tombe au bas de la pente dans le fleuve. D'ailleurs le lecteur, ou l'auditeur, se souviendra que praeceps a été employé à ce propos : (§ 1) rota erat solita flammis circumsepta (= circumsaepta) (...) a summo collis vertice in profluentis fluminis gurgitem in preceps (= praeceps) deorsum devoluta percurrere. Il ne faut pas oublier en outre que praecipitare s'emploie souvent en latin dans la langue de l'astronomie ; Cicéron, par exemple, désigne par sol praecipitans (de Or. 3, 209) le soleil qui baisse le soir.

  • 16 Le fait qu'on lise dans Guillaume Apollinaire (Zone) "Soleil cou coupé" est-il une preuve que tell (...)

13Finalement ce projet ne se réalise pas, et le pauvre homme a la tête coupée. Ce cou tranché sanglant n'est pas sans faire penser au rond rouge de l'astre se couchant16.

14Si la mort peut être comparée à la disparition du soleil en fin de journée, comme lui durant la nuit, le cadavre du martyr reste en terre, donc invisible, pendant un certain temps, jusqu'à ce que le corps réapparaisse intact, comme le flambeau du jour au matin : (§ 5) corpus inlesum (= inlaesum) post tanta supplicia tantique temporis intervalla nullo tabo luridum, nullis compagibus dissolutum, nullis vermium morsibus exaratum. Sa présence, de même que celle de notre luminaire, permet la vie de la nature. C'est ce qu'indique le § 1, dans lequel est comparé l'état du lieu au moment où se dressait le temple du dieu païen et celui qu'il présente depuis qu'y a été construite une basilique en l'honneur du saint : Huius namque predii (= praedii) cespis (= caespes) nudus tunc incultusque et nec ipsis agricolis utilis, nunc cruore martyris sublimatus, basilice (= basilicaé) etiam constructione conspicuus et iam annis singulis convenientium ibidem populorum castris quasi quadam florum amoenitate variatus, mira in venerationem martyris pulchritudine decoratur.

15Il y a plus. Selon l'usage de l'Eglise, la date de la fête de ce saint est celle de sa mort, c'est-à-dire celle du prodige annuel de la roue. Or, dans son nom, Vincentius, le commun des mortels reconnaîtra un dérivé de vincens, le participe présent de vincere, ‘vaincre’. Cette appellation, Vincentius, est répétée à plusieurs reprises, et même proclamée par le martyr en personne comme un titre de gloire : (§ 3) servum se Christi et Vincentium nomine profitetur. N'oublions pas que ce Vincent mourut vers l'an 300. Or dès 274, l'empereur Aurélien établissait de façon grandiose dans l'empire romain le culte de Sol Invictus, dont la fête fut fixée au 25 décembre, c'est-à-dire à l'autre solstice, celui d'hiver.

  • 17 J. Thomas, "L'espace du héros", dans Eranos, vol. 56,1987, p.154.
  • 18 Max Bonnet, Le latin de Grégoire de Tours, Paris 1890, p. 62.

16Pourtant, on peut le remarquer, dans ce texte il n'y a rien de circulaire qui soit lié au saint, aussi curieux que cela puisse paraître puisque ce que dit à son propos le narrateur fait penser au soleil. C'est qu'on a peut-être senti confusément ce que J. Thomas17 explique très bien - mais comment cette élucidation eût-elle été possible à l'époque ? - : « Le cercle est le lieu d'accomplissement inexorable du destin qui limite et enferme ». Aussi les traits qui sont retenus ici comme caractéristiques du soleil sont plutôt en rapport avec l'élévation, et le mouvement de l'esprit du martyr après la décollation évoque celui de l'astre dans le ciel : (§ 4) Dei servi spiritus post triumphum alta caeli conscendit ad premium (= praemium). Le temple du dieu païen se dressait au sommet d'une colline (§ 1 : summo collis vertice). C'est près de ce temple qu'a lieu la mise à mort, c'est là que sera construit le premier sanctuaire en l'honneur du saint (§ 1). Donc, plus que sur l'image du cercle, il y a insistance sur l'image de la verticalité orientée vers le haut. Car ce qui est orienté vers le bas est lié au trépas : l'Averne, où la vengeance divine exile un temps le Goth est dans la mythologie antique l'une des entrées des Inferi, et ce lieu est qualifié de morbidus au § 6. ; ce Goth meurt par noyade, c'est-à-dire s'enfonce dans un fleuve ; on envisage d'abord de tuer Vincent en le jetant au bas de la colline. Mais finalement, la roue prodigieuse aura bien été la préfiguration du héros (bien qu'il soit exécuté différemment), car si elle descend et plonge dans le cours d'eau - ce qui est une image du décès -, elle en ressort et remonte ensuite, toujours enflammée, donc éclatante. Ainsi, comme nous le disions, c'est à la verticalité orientée vers le haut qu'est associé Vincent. L'auteur nous indique que l'endroit du supplice est nunc cruore martyris sublimatus, ‘haut, élevé’. En outre, on se rappelle que, mort déjà depuis plus d'un siècle, le saint, apparu à un chrétien, demanda que son corps fût exhumé et reçût une autre sépulture dans un lieu qu'il indiquait, Pompejac. L'écrivain emploie au sujet de ce second tombeau deux termes de la même famille : (§ 5) Pompeiaco, in complacito sibi sole, venerabiliter, uti premonuerat (= praemonuerat), tumulantur (sc. membra), et un peu plus bas : (§ 5) promptus adesse dignatur, ut aliquid incolis beneficii tribueret presentia (= praesentia) tumoli (= tumuli). Or tumulus désigne une élévation. Qu'on n'argue pas du fait que notre auteur est tardif pour prétendre qu'il ignore le sens exact des mots. Max Bonnet18 a balayé d'avance cette objection : « telle de ces Vies, celle de Saint Vincent, par exemple, (...) est écrite avec une certaine élégance dans l'expression, avec une parfaite correction du moins, comme écrivaient au seizième siècle nos meilleurs latinistes, mais en même temps avec une simplicité, une sobriété, qu'on rencontre rarement dans l'Antiquité depuis le deuxième siècle ». En outre, le miracle accompli par le futur saint, sa passion et sa mort se déroulent au temps du solstice d'été et lui sont liés, c'est-à-dire au moment où le soleil est au plus haut dans le ciel, ce qui renforce encore la dominante axiale et verticale du récit.

  • 19 Voir L. Deschamps, compte rendu du livre de M. Malamud, A Poetic of " Transformation". Prudentius (...)

17Mais il n'y a pas que ce mouvement vertical. Inconsciemment, l'auteur de cette Vita a introduit quelques autres constellations d'images, et très fugacement, mais à plusieurs reprises, Vincent conjugue verticalité et horizontalité, l'horizontalité pouvant représenter le quotidien terrestre, la verticalité, l'essor vers Dieu. L'horizontalité, quand elle apparaît seule, par exemple dans les errances à la surface de la terre du prêtre arien qui fuit l'Agenais en Espagne, puis en Italie, puis revient en Espagne, a des liens avec l'erreur, avec la perte de vue du bien véritable (le sacrilège a profané le sanctuaire poussé par la superbia et l'amour des richesses, § 6, étant comme toute sa race uniquement préoccupé de biens matériels). Au contraire, du côté de Vincent, ce rapprochement de l'horizontal et du vertical apparaît en filigrane dans l'un des supplices qui vont faire de l'homme un héros du Christ, un martyr. Nous avons déjà parlé de cette torture au moyen de pieux enfoncés en terre, et par conséquent verticaux, sur lesquels le malheureux est étendu, donc horizontal. Mais le meilleur exemple de tissage en rapport avec le saint est le signe de la croix. Il le fait plusieurs fois, d'abord pour obtenir la disparition de la roue enflammée (§ 2, elevata sursum dextera signum crucis obposuit), puis après les tortures, avant la mise à mort (§ 4, signons se signo crucis). Certes, on me rétorquera que ce signe était attendu de la part d'un chrétien : c'est le souvenir de la croix du Seigneur qui sauve le monde, selon sa doctrine. Il n'empêche que cette croix a hérité des valences du symbole de la croix qu'on trouve dans toutes les civilisations : la partie horizontale représente l'état humain, la ligne verticale, ce qui transcende cet état, le surnaturel19.

18Ainsi l'auteur anonyme de cette première version de la Passion de Saint Vincent d'Agen a retrouvé consciemment et inconsciemment le sens des symboles dans l'imaginaire de ses concitoyens, dans l'imaginaire de toujours. Il a compris que certains traits étaient liés à un lieu et qu'il était expédient de les transposer pour en bénéficier. Il a su utiliser également les images à valeur universelle. Son but était le triomphe du christianisme. Pour cette religion, il importait ‘d'occuper le terrain’, de ‘frapper vite et fort’.

19Il est intéressant de noter qu'une telle accumulation d'images solaires ne se retrouve pas dans les autres textes concernant la passion de ce martyr.

  • 20 J. Thomas, "Epopée et Roman. Contribution à une typologie des structures épiques", dans Em Torno d (...)
  • 21 J. Thomas, 1989, p.102.
  • 22 J. Thomas, 1989, p. 103.
  • 23 J. Thomas, 1989, p. 103.
  • 24 On a là une preuve de la culture de l'auteur. Ce fetidus rappelle les vers de Virgile, Aen., 6, 23 (...)

20Ces remarques nous conduiront en conclusion à quelques réflexions sur le genre littéraire auquel rattacher cette version primitive de la Vie de Saint Vincent d'Agen. Il semble que ce type de narration puisse ressortir à ce que J. Thomas appelle le ‘récit commémoratif’20, la‘forme la plus simple et la plus fruste de l'épopée’. La situation est manichéenne : Vincent incarne le bien, face au praeses romain païen, puis au Goth arien, qui sont le mal. Le héros ne doute pas ‘du sens qu'il a à donner à sa vie’21. « La situation est psychologiquement fort simple : à n'importe quel prix les forces de Lumière doivent affirmer, une fois de plus, leur triomphe sur celles du Mal et des Ténèbres »22. Et l'universitaire perpignanais ajoute une phrase qui aurait pu être écrite pour notre texte : « cette marche en avant du héros est d'ailleurs tellement brutale qu'elle est assimilable à une sorte de combustion »23 - on se souvient que l'auteur latin emploie concremare pour désigner l'action du futur saint -.Nous avons là une histoire avec des images ‘diurnes’, sans élément féminin, où n'entre en jeu que ce qu'on pourrait interpréter comme des symboles de virilité, du moins dans ce qui est lié au héros, car l'eau, peut-être féminine, est ici du côté du mal : le Goth, prêtre arien, est exilé super avernum, fetidum lacum24 (§ 6), et l'écrivain de renchérir : in locum sibi dignum ; il meurt noyé alors qu'il tente de traverser un fleuve sur une petite barque (absorbentibus undis, demersus est, § 6).

  • 25 Toutes ces citations proviennent de J. Thomas, 1989, p.102.

21Le type du récit commémoratif qu'a reconnu J. Thomas est le produit de « sociétés adolescentes qui n'ont pas le temps ni le loisir d'élaborer une forme de création artistique complexe », mais pour qui « il est vital de se développer ». « Elles se situent dans une perspective conquérante, leur rapport à l'Autre est un rapport de force ». C'est le cas du jeune christianisme. Aussi ce texte hagiographique est-il donc « avant tout commémoratif, destiné à fixer dans les mémoires une image sommaire mais efficace des principes et des valeurs qui sous-tendent cette société », comme l'écrit le critique au sujet du récit commémoratif25.

22Notre collègue a bien montré que le risque pour la société mise en scène dans ce genre d'histoire était celui de la sclérose. On pressent toutefois ici que ce péril sera évité, car l'auteur introduit quelques éléments, prémices de processus de changements, d'initiations. Si on est attentif aux détails, on s'aperçoit que Vincent est d'abord un anonyme perdu dans la foule. Il n'est pas par naissance un héros. Il le devient au moment où il fait le signe de la croix, le signe qui conjugue verticalité et horizontalité.25

Notes

1 Marquise de Maillé, Vincent d'Agen et Saint Vincent de Saragosse. Etude de la "Passio S.Vincentii Martyris", Melun, 1949.

2 Chanoine Angély, "Mélanges d'hagiographie agenaise. Etude critique sur la Passio Sancti Vincentii Aginnensis", 1920, p. 39ss.

3 Symbole du mouvement du soleil.

4 Voir J. Champeaux, Fortuna. Recherches sur le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain, I, Rome, 1982, p. 212, note 66.

5 J. Champeaux, "Summanus au solstice d'été", dans Hommage à H. Le Bonniec. Res Sacrae, Bruxelles, 1988, p. 96.

6 J. Champeaux, 1988, p.89.

7 J. Champeaux, 1988, p.96.

8 J. Champeaux, 1988, p.96.

9 L'orthographe suivie par B. de Gaiffier est celle du manuscrit de Montpellier. Elle se ressent des évolutions phonétiques de l'époque. L'expression que nous citons est l'aboutissement de in Aginnensis urbis territorio. Dorénavant nous indiquerons la forme classique par (=) dans le texte.

10 Cette Vita a été rédigée avant la fin du VIe siècle (voir B. de Gaiffier, art. cit., p. 167. Selon J. Clémens qui se fonde sur les expressions utilisées pour désigner l'envahisseur, "elle a dû être écrite peu de temps après le départ d'Aquitaine des Wisigoths" (J. Clémens, "Aux origines d'une communauté villageoise : la ‘Passion’ de Saint Vincent du Mas-d'Agennais", dans Les Communautés Villageoises en Europe occidentale du Moyen Age aux Temps Modernes, Flaran, 4, 1982, p. 189). La profanation de la tombe de Vincent est couramment attribuée aux troupes de Gontran (M.Rouche, l'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, Paris, 1976, p.74) en 585. Ces faits ne sont pas très éloignés du moment où le rédacteur écrit puisqu'il signale au § 6 que même la jeunesse se souvient du profanateur. Or ce sacrilège eut lieu après une période de vénération paisible qui fît suite à la découverte du corps, laquelle découverte se produisit ter dena aut amplius lustra (§ 5) après la passion, c'est-à-dire cent cinquante ans ou plus. Dans les Acta Sanctorum, éd. par J. Carnandet, Paris, 1867, juin II, p.166, le martyre est situé sous Dioclétien.

11 Voir Keune, art. Rota n° 8, dans Real - Enc., I A, col. 1296.

12 J. Bayet, Histoire politique et psychologique de la religion romaine, Paris 1957, p.226.

13 J. Bayet, 1957, p.227.

14 Voir aussi J. Bayet, 1957, p. 251 s.

15 Voir A. Lunelli, "Solis rota. Ennio, ann 558 V2 e la tradizione di una metafora", dans Scritti in on. di C. Diano, Bologne, 1975, p.201-216. Voir aussi J. Chevalier - A. Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles, Paris, 1969, art. "roue".

16 Le fait qu'on lise dans Guillaume Apollinaire (Zone) "Soleil cou coupé" est-il une preuve que telle est l'interprétation dans l'imaginaire collectif ?

17 J. Thomas, "L'espace du héros", dans Eranos, vol. 56,1987, p.154.

18 Max Bonnet, Le latin de Grégoire de Tours, Paris 1890, p. 62.

19 Voir L. Deschamps, compte rendu du livre de M. Malamud, A Poetic of " Transformation". Prudentius and Classical Mythology, Ithaca & London, 1989, dans Rev. Et. Anc., XCIII, 1991, p.178. Voir aussi J. Chevalier -A. Gheerbrant, 1969, art. "croix".

20 J. Thomas, "Epopée et Roman. Contribution à une typologie des structures épiques", dans Em Torno da Idade Média, Lisbonne, 1989, p. 95-117.

21 J. Thomas, 1989, p.102.

22 J. Thomas, 1989, p. 103.

23 J. Thomas, 1989, p. 103.

24 On a là une preuve de la culture de l'auteur. Ce fetidus rappelle les vers de Virgile, Aen., 6, 237 ss. et l'étymologie que les grammairiens anciens donnaient à Avernus, aornos, "sans oiseau", car les exhalaisons fétides qui émanaient de ce lac, entrée des enfers, tuaient selon la légende les oiseaux qui le survolaient.

25 Toutes ces citations proviennent de J. Thomas, 1989, p.102.

© Presses universitaires de Perpignan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540