Version classiqueVersion mobile

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

Figures de pauvreté et sociogenèse des politiques sociales. Inflexions et recompositions

Alexandre Pagès

Texte intégral

1Il peut paraître surprenant d’étudier les politiques sociales d’aujourd’hui à la lumière des écrits des Temps Modernes : les populations qui résident dans nos pays développés disposent d’une protection étendue et, à l’exception de quelques scènes de grande misère, une majorité de personnes dans le besoin bénéficie de la bienfaisance publique.

2Lorsqu’il m’a été proposé de participé à ce colloque, j’ai pourtant retrouvé de nombreuses lignes de force en comparant les idées émises par les penseurs sociaux de la Renaissance et certaines mesures adoptées de nos jours. Sans que ces termes ne soient utilisés, il est en effet question de réadaptation sociale (ou de réinsertion), d’aptitude au travail (ou d’invalidité) et nos attitudes vis-à-vis des pauvres et de la pauvreté semblent avoir toujours été ambivalentes. D’un côté, on considère que la pauvreté doit être combattue et on estime qu’il est d’une impérieuse nécessité de venir en aide aux plus démunis. De l’autre, de nombreuses voix s’élèvent contre la prétendue utilisation des prestations sociales. Il conviendrait donc de réinstaurer la primauté de la valeur travail et d’introduire des contreparties au versement des aides.

3L’histoire nous éclaire au sujet de la dialectique de l’assistance ; elle nous renseigne au sujet de ses registres de justification. Preuve en est : des travaux d’historiens montrent que les finalités de l’aide aux pauvres iraient bien au-delà d’un simple mécanisme de redistribution des richesses. S’agit-il de maintenir l’ordre social en l’état en apportant le strict nécessaire ? S’agit-il de veiller à ce que l’organisation de la société ne soit pas ébranlée ? Quels sont à vrai dire les objectifs poursuivis par ce qui est devenu l’aide sociale ?

  • 1 Sur ces questions, nous nous reportons à l’ouvrage de Bronislaw GEREMEK, La potence ou la pitié. L’ (...)

4Si on se place du point de vue des institutions religieuses et du pouvoir politique, la mise en place d’un secours destiné aux plus démunis n’aurait pas été seulement décidée en vertu d’un sentiment altruiste, elle aurait été octroyée au bénéfice de la société toute entière. Pour bon nombre d’historiens qui se sont penchés sur les fondements de l’assistance, on perçoit également des changements d’attitude vis-à-vis des « laissés pour compte » et c’est à partir du XVIe Siècle que le regard porté sur la pauvreté aurait sensiblement évolué1. Alors que le Moyen Age faisait l’éloge de la mendicité et de la charité chrétienne (reprenant ainsi la symbolique de la souffrance christique), les conseillers du Prince, contemporains de Giginta et de Vivès, n’hésiteront pas à trouver des solutions en vue de donner le gîte et le couvert (aux vieillards, aux infirmes) et de donner aux plus valides la possibilité de réaliser de menus travaux et de participer aux offices. Le dessein des promoteurs de ce premier programme de lutte contre la pauvreté était certes d’aider les plus démunis mais il s’agissait aussi de circonscrire la misère et de guider tous ceux qui seraient tentés de s’orienter dans un sens contraire à la morale chrétienne.

5D’après les historiens, cette inflexion majeure aurait débuté un peu avant la réunion des sessions du Concile de Trente car l’idée fut émise de créer, à côté des hôpitaux de malades, tout un réseau d’hospices et d’ateliers capables de subvenir aux besoins des plus pauvres tout en créant un collectif de travail. À l’exception de quelques villes qui avaient déjà preuve d’une certaine innovation, le projet sera souvent réalisé quelques décennies plus tard. Du royaume d’Espagne à l’Angleterre, des Flandres à l’Italie, on construira des établissements destinés à accueillir mendiants, orphelins et invalides. Les appellations diffèrent d’un pays à l’autre avec des modèles de fonctionnements différents (hôpitaux et hospices en France, workhouses en Angleterre, Casas de Misericordia en Espagne) mais la prise en charge de la pauvreté présentait quelques similitudes : en regroupant les déshérités dans un même lieu, on tentait de circonscrire la misère et on mettait en place une gestion rudimentaire des ressources humaines.

  • 2 Ses travaux concernant essentiellement l’Allemagne, la France, le Royaume Uni, la Belgique et les P (...)
  • 3 Abraam De SWAAN, Sous l’aile protectrice de l’État. Paris, PUF, 1995, p. 25-72.

6Plusieurs siècles durant, l’errance et le vagabondage ont profondément marqué les esprits mais il ne s’agissait pas des seuls phénomènes devant faire l’objet d’une attention soutenue. Dans un essai théorique publié sous le titre Incare of the State, le sociologue hollandais Abram de Swaan retrace la sociogénèse des États Providence et son analyse, qui couvre plusieurs pays européens2, aborde l’ensemble des mesures prises en matière de santé, d’éducation et d’assistance du XVIe siècle à nos jours. Pour clarifier les choses, il propose de classifier des figures de pauvreté à partir d’un modèle qui distinguerait trois dimensions : la capacité ou l’incapacité de travailler, la proximité (critère de résidence) et le degré de docilité (ou de rébellion) vis-à-vis des autorités publiques3.

Figure 1 : La pauvreté à l’aube des Temps modernes (d’après A. de Swaan, PUF, 1995)

7Pour Abram De Swaan, reprenant des analyses d’historiens et de philosophes ayant étudié les phénomènes de pauvreté, le critère de l’aptitude (ou de l’inaptitude) au travail aurait été un critère déterminant dans l’attribution d’une aide, de sorte que si une personne était en parfaite santé, elle était capable de quitter son quartier ou son village pour une destination plus ou moins lointaine. C’est ainsi qu’au fil du temps, les cités ouvrières accueilleront les paysans déshérités ou, qu’en Irlande et en Italie, des centaines de milliers (sinon des millions de familles) choisiront de s’embarquer pour les États-Unis d’Amérique.

  • 4 DE SWAAN, 1995, op. cit., p. 31.

8Les chemins de l’exode n’étaient pas la seule possibilité offerte aux plus pauvres. Avant d’adopter une législation précise, les conseillers du Prince tentèrent d’imposer une prise en charge locale en opérant une distinction implicite entre les pauvres méritants et les autres. À cette époque, terrible il est vrai, « le lépreux […] faisait mine de toucher, et de contaminer, les passants. La pauvre vieille murmurait des bénédictions, qui devenaient, quand elle était repoussée, des malédictions ou des sorts. Le mendiant estropié se traînait près des bienfaiteurs éventuels, dégageant une odeur nauséabonde et salissant ceux qu’il touchait. Même les enfants menaçaient de dévoiler des plaies plus hideuses que celles qu’ils exposaient, ils pouvaient railler les passants, les poursuivre et voler ce qu’on leur avait refusé4 ».

  • 5 Les contributions des Professeurs Alfredo Alvar Ezquerra (concernant la ville de Madrid) et Claude (...)
  • 6 DE SWAAN, 1995, Idem, p. 50.

9Face à des situations qui suscitaient la peur et l’indignation, la plupart des grandes villes européennes favorisèrent la création d’institutions de charité mais il leur était parfois bien difficile de chasser tous ceux qui étaient incapables de gagner leur vie par leur propre labeur5. En fait, « chaque grande ville se voyait obligée de protéger l’équilibre de l’assistance dans la région qui la nourrissait, afin d’empêcher une résurgence du banditisme dangereuse pour son approvisionnement. En tant que villes ouvertes, il leur était difficile de limiter l’afflux humain, de refuser les individus incapables de gagner leur vie, ou de chasser ceux qui étaient devenus un fardeau pour la charité urbaine. En conséquence, les villes étaient envahies par les pauvres venus chercher secours6 ».

  • 7 Pour plus de précisions, nous nous reporterons à l’exposé de Jean-Pierre Gutton à l’occasion du col (...)
  • 8 On cite généralement en France la période du grand renfermement décrite par Michel Foucault : un sy (...)

10À cette époque on le sait, le mouvement s’est amplifié tout en durcissant les règles en vigueur et les conditions de vie7. Et, à l’indifférenciation qui caractérisait le Moyen Age, succèdera une dissociation entre la conformité et la déviance, le sain et le malsain, le pur et l’impur avec, pour corollaire, la mise en quarantaine, l’évitement et la recherche d’un raffinement du langage et des mœurs8. Il s’agira donc simultanément :

  • de combattre la pauvreté et d’améliorer l’hygiène ;

  • de réduire la libre circulation des vagabonds et des mendiants ;

  • et de privilégier, du même coup, la tranquillité publique.

11En Angleterre et dans les pays influencés par la Réforme, les solutions préconisées semblent avoir été plus radicales que dans les pays de tradition catholique et il y aurait eu des attitudes bien différentes vis-à-vis de la gestion des œuvres de bienfaisance. Comme l’a brillamment montré Max Weber dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, les communautés de croyants influencées par la Réforme ont rapidement considéré que c’est par son ardeur au travail que l’homme parviendrait à atteindre le Salut. D’après ce célèbre théoricien (qui est généralement considéré comme l’un des fondateurs de la sociologie moderne), il y aurait eu une relation directe entre les messages religieux et le développement économique car dans ces sociétés (qui acceptaient le prêt à intérêt), on a assez rapidement accepté le principe selon lequel la richesse devait être associée à la liberté d’entreprendre et à la capacité de travail fourni.

12L’analyse proposée par Max Weber n’est pas d’étudier la pauvreté (il ne l’a jamais fait), mais il s’agit de dire qu’à mesure que nos sociétés se sont modernisées, on observera une plus grande rationalisation des actes et une plus stricte différenciation des rôles. Au fil du temps, le droit régira les relations humaines et les individus se positionneront, non plus en fonction de leur naissance ou de leur patrimoine (ce qui était le cas auparavant) mais par rapport au statut qu’ils occupent dans le monde du travail. Si la différenciation de la société reposera sur une division du travail très poussée, le développement économique n’a jamais été un processus linéaire. A des périodes d’expansion ont succédé des périodes de crise qui obligeront la plupart des gouvernements à imaginer un système de redistribution des richesses, les droits sociaux se fondant sur une solidarité entre jeunes et vieux, actifs et inactifs, valides et invalides.

1. Au carrefour de l’économie et de la morale

  • 9 CCAS = Centres Communaux d’Action Sociale

13Aujourd’hui comme hier, la création de structures destinées à venir secourir les plus démunis repose sur des équilibres très instables. Dans la plupart des pays européens, la mise en place des aides sociales a pris un chemin à peu près comparable : on s’est d’abord inquiété du sort des mendiants, des invalides et des déficients mentaux, puis on a pris conscience de la situation dans laquelle vivaient les personnes âgées et on a protégé la veuve et l’orphelin. Bien entendu, les aides sociales se sont étoffées avec la législation sociale et le développement des politiques familiales ; elles sont aujourd’hui l’un des moyens de nous prémunir contre toute une série de risques. Cela étant dit, et c’est à peu près le cas dans tous les pays européens, l’aide aux plus pauvres ne sera pas prise en charge par les assurances sociales ; la responsabilité de leur gestion financière incombera aux pouvoirs locaux (c’est le cas en France des CCAS9 et des Conseils Généraux), aux œuvres caritatives, et à l’État. Malgré l’existence de prestations relevant de la solidarité nationale, la mise en œuvre des politiques d’action sociale reposent encore sur une base locale et un critère de résidence (les sans-abri le savent bien quand ils doivent trouver une adresse auprès d’une association). Dans certaines grandes villes se pose toujours la question de savoir s’il faut appliquer strictement ce principe (aider en priorité les personnes qui résident effectivement dans la commune) et s’il faut accepter d’aider, en argent ou en nature, toutes les personnes qui se présentent aux guichets de l’aide sociale. Et certaines municipalités tenteraient même de règlementer le recours à l’aumône (en France, quelques villes avaient pris des arrêtés en ce sens) en indiquant ainsi qu’elles ne peuvent accueillir toute la misère du monde.

14Bien différente est la situation des personnes ayant acquis un statut relativement stable. Dans la plupart des pays industrialisés, les systèmes de protection sociale se sont construits à partir d’une couverture des risques liée à l’exercice d’une activité professionnelle. La mise en place de la sécurité sociale a permis aux personnes qui occupaient un emploi (et à leur famille) de bénéficier d’une série de prestations en matière de santé, de vieillesse et de chômage. Cette extension de la protection sociale avait au départ une visée universaliste et s’est appuyée sur les revendications des mouvements ouvriers ; or, ces derniers temps, elle s’est peu à peu réalisée au profit des classes moyennes (on dirait aujourd’hui des catégories intermédiaires) en introduisant un couplage entre le bénéficie de prestations, le statut de salarié et la mise en place d’assurances sociales contributives. Partant de là, les mesures en faveur des plus pauvres ont longtemps été mises à l’écart de nos systèmes de protection sociale car la participation à l’activité économique restait un référentiel d’identification. Les fondements de l’assistance se situaient en deçà ; ils sont restés à l’appréciation des communes et des œuvres caritatives. À l’exception de certaines mesures réinstaurant le rôle de l’État dans la prise en charge des plus démunis, les droits sociaux seront donc de plus en plus étroitement liés à l’exercice d’une activité professionnelle et aux droits dérivés de l’emploi.

Figure 2 : L’assistance aux pauvres et les piliers de la protection sociale

15Le premier socle des politiques sociales serait-il de nos jours mis à mal ? Malgré la mise en place de prestations garanties, généralement sous la forme d’un revenu minimum ou d’aides fournies par des associations caritatives, trois questions (que se posaient déjà les premiers spécialistes des questions sociales), sont restées en suspens : la question de l’aptitude au travail, c’est-à-dire celle de l’employabilité, la question des contours du handicap, et, enfin, celle de la mobilité.

  • 10 Soyons plus précis. D’après la classification de Wood qui avait été reprise par l’Organisation Mond (...)

16Alors que de nombreuses dépenses sont affectées aux politiques sociales et que nous disposons d’un système garantissant un filet de sécurité aux plus pauvres, les frontières du handicap sont très poreuses et il est parfois bien difficile de savoir trouver des solutions appropriées pour les personnes qui présentent des désavantages ou un handicap limitant leurs chances effectives de trouver un emploi. En fait, le curseur évolue de fait au gré des législations (au Pays-Bas et Italie, on aurait longtemps privilégié les pensions d’invalidité aux allocations de chômage) et en fonction des fluctuations du marché du travail10.

17Au regard de la perméabilité des frontières, nous sommes au moins sûrs d’une chose : les personnes qui présentent des désavantages (un problème de santé, un handicap reconnu, un problème d’illettrisme sinon de sur-poids ou de surdité, une déficience mentale…), occupent une position très inconfortable et il en est de même de celles qui présentent une souffrance psychique ou qui vivent en marge de la société ? Sont-elles aptes à travailler et à évoluer de façon autonome ? Doivent-elles compter sur leur environnement familial immédiat ? Doivent-elles faire appel à des organismes spécialisés ? Doivent-elles être avant tout capables de des stratégies de survie et de faire preuve d’une réelle capacité d’adaptation ?

  • 11 Travailleurs sociaux et médecins estiment que 9 à 11 % des sans-abri souffriraient de troubles ment (...)

18L’augmentation du chômage de longue durée et la mise en place de structures visant à orienter les demandeurs d’emploi auraient visiblement occulté des figures de pauvreté qui perdurent et renvoient à la notion, aujourd’hui dépassée d’inadaptation sociale. Cela semble être d’autant plus vrai qu’en l’espace d’une quinzaine d’années, les mesures prises dans le domaine de l’action sociale tendent à venir un des éléments de la politique de l’emploi. Vous allez me le dire. Les solutions préconisées à l’occasion de la réunion du Concile de Trente et dans les nombreux traités consacrés, à cette époque, à la question de paupérisme ne sauraient être réappropriées pour comprendre les dispositions prises aujourd’hui. Et pourtant. Si on prend l’ensemble des personnes en difficulté, une question se pose au sujet des personnes très éloignées du monde du travail et en particulier au sujet de celles qui présentent des problèmes de santé. Avec la réduction du nombre de lits dans les hôpitaux psychiatriques et la recrudescence du vagabondage et de la mendicité, des personnes présentant des pathologies mentales sont parfois livrées à elles-mêmes, et, quand elles ne peuvent guère compter sur l’aide d’un proche, rencontrent de nombreuses difficultés pour évoluer de façon autonome11. Le handicap psychique reste un domaine trop méconnu mais des initiatives sont prises pour trouver des modèles alternatifs d’accompagnement social où il est question d’imaginer des activités de resocialisation et de restaurer de la dignité humaine.

  • 12 Lionel THELEN, L’exil de soi. Sans abri d’ici et d’ailleurs. Bruxelles, Publication des Facultés un (...)

19Au hasard de lectures et de rencontres, j’ai été amené à découvrir trois foyers d’accueil et d’hébergement qui, dans l’esprit tout au moins, se situent dans la continuité des propositions contenues dans De Subventione Pauperum et le Tractado de Remedio de pobres. Rendonsnous tout d’abord à Lisbonne puisqu’il y existe, comme d’ailleurs dans d’autres villes du Portugal, plusieurs institutions ayant conservé le nom de Santa Casa da Misericordia. L’anthropologue belge Lionel Thelen y a séjourné à l’occasion d’une recherche sur les conditions de vie des sans-abri et il nous en livre une description détaillée dans un ouvrage qu’il vient d’écrire à ce sujet12. D’après les informations recueillies par Lionel Thelen, la Santa Casa est très connue des sans-abri de Lisbonne d’autant plus que cette institution reconnue d’utilité publique avait reçu un agrément en matière d’aide sociale pour l’ensemble de la ville et participait à un programme d’insertion soutenu par les instances européennes. Que se passe-t-il à la Santa Casa ?

  • 13 L’accueil d’urgence est ouvert de 9 heures à 21 heures et emploie une dizaine de salariés permanent (...)
  • 14 THELEN, op. cit., p. 149.

20Il existe tout d’abord un accueil d’urgence auquel chacun peut se présenter en cas de besoin13. Mais il est également possible « de trouver du logement aux sans-abri, soit à l’auberge nocturne de l’Ordre de la Croix de Malte (65 lits), soit dans une des 17 pensions ayant [passé] des accords avec la Santa Casa. Ce logement est temporaire et conditionné : deux mois dans le cas de l’auberge et des durées variables en ce qui concerne les pensions. Une fois le terme atteint, « le sans-abri doit pouvoir prouver qu’il a essayé de se réinsérer dans la société, par exemple en présentant un document qui prouve qu’il cherche ou a trouvé un emploi. Cette pratique permet ainsi à un certain nombre de sans-abri de bénéficier d’un lit, apport important surtout si la personne est sans abri depuis peu, puisque cela l’empêche au moins partiellement, d’être confrontée à l’univers de la rue14 ».

  • 15 D’après les informations recueillies, il s’agit le plus souvent de personnes originaires de l’Alent (...)

21L’hébergement n’est pas le seul service proposé par la Casa da Misericordia. L’institution dispose d’une équipe de médiateurs de rue qui sillonnent les différents quartiers de la ville sous la responsabilité d’un psychiatre. Au foyer, on prend en charge l’alimentation et les soins ; un réfectoire est régulièrement fréquenté, y compris par des familles et des retraités. Mais il existe une seule restriction et elle est de taille : les services ne sont fournis qu’aux personnes de nationalité portugaise sur présentation de leur carte d’identité15. Comoriens, Mozambicains, Capverdiens et Angolais ne peuvent réellement compter que sur les solidarités communautaires et le droit, encore respecté à Lisbonne, d’aménager des baraquements aux portes de la ville. Certains ont pu tout de même bénéficier de l’accueil très chaleureux, quoique aujourd’hui plus restrictif, du nouveau centre de l’Armée du Salut.

22Des points de convergence concernent l’accueil et la disposition des espaces dans la plupart des foyers visités il y a quelques années par Lionel Thelen. L’un d’entre eux, situé à Bruxelles, propose un accueil qui s’effectue par étapes. Dans un premier temps, on trouve une solution d’urgence : de la nourriture, un lit et un lieu pour se reposer. Vient ensuite la possibilité de disposer d’un espace privatif ou partagé avec quelqu’un d’autre. Cette expérience de vie communautaire est associée au devoir de participer aux tâches quotidiennes (préparation des repas, nettoyage des locaux) et à un atelier occupationnel : les uns travaillent le bois, d’autres s’initient à la peinture et à la maçonnerie… Jusqu’à ce que, au fur et à mesure qu’ils se réapproprient des règles de vie courantes, les résidents franchissent le pas de l’autonomie en accédant à un logement (toujours en colocation), situé à l’extérieur du centre.

  • 16 CHRS = Centres d’hébergement et de réinsertion sociale

23Ce modèle de prise en charge n’a rien d’expérimental, il existe également en France dans bon nombre de CHRS16, qui, à l’origine, étaient destinés à des personnes ayant connu une incarcération ou un séjour prolongé en hôpital psychiatrique. À ceci près que les publics accueillis dans les centres d’hébergement se sont diversifiés en raison d’une plus grande précarité économique chez les chômeurs et de l’augmentation du nombre de jeunes gens (et de jeunes femmes) qui connaissent des situations particulièrement délicates. Il en est de même des personnes fragilisées par la maladie qui ne sont pas suffisamment dépendantes pour être accueillies dans des unités médicalisées. Ces situations d’entre-deux, ces positions de liminalité sont bien repérées par les travailleurs sociaux car, à l’heure d’aujourd’hui, elles ne coïncident que très rarement avec les nomenclatures de l’administration. Or, la définition des marges et des franges constitue un véritable enjeu, aussi bien pour les gestionnaires et les praticiens, que pour les chercheurs.

24Parmi les personnes les plus fragiles, on cite généralement le cas des sans-abri or nous aurions eu tendance à oublier les personnes qui présentent un handicap psychique. Nous l’avons souligné précédemment : les contours du handicap sont encore bien imprécis et, mise à part la formule des foyers et les centres d’aide par le travail, il n’existait que rarement, ou très peu, de formules alternatives pour favoriser la réinsertion de ces publics en difficulté. La connaissance des dimensions sanitaires de la pauvreté reste encore une source d’interrogations. La pauvreté matérielle influe-t-elle sur l’état de santé général ? Les problèmes de santé provoquent-ils des difficultés matérielles ?

25Causes, déterminants et conséquences étant étroitement imbriqués, il ne peut y avoir finalement que des solutions intermédiaires pour gérer les situations, d’ailleurs nombreuses, où il convient d’opérer un meilleur couplage entre l’hébergement d’urgence, l’accompagnement social et l’accès aux soins. En France tout au moins, la loi demande aux centres hospitaliers de disposer d’un service d’accueil et d’orientation destinés aux plus démunis ; or, c’est surtout avant et après cette prise en charge médicale que des solutions tendent à être trouvées pour concilier l’inconciliable.

26J’ai eu l’occasion de le noter dans le cadre de mes propres recherches et en assurant le suivi des travaux d’étudiants qui réalisent régulièrement des stages dans des établissements destinées à accueillir des personnes handicapées et des populations marginalisées : lorsqu’on se trouve en présence de telles situations, il s’agit de briser les barrières symboliques qui avaient été édifiées pour se protéger de l’altérité. Différents moyens peuvent être utilisés sans qu’il y ait de recette miracle. Des professionnels privilégient un suivi individuel tandis que d’autres utilisent les techniques de l’animation de groupe et les méthodes bien rôdées de l’éducation populaire. C’est en effet à l’occasion d’une activité quelconque que les personnes en difficulté se livrent le plus volontiers et, pour que cet échange ait lieu, pour que la parole soit donnée, entendue et libérée, il convient de créer les conditions d’un accueil chaleureux et d’un respect mutuel.

27À première vue, nous pourrions être tentés de comparer les différentes formules (déclinables sous différentes formes depuis les Casas de Misericordia au modèle des worhouses ou du Panopticon de Jeremy Bentham jusqu’aux centres d’hébergement et de réinsertion sociale) à une opération ayant pour but de redresser les corps : dans la plupart de ces établissements, on retrouve une architecture appropriée, un apprentissage des règles de la vie en collectivité, la participation à une activité manuelle. Il est toujours question du dedans et du dehors, d’ouverture et de fermeture, de dépendance et d’autonomie. Mais il faut toujours rester prudent : la question n’est pas de savoir si de tels établissements se veulent être les garants d’un ordre social, il s’agit de mesurer leur degré de perméabilité à l’environnement extérieur. Or, la réussite de l’entreprise consiste probablement à pouvoir assurer un abri, un refuge, tout en restant ouvert à tous ceux qui, pour de multiples raisons, ne semblent guère être en mesure se relever sans l’aide d’autrui.

28Quand on m’a proposé d’intervenir dans le cadre de ce colloque dédié à Miquel de Giginta, j’ai accepté de ne pas rentrer dans les subtilités des travaux des historiens des Temps modernes (tel n’est pas mon métier) mais j’ai retrouvé des occurrences entre les premiers modèles d’assistance aux pauvres et les oscillations qui caractérisent notre époque. Certes, la découverte de nouveaux horizons intellectuels enrichit notre connaissance des risques sociaux et des moyens mis à disposition pour les prévenir à temps. Mais en revisitant les fondements de l’intervention publique, nous redécouvrons aussi les principaux critères sur lesquels reposent les politiques sociales à savoir : l’aptitude ou l’inaptitude au travail, un critère de mobilité (les chemineaux et les vagabonds d’hier, les S.D.F. et les jeunes errants d’aujourd’hui) et un souci d’insertion. Quant au choix d’instaurer une contrepartie au versement des aides sociales, il s’agit d’une pratique très largement répandue. Si on considère en effet que chacun doit pouvoir bénéficier d’un revenu minimum, on encourage les bénéficiaires de ces prestations à se former, à se soigner, à retrouver du travail.

2. À propos des biais culturels et des représentations collectives

29Les solutions qui viennent d’être énoncées ne sauraient refléter l’ensemble des mesures prises en faveur des déshérités. Bien entendu, mises à part quelques scènes de grande misère, la situation que nous connaissons globalement aujourd’hui n’est nullement comparable avec celle que connaissaient nos aïeux. Ces réserves faites, quelques points de convergence ont été repérés par la littérature spécialisée. Quant aux travaux des historiens, ils orientent les analyses des spécialistes de la pauvreté ; ils leur suggèrent de remonter le cours du temps de manière à mieux distinguer les dimensions objectives de la pauvreté, celles qui se mesurent, et des dimensions plus subjectives, la pauvreté qui se perçoit. Ici encore, les spécialistes repèrent des invariants, des biais culturels et des représentations collectives qui n’ont pas toujours évolué aussi vite qu’on ne saurait l’imaginer.

  • 17 Serge PAUGAM, Les formes élémentaires de la pauvreté. Paris, PUF, Collection Le lien social, 2005.
  • 18 Des enquêtes similaires ont été réalisées depuis (avec une gamme de questions plus étendue) et vien (...)

30Les recherches comparatives du sociologue Serge Paugam fournissent des pistes de réflexion très intéressantes au sujet de la manière dont nous percevons la pauvreté et les mécanismes d’exclusion17. D’après l’exploitation des résultats d’une enquête de grande ampleur réalisée à plusieurs reprises entre 1976 et 2001, il semblerait qu’une majorité d’Européens éprouve un sentiment d’injustice quand, dans leur pays, on observe une dégradation de la situation économique et une progression du chômage18. Inversement, une embellie sur le plan économique entraîne des changements au niveau des attitudes et des comportements. Parce qu’on aurait tendance à la juger incapable de s’intégrer pour des raisons de nature individuelle (absence de qualification, méconnaissance de la langue du pays d’accueil, paresse, fatalité…), cette population forme un noyau dur à l’égard de laquelle l’attitude de la société n’est pas forcément bienveillante. Une simple observation qui nous demanderait, une fois encore, de distinguer l’absolu et le relatif, l’objectif et le subjectif.

  • 19 Données de l’Eurobaromètre « pauvreté et exclusion sociale » de l’année 2001. Des données plus réce (...)

31Des différences d’appréciation portent également sur les déterminants de la précarité économique. Globalement, bon nombre de ressortissants des pays de l’Union européenne considèrent que la pauvreté serait la manifestation d’une injustice ou l’une des conséquences du chômage de longue durée sur les destins collectifs. Le sentiment général est celui de ne pas avoir accès aux biens de consommation les plus courants ; il conduit une proportion non négligeable de la population (54 % en Grèce, 41 % en Italie et 66 % au Portugal19) à déclarer ne pas avoir suffisamment de ressources pour vivre décemment. L’ampleur de ces résultats montre une fois encore le décalage qui existe entre la perception de la pauvreté et ses manifestations concrètes.

32Finalement, la tendance ne semble pas toujours être favorable à ceux qui occupent une mauvaise position sur l’échelle sociale et des revenus, avec tout de même des contrastes très importants d’un pays à l’autre. Dans les pays et les régions qui se sont développés le plus tardivement (le Sud de l’Italie, le Portugal, l’Andalousie…), nous étions plutôt en présence d’une culture de pauvreté ; les plus pauvres semblaient être mieux insérés socialement et avoir accès à l’économie informelle. Dans ces pays de tradition catholique, les chômeurs vivaient assez rarement seuls car les solidarités familiales jouaient encore un rôle de protection et d’entraide. Dans les pays les plus industrialisés et en Europe du nord, on se trouvait dans une situation assez paradoxale car ce sont dans ces pays globalement riches – et qui disposent depuis longtemps d’une protection sociale très étendue – que l’expérience de la pauvreté semblerait être devenue un marqueur identitaire. Alors que les gouvernements de ces pays utilisent une batterie d’outils pour lutter contre le chômage et les situations d’exclusion, ils créent une catégorie spécifique (les assistés sociaux) qui semble devoir subir le regard porté sur elle. Partant de là, les plus pauvres peuvent être parfois tenus responsables de leur situation ou être considérés comme des profiteurs du système. Leur pauvreté matérielle est perçue soit comme un accident de parcours, soit comme un phénomène qui se reproduirait de génération en génération. Dans la mesure où le travail reste une valeur centrale par rapport à laquelle les individus se positionnent, ces individus ont le sentiment d’être disqualifiés et doivent affronter le regard des autres. En somme, l’attitude que la société adopte vis-à-vis des pauvres agirait sur la perception de leur condition.

33À la lumière de ces observations, des biais culturels orienteraient notre perception de la souffrance d’autrui. Même si les statuts sociaux dépendent très largement des statuts professionnels et des droits dérivés de l’emploi (retraite, chômage…), notre façon de percevoir les problèmes sociaux, notre façon d’évaluer les risques, notre aptitude à justifier l’octroi d’une aide sont largement influencés par les systèmes de valeurs auxquels nous adhérons. Il en est de même quand il s’agit de décider de savoir qui peut y prétendre.

34Je prendrai simplement un exemple. A l’heure où nos modes de vie et de consommation sont examinés à la loupe, les plus pauvres doivent constamment justifier, les uns la perte d’un emploi ou une rupture conjugale, les autres un problème de santé ou un handicap reconnu. En vue de leur faire bénéficier d’un revenu minimum, les services sociaux examinent les revenus, les situations familiales, les antécédents personnels… Pourtant, quand ils octroient des aides d’urgence (des recherches sont actuellement conduites sur ces questions en rencontrant des professionnels et des usagers), ils motiveraient souvent leurs décisions en faisant appel à deux registres de justification intemporels : la compassion et le mérite.

Bibliographie

ASTIER Isabelle. Revenu minimum et souci d’insertion. Paris : Desclée de Brower, 1997.

BARBIER Jean-Claude. La longue marche vers l’Europe sociale. Paris : PUF, 2008.

BEC Colette. De l’État social à l’état des droits de l’homme ? Rennes : Presses Universitaires de Rennes, Collection Res publica, 2007.

BEC Colette. L’assistance en démocratie. Les politiques assistantielles dans la France des XIXème et XXème Siècles. Paris : Belin, collection Socio-Histoire, 1998.

BESANCON Marie-Noëlle. On dit qu’ils sont fous et je vis avec eux. Paris : Éditions de l’Atelier, 2005 (préface d’Albert Jacquard).

CASTEL Robert. L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ? Paris : Le Seuil, Collection La République des idées, 2003.

CAVILLAC Michel, ALVAR EZQUERRA Alfredo, FRAILE De MENDIGUREN Pedro, GUTTON Jean-Pierre, SALA Raymond, SANTOLARIA SIERRA Félix, Miquel de Giginta. Chanoine d’Elne. Perpignan : Editions des Estivales de Perpignan, 2003.

De SWAAN Abraam. Sous l’aile protectrice de l’État. Paris : Presses Universitaires de France, 1995 (traduction de Incare of the State, London : Polity press, 1988).

FASSIN Didier. Charité bien ordonnée. Principes de justice et pratiques de jugement dans l’attribution des aides d’urgence. In Revue française de sociologie, 2001, n° 42-3, p. 437-475.

FOUCAULT Michel. Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris : Gallimard, Collection Tel, 1975.

GEREMEK Bronislaw. Criminalité, vagabondage, paupérisme : la marginalité à l’aube des Temps modernes. In Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1974, n° 21, pp. 337-375.

GEREMEK Bronislaw. La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Age à nos jours. Paris : Gallimard, 1987.

GIGINTA Miquel de. Tratado de remedio de pobres. Coimbra, 1579 (nouvelle édition par Félix Santolaria Sierra, Barcelone : Ariel Historia, 2000).

LAROQUE Pierre. Au service de l’homme et du droit. Souvenirs et réflexions. Paris : Éditions du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1993.

PAGÈS Alexandre. La connaissance de la pauvreté est-elle juste ? In Carnets de Bord en sciences humaines, Université de Genève, 2002, n° 3, p. 60-67.

PAGÈS Alexandre. La pauvreté en milieu rural. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2005.

PAUGAM Serge. Les formes élémentaires de la pauvreté. Paris : PUF, Collection Le lien social, 2005.

SIMMEL Georg. Les pauvres. Paris : Presses Universitaires de France, Collection Quadrige, 1998 (1ère édition originale en langue allemande, 1908).

STIKER Henri-Jacques. Corps infirmes et sociétés. Paris : Aubier, 1982 (2e édition, Paris : Dunod, 1997).

THELEN Lionel. L’exil de soi. Sans abri d’ici et d’ailleurs. Bruxelles : Publications des Facultés universitaires Saint Louis, Collection Travaux et Recherches, 2006.

VEXLIARD Alexandre. Introduction à la sociologie du vagabondage. Paris : L’Harmattan, Collection Les introuvables, 1997 (1ère édition, 1956).

VIVES Joan-Lluis. De l’assistance aux pauvres, Bruxelles : 1943 (édition originale, Bruges : 1526).

WEBER Max. L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Paris : Gallimard, 2004 (édition originale en langue allemande, 1905)

Notes

1 Sur ces questions, nous nous reportons à l’ouvrage de Bronislaw GEREMEK, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Age à nos jours, Paris, Gallimard, 1987.

2 Ses travaux concernant essentiellement l’Allemagne, la France, le Royaume Uni, la Belgique et les Pays-Bas. Incare of the State a été traduit en français sous le titre « Sous l’aile protectrice de l’État ».

3 Abraam De SWAAN, Sous l’aile protectrice de l’État. Paris, PUF, 1995, p. 25-72.

4 DE SWAAN, 1995, op. cit., p. 31.

5 Les contributions des Professeurs Alfredo Alvar Ezquerra (concernant la ville de Madrid) et Claude Bruneel (à propos des grandes villes belges) sont particulièrement explicites à ce sujet.

6 DE SWAAN, 1995, Idem, p. 50.

7 Pour plus de précisions, nous nous reporterons à l’exposé de Jean-Pierre Gutton à l’occasion du colloque ayant eu lieu au Palais des rois de Majorque à Perpignan : Jean-Pierre GUTTON, L’Europe du XVIe Siècle et la pauvreté. In Miquel de Giginta, Chanoine d’Elne, Éditions des Estivales de Perpignan, Juin 2003, p. 39-52.

8 On cite généralement en France la période du grand renfermement décrite par Michel Foucault : un système panoptique mis en place dans le but d’éduquer, de redresser, de surveiller. On retrouvera également des modèles, plans et croquis au sujet du Panopticon imaginé par le philosophe anglais Jeremy Bentham in Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 159-199.

9 CCAS = Centres Communaux d’Action Sociale

10 Soyons plus précis. D’après la classification de Wood qui avait été reprise par l’Organisation Mondiale de la Santé, certains désavantages (par exemple, un problème de santé, de sur-poids, d’obésité ou d’alcool) sont considérés comme des handicaps dits sociaux ; or, l’appréciation concrète de ces situations dites de liminalité est un problème épineux. Elle dépend, non seulement de l’image que nos sociétés modernes se font du handicap mais encore de la législation en vigueur, de l’attitude des commissions locales, des travailleurs sociaux, des administrations et des professionnels de la santé.

11 Travailleurs sociaux et médecins estiment que 9 à 11 % des sans-abri souffriraient de troubles mentaux caractérisés (contre 2 à 3 % pour la population générale). Même si on ne peut pas occulter ces situations extrêmes, le cas le plus courant concerne des personnes fragilisées par différentes maladies (et non pas exclusivement par la maladie mentale) ou qui ont eu des antécédents personnels (troubles du comportement et du langage, légère déficience mentale, violences physiques ou psychologiques dans leur univers familial).

12 Lionel THELEN, L’exil de soi. Sans abri d’ici et d’ailleurs. Bruxelles, Publication des Facultés universitaires Saint Louis, 2006, p. 147-154.

13 L’accueil d’urgence est ouvert de 9 heures à 21 heures et emploie une dizaine de salariés permanents (données recueillies en 1996 et 1998)

14 THELEN, op. cit., p. 149.

15 D’après les informations recueillies, il s’agit le plus souvent de personnes originaires de l’Alentejo, une province rurale située à proximité de la frontière espagnole qui, en arrivant à Lisbonne à la recherche d’un travail, n’ont pu se contenter que de « petits boulots » non déclarés et ont progressivement franchi le cap de la désocialisation, évitant ainsi de revenir dans leur village sans statut véritablement reconnu.

16 CHRS = Centres d’hébergement et de réinsertion sociale

17 Serge PAUGAM, Les formes élémentaires de la pauvreté. Paris, PUF, Collection Le lien social, 2005.

18 Des enquêtes similaires ont été réalisées depuis (avec une gamme de questions plus étendue) et viennent conforter une peur du lendemain dans bon nombre de pays européens. Cette attitude a été renforcée depuis la crise financière qui a débuté en 2008.

19 Données de l’Eurobaromètre « pauvreté et exclusion sociale » de l’année 2001. Des données plus récentes comprenant d’autres questions confirment les écarts constatés.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La pauvreté à l’aube des Temps modernes (d’après A. de Swaan, PUF, 1995)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 2 : L’assistance aux pauvres et les piliers de la protection sociale
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

Auteur

Docteur en sociologie de l’Université Paris V, Maître de conférences à l’Université de Franche-Comté et il enseigne dans le cadre du département Carrières sociales de l’IUT de Belfort-Montbéliard. Membre du laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société), ses thématiques de recherche portent avant tout sur les phénomènes de pauvreté et l’analyse sociologique des politiques sociales. Alexandre Pagès a récemment publié une seconde édition de son ouvrage portant sur les manifestations contemporaines de la pauvreté en milieu rural (La pauvreté en milieu rural, Toulouse : PUM, 2012) et, dans le cadre de ses activités pédagogiques, il assure l’accompagnement des travaux des professionnels qui préparent le Diplôme d’État d’Ingénierie Sociale. Il participe régulièrement à des manifestations organisées par le Réseau Thématique n° 6 (politiques sociales, protection sociale et solidarités) de l’Association Française de Sociologie

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search