Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire religieux gréco-romain

 | 
Joël Thomas

Chapitre III. Essors - Les poètes et l'imaginaire religieux

Les héroïnes mythologiques dans l'imaginaire de Properce

Simone Viarre

Texte intégral

  • 1 Voir J. P. Boucher, Etudes sur Properce. Problèmes d'inspiration et d'art, Paris, 1965, chapitre V (...)
  • 2 Voir J. P. Boucher, op. cit., 273 et suiv. ; J. F. Berthet, Properce et Homère, dans L'élégie roma (...)
  • 3 Voir J. P. Sullivan, Propertius, a Critical Introduction, Cambridge University Press, 1976, 130-13 (...)

1Lorsque nous comparons les trois recueils d'élégies augustéens qui nous sont parvenus, ceux de Tibulle, Properce et Ovide, il semble que ce soit Properce qui fasse la plus grande place à la mythologie1 et à ses secrets parfois obscurs. Or, si nous mettons à part les ‘résumés’ d'Homère2, les élégies de Properce ne contiennent qu'un tout petit nombre de récits mythologiques au sens propre du mot3 : I, 20 raconte la mort d'Hylas ; II, 12 fait le portrait physique et surtout psychologique de Cupidon ; IV, 9 décrit le combat d'Hercule contre Cacus. Quant à l'histoire d'Antiope, malmenée par Dircé avant de triompher glorieusement de son ennemie, elle porte en III, 15 un conseil donné à Cynthie : le poète lui demande de ne pas tourmenter Lycinne qui a eu un instant ses faveurs. C'est dire que les vers 11 à 42 de l'élégie III, 15 qui constituent la plus longue référence à une héroïne mythologique dans l'ensemble des quatre livres de Properce n'ont pas une existence autonome : ils collent à une réalité subjective essentielle - Cynthie ne doit pas ressembler à la méchante et jalouse Dircé. Ailleurs, nous le verrons, les allusions aux héroïnes mythologiques, quoique nombreuses, sont brèves. Elles doivent leur importance à ce que, loin de se présenter comme de froids exemples, elles sont choisies en fonction du rêve amoureux du poète et dépendent beaucoup moins de sa rhétorique que de son imaginaire. Y a-t-il des cas privilégiés, tels des fantasmes préférés ? Les catalogues d'héroïnes témoignent-ils du fourmillement d'un monde intérieur ? Comment l'amant de Cynthie se définit-il par rapport aux héroïnes et aux couples qu'elles forment avec les héros que la tradition leur associe ? Autant de questions qu'on ne saurait résoudre que par l'alliance d'un regard précis sur le texte et d'une réflexion sur la psychologie de celui qui parle à la première personne dans presque toutes les élégies.

  • 4 Sur le caractère fictif des personnages de Délie, Cynthie, Corinne, etc., voir P. Veyne, L'élégie (...)
  • 5 J. P.Boucher, op. cit. 249, relève 7 occurrences de celle-ci. Voir aussi O. Carbonero, La figura d (...)
  • 6 Les allusions mythologiques sont les plus nombreuses dans le livre II. Voir C. Bollo Testa, Funzio (...)

2Les choix de Properce découlent principalement de ce qu'il cherche à exprimer de sa relation à Cynthie. La question de l'épaisseur humaine tout à fait discutable du personnage4 n'entre pas en ligne de compte. Il y a dans le recueil de Properce deux images obsédantes avec leur répondant. L'ensemble représente beaucoup plus un fantasme poétique - une vision d'amour élégiaque dans ses rapports avec l'épopée - que la mise en œuvre systématique de comparaisons ou de métaphores rationnellement construites. Les personnages directement concernés sont Hélène et Pénélope, avec accessoirement Pâris et Ulysse. La première occurrence d'Hélène5 apparaît en II, l.6 Cette pièce liminaire du livre II définit la source d'inspiration du poète - ingenium nobis ipsa puella facit (v.4) - et, en introduisant l'idée de l'infidélité féminine, prête à Cynthie un jugement moral, tenant lieu de jugement littéraire, sur l'Iliade (v. 49-50) :

Si memini, solet illa leuis culpare puella
et totam ex Helena non probat Iliada.

3Car Cynthie est cultivée : elle avait déjà les faveurs de Phœbus et de Calliope en I,2 (v. 25 et suiv.) ; et elle est encore présentée comme une poétesse en II, 3 (v. 19-20), rivalisant avec Corinne.

4Mais c'est sur un autre plan que l'évocation fantasmatique d'Hélène sert à préciser les contours du personnage de Cynthie. Toutes deux ont pour titre de gloire la beauté ; et à ce sujet, Properce joue la grandiloquence enflammée en allant jusqu'à un rêve d'embrasement troyen en l'honneur de sa belle. Celle-ci, qui mérite d'être divinisée et de partager la couche de Jupiter (II, 3, 29-31), répète la beauté d'Hélène (v. 32-34) :

  • 7 Sur II, 3, voir W Schoene, De Propertii ratione fabulas adhibendi, diss., Leipzig, 1911, 42. P. Bo (...)

post Helenam haec terris forma secunda redit.
Hac ego nunc mirer si flagret nostra iuuentus ?
pulchrius hac fuerat, Troia, perire tibi.7

5Qu'importe si, ailleurs, sur le même sujet, Properce parle d'une sorte de fureur jalouse qui perdit Troie (II, 6, 15-16) ? C'est que la poésie antique est faite de variations et que l'amour comporte des facettes.

  • 8 Properce emploie plusieurs fois le mot exemplum. Voir J. P. Boucher, op. cit., 242.
  • 9 Voir W. Schoene, op. cit., 50. P.Fedeli, op. cit., accepte la correction tempora.
  • 10 J. P.Boucher, op. cit., suggère l'influence des arts figurés.

6La beauté est encore chantée en II, 15, dans l'éclat-limite de sa nudité. Le poète décrit alors une nuit d'amour triomphale et propose deux exempla8 mythologiques : la nudité de Diane dans les bras d'Endymion et surtout celle d'Hélène sortant du lit de Ménélas pour enflammer Pâris ou plutôt pour le faire périr d'amour (periisse). Il est à noter que ces vers 13-14 ne semblent correspondre à aucune autre donnée littéraire9 et ont toute chance d'exprimer directement, ou indirectement10 l'imaginaire de Properce.

7L'amour est lié à la beauté ; il entre par les yeux ; et n'est nullement répréhensible. C'est au nom d'une telle conception que le poète balaie d'un distique dix ans de guerre de Troie avec ses morts et ses crimes pour souligner l'inaltérabilité d'Hélène, en II, 32 (31-32) :

Tyndaris externo patriam mutauit amore
et sine decreto uiua reducta domum est.

8L'allusion à Hélène de II, 34, 88, dans un catalogue de poètes érotiques, ressortit à la rivalité entre l'élégie et l'épopée : Properce affirme que Lesbie, l'héroïne du voluptueux Catulle, est plus connue qu'Hélène. De même, dans l'élégie III, 8, Hélène est à la fois le symbole de l'activité amoureuse dans son exclusivité et celui de l'érotisme élégiaque comportant le refus de la guerre. Elle est traitée comme un objet que Pâris trouve davantage de plaisir à posséder au milieu des fureurs des combats (v.31-32) :

dum uincunt Danai, dum restat barbarus Hector,
ille Helenae in gremio maxima bella gerit.

9Il convient d'ajouter que ce symbole sexuel participe de la pureté divine. Dans l'élégie III, 14 (v. 17 et suiv.), Properce fait l'éloge de la palestre Spartiate ; Hélène figure alors la nudité sportive dans toute son innocence ; elle ne rougit pas devant Castor et Pollux, les dieux ses frères.

10Properce a donc réuni dans ce bouquet de références les seuls aspects d'Hélène qui hantent son imagination et aboutissent à une sorte de définition subjective et incomplète grâce à laquelle c'est Cynthie qui devient l'image de l'amante et de l'érotisme élégiaque.

11Dans ces conditions, il est tout naturel qu'apparaisse aussi l'amant d'Hélène, Pâris. Celui-ci est d'abord le héros du célèbre jugement qui porte son nom. Il détient la vérité sur la beauté et sert de support à la surenchère lorsque le poète veut exprimer que la beauté de Cynthie est égale à celle des déesses (H, 3,13-14) :

Cedite iam, diuae, quaspastor uiderat olim
Idaeis tunicas ponere uerticibus.

  • 11 H. E. Butler et E. A. Barber, The Elegies of Propertius edited with an Introduction and Commentary (...)
  • 12 R. Hanslik, Propertius, Teubner, Leipzig, 1979.
  • 13 P. Fedeli, Propertius, Teubner, Leipzig, 1984.

12On peut se demander si en II, 32, 35 et suiv., il s'agit bien de ses amours avec la nymphe Oenone : H.E.Butler et EA.Barber11 discutent la leçon de O, Parim ; R.Hanslik12 se contente d'une double crux ; et P.Fedeli13 admet la correction en Phrygium qui transforme le passage en une allusion aux amours de Vénus et d'Anchise.

  • 14 Voir plus loin, 9-10.

13II, 34, 7 comporte une remarque moralisatrice (accusation d'adultère) qui ne rejaillit pas sur l'image d'Hélène. Ailleurs (III, 1, 29), le poète cite Pâris avec d'autres héros troyens dans une élégie programmatique dont la seconde partie est destinée à montrer que ces héros doivent leur gloire à Homère c'est-à-dire à l'épopée. Mais il convient de remarquer que l'amant de Cynthie, qui s'approprie Hélène en lui comparant celle-ci, n'entretient pas lui-même de rapport à Pâris comme à d'autres héros mythologiques14.

14Pour mettre encore davantage en valeur l'unicité du personnage d'Hélène dans l'œuvre de Properce, on peut essayer d'interroger les autres élégiaques. Tibulle et les auteurs du Corpus Tibullianum ne la mentionnent pas. Chez Ovide, il convient de laisser de côté les Héroïdes XVI et XVII à cause de leur originalité romanesque, la lettre d'Oenone à Pâris (V) et la plupart des allusions à ce dernier dans les Remèdes parce qu'elles soutiennent des raisonnements parodiques. Il reste que les Amours ne nomment pas Hélène. C'est seulement dans l'Art d'aimer qu'elle apparaît. Ovide, en II, 359-372, soutient ironiquement qu'elle n'est pas coupable parce que Ménélas aurait dû éviter d'être absent (v. 365) :

Nil Helene peccat ; nihil hic committit adulter...

15et plus loin (v.371-372) :

Viderit Atrides. Helenen ego crimine soluo ;
Vsa est humani commoditate uiri.

16Hélène est là pour signifier que l'âge accroît l'expérience (v. 699) :

Scilicet Hermionem Helenae praeponere posses... ?

17Au livre III, s'adressant aux femmes, le poète évoque l'adultère, mais aussi la palinodie de Stésichore (v. 11-12) :

Probra Therapneae qui dixerat ante maritae
Mox cecinit laudes prosperiore lyra ;

18il insiste sur l'attrait irrésistible de la jeune femme pour les deux hommes qu'elle a rencontrés (v. 253-254) :

... Helene, quam non stulte, Menelae, reposcis,
Tu quoque non stulte, Troice raptor, habes ;

19et sur la sobriété nécessaire (v. 759-760). Quant à Pâris, il intervient par deux fois isolément : Amours, II, 18 fait référence à Oenone trahie au vers 23, et, au vers 37, à l'adultère chanté par Macer et qualifié de nobile crimen. Ainsi, Ovide utilise simplement tous les éléments de la légende d'Hélène, la beauté et l'adultère, à titre d'exempla, comme on s'en servait chez les déclamateurs. Le rapprochement des deux auteurs montre donc qu'il n'y a nullement de la part d'Ovide la même fascination continue que chez Properce à l'égard de la beauté d'Hélène et de son charme. Il ne s'agit pas d'un véritable locus ; et cela garantit l'authenticité et la spontanéité des réactions de Properce.

20En face d'Hélène au statut ambigu et totalement subjectif, l'autre image obsédante des élégies qui nous occupent est celle de Pénélope. Là, tout est clair : Pénélope représente la fidélité, vertu que Properce place au premier rang pour lui-même et pour sa partenaire. Cynthie infidèle pleurera en découvrant qu'il lui garde sa foi (II,17,18) :

tum flebit, cum in me senserit esse fidem.

21Et la fidélité continuera aux Enfers où il préférera Cynthie aux belles héroïnes dardaniennes (I,19,13-14). En II, 6, 23, la fidélité de Pénélope est désignée à travers la métaphore du lit d'Ulysse :

Felix Admeti coniunx et lectus Ulixis.

22En II, 9, 3-8, Pénélope, ses prétendants et sa longue attente ont droit à un résumé partiel d'épopée de trois distiques. III, 13, 10 fait encore allusion à la pudeur de la fille d'Icarios qui est qualifiée de pia au vers 34. Et il faut toute la colère du poète contre la vieille Acanthis pour qu'il imagine qu'elle eût été capable de faire céder Pénélope à Antinous (IV, 5, 7-8). La lettre de Postumus à Aelia Galla (III, 12, 23-38) constitue, en faisant dépasser la fiction par la réalité, le développement le plus cohérent : Postumus se voit tel un second Ulysse ; après les Ciconiens, Polyphème, Circé, le lotus, Scylla et Charybde, les taureaux de Lampetié, Calypso, une longue navigation, une nekuyia, une rencontre avec les Sirènes et le massacre des prétendants :

nec frustra, quia casta domi persederat uxor.
Vincit Penelopes Aelia Galla fidem.

  • 15 Voir W. Schoene, op. cit., 29-30.
  • 16 On peut comparer avec le Panégyrique de Messala, 52-78.

23Pénélope est une épouse chaste ; Aelia Galla a plus de fidélité qu'elle (v. 37-38). Malgré quelque désordre15, les grands événements de l'Odyssée sont réunis dans l'élégie16. Car Properce tient beaucoup à ses sources et s'intéresse aussi au personnage d'Ulysse (II, 26, 37 ; III, 7, 41) au point d'établir une symétrie et de se comparer lui-même au héros d'Ithaque dans la pièce II, 14 : l'Atride a moins joui de l'écroulement de Troie, Ulysse de son retour à Dulichia, Electre d'avoir retrouvé Oreste, Ariane de revoir Thésée que lui d'une nuit de volupté après d'injustes dédains.

24La comparaison ne peut s'établir qu'avec Ovide. Dans les Amours, Pénélope éprouve ses prétendants par le tir à l'arc (I, 8, 47-48) ; elle reste pure -intemerata - sans être gardée parmi ses jeunes prétendants (III, 4,23-24). En II, 18,21 et 29, le poète fait allusion à la lettre de Pénélope à Ulysse puis à la réponse de Sabinus. Dans l'Art d'aimer, il imagine qu'on peut venir à bout de Pénélope (I, 475) ; au livre II (v. 355) il dit le tourment de l'absence :

Penelopen absens sollers torquebat Ulixes ;

25au livre III, Pénélope mérite le qualificatif de pia pendant quatre lustres et fait partie des exempla de femmes fidèles avec Laodamie, Alceste et Iphias, l'épouse de Capanée. Quant à Ulysse, les enchantements de Circé n'ont pas su le retenir (Art d'aimer, II, 103 et Remèdes, 285). Sans être beau -formosus-, il est éloquent -facundus (v.123)- et séduisit Calypso en lui faisant mille récits différents de la chute de Troie.

26Ainsi, l'intérêt d'Ovide va davantage au rusé Ulysse. La fidèle Pénélope ne fait jamais l'objet d'un développement qui se suffise à lui-même et reste bien loin, ironie aidant, de constituer un modèle féminin. Properce, au contraire, crée l'image d'une Pénélope chaste et fidèle qu'il met en face de celle de Cynthie ou d'Aelia Galla, avec tout son arrière-plan homérique. Cependant, il est évident que le personnage d'Hélène revêt davantage d'épaisseur ou de variété et parle plus directement à l'imaginaire du poète. Confrontées à Cynthie, Hélène et Pénélope servent, en, dehors de la rationalité, à préciser la qualité de l'amour élégiaque. Si insensé que cela puisse paraître, la Cynthie de Properce tient à la fois d'Hélène et de Pénélope sans que le poète y voie de contradiction parce qu'il situe le personnage hors de la réalité, sur le plan du rêve ou du divin.

  • 17 Voir un exemple parodique, au sujet de la coiffure, chez Ovide en Amours I, 14. Le fantasme de la (...)

27La plupart des autres héroïnes mythologiques auxquelles Properce fait une place dans ses élégies, se trouvent réunies en mini-catalogues ou en grappes d'exempta. Le prétexte dépend quelquefois d'un locus plus ou moins accessoire. C'est ainsi que le refus traditionnel de la parure apprêtée17 justifié par le fait (I, 2, 8) que :

nudus Amor non amat artificem

  • 18 Voir W. Schoene, op. cit., 29-30.
  • 19 Voir les remarques de J. Bayet après la conférence de P. Boyancé, Entretiens sur l'Antiquité class (...)
  • 20 Si cette dernière nous fait surtout penser au livre VI des Métamorphoses d'Ovide, sa légende appar (...)

28s'embellit des exemples de Phoebe et Hilaira dont Properce semble être seul à louer la simplicité18 ainsi que de ceux de Marpessa et Hippodamie. Une scène de genre, où Properce se compare à Argus, évoque Cynthie endormie sous la forme d'Ariane, d'Andromède ou d'une Bacchante, renvoyant ainsi à des modèles picturaux19. Si Cynthie pleure en II, 20,1-8 parce que Properce est infidèle, elle verse plus de larmes que Briséis, Andromaque, Philomèle ou Niobé20. Un songe fait apparaître Cynthie sur la mer, ballottée comme Hellé sur le bélier à la toison d'or (II, 26, 5-6) ; et deux couples viennent décorer l'évocation marine : Neptune et Amymone, Borée et Orithye (v.45-52) Quand Cynthie est malade (II, 28, 16-24), c'est peut-être qu'elle s'est comparée à Vénus ou à Junon, mais la réussite succède souvent au malheur comme le prouvent des exemples tragiques ou alexandrins : Ino, Andromède ou Callisto. Et les héroïnes finissent par prendre tellement de réalité que leur absence devient une définition : dans l'éloge de l'Italie, en III, 22, Properce mentionne avec insistance que ce pays fortuné n'a pas d'Andromède victime de sa mère, pas de cruelles Bacchantes pour donner la chasse à Penthée, pas de sacrifice de substitution destiné à favoriser les vents, pas de Junon s'acharnant contre Io (v. 26-36).

  • 21 P. Fedeli, op. cit., admet l'unité de cette pièce.

29Les catalogues infernaux soulignent l'aspect morbide de l'imagination de Properce. C'est le cas en II, 2821 : aux Enfers, Cynthie rencontrera Sémélé, deviendra la première des héroïnes méoniennes (v. 29-30) :

Et tibi Maeonias inter heroidas omnis
primus erit nulla tribuente locus,

30tandis que Junon s'attendrira. Mais pour que Cynthie échappe à la mort, le poète adresse sa prière à Perséphone, puis à Pluton (v. 49-50) :

Sunt apud infernos tot milia formosarum :
pulchra sit in superis, si licet, una, locis !

  • 22 Voir J. Berthet, art. cit., 151.

31Il donne des noms dans un élégant désordre ; ce sont d'abord (v. 51) des héroïnes peu connues comme Iopé ou Tyro22, puis (v. 52) Europe et Pasiphaé unies de façon visuelle par le mythe du taureau qui représente Jupiter pour la première et le monstre issu de la mer pour la seconde. C'est alors que l'imagination de Properce, quoiqu'enfermée dans le cadre étroit d'une élégie de 31 distiques, s'exalte et prend de l'ampleur pour embrasser d'un côté le monde homérique (v.53-54) :

Et quot Troia tulit uetus et quot Achaia formas,
et Phoebi et Priami diruta regna senis

32et de l'autre le monde romain tout entier (v.55-56) :

et quaecumque erat in numero Romana puella
occidit : has omnis ignis auarus habet

33en les réunissant par le feu dévorant. Les Enfers, zone de destruction, constituent alors vraiment l'un des fantasmes de Properce, avec les ravages exercés sur la beauté en opposition.

  • 23 Au vers 64, la critique hésite à conserver la leçon pectora avec ou sans la correction de Markland

34C'est donc tout naturellement que la vision infernale réapparaîtra au livre IV dans l'élégie 7 sur la mort de Cynthie. Pour les amoureuses défuntes, Virgile décrit un champs des pleurs -lugentes campi - qui leur est réservé malgré la présence de Sychée (Enéide, VI, 440 et suiv.) comme une zone intermédiaire qu'Enée et la Sibylle rencontrent avant le carrefour des routes menant l'une au Tartare, l'autre aux Champs-Elysées. Tibulle, dans l'élégie I, 3 (v. 57 et suiv.), fait conduire les couples d'amoureux aux Champs-Elysées par Vénus en personne tandis qu'il réserve les Enfers aux damnés traditionnels (v. 67 et suiv.). Properce, dont la pensée s'articule en diptyque, présente au contraire deux groupes de femmes, les mauvaises, Clytemnestre et Pasiphaé, ont droit à un distique inégalement partagé. Le tableau des Champs-Elysées revêt davantage de lustre : une nef couronnée y mène ; il y a des roses et de la musique. Les deux héroïnes, Andromède et Hypermestre, racontent (narrant au vers 64 repris par narrat au vers 67) leur histoire23, les chaînes et les rochers glacés pour l'une, le refus du meurtre pour la seconde.

35Sur terre, Properce rassemble aussi les mauvaises femmes du passé. En II, 16, quand Cynthie retrouve le riche préteur d'Illyrie, le poète lui rappelle les malheurs d'Eriphyle et le cadeau empoisonné de Médée à Créuse. En III, 11, s'accumulent les noms des créatrices de désordre auxquelles ressemble Cynthie avec son pouvoir bouleversant : la Colchidienne facilitant la conquête de la toison d'or (v.9-12) ; Penthésilée assiégeant les vaisseaux grecs (v.13-16) ; Omphale contraignant Hercule à filer la laine (v.17-20) ; Sémiramis détournant le cours de l'Euphrate (v. 21-26) forment une savante série d'exempta. De même, en III, 19, les femmes sont pires que les hommes lorsqu'il s'agit d'excès érotiques : Pasiphaé, la fille de Salmonée, Myrrha, Médée, Clytemnestre et Scylla en sont l'illustration.

36Ailleurs, les catalogues s'organisent autour des vertus d'Hélène et de Pénélope, c'est-à-dire la beauté et la fidélité. En II, 2, 5 et suiv., Cynthie se trouve rapprochée des héroïnes et même des déesses ; elle a la démarche de Junon ou de Pallas, elle ressemble à Ischomaque (Hippodamie ?) l'héroïne Lapithe, à Brimo vaincue par Mercure, et l'énumération s'achève sur les trois déesses soumises au choix de Pâris. Et Cynthie est aussi plus belle qu'Antiope, qu'Hermione et que toutes les beautés du temps jadis (I, 4, 7) :

et quascumque tulit formosi temporis aetas.

  • 24 Voir W. Schoene, op.cit., 34.
  • 25 Voir W. Schoene, op. cit., 50.

37Mais à la beauté, l'héroïne de Properce allie la légèreté -leuitas.Le poète lui oppose donc, avec un rêve par devers lui, des femmes fidèles. En I, 15, 9 et suiv., il cite Calypso dans une attitude larmoyante fort peu homérique24, Hypsipylé, Alphésibée et Evadné. En H, 9, la fidélité de Briséis25 qui pleure la mort d'Achille (v. 11 et suiv.) est mise sur le même plan que celle de Pénélope. Et Properce porte un regard d'envie vers le passé lointain (v. 17-18) :

Tunc igitur ueris gaudebat Graecia natis,
tunc etiam felix inter et arma pudor.

  • 26 Voir P. Boyancé, art. cit., qui définit ce monde à partir de I, 4, 7 et de Catulle, 64, 22 et suiv (...)

38De manière identique, les exempla de III, 13 concernent la chasteté : c'est celle de Pénélope à laquelle est encore adjointe celle d'Evadné (v. 23-24) tandis qu'Eriphyle sert de repoussoir (v. 57-58). La rêverie désabusée du poète le pousse à évoquer l'Orient où les femmes sont prêtes à suivre leur mari sur le bûcher (v. 15 et suiv.) ainsi que les premiers temps du monde, dans la nature, la simplicité et la compagnie des dieux (v. 25 et suiv.). Ainsi s'établit une dérive mentale vers un passé lointain synonyme d'un monde meilleur26. Car la fidélité est mise sur le même plan historico-mythique que l'innocence de l'amour marquée en II, 32 à propos d'Hélène (v. 31-32), de Vénus (v. 33 et suiv.) et peut-être de Danaé (v. 59-60).

39Il reste à contrôler l'emploi des séries d'exempla mythologiques par rapport aux personnages masculins des Elégies. Certes, Properce est capable de jouer avec les comparaisons, par exemple en II, 21, lorsqu'il réplique à l'annonce du mariage du pulcher amator de Cynthie en esquissant un parallèle avec deux trios légendaires : Médée-Jason-Créuse et Pénélope-Ulysse-Calypso. Mais c'est généralement son propre personnage qui est au centre de la comparaison. S'il confronte Cynthie -son rêve- à la mythologie, il s'y confronte aussi, ou y confronte ce qu'il rêve d'être. On peut remarquer une véritable symétrie entre les valeurs qui entrent alors en ligne de compte : Cynthie est liée à la beauté et au problème de l'infidélité ; le personnage de Properce est concerné par la capacité amoureuse et la fidélité. Il revendique pour lui-même la constance de Protésilas (I,19,7 et suiv.). De la sorte, il serait capable de braver dans l'élégie II, l(v. 51-54) les philtres de Phèdre, l'herbe de Circé, les poisons de Médée en restant amoureux jusqu'à la mort. On retrouve une résonance identique dans la pièce II, 24, 33 et suiv. où il proteste d'une fidélité à tout épreuve et s'oppose aux infidèles de la légende, avec trois exemples (v. 43-46) :

Paru dilexit spatio Minoida Theseus,
Phyllida Demophoon, hospes uterque malus
Iam tibi Iasonia nota est Medea carina
et modo seruato sola relicta uiro.

40Ailleurs (II, 14, 9-10), il évoque une nuit d'amour inoubliable :

  • 27 Voir II, 15, 39-40 et Anthologie Palatine, V, 94.

Quanta ego praeterita collegi gaudia nocte :
immortalis ero, si altera talis erit27.

41en appelant à son secours, nous l'avons vu, non seulement le vainqueur de Troie et Ulysse, mais Electre et Ariane. Sans doute peut-on deviner ici l'aspect féminin de la personnalité du poète. De la même façon, lorsqu'il désire affirmer une remarquable puissance sexuelle, il se compare à Jupiter ainsi qu'aux deux valeureux héros du conflit troyen qui couraient à la guerre après l'amour (II, 22, 34) :

hic ego Pelides, hic ferus Hector ego.

42Et, en II, 30, Jupiter se manifeste encore avec ses amours, Sémélé, Io ou Ganymède. (v.29-32) dans une pièce importante puisque programmatique où le poète déclare à Cynthie en conclusion (v, 40) :

Nam sine te nostrum non ualet ingenium.

43Ainsi, dans les trois premiers livres des Elégies et dans la pièce IV, 7, les héroïnes de la mythologie dansent une ronde autour de deux personnages, Cynthie et Properce. Deux femmes constituent deux fantasmes dominants, récurrents dans toute l'œuvre, Hélène et Pénélope. Sans que le poète le dise vraiment, l'idéal serait que Cynthie ait la beauté d'Hélène en y joignant la fidélité de Pénélope, comme si Properce oubliait qu'Hélène doit surtout son aspect fascinant à sa propension à l'infidélité. Les rapprochements, loin d'être faits pour donner une épaisseur humaine au personnage de Cynthie, réussissent essentiellement à lui conférer une légèreté d'être et une atemporalité qui suscitent une dérive : il faudrait que Cynthie, confrontée à Calypso, à Hypsipylé ou à Evadné, devienne comme elle une nobilis historia (I, 15, 223-24) :

Quorum nulla tuos potuit conuertere mores
tu quoque uti fieres nobilis historia.

44De ce fait, il n'est pas de meilleur lieu de comparaison que les Enfers, situés hors du temps. Là, le choix se confirme : Properce dans la mort ressemblera au fils de Phylakos, au fidèle Protésilas amoureux de Laodamie ; et à toutes les héroïnes dardaniennes proposées aux guerrier Argiens, il préférera toujours Cynthie (I, 19, 13 et suiv.) :

Illic formosae ueniant chorus heroinae,
Quas dedit Argiuis Dardana praeda uiris ;
Quorum nulla tua fuerit mihi, Cynthia, forma
Gratior...

  • 28 Voir J. F. Berthet. art. cit., 142-143 ; et aussi D.T.Benediktson, Propertius' elegiacization of H (...)

45C'est que les personnages d'Homère sont ceux qui parlent le plus à Properce, peut-être dans cette opposition traditionnelle de l'élégie et de l'épopée qui conduit le poète élégiaque à flirter avec le grand genre par rapport auquel il se définit. Quand Properce touche à la critique littéraire28, il dit à propos de l'Enéide (en II, 34, 46) que :

nescio quid maius nascitur Iliade.

46Et dans la pièce liminaire du livre III, il passe en revue les personnages masculins du monde homérique avant de juxtaposer sa propre gloire à celle d'Homère (III, 1, 33 et suiv.) :

Nec non ille tui casus memorator Homerus
posteritate suum crescere sensit opus ;
neque inter seros laudabit Roma nepotes.

  • 29 J. F.Berthet, art. cit., 151, insiste sur le rôle de la nekuyia du chant XI de l'Odyssée.

47Le monde homérique est donc, avec le monde alexandrin de Philétas et de Callimaque, le monde préféré de Properce pour deux raisons. Il lui offre le repoussoir idéal de l'élégie conformément au classement des genres littéraires en même temps qu'une gloire réelle à imiter. Mais il lui procure surtout le moyen d'enrichir ses fantasmes grâce à deux pôles associés, ceux de la mort29 et de l'amour. La confrontation du couple Properce-Cynthie aux couples de la mythologie, avec une attirance particulière pour les symétries établies entre les personnages féminins parmi lesquels se distinguent Hélène et Pénélope pousse le présent élégiaque vers le passé de mort qui caractérise l'épopée et approfondit l'un des aspects les plus originaux de la poésie de Properce : un érotisme à tendances parfois morbides qui prend existence dans la durée grâce aux résonances lointaines qu'il emprunte à la poésie homérique.

Notes

1 Voir J. P. Boucher, Etudes sur Properce. Problèmes d'inspiration et d'art, Paris, 1965, chapitre VIII, La mythologie, 227-267.

2 Voir J. P. Boucher, op. cit., 273 et suiv. ; J. F. Berthet, Properce et Homère, dans L'élégie romaine, enracinement, thèmes, diffusion, Actes du colloque de Mulhouse (1979), Paris, 1980, (141-153) 144.

3 Voir J. P. Sullivan, Propertius, a Critical Introduction, Cambridge University Press, 1976, 130-134, qui distingue trois usages de la mythologie : subject matter, symbolic function, poetic ornament.

4 Sur le caractère fictif des personnages de Délie, Cynthie, Corinne, etc., voir P. Veyne, L'élégie érotique romaine, L'amour, la poésie et l'occident, Paris, 1983.

5 J. P.Boucher, op. cit. 249, relève 7 occurrences de celle-ci. Voir aussi O. Carbonero, La figura di Elena di Troia nei poeti latini, Orpheus, X, 1989, 378-391.

6 Les allusions mythologiques sont les plus nombreuses dans le livre II. Voir C. Bollo Testa, Funzione e significato del mito in Properzio. Interpretazione di dati statistici, Q.U.C.C., 1981, 37, 135-154.

7 Sur II, 3, voir W Schoene, De Propertii ratione fabulas adhibendi, diss., Leipzig, 1911, 42. P. Boyancé, Properce, L'influence grecque sur la poésie latine de Catulle à Ovide, Entretiens sur l'Antiquité classique, II, Vandoeuvres-Genève, 2-7 août 1953 (169-220) insiste au premier chef sur la beauté des héroïnes (175 et suiv.). G. Lieberg, Die Mythologie des Properz in der Forschung und die Idealisierung der Cynthia, Rh. M., CXII, 1969, 311-347, considère Cynthie comme l'image de la beauté divine. J. F. Berthet analyse l'ensemble du passage, art. cit., 145.

8 Properce emploie plusieurs fois le mot exemplum. Voir J. P. Boucher, op. cit., 242.

9 Voir W. Schoene, op. cit., 50. P.Fedeli, op. cit., accepte la correction tempora.

10 J. P.Boucher, op. cit., suggère l'influence des arts figurés.

11 H. E. Butler et E. A. Barber, The Elegies of Propertius edited with an Introduction and Commentary, Oxford, 1933 ; reprint Olms 1969, ad loc.

12 R. Hanslik, Propertius, Teubner, Leipzig, 1979.

13 P. Fedeli, Propertius, Teubner, Leipzig, 1984.

14 Voir plus loin, 9-10.

15 Voir W. Schoene, op. cit., 29-30.

16 On peut comparer avec le Panégyrique de Messala, 52-78.

17 Voir un exemple parodique, au sujet de la coiffure, chez Ovide en Amours I, 14. Le fantasme de la chevelure se retrouvera dans les Métamorphoses d'Apulée, II, 8-9, avec un contexte où apparaît nettement l'influence de la poésie élégiaque.

18 Voir W. Schoene, op. cit., 29-30.

19 Voir les remarques de J. Bayet après la conférence de P. Boyancé, Entretiens sur l'Antiquité classique II, art. cit., 215 ; J. P. Boucher, op. cit., 263 et suiv. ; D. P. Harmon, Myth and Fantasy in Propertius I, 3, T.A.Ph.A., CIV, 1974, 151-165. Properce rêve plusieurs fois à Andromède (I, 3, 4 ; II, 28, 21-22, III, 22, 29).

20 Si cette dernière nous fait surtout penser au livre VI des Métamorphoses d'Ovide, sa légende apparaît déjà, avec les larmes et la transformation, chez Homère, Iliade, 24, 599 et suiv. Voir aussi Sophocle, Antigone, 822 et suiv. ; Electre, 150 et suiv. ; Nauck (50 et suiv., 228 et suiv.) fait état d'une tragédie perdue d'Eschyle. On retrouve les larmes de Philomèle et de Niobé en III, 10, 7-10, à propos des voeux d'anniversaire à Cynthie.

21 P. Fedeli, op. cit., admet l'unité de cette pièce.

22 Voir J. Berthet, art. cit., 151.

23 Au vers 64, la critique hésite à conserver la leçon pectora avec ou sans la correction de Markland.

24 Voir W. Schoene, op.cit., 34.

25 Voir W. Schoene, op. cit., 50.

26 Voir P. Boyancé, art. cit., qui définit ce monde à partir de I, 4, 7 et de Catulle, 64, 22 et suiv. ; 384 et suiv.

27 Voir II, 15, 39-40 et Anthologie Palatine, V, 94.

28 Voir J. F. Berthet. art. cit., 142-143 ; et aussi D.T.Benediktson, Propertius' elegiacization of Homer, Maia, XXXVIII, 1985, 17-26.

29 J. F.Berthet, art. cit., 151, insiste sur le rôle de la nekuyia du chant XI de l'Odyssée.

© Presses universitaires de Perpignan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540