Version classiqueVersion mobile

Imaginaire et pensée

 | 
Olivier Rimbault

III - Érasme (1466 ? - 1536) : une pensée de type pluriel ou « philologique »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Érasme écrivant (1523) par Hans Holbein, le Jeune (Paris, musée du Louvre, INV 1345) Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

1. Un portrait pour l’éternité

1.1. Luther était peint par son ami Lucas Cranach, Érasme voulut l’être par Dürer, qui fit plusieurs fois son portrait, mais Hans Holbein dit le Jeune et Quentin Massys firent aussi des tableaux bien connus de l’humaniste. Tous ces portraits ont un petit nombre de points communs, qu’il est intéressant d’étudier, puisque d’une part ces images ont contribué à la construction et à la pérennité du « mythe » érasmien, d’autre part le portrait est l’apparence que l’on souhaite donner de soi au monde, en terme jungien, l’imago. Cette image extérieure n’est pas nécessairement fausse ou contraire aux aspects cachés d’une personnalité. Pour Jung, l’imago fait partie de ce complexe qu’est le moi, elle est aussi une image que l’on a de soi-même. Les distiques accompagnant certains portraits de Luther, on s’en souvient, rep...

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search