Version classiqueVersion mobile

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

Miquel Giginta (ca. 1534 – ca. 1588), réformateur social - Quelques repères biographiques

Jaume Queralt

Texte intégral

• En Roussillon (ca. 1534 – ca. 1574)

1Perpignan, capitale de l’ancien comté du Roussillon, fait partie de la couronne d’Aragon.

21530 : Francesc Giginta épouse Anna d’Oms qui lui donnera quatre garçons : Anton, Carles, Onofre et Miquel (Les Giginta forment toute une lignée de professeurs de droit)

3Vers 1534 : naissance à Perpignan de Miquel

41538 : Charles-Quint à Perpignan (17 février)

51542 : siège de Perpignan (20 août/15 septembre) par une armée française commandée par le dauphin de France, le futur Henri II, fils de François Ier.

61553 : Miquel Giginta, parent homonyme, devient vicaire général du diocèse d’Elne (1553-1555)

71558 (20 juillet) : Lagunilla appelé au siège épiscopal d’Elne

81560 (7 janvier) : Giginta père est nommé par Philippe II regens cancellariae in nostro sacro supremo Regio consilio Aragorum, vicinus fidelissima oppidi nostri Perpiniani a genere militari.

9Miquel a alors 22/24 ans. Bachelier en droit canonique à l’Université de Perpignan, Giginta aurait également fait des études à l’Université de Lleida.

10Vers 1560-1565 : après avoir suivi ses études universitaires à Perpignan et à Lleida, Giginta rejoint la communauté d’Elne dont il sera l’un des chanoines. Elne n’est pas l’éden des chanoines ; habitée uniquement de plébéiens, la ville est peu salubre et sûre (perillossos de esser saquejado de Moros).

111562 : guerres de religion (1562 – 1598)

121563 : épidémie de peste à Perpignan. Fondation, dans les états pontificaux, d’une maison des mendiants, où la subsistance est assurée par le travail et les aumônes.

131564 : le siège épiscopal d’Elne est agrégé à la « métropolitaine » de Tarragone.

141565 : Hugues de Boncompagni, légat du Saint Siège (et futur pape Grégoire III) de passage à Perpignan.

151566 : (un) Francesc Giginta élu pour trois ans à la tête de la Generalitat.

161568 : P-M. Coma est nommé au siège d’Elne par Philippe II.

171573 : demande de transfert de l’évêché d’Elne à Perpignan (sera seulement transférée la résidence des évêques).

• En Espagne (ca. 1574 – ca. 1577)

18Vers 1574 : âgé d’environ 40 ans, Giginta s’absente de la communauté. Il passe les Pyrénées.

191576 : à Madrid, sensibilisé par la pauvreté urbaine, il rédige à l’adresse du roi Philippe II un mémoire intitulé Representación para que se remedien los pobres, qui est à la base de tous ses travaux et projets. L’accueil est mitigé.

201577 : à Madrid, impression de cinq cents exemplaires du dit mémoire. Quitte Madrid pour le Portugal.

• Au Portugal (1577 – 1580)

211578 : Accueil plus favorable. Traduction en langue portuguaise du mémoire. Mais la catastrophe de Algazarquivir (13 août) et la mort du roi Don Sebastiao ne sont pas de bonnes nouvelles.

221579 : Enrique I, le nouveau souverain du Portugal, convoque au printemps les Cortes à Lisbonne. Il s’intéresse aux projets du chanoine d’Elne qui, à la mi-décembre, est à Coïmbra pour l’impression par Antonio de Mariz du Tractado de remedio de pobres (le livre qui l’a fait connaître et qui, aujourd’hui encore, nourrit des réflexions d’historiens et de chercheurs).

231580 : Enrique s’éteint le 31 janvier. Philippe II lui succède sur le trône du Portugal. Troubles politiques et début d’épidémie de peste. Giginta abandonne le poste qui lui avait été confié à Evora. Il quitte le Portugal, pour toujours. Du Portugal, il passe en Castille.

• En Espagne (1580 – 1582)

24Un long périple pour la divulgation de ses idées.

251580 (printemps) : à Tolède, il commence Exhortación a la compassión y misericordia de los pobres y al conveniente remedio de sus cuerpos y almas para ayudar a salvar los nuestros et prend une part très active à la création de la Casa de Misericordia de la ville (fin de l’année : 330 pauvres). Giginta se rend à Madrid.

261581 : Il s’y voit confier en janvier l’organisation de la « nouvelle hospitalité ». Cette Casa de Misericordia abritera 900 pauvres. Création également d’une Casa à Grenade... Des espoirs, mais sur la route de ce globe-trotter de la bienfaisance, des désillusions et des échecs. Son projet ne reçoit pas bon accueil partout. Echecs à Jaén, Séville, Burgos, Valladolid, Oviedo.

27Cette même année, il termine l’Exhortación et rédige Flos Sanctorum, un ouvrage qui ne sera jamais publié.

• En Catalogne-Aragon (1583 – 1586)

28De Madrid, où il a reçu une lettre de sa famille de Perpignan, il se déplace en Catalogne.

291583 : à Barcelone, Giginta participe dès janvier à la mise en place de Misericòrdia dels Mendicants. Elle ouvre ses portes en octobre (elle accueillera 550 pauvres en 1584). Il fait également imprimer par Francisco Trinxer Exhortación a la compassión y misericordia de los pobres y al conveniente remedio de sus cuerpos y almas para ayudar a salvar los nuestros. Il s’adressait en langue catalane « als il · lustres Senyors Consellers de l’insigne ciutat de Barcelona ».

30De Barcelone, il se rend à Perpignan pour un court séjour. Les Consuls de la ville l’auraient sollicité pour implanter une nouvelle institution.

311584 : à Perpignan (février-avril), il fait imprimer par Sanson Arbus un nouveau livre intitulé Cadena de Oro del remedio de los pobres.

32Une lettre du 17 août 1584 des Consellers de Barcelone adressée à Grégoire XIII y indique que Giginta est à ce moment très fatigué, car déjà âgé de 50 ans.

33Quitte Barcelone pour Tarragone, où se tient le concile provincial, puis revient dans la capitale du Principat.

341585 : su Majestad con su Corte venant de Saragosse (mariage de l’infante Catalina d’Autriche avec le duc de Savoie) se trouvent à Barcelone, en mai. Le chanoine d’Elne saisit l’occasion pour multiplier contacts et démarches afin de voir reconnues les Casas de Misericordia. Fin juin, Giginta est à Monzón où se tient une session des Cortès. Il y entame la rédaction d’un nouvel ouvrage Atalaya de la caridad.

35Infatigable, il poursuit son périple. Le voici à Huesca, Saragosse... jusqu’à Valence.

• Madrid, Saragosse, Elne/Perpignan (1586 – 1588)

361586 : Miquel Giginta revient à Madrid (juin) pour la remise en ordre de la Casa de Misericordia. Il achève durant l’hiver la rédaction d’un nouveau livre au service de son combat (engagé depuis maintenant une quinzaine d’années) : Atalaya...

371587 : à Saragosse, il fait imprimer par Simon de Portonariis son Atalaya de la caridad. En attente d’impression : San Lorenzo..

381588 : à Madrid, il est consulté (21 juillet) par un partisan des thèses de Soto : Giginta lui répond (29 juillet) et serait intervenu devant les Cortès. Ces dernières devaient donner leur position définitive lors d’une troisième session qui n’eut pas lieu pour cause de déroute de l’invincible Armada.

39À Saragosse, il rédige et fait imprimer par les frères Lorenzo et Diego Robles un Discurso en prueva de que el glorioso Mártir San Lorenzo fué cardinal de la Santa Iglesia de Roma.

40De Saragosse rentre-t-il en Roussillon comme il en formait le projet ? Fut-il réintégré dans la communauté d’Elne ?

41On perd la trace du réformateur social vers 1588

42Une épidémie de peste décide la population d’Elne. Giginta fut-il une de ses victimes ?

Auteur

Journaliste, écrivain, chargé de communication.
Licencié ès lettres, il vit à Perpignan depuis 1946. Collaborateur au quotidien L’Indépendant du Midi, il assurait des enseignements à l’école des Beaux-Arts tout en travaillant pour la municipalité. Coauteur de deux ouvrages, l’un portant sur les camps de réfugiés espagnols, l’autre s’intéressant au musicien et chanteur roussillonnais Jordi Barre, Jaume Queralt a pris une part active, avec Jean-Michel Henric, dans l’organisation du colloque consacré à Giginta qui avait eu lieu en 2003 au Palais des rois de Majorque. Il écrit des poèmes en langue catalane

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search