Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

Les damnés de la Terre. Représentation des pauvres et de la pauvreté dans l’art espagnol des Siècles Fortunés

Manuel Montoya

Texte intégral

« Los pobres, salvo que las estadísticas me fallen, somos feos, malhablados, torpes de trato, desaliñados en el vestir y, cuando el calor aprieta, asaz pestilentes »
(Eduardo Mendoza, El laberinto de las aceitunas, 1983).

1Plus ludique et plus légère, mon intervention vient illustrer iconographiquement d’une certaine façon tout ce qui a pu être dit au cours de ce colloque sur le pauvre, sur la pauvreté ou sur les remèdes proposés par Giginta ou certains de ses contemporains. La circonstance actuelle montre toute la modernité de la question et du problème et, hélas, toute l’inefficacité des solutions imaginées : les riches continuent d’être plus riches et les pauvres plus pauvres même s’ils ne présentent plus, pour certains d’entre eux tout au moins, le misérable aspect d’antan.

2Hier soir, on a beaucoup parlé de Giginta, ce qui est normal, ce colloque lui rend hommage, de Pérez de Herrera, de Domingo de Soto, de Juan de Robles, on s’est demandé si Giginta était arbitrista ou s’il ne l’était pas, s’il était opportuniste ; on a montré aussi des courbes, des diagrammes, des chiffres. Un présentateur de télévision, heureusement tombé depuis dans l’obsolescence, s’est rendu célèbre par une phrase qu’il n’a peut-être jamais prononcée : « Et Dieu dans tout cela ? ». Je dirai après lui : « Et le pauvre dans tout cela ? ». Quel aspect, quelle allure avait-il ? Quelle représentation offrait-on de lui dans les arts visuels et surtout dans les arts plastiques au cours de ce que j’ai appelé un peu ironiquement les Siècles fortunés, étant donné que sa représentation au XVIe ne devait pas trop se différencier de celle du XVIIe. En un mot, à quoi ressemblait-il ?

3Il existe, nous le savons bien, une fiction sur le pauvre : la littérature picaresque, si tant est que le picaro, le gueux, et le pauvre renvoient à une même figuration de la pauvreté et de la misère. Il existe de même une assez importante littérature morale et politique sur le pauvre et la pauvreté. Avec passion et science, mes collègues en ont montré l’étendue et la richesse. Le franciscanisme et l’érasmisme ont produit des textes, souvent très beaux et très généreux, marqués par une certaine conception paulinienne, proposant des remèdes ici-bas ou dans l’au-delà. En revanche, et faisant mentir l’expression qui veut que l’on parle toujours de ceux qui ne sont pas là, dans ce qu’il est convenu d’appeler les arts visuels, le pauvre y est étrangement absent. Dans les pièces de théâtre et de zarzuela, émerge de temps en temps un individu cocasse, haut en couleurs, que nous pouvons qualifier de pauvre, presque toujours de pauvre paysan, qui joue bien souvent le rôle involontaire du « gracioso ». Mais il s’agit là d’une figure topique, fortement stéréotypée qui, me semble-t-il, n’a pas grande chose à voir avec le « vrai pauvre » des XVIe et XVIIe Siècles qui nous a occupé. Lorsque certains peintres se sont intéressés à lui, il apparaît, dans un large continuum, assimilé par les historiens aux picaros, aux nains, aux bouffons de la Cour, aux femmes à barbe, aux obèses, aux gitans, à tous ceux que Bennassar ou Vincent ont pu qualifier de révoltés ou de « frustrés ». C’est évidemment absurde mais fort intéressant.

4Absurde parce que, par exemple, certains nains ou bouffons de grands seigneurs ou des rois avaient réussi à amasser des fortunes considérables au point de devenir parfois les bailleurs de fonds de ces mêmes seigneurs ; intéressant, parce que cette vision confondante assimile une catégorie sociale, bien définie et reconnaissable, à des groupes de marginaux, d’êtres difformes ou à des monstres. En fait, on s’aperçoit assez vite que le pauvre est, en peinture tout au moins et parfois en littérature, le lieu de la non-représentation et le faire-valoir essentiel de quelques saintes personnes.

5Apparemment simple, cette représentation présente cependant quelque complexité du fait même de ce que nous entendons par pauvre car, stricto sensu, sous les Habsbourg, la majeure partie de la population espagnole était pauvre, du simple soldat des Tercios de Flandes, si bien représentés dans toute leur orgueilleuse misère par les peintres flamands (tels Snayers) jusqu’au paysan d’Aragon ou à l’hidalgo de Castille qui, comme l’écuyer du Lazarille, occulte sa misère et sa faim comme il le peut. Pour ne parler, bien entendu, des judéo-convers, des crypto-juifs, des morisques, des gitans, des indigènes de la Nouvelle-Espagne, des esclaves et de tous les types de minorités qui pouvaient battre la campagne et surtout hanter les villes qui appartenaient à la Couronne espagnole.

6Tous les historiens s’accordent à dire que l’Espagne des XVIe et XVIIe Siècles « moría literalmente de hambre », et que sur la trentaine de millions d’habitants que connaissait la péninsule ibérique, plus de 60 % de la population pouvait être définie comme pauvre, avec le long cortège d’enfants abandonnés, de veuves et de vieux infirmes, de malades que l’on peut imaginer.

  • 1 Histoire des espagnols, Paris, Armand Colin, 1985, t. 1, p. 516.
  • 2 Cristóbal PEREZ de HERRERA Discurso del amparo de los legítimos pobres (Madrid, Luis Sánchez 1598), (...)
  • 3 Cité par Carmen SANZ AYAN, La vida cotidiana en la España de Velázquez, Madrid, Temas de Hoy, 1994, (...)
  • 4 Juan Carlos RODRIGUEZ VILLA, La Corte y la Monarquía de España en los años de 1636-1637, p. 135 ; r (...)

7Mais ce n’est pas la pauvreté générique et abstraite, celle qui alimente les chiffres, qui va nous occuper. Non pas parce qu’elle ne présente aucun intérêt mais parce que, à la suite de Bartolomé Bennassar, je vais voir ce que sont plus précisément ce qu’il appelle les « pauvres structurels »1 qui occupaient entre 10 % et 20 % de la population des villes, parfois 50 % les années de grande famine comme à Arévalo, en 1594, où les pauvres « conjoncturels » sont venus massivement s’ajouter aux « pauvres structurels ». Pérez de Herrera écrivait dans son Discurso del amparo de los legítimos pobres y sobre la reducción de los fingidos (je parle sous l’autorité du professeur Cavillac qui me corrigera si nécessaire)2 qu’il y avait dans la Péninsule environ 150 000 pauvres à vivre de la charité publique, dont la plupart étaient, selon lui, des simulateurs. Rien qu’à Séville, à la fin du XVIe Siècle, et selon un calcul de l’époque réalisé par le comte Puñonrostro3, il y aurait eu 2 000 pauvres et à Madrid, en 1637, plus de 3 300, même si seuls 1 300 pouvaient être considérés comme « vrais » pauvres4 !

***

  • 5 Cité par Juan Carlos RODRIGUEZ VILLA, La literatura del pobre, Granada, Comares, 2001, p. 19.

8La littérature picaresque nous en offre un vaste panorama que nous avons tous en mémoire mais je ne peux résister au plaisir de citer pour vous la sublime « définition » que Jacinto Polo de Medina donne du pauvre dans son Hospital de incurables y viaje de este mundo y del otro5, publié à Orihuela en 1686, parce qu’elle me semble illustrer assez bien ce qu’il en est dans les arts plastiques :

Pues, señor diablo, dijo el poeta, ¿ qué puedo hacer yo que soy un desdichado y un pobre ? Y respondió aquel risco de carne hecho una furia : Valga el diablo a quien lo parió mil veces ¿el ser pobre le parece poco ? ¿Qué más quería ser que pobre picarón ? ¿ Cosa tan de aire es ser pobre ? Pícaro, el que es borracho no es más que borracho ; el que es ladrón solamente es ladrón ; el que es judío tasadamente es judío ; pero el que es pobre es ladrón, borracho, necio y judío, y todo cuanto hay malo lo es un pobre.

9Même si l’humour de Polo de Medina est très grand et même s’il s’inscrit, ou justement parce qu’il s’inscrit dans une certaine tradition quevedienne, il définit assez bien non pas le pauvre en lui-même (qui s’épuiserait dans une version très Gertrude Stein, du « poor is a poor is a poor is a poor », un pauvre est un pauvre est un pauvre), mais la perception du pauvre que l’on pouvait avoir aux Siècles d’Or. Un personnage en creux qui pouvait accepter de nombreuses identités, être investi et par conséquent substantiellement « investible ». Qui est-il donc ? Et qu’est-il ? Bennassar, outre la distinction entre pauvre conjoncturel et pauvre structurel, introduit le distinguo entre les « pauvres honteux », qui cherchent à dissimuler leur condition et sont en général des travailleurs qui effectuent de basses besognes et parmi lesquels figurent de nombreux travailleurs immigrés français, et les « pauvres de solennité » qui affichent ouvertement leur misère et entendent vivre de la charité publique ou privée en mendiant, pouvant refuser, s’ils le désiraient, le travail qu’on leur proposait et survivre grâce au réseau d’assistance existant. Cela donna naissance à de nombreuses polémiques dont on a parlé hier, notamment entre Domingo de Soto, qui revendiquait le droit des pauvres à refuser le travail, ce qui devait permettre, entre autres, de stimuler la charité chez les riches pour qui le pauvre devenait ainsi un instrument plus ou moins sûr d’atteindre le salut éternel et Juan de Robles (alias Juan de Medina comme le rappelait le professeur Cavillac) qui voulait contraindre les pauvres valides au travail pour mieux assister les autres, proposant plutôt une structure de solidarité que d’assistance même si, en fin de compte, le résultat n’était pas très différent. Les partisans de ce dernier, comme ceux de Pérez de Herrera, n’acceptaient d’ailleurs pas le « choix de pauvreté » et jugeaient tous les mendiants valides comme des imposteurs qu’il fallait corriger. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil ! Tout cela annonce d’autres discours, très actuels, sur l’assistance, la solidarité ou, au contraire, le volontariat. J’arrêterai là la comparaison.

10Il n’est pas de mon propos d’élaborer une quelconque typologie plus ou moins exacte du pauvre nécessiteux qui est bien souvent un marginal. Les individus dont nous parlons ne sont généralement pas intégrés dans l’appareil productif et social. Il arrive même que certains des métiers (des petits métiers) exercés par certaines des personnes dont nous parlons ne jouissent d’aucune considération sociale et soient même envisagés totalement en marge des métiers qui étaient alors considérés comme mécaniques (artes mecánicas). En outre chez de très nombreux individus qui appartenaient à cette catégorie, nous trouvons un fort grand nombre d’entre eux qui semblent vouloir volontairement rejeter la société et refuser d’intégrer un schéma productif traditionnel. Je considèrerai, en revanche, le passage insensible qui s’opère entre la pauvreté et les formes les plus élémentaires de la délinquance, sans prétendre bien entendu, établir un lien quantitativement et qualitativement exact entre les termes de marginalité, pauvreté et délinquance. Les documents que je possède ne me permettant pas de le faire.

  • 6 A.G.S., sección P. R., l. 86. Dépouillé par Jesús Bravo Lozano. Ces archives sont accompagnées d’un (...)
  • 7 Qu’il existe une charge municipale essentiellement vouée au contrôle des vagabonds est un phénomène (...)

11Il est un document6 qui, à mes yeux, a valeur de symbole et même s’il ne traite indirectement que du phénomène de la pauvreté à Madrid, entre 1599 et 1600, il est assez emblématique de ce qu’elle pouvait être dans les divers royaumes d’Espagne et mérite qu’on s’y arrête quelques instants. Pour répondre à la demande du « alguacil de vagabundos »7, Francisco López, plusieurs greffiers (escribanos) madrilènes ont rendu compte en l’an 1600 des personnes arrêtées par cet alguazil, des accusations retenues contre elles et des sentences qui, finalement, ont été prononcées à leur encontre. La requête de Francisco López a été signée par le corrégidor de Madrid, Mosén Rubí de Bracamonte.

12Toute la minutie dont fait preuve ce document ne préjuge pas de sa plus ou moins grande objectivité ou de sa subjectivité. Il s’agit avant tout d’un document qui se présente comme ce que l’on nommerait aujourd’hui un curriculum vitae, réalisé par un fonctionnaire de police désireux d’avancement d’autant plus que certains cas ne paraissent pas très clairs et d’autres semblent quelque peu exagérés pour les besoins de la « démonstration ». Malgré ces bémols que nous introduisons, le document semble d’une très grande valeur documentaire.

13Dans l’ensemble, les trois greffiers rapportent que l’alguazil préposé au vagabondage à Madrid, don Francisco López avait accusé et détenu 185 personnes au sujet desquelles ils apportent des informations de premier ordre pour le sujet qui nous intéresse.

14Parmi ces 185 accusés de vagabondage, peu sont originaires de Madrid, peut-être 39 et encore est-il fort possible d’imaginer qu’ils procèdent pour une grande part des « reinos de Castilla ». Ils semblent plutôt venir des provinces limitrophes les plus proches, Avila (1), Tolède (5), Valladolid (4), Zamora (3), Salamanque (2) ; il y a aussi 2 Valenciens, 2 Galiciens, 2 individus originaires de La Mancha, 2 Portugais. Les autres sont de Gumiel, Medina del Campo, Segovie, Peñafiel, Borox, Arévalo, Logroño, Sepúlveda, León, Agreda, etc., le greffier n’ayant pas toujours, hélas, consigné la ville d’origine. L’âge n’est pas toujours précisé non plus.

15Il n’y a en tout que 20 femmes, souvent accusées de complicité avec leur mari (3 cas), 2 prostituées, 5 compagnes de voleurs et vagabonds, 1 concubine de détenu, 7 vagabondes, 1 accusée d’inceste avec ses frères, 1 voleuse. La première constatation est le nombre élevé de femmes vagabondes et leur nécessité de « s’associer » pour survivre, même indépendamment d’un homme. En revanche, le nombre des prostituées est très peu élevé (2 seulement). Pas une n’est accusée de sorcellerie, de crypto-judaïsme, d’abandon d’enfants ou de pratiquer des avortements comme nous le trouvons, en revanche, copieusement développé dans la fiction picaresque, surtout chez Quevedo il faut l’admettre. Toutes les peines sont inférieures à celles des hommes : interdiction de se réunir sous peine de recevoir 100 coups de fouet, exil.

  • 8 ALONSO DE CONTRERAS, Discurso de mi vida, Madrid, Ed. de Tiempo, Grupo Z, 2004.

16Le nombre des mineurs (contre toute attente là aussi si nous nous en référons à la littérature picaresque) est encore plus réduit : seulement 6 cas où les accusés sont qualifiés de muchacho, de poca edad, menor de edad. Les six mineurs sont uniquement accusés de vol. Les condamnations sont banales : fouet en prison et exil, généralement de deux ans, exception faite de l’un d’entre eux qui est, en outre, condamné à avoir les sourcils rasés ( ? !) et un autre, récidiviste, condamné à accomplir une peine de deux années effectives de prison, en servant d’auxiliaire à l’infirmerie. La littérature picaresque et des récits autobiographiques qui pourraient lui être assimilés comme celui des aventures du Capitaine Alonso de Contreras8, montrent qu’effectivement une simple peine d’exil à cinq lieues de Madrid avait été appliquée pour une durée d’un an alors qu’il avait commis un crime de sang étant adolescent.

  • 9 Hernán Núñez, Refranes y proverbios (1555) et Correas, Vocabulario de refranes (1627),
    Don luis MART (...)
  • 10 FERNANDEZ NAVARRETE, Conservación de Monarquías, BAE, t. XXIV, Madrid, 1947.

17Le groupe des hommes constitue le gros de la troupe : 159 cas. On y trouve pratiquement de tout, surtout des voleurs, des récidivistes, des vagabonds, des escrocs, pas d’assassins ou seulement parmi les récidivistes. Parmi le groupe, il y a trois mulâtres au sujet de l’origine desquels il n’est rien dit. Mais ce qui est sans doute le plus intéressant, c’est le métier exercé par ces hommes. Non parce qu’il y a relation de cause à effet entre le métier et la délinquance mais entre le métier et l’extrême pauvreté qui conduit à celle-ci : 1 maçon, 1 barbier, 2 charbonniers, 1 ouvrier journalier (cuadrillero), 5 ecclésiastiques, 5 porte-faix, 1 laboureur, 1 marchand, 1 boulanger, 2 tailleurs, 1 chapelier, 4 savetiers et 1 bourrelier (xalmero). Je passe sur les condamnations, fouet, exil, prison ou galères. Comme par hasard, nous retrouvons là presque, pour ne dire toutes les professions moquées, vilipendées et dépréciées de la littérature picaresque. D’ailleurs celle-ci ne fait pas preuve d’innovation en la matière car elle se contente de prendre à son compte ce qui traînait comme fond culturel dans les nombreux proverbes9 ou ce qui était répercuté dans les actes des procès ou dans des textes plus ambitieux comme la Conservación de Monarquías de Fernández Navarrete10 qu’il nous faut bien citer ici car ce passage me semble démonstratif de la conception de la pauvreté et de la délinquance que l’on pouvait avoir à l’époque qui nous intéresse :

  • 11 ibid., disc. XXXIII, p. 520 sqq.

… Y aunque el daño de hacerse costosos vestidos es tan grande como se ha dicho, es mayor el de la mentalidad de los usos, no habiendo en los españoles traje fino que dure un año. De qué resulta que los vestidos y galas que cuestan hoy muchos ducados no serán mañana de provecho, porque el antojo de dos o tres invencioneros o invencioneras sacan nuevas formas de trajes (…)… el castigo destos había de ser muy riguroso, y el de las tenderas que viven de alterar los usos, dándoles cada día nuevos nombres y nuevas formas, había de ser sacarlas a las vergüenza por corrompedoras de buenas costumbres. Y si pareciere que esto es mucho rigor se debe advertir que las más que profesan este arte de nuevas invenciones no escrupulean solicitar con tercerías a las que por competir en galas y nuevos usos con sus vecinas titubean en la honestidad (…) Y no déjaré de ponderar que está en la mano de cuatro mancebos de los holgazanes del arte el hacer que no sean de provecho todos los sombrezros que en ella hay ; porque en antojándoseles sacar alguna nueva forma, se abroga y desecha la que dos días antes era la válida (…) ocupándose en el afeminado oficio de abrir cuellos mucha cantidad de hombres que dejándolo de ser, dejaban el arado y las armas por amoldar cuellos…11

18Nombreux sont aussi les fils de laboureurs et ouvriers journaliers qui, pour échapper à la misère que connaissent leurs pères, entreprennent des études religieuses pour devenir prêtres. Ceux-là n’échappent pas non plus à la vindicte de Fernández Navarrete :

  • 12 ibid., p. 541.

Y algunos que no pueden llegar a conseguir las órdenes se quedan en estado de vagamundos, unos a título de estudiantes y otros fingiendo ser sacerdotes ; y de este género de gente se ven en la república graves y enormes delitos.12

19Le licencié Juan Dionisio Fernández Portocarrero écrit en juin 1621 la même chose :

  • 13 A.G.S., P.R., 1.15.

Y assí el hallarse algunos dignos del estado eclesiástico, no es por elección, sino acaso. Veinte y ocho años a que ayudo a governar yglesias discurriendo por toda España (…) donde e visto y tratado clérigos sin número, y yo me contentara con aver conoçido de cada çiento uno razonable (…) ydiotas, insolentes, viçiosos yncorregibles, tratantes (…) está España llena de sacerdotes bígamos, coxos, mancos, tuertos, ciegos, corcobados, homicidas, sacrílegos, adulterinos.13

20Le licencié poursuit dans une lettre du 15 juin :… no hay otra cosa por las tabernas, bodegones y hospitales sino clérigos de estos, borrachos, rotos, desnudos, descalzos.

21En fait, tout homme qui exerce un petit métier, et j’inclus celui de prêtre d’une cure en milieu rural, est pauvre et il est donc un délinquant qui s’ignore et la société doit le traiter, préventivement comme tel. La pauvreté est conçue comme maladie sociale. Il n’est pas étonnant que le bon docteur Pérez de Herrera s’en soit préoccupé !

  • 14 Ces « murcianos » n’ont rien à voir avec les habitants de cette province comme on l’a longtemps cru (...)
  • 15 B.N.M.n Ms. 1092, f.° 291 r.°
  • 16 Martin GONZALEZ DE CELLORIGO, Memorial de la política necesaria y útil restauración a la República (...)

22Il s’agit avant tout de purger la société madrilène de « gitanos, murcianos14 y gente de mal vivir » qui envahissaient rues et places, raison pour laquelle Philippe II avait déjà pensé à déplacer la cour de Madrid à Valladolid, ce que fera son fils pour « limpiar la corte de gente inútil y bagabunda y dañosa » parmi lesquelles cet auteur anonyme compte pas moins de 200 espions étrangers déguisés en vagabonds15. Le concept de honra, qui est à la base même de la société hidalga des cristianos viejos, serait pour une grande part responsable de cet état de fait. González de Cellorigo écrit dans son Memorial que « Ha sido poner tanto la honra y la autoridad en el huir del trabajo (…) que no parece sino que se han querido reducir estos Reinos a una República de hombres encantados que viven fuera del orden natural (… y existe opinión) de que el vivir de rentas, no es trato de nobles ».16

  • 17 Les lois auxquelles se réfère Sebastián de Covarrubias sont les Leyes y Pragmáticas, édictées sous (...)

23C’est parce que le ciment de la société hidalga est l’honneur, que l’honneur est incompatible avec le travail mécanique (pensons au long procès d’hidalguía du peintre Diego Velázquez afin d’obtenir la lagartija de l’Ordre de Santiago), que les royaumes d’Espagne croulent littéralement sous des hordes de gueux qui, se prévalant d’un tel concept justifient leur oisiveté et leurs crimes. D’où la nécessité, l’urgence de décréter, comme le fait González de Cellorigo, annonçant par là ce qu’écriront plus d’un siècle et demi plus tard les Ilustrados, que noblesse et travail sont compatibles, qu’il n’y a de véritable noblesse que dans et par le travail. Et que, finalement, les rentes dont vivent les nobles ne sont pas très éloignées du vol ! C’est le mépris du travail qui engendre l’oisiveté laquelle est responsable, comme nous le savons bien, de tous les vices et du vagabondage pourtant sévèrement réprimé par les Lois du royaume17 comme ne manque pas de le rappeler Covarrubias dans son Tesoro :

  • 18 Sebastián de COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española, (1611, revue et corrigée par B (...)

Vagamundo, el que se anda ocioso o vagando por todas partes. Contra los vagamundos ay leyes del reyno y en todas las repúblicas bien concertadas las tienen, porque éstos son muy perjudiciales, y si no tienen de qué comer lo han de hurtar o robar, y por esso Dracón en sus leyes sangrientas los condenó a muerte. Solón moderando esta pena los declaró por infames. Nuestras leyes los compelen a trabajar o los destierran y, a veces, hallando en ellos culpas, o los agotan o los echan a galeras. Esta es una plaga que cunde mucho en las cortes de los reyes y en los lugares grandes y populosos ; y a esta causa los juezes criminales hazen gran diligencia en limpiar la república desta mala gente.18

24Philippe II, dès 1552, alors qu’il n’est que prince, assimilant vagabonds, oisifs et voleurs les condamnera aux galères sauf s’ils ont moins de 20 ans. La quête d’un maître, moteur narratif de bien de romans picaresques, devient pour tous la condition sine qua non pour vivre tranquillement et demeurer à la Cour. Au regard de ces lois on comprend bien mieux l’angoisse du pícaro, « mozo de muchos amos » : celui-ci lui donne officiellement un travail pas toujours effectif, qui lui permet de contourner la loi et d’éviter d’aller ramer en Méditerranée. Fernández Navarrete se plaint d’ailleurs de ce que les vagabonds échappent impunément à la loi :

  • 19 FERNANDEZ NAVARRETE, 1947, op. cit., discurso IX, p. 470-471.

... tengo por cierto, que si tal vez llegasen los alcaldes de corte a las puertas de los conventos, hallarían muchos de que poder justamente poblar las galeras, por ser personas sanas y fuertes, que atenidos al seguro socorro de la limosna pasan los días mendigando y hurtando las noches.19

25Cristobal Pérez de Herrera, comme médecin vantait déjà les bienfaits et les mérites d’une vie saine en plein air et en pleine mer avec ce nouveau genre d’accomplissement de peines dans des activités d’intérêt public :

  • 20 PÉREZ DE HERRERA, 1975, op. cit., p. 79.

Y a los que necesariamente han de ser castigados está mejor que cumplan, desde luego, su penitencia en las galeras o destierros, porque el trabajo se les acabe más presto, pues en las cárceles no son de más provecho que para consumir las limosnas de los otros que suceden y deprender dellos malas y depravadas costumbres, y nuevas liciones para ser más famosos ladrones ; y enfermando ellos con la largueza del tiempo y corrupción de aires que allí hay, de los cuales gozan mejor en la mar cuando estuvieren en las galeras.20

26Tous ces discours et ces polémiques m’ont conduit, naturellement, à distinguer quatre grandes catégories dans la représentation des pauvres et de la pauvreté en peinture : le « pauvre-Dieu » (c’est-à-dire la représentation de la pauvreté emblématique et/ou divine) ; le « pauvre en Dieu » (celle de la représentation de la pauvreté volontaire d’ascèse ou monastique, avec, comme et pour les pauvres) ; le « pauvre de Dieu » (sa pauvreté est synonyme de solennité et d’assistance, elle est honteuse et supportée) et, enfin, le « pauvre hors de Dieu », c’est-à-dire la représentation d’une pauvreté pernicieuse et dangereuse.

1. LE PAUVRE DIEU

27Distinguons d’abord sa représentation emblématique de sa représentation réaliste. Même si toutes deux s’intègrent bien souvent dans un discours de type théologique, moral et/ou allégorique.

La pauvreté emblématique : Covarrubias, Horozco, Pérez de Herrera

28La représentation de la pauvreté dans les collections espagnoles d’emblèmes des XVIe et XVIIe Siècles, qui a modélisé de nombreuses figurations en peinture, découle bien souvent, a contrario, de la représentation de l’opulence ou de la charité. Mais du point de vue iconographique je ne vais m’en tenir qu’à la stricte représentation de la pauvreté en elle-même et/ou du pauvre.

  • 21 Malgré le nombre relativement important de traités publiés récemment et dont je possède presque tou (...)
  • 22 Poesía. Hospital de incurables, ed. F. J. Díez de Revenga, Cátedra, Madrid 1987 ; Bernardino DAZA, (...)

29Contre toute attente, et j’ai été le premier surpris, il n’existe que très peu de représentations du pauvre et de la pauvreté dans la littérature emblématique espagnole (dans laquelle j’inclus aussi les traités italiens traduits ou réécrits en castillan), et cela malgré l’importance du sujet et l’importance des esprits éclairés qui s’y sont intéressés. Sur une totalité de 1732 emblèmes répertoriés21, la pauvreté et le pauvre n’ont droit qu’à 18 occurrences. Ce qui n’est rien ! Pour avoir un ordre de comparaison et au hasard, la charité y est représentée 27 fois, le châtiment, 38, la constance, 31, la prudence, 44 et la vertu, 39. Ces 1732 emblèmes ont été répertoriés parmi 30 traités espagnols des XVIe et XVIIe Siècles, et plus précisément de la première version espagnole des Emblemata d’Alciat (par Bernardino Daza, en 1549) au traité de Francisco Antonio de Montalvo, de 1689, soit presque un siècle et demi (6 traités pour le XVIe et 24 pour le XVIIe)22.

30Seulement 8 auteurs espagnols ont représenté la pauvreté et le pauvre dans des traités datant de 1549, 1591, 1598, 1599, 1610, 1642 (publié en 1662), 1670 et 1682. On peut éventuellement rajouter à ces 18 représentations, 5 autres, issues essentiellement de Pérez de Herrera, qui traitent plus indirectement du sujet (constance contre l’adversité, etc...) soit un maigre total de 23 occurrences (qui représentent un faible 1,32 % de la totalité des emblèmes consultés), le pauvre venant loin derrière le bon gouvernement, l’éducation du prince, la prudence ou la Vierge Marie. Nous sommes, en Espagne, bien loin de Césare Ripa, connu mais jamais traduit en castillan au XVIème et XVIIème Siècles, qui nous offre une allégorie extrêmement complète et « riche » de la pauvreté et qui distingue la pauvreté simple de la pauvreté dans les actions, celle des pauvres d’esprit et la pauvreté des sages, sous les traits d’une Femme vêtue à la façon des gitanes, tête inclinée et cou tordu pour demander une aumône. Sur la tête, à la place d’un couvre-chef, elle porte un oiseau appelé torcou (ou torcol) parce que, selon Piero Valeriano, lorsque les Égyptiens voulaient représenter un homme d’une pauvreté extrême, ils peignaient cet oiseau qui, selon Élien, était un animal si faible qu’il n’avait même pas la force de faire son nid.

31Je ne peux pas trop m’étendre sur les emblèmes liés à la pauvreté, aussi peu nombreux soient-ils. Ils mériteraient à eux seuls tout un colloque. Je résumerai leur enseignement.

32La représentation de la pauvreté et du pauvre est essentiellement prise entre deux isotopies qui n’ont rien à voir l’une et l’autre mais qui sont présentées comme dialectiques, complémentaires : l’isotopie pathologique ou biologique (les infirmes, les malades, les vieux, etc.) et l’isotopie éthico-sociale ou/et sociale (les misérables, les vagabonds, les joueurs, les ivrognes, les paresseux, etc.). Nous trouvons peut-être un lien avec notre chanoine, proche de Pérez de Herrera ou de Jacinto Polo de Medina dans une certaine opposition, qui me semble perceptible, au concept que développe Juan Luis Vives, qui me semble plus franchement social et politique, mais je peux me tromper moi qui ne suis spécialiste ni de Vivès ni de Giginta.

  • 23 Juan de LUNA, Segunda parte de Lazarillo de Tormes, sacada de las Crónicas antiguas de Toledo, Pari (...)

33Certains emblèmes envisagent la pauvreté du point de vue de la liberté qu’elle autorise, ce que l’on retrouve chez certains auteurs picaresque, tel Juan de Luna l’auteur de la seconde partie du Lazarille23 ; cette liberté est représentée parfois de façon cocasse, comme l’emblème de Covarrubias qui montre un castor en train de s’arracher les testicules (« Quod superest tutum », tu ne possèdes que ce qui est sûr) : la liberté à ce prix ! ; tantôt sous la forme d’un escargot, toujours de Covarrubias, qui porte sur lui sa seule et totale richesse ou une représentation « déplacée » mais identique de l’escargot avec Diogène dans son tonneau (de Horozco) qui exalte aussi la « via mediocritas ». Ces images exaltent toutes la pauvreté vertueuse et revendiquée, considérée comme bien suprême puisque détachée des biens terrestres et du « mundanal ruido ».

34D’autres représentations, plus nombreuses, utilisent l’image du pauvre pour exalter la charité. Le pauvre y est un nécessiteux qui doit recourir à la bonté des hommes, des riches et de l’Eglise. Pérez de Herrera nous propose une très belle image où le pauvre est cigogne nourrie par une autre cigogne (la piedad), abeille dans une ruche (el gobierno) et fourmi (el orden) ; le nid, la ruche et la fourmilière deviennent des représentations des « auberges » où l’on peut traiter la mendicité légitime des pauvres honteux, des prisonniers et des captifs ainsi que des orphelins. Dans ce même ordre d’idée, nous trouvons un hérisson chez Covarrubias qui emporte des arbouses plantées sur ses pics, censé représenter le clergé nourrissant les nécessiteux qui n’ont pas pu profiter de la même aubaine qu’eux. Nous trouvons aussi un beau moulin à vent, toujours chez Covarrubias, pour représenter le pauvre, qui tel l’albatros poétique restera immobile si un souffle d’air ne vient entraîner ses ailes. Le souffle étant, on l’aura compris, l’aumône, l’aide charitable, voire le mécénat dans certains cas.

35Liées à cette dernière représentation, nous trouvons des représentations du pauvre pour signifier la difficulté rencontrée par eux afin de pouvoir simplement vivre ou survivre : le pauvre y est représenté sous l’aspect d’un faune très laid qui prétend la beauté de Vénus (chez Soto) et qui ne peut l’obtenir, non parce qu’il est laid mais parce qu’il est pauvre, illustrant à sa façon le topique du « poderoso caballero es don dinero » de Quevedo mais problématisant dans tous les cas la peinture soi-disant mythologique ; ou sous l’aspect d’un homme pourvu d’une paire d’ailes liée au poignet gauche qui tente de s’élever dans les airs mais qui est entravé par une pierre fort lourde qui le retient au sol par le poignet droit (Alciat/Daza).

36Un autre domaine de représentation est celui de l’opposition entre riches et pauvres. Le pauvre y est toujours victime de la violence, de l’orgueil ou de l’avarice des riches : il est grenouille qui combat un crocodile chez Mendo (mais qui peut vaincre avec une simple baguette), couleuvre dévorée par un dragon chez Covarrubias, ou malade qui se meurt d’une hypertrophie de la rate chez Alciat/Daza pour signifier que la richesse du tyran est cause de l’extrême pauvreté de ses sujets et que celui-ci mourra, comme le corps humain, s’il présente une rate trop gonflée. S’agit-il d’une mise en garde contre les riches ? Cela n’est pas impossible. Cet emblème pourrait encore être utilisé de nos jours pour répondre à un certain discours ambiant qui justifie les gros salaires des patrons de grandes entreprises et justifie les petits salaires ou les contrats « basura » dans ces mêmes entreprises ! De même pour dénoncer l’exploitation des pauvres par les riches, Horozco nous propose une représentation des pauvres sous l’aspect de vers à soie. Ou encore l’image d’un onagre dévoré par un lion (Covarrubias) pour souligner la cruauté des riches envers les pauvres ; le texte est inéquivoque « Sic pascua divitum pauperes », (les pauvres sont ainsi pâturage des riches). Il est cependant de bons riches, tout comme il y a de mauvais pauvres : Baños montre ainsi un homme richement paré faisant l’aumône à de pauvres infirmes qui marchent péniblement en s’appuyant sur des béquilles, une image de la charité à double détente, si l’on peut dire, puisqu’elle permet à la fois la subsistance physique des pauvres et la salut éternel du riche.

37La dernière catégorie des pauvres traités dans le discours emblématique est celle des mendiants feints (chez Pérez de Herrera, qui propose simplement une image où le pauvre est banni ; celle de la justice, l’épée et une balance à la main, mais qui n’a pas les yeux bandés), ou celle d’un loup ou d’un lynx qui abandonne le mouton qu’il dévore pour regarder le troupeau que conduit plus loin un berger (Alciat/Daza) ou encore celle des pauvres vicieux, point trop éloignée des pauvres feints, qui propose l’image d’un homme en haillons (Covarrubias) avec des dés et des cartes à ses pieds, pour dénoncer la pauvreté extrême à laquelle conduit le vice et le jeu.

38Il résulte de ces emblèmes une division très opératoire entre :

Le BON pauvre (celui qui l’est par nature)

le MAUVAIS pauvre (celui qui l’est par artifice ou vice)

39Jouant sur cette dichotomie, les textes et les images des emblèmes, nous offrent deux catégories de pauvres et deux sortes de représentations :

40Au niveau du Texte :

Mendiants légitimes

Mendiants feints

Pauvres honteux

Gueux

Prisonniers

Joueurs

Captifs

Orphelins

Vagabonds

Soldats estropiés

Vieux

41Au niveau de l’Image :

Homme en haillons

Homme en haillons + dés

Castor

loup/lynx

Grenouille

Escargot

Diogène

Couleuvres

Ver à soie

Onagre

Abeilles

Infirmes

Moulin à vent

Homme entravé

Fourmi

42Certaines de ces images sont topiques, telle celle de Diogène qui sera relativement bien représenté dans la peinture baroque (chez Velázquez, par exemple). D’autres le sont beaucoup moins et nous réjouissent davantage pour les possibilités d’interprétation qu’elles permettent lorsqu’on considère par exemple une nature morte comme celles de Van der Hamen, ou de Loarte ou encore de Pereda, où l’on voit des abeilles butiner des fleurs ou des fruits, ou encore des escargots grimpant sur des légumes, pour ne pas parler des moulins à vent !

43Nous retrouvons dans cette « théorisation » du pauvre issue des traités d’Emblèmes, d’une certaine façon, la double tradition biblique et c’est cela que je trouve particulièrement intéressant : d’une part nous avons celle issue de l’Ancien Testament, d’autre part celle issue du Nouveau Testament qui introduisent une claire distinction entre le pauvre « pur » et le pauvre « impur », à cette différence près qu’il s’agit ici, en peinture et aux Siècles d’Or, de distinguer plus précisément ceux qui sont contraints à la pauvreté de ceux qui en jouent pour en tirer un certain bénéfice ou qui y sont conduits pour leurs vices.

44C’est ce discours, simple mais efficace, qui va être développé dans les arts plastiques tout au long du XVIe et du XVIIe siècle.

45Les impurs, rappelons-nous, ne pouvaient en aucun cas s’approcher de Dieu (ce qui est encore très clairement ressenti dans le Nouveau Testament avec la femme adultère ou la prostituée qui s’invite lors du repas chez Simon) ; quant aux tares physiques (cécité, blessures, déformations, amputations, claudication), les maladies (lèpre, peste, etc.), elles rendaient inapte quiconque en était atteint à présenter dans la société judaïque de l’Ancien Testament des offrandes à Dieu. Cette pauvreté issue de ce genre de misère en faisait des sortes d’intouchables qui profanaient le corps social de leur simple existence. Le sens en était fort simple. Le Mal que représente la pauvreté et la misère ainsi considérée qui lui est consubstantielle, vient des hommes et nullement de Dieu et puis, comme on ne prête qu’aux riches, si l’on est malade ou infirme, c’est que l’on a dû commettre, soi-même ou sa famille, quelque crime pour mériter une telle épreuve.

46Toutefois Jésus, dans le Nouveau Testament, rompt le lien qui existe dans l’Ancien Testament entre infirmité, pauvreté et faute individuelle. Son idée capitale est que l’homme éprouvé ne peut être un homme réprouvé. Giginta et d’autres, en faisant à leur tour sauter l’interdit de l’intégration du pauvre et du malade dans la société provoquent une rupture et obligent à penser un nouveau contrat social. Le Mal n’est plus dans la souillure extérieure mais dans la conduite vis-à-vis d’autrui. Ce qui devient très angoissant et complexe au niveau social car la distinction qui existait auparavant entre le pur et l’impur qui étaient des critères « objectifs » simples, ce sont désormais les hommes qui vont la créer et la délimiter, ce qui est une véritable « révolution » ou rupture si le terme paraît trop fort. La pureté n’est pas la conséquence d’un acte sacral, elle en devient le fondement. Pour approcher Dieu, il ne faut plus être « purifié » (comme dans l’Ancien Testament), il faut avoir un cœur pur. C’est la grande leçon du franciscanisme et de l’humanisme d’un Vivès ou d’un Giginta. Mais le danger que représente une telle conception tient en ce qu'elle fait disparaître le religieux au profit de l’éthique, ou ce qui est tout aussi grave, dans le contexte idéologique de l’époque, elle élève l’éthique au niveau du religieux. C’est le sens, me semble-t-il, de la subversion introduite par Jésus dans le Temple, comme le rapporte le célèbre texte de Jean (cap. 9, 1-41), ou encore les évangiles synoptiques (Matthieu, 12, 10-12 ; Marc, 3, 2-4 ; Luc 6, 7-9), où l’on voit Jésus guérir un aveugle dans le Temple le jour du sabbat, ce qui sera retenu par les Pharisiens, ces psychorigides et fondamentalistes gardiens de la loi, pour le déclarer condamnable. Jésus guérit les aveugles, les malades, les boiteux, tous ceux qui étaient exclus du Temple ; plus que miracle, ces guérisons correspondent en fait a une réintégration du marginal dans la société. Rappelons-nous l’adage de Vivès : « homo homini par ». Rappelons aussi son « qu’aucun homme ne se place au-dessus d’aucun homme ni ne le méprise ni ne le regarde avec arrogance ni ne se préfère à un autre, puisque nous avons été envoyés à cette vie par Dieu, notre père commun, et créés par le même droit » (Opera, IV ; 60). Affirmation qui prend une importance toute particulière, en outre, au moment où l’Espagne se forgeait un Empire colonial dans lequel elle intégrait avec plus ou moins de bonheur d’autres hommes inconnus jusqu’à présent. C’est cette attitude « militante » qui est la Charité et non plus un vague principe moral. Il n’est donc pas surprenant, justement parce que Jésus introduit cette rupture « politique » vis-à-vis de la structuration de la société judaïque, que les représentations de sa naissance ou de son enseignement direct ou indirect, aient recours à l’image du pauvre ou de la pauvreté, de l’éprouvé ou du réprouvé, non comme marque d’infamie mais comme empreinte de Dieu.

La pauvreté « a lo divino » : Saint Martin et le mendiant (El Greco)24 ; Adoration des bergers (Maino)25.

  • 24 Le Gréco, 1597 ou 1599, Washington National Gallery of Art.
  • 25 Juan Bautista Maino, 1612-1613, Madrid, Museo del Prado.

47Outre la représentation emblématique, nous incluons sous cette appellation du pauvre-Dieu, les diverses représentations de l’enfant Jésus et de la Sainte famille et même certaines représentations tirées du martyrologe et des ouvrages hagiographiques. Cette vision est plus directement issue de la pensée paulinienne, avons-nous dit, même si elle récupère aussi le Livre de Job, où celui-ci se félicitait d’avoir été « le père des pauvres » ou à quelques prescriptions morales de Moïse dans le Levitique (19, 9., « tu abandonneras ta moisson au pauvre et à l’étranger »), à Tobie, à Daniel et, bien sûr, aux synoptiques et à Jean.

48Pour ces raisons, recourant à une certaine réécriture de la création de l’homme « a la imagen y semejanza », particulièrement pertinente et opératoire en peinture, le pauvre devient un « vicaire » de Dieu incarné (du Christ) et celui qui vient en aide au pauvre « devient » de fait et de droit un double du Christ. La pauvreté est vicariance du divin et non plus objet de répulsion et de rejet.

  • 26 C’est en particulier le cas dans son roman picaresque, El Buscón.

49Je signalerai, au passage, qu’il est loisible de penser que la peinture du pauvre a pu être aussi profondément marquée par la pratique des textes picaresques qui de façon fort surprenante et perverse, reprennent à leur compte une structuration de rejet du pauvre, de l’infâme, de l’impur (dont le cristiano nuevo au sang impur qui abreuvera tous les sillons de l’histoire), en attendant celui qui présentera un ADN impur, caractéristique de la structuration de la société judaïque, alors qu’ils s’en défendent pour la plupart, surtout Quevedo26. Mais ce n’est qu’une remarque qui nous éloigne de notre sujet.

50J’ai convoqué à titre purement illustratif, Maino et Greco, même si je suis persuadé que toutes les Nativités et tous les Saint Martin de Tours n’ont pas le même sens. Mais j’aurais pu recourir à quantité d’autres peintres et utiliser toutes les représentations de la Sainte Famille, les Nativités, les Fuites en Égypte, etc., pour illustrer cette catégorie de « pauvres » à pratiquer lors de nombreux exercices spirituels.

  • 27 Francisco de Zurbarán, 1638, Grenoble, Musée de Peinture et de Sculpture.

51La pauvreté, d’ailleurs, dans ce cas-là très précis se confond avec la nudité. Une nudité d’ailleurs souvent paradoxale et complexe car elle renvoie tantôt à l’un des préceptes de charité qui veut que l’on habille ceux qui sont nus (Saint Martin et le mendiant, dans le tableau de 1597 ou 1599 du Gréco) comme nous le retrouverons dans le deuxième type de représentations (le pauvre en Dieu) et tantôt à la nudité propre à la divinité faite homme (Juan Bautista Maino, Adoration des bergers, 1612/1613). C’est ainsi qu’il nous faut comprendre à la fois les représentations de saints hommes se dépouillant pour habiller le pauvre qui est une figuration du Fils et qui deviennent ainsi, à leur tour, figures christiques et les représentations de la Vierge dénudant contre toute attente son propre fils, malgré le froid qui nécessite la présence du bœuf et de l’âne pour le réchauffer. Si le Fils de Dieu est nu, s’il naît dans une bergerie ruineuse, à Bethléem, c’est bien parce que la pauvreté a cessé d’être une marque d’infamie, ou que cette infamie a été érigée en signe, qu’elle porte la marque du dieu. Le corps nu de l’enfant présenté aux pauvres bergers et aux pauvres d’esprits (dans Adorations des bergers de Zurbarán)27, est christophanie et consommation eucharistique par le regard. Les pauvres voient l’enfant-dieu comme nous voyons le tableau : le tableau établit une correspondance très étroite entre le lin de la toile qui supporte l’image et le tissu qui reçoit le corps de l’enfant Jésus. L’image, c’est-à-dire le tableau se donne à consommer, s’offre comme objet de consommation. Les moutons et les œufs qui accompagnent bien souvent ces représentations n’en font que souligner le sens lui-même évoqué par l’endroit même où a lieu la christophanie qui, ne l’oublions pas signifie en hébreu « la maison du pain » (bet leHem).

Francisco de Zurbarán, La Adoración de los Pastores [Adoration des bergers], 1638. Musée de Peinture et de Sculpture de Grenoble

2. LE PAUVRE EN DIEU : Carducho, Mort de Saint François28 ; Murillo, Saint Thomas de Villeneuve enfant29 ; Murillo, Saint Sauveur de Horta30

  • 28 Bartolomé Carducho, 1593, Lisbonne, Museu de Arte Antiga.
  • 29 Bartolomé Esteban Murillo, Cincinnati, Art Museum.
  • 30 Bartolomé Esteban Murillo, Bayonne, Musée Bonnat.

52Ces représentations font entrer en conflit les ordres monastiques et l’Église. Le pauvre est, il faut bien le reconnaître, le « fonds de commerce » d’un grand nombre d’ordres mendiants (Franciscains, Augustiniens, Hiéronymites, etc.) qui essaient d’occuper le terrain, iconographiquement parlant. L’iconographie des grands cycles de Murillo ou de Zurbarán répond d’ailleurs à des commandes particulières de ces ordres. Il en est de même en Nouvelle Espagne, entre Dominicains et Franciscains ou Jésuites. Là aussi je ne présenterai qu’à titre illustratif quelques tableaux, parce que c’est à l’occasion de l’exaltation de ces ordres ou de ces saintes personnes qui ont fait vœu de pauvreté ou se sont engagées dans la voie de la rédemption des pauvres, que l’on trouve le plus bel échantillon social.

  • 31 « Anastasis et fonction anastasique de la représentation du désert dans la peinture hagiographique (...)

53Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire en d’autres lieux, les représentations des grands maîtres de l’ascèse ou des anachorètes (Yáñez de la Almedina et son Saint Jérôme)31 ou même Velázquez (et son saint Antoine et saint Paul l’ermite) pourraient s’inscrire dans un type de peinture « humaniste » ou « érasmisante » au sens très large, qui oppose une conception personnelle de vivre la foi à une autre plus institutionnelle et qui, bien entendu, rejette la possibilité que l’Église romaine, fastueuse et monarchique, puisse représenter le « pauvre-Dieu », dont nous parlions.

54Plus que sur la pauvreté, ces représentations insistent sur la nécessité de vivre en pauvre, comme les pauvres pour être près des pauvres. Carducho et Murillo montrent la misère des fils spirituels du « poverello » et de Saint François lui-même : robes rapiécées, humilité, mortifications, etc, tout ce que n’est pas ou n’est plus l’Église de Rome. Le parallélisme entre les deux tableaux de Carducho et de Murillo est saisissant. Dans les deux cas nous avons : saint François entouré des siens, ses fidèles tous plus pauvres les uns que les autres et un franciscain (Salvador de Horta) entouré des siens, les pauvres (un infirme avec bandage autour de la tête, un soldat peut-être ? et béquille, une femme avec un enfant) qui constituent un trio qui n’est pas sans rappeler la Sainte Famille dans sa représentation traditionnelle, à cette différence près que la béquille remplace le bâton « fleuri » de Joseph ; plus loin, se détachant entre les groupes constitués par saint Sauveur de Horta, l’inquisiteur d’Aragon et un autre groupe de riches, une foule de misérables évoquée par la présence évidente d’un autre infirme. Tous sont assis ou agenouillés (pauvres et vicaire des pauvres) face aux hommes debout, représentants de l’ordre et des valeurs de la société des hidalgos. Il n’est pas difficile de comprendre que ceux qui sont à terre aujourd’hui seront les futurs élus de demain. Quant à Saint Thomas de Vilanova enfant, que nous retrouverons peu après adulte, on l’y voit, tel un nouveau saint Martin supérieur, se dépouiller de tous ses habits pour devenir à son tour image de la pauvreté et de la « orfandad », dans un locus désespérement vide d’adultes.

3. LE PAUVRE DE DIEU

55C’est de loin le plus intéressant des groupes avec ce que j’ai appelé le « pauvre hors de Dieu » (même si j’ai une petite préférence pour ce dernier). De nombreuses toiles dont j’ai cité certaines pourraient se retrouver sous cette appellation. Ce qui les distingue, est simplement ma volonté de privilégier le pauvre involontaire de celui qui fait vœu de pauvreté. En dehors de quelques rares représentations où on le voit tel qu’en lui-même, le « pauvre de Dieu » entre dans un circuit où il est récupéré puisque sa fonction essentielle, pratiquement comme dans le cas du « pauvre dieu » des emblèmes ou du « pauvre en Dieu », est de servir de caution, d’intermédiaire. Exception faite de Murillo (ses enfants orphelins, abandonnés, misérables) et de Ribera (le pied-bot, vivant d’aumônes) où on les voit évoluer dans un monde « humain », abandonné de Dieu, toutes les autres représentations les présentent dans des tableaux religieux, liés à la vie du Christ et dans des tableaux religieux, liés à la vie de personnages de l’Église, tous dans un contexte post-tridentin particulièrement vivace en Espagne.

Liés à la vie du Christ

56Il nous faudrait distinguer entre les représentations qui ont un lien avec la vie secrète et celles qui se réfèrent à sa vie publique. La liste est loin d’être exhaustive. Je ne prendrai comme exemple que :

57• Maino, Adorations des bergers, que nous avons déjà vu. Il y a, bien entendu, quantité d’autres « Adorations de bergers », du Greco, de Zurbarán, etc.

58Nous ne sommes pas très éloignés, avec ce type de représentation, des « pauvres-Dieux ». Ces tableaux illustrent plus ou moins fidèlement une scène du Nouveau Testament (Luc, 2, 8-17) très codifiée dans tous les traités de peinture ou d’iconographie (Pacheco, Carducho, Nadal....) et les diverses hagiographies (Voragine) qui existaient à l’époque. Il s’agit d’illustrer un passage de l’Évangile de Luc (les autres sont muets) et de souligner l’humanité du Christ. Il n’est d’ailleurs pas sans importance qu’alors qu’il fait un froid de canard qui nécessite la présence du bœuf et de l’âne pour réchauffer l’enfant Jésus, la Vierge (quelle mère indigne !) ne craigne pas de le déshabiller pour en faire monstrance au peuple des bergers, qui selon la tradition, sont pauvres, honnêtes et préfigurent ces autres pâtres que seront les prêtres et les hommes d’Église en général.

59Il est difficile de n’y voir que des pauvres. Certains peintres introduisent d’ailleurs une sorte de différenciation entre des bergers qui offrent des moutons et ceux qui n’offrent que leur béatitude. Exception faite de la femme « simple d’esprit » du premier plan chez Zurbarán, ces pauvres-là entretiennent des liens étroits avec ceux de la littérature pastorale et contribuent à nous présenter une certaine vision très idéalisée de la pauvreté et du peuple de Dieu.

Murillo, Le Christ et le paralytique ou la piscine probatoire (ou probatique)

  • 32 Bartolomé Esteban Murillo, 1671-1674, Londres, National Gallery.

60Dans ce tableau32, Murillo illustre une scène du Nouveau Testament, mais surtout, et c’est ce qui paraît le plus intéressant, introduit une certaine hiérarchisation dans les handicaps. Ou qu’il vaut mieux être paralysé, aveugle, pestiféré, scrofuleux ou lépreux, c’est-à-dire souffrir d’une infirmité « biblique » que de tout autre type de maladie surtout vénérienne.

61Murillo crée un espace asilaire qui est un milieu, non pas de soins ou d’encadrement, on les y voit abandonnés à eux-mêmes, mais un parc, une sorte de « zoo », qui assure la survie tout en permettant à la société de cacher et de réguler la misère. Un espace de monstration et de démonstration de la pauvreté, perçue comme monstruosité en quelque sorte qui entre en contradiction avec l’enseignement biblique.

62Le tableau fait partie de la série réalisée pour le temple de la Charité, à Séville, n’oublions pas. Murillo était entré en 1665 dans la Confrérie de la Sainte Charité dans laquelle Miguel de Mañara occupait depuis 1662 la charge de « hermano mayor ». On retient surtout les tableaux de Valdés Leal, atroces, mais l’essentiel du programme iconographique est dû à Murillo. Entre autres, 6 tableaux illustrant les 7 Œuvres de Miséricorde (Matthieu 25, 34-40) ainsi que celui de Sainte Isabelle de Hongrie et La charité de San Juan de Dios. Ce tableau illustre « soigner les malades » (curar a los enfermos).

• Œuvres représentant la vie de certains hommes d’Église ou saintes personnes : Luis Tristan, Saint Louis33 ; Zurbarán, Fray Gonzalo de Illescas34 ; Murillo, Saint Diego de Alcalá35 ; Murillo, Saint Thomas de Villeneuve36 ; Murillo, Sainte Isabelle de Hongrie37

  • 33 Luis Tristán, 1615-1620, Paris, Musée du Louvre.
  • 34 Francisco de Zurbarán, Guadalupe, Sacristie du Monastère.
  • 35 Bartolomé Esteban Murillo, Williamstown, Sterling & Francine Clark Art Institute.
  • 36 Bartolomé Esteban Murillo, Séville, Museo de Bellas Artes.
  • 37 Bartolomé Esteban Murillo, Séville, Hospital de la Caridad.

63Le tableau de Zurbarán est important. Outre l’exaltation d’un homme qui s’est occupé des pauvres, et fut un exemple de charité, il hiérarchise divers degrés de pauvreté marqués, et cela est assez surprenant, par la position qu’ils occupent par rapport à don Gonzalo de Illescas (tout en jouant sur un espace diachronique non séquentiel) et par rapport à leur emplacement sur les marches qui conduisent jusqu’à lui (il va sans dire que je ne crois pas au hasard). Est-ce à dire qu’il existe derrière cette hiérarchisation, une véritable aristocratie de la pauvreté ? Je ne suis pas loin de le penser. Et ce d’autant plus que la littérature picaresque semblerait appuyer nos dires.

64Nous y trouvons :

  1. Le « pobre de solemnidad », le plus près de l’homme de Dieu ;

  2. puis, le « tullido » (un soldat amputé ?) ;

  3. le « huérfano » ;

  4. enfin, tout en bas de l’échelle, la « viuda ».

65Le tableau de Tristan exalte la figure d’un grand roi français, fils de Castille et figure emblématique de la justice et de la charité. Les pauvres qui figurent sur ce tableaux réapparaîtront, presque tels quels, dans le tableau de Murillo consacré à Thomas de Villeneuve. Ici nous avons des vieux, des infirmes mais pas une femme, pas un enfant n’y figurent. Cette forclusion de la femme parmi les pauvres à qui le Saint Roi fait la charité souligne ce que je disais à propos du tableau de Zurbarán. La femme n’a qu’une place minime parmi cette population des pauvres de Dieu (exception faite de Murillo) ce qui justifie peut-être, me semble-t-il, sa sur-représentation dans la peinture des pauvres hors de Dieu. Sans vouloir tomber dans un quelconque délire féministe, elle est malgré tout doublement pauvre et doublement coupable, parce que misérable et parce que femme.

66Mais la plus riche iconographie nous vient de Murillo, dans une représentation beaucoup plus « démocratique » mais désordonnée de la pauvreté. On y trouve, pêle-mêle dans ses tableaux qui représentent sainte Élisabeth de Hongrie et saint Thomas de Villeneuve adulte ou Diego de Alcalá :

  • des « infirmes et des malades »

  • des « teigneux » et des « lépreux »

  • des « mendiants »

  • des enfants « expósitos », abandonnés ;

  • des femmes solitaires ;

  • des veuves ;

  • des prostituées, des mères célibataires, une jeune veuve ( ?) ;

  • des vieux ;

  • et même, comme dans le Lazarillo de Tormes, un noble pauvre.

67Tous soumis devant la figure exaltée du saint, en majesté (Tomás de Vilanova, Isabel de Hungría) ou humanisée (Diego de Alcalá) même s’il semble être ailleurs, dans un tout autre monde, de spiritualité, bien différent de celui des « muertos de hambre ». Cette « Sainte Cène » rejoint celle que l’on aperçoit au fond du tableau de sainte Élisabeth de Hongrie. Les pauvres communient autour de ce repas « eucharistique ». leur repas, offert par Diego de Alcalá ou Élisabeth de Hongrie, est à la fois spirituel et terrestre. Il est à remarquer que le tableau qui montre Diego de Alcalá dando de comer a los pobres nous propose l’échantillon le plus large de pauvres que je connaisse et serait le premier à montrer dans le chaudron des patates qui font leur apparition dans l’alimentation. Ce qui fait, involontairement de la part du peintre, de la patate une représentation du corps christique.

Saint-Louis, roi de France, distribuant les aumônes
Tristán Luis (vers 1585-1624)
© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)

Les pauvres récupérables

68Outre ces personnes « venidas a menos », nous trouvons d’autres sous-catégories de pauvres : l’être difforme, le pauvre honteux, l’orphelin et l’esclave.

• L’être difforme : Ribera, Le pied-bot38

  • 38 Jusepe de Ribera, 1652, Paris, Musée du Louvre.

69Les personnes atteintes d’infirmités sont souvent mises en relation avec le monde des picaros, du fait de leur monstruosité physique ; mais il s’agit, plus précisément, d’un pauvre qui vit de son infirmité en demandant des aumônes comme en témoigne l’écriteau qu’il porte à la main (en latin, ce qui en montre toute la dimension allégorique) « Da mihi elimo/sinam propter/amorem dei ». Mais les tares qu’il présente sont vraies contrairement au picaro qui les feint pour attendrir les âmes charitables.

70Le pauvre est saisi comme malade, comme incomplet voire comme monstrueux. Le malade à son tour est pauvre. Il s’agira donc, pour beaucoup, de soigner le pauvre comme on rééduque le malade, l’infirme. Et de concevoir la pauvreté comme une maladie endémique ?

• Le pauvre honteux (vendeur d’images, paysan, servante.) : Barrera, Allégorie de l’été39

  • 39 Francisco Barrera, 1638, Séville, Museo de Bellas Artes.

71Il y a très peu d’images de cette catégorie : dans le tableau de Barrera, le paysan y a une forte saveur emblématique (été) et il entre en compétition avec Flora. Ce qui est tout un programme. Misérable et en guenilles mais propre sur lui et heureux.

Jusepe de Riber, Le pied-bot, 1652. Musée du Louvre, Paris

• Les esclaves : Velázquez, La mulatresse40 ; Murillo, Enfant noir41

  • 40 Diego Velázquez, 1618, Londres, National Gallery.
  • 41 Bartolomé Esteban Murillo, Londres, Dulwich College.

72On trouve la référence à l’esclavage dans la littérature picaresque. Le parâtre de Lazarillo est un « moro », un esclave noir que le jeune enfant prend pour le « coco ». Velazquez fait un superbe portrait de son esclave Pareja. On trouve assez peu d’images de cette catégorie de pauvres. Il nous faudra attendre le XVIIIe et les tableaux de « castas » pour les voir faire irruption en peinture. Ils sont parmi les pauvres, les plus pauvres n’ayant même pas le statut de sujets du roi. Velazquez et Murillo les traitent avec plus de considération et d’humanité que la société dans laquelle ils évoluaient. Y a-t-il revendication d’une place plus noble pour eux. Le tableau de Murillo est particulièrement dramatique puisqu’ici, le petit esclave noir demande l’aumône (un morceau d’un « pastel de a cuatro » ?) à des enfants aussi pauvres que lui, mais « blancs ».

L’orphelin. Murillo, Orphelin s’épouillant42

  • 42 Bartolomé Esteban Murillo, Paris, Musée du Louvre.

73Quant à l’orphelin de Murillo, il se passe de tout commentaire selon qu’on accepte une certaine vision « costumbrista » ou plus perverse. Certes, il s’épouille. Mais ne trouve-t-on pas chez Quevedo (La Fortuna con seso y Hora de todos) que les Français, les Juifs, les Gênois, sont les poux de la société espagnole parce qu’ils la piquent, lui sucent le sang et l’appauvrissent ? Ce tableau accepterait-il une lecture plus métaphorique ? Et comme Quevedo dénonce-t-il la misère de la société espagnole « sucée » jusqu’à la moelle par les étrangers qui vivent à ses crochets ? Je pose la question. Dans tous les cas, les romans picaresques et les archives de la police urbaine dénoncent ces meutes d’enfants abandonnés à eux-mêmes qui donnent une piètre image de la couronne et mettent en péril le bon ordre social.

4. LE PAUVRE HORS DE DIEU

74Ce sont les pauvres « non récupérables », ceux qui envahissent l’espace imaginaire d’une grande partie de la littérature picaresque. Tous ne sont pas représentés. La peinture a privilégié, la prostituée et sa mère utile, le joueur parfois l’ivrogne.

La prostituée : Murillo, Les galiciennes à la fenêtre43

  • 43 Bartolomé Esteban Murillo, Washington, National Gallery of Art.

75Je ne veux volontairement pas parler des très nombreuses représentations de Marie Madeleine. Outre les textes qui existent sur elle (dont le très beau de Malon de Chaide, par exemple) ou même les cantates ou les motets qui la prennent pour sujet, et qui nous montrent que jamais elle n’a été considérée comme une pauvre femme, il me semble qu’elle joue un rôle bien différent de celui de la simple prostituée telle que nous la trouvons chez Quevedo ou chez Murillo.

76Leur sourire engageant et tarifié en fait des pícaras plus que des misérables mais seulement si nous acceptons le regard de l’époque. Elles sont exploitées par les hommes qui les fréquentent et ceux (ou celles) qui les vendent comme une marchandise. Sans oublier qu’elles sont guettées par toutes les maladies vénériennes de l’époque (non positivement marquées) qui en font des « pelonas » parce que la syphilis provoquait l’alopécie de leur mont de Vénus, permettant mille jeux de mots depuis les plus blasphématoires (monte calvario) jusqu’aux plus politiques (las calvinas).

Maquerelle : attrib. Murillo, Mère utile et sa fille en prison44 Velázquez : Le Christ chez Marthe et Marie45

  • 44 Attribué à Murillo, Saint-Petersbourg, Ermitage.
  • 45 Diego Velázquez, 1618, Londres, National Gallery.

77Dans ce tableau, il s’agit d’une maquerelle qui en outre est peut-être emprisonnée, dit-on ; je pense plutôt qu’elle est chez elle, derrière la grille de la fenêtre et que la fille fait de la retape. Y a-t-il un lointain souvenir de La Hija de Celestina de Salas Barbadillo, publié à Saragosse en 1612 ou de La Picara Justina de López de Ubeda (1605). Quoi qu’il en soit, la Celestina, c’est-à-dire la mère utile qui réapparaîtra dans l’œuvre de Goya est souvent une veuve qui ne peut plus compter sur la protection que lui offrait son mari ni sur ses charmes personnels et qui ne peut plus compter que sur sa fille (ou ses « filles »). Lope de Vega nous en a magnifiquement montré les raisons dans la Dorotea.

78Plus intéressant, Le Christ chez Marthe et Marie, de Velázquez (1618). La servante contrairement à ce qu’en dit toute la critique ne suit pas les enseignements culinaires de la plus âgée. Le tableau n’est pas simple illustration de l’opposition entre action et contemplation ; la vieille femme la guide et l’instruit, mais en quoi ? Tout l’appareil iconographique érotique, mis en place par Velázquez, nous conduit à « lire » le tableau comme illustration d’un épisode « célestinesque » et cela malgré la présence du Christ de la veduta ou justement à cause de sa représentation inversée.

Joueur : Murillo, Le retour du fils prodigue46.

  • 46 Bartolomé Esteban Murillo, Washington, National Gallery of Art.

79Nous aurions pu rajouter l’ivrogne parce que son rôle a toujours posé problème dans la représentation plastique. Derrière le disciple de Bacchus, derrière Noé qui montre involontairement ses « partes pudiendas », derrière le joyeux buveur, il y a aussi celui qui perd la raison parce qu’il a bu inconsidérément du vin qui est aussi, rappelons-le, sang du Christ, et que cet abus lui fait perdre raison et fortune. Ce qui a expliqué que Véronèse ait eu quelques problèmes avec l’Inquisition pour avoir représenté dans une Sainte Cène, des serviteurs pris de boisson.

80Comme dans l’emblème d’Alciat, le joueur est un pauvre en puissance parce qu’il remet son destin au hasard et que celui-ci ne peut que le conduire à la misère. Murillo insiste sur la déchéance physique qui contraste d’autant plus avec la richesse des habits du vieux père et de ses familiers. Le joueur est un « pauvre hors de Dieu » mais contrairement à d’autres, il peut se racheter au regard de la société (et de l’Église) en « rentrant au bercail » et en acceptant l’ordre du Père.

***

81Je conclurai rapidement en rappelant une phrase de Spinoza qui écrivait que « le concept de chien n’aboie pas ». De la même façon, l’image du pauvre que nous venons de voir ne réclame pas, ne mange pas, ne dérange pas. Il est tantôt miroir et justification et tantôt repoussoir et danger. Nous remarquons toutefois une inversion dans la représentation. Si l’image du pauvre sage, humble et respectueux de l’ordre établi supporte toutes les déformations dans son corps et ses accoutrements, l’image du pauvre perçu comme dangereux et néfaste, celui qui remet en question un certain ordre, n’est pas représenté ou n’offre rien qui puisse véritablement nous permettre de le reconnaître comme tel. Il est même bien souvent habillé comme un hidalgo aisé. Mais le fils prodigue, me direz-vous ? Certes le joueur, que représente Murillo dans son Retour du fils prodigue, qui a tout perdu présente une misère physique comparable à celle des pauvres vertueux, mais c’est justement au moment où il se soumet, qu’il se prosterne, tel Sigismond, à l’autorité du père (qui incarne à lui seul toute l’autorité et les valeurs de la société), qu’il devient « vertueux », qu’il oublie toute révolte. C’est comme cela que l’on aime les pauvres !

Bibliographie

BENNASSAR Bartolomé. Histoire des espagnols. Paris : Armand Colin, 1985.

CORREAS. Vocabularios de refranes, 1627.

CONTRERAS Alonso de. Discurso de mi vida. Madrid : Ed. de Tiempo, Grupo Z, 2004.

COVARRUBIA Sebastián de. Tesoro de la lengua castellana o española (1611, revue et corrigée par Benito Reigio Noydens en 1674). Barcelone : Ed. Horta, 1943.

LUNA Juan de. Segunda parte de Lazarillo de Tormes, sacadas de las Crónicas antiguas de Toledo, Paris, 1620 (ed. par Angel Valbuana Prat, Madrid : Aguilar, 1956).

GONZALEZ DE CELLORIGO Martin. Memorial de la política necesaria y útil restauración a la República de España y estados della, y del desempeño universal destos Reynos. Valladolid : 1600.

HOROZCO y COVARRUBIAS Juan. Emblemas morales. 1589.

MARTINEZ KLEISER Luis (Don). Refranero general ideológico español. Madrid : RAE, 1953 (réed., Madrid : Hernando, 1989)

MONTOYA Manuel. Anastasis et fonction anastasique de la représentation du désert dans la peinture hagiographique chez Fernando Yáñez de la Almedina. In Sociocriticism, « Sociocritique de l’image », vol. XI, Montpellier, 1998, p. 177-217.

NÚÑEZ Hernán. Refranes y proverbios, 1555.

PÉREZ de HERRERA Cristobal. Discurso del Amparo de los legitimos pobres (Madrid : Luis Sanchez, 1598), ed. Michel Cavillac, Madrid : Clásicos Castellanos, 1975.

QUEVEDO Francisco. El buscón. Madrid : Cátedra, 1986

RODRIGUEZ Juan Carlos. La literatura del pobre. Granada : Comares, 2001.

SANZ AYAN Carmen. La vida cotidiana en la España de Velasquez. Madrid : Temas de Hoy, 1994.

STICKER Henri-Jacques. Corps infirmes et sociétés. Paris : Aubier, 1982.

VISTARINI Antonio Bernat, CULL John T. Enciclopedia Akal de Emblemas Españoles Ilustrados. Madrid : Akal, 1999.

Notes

1 Histoire des espagnols, Paris, Armand Colin, 1985, t. 1, p. 516.

2 Cristóbal PEREZ de HERRERA Discurso del amparo de los legítimos pobres (Madrid, Luis Sánchez 1598), ed. par Michel Cavillac, Madrid, Clásicos Castellanos, 1975.

3 Cité par Carmen SANZ AYAN, La vida cotidiana en la España de Velázquez, Madrid, Temas de Hoy, 1994, p. 139.

4 Juan Carlos RODRIGUEZ VILLA, La Corte y la Monarquía de España en los años de 1636-1637, p. 135 ; recensement effectué le 25 avril 1637.

5 Cité par Juan Carlos RODRIGUEZ VILLA, La literatura del pobre, Granada, Comares, 2001, p. 19.

6 A.G.S., sección P. R., l. 86. Dépouillé par Jesús Bravo Lozano. Ces archives sont accompagnées d’un série de documents qui se rapportent à la Junta de Reformación (1614-1624). Nous pouvons distinguer dans l’ensemble de ces documents plusieurs sections : d’abord, une présentation par le corregidor Mosén Rubí de Bracamonte ; ensuite rapports des différents greffiers, Obregón, Gálvez de Heredia et Correas ; enfin trois folios séparés, peut-être des années 1620, qui traitent de la délinquance et de la marginalité à Madrid.

7 Qu’il existe une charge municipale essentiellement vouée au contrôle des vagabonds est un phénomène assez significatif en soi.

8 ALONSO DE CONTRERAS, Discurso de mi vida, Madrid, Ed. de Tiempo, Grupo Z, 2004.

9 Hernán Núñez, Refranes y proverbios (1555) et Correas, Vocabulario de refranes (1627),
Don luis MARTINEZ KLEISER, Refranero general ideológico español, Madrid, RAE, 1953, rééd. Madrid, Hernando, 1989.

10 FERNANDEZ NAVARRETE, Conservación de Monarquías, BAE, t. XXIV, Madrid, 1947.

11 ibid., disc. XXXIII, p. 520 sqq.

12 ibid., p. 541.

13 A.G.S., P.R., 1.15.

14 Ces « murcianos » n’ont rien à voir avec les habitants de cette province comme on l’a longtemps cru ; il s’agit tout simplement de voleurs, « murcianos », « murciar » signifiant à l’époque, « voler, cambrioler ».

15 B.N.M.n Ms. 1092, f.° 291 r.°

16 Martin GONZALEZ DE CELLORIGO, Memorial de la política necesaria y útil restauración a la República de España y estados della, y del desempeño universal destos Reynos, Valladolid, 1600, f.° 25 v.°

17 Les lois auxquelles se réfère Sebastián de Covarrubias sont les Leyes y Pragmáticas, édictées sous Philippe II, bien plus sévères que celles de 1528 qui se contentaient de les expulser de la Cour. Cf. Novísima Recopilación de las leyes de España en XII libros. En que se reforma la Recopilación publicada por el señor Don Felipe II en el año de 1567, reimpresa últimamente en el de 1775 : y se incorporan las pragmáticas, células, decretos, órdenes y resoluciones Reales, y otras providencias no recopiladas, y expendidas hasta el de 1804. Mandada formar por el señor Don Carlos IV. Impresa en Madrid. Año 1805, ed. facsimil. Boletín Oficial del Estado, L. XII, t. XIV, ley II.

18 Sebastián de COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española, (1611, revue et corrigée par Benito Remigio Noydens en 1674), Barcelona, Ed. Horta, 1943, p. 989b.

19 FERNANDEZ NAVARRETE, 1947, op. cit., discurso IX, p. 470-471.

20 PÉREZ DE HERRERA, 1975, op. cit., p. 79.

21 Malgré le nombre relativement important de traités publiés récemment et dont je possède presque tous les titres, j’ai suivi pour ce faire la très intéressante Enciclopedia Akal de Emblemas Españoles Ilustrados d’Antonio Bernat VISTARINI et John T. CULL, Madrid, Ediciones Akal, 1999.

22 Poesía. Hospital de incurables, ed. F. J. Díez de Revenga, Cátedra, Madrid 1987 ; Bernardino DAZA, trad. Andrea Alciato, Emblemas, Lyon, Guilielmo Rovillio, 1549) ; cf. aussi DIEGO LOPEZ, Declaracion magistral de los Emblemas de Alciato, 1615 ; Sebastian de COVARRUBIAS, Emblemas morales (1589), Segovia, 1591 ; Cristobal PÉREZ DE HERRERA, Discurso del amparo de los legitimos pobres, Madrid, 1598 ; Hernando de SOTO, Emblemas moralizadas, Madrid, 1599 ; Sebastian de COVARRUBIAS, Emblemas morales, Madrid, 1610 ; Andrés MENDO, Principe perfecto y ministros ajustados, documentos politicos y morales, 1642 (sans ill.) et 1662, ill. pris par Mendo à Juan de Solorzano Pereira (Madrid 1653) ; Juan BANOS de VELASCO, L. Anneo Séneca ilustrado en blasones politicos y morales, Madrid, 1670 ; Francisco NUNEZ de CEPEDA, Idea de el buen pastor copiada por los santos doctores representada en empresas sacras, Leon, 1682.

23 Juan de LUNA, Segunda parte de Lazarillo de Tormes, sacada de las Crónicas antiguas de Toledo, Paris, 1620, ed. Angel Valbuena Prat, Madrid, Aguilar 1956, p. 113-146 : Si he de decir lo que siento, la vida picaresca es vida, que las otras no merecen este nombre ; si los ricos la gustasen, dejarían por ella sus haciendas, como hacían los antiguos filósofos, que por alcanzarla dejaban lo que poseían ; digo por alcanzarla, porque la vida filósofa y picaral es una misma ; sólo se diferencian en que los filósofos dejaban lo que poseían por su amor, y los pícaros, sin dejar nada, la hallan (p. 127).

24 Le Gréco, 1597 ou 1599, Washington National Gallery of Art.

25 Juan Bautista Maino, 1612-1613, Madrid, Museo del Prado.

26 C’est en particulier le cas dans son roman picaresque, El Buscón.

27 Francisco de Zurbarán, 1638, Grenoble, Musée de Peinture et de Sculpture.

28 Bartolomé Carducho, 1593, Lisbonne, Museu de Arte Antiga.

29 Bartolomé Esteban Murillo, Cincinnati, Art Museum.

30 Bartolomé Esteban Murillo, Bayonne, Musée Bonnat.

31 « Anastasis et fonction anastasique de la représentation du désert dans la peinture hagiographique chez Fernando Yáñez de la Almedina ». Sociocriticism, « Sociocritique de l’image », volume XI, Montpellier, 1998, p. 177-217.

32 Bartolomé Esteban Murillo, 1671-1674, Londres, National Gallery.

33 Luis Tristán, 1615-1620, Paris, Musée du Louvre.

34 Francisco de Zurbarán, Guadalupe, Sacristie du Monastère.

35 Bartolomé Esteban Murillo, Williamstown, Sterling & Francine Clark Art Institute.

36 Bartolomé Esteban Murillo, Séville, Museo de Bellas Artes.

37 Bartolomé Esteban Murillo, Séville, Hospital de la Caridad.

38 Jusepe de Ribera, 1652, Paris, Musée du Louvre.

39 Francisco Barrera, 1638, Séville, Museo de Bellas Artes.

40 Diego Velázquez, 1618, Londres, National Gallery.

41 Bartolomé Esteban Murillo, Londres, Dulwich College.

42 Bartolomé Esteban Murillo, Paris, Musée du Louvre.

43 Bartolomé Esteban Murillo, Washington, National Gallery of Art.

44 Attribué à Murillo, Saint-Petersbourg, Ermitage.

45 Diego Velázquez, 1618, Londres, National Gallery.

46 Bartolomé Esteban Murillo, Washington, National Gallery of Art.

Table des illustrations

Légende Francisco de Zurbarán, La Adoración de los Pastores [Adoration des bergers], 1638. Musée de Peinture et de Sculpture de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Saint-Louis, roi de France, distribuant les aumônesTristán Luis (vers 1585-1624)© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Jusepe de Riber, Le pied-bot, 1652. Musée du Louvre, Paris
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 383k

Auteur

Professeur à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest). Après un doctorat d’État portant sur les traités de peinture post-tridentins soutenu en 1998 à Montpellier sous la direction d’Edmond Cros (« Le peintre herméneute : théorétique et théologie de l’image dans la peinture espagnole des siècles d’Or, 1563-1724 »), Manuel Montoya a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrages au sujet de la peinture et la littérature des Siècles d’Or, à propos de la caricature (espagnole et hispano-américaine) et sur le cinéma. Tant en France qu’à l’étranger, ses recherches réinterrogent le concept de temps dans les chroniques médiévales ou concernent les représentations des Annonciations catalanes gothiques, les ouvrages politiques des XVe et XVIIe siècles et la lexicologie. Il s’intéresse actuellement aux littératures exophones hispaniques au sujet desquelles il a vient de publier des articles dans des revues philippines et canadiennes

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540