Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire religieux gréco-romain

 | 
Joël Thomas

Chapitre I. Racines, fondations

Figures du voyage en Italia graeca : aspects de l'imagination des origines. Italos, Héraklès, le centaure Marès

Suzanne Gely

Texte intégral

  • 1 cf. not. Guigliano : "Vie protostoriche, assi et direttrice protostoriche in Calabria" in Klearcho (...)
  • 2 M. Pallottino : Storia della prima Italia, Milan, 1984 ; tr. fr. aux Presses de l'Université de St (...)
  • 3 cf S. Gély : le Nom de l'Italie, Mythe et Histoire, d'Hellanicos à Virgile, publications du C.I.R. (...)
  • 4 dont les interprétations sont rapportées par Denys d'Halicarnasse, Antiquités Romaines I, 35-36.
  • 5 cf ci-dessous n. 10.

1La configuration géographique de la Calabre en fait depuis des millénaires une terre d'isolement et de repli, en même temps zone de favorable aux et aux qu'une passage, migrations voyages, entre le Nord et le Sud, l'Est et l'Ouest1. Qui s'étonnerait dans ces conditions que les héros les plus célèbres sans doute parmi ceux qui ont laissé en cette région des traces onomastiques et plus précisément éponymiques, Héraklès et Italos, apparaissent, dans les épisodes italiens de leurs destinées, comme des héros voyageurs ? Mais pourquoi nous intéresser à leurs figures et, de ce fait, à leurs noms, sinon parce que les légendes qui se cristallisent autour de leurs aventures bruttiennes peuvent nous permettre d'entrevoir quelques aspects de la région et des peuples en qui s'unirent l'Est et l'Ouest et, quelque peu, le Nord et le Sud, pour donner naissance à la première Italie ? Cette ‘prima Italia’2 qui se forme autour de Tarente au Ve siècle avant notre ère lorsque, précisément, le nom Italia prend le pas sur les autres dénominations3, trouve en ses premiers historiens, Hellanicos, Antiochos4, essentiellement des chantres de sa grécité. Certes Hellanicos, tout en mettant en scène la persona hellénique du héros divin Héraklès - dont on connaît des répondants sur tout le pourtour du bassin méditerranéen : le Melqart phénicien, l'Herclé étrusque, l'Herclos centro-méridional italien, l'Hercules romain...5 donne quelque rôle à une population locale et à un langage local, l'osque, assez proche du latin. Avec Antiochos du moins tout paraît grec dans l'origine légendaire de l'Italie : on n'y perçoit plus, à première lecture en tout cas, la trace onomastique de la course d'Héraklès à la poursuite d'un ‘vitello’- viteliu en osque - mais seulement l'éponymie, léguée par le roi Italos, dont on apprend d'ailleurs qu'il est de race oenôtre et donc apparenté à Dardanos et d'origine italienne :

« Quand on remonte le cours du temps, le pays fut nommé Italie à partir d'un dynaste nommé Italos. Cet homme, selon Antiochos de Syracuse, était un prince à la fois bon et avisé qui, par la persuasion ou, à défaut, par la force, soumit tout le territoire situé entre les baies de Napété et de Scylax, et ce fut là le premier pays appelé Italie, d'après le nom d'Halos. Cet Italos, du reste, était un oenôtre par sa naissance. Mais, selon Hellanicos de Lesbos, lorsqu'Héraklès conduisait le troupeau de Géryon en direction d'Argos et que son trajet l'amena en Italie, une bête s'échappa du troupeau et parcourut, dans sa fuite, la côte en toute sa longueur, puis, passant le détroit à la nage, parvint en Sicile. Héraklès, à la poursuite du jeune taureau, demanda aux habitants des localités qu'il traversait si l'on avait pu apercevoir l'animal en quelque endroit ; comme les gens de la région, qui comprenaient seulement un peu de grec et se servaient de leur propre idiome pour désigner l'animal, l'appelaient vitulus [transcription latine de l'osque uiteliu] comme on le fait encore, il nomma Vitulia, en souvenir du jeune taureau, toute la région que celui-ci avait parcourue dans son vagabondage. » (Denys d'Halicarnasse, Antiquités Romaines I, 35-36.)...

  • 6 cf S. Gély, postface de Sens et Pouvoirs de la Nomination t. I, publications du SEMA, Presses de l (...)

2Une approche sémantique de l'histoire, qui s'impose lorsque celle-ci ne peut guère être entendue qu''aux portes de la légende', doit tout d'abord remonter le temps, en allant du mieux connu à l'inconnu, avant de redescendre la durée pour tenter de saisir permanences, ruptures, analogies, différences, tant dans le cours des choses que dans leurs représentations et leurs dénominations6. C'est pourquoi nous nous sommes proposé d'examiner d'abord le personnage d'Italos, puis celui d'Héraklès, enfin les centaures et les taureaux qu'ils rencontrent dans leurs vagabondages légendaires ainsi que dans les figurations plastiques et monétaires qui en offrent les traces. Nous tenterons, ce faisant, de percevoir dans la métaphore des mythes et au travers de leurs métamorphoses, les voyages et les migrations des peuples et des hommes, en cette terre de confins d'où rayonna le nom de l'Italie. Il va de soi que nous ne pouvons donner quelque assise à nos jugements ou à nos propositions que si les confirment des documents matériels indiscutables offerts par l'archéologie.

3Pour ce qui est d'Italos, aucune représentation figurée du personnage ne nous est à ce jour connue. Rien dans les monnaies, rien dans la statuaire ou la céramique, même pas sur les lieux où il est censé avoir exercé et étendu son pouvoir. Virgile évoque bien une statue d'Italus, parmi les vénérables ancêtres de Latinus sculptés dans du vieux bois de cèdre :

« Là encore, les statues des lointains aïeux, dans leur ordre, taillées d'antique cèdre, Italus, l'auguste Sabinus qui planta la vigne et tient encore, dûment sculptée, sa serpe croche, le vieillard Saturne, l'image de Janus aux deux fronts se dressaient dans le vestibule et avec eux les autres rois depuis l'origine, et les héros qui, combattant pour la patrie, avaient souffert des blessures de Mars. » (Aen. VII, 177-182, trad. J. Perret).

4Mais il semble qu'il y a là pure fiction de poète, qui prête une effigie à ce qui pourrait bien n'avoir été qu'un nom, destiné à fournir l'étiologie, en termes grecs et en contexte grec, du territoire et de la ‘nation’ italiens en pays bruttien, son berceau.

  • 7 cf l'ensemble des travaux de D. Briquel sur les Pélasges et les Etrusques. Pour l'Oenôtrie, on tro (...)

5Italos a du moins chez Antiochos de Syracuse une hérédité de voyageur : par la race à laquelle il est censé appartenir, celle des Oenôtres, descendants d'un Oenotrus (l'éponyme d'Oenotria, l'un des noms précédents de la petite Italie), lequel serait venu d'Arcadie ; un descendant d'émigrés très anciens : prétendus antérieurs à la guerre de Troie les antiques Oenôtres ont partie liée avec les Pélasges, ces 'peuples de la mer', que les historiens et les poètes anciens font surtout intervenir à propos des cités étrusques7. L'éponyme des Oenôtres et de l'Oenôtrie, Oenôtros, le grand-père de Pélasgos, avait abandonné la Grèce - et, en Arcadie, sa terre natale -, parce que son père Lycaon, pourvu de vingt-deux fils, ne lui laissait pas un héritage suffisant. Il avait été accompagné dans sa migration par quantité de Grecs - la Grèce était très peuplée en ces temps-là, précise Denys - , de Grecs qui n'avaient pas assez de terres, eux non plus, pour en tirer leur subsistance. Ces migrants se sédentarisent et cultivent la vigne sur un sol qui lui est favorable : c'est ce que nous laisse entendre le nom qui les désigne.

6Italos fait donc, à quelque titre, figure de voyageur, dans la fiction mythologique des origines transmises par Denys lorsqu'il se réfère à Antiochos. Thucydide, de son côté, avait montré en lui un véritable migrant, conducteur de migrants : les Sikèles ou Sicules, chassés d'Italie par les Opiques (une variété d'Osques) depuis le Latium vers la Grande Grèce où ils font étape avant de passer en Sicile (Guerre du Péloponnèse, VI, 4). Il va de soi que l'historien relatait la légende sans la cautionner davantage. Mais la légende même, et rapportée comme telle, s'historicise chez lui, réfléchissant l'une des réalités les plus criantes chez les peuples condamnés au voyage par les nécessités de la démographie et de l'économie, et par les convoitises qu'elles entraînent.

7Italia ne nous dirait que le nom d'Italos si ce nom lui-même n'en suggérait un autre, précisément celui qu'il a, vraisemblablement, recouvert lorsque la légende totalement hellénisée d'un éponyme ainsi désigné s'est superposée à celle d'Héraklès poursuivant un ‘vitello’ échappé à son troupeau. C'est du moins ce que laisse entendre la paronymie Italia-Vitulia. Et nous verrons qu'à cet égard la documentation archéologique tend à confirmer la suggestion des mots.

8Si les traits du voyageur ne sont pas toujours nettement marqués chez Italos, sauf dans la version thucydidienne de sa légende, il en va tout autrement avec Héraklès, ‘l'illustre marcheur de la fable grecque’ comme le définissait Dumézil.

  • 8 cf S. Gély "le nom ligure d'après les voyageurs anciens", in Viaggiatori Stranieri in Liguria, C.I (...)

9Les hymnes homériques évoquent ses errances : « d'abord il erra sur la terre et sur la mer immense » (v.201). Ses travaux le mènent d'Ouest en Est et du Nord au Sud, en Europe, en Asie, en Afrique, mais aussi en des contrées et dans des directions qu'il est parfois malaisé de préciser (sans doute sur les routes de l'ambre8), si l'on se réfère à Hésiode (Théogonie, v. 287-299, trad. Paul Mazon) :

« Chrysaos engendra Géryon aux trois têtes, uni à Callirhoé, fille de l'illustre Océan. Celui-là, Héraklès le fort [plus exactement : la force d'Héraklès] le tua, près de ses boeufs à la démarche torse, dans Erythée qu'entourent les flots, le jour où il poussa ses boeufs au large vers la sainte Tirynthe, après avoir franchi le cours d'Océan et tué ensemble Orthos et Eurythion le bouvier, dans leur parc brumeux, au-delà de l'illustre Océan. »

  • 9 cf id "Noms de personnes et noms de lieux : espace et temps du mythe dans le chant III de l'Enéide(...)

10Des historiens, plus tard, tentent de cerner le parcours de ces voyages fabuleux. Ainsi Diodore de Sicile nous montre le héros à la poursuite de Géryon jusqu'à l'île des Bienheureux (peut-être Madère ?) au delà de l'Océan ; quand il a tué Géryon, le monstre à trois têtes, et lui a ravi son bétail, il conduit celui-ci en direction d'Argos en passant par l'Espagne puis en Italie : au pied du Palatin, il a affaire à Cacus ; ensuite en Grande Grèce et en Sicile intervient l'épisode du jeune taureau échappé. Notre voyageur est grand donneur de noms, notamment en Grande Grèce près du Siris sur le site de la future Héraclée où, selon Lycophron, il rencontre Calchas, le devin de l'épopée homérique, dans l'espace et le temps extensibles des origines9 :

« Quand Héraklès, emmenant le troupeau de Géryon, arriva près du Siris, il vit Calchas assis sous un figuier et lui demanda combien de figues il y avait sur l'arbre. « Dix boisseaux et une figue » lui répondit Calchas. Héraklès compta les figues et comme il essayait vainement de mettre la figue unique dans le dixième boisseau, Calchas se moqua de lui et, furieux, Héraklès lui lança un coup de poing et le tua. » (Alexandra, V. 978-992 ; et scholie in ed. Scheerp p. 309).

  • 10 F. Bader : "d'Héraklès à Poséidon" in R. Bloch et alii : Recherches sur les religions de l'Italie (...)

11Or la ville de Siris occupe le site de la future Héraclée. C'est ainsi que cette cité en Grande Grèce, puis Herculanum, en Campanie, devront leur nom à l'importance du culte du héros en Italie du Sud. Tarente, de son côté, lui est consacrée. Ce culte, en Magna Graecia, est confirmé par l'examen des temples, des céramiques, des monnaies. Les temples méritent une spéciale attention, dans la mesure où ils soulignent l'association paradoxale (rivale d'Alcmène sa mère, Héra poursuit Héraklès de sa haine) du culte d'Héraklès et de celui d'Héra, et confortent de ce fait l'étymologie prise en compte par Françoise Bader : Héraklès, « celui qui agit pour la gloire d'Héra »10.

  • 11 dans des représentations offertes en des stades tardifs des civilisations, il peut s'agir, dans un (...)
  • 12 cf S. Gély "Sur les traces d'Héraklès et d'Italos... les mots, les images, les mythes". in Viaggio (...)
  • 13 cf id. Nom de l'Italie, op. cit. pp 117-122, 405-407

12Architectes et sculpteurs, en particulier dans l'héraion de Paestum (sanctuaire consacré à Héra et fondé, disait-on, par Jason) ont privilégié dans la décoration des métopes la lutte d'Héraklès contre les Centaures et contre les Silènes. Les Centaures, de même que les Silènes, incarnent, on le sait, la fougue des instincts indomptés. La lutte victorieuse d'Héraklès contre Centaures et Silènes signifie, vraisemblablement, dès lors, le triomphe d'une fougue maîtrisée par la volonté raisonnable - c'est l'aspect positif de la βιη ‘Hρακλειη ou ‘Hρακλεος, de la force d'Héraklès - sur les débordements d'une nature livrée à sa violence première : virtus triomphant de uis ou plutôt de uiolentia, autrement dit, violence qui se fait violence. Il est vrai que, chez le Centaure, la présence d'une tête et d'un tronc humains signifie à coup sûr l'ébauche11 d'une humanisation de l'animalité. Or, il se trouve qu'il existait dans la mythologie italiote un centaure Mαρης (Mares), signalé dans les Histoires Variées (IX, 6) du sophiste de Préneste Elien (IIIe siècle p. C.), et étudié par Gustav Hermansen dans les Studi Etruschi de 1984. Il s'agit d'une divinité étrusque qui a une nation entière, les Ausones, pour descendance, et qu'un peuple d'Italie Centrale a identifié avec Mars. A cet aspect particulier de Mars pourrait bien analogiquement correspondre le taureau à tête humaine que l'on observe sur les monnaies de la Grande Grèce, notamment à Reggio C., ainsi que sur les pinakes de Centocamere exposés au Musée National de Reggio12. Si l'on tient compte, d'autre part, du fait que le culte d'Héraklès a rencontré celui de Mars- ’Aρης en Italie du Sud- et a tendu à le supplanter13, il ne paraît pas impossible que le Centaure Mares ait exercé une influence sur la représentation de la divinité qui a triomphé du culte de Mars en Italie du Sud.

  • 14 cf F. Bader, citée ci-dessus n. 10
  • 15 cf. : Nom de l'Italie p. 159
  • 16 cf. S. Gély : "Notion et réalité de la région, de Varron à Pline l'Ancien" et "Nationalisme et Cos (...)

13Toutefois, le plus intéressant dans le taureau à tête humaine des monnaies de la fin du VIe siècle a.C en Grande Grèce nous paraît tenir au fait qu'il peut indiquer la trace d'un état antérieur de la figuration mythique d'Héraklès. En effet, le taureau échappé au troupeau du héros voyageur pourrait bien avoir constitué une première concrétisation animale de l'entité que les anciens textes, l'Iliade d'Homère, la Théogonie d'Hésiode, désignaient volontiers par la périphrase ‘la force d'Héraklès’ - c'est-à-dire ‘la force qui agit pour la gloire d'Héra’ -14. Le taureau à face humaine de Reggio n'est-il pas agenouillé comme l'est Héraklès sur les types monétaires italiotes où l'on voit le héros combattre le taureau, comme l'a montré G. Gorini dans la monetazione incusa della Magna Grecia (Milan, 1975, p. 224) ? L'animal, comme le héros, s'arc-boutent pour lutter. L'analogie de position semble bien dénoter une analogie de fonction ou de symbolisme : le taureau, comme Héraklès, incarnent la fougue mâle dont on se rappelle qu'Héraklès ne la dompte pas toujours en lui-même, ainsi qu'en témoignait l'épisode de sa rencontre avec Calchas chez Lycophron (et la tragédie, grecque, puis latine avec Sénèque, a illustré le thème du furor d'Héraklès-Hercules). Il lui arrive cependant de faire effort pour maîtriser sa violence intérieure et pour la convertir en virtus. Mais n'est-ce pas cela même que signifierait le motif d'Héraklès combattant le taureau sur les types monétaires relevés dans l'ouvrage de Gorini ? Ne serait-ce pas cet autre lui-même, exacerbé dans l'animal, que le héros tente de réduire ? Le taureau viteliu, métonymie osque d'Héraklès, serait alors à déceler sous la graphie hellénisée et quelque peu abstraite de l'Italos qui se déchiffre dans l'Italia d'Antiochos : les avatars du mythe, et des noms qui le disent, se dessinent dans le langage de l'image, avant que les mots ne voilent l'image même et son rapport aux mots. D'autre part, les taureaux à tête humaine de Reggio, de Laos, peuvent indiquer une étape nouvelle de l'expression vers le concret de la notion, sacrale, de la fougue - fécondante et créatrice sous son aspect positif et, sous son aspect négatif, dévastatrice - sur le chemin qui va de la figuration animale à la figuration anthropomorphe. Il est vrai que la face humaine qui alternera un jour avec l'effigie du taureau sur les types monétaires italiens15 - lorsque l'Italie des Socii se révoltera contre Rome - sera figure de femme, celle de la Terre-Mère, dont la totalité péninsulaire apparaîtra bientôt, de Virgile à Pline16, comme une parfaite image en réduction, microcosme dans le macrocosme. Et il y aurait à dire sans doute de ce passage du masculin au féminin...

  • 17 cf. J. Bayet cité dans le Nom de l'Italie p. 334 sqq (à propos du "panarcadisme" de Denys).
  • 18 cf. Hymne homérique, v. 201 (trad. J. Humbert) : "Héraklès [...], fils de Zeus [...] le plus grand (...)
  • 19 cf. J. Bayet : "Les origines de l'arcadisme romain", in Mél. EFR, 1920, pp 63-143.
    Pour une réflexi (...)

14Héraklès, Italos, comme Dardanos, comme Ulysse - il faudrait ici rappeler qu'il est arrivé à Italos d'être assimilé à Ulysse17 - ne voyagent pas en visiteurs, ni même en découvreurs du monde. Les textes qui évoquent leurs aventures ne décrivent les terres traversées que par le biais des noms qui les désignent. Mais surtout le voyage d'Héraklès en Calabre, au cours d'une destinée qui se déroule comme un immense voyage initiatique dont l'Olympe est le terme18, devient en Italia Graeca voyage initiateur, fondateur, augurai. A la poursuite de l'animal échappé, Héraklès délimite l'aire sacrée inaugurale du pays de viteliu où la toponymie, aujourd'hui encore, évoquant maintes fois le taureau (Taurinia, Tauromenio, etc.), nous ramène aux bucoliques d'une Arcadie retrouvée19.

Notes

1 cf. not. Guigliano : "Vie protostoriche, assi et direttrice protostoriche in Calabria" in Klearchos 19,1977, pp 5-104.
De Sensi : La Calabria in eta arcaica e classica, Reggio, 1984.
E. Greco : Guida archeologica della Magna Grecia, Bari, 1981.
et d'une manière générale, Klearchos et les Atti dei Convegni di Studi Sulla Magna Grecia, Tarente, ainsi que les travaux dirigés par Gioia Conta à l'Université de Florence, enfin, pour une approche méthodique des questions, d'ensemble et de détail, en forme de bibliographie, A. Rouveret : "Phénomènes d'acculturation en Grande Grèce" in Lalies t.11, P.E.N.S., Paris, 1992, pp 95-102.

2 M. Pallottino : Storia della prima Italia, Milan, 1984 ; tr. fr. aux Presses de l'Université de Strasbourg par A. Frezouls.

3 cf S. Gély : le Nom de l'Italie, Mythe et Histoire, d'Hellanicos à Virgile, publications du C.I.R.V.I., Slatkine, Genève, 1991, p. 22 sq. et bibliographie.
Pour Tarente, depuis la thèse de P. Wuilleumier (Ec. fr. Rome 1968), voir notamment la contribution d'E. Greco à Lalies 11, cité ci-dessus n. 1.

4 dont les interprétations sont rapportées par Denys d'Halicarnasse, Antiquités Romaines I, 35-36.

5 cf ci-dessous n. 10.

6 cf S. Gély, postface de Sens et Pouvoirs de la Nomination t. I, publications du SEMA, Presses de l'U.P.V. Montpellier III, 1988 ; le Nom de l'Italie, op. cit ; "Philologie et Période", in La Construction du Temps Historique, ed. O. Dumoulin et R. Valéry, E.H.S.S. et Histoire au Présent, Paris 1991, pp 59-70 ; "La dénomination des peuples et des lieux en latin : l'exemple italien" in Acta Antiqua, Budapest, 1990-1992, section II pp 139-167.

7 cf l'ensemble des travaux de D. Briquel sur les Pélasges et les Etrusques. Pour l'Oenôtrie, on trouve chez Antiochos une conception plus vaste que la dimension bruttienne qui lui est ordinairement attribuée (cf Nino Luraghi in Hesperia I, cité ci-dessous n. 9. Sans doute s'agit-il là, comme pour les Sicanes, les Sicules, les Ligures, entre autres, l'une des manifestations de l'extension mythique du nom que nous nous sommes maintes fois attachée à étudier.

8 cf S. Gély "le nom ligure d'après les voyageurs anciens", in Viaggiatori Stranieri in Liguria, C.I.R.V.I., Slatkine, Genève, 1992 p 131 sq., ainsi que "les mots, les mythes, l'histoire dans le roman ligure" in Mélanges A.M. Komornicka, en cours de publication.

9 cf id "Noms de personnes et noms de lieux : espace et temps du mythe dans le chant III de l'Enéide" in Vita Latina N ¡ 107, sept. 1987, pp 17-23. Quant aux noms de villes dérivés du nom du fleuve près de l'embouchure duquel elles sont situées, on citerait par exemple Patavium - Padoue ( de Padus, le Pô) ou Latara - Lattes (de Latus, le Lez) aux environs de Montpellier.
Pour un examen des problèmes proprement archéologique concernant la ou les fondations de Siris, cf Luisa Moscati Castelnuovo ( Siris, Storiografia e momenti della storia di una citta di Magna Grecia, Bruxelles, 1989), et dans une optique différente, la contribution de Nino Luraghi à Hesperia, I, Studi sulla Grecita di Occidente, ed. par Lorenzo Bracchesi, "L'Erma" di Bretschneider, Rome, 1990.

10 F. Bader : "d'Héraklès à Poséidon" in R. Bloch et alii : Recherches sur les religions de l'Italie Antique", Genève - Paris, 1985, pp 9-124. Parmi les travaux consacrés aux figures, aux dénominations et aux fonctions d'Héraklès - Hercules - Melqart, etc..., ceux de Corinne Bonnet, de l'université de Namur, occupent une place de premier rang (voir notamment, outre sa thèse, sa contribution au volume I du SEMA, cité ci-dessus n.6).

11 dans des représentations offertes en des stades tardifs des civilisations, il peut s'agir, dans une chronologie inversée, d'un retour imaginaire à une nature animale (cf. l'interprétation du Centaure de Maurice de Guérin proposée par Pierre Grimai dans C. Gély : Lectures Guériniennes, Publications de l'U.P.V., Montpellier III, 1989, pp 265-271, "Maurice de Guérin et l'Antiquité", not. pp 270-271). Mais, même à date ancienne, la "chronologie" de ces métamorphoses peut poser problème.

12 cf S. Gély "Sur les traces d'Héraklès et d'Italos... les mots, les images, les mythes". in Viaggio nel Sud, t. II, C.I.R.V.I., Slatkine - Genève, en cours de publication.

13 cf id. Nom de l'Italie, op. cit. pp 117-122, 405-407

14 cf F. Bader, citée ci-dessus n. 10

15 cf. : Nom de l'Italie p. 159

16 cf. S. Gély : "Notion et réalité de la région, de Varron à Pline l'Ancien" et "Nationalisme et Cosmopolitisme dans la pense romaine à l'époque de Titus (Rieti 1981 et 1984)" in Actes des congrès sur Vespasien et sur Titus, édités par le Centre Varronien de Rieti.

17 cf. J. Bayet cité dans le Nom de l'Italie p. 334 sqq (à propos du "panarcadisme" de Denys).

18 cf. Hymne homérique, v. 201 (trad. J. Humbert) : "Héraklès [...], fils de Zeus [...] le plus grand et de beaucoup parmi les hommes de la terre [...]. D'abord, il erra sur la terre et sur la mer immense, et souffrit ; mais il triompha à force de vaillance et, seul, il accomplit beaucoup de travail audacieux, hors de pair, et dut beaucoup souffrir. Maintenant, au contraire, il jouit d'habiter désormais la belle demeure de l'Olympe neigeux et possède pour épouse Jeunesse aux belles chevilles"... Sur ces aspects fondamentaux du personnage, voir les travaux recueillis par A. Moreau dans l'Initiation t I et II, publications du SEMA, presses de l'U.P.V. Montpellier III,1992.

19 cf. J. Bayet : "Les origines de l'arcadisme romain", in Mél. EFR, 1920, pp 63-143.
Pour une réflexion sur le nom et l'image à propos des héros éponymes ici envisagés ainsi que de ceux, nombreux, qui leur sont associés, on se référera à J. M. Moret : l'Ilioupersis dans la céramique grecque, les mythes et leur expression figurée, Genève, 1975, not. pp 76 sq., 120-134, 168-170, et à F. Massa-Pairault : Recherches sur l'art et l'artisanat étrusco-italiques à l'époque hellénistique EFR, Rome, 1985, not. p 24 sq. (rapports entre le mythe du voyage d'Héraklès et la mythologie de l'Aurore (à propos du miroir étrusque d'Orbetello, ES, V, 159) ainsi que, d'une manière plus générale, mais à propos de l'Italie, aux publications de P. Bianchi-Bandinelli ; voir aussi les travaux et publications dirigés à Montpellier 111 par A.F. Laurens, qui concernent plus particulièrement le domaine grec, mais de ce fait incluent Italie du Sud et Sicile.

Auteur

Université de Montpellier III

© Presses universitaires de Perpignan, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540