Versione classicaVersione mobile

L'imaginaire religieux gréco-romain

 | 
Joël Thomas

Chapitre III. Essors - Les poètes et l'imaginaire religieux

Tibulle et l'Âge d'Or. Un contrepoint à trois voix

Jean-Paul Brisson

Testo integrale

  • 1 Tib. I, X, 13-14 :
    "Nunc ad bella trahor, et iam quis forsitan hostis haesura in nostro tela gerit (...)
  • 2 Cf. P. Veyne, L'Elégie Erotique Romaine, Paris, le Seuil 1983, p.76.

1« AUJOURD'HUI, je suis entraîné à la guerre et quelque ennemi peut-être brandit déjà le trait qui restera fiché dans mon flanc, »1 Le thème est banal, classique, conventionnel même. Les élégiaques latins proclament volontiers leur horreur de la guerre, horreur qui n'a sans doute qu'un rapport très lâche avec la réalité. P. Veyne n'hésite pas à affirmer que Tibulle précisément a exercé des fonctions de commandement2. Il est vrai pourtant que l'hémistiche (I, VII, 9) sur lequel peut s'appuyer une telle affirmation est au moins équivoque : « non sine me est tibi partus honos » peut évidemment s'entendre d'une participation effective de Tibulle à l'expédition de Messalla en Aquitaine ; mais on peut comprendre aussi que la célébration poétique donne tout son éclat au Triomphe célébré par le général vainqueur. Faut-il impérativement choisir entre ces deux sens ? Il n'y aurait rien d'invraisemblable à ce que le poète ait délibérément ménagé cette ambiguïté. Quoi qu'il puisse en être, ce qui m'intéresse, c'est que ce thème convenu paraît prendre chez Tibulle une valeur symbolique.

2Le poète l'a dit en clair : l'absence de la guerre est une caractéristique de l'âge d'or (I, III, 47-8) :

« Non acies, non ira fuit, non bella, nec ensem immiti saeuus duxerat arte faber. »

3Sans doute est-ce en rapport avec cette évocation d'un temps fabuleux qu'il faut lire le premier distique de I, X :

« Quis fuit, horrendos primus qui protulit enses ? Quam ferus et uere ferreus ille fuit ! »

4Ce ‘ferreus’ paraît bien ranger à l'âge de fer l'inventeur de l'épée ignorée de l'âge d'or. Le calembour phonétique - intraduisible - ‘ferus-ferreus’ souligne l'horreur de la chose : la présence de la guerre fait de l'âge de fer un temps de la sauvagerie, de la non-culture. On peut dès lors se demander si le thème conventionnel du refus de la ‘militia’ ne symbolise pas pour Tibulle - quelle qu'ait pu être d'ailleurs sa conduite dans la vie pratique - un refus des violences de son temps par opposition au rêve poétique d'un âge d'or. Et de fait, au dernier distique de cette même Elégie I, X (67-8), la Paix se laisse aisément assimiler à une figure de l'âge d'or :

« At nobis, Pax alma, ueni spicamque teneto, praefluat et pomis candidus ante sinus ».

  • 3 "Quam bene Saturno viuebant rege"
    "Tunc mihi uita foret, Valgi, nec tristia nossem arma nec audisse (...)

5Ces vers suggèrent une abondance spontanée bien propre au mythe des temps saturniens. Il semble qu'on puisse déceler chez Tibulle une double équivalence, entre la Paix et l'âge d'or d'une part, entre la guerre et l'âge de fer d'autre part. Et, bien entendu, l'idéal du poète est de retrouver quelque chose du bonheur pacifique de l'âge d'or. Qu'il suffise de comparer « comme on vivait heureux sous le règne de Saturne » (I, III, 35) et : « puissé-je avoir vécu alors, Valgius, ne pas connaître les armes sinistres ni avoir entendu d'un coeur battant le son de la trompette » (I, X, 11-12)3. Mais une double surprise nous attend.

  • 4 "…nec bella fuerunt,
    faginus astabat cum scyphus ante dapes ;
    non arces, non uallus erat, somnosque (...)
  • 5 "Neu pudeat prisco uos esse e stipite factos :
    sic ueteris sedes incoluistis aui
    Tunc melius tenuere (...)
  • 6 Cf. Liv. I, XVI, 7.

6Dans l'Elégie I, X (7-10), ce temps fabuleux et pacifique de l'âge d'or se confond avec une vision assez fantaisiste du passé romain : « Il n'y eut pas de guerres, tant qu'une coupe de bois de hêtre se dressait sur la table ; il n'y avait ni citadelles ni retranchements et le guide du troupeau s'abandonnait en toute sécurité au sommeil parmi les brebis tachetées ».4 On entend dans ces vers un écho très net de I, III, 47-8 où le poète proclamait l'absence de toute forme de guerre à l'âge d'or ; mais, ici, cet âge d'or est en quelque sorte historicisé. La ‘coupe en bois de hêtre’ symbolise un temps ancien, à peu près aussi mythique que l'âge d'or lui-même, qui se caractérisait par une simplicité toute rustique des moeurs. Or, pour le poète, ce temps qui nous apparaît légendaire représentait un passé ressenti comme historique, cet âge où une vie fruste assurait l'exercice des vertus républicaines (I, X, 17-20) : « Ne rougissez pas (il s'adresse aux dieux Lares) d'être faits d'une souche archaïque ; c'est ainsi que vous avez habité la demeure d'un ancien aïeul. On pratiquait alors plus scrupuleusement la bonne foi, quand, objet d'un culte sans fastes, la statue de bois d'un dieu se dressait dans une modeste chapelle. »5 Pour Tibulle, cette époque reculée où les Romains vivaient dans l'ignorance de tout luxe tapageur est, par essence même, une époque pacifique. Il ne pouvait pourtant ignorer que toute l'annalistique fait intervenir la guerre dès les origines de Rome et que Romulus avait promis à ses descendants qu'ils se rendraient maîtres du monde par la force des armes6. Bien sûr, il faut tenir compte de la fiction poétique, même quand elle se pare d'apparences historiques ; mais peut-être la notion de guerre recouvre-t-elle pour Tibulle des réalités particulières.

  • 7 "Tum caedes hominum generi, tum proelia nata et breuior dirae mortis aperta uia est".

7Quelques détails méritent sans doute de retenir l'attention. Quand le poète affirme (I, X, 7-10) qu'à l'époque lointaine où on usait d'une grossière vaisselle de bois la guerre n'existait pas, il l'évoque sous l'aspect d'une agression extérieure. La preuve que la guerre n'existait pas, c'est l'absence de tous moyens de protection : ‘non arces, non uallus erat’ ; et si le ‘guide du troupeau’ (le berger ou le bélier ?) peut dormir tranquille, c'est que les loups ne rôdent pas. Autrement dit, pas d'attaque surprise à redouter. D'autre part, en I, III, 47-8 la ‘colère’ (‘ira’) s'insère curieusement entre la vision d'une ligne de bataille (‘acies’) et la guerre elle-même (‘bella’) ; comme si le poète voulait suggérer une cause morale à l'exercice de la violence. Enfin, après avoir constaté que l'invention de l'épée appartient à l'âge de fer, Tibulle ajoute (I, X, 3-4) : « Alors, ce furent pour l'humanité les meurtres, les batailles et un chemin plus court s'ouvrit pour l'ignoble mort »7. L'épée, ignorée de l'âge d'or, n'est pas seulement réservée à un usage militaire ; elle est aussi, -avant tout peut-être ? -, instrument de meurtres. De ces détails apparemment mineurs se dégage l'impression que, pour le poète, la ‘guerre’ désigne moins l'affrontement avec une armée ennemie sur un champ de bataille, qu'un état endémique de violence corrompant toute la société. Et l'opposition entre la sécurité et la Paix et les risques mortels de cette violence se double d'une opposition chronologique entre la fable de l'âge d'or, ou la fable des premiers temps de Rome, et le présent immédiat.

  • 8 "Interea Pax arua colat : Pax candida primum
    duxit araturos sub iuga curva boues ;
    Pax aluit uites e (...)
  • 9 "Illo non ualidus subiit iuga tempore taurus."
  • 10 Cf. G. I, 506-7
    " …non ullus aratro dignus honos… "

8L'autre surprise est plus rude, car cette Paix, qui paraissait pouvoir s'assimiler à l'âge d'or, en offre soudain les traits opposés (I, X, 45-50) : « Que cependant la Paix prenne soin des champs : c'est la Paix vêtue de blanc qui, pour la première fois, a mis sous le joug recourbé les boeufs destinés au labour ; c'est la Paix qui a nourri les vignes et donné au raisin son suc, pour que l'amphore du père verse au fils un vin pur ; c'est la Paix qui donne leur éclat au hoyau et au soc, tandis que, dans les ténèbres, la rouille s'empare des sinistres armes de l'inflexible soldat. »8 La Paix comme initiatrice des activités agricoles, voilà qui contredit aux traits les plus ordinaires du mythe de l'âge d'or. Et Tibulle le savait fort bien qui a écrit ailleurs (I, III, 41) : « En ce temps-là (l'âge d'or), le taureau puissant n'a pas subi le joug9 ». Et pourtant, la Paix équivaut bien à l'absence de toute agression propre à l'âge d'or ; nous l'avons vu, au dernier distique de la même Elégie, elle apparaît comme prodiguant généreusement les dons spontanés de la terre, blé et fruits. Un indice pourrait faire soupçonner que, par cette contradiction manifeste, Tibulle entretient une sorte de dialogue avec Virgile. Rappelons-nous : dans le finale si désespéré du premier chant des Géorgiques, où le monde entier sombre dans une violence démente, tel un attelage emballé, Virgile s'écriait que la charrue ne recevait plus ‘aucune marque d'honneur’10, Tibulle aurait-il entendu lui répondre en écrivant (I, X, 49) : « Pace bidens uomerque nitent » ? D'autres Elégies permettent en effet de mieux cerner un tel dialogue.

***

  • 11 "Rura cano rurisque deos : his uita magistris
    desueuit querna pellere glande famem ;
    illi compositis (...)

9Il est intéressant de lire ailleurs chez Tibulle une évocation de la vie heureuse qui ressemble étrangement aux effets bénéfiques de la Paix (II, I, 37-46) : « Je chante la campagne et les dieux de la campagne : c'est grâce à leurs leçons que la vie a perdu l'habitude d'apaiser la faim avec le gland du chêne ; ce furent eux qui, pour la première fois, enseignèrent, en assemblant de frêles poutres, à couvrir d'un feuillage verdoyant une étroite demeure ; ce furent eux aussi qui, dit-on, apprirent les premiers la servitude aux taureaux et dotèrent de roues le chariot. Alors disparurent les modes d'une vie sauvage, alors on planta le verger, alors le jardin fut fertile but l'eau qui l'irrigue, alors, foulé aux pieds, le raisin doré exprima son jus et, signe de retenue, l'eau fut mêlée au vin pur désormais sans danger11. »

  • 12 "Heu ! magnum alterius frustra spectabis aceruum
    concussaque famem in siluis solabere quercu."

10On perçoit ici de multiples saluts à Virgile. Arrêtons-nous d'abord au plus net : l'allusion à une nourriture primitive à base de glands. Pour Virgile, ‘apaiser sa faim en secouant un chêne dans la forêt’ (G. I, 158-9)12 apparaissait comme la punition du paresseux. C'était la conclusion du fameux passage sur la destruction de l'âge d'or par Jupiter (G. I, 125-159) : pour assurer désormais sa subsistance, l'homme devait peiner mdement sous le poids de 1'‘improbus labor’, puisque Dodone refusait désormais cette subsistance (G. I, 147-49). Tibulle exalte au contraire le développement d'une vie civilisée comme modèle de la vie heureuse. La disparition des ‘uictus feri’ est significative : l'homme est passé d'une vie semblable à celle des bêtes à une vie jouissant de tous les avantages de la civilisation. Tibulle paraît renier avec allégresse le tableau de l'humanité primitive dressé par Lucrèce : plus question de vivre de glands et de baies sauvages et d'eau fraîche au milieu des bois ou à l'abri d'une grotte ; l'homme a heureusement appris à se bâtir des demeures et à goûter les meilleurs fruits de l'agriculture.

11Mais, autre salut à Virgile, c'est aux ‘dieux de la campagne’ qu'il le doit : ‘his magistris’. Or, ces ‘ruris deos’ renvoient à la fois au ‘fortunatus et ille deos qui nouit agrestis’ de G. II, 493 et, bien sûr, aux Bucoliques. Par ces clins d'oeil, Tibulle semble dire à Virgile : la vie civilisée, et heureuse parce que civilisée, est celle de ton ‘agricola’ et de tes bergers. Aussi bien, 1'‘agricola’ du second chant des Géorgiques, qui mène la vie du ‘Saturne d'or’ travaille-t-il dur pour remplir ses greniers (G. II, 513-38). Tu le sais bien, paraît dire Tibulle, l'âge d'or que connaît ton ‘agricola’ suppose une intense activité. Et cela, grâce à l'intervention bienveillante des dieux rustiques.

  • 13 "Agricola assiduo primum satiatus aratro
    cantauit certo rustica uerba pede
    et satur arenti primum es (...)

12Et cette intense activité débouche, non sur le ‘labor improbus’, comme au premier chant des Géorgiques, mais sur le chant et la danse, donc la joie de vivre (II, I, 51-56) : « Saoulé du travail incessant de la charrue le paysan a pour la première fois chanté des paroles rustiques sur un mètre précis et, après boire et manger, a pour la première fois rythmé un poème sur sa flûte au tuyau desséché, pour le dire devant les 144 dieux qu'il a parés ; et tout barbouillé, ô Bacchus, de minium éclatant, le paysan a, le premier, mené des danses avec un savoir-faire encore jamais éprouvé »13. Loin d'être accablé par la peine, le paysan imaginé par Tibulle apparaît comme l'inventeur de la poésie et de la danse. La répétition insistante de ‘primum’ (51 et 53) et de ‘primus’ (56) souligne assez ce rôle d'inventeur. Or, 1'‘agricola’ est assimilé ici aux bergers des Eglogues : 1'‘arenti auena’ de 53 évoque évidemment la ‘tenui auena’ de B. I, 2. La vie heureuse - celle de l'âge d'or ? - appartient au monde imaginaire de l'Arcadie virgilienne et l'activité créatrice n'y apparaît pas comme un châtiment infligé par Jupiter. D'ailleurs, c'est bien l'imagination du poète qui est à la source de ce bonheur : c'est parce qu'il ‘chante’ les dieux de la campagne qu'il en découvre les bienfaits. En somme, il n'y a pas à se désespérer que Jupiter ait détruit l'âge d'or ; l'imagination poétique a la puissance de le recréer sous une autre forme.

  • 14 Cf. D.F. Bright, Haec mihi fingebam, Tibullus in his world, Leiden, Brill 1978, p. 51.
  • 15 Cf. Diodore de Sicile, I, 19.

13Mais n'est-il pas abusif de déceler dans la vie heureuse et civilisée que les ‘dieux de la campagne’ enseignent à Tibulle, une image renouvelée de l'âge d'or ? Le long éloge d'Osiris, en I, VII, 29-48, paraît autoriser cette interprétation. D.F. Bright n'hésite pas à lire dans ce passage l'exaltation d'une sorte d'âge d'or14. Notons d'abord que l'action d'Osiris est exactement superposable à celle des ‘dieux de la campagne’ : invention de l'agriculture (29-32), de la viticulture (33-36), du chant et de la danse (37-8). Et le rôle d'inventeur est souligné avec la même insistance (‘primus’ 29 et 31 ; ‘primum’ 35). Or, Osiris est à entendre ici comme un équivalent de Dionysos, selon une tradition bien attestée15 ; équivalence dont le poète a si bien conscience que le nom de Bacchus se substitue tout naturellement à celui d'Osiris (39 et 41).

  • 16 Cf. J.P. Brisson, "Rome et l'Âge d'Or : Dionysos ou Saturne ?", MEFRA 100,1988, p. 917-982.
  • 17 "Bacchus et agricolae magno confecta labore
    pectora tristitiae dissoluenda dedit,
    Bacchus et adflict (...)
  • 18 "et leuis occultis conscia cista sacris."

14Remarque sans doute d'une grande portée, si on admet que l'âge d'or célébré par Virgile dans la quatrième Eglogue était dionysiaque16 Tibulle semble avoir voulu répondre au désespoir du premier chant des Géorgiques en rappelant à Virgile que Dyonisos-Osiris restait le souverain de l'âge d'or, même sous la forme de la civilisation. Il paraît même avoir voulu répondre très directement au ‘labor improbus’ (I, VII, 39-42) : « Bacchus a donné à l'accablement du paysan de quoi soulager son coeur épuisé par un immense labeur ; Bacchus apporte aussi le repos aux mortels affligés, même si leurs jambes résonnent sous les coups d'une inflexible entrave. »1714 Ce ‘magnus labor’, qui afflige le paysan, renvoie clairement au ‘labor improbus’ dont Virgile déplorait le triomphe. Que dit Tibulle ? Tout simplement que Dionysos a le pouvoir de soulager l'homme de la peine que lui impose Jupiter. C'est un message d'espoir qu'il adresse à Virgile. Et ce Dionysos, dont l'assistance secourt le prisonnier et l'esclave, c'est le dieu des initiations : le passage se termine (48)18 sur l'évocation de la ciste et des objets mystérieux qu'elle renferme. Cette allusion conclusive à un des instruments essentiels de l'initiation n'est évidemment pas innocente. Certes, l'âge d'or de l'oisiveté heureuse n'est plus ; Jupiter l'a aboli. Mais la puissance de Dionysos reste entière et permet à l'imagination du poète de recréer l'âge d'or au milieu des exigences d'un monde civilisé. Cet éloge d'Osiris sonne comme un hymne au pouvoir du poète qui, possédé du souffle dionysiaque, peut imposer sa loi à l'univers inique voulu par Jupiter. Le chant et la danse sont les manifestations de cette loi de l'imagination.

***

15Il est regrettable qu'il ne soit pas possible d'établir, même avec une certitude approximative, une chronologie des Elégies tibulliennes. Car si Tibulle a su trouver des accents enthousiastes pour convaincre Virgile que, sous le patronage de Dionysos, l'âge d'or était possible jusque dans le monde du ‘labor’ voulu par Jupiter, il a, en d'autres occasions, partagé la vision virgilienne en la poussant à l'extrême. L'évocation explicite de l'âge d'or (I, III, 35-48) regroupe tous les traits traditionnels du mythe : ce temps du parfait bonheur se caractérise par l'absence de la navigation et des échanges commerciaux (35-40), par l'inutilité de toute activité agricole (41-44), par la spontanéité de la nature (45-46), par l'ignorance de la guerre et de toute forme d'agression (47-48). Mais il appartient à un passé révolu et, malgré les apparences, répond mieux au premier chant des Géorgiques qu'à la quatrième Eglogue. Le ‘Saturno rege’ de I, III, 35 fait évidemment écho à l'‘ante Iouem’ de G. I, 125. Il semble même que Tibulle ait tenu à souligner la parenté de son évocation avec celle des premières Géorgiques. Quand nous lisons en I, III, 43-44 :

« …non fixus in agris, qui regeret certis finibus arus, lapis »

16il est difficile de ne pas penser à G.I., 126-7 :

« ne signare quidem aut partiri limite campum fas erat.... »

  • 19 "Nunc loue sub domino caedes et uulnera semper,
    nunc mare, nunc leti mille repente uiae."

17L'allusion est limpide : l'âge d'or que je pleure est bien celui que Jupiter a détruit, paraît dire Tibulle à Virgile. Mais avec plus de crudité (plus de courage ?) que Virgile, il oppose ce passé idyllique au présent immédiat de l'âge de fer (I, III, 49-50) : « Aujourd'hui, sous la domination de Jupiter, ce sont sans cesse meurtres et blessures, aujourd'hui c'est la mer, aujourd'hui mille voies soudain ouvertes à la Mort »19. Ce que Virgile laissait entendre, Tibulle le proclame rudement : la domination de Jupiter est le temps du déchaînement de toutes les violences.

  • 20 "Parce, pater : timidum non me periuria terrent,
    non dicta in sanctos impia uerba deos.
    Quod si fata (...)

18Opposition intéressante qui permet peut-être d'accorder les visions apparemment inconciliables de Tibulle. Car, tout en lui adressant un signe de complicité, il diverge ici de Virgile. Le contraire de l'âge d'or, ce n'est pas l'obligation de demander à grand peine à la terre une subsistance qu'elle procurait autrefois spontanément ; les activités agricoles que suppose la civilisation peuvent être source de bonheur et faire revivre ainsi l'âge d'or sous la protection de Dionysos ; nous avons assez entendu le poète l'affirmer. Non, le contraire des temps saturniens, c'est la violence dans toute son horreur. L'accumulation des termes en un simple distique est explicite : les ‘meurtres’, les ‘blessures’, les ‘voies de la Mort’ évoquent moins les dangers du champ de bataille que la pratique des proscriptions et le poids d'une répression sanglante. Le poète se serait-il senti menacé dans sa propre personne pour ajouter sans transition (51-56) : « Grâce, dieu souverain : je n'ai à redouter ni les parjures ni les paroles impies prononcées contre les dieux inviolables. Mais si nous avons accompli aujourd'hui les armées accordées par le destin, permets que se dresse sur mes os une pierre avec cette inscription : Ci gît Tibulle emporté par la mort impitoyable, tandis qu'il s'attache à Messalla sur terre et sur mer »20. Pure convention littéraire que cette façon de feindre la crainte d'une mort prochaine ? La protestation de son innocence devant ce même Jupiter dont il vient justement de dénoncer la cruauté pourrait suggérer autre chose.

  • 21 "Ibitis Aegaeas sine me, Messalla, per undas,
    o utinam memores ipse cohorsque mei !
    Me tenet ignotis (...)
  • 22 Cf. F. Cairns, Tibullus, a hellenistic Poet at Rome, Cambridge U.P. 1979, p.44.

19Les premiers vers de cette même Elégie I, III peuvent, sinon apporter un élément de réponse, du moins confirmer la validité de la question (1-4) : « Vous traverserez sans moi, Messalla, les flots de l'Egée. O puissiez-vous garder mon souvenir, toi et ta suite ! Pour moi, la Phéacie me retient malade en des terres inconnues. Ecarte seulement tes mains voraces, noire mort ! »21. On a proposé de ces vers une interprétation réaliste : accompagnant Messalla dans une expédition en Orient, Tibulle serait tombé malade à Corcyre où cette maladie l'aurait immobilisé. Interprétation contestable : sans compter qu'il ne serait guère prudent de déceler quelque donnée réaliste dans une fiction élégiaque, une expédition de Massalla en Orient n'est pas attestée par ailleurs ; et puis, le jeune Romain cultivé qu'était Tibulle pouvait-il qualifier Corcyre - escale familière à l'époque - de ‘terres inconnues’ ? Il est sans doute plus sage d'admettre, avec F. Cairns, que le nom de la Phéacie doit être entendu comme symbolique22. A quoi il convient d'ajouter que le ‘per Aegaeas undas’, plus que comme une allusion à une traversée réelle de l'Egée, sonne comme une référence littéraire : évoquant les vicissitudes de la Fortune, Horace (C. III, XXIX, 62-64) se représente ‘per Aegeaeos tumultus’. Si ces deux distiques se réfèrent à une quelconque réalité, elle est à chercher ailleurs que dans un banal voyage. Tibulle s'imagine empêché d'accompagner Messalla dans ses activités politiques et littéraires, retenu qu'il est, prisonnier a-t-on envie de dire - ‘tenet’ a un sens très fort -, en un lieu qu'il nomme Phéacie.

  • 23 Cf. op. Cit. p. 45 ; 48-9.
  • 24 Cf. D.H. Mills, "Tibullus and the Phaeacia, a reinterpretation of I, 3", C.J. 69 1973, p. 226-33.

20S'appuyant essentiellement sur les scholies à l'Odyssée et sur la seconde Olympique de Pindare, F. Cairns a montré que la Phéacie relevait d'une géographie mythique qui associait ce lieu légendaire tout à la fois aux Champs Elysées et aux Iles Fortunées23. D.H. Mills va plus loin et considère que la Phéacie peut être tenue pour le lieu de l'âge d'or. Il justifie très judicieusement cette assimilation en notant que la même expression de ‘ignotis terris’ s'applique à la Phéacie en 3 et à l'âge d'or en 39. Mais alors, comme l'observe ce critique24, cet espace merveilleux est étrangement dévalué par le poète : en fait d'âge d'or, il ne trouve là qu'une prison et des ‘terres inconnues’, données inconciliables avec les splendeurs ordinaires du mythe. Plus encore, il s'y sent menacé par la mort. Que peut donc signifier cette dépréciation insistante d'un lieu légendaire équivalent aux Iles Fortunées ?

  • 25 Cf. J.P. Brisson, Rome et l'Âge d'Or : de Catulle à Ovide Vie et Mort d'un Mythe, Paris, La Découv (...)

21Les choses peuvent s'éclaircir si on veut bien admettre, comme le suggèrent Catulle et Virgile, que l'âge d'or a été un thème de la propagande officielle, un faux âge d'or en somme pour les poètes du temps25. Tibulle aurait-il usé du nom de la Phéacie pour évoquer cet âge d'or menteur qui ne laisse présager que la mort ? Le ‘tenet’ de 3 appartient sans doute au même présent que les ‘nunc’ trois fois répétés de 49-50, c'est-à-dire au temps de la domination de Jupiter. L'immédiate proximité de la mort, dans un cas comme dans l'autre, autorise, semble-t-il, cette interprétation. Tibulle aurait-il été assigné à quelque résidence surveillée pour le soustraire à l'entourage de Messalla, sous prétexte d'assurer son bonheur ? La chose n'aurait rien d'impossible de la part du pouvoir sourcilleux d'Auguste ; mais, faute de preuves sûres, bornons-nous à en formuler l'hypothèse. Ce qui paraît en revanche plus certain, c'est que, sous le nom de cette Phéacie qui ne peut être pour lui que source des pires maux, le poète stigmatise adroitement le faux âge d'or de la propagande augustéenne : accepter les illusions de cette propagande, serait enchaîner l'imagination poétique et risquer une sorte de mort littéraire.

22En somme, il semble bien que Tibulle ait pris une part active au débat que les poètes de son temps ont mené sous le couvert du mythe de l'âge d'or. Mais sa participation à ce débat prend la forme d'un dialogue avec deux voix différentes : celle de Virgile et celle du pouvoir. Avec Virgile, il reconnaît que Jupiter a aboli les merveilles des temps saturniens en contraignant l'homme aux activités d'une vie civilisée ; plus nettement que Virgile, il proclame que la domination de Jupiter est cruelle et qu'elle voudrait faire passer le monde qu'elle régente pour une Phéacie ; mais il proclame aussi sa confiance dans la puissance de Dionysos, véritable auteur d'une civilisation que Jupiter défigure si on se soumet à sa volonté. C'est un véritable contrepoint que nous fait entendre Tibulle. Avec Virgile, il dénonce les mensonges de la propagande officielle qui voudrait faire croire que le pouvoir impérial naissant fait de Rome une véritable Phéacie : mais, plus que Virgile peut-être, il reste fidèle à l'eschatologie dyonisiaque de la quatrième Eglogue : Jupiter peut faire régner la terreur, Dionysos n'en reste pas moins l'ultime souverain attendu de l'univers qui rendra son éclat à la vie civilisée en la parant des beautés du chant et de la danse. Autant dire que, pour Tibulle, contre les séductions du pouvoir et par fidélité à Virgile, la poésie s'affirme comme seule voie du vrai bonheur.

Note

1 Tib. I, X, 13-14 :
"Nunc ad bella trahor, et iam quis forsitan hostis haesura in nostro tela gerit latere."

2 Cf. P. Veyne, L'Elégie Erotique Romaine, Paris, le Seuil 1983, p.76.

3 "Quam bene Saturno viuebant rege"
"Tunc mihi uita foret, Valgi, nec tristia nossem arma nec audissem corde micante tubam"

4 "…nec bella fuerunt,
faginus astabat cum scyphus ante dapes ;
non arces, non uallus erat, somnosque petebat
securus uarias dux gregis inter oues."

5 "Neu pudeat prisco uos esse e stipite factos :
sic ueteris sedes incoluistis aui
Tunc melius tenuere fidem, cum paupere cultu
stabat in exigua ligneus aede deus."

6 Cf. Liv. I, XVI, 7.

7 "Tum caedes hominum generi, tum proelia nata et breuior dirae mortis aperta uia est".

8 "Interea Pax arua colat : Pax candida primum
duxit araturos sub iuga curva boues ;
Pax aluit uites et sucos condidit uuae
funderet ut nato testa paterna merum
Pace bidens uomerque nitent, at tristia duri
militi in tenebris occupat arma situs."

9 "Illo non ualidus subiit iuga tempore taurus."

10 Cf. G. I, 506-7
" …non ullus aratro dignus honos… "

11 "Rura cano rurisque deos : his uita magistris
desueuit querna pellere glande famem ;
illi compositis primum docuere tigillis
exiguam uiridi fronde operire domum ;
illi etiam tauros primi docuisse refuntur
seruitium et plaustro supposuisse rotam.
Tum uictus abiere feri, tum consita pomus,
tum bibit inriguas fertilis hortus aquas,
aurea tum pressos pedibus dedit uua liquores
mixtaque secure est sobria lympha mero."

12 "Heu ! magnum alterius frustra spectabis aceruum
concussaque famem in siluis solabere quercu."

13 "Agricola assiduo primum satiatus aratro
cantauit certo rustica uerba pede
et satur arenti primum est modulatus auena
carmen, ut ornatos diceret ante deos,
agricola et minio suffusus, Bacche, rubenti
primus inexperta duxit ab arte choros."

14 Cf. D.F. Bright, Haec mihi fingebam, Tibullus in his world, Leiden, Brill 1978, p. 51.

15 Cf. Diodore de Sicile, I, 19.

16 Cf. J.P. Brisson, "Rome et l'Âge d'Or : Dionysos ou Saturne ?", MEFRA 100,1988, p. 917-982.

17 "Bacchus et agricolae magno confecta labore
pectora tristitiae dissoluenda dedit,
Bacchus et adflictis requiem mortalibus adfert,
crura licet dura compede puisa sonent."

18 "et leuis occultis conscia cista sacris."

19 "Nunc loue sub domino caedes et uulnera semper,
nunc mare, nunc leti mille repente uiae."

20 "Parce, pater : timidum non me periuria terrent,
non dicta in sanctos impia uerba deos.
Quod si fatales iam nunc expleuimus annos,
fac lapis inscriptis stet super ossa notis :
HIC IACET IMMITI CONSUMPTUS MORTE TIBULLUS
MESSALLAM TERRA DVM SEQVITVRQUVE MARI."

21 "Ibitis Aegaeas sine me, Messalla, per undas,
o utinam memores ipse cohorsque mei !
Me tenet ignotis aegrum Phaeacia terris.
Abstineas auidas, Mors, modo, nigra, manus !"

22 Cf. F. Cairns, Tibullus, a hellenistic Poet at Rome, Cambridge U.P. 1979, p.44.

23 Cf. op. Cit. p. 45 ; 48-9.

24 Cf. D.H. Mills, "Tibullus and the Phaeacia, a reinterpretation of I, 3", C.J. 69 1973, p. 226-33.

25 Cf. J.P. Brisson, Rome et l'Âge d'Or : de Catulle à Ovide Vie et Mort d'un Mythe, Paris, La Découverte, 1992.

Autore

Université de Paris X - Nanterre

© Presses universitaires de Perpignan, 1994

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search