Version classiqueVersion mobile

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Professeur en histoire, Alfredo Alvar Ezquerra poursuit et dirige des recherches au sein du CSIC (Consejo Superior de Investigaciones Científica) qui est le principal organisme de recherche publique en Espagne. Spécialiste de l’histoire de Madrid à l’époque moderne, ses travaux concernent l’histoire des institutions politiques. Parmi ses principales publications :

2El nacimiento de una capital moderna, Madrid entre 1561 y 1601, Madrid : Turner, 1989 ;

3Los traslados de Corte, de 1601 y 1606, Madrid : Imprenta Artesanal del Ayuntamiento, 2006.

4Claude Bruneel est professeur émérite de l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) et vice-président de la Commission royale d’Histoire de Belgique. Ses recherches portent principalement sur l’histoire institutionnelle et sociale, particulièrement au XVIIIe siècle. Soutenue en 1977, sa thèse de doctorat avait pour objet la mortalité dans les campagnes du duché de Brabant aux XVIIe et XVIIIe siècles. Par la suite, Claude Bruneel a notamment dirigé, avec Philippe Godding et Fred Stevens, l’ouvrage collectif Le notariat en Belgique du Moyen Âge à nos jours, paru à Bruxelles en 1998. Auteur d’un répertoire intitulé Les grands commis du gouvernement des Pays-Bas autrichiens. Dictionnaire biographique du personnel des institutions centrales (Bruxelles : 2001), qu’il a élaboré avec Jean-Paul Hoyois et Claude Moreau de Gerbehaye, Claude Bruneel a étudié l’histoire de l’ancienne université de Louvain. Il a enfin assumé l’édition, avec Philippe Guignet, Jean-Marie Duvosquel et René Vermeir, des actes d’un colloque portant sur le rayonnement international des Pays-Bas méridionaux au début du XVIIe siècle.

5Docteur en géographie humaine, Quim Bonastra a soutenu à Barcelone une thèse portant sur la société et la planification territoriale à l’époque des lazaretos. Enseignant au département de sociologie et de géographie de l’Université de Lérida, il s’intéresse à l’architecture, à la naissance de l’hygiénisme et à l’histoire de l’aménagement urbain. Avec Pédro Fraile, Celeste Arella et Gabriela Rodríguez, il a récemment publié un ouvrage portant sur les systèmes de maintien de la tranquilité publique : Seguridad, temores y paisajes urbanos (Barcelone : Ediciones del Serbal, 2010).

6Professeur émérite de l’Université Michel de Montaigne (Bordeaux III), Michel Cavillac a notamment travaillé sur le roman picaresque et, en particulier, sur le Guzmán de Alfarache (1599-1604) du sévillan Mateo Alemán. Son intérêt socio-critique pour le picarisme littéraire l’a incité très rapidement à réaliser des recherches sur la réalité du paupérisme et de la mendicité et à s’intéresser également aux solutions préconisées par des réformateurs de la bienfaisance que furent Fray Ruan de Robles, Miguel de Giginta et Cristóbal Pérez de Herrera. Parmi les nombreuses publications de Michel Cavillac, on retiendra (en dehors des travaux cités ici en bibliographie), son édition critique de l’œuvre majeure du docteur Pérez de Herrera : Discorsos del amparo de los legítimos pobres y reducción de los fingidos (Madrid : Espasa-Calpe, Clásicos Castellanos, 1975), texte précédé d’une substantielle introduction concernant la problématique des pauvres et de la pauvreté en Espagne au XVIème siècle. Son dernier livre, Guzmán de Alfarache y la novela moderne, est paru en 2010 aux éditions de la Casa de Velázquez. Il constitue une synthèse de l’ensemble de ses travaux portant sur le Siècle d’Or.

7Enseignant à l’Université de Lérida, Pedro Fraile Pérez de Mendiguren s’intéresse, dans une perspective socio-historique, à l’hygiénisme et à l’aménagement urbain : hopitaux, prisons, couvents. Auteur de différents articles portant sur ses sujets, Pedro Fraile a récemment collaboré à un ouvrage collectif avec Quim Bonastra. Il a par ailleurs publié un ouvrage portant sur la police, la perception de l’insécurité et l’organisation urbaine (La otra ciudad del Rey. Ciencia de Policia y organización urbana en España, Madrid : Celeste, 1997) et rédigé des ouvrages de synthèse.

8José García Molina est professeur de Pédagogie Sociale à la Faculté de Sciences Sociales de Talavera de la Reina, Université de Castilla-La Mancha. En qualité de chercheur invité, il a réalisé différents séjours aux universités UQUM (Montréal, 2004 et 2005), FLACSO (Buenos Aires : 2006 et 2007), Paris X Nanterre (2008) et Paris V Descartes (2009). Ces dernières années, il a publié : Dar (la) Palabra (Gedisa : 2003) ; Pedagogía Social (Alianza : 2006), avec J. Sáez Carreras, et Imágenes de la distancia (Laertes, 2008). José García Molina a coordonné des œuvres collectives comme : De Nuevo, La Educación Social (Dykinson : 2003) ; Multiculturalidad y Educación (Alianza : 2005) ; Exclusión social/exclusión educativa (Diálogos : 2005) ; Metáforas del educador (NAU Llibres : 2011) et Pensar mirar, exponerse (NAU Llibres : 2012).

9Jean-Pierre Gutton est professeur émérite d’histoire moderne à l’Université Lumière (Lyon 2) et il est membre de l’Institut Universitaire de France. Connu pour ses travaux portant sur les histoire des hôpitaux de Lyon sous l’Ancien régime, il a publié différents ouvrages portant sur l’histoire de la pauvreté et de l’adoption, de la sociabilité villageoise, de la vieillesse et des dévots du Grand Siècle… Son dernier livre, Établir l’identité. L’identification des Français du moyen-âge à nos jours (Lyon : P.U.L., 2010), étudie « l’état civil » avant l’état civil : histoire du nom, des armoiries, des registres paroissiaux, apparition des « papiers », de la biométrie… Une histoire du recul de l’oralité et de la croissance du contrôle étatique.

10Manuel Montoya est professeur à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest). Après un doctorat d’État portant sur les traités de peinture post-tridentins soutenu en 1998 à Montpellier sous la direction d’Edmond Cros (« Le peintre herméneute : théorétique et théologie de l’image dans la peinture espagnole des siècles d’Or, 1563-1724 »), Manuel Montoya a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrages au sujet de la peinture et la littérature des Siècles d’Or, à propos de la caricature (espagnole et hispano-américaine) et sur le cinéma. Tant en France qu’à l’étranger, ses recherches réinterrogent le concept de temps dans les chroniques médiévales ou concernent les représentations des Annonciations catalanes gothiques, les ouvrages politiques des XVe et XVIIe siècles et la lexicologie. Il s’intéresse actuellement aux littératures exophones hispaniques au sujet desquelles il a vient de publier des articles dans des revues philippines et canadiennes.

11Docteur en sociologie de l’Université Paris V, Alexandre Pagès est maître de conférences à l’Université de Franche-Comté et il enseigne dans le cadre du département Carrières sociales de l’IUT de Belfort-Montbéliard. Membre du laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société), ses thématiques de recherche portent avant tout sur les phénomènes de pauvreté et l’analyse sociologique des politiques sociales. Alexandre Pagès a récemment publié une seconde édition de son ouvrage portant sur les manifestations contemporaines de la pauvreté en milieu rural (La pauvreté en milieu rural, Toulouse : PUM, 2012) et, dans le cadre de ses activités pédogogiques, il assure l’accompagnement des travaux des professionnels qui préparent le Diplôme d’État d’Ingénierie Sociale. Il participe régulièrement à des manifestations organisées par le Réseau Thématique n° 6 (politiques sociales, protection sociale et solidarités) de l’Association Française de Sociologie.

12Joan Peytavi Deixona est docteur en études catalanes et professeur à l’Université de Perpignan. Membre depuis 2005 de l’Institut d’Estudis Catalans, l’académie de la langue catalane, il a réalisé de nombreuses recherches en histoire régionale, philologie, onomastique et dialectologie et a participé à des projets collectifs portant sur l’ensemble de l’aire culturelle catalanes (atlas, dictionnaires). Parmi ses publications, Antroponímia, poblament i immigració a la Catalunya Moderna. De la identitat patronímica als Comtats catalans (s. XVI-XVIII) [Anthroponymie, peuplement et immigration dans la Catalogne Moderne. De l’identité patronymique dans les Comtés catalans], Barcelone : Éd. IEC, 2008.

13Jaume Queralt est périodiste et écrivain. Licencié ès lettres, il vit à Perpignan depuis 1946. Collaborateur au quotidien L’Indépendant du Midi, il assurait des enseignements à l’école des Beaux-Arts tout en travaillant pour la municipalité. Coauteur de deux ouvrages, l’un portant sur les camps de réfugiés espagnols, l’autre s’intéressant au musicien et chanteur roussillonnais Jordi Barre, Jaume Queralt a pris une part active, avec Jean-Michel Henric, dans l’organisation du colloque consacré à Giginta qui avait eu lieu en 2003 au Palais des rois de Majorque. Il écrit des poèmes en langue catalane.

14Titulaire d’un doctorat, Emmanuelle Rebardy Julia est agrégée en histoire au lycée Jean Lurçat de Perpignan et elle est membre du bureau des Amis d’Illibéris. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur l’histoire de l’évêché d’Elne aux Temps modernes. Sa thèse a été récemment publiée aux éditions du Trabucaire : Un évêché entre deux mondes, Elne/Perpignan, 16e-18e siècles (Canet en Roussillon : Trabucaire, 2009).

15Félix Santolaria Sierra est professeur à l’Université de Barcelone. Ses domaines de recherche portent aussi bien sur l’anthropologie et l’histoire de l’éducation populaire que sur les phénomènes de pauvreté en Espagne tout au long du XVIe et du XVIIe siècle. Auteur de Marginación y educación. Historia de la Educación Social en la España moderna y contemporánea (Barcelona : 1997), Félix Santolaria a par ailleurs assuré la réédition de la principale oeuvre Miguel de Giginta (Tratado de Remedio de Pobres, Barcelona : Ariel 2000 [Ed. orig. de 1579]) et il a joué un rôle très actif dans la diffusion des écrits et des idées que défendait le chanoine catalan. En 2003, il a pris une part active dans la réédition d’un ouvrage de Domingo de Soto y Juan de Robles (El gran debate sobre los pobres), un ouvrage initialement pubié en 1545. À l’heure actuelle, Félix Santolaria est incontestablement l’un des spécialistes des travaux de Giginta.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search