Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire religieux gréco-romain

 | 
Joël Thomas

Chapitre I. Racines, fondations

La Voix prodigieuse

Alain Moreau

Texte intégral

  • 1 SEBILLOT, p. 160.

« Un homme ayant assisté au sabbat, le diable le fit monter sur un veau qui prit aussitôt sa course et franchissait tous les obstacles ; arrivé à un rideau élevé, le veau le franchit d'un seul bond. « Voilà un beau saut pour un veau ! » ne put s'empêcher de dire le paysan. » « En voilà encore un plus beau ! » dit le veau en lançant son cavalier dans l'espace »1

1Des deux dons merveilleux qui caractérisent cet animal, c'est le second qui nous intéresse ici : la voix prodigieuse. Prodige ? Miracle ? Oui certes, mais un miracle traité de façon enjouée. C'est le ton des fabliaux du Moyen Age, des contes, des satires. Avec leurs animaux dotés de la parole, ils font rire, sourire, se moquent, enseignent (parfois) une morale souvent simple, parfois simpliste, très réaliste. Ils restent le plus souvent extrêmement terre à terre, très proches des préoccupations humaines les plus immédiates. La philosophie se réduit au pessimisme et au pragmatisme ; la crainte et le mystère du surnaturel en sont absents.

  • 2 Voir André TOURNON, le Cymbalum mundi, in A.TOURNON/M.BIDEAUX/H. MOREAU, Histoire de la Littérature (...)

2Il arrive pourtant que la voix prodigieuse soit mise au service d'ambitions plus élevées. Quand dans le Cymbalum Muni attribué à Bonaventure Des Periers l'auteur décrit une altercation entre Phlégon, le cheval parlant, et le palefrenier Statius qui le maltraite, ou bien rapporte la conversation entre deux chiens, Hylactor et Pamphlague (qui parlent pour avoir mangé un morceau de la langue de leur ancien maître, Actéon), certes la tonalité est ludique ; mais les exégètes découvrent derrière le jeu l'écho des multiples querelles théologiques du début du XVIe siècle et une satire souvent violente, même si l'identification des victimes n'est pas toujours facile en raison de la polysémie du texte2. De la même façon quand Cyrano de Bergerac dans Histoire Comique des Etats et Empires du Soleil présente des oiseaux qui parlent et vont même jusqu'à juger devant un tribunal « un animal accusé d'être homme » il amuse sans doute ; mais sous le masque de la fantaisie ce sont des problèmes fort sérieux qui sont évoqués : remise en question de l'anthropomorphisme, du géocentrisme, imagination se perdant, avant Pascal, dans l'évocation de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, tradition gnostique... Et, bien sûr, La Fontaine, le plus connu des peintres d'animaux, déjà dans le recueil de 1668 et plus encore dans ceux de 1678, 1679 et 1694, dépasse la morale un peu courte de ses devanciers, peint des caractères, fait des confidences personnelles, pratique la satire sociale et politique et, choisissant Gassendi contre Descartes, prend parti dans les controverses philosophiques de son temps.

  • 3 Nombres, 22, 28-30.
  • 4 HUGO, Légende des siècles, XV, Le petit roi de Galice, 618-619.

3Il est enfin des écrits où la parole animale s'inscrit dans une atmosphère sacrée, surnaturelle ou pleine de grandeur épique. Le ton devient beaucoup plus solennel. La parole trompeuse du serpent de la Genèse est à l'origine du malheur de l'humanité ; chassés du paradis terrestre, Adam et Eve, ainsi que leurs descendants, connaîtront les fatigues, les souffrances, le vieillissement et la mort. C'est devant l'Ange de Yahvé que l'ânesse dotée de la parole par Dieu, adresse des reproches à son maître Balaam3. C'est lorsque le petit roi de Galice, sauvé par le preux Roland des griffes de ses oncles, a juré devant la statue du Christ d'être un roi loyal, juste et secourable que le cheval de Roland lève la tête et dit : « C'est bien, roi »4. La fin de l'Aigle du Casque a la grandeur terrible de certaines pages de l'Ancien Testament. Tiphaine a tué Angus, l'enfant blond. Alors l'aigle, ornement de son casque s'anime et se met brusquement à parler :

« ... Cieux étoilés, montagnes que revêt
L'innocente blancheur des neiges vénérables,
O fleuves, ô forêts, cèdres, sapins, érables,
Je vous prends à témoin que cet homme est méchant ! »

4puis s'élance sur l'assassin :

  • 5 HUGO, Légende des siècles, XVIII, L'aigle du casque, 386-398.

« Il lui creva les yeux ; il lui broya les dents ;
Il lui pétrit le crâne de ses ongles ardents
Sous l'armet d'où le sang sortait comme d'un crible
Le jeta mort à terre, et s'envola terrible »5.

5Il existe aussi une mystérieuse parole des arbres. Un peu partout dans le monde on a rendu (et on rend parfois encore) un culte aux arbres parce qu'on les croit habités par des esprits. Ils possèdent une âme, une sensibilité et souffrent si la hache entame leur tronc. Quand on abat un chêne

  • 6 J. AUBREY, Remains of Gentilism and Judaism, Londres, 1881, p. 247, cité par FRAZER, p.274.

« il pousse des cris perçants et des gémissements que l'on peut entendre à un mille à la ronde, comme si le génie de l'arbre se lamentait »6.

6On retrouve cette croyance à la sensibilité des arbres et ce sens du mystère dans l'Elégie XXIV de Ronsard quand le poète apostrophe le bûcheron de la forêt de Gastine :

« Ecoute, bûcheron, arrête un peu le bras !
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ;
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoutte à force,
Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ? »

***

7Les Anciens aussi savaient faire parler les animaux et les plantes sur les tons les plus divers. La voix prodigieuse, réduite à un murmure, fait sourire lorsqu'elle s'exprime par l'intermédiaire des roseaux qui révèlent le secret du grotesque roi Midas :

  • 7 Il s'agit d'un thème de conte plutôt que d'un mythe. AARNE/THOMPSON le recensent sous le n°782 (occ (...)

« Midas, le roi Midas, a des oreilles d'âne... »7

  • 8 HES., Trav., 201-212.
  • 9 Sur les animaux prononçant des paroles sages ou prophétiques dans d'autres cultures que la culture (...)

8Il n'y a ni grandeur, ni effroi sacré dans la plus ancienne fable grecque, celle de l'épervier et du rossignol racontée par Hésiode dans les Travaux et les Jours8. Sa morale (qu'on retrouvera chez La Fontaine, par exemple dans la Génisse, la Chèvre et la Brebis en société avec le Lion) est réaliste et pessimiste : c'est le droit du plus fort. Il ne faudra pas davantage chercher la grandeur du style, le mystère et la profondeur de la pensée dans le recueil conservé sous le nom d'Esope ou chez Babrius9.

9A coup sûr ce n'est pas non plus l'effroi sacré qu'on ressent à la lecture des Oiseaux d'Aristophane (où Cyrano de Bergerac a certainement puisé l'idée de sa république des oiseaux). C'est une fantaisie utopique et satirique dans laquelle le poète grec fustige les démagogues et les sophistes corrupteurs, les juges trop crédules et les orateurs sans scrupule, les sycophantes et les charlatans colporteurs d'oracles. Mais il serait exagéré de prétendre qu'on y découvre l'équivalent du gassendisme de Cyrano. C'est par son charme, sa séduction, sa poésie que nous séduit la voix d'Epops la huppe, qui mêle mots parlés et mots chantés, onomatopées et langage articulé.

10En revanche le mystère est présent dans les chênes habités par les nymphes Dryades ou Hamadryades. De sa hache sacrilège l'impie Erysichthon frappe le chêne séculaire consacré à Déméter et honoré par les Thessaliens :

« Le chêne de Déo tressaille et pousse un gémissement » (Ovide, Mét., VIII, 758)

11Alors la voix de la nymphe dont le destin est lié à celui de l'arbre s'élève du milieu du chêne et prophétise :

« Je suis, sous ce bois qui me cache, une nymphe très chère à Cérès ; je te prédis en mourant que le châtiment de tes forfaits approche et c'est ce qui me console de quitter la vie ». (Mét., VIII, 771-773)

12Conformément à la prédiction, Erysichthon connaîtra une mort atroce, qui vaut bien celle de Tiphaine. Aux prises avec une faim irrépressible, il finira par déchirer ses propres membres et se dévorera lui-même.

13C'est aussi à un registre élevé qu'appartiennent les textes épiques où s'exprime la voix prodigieuse et qui seront l'objet de cette étude. Il existe en effet chez Homère et Apollonios de Rhodes une utilisation spécifique de la voix prodigieuse qui se manifeste dans une structure identique comportant trois éléments : le prodige, une prophétie, la présence de la mort.

14- La voix de Xanthe, le cheval d'Achille (Iliade).

15- La voix des vaches du Soleil (Odyssée).

  • 10 Nous ne recenserons pas dans notre corpus des thèmes mythiques qui ne répondent pas exactement à la (...)

16- La voix du navire Argo (Argonautiques d'Apollonios de Rhodes)10.

Xanthe, le cheval d'Achille.

  • 11 Achille fait ici allusion à l'épisode qui a suivi la mort de Patrocle. Hector s'avance pour frapper (...)

17Avide de venger son ami Patrocle, Achille vient de revêtir son armure. Il monte sur son char. Il invite ses chevaux Xanthe et Balios à le ramener vivant après le combat et leur reproche d'avoir abandonné Patrocle, mort, sur place :11

18Et, de dessous le joug, Xanthe, coursier aux jarrets frémissants, lui répond. Brusquement il baisse la tête, et toute sa crinière, échappant au collier, retombe, le long du joug jusqu'à terre. La déesse aux bras blancs, Héré, vient à l'instant de le douer de voix humaine :

« Oui, sans doute, une fois encore, puissant Achille, nous te ramènerons. Mais le jour fatal est proche pour toi. Nous n'en sommes point cause, mais bien plutôt le dieu terrible et l'impérieux destin. Et ce n'est pas davantage à notre lenteur ni à notre indolence que les Troyens ont dû d'arracher ses armes aux épaules de Patrocle. C'est le premier des dieux, celui qu'a enfanté Létô aux beaux cheveux, qui l'a tué au milieu des champions hors des lignes et qui a donné la gloire à Hector. Nous saurons, nous, à la course aller de front avec le souffle de Zéphyr, le plus vite des vents, dit-on ; mais ton destin, à toi, est d'être dompté de force par un dieu et par un homme ».

19Il dit, et les Erinyes arrêtent sa voix. Achille aux pieds rapides violemment s'irrite et répond :

« Xanthe, pourquoi me viens-tu prédire la mort ? Aussi bien n'est-ce pas ton rôle. Je le sais bien sans toi : mon sort est de périr ici, loin de mon père et de ma mère. Il n'importe : je ne cesserai pas, que je n'aie aux Troyens donné tout leur soûl de combat ».
Il dit et, à la tête des siens, il pousse ses chevaux aux sabots massifs. (Il., XIX, 404-424)

20Les trois éléments de la structure sont présents. Tout d'abord le prodige. Pour la première fois (et la dernière), Xanthe, le cheval d'Achille, grâce à l'action de la déesse Héra, se met à parler. Cette parole est une prophétie. Et cette prophétie annonce la mort. La mort et le destin, tels sont les thèmes qui dominent en effet la parole prophétique de Xanthe.

21-Le jour fatal (…)

22-Le dieu terrible et l'impérieux destin (…)

23-Ton destin, à toi, est d'être dompté de force par un dieu et par un homme (…)

  • 12 Sur le cheval et la mort voir Ludolf MALTEN Das Pferd im Totenglauben JDAI, XXIX, 1914, p.179-256 ; (...)

24La mort est présente aussi dans la nature même de l'animal prophète. Xanthe est fils du dieu du vent Zéphyr et de Podargè, l'une des Harpyes. Or les Harpyes sont des démons infernaux ; elles volent les enfants et les âmes ; dans l'iconographie funéraire elles sont parfois ainsi représentées, tenant dans leurs serres l'âme du mort. D'autre part le cheval est un animal chthonien. Il est psychopompe, « conducteur d'âmes », comme Arion, le cheval noir d'Adraste (avatar de la déesse du destin Adrasteia), les chevaux du héros irlandais Cuchulainn ou les chevaux noirs des chasses infernales du folklore français12. L'intervention des Erinyes qui mettent fin au prodige en faisant taire Xanthe est aussi en liaison avec la mort. Comme les Harpyes, ce sont des démons infernaux. Gardiennes de l'ordre, elles ont la fonction de bourreaux chargés de punir les meurtriers. Virgile nous montre l'une d'entre elles en action :

« Aussitôt la vengeresse Tisiphone, armée d'un fouet, bondit sur les coupables, les flagelle et, de sa main gauche dirigeant sur eux ses farouches reptiles, elle appelle la troupe barbare de ses soeurs ». (Enéide, VI, 570-572)

  • 13 On pourrait s'étonner qu'Héra, l'épouse du gardien suprême du Cosmos, soit l'instigatrice de cette (...)
  • 14 Les Erinyes sont nées de Gaia et du sang d'Ouranos (Théog., 183-185). Les Moires sont nées de Nuit, (...)

25Si les Erinyes arrêtent Xanthe, c'est d'abord parce qu'il a commis une double transgression : il parle et il n'est pas conforme à l'ordre du monde que des animaux s'expriment comme les humains ; il prophétise et il n'est pas convenable que les hommes en sachent beaucoup sur l'avenir car ils deviendraient alors trop proches des dieux13. Mais l'action des Erinyes s'explique aussi d'une autre façon : Xanthe a parlé, l'arrêt du destin est rendu. L'intervention des Erinyes, proches des Moires (comme celles-ci, elles sont trois, appartiennent à la génération la plus ancienne du panthéon14, n'ont de compte à rendre à personne et contraignent Zeus lui-même à l'obéissance), est comme la signature, le sceau apposé sur le pacte : Achille doit mourir.

26Cette voix humaine qui brusquement sort de la bouche d'un cheval est un prodige. Elle est stupéfiante. C'est comme un coup de tonnerre. Pourtant Achille ne s'étonne pas. Conformément à son tempérament, il réagit par la colère : mêle-toi de ce qui te regarde ; ce que tu dis, je le sais déjà ; j'irai jusqu'au bout de mon action. C'est qu'en fait Homère a pris soin d'annoncer, habilement et minutieusement, sinon la forme que prend le discours de Xanthe, du moins son contenu. La prophétie du cheval s'inscrit en effet dans tout un ensemble très soigneusement élaboré. La parole de Xanthe et la réponse d'Achille constituent un écho très fidèle de la fin du chant XVI. Patrocle, mourant, s'adresse à Hector, son meurtrier :

« ...Mais j'ai encore quelque chose à te dire ; mets-le toi bien en tête. Tu ne vivras pas bien longtemps non plus. Déjà, à tes côtés, voici la mort et l'impérieux destin, qui veut te voir dompté sous le bras d'Achille, l'Eacide sans reproche ».
(Il., XVI, 851-854)

27Hector répond, alors que l'âme de Patrocle « s'en va, volant, chez Hadès » :

« Patrocle, pourquoi me prédis-tu le gouffre de la mort ? Qui sait si ce n'est pas Achille, fils de Thétis aux beaux cheveux, qui, frappé par ma lance, perdra le premier la vie ? »
(Il., XVIII, 859-861)

28Et, comme Achille, il s'élance aussitôt à nouveau vers le combat.

  • 15 Voir notamment le relevé effectué par EDWARDS, p. 158 et son introduction, p. 7-8.

29Mais c'est surtout la prophétie annonçant la mort d'Achille qui est utilisée comme un motif musical. Esquissé au chant I, le motif revient ensuite à maintes reprises avec une accélération à partir du chant XVIII15.

30- I, 352. Achille s'adresse à sa mère Thétis. L'allusion est rapide :

« O mère, puisque tu m'as enfanté pour une vie brève... »

31- I, 415-418. Thétis s'adresse à Achille :

« Que n'es-tu donc resté, assis près de tes nefs, ignorant des pleurs et des peines, puisque ton destin, au lieu de longs jours, ne t'accorde qu'une vie trop brève ».

32- I, 505. Thétis s'adresse à Zeus :

« Honore mon enfant, entre tous voué à une prompte mort ».

33Ni Achille ni Thétis n'en disent assez pour qu'on puisse savoir si l'allusion à la brièveté de la vie d'Achille est une réflexion générale (la vie d'Achille, comme celle de tous les humains est brève par rapport aux divinités, dont fait partie sa mère Thétis, qui sont immortelles) ou particulière (la vie d'Achille est brève par rapport à celle des autres humains, car tel est son destin).

34- IX, 410-416. Devant l'ambassade des Achéens Achille fait allusion au choix qui lui est proposé :

« Ma mère souvent me l'a dit, la déesse aux pieds d'argent, Thétis : deux destins vont m'emportant vers la mort qui tout achève. Si je reste à me battre ici autour de la ville de Troie, c'en est fait pour moi du retour ; en revanche une gloire impérissable m'attend. Si je m'en reviens au contraire dans la terre de ma patrie, c'en est fait pour moi de la noble gloire ; une longue vie, en revanche, m'est réservée, et la mort, qui tout achève, de longtemps ne saurait m'atteindre ».

35- XI, 794-795. L'allusion est très brève. Nestor s'adresse à Patrocle :

« S'il songe au fond de son coeur à échapper à quelque arrêt divin, que son auguste mère lui aura fait connaître au nom de Zeus... »

36- XVI, 707-709. Apollon s'adresse à Patrocle :

« Arrière, divin Patrocle ! Le destin ne veut pas qu'elle soit prise par ta lance, la ville des Troyens altiers - pas plus que par celle d'Achille, pourtant bien plus brave que toi ».

37A partir du chant XVIII, alors que la mort se rapproche, les occurrences deviennent plus nombreuses :

38Et Thétis, pleurante, à son tour lui dit :

« Ta fin est proche, mon enfant, si j'en crois ce que tu me dis, car tout de suite après Hector, la mort est préparée pour toi ! »

39- XVIII, 329-332. Achille, pleurant sur le corps de Patrocle, s'adresse aux Myrmidons :

« Le destin veut que, tous les deux, nous rougissions le même sol, ici, à Troie. Moi non plus, le vieux meneur de chars de Pélée ne m'accueillera pas de retour dans son palais, ni ma mère Thétis, et cette terre ici même me retiendra ».

40- XVIII, 457-458. Thétis s'adresse à Héphaïstos :

« Viendras-tu, à ce fils qu'attend une prompte mort, donner un bouclier ? »

41- XVHI, 465-466. Héphaïstos répond à Thétis :

« ...aussi vrai que j'aimerais pouvoir le dérober au trépas douloureux, quand l'affreux destin l'atteindra, il aura ses belles armes... »

42Cette fois il n'y a plus d'ambiguïté. Des détails précis sont donnés. Achille n'aura pas la part de vie normalement réservée aux hommes. Il mourra jeune. Il ne retrouvera pas le palais de son père, en Phthie. Il tombera à Troie. Sa mort suivra la mort d'Hector. Il n'y a pas un, mais trois prophètes : Thétis, Achille, Héphaïstos ; cette pluralité atteste la véracité de la prophétie.

43- XIX, 328-330. Achille se lamentant sur Patrocle, fait une allusion rapide à sa propre mort :

« Avant ce jour, mon coeur comptait en ma poitrine que je périrais seul, ici en Troade, loin d'Argos, nourricière de cavales... »

44- XIX, 404-424. C'est le passage central : la prophétie de Xanthe suivie de la confirmation amère et irritée d'Achille. La longueur du développement et la présence du surnaturel font de ce développement l'apogée du motif. Celui-ci disparaît complètement au chant XX (Achille n'a pas le temps d'écouter ou d'émettre des prophéties : il bondit, il massacre, il poursuit) pour ressurgir au chant XXI.

45- XXI, 106-113. Achille s'adresse à Lycaon :

« Pourquoi gémir ainsi ? Patrocle est bien mort, qui valait cent fois plus que toi. Moi-même, tu le vois, je suis beau, je suis grand, je sors d'un noble père, une déesse fut ma mère : et néanmoins la mort est sur ma tête et l'impérieux destin. Un matin viendra - un soir, un midi - où quelqu'un au combat m'arrachera, à moi aussi, la vie, en me touchant ou de sa pique ou d'un trait jailli de son arc ».

46Habilement le poète conserve apparemment le caractère vague des prophéties. Imprécision sur le moment de la mort : un matin, un soir, un midi. Imprécision sur le meurtrier : quelqu'un. Imprécision sur l'arme du meurtre, : une lance, une flèche. Le poète dit et ne dit pas. Le mot « flèche » est prononcé et c'est bien une flèche qui tuera Achille.

47- XXI, 277-283. Achille, poursuivi par le fleuve Xanthe, se lamente :

« Elle (Thétis) prétendait que je périrais sous les murs des Troyens belliqueux, victime des flèches rapides d'Apollon. Ah ! pourquoi n'est-ce pas plutôt Hector qui m'a tué, lui qui a grandi ici le meilleur de tous ? C'eût été alors un brave qui m'eût tué, et il eût dépouillé un brave. Tandis qu'en fait, mon destin, je le vois, est de périr ici, d'une mort atroce, proie d'un fleuve effrayant, ainsi qu'un jeune porcher entraîné par le torrent qu'il passait un jour d'orage ».

48La prophétie serait-elle fausse ? Achille, si certain de son destin jusqu'à présent, remet tout en question. Ironie du sort : la parole du cheval Xanthe a consolidé la prophétie ; l'action de son homonyme, le fleuve Xanthe, l'ébranlé. Mais tout cela n'est que leurre. En réalité un pas de plus a été fait sur la voie de la connaissance. On sait maintenant quel sera l'instrument de la mort d'Achille : l'arc. L'ambiguïté du passage précédent est résolue. Une autre obscurité est aussi en voie de résolution. Xanthe avait prophétisé : « Ton destin, à toi, est d'être dompté de force par un dieu et par un homme ». On sait maintenant que ce dieu est Apollon.

49- XXII, 358-360.Hector mourant prophétise devant Achille, comme naguère Patrocle mourant prophétisait devant Hector :

« Prends garde seulement que je ne sois pour toi le sujet du courroux céleste, le jour où Pâris et Phoibos Apollon, tout brave que tu es, te donneront la mort devant les portes Scées ».

50Cette fois les noms des deux meurtriers sont connus : le second sera Pâris. Le lieu du meurtre est précisé : devant les portes Scées.

51- XXIII, 80-81. Après le surnaturel du cheval qui parle, le surnaturel de l'ombre. L'âme de Patrocle rappelle à Achille son destin :

« Et ton destin, à toi-même, Achille pareil aux dieux, n'est-il donc pas aussi de périr sous les murs des Troyens opulents ? »

52La prophétie est confirmée. En effet la parole d'un mort est parole véridique. Dans les Perses d'Eschyle, lorsque l'ombre de Darios annonce le désastre de Platées le coryphée et la reine Atossa ne peuvent que gémir car ils savent que tout s'accomplira comme l'a prédit le vieux roi.

53- XXIII, 150-151. Achille, offrant sa chevelure au dieu-fleuve Sperchios :

« Et puisqu'en fait je ne dois plus revoir les rives de ma patrie, eh bien ! c'est au héros Patrocle que je veux offrir ici ma chevelure à emporter ».

54C'est un retour du thème en mineur, qui n'apporte rien de nouveau.

55- XXIV, 84-86. Thétis, dans sa grotte creuse au fond des flots, gémit au milieu des déesses marines :

« Thétis, au milieu d'elles, pleure le sort de son fils sans reproche, destiné à périr en Troade fertile, loin de sa patrie ».

56- XXIV, 104-105. Devant Thétis Zeus fait une brève allusion à la mort prochaine d'Achille :

« Tu es donc venue dans l'Olympe, divine Thétis, en dépit de ton chagrin, portant un deuil inoubliable, je le sais, sans que tu me l'apprennes ».

57- XXIV, 131-132. Thétis s'adresse à son fils :

« Je ne dois plus te voir vivre longtemps : déjà, à tes côtés, voici la mort et l'impérieux destin ».

58C'est la dernière apparition du thème sous sa forme la plus pressante, reprise des prophéties de Patrocle sur Hector et de Xanthe sur Achille :

59- XVI, 853.

60- XIX, 409-410.

61- XXIV, 132.

62La vérité de la prophétie de Patrocle sur Hector garantit la vérité de la prophétie de Thétis sur Achille : Thétis reprend exactement les termes de Patrocle. Entre les deux, en position centrale, écho partiel, l'allusion à « l'impérieux destin » dans la prophétie de Xanthe.

63- XXIV, 555-558. Priam s'adresse à Achille :

« ...agrée la large rançon que nous t'apportons. Puisses-tu en jouir et rentrer dans ta patrie, pour m'avoir d'emblée laissé vivre et voir l'éclat du soleil ! »

64Contre-allusion, ironie du destin. On sait bien, après tant d'allusions à la mort prochaine d'Achille, que le souhait ne sera pas exaucé. Le souhait de bonheur et de retour ne fait que renforcer la prophétie sinistre.

65Si l'on reprend l'ensemble des occurrences, on s'aperçoit que la prophétie de Xanthe occupe une position centrale, comme celle qu'il occupe dans le groupe des références à l'impérieux destin plus fort qu'Hector et Achille. Avant l'épisode de Xanthe :

66- I, 352 ; 415-418 ; IX, 410-416 ; XI, 794-795 ; XVI, 707-709 ; XVIII, 94-96 ; 329-332 ; 457-458 ; 464-466 ; XIX, 328-330. Dix occurrences de la mort annoncée.

67- Au centre : XIX, 404-424, la prophétie de Xanthe.

68- XXI, 106-113 ; 277-283 ; XXII, 358-360 ; XXIII, 80-81 ; 150-151 ; XXIV, 84-86 ; 104-105 ; 131-132 ; 555-558. Neuf occurrences de la mort annoncée. La place centrale de l'épisode de Xanthe dans les variations sur le motif constitue une preuve supplémentaire de l'importance de la voix prodigieuse.

***

Les vaches du Soleil.

69La voix prodigieuse qui se fait entendre dans l'Odyssée est un mugissement. Ce n'est pas une voix humaine aux sons articulés. Elle n'en est pas moins extraordinaire. Tirésias et Circé ont recommandé à Ulysse d'éviter l'î1e d'Hélios, sous peine d'avoir à subir le pire des malheurs. C'est pourquoi le héros ordonne de doubler l'île et d'en écarter le vaisseau. Mais Euryloque objecte le sommeil, la fatigue, les dangers d'une navigation nocturne. Il est applaudi par les autres compagnons d'Ulysse et celui-ci est obligé de céder. Il leur fait néanmoins jurer de ne toucher ni aux vaches ni aux moutons, troupeau sacré appartenant au dieu Soleil. Malheureusement les vents contraires empêchent le navire de repartir. Un mois se passe. Les vivres s'épuisent peu à peu. Ulysse s'éloigne et s'enfonce dans l'île pour invoquer les dieux et leur demander du secours. Mais les maîtres de l'Olympe versent sur ses yeux « le plus doux des sommeils ». Euryloque en profite pour haranguer ses camarades et les exhorter à s'emparer des vaches les plus grasses. Une fois les vaches prises, les Grecs s'efforcent de se concilier les dieux par un rituel approprié. Mais les règles sont enfreintes : il n'y a plus d'orge blanche ; on doit se contenter du feuillage d'un chêne. Il n'y a plus de vin ; on effectue les libations avec de l'eau. Les normes ne sont pas respectées et le sacrifice anormal s'inverse en sacrilège. Ulysse enfin se réveille du sommeil funeste envoyé par les dieux, regagne le rivage, sent l'odeur de la graisse, comprend tout et fond en pleurs. Déjà Lampétia, fille d'Hélios et gardienne du troupeau, a prévenu son père et celui-ci a obtenu de Zeus le châtiment exemplaire des coupables. C'est alors qu'éclate le prodige :

  • 16 Voir le commentaire d'A. HEUBECK et A. HOEKSTRA, p. 140.

« J'étais redescendu du navire, à la mer. J'allais de l'un à l'autre et je les querellais. Hélas ! nous ne pouvions découvrir de remèdes : les vaches n'étaient plus, et voici que les dieux nous envoyaient leurs signes : les dépouilles rampaient ; les chairs cuites et crues meuglaient autour des broches ; on aurait dit la voix des bêtes elles-mêmes ». (Od...XII, 391-396)16.

70Double miracle : ces chairs mortes se meuvent, émettent des sons. Nous retrouvons la structure de l'épisode de Xanthe, car si la voix prodigieuse est présente, la prophétie est là aussi. Elle est dans les prédictions de Tirésias et de Circé :

« Respecte ses troupeaux, ne songe qu'au retour, et je crois qu'en Ithaque, à travers tous les maux, vous rentrerez encore ; mais je te garantis, si vous les maltraitez, que c'est fini de ton navire et de tes gens ; tu pourrais t'en tirer et revenir, mais quand ?... et dans quelle misère ! tous tes hommes perdus ! sur un vaisseau d'emprunt ! et pour trouver encore le malheur au logis ! » (Od., XI, 110-115 ; XII, 137-141, où manque seulement l'équivalent du vers 115)

71Le prodige confirme la prophétie, car le surnaturel révèle la présence des dieux. Avertis une première fois par les prophéties, les hommes ont néanmoins commis la transgression. Avertis une seconde fois par le prodige, les hommes ont néanmoins mené jusqu'à son terme la transgression :

« Durant six jours entiers, mes braves compagnons ont de quoi banqueter : ils avaient au Soleil pris ses plus belles vaches ». (Od., XII, 397-398)

72Ils sont donc inéluctablement condamnés au châtiment qu'annoncent les signes extraordinaires envoyés par Zeus. La mort annoncée, troisième élément de la structure, ne tarde pas à se réaliser :

  • 17 Ici je choisis la traduction de Philippe JACCOTTET. Victor BERARD se comporte avec le texte d'Homèr (...)

« ... à la poupe le mât frappa le pilote à la tête et lui broya les os de la tête d'un coup : pareil à un plongeur, il tomba du gaillard : l'âme fière quitta les os. Zeus à la fois tonna et foudroya notre bateau qui tourna sur lui-même, frappé par l'éclair de Zeus, et se remplit de soufre ; ils passèrent par-dessus bord. Autour du bateau noir, comme des corneilles, ils étaient ballottés par les flots ; un dieu les privait de retour ». (Od., XII, 411-419)17.

73Ainsi le schéma dégagé dans l'épisode de Xanthe se retrouve-t-il dans celui des vaches dépecées et mugissantes. De la même façon on y découvre aussi échos, signes, variations. La prophétie est préparée par le souhait qu'adresse Polyphème à son père, Poséidon :

« ...ou du moins, si le sort lui permet de retrouver les siens et sa haute maison, au pays de ses pères, fais qu'après de longs maux, sur un vaisseau d'emprunt, il n'y rentre, privé de tous ses compagnons, que pour trouver le malheur au logis ! » (Od., IX, 532-535)

74C'est l'esquisse des prédictions de Tirésias et de Circé. Les deux derniers vers du souhait seront repris presque littéralement dans la prédiction (cf. - IX, 534 et 535 ; XI, 114 (= XII, 141), et 115).

75Le mugissement des vaches est lui aussi préparé. Les compagnons d'Ulysse qui, à cause de leur imprudence, sont tombés dans le piège tendu par Circé et ont été métamorphosés en porcs, entourent Ulysse comme des veaux entourent leurs mères :

« Leur meuglante cohue se presse autour des mères » (Od., X 4123-414)

76L'imprudence a entraîné un prodige : le passage de l'humain à l'animal. Le crime entraîne un prodige : le passage du mort au vivant, ou du moins de l'inanimé à l'animé. Le verbe µυκάοµαι crée un lien et souligne aussi la différence : la faute est pardonnée, le crime est inexpiable.

77Echo, l'épisode des vaches mugissantes est aussi annonce. Les viandes rôties (XII, 396), repas sacrilège, sont l'antithèse des viandes rôties (XVI, 50) du repas hospitalier qu'Eumée offre à Ulysse et Télémaque. L'un prépare la mort des convives, l'autre prépare leur victoire. Ce sont les deux seuls emplois de cet adjectif dans toute l'Odyssée.

78Enfin, le prodige lui-même annonciateur du châtiment ouvre la voie à un autre prodige également annonciateur du châtiment, celui des prétendants :

« Télémaque parlait. Mais Pallas Athéna, égarant leur raison, les fit tous éclater d'un rire inextinguible. Leurs mâchoires riaient sans qu'ils sussent pourquoi ; les viandes qu'ils mangeaient se mettaient à saigner ; ils voulaient sangloter, les yeux emplis de larmes ». (Od., XX, 345-349)

79Le prodige est renforcé et interprété par les visions du devin Théoclymène : le sang coule aux murs, l'auvent se remplit de fantômes, une nuée de mort recouvre tout.

80Comme l'épisode de Xanthe, l'épisode des vaches mugissantes occupe une position centrale dans un système moins développé mais un peu plus complexe puisqu'ici il ne s'agit pas d'un seul motif aux récurrences nombreuses mais d'un entrelacement de motifs.

***

Le navire Argo.

81Au IIIe siècle Apollonios s'efforce de ressusciter le genre épique, non en écrivant un conte épique comme l'Hécalé de son ancien maître devenu adversaire Callimaque, mais une véritable épopée de style homérique, les Argonautiques. Or le mythe lui offrait d'emblée une voix prodigieuse, celle du navire Argo. Sa façon de traiter ce thème ressemble à celle d'Homère.

  • 18 Principales références à la poutre parlante : ESCHYLE, Argo, Fr.36 Mette = 20 Nauck 2 = 20 et 20a R (...)

82Au milieu de l'étrave du navire, Athéna a introduit une poutre parlante qui vient d'un chêne de la forêt de Dodone consacrée à Zeus18. Cette voix d'Argo joue un rôle à deux reprises dans les Argonautiques. Elle se fait entendre au moment du départ :

« Tout à coup un cri terrible jaillit du port de Pagases et d'Argo elle-même, enfant du Pélion, qui hâtait le départ ; en effet dans la nef était enfoncée une poutre divine qu'Athéna avait tirée d'un chêne de Dodone pour l'ajuster au milieu de l'étrave ». (Apoll. Rh.., I, 524-527)

  • 19 Voir MOREAU, Le Mythe, lère partie, Ch. III, Jason et les Argonautes : l'initiation.

83S'il n'y a pas ici de prophétie, il y a du moins le prodige et le thème de la mort est présent. Car l'expédition des Argonautes est un voyage initiatique caractérisé par la symbolique de la mort et de la résurrection. Le pays de la toison d'or est un pays de l'Autre Monde où règne un avatar du dieu Hadès, Aiétès. Pour y pénétrer il faudra nécessairement commettre une transgression, passer du monde des Grecs à un monde inconnu, en franchissant les portes dangereuses, les Symplégades, et payer un lourd tribut, les morts mystérieuses du devin Idmon tué par un sanglier monstrueux et du pilote Tiphys, frappé par une maladie foudroyante19. La voix prodigieuse qui se fait entendre au départ de l'expédition souligne la présence du surnaturel et du danger.

84C'est aussi à un moment décisif qu'Argo intervient pour la seconde fois. Jason et Médée ont attiré Apsyrtos, frère de Médée, dans un guet-apens où il a trouvé la mort. Le meurtre s'est déroulé dans des conditions atroces. Jason l'a frappé « comme fait un tueur de boeufs pour un grand taureau ». Au moment de mourir Apsyrtos a recueilli dans ses mains le sang coulant de sa blessure et en a rougi le voile et la tunique de sa soeur criminelle. Et Jason a parachevé le crime en pratiquant sur Apsyrtos deux rites apotropaïques particulièrement barbares, le maschalisme (il a coupé les bras et les jambes du mort) et le rite du sang trois fois léché et recraché (dans la bouche du mort, déclare le scholiaste). Zeus est courroucé contre eux. Insouciants, les Argonautes continuent leur voyage, qui les conduira vers la mort. Héra, qui veut les sauver, excite des vents contraires. C'est alors que la voix d'Argo se fait entendre :

« Et voici que, tout à coup, au milieu de leur course, retentit une clameur humaine, celle de la poutre parlante du navire qu'Athèna avait tirée d'un chêne de Dodone pour l'ajuster au milieu de l'étrave. Une crainte mortelle les saisit pendant qu'ils entendaient la voix et le lourd courroux de Zeus : elle leur disait qu'ils n'échapperaient ni aux dangers de la mer immense ni aux terribles tempêtes si Circé ne les purifiait du meurtre cruel d'Apsyrtos ; elle ordonnait à Pollux et à Castor de supplier les dieux immortels de leur ouvrir les routes menant à la mer Ausonienne où ils trouveraient Circé, fille de Persé et du Soleil.
Ainsi clama Argo au crépuscule ». (Apoll. Rh., IV, 580-592).

85Cette fois les trois éléments du motif sont représentés : le prodige, la prophétie et la mort. La mort attend les Argonautes si les assassins ne sont pas purifiés. Et c'est au crépuscule que se fait entendre la prédiction redoutable, au moment où descend une nuit qui pourrait bien devenir une nuit de mort comme dans l'Iliade cette ombre qui s'étend sur les yeux des guerriers massacrés. Quant au jeu des signes et des échos, il est présent chez Apollonios comme chez Homère grâce au thème récurrent de la construction d'Argo : I, 18-19 ; 111-114 ; 226 ; 526-527 ; 551 ; 722-724 ; II, 611-614 ; 1187-89 ; III, 340 ; IV, 582-583.

86Même dans cette oeuvre tardive et maladroite que constituent les Argonautiques orphiques on retrouverait notre schéma (ce qui n'a rien d'étonnant puisque l'auteur compose à l'évidence avec l'oeuvre d'Apollonios sous les yeux, même s'il s'en démarque parfois).

87- vers 244 : « l'éloquente Argo ».

88- vers 267-269 : le mugissement du « chêne de Romaros » se fait entendre au moment du départ, comme chez Apollonios.

89- vers 489 : « l'éloquente Argo ».

90- vers 1155-1172. C'est le passage essentiel. On y retrouve le prodige, la prophétie et la mort :

« Tandis que les héros exécutaient toutes ces manoeuvres, du creux du navire, il se mit à mugir et à crier, le chêne de Tomaros que jadis Pallas avait ajusté sous la quille d'Argo. Il parla ainsi et tous les esprits furent saisis de stupeur :
« Malheur à moi ! que n'ai-je péri, fracassée au milieu des roches Kyanées et des flots de l'Axin, plutôt que d'errer comme à présent, ignorée de tous, à cause de l'inconscience manifeste des princes ; car maintenant, sans répit, l'Erinys, née du sang d'Apsyrtos qui tomba sous une main fraternelle, nous poursuit de son pied qui saura nous atteindre, tôt ou tard, et elle se plaît à amasser malheur sur malheur. Désormais en effet j'aurai pour lot une triste et lamentable fin si j'approche des îles d'Ierné. Oui, à moins que vous ne me fassiez doubler les Caps Sacrés pour pénétrer au sein du golfe que forment la terre et la mer inféconde, j'irai me perdre au large à travers l'Atlantique ».
A ces mots, il arrêta sa voix. Le coeur des Minyens se glaça en eux, percé de part en part car ils allaient avoir une mort lamentable à cause des amours de Jason ». (Arg. orph., 1155-1172)

91- vers 1178 : « la prophétie véridique d'Argo ».

92- vers 1345 : « l'éloquente Argo ».

***

  • 20 Selon F. VIAN (édition, p. 46) le poème des Argonautiques orphiques pourrait être postérieur à la p (...)
  • 21 HDT., VIII, 35-39.

93Ainsi du VIIIe siècle av. J.C. au Ve siècle ap. J.C.20 le thème de la voix prodigieuse s'est-il exprimé dans l'épopée grecque selon une même structure et avec le même jeu de récurrences. Le corpus est restreint. C'est que le prodige de la voix prodigieuse, mystérieux et terrifiant, ne se manifeste que dans des circonstances exceptionnelles comme dans cet épisode de la seconde guerre médique rapporté par Hérodote21. Après avoir anéanti la troupe de Léonidas aux Thermopyles, les Perses déferlent sur la Grèce centrale. Un groupe se détache de l'armée avec pour objectif de piller le sanctuaire de Delphes. Mais au moment où les Barbares sont tout proches et en vue du lieu consacré à Apollon, une multitude de prodiges se produit :

  1. Les armes sacrées, transportées sans l'intervention des hommes, apparaissent hors du temple, comme si le dieu lui-même avait sorti ses armes pour se défendre.

  2. La foudre tombe du ciel sur les Barbares. Cette fois c'est Zeus qui agit.

  3. Des rochers se détachent de la cime du Parnasse et vont écraser les pillards (On reconnaît à nouveau la présence d'Apollon qui protège son domaine).

  4. Une clameur et un cri de guerre se font entendre du temple d'Athéna Pronaia, troisième divinité à intervenir.

  5. Une panique irraisonnée (Φόβος, qui pourrait bien être Phobos, le dieu de l'Epouvante) s'empare des Barbares qui s'enfuient.

  6. Les héros honorés à Delphes Phylakos (le Gardien) et Autonoos, sous la forme d'hoplites de taille surhumaine, poursuivent et tuent les fuyards.

  7. Les blocs détachés du Parnasse apollinien tombent comme par hasard dans l'enclos d'Athéna Pronaia, manifestant ainsi la convergence des dieux au service de la protection des lieux saints et du châtiment des criminels.

94On remarquera la fidélité d'Hérodote au schéma structurel du thème de la voix prodigieuse. Le prodige est étroitement lié à la mort : la plus grande partie des Barbares sacrilèges est massacrée. Dans la série de sept prodiges il occupe la quatrième place, c'est-à-dire la place centrale, comme chez Homère. Enfin la prophétie est également présente puisqu'aux Delphiens terrifiés par l'approche des Perses qui consultaient l'oracle au sujet des trésors sacrés le dieu avait répondu qu'ils ne devaient pas les déplacer et qu'il se chargerait de défendre à lui seul ce qui lui appartenait. La succession des prodiges est la réalisation de la prophétie.

95Le récit d'Hérodote est intéressant à un autre titre. Il souligne l'importance du thème de la transgression dans le motif de la voix prodigieuse. Le projet barbare de piller le sanctuaire delphique est une transgression majeure. A cette transgression majeure doit correspondre un châtiment majeur, la mort, annoncé par des prodiges exceptionnels. De même les Argonautes commettent deux transgressions majeures : l'entrée dans un monde qui est hors du monde, et l'assassinat d'Apsyrtos aggravé par la mutilation du cadavre. Les compagnons d'Ulysse commettent un crime du même type que les pillards perses, un sacrilège : ils offensent Hélios comme les Perses offensent Apollon. Enfin la transgression est présente dans l'épisode de Xanthe. Dans le prodige lui-même, nous l'avons vu, mais aussi dans le comportement d'Achille. Au moment où Xanthe profère sa prédiction, Achille vient de revêtir la nouvelle armure forgée par Héphaïstos. Il est plein de cette soif de vengeance qui va l'amener à tuer sans pitié les Troyens (jusqu'à en faire un tel massacre que le Xanthe/Scamandre a ses ondes encombrées de cadavres et ne peut déverser ses flots dans la mer), à refuser les honneurs funèbres à Hector et à traîner son cadavre trois fois autour de la tombe de Patrocle au point de provoquer l'indignation des dieux. La prophétie de Xanthe pourrait donc constituer une mise en garde. En rappelant à son maître le destin qui l'attend, la mort, Xanthe lui rappelle aussi qu'il appartient à la condition humaine, qu'il doit respecter les lois que les dieux imposent aux hommes et ne pas tomber dans la démesure. Si Achille refuse de tenir compte de l'avertissement, il aura du moins la sagesse d'obéir immédiatement à l'injonction pressante de Zeus transmise par sa mère Thétis :

96Tῇδ’εĭη

« Ainsi en soit-il donc ! »
(Il., XXIV, 139)

97Rien de commun donc entre le veau qui parle dans le récit picard et les voix prodigieuses de l'Antiquité grecque. La voix prodigieuse n'appartient pas au domaine du bizarre, du curieux ou de l'insolite. Elle est avertissement divin.

Bibliographie

Textes

- APOLLONIOS DE RHODES, Argonautiques, Paris, Les Belles Lettres, 1974-1981 (Ed. F. Vian, trad. E. Delage et F. Vian).

- Argonautiques Orphiques, Paris, Les Belles Lettres, 1987 (Ed. F. Vian).

- HÉRODOTE, Histoires, Paris, Les Belles Lettres, lère éd., 1932 (Ed. Ph. E. Legrand).

- HOMÈRE, Iliade, Paris, Les Belles Lettres, lère éd., 1937-38 (Ed.P. Mazon).

- HOMÈRE, Odyssée, Paris, Les Belles Lettres, lère éd. 1924 (Ed. V. Bérard).

- VALERIUS FLACCUS, Argonautiques, Paris, Panckouke, 1829 (trad. Caussin) ; éd. anglaise : Londres, coll. Loeb, lère éd. 1934 (Ed. J.H. Mozley).

Ouvrages critiques et commentaires.

- Antti AARNE et Stith THOMPSON, The types of the Folktale, Helsinki, 1964 (lère éd. 1961).

- Jean CHEVALIER et Alain GHEERBRANDT, Dictionnaire des symboles, Paris, Seghers, 2ème éd. 1973 (lère éd. Paris, Laffont/Jupiter, 1969).

- Jean-Paul CLEBERT, Bestiaire Fabuleux, Paris, Albin Michel, 1971.

- Gilbert DURAND, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Bordas, 5ème édition 1978.

- G.S. KIRK, general editor, The Iliad : A Commentary, Cambridge University Press :

- Vol. I, 1-4, G.S. Kirk, 1985, rééd. 1987,1990.

- Vol. II, 5-8, G.S. Kirk, 1990.

- Vol. III, 9-12, Brian Hainsworth, 1993.

- Vol. IV, 13-16, Richard Janko, 1992.

- Vol. V, 17-20, Mark W. Edwards, 1991.

- Vol. VI, 21-24, Nicholas Richardson, 1993.

- James George FRAZER, Le Rameau d'Or, Tome I. Le roi magicien dans la société primitive, Paris, Laffont, coll. Bouquins, 1981 (lère éd. en français, Paris, Paul Geuthner, 1935).

- Gabriel GERMAIN, Genèse de l'Odyssée, Paris, PUF, 1954.

- Alfred HEUBECK/Arie HOEKSTRA, A Comment ary on Homer's Odyssey, vol. II, Books IX-XVI, Oxford Clarendon Press, 1989, lère éd. brochée 1990, rééd. 1992.

- Alain MOREAU, « Lupus Duplex. Troisième partie : du mythe au conte », Conn. Hell., 43, Avril 1990, p.49-58.

- Alain MOREAU, Le Mythe de Jason et Médée. Le va-nu-pied et la sorcière, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

- Karl REINHARDT, « Die Abenteuer des Odysseus », in Von Wegen und Formen, Godesberg, 1948, p. 52-162 : Tradition und Geist, Göttingen, 1960, p. 47-124.

- Paul SEBILLOT, La Faune, Paris, Imago, 1984 (lère éd., Paris, Grumolto, 1904-1906).

- H. STOCKINGER, Die Vorzeichen in homerischen Epos. Ihre Typik und ihre Bedeutung, Dissertation, Munich, 1959.

Notes

1 SEBILLOT, p. 160.

2 Voir André TOURNON, le Cymbalum mundi, in A.TOURNON/M.BIDEAUX/H. MOREAU, Histoire de la Littérature Française du XVIe siècle, Paris, Nathan, 1991, p.63-65 ; ainsi que l'édition de Peter HAMPSHIRE NURSE avec une préface de Michael SCREECH, Genève, Droz, Coll. des Textes Littéraires Français, 1983.

3 Nombres, 22, 28-30.

4 HUGO, Légende des siècles, XV, Le petit roi de Galice, 618-619.

5 HUGO, Légende des siècles, XVIII, L'aigle du casque, 386-398.

6 J. AUBREY, Remains of Gentilism and Judaism, Londres, 1881, p. 247, cité par FRAZER, p.274.

7 Il s'agit d'un thème de conte plutôt que d'un mythe. AARNE/THOMPSON le recensent sous le n°782 (occurrences en Russie, Turquie, Grèce, Roumanie, Serbie, Croatie, Inde et Chili).

8 HES., Trav., 201-212.

9 Sur les animaux prononçant des paroles sages ou prophétiques dans d'autres cultures que la culture grecque, voir C.M. BOWRA, Heroic Poetry, Londres, 1952, p.165-170.

10 Nous ne recenserons pas dans notre corpus des thèmes mythiques qui ne répondent pas exactement à la définition de la voix prodigieuse :

  • Les prophéties par le vol des oiseaux. L'oiseau ne parle pas.

  • Les prophéties par l'étude des entrailles. L'animal ne parle pas.

  • L'animal-guide : au point de départ généralement un oracle de Delphes qui indique comment trouver le lieu d'une fondation. Mais l'animal désigné par sa couleur blanche ou noire ou par un signe (comme les taches blanches en forme de pleine lune sur les flancs de la vache de Cadmos), ne parle pas. Souvent il indique le lieu de fondation en s'écroulant de fatigue après une longue pérégrination.

  • La prophétie animale interprétée par un devin. Mais ce n'est pas l'animal qui parle le langage des hommes; c'est l'homme qui comprend le langage des animaux : le devin Mélampous connaît la langue des oiseaux et des vers rongeurs de bois.

Sur ces thèmes, quelques titres dans une abondante bibliographie : L. HOPF, Tierorakel und Orakeltiere, 1888; J.G. FRAZER, Pausanias. Description of Greece, London, 1898, Tome V, p.241 ; Jacqueline DUCHEMIN, La houlette et la lyre, Paris, Les Belles Lettres, 1960, p.257-321 ; Francis VIAN, Les origines de Thèbes, Cadmos et les Spartes, Paris, Klincksieck, 1963, p.76-93.

11 Achille fait ici allusion à l'épisode qui a suivi la mort de Patrocle. Hector s'avance pour frapper le cocher Automédon :
« Mais déjà ses chevaux rapides emportent Automédon, ses chevaux immortels, splendides présents des dieux à Pélée ». Il., XVI, 866-867.

12 Sur le cheval et la mort voir Ludolf MALTEN Das Pferd im Totenglauben JDAI, XXIX, 1914, p.179-256 ; G. DURAND, p. 79-81 ; CHEVALIER/GHEERBRANDT, Tome I, P. 350-363 ; J.P. CLEBERT, p. 100-110 ; J. PUHVEL, Comparative Mythology, Baltimore, 1987, p.269-276 ; A. MOREAU, Lupus Duplex, p.49-50. Sur Adraste, voir A. MOREAU, « Etymologie et mythe originel Adraste, Andromaque, Déjanire », in Sens et pouvoirs de la nomination dans les cultures hellénique et romaine, Publ. de la Recherche, Univ. Paul Valéry, Montpellier, 1988 (éd. Suzanne Gély), p. 108-113

13 On pourrait s'étonner qu'Héra, l'épouse du gardien suprême du Cosmos, soit l'instigatrice de cette double transgression. Mais Héra n'est pas l'épouse soumise de Zeus. Ses colères meurtrières de femme jalouse sont célèbres. Dans l'Iliade même, loin de seconder Zeus dans sa volonté d'établir un certain type de rapport de forces entre Troyens et Achéens, elle fait tout ce qu'elle peut pour favoriser les Achéens. Enfin, une fois au moins, elle s'est mise entièrement au service de la transgression et du Chaos : en colère contre Zeus parce qu'il avait engendré Athéna, elle obtint en invoquant Gaia, Ouranos et les Titans, d'engendrer à elle seule, à son tour, par pathénogénèse,'l'effroyable et sinistre Typhon, le fléau des mortels" (Hymne Homérique à Apollon, I 305-355 ; variante : schol. B. à Il., II, 783).

14 Les Erinyes sont nées de Gaia et du sang d'Ouranos (Théog., 183-185). Les Moires sont nées de Nuit, par parthénogénèse (Théog., 217). Il est vrai qu'Hésiode, se contredisant, offre ensuite une seconde version selon laquelle les Moires seraient nées de Dikè et de Zeus (Théog., 9101-906).

15 Voir notamment le relevé effectué par EDWARDS, p. 158 et son introduction, p. 7-8.

16 Voir le commentaire d'A. HEUBECK et A. HOEKSTRA, p. 140.

17 Ici je choisis la traduction de Philippe JACCOTTET. Victor BERARD se comporte avec le texte d'Homère de façon aussi sacrilège que les compagnons d'Ulysse avec les vaches d'Hélios.

18 Principales références à la poutre parlante : ESCHYLE, Argo, Fr.36 Mette = 20 Nauck 2 = 20 et 20a Radt ; Antimaque, Fr. 58 Wyss : Calimaque, Fr. 16 Pfeiffer ; Apoll. Rh, I, 524-527 ; IV, 580-592 ; Lycophron, 1320-25 : Tzetz. à Lyc., 1319 ; Apollod., I, 9, 16 et 19 ; Valerius Flaccus, I, 2 ; I, 300-309 ; Argonautiques orphiques, 244, 1155-57, 1345. Voir A. Moreau, Le mythe de Jason et Médée, "Le mythe dans son déroulement", note 17.

19 Voir MOREAU, Le Mythe, lère partie, Ch. III, Jason et les Argonautes : l'initiation.

20 Selon F. VIAN (édition, p. 46) le poème des Argonautiques orphiques pourrait être postérieur à la première moitié du Ve siècle ap. J.C..

21 HDT., VIII, 35-39.

© Presses universitaires de Perpignan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540