Version classiqueVersion mobile

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

Éducation et préoccupations sociales au XVe siècle

Jean-Pierre Gutton

Texte intégral

  • 1 Après Vivès, bien sûr, et après Juan de Medina dans son De la orden que en algunos pueblos de la Es (...)

1L’œuvre et l’action de Giginta ont beaucoup d’originalité, à commencer par celle de poser la question du paupérisme à l’échelle de l’État et non plus seulement dans le cadre de la ville. Mais, précisément parce que sa réflexion est globale, Giginta rencontre la question de l’éducation1. Ses « maisons de miséricorde » sont des écoles autant que des ateliers. Ce faisant, il aborde une des grandes préoccupations du siècle. L’imprimerie, l’humanisme, les réformes protestantes ont, dès le début du siècle, mis l’accent sur l’idée que l’homme est en devenir. Pour Érasme, les hommes ne naissent pas hommes, ils se fabriquent. Et cette fabrication doit se faire dès la petite enfance (statim) car l’enfant est plastique jusque vers 5 ans ; elle doit être tout à la fois intellectuelle et morale (liberaliter). On comprend donc que, pour toutes ces raisons, l’instruction élémentaire et l’éducation des enfants pauvres constituent une question récurrente au XVIe Siècle, préparant ainsi le souci éducatif qui marquera les projets d’enfermement des décennies suivantes, ainsi chez le Docteur Cristobal Pérez de Herrera dans son Discursos del Amparo de los legitimos pobres, y reducción de los fingidos de 1598.

***

  • 2 Jean-François MICHEL, « Les écoles protestantes à Metz et en pays rhénans aux XVIe et XVIIe Siècles (...)
  • 3 Jean-Pierre KINTZ, « Instruction, culture et sensibilités bourgeoises à Strasbourg du milieu du XVI(...)

2S’il est incontestable que le grand développement de l’école pour les plus humbles date du XVIIe Siècle avec la création d’instituts spécialisés masculins et féminins, l’enseignement pour les pauvres existe bien dès le XVIe Siècle. Les Réformes ont privilégié la lecture de l’Écriture en langue vulgaire pour tous les fidèles et ce fut un ferment de diffusion de l’école, même si la prédication joua très vraisemblablement un rôle plus important que la lecture dans l’apprentissage de la foi. Dès 1524, dans son Libellus de instituendis pueris adressé aux autorités de l’Empire, Luther réclame la création d’écoles pour les garçons et les filles. Et, de fait, dans les pays passés à la Réforme, on constate que les maîtres protestants se mettent en place2. Dès le milieu du XVIe Siècle, des écoles pour les enfants des couches populaires sont ouvertes, à dire vrai surtout pour les garçons3, même si des auteurs comme Vivès (De disciplinis) ont plaidé pour l’éducation des filles. Ce souci de donner éducation et travail aux enfants pauvres, dans la tradition du De Subventione Pauperum (1526) de Vivès est, bien entendu, également présent dans les pays catholiques. Il peut d’ailleurs se manifester dès la Pré-Réforme. Jean Glapion, franciscain, prêche à Nancy : « Tant de beaulx compaignons qui n’ont pas esté monstré et enseignés par quoy sont menés au gibet, pendus et estranglés à l’occasion de ce que leurs parents estaient poures et dépourvus de sens et d’entendement, lesquels vous deviez, messeigneurs d’esglise, exhorter et prescher soigneusement, ou faire remonstrer comment ils doivent vivre ». Globalement, deux traits doivent être soulignés.

  • 4 Cité par le Comte FONTAINE de RESBECQ in Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les co (...)

3Le premier est la volonté des municipalités de créer ou de soutenir, dès cette époque, des petites écoles ouvertes au populaire. Elles le font dans le but de catéchiser, de donner une instruction, mais aussi dans celui de socialiser une jeunesse qui peut tomber dans le désordre, dans la mendicité. Le magistrat de Valenciennes, en 1554, le dit excellemment : « Nous vous disons et vous faisons assavoir que ès républiques et villes constituées, a été anciennement très bien pourvu et politié de commettre et ordonner bons maîtres pour former les enfants dès leur commencement et les enseigner et instruire en bonnes doctrines, mœurs, droite et honnête manière de vivre, et les maintenir et accoutumer en toute sujétion et révérence afin qu’iceux venus en âge fussent tant plus traitables et prompts à donner au Magistrat tout honneur et obéissance. Et de porter ce bon soin et regard importe grandement pour le bien public tellement que le mettant en nonchaloir et laissant la jeunesse soi conduire selon sa naturelle inclination [elle] devient fort désordonnée, sans honte et révérence et bien difficile après la replier et réduire à l’honnêteté et droite manière de vivre »4.

  • 5 Nombreuses monographies. Pour l’Espagne : François REYNAUD, Les enfants de chœur de Tolède à la Ren (...)
  • 6 Jean-Luc LE CAM, « Les chorales lithurgiques scolaires en Allemagne luthérienne entre Tradition et (...)
  • 7 Bernard VOGLER, « La politique scolaire entre Rhin et Moselle : l’exemple du duché des Deux-Ponts » (...)

4Le second trait réside dans les évolutions qui affectent les manécanteries5. Traditionnellement, ces écoles de « clergeons » comme on les a parfois désignées à juste titre, donnaient, à leur départ c’est-à-dire lorsque leurs voix avait mué, aux enfants n’embrassant pas la carrière ecclésiastique, une petite somme, des habits, et parfois prenaient en charge leur apprentissage. Leur rôle social était ainsi évident. De plus, on a noté, dans les pays allemands des mutations significatives. Jean-Luc Le Cam, étudiant « Les chorales liturgiques scolaires en Allemagne luthérienne entre Tradition et Réforme (XVIe XVIIIe Siècles) »6, note que le luthéranisme a beaucoup utilisé les maîtrises capitulaires. En dépit de mises en sommeil ou de suppressions il fallut bien recruter des choristes tant le chant religieux est un élément essentiel de la confessionnalisation. Dans ces conditions toute école est plus ou moins aussi une maîtrise. Mais, à la fin du siècle, se mettent souvent en place deux sous-ensembles. Il y a, d’une part, le chœur symphonique et, d’autre part, la Kurrende ou Currenda constituée par les enfants scolarisés dans les petites classes. Ces derniers gagnent leur subsistance grâce à leur participation aux funérailles et aux cérémonies ordinaires. Ils vivent aussi des aumônes collectées, en argent ou en nature, lors de tours de chant réguliers en ville, avec des stations devant les maisons des riches bourgeois. Une sorte d’école pour les pauvres se met ainsi en place, réponse à la pauvreté et à la mendicité infantiles, dans le cadre d’une moralisation et d’une « disciplinarisation ». Il se constitue donc un « prolétariat » des chorales scolaires, les enfants des élites étant, dans le chœur symphonique, élèves de l’école latine et parfois répétiteurs dans des familles bourgeoises. Bien plus tard, au XVIIIe siècle, écoles latines et écoles des pauvres se sépareront totalement. Jean-Luc Le Cam prend ses exemples à Brunswick, Leipzig, Hambourg, Freiberg, mais le travail de Bernard Vogler sur « La politique scolaire entre Rhin et Moselle : l’exemple du duché de Deux-Ponts (1556-1619) »7 avait attiré l’attention sur des initiatives similaires. En 1558, un plan de réformes, s’inquiétant de l’usage d’envoyer des enfants pauvres chanter devant les maisons pour quêter, propose que les pasteurs persuadent les pères d’enfants doués de leur laisser poursuivre leurs études moyennant une aide… et le droit de quêter lors des chants dans les rues. Le projet demeure lettre morte. On se contente en fait d’autoriser les enfants pauvres à recueillir des aumônes en chantant des cantiques, mais sans accorder d’aide publique.

***

  • 8 Alain LOTTIN, Lille. Citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, Éditions des Beffrois (...)
  • 9 Alain LOTTIN, Réforme, assistance, instruction : les fondations des marchands Déliot à Lille au XVI (...)
  • 10 cité par LOTTIN, 1984, op. cit., p. 207.

5On atteint un autre niveau avec des fondations spécialement vouées à l’éducation générale et professionnelle des enfants pauvres. Là encore les attitudes en pays catholiques et en pays réformés sont très comparables. Diverses réalisations en Angleterre sont proches des demandes de Robert Hitchcock dans A Pollitique Platt for the Honour of the Prince, London, 1580. Aux Pays-Bas d’alors, Lille offre de bons exemples8. Dès 1527, l’ordonnance qui crée officiellement la Bourse commune des pauvres prévoyait de « subvenir aux pauvres… aux petits enfants, les faire aller à l’escole apprendre mestier, ou les mettre servir, selon que leur conscience enseignera ». Dès la fin du XVe siècle, deux établissements avaient été créés pour des orphelins, mais la principale institution est l’école, fondée en 1554, par Pierre et Hubert Déliot, marchands de sayes, pour 80 garçons et 20 filles. Cette fondation est faite « afin que pauvres enfans, jeunes d’âge, eussent meilleure occasion et moyen de vivre à perfection et honneur…, pour en icelle apprendre et endoctriner, par les maistres et maistresses à ce ordonnées, pouvres enffans, tans fils que filles, à lire, escrire, compter, jecter et lever et aussy en bonnes mœurs ». Elle est augmentée par les héritiers des fondateurs et permet de distribuer chaque dimanche une prébende et une instruction aux enfants pauvres. Les autres jours de la semaine une centaine d’autres enfants pauvres peuvent aussi être instruits, mais sans recevoir de prébende. Le maître est un laïc et une éducation religieuse n’est pas expressément prévue, Hubert Déliot ayant seulement déclaré fonder l’école « afin que povres enffans, joesnes d’eaige, euissent meilleur occasion et moien de venir à tousjours à une escolle en ladicte ville de Lille »9. L’école Déliot n’est pas la seule institution pour la scolarisation et la socialisation des enfants pauvres. En 1584 une école dominicale leur est destinée afin de donner une instruction religieuse, ce qui permet d’enseigner aussi la lecture. Le Magistrat doit toutefois instaurer un contrôle des présences pour endiguer des réticences. Et il faut encore évoquer la fondation de Guillaume Boileux, dit de Bapalme, qui, en 1605, fait un legs pour ériger une école du type de celle de Déliot qui sera vite transformée en internat donnant une formation professionnelle aux « Bapaumes ». Ainsi, le souci d’instruire, de sauver des âmes, mais aussi d’encadrer la jeunesse turbulente reçoit une réponse. Au début du XVIIème siècle, le Père Marc, pédagogue écrit que « le bien quy en réussit est tel que de là viennent des enfans craignant Dieu et l’Eglise, des familles bien réglées, la fréquentation des sacrements, un grandissime contentement et tranquillité de la ville et, quy est le comble de tout bien, on achemine cette petite populace à la vie éternelle »10.

***

  • 11 Des exemples sont donnés dans la thèse de doctorat ès lettres de Catherine HERMANN : Assistance et (...)
  • 12 Isabelle ROBIN-ROMERO, Les établissements pour orphelins à Paris, XVIe-XVIIIe Siècle. Thèse de doct (...)
  • 13 Bibliotheque Nationale de France, Ms fr. 25069, fol. 1.

6Ce sont toutefois les hôpitaux qui sont les plus nombreux à offrir une éducation aux enfants pauvres. Rappelons qu’il s’agit d’une tradition qui remonte au Moyen Age. Des hôpitaux payent l’instruction d’enfants pauvres et méritants en les mettant en apprentissage11. Mais ces pratiques se développent au XVIe Siècle. Il y a d’abord les hôpitaux réservés aux orphelins dont le cas parisien a fait l’objet d’un important travail12. Quatre établissements sont voués à l’accueil et à l’éducation des orphelins. Celui de la Trinité date du XIIIe Siècle, mais ce n’est qu’en 1537 que François 1er le réoriente vers le service des orphelins. Celui du Saint-Esprit, date du XIVe Siècle, mais connaît une nouvelle orientation après 1537. Les Enfants-Rouges, parfois dit les Enfants de Dieu, sont fondés en 1531 grâce à l’action de Marguerite auprès de son frère. En 1576, Nicolas Houel, apothicaire, bourgeois de Paris, crée une maison de la Charité Chrétienne qui est tout à la fois une école d’apothicairerie pour des « pauvres enfants orphelins », une apothicairerie qui soigne les pauvres honteux, un jardin de simples, un hôpital pour les pauvres passants. Un projet d’une « seconde maison de charité » pour des orphelins ne semble pas avoir vu le jour13. Les conditions d’entrée sont le caractère légitime des enfants et l’âge : 3 ans à la Trinité, 3 au Saint-Esprit, dès la naissance aux Enfants-Rouges. Seul ce dernier établissement est voué aux enfants nés hors de Paris, dont les parents décédaient à l’Hôtel-Dieu. En 1541 il sera toutefois ouvert aux orphelins de la banlieue et du diocèse de Paris. La déclaration du 27 mai 1541 expliquant : « Nos bons bourgeois et bourgeoises de Paris en prennent beaucoup tant pour s’en servir que pour apprendre leur mestier et quelque fois en don quant-ils n’ont point d’enfans pour les nourrir pour l’amour de Dieu, tellement que led. nombre receu est fort diminué… » Ce texte justifie donc la modification des conditions d’admission par le succès de l’institution, mais aussi par des pratiques d’adoption, ouvrant ainsi un débat que nous retrouverons. Il est difficile, pour le XVIe Siècle, d’avoir des chiffres fiables de bénéficiaires : en 1540 il y aurait 108 enfants au Saint-Esprit et 12 enfants Rouges ; en 1579 la maison de Charité Chrétienne aurait 21 pensionnaires. Ajoutons que c’est à partir du XVIe Siècle que se manifeste dans le vieil établissement des Quinze-Vingts la préoccupation d’instruire les enfants aveugles.

7Le rôle de ces établissements est de donner une éducation complète. On y enseigne la lecture, l’écriture, la religion, un métier, mais, au-delà, il s’agit de former des sujets utiles et des « bons » pauvres. Pour la Trinité, un règlement de 1545 fait état de sept heures d’enseignement (chant compris) par jour, messe et prières occupant aussi une partie importante de la journée qui s’étend de 5 à 21 heures. Au Saint-Esprit, l’éducation vise à ce que l’enfant sache « donner raison de sa créance ». Pour les filles, les ambitions intellectuelles demeurent, au XVIe Siècle, modestes : elles ont « une aultre escolle, sont enseugnez en leur créance, commandements et service ». Les établissements, parfois avec l’aide de fondations privées ou royales, permettaient même à quelques rares garçons de suivre les cours des collèges. Mais, pour la plupart, l’éducation, outre les apprentissages élémentaires déjà évoqués, consistait en travaux domestiques, discipline du silence et maîtrise de la modestie, mot qui revient si souvent dans les règlements et qui signifie prudence et retenue. L’apprentissage professionnel permet d’« apprendre estat et mestier pour gaigner leur vie » en plaçant l’enfant comme apprenti chez un maître. L’opération supposait un suivi, des inspections et surtout la nécessité de trouver des maîtres volontaires. Les administrateurs de la Trinité décidèrent donc d’organiser un enseignement professionnel dans l’hôpital. Une « cour des artisans » fut créée et des « artisans gagnant maîtrise » recrutés. Ceux-ci enseignent durant six mois les orphelins avant d’obtenir leur maîtrise.

  • 14 Jacqueline ROUBERT, L’instruction donnée aux enfants de la Charité de Lyon jusqu’à la Révolution, A (...)
  • 15 La police de l’Aulmosne de Lyon (Lyon, 1539, p. 39) affirme qu’ils doivent suivre les leçons d’un m (...)
  • 16 Cité p. 771 par Natalie Zemon in Michel MOLLAT (dir.), Etudes sur l’histoire de la pauvreté. (Moyen (...)

8Cette manière de fonder l’école professionnelle à l’intérieur des murs se rencontre dans un autre type d’établissements qui lie plus encore éducation et préoccupations sociales. Ce sont les aumônes générales qui, sur le modèle décrit par Vivès, accueillent et instruisent tous les enfants nécessiteux et non plus seulement les orphelins. Ce type d’établissement s’est répandu dans toute l’Europe dynamique du temps sans distinction de confessions. Il a peu de succès dans la péninsule ibérique on le sait, encore qu’en 1540 à Zamora, dans le « règlement » de la pauvreté, l’encadrement éducatif de l’enfance pour prévenir la criminalité juvénile soit prévu. Le De Subventione Pauperum, paru à Bruges le 17 mars 1526, en fait la théorie après coup. Mais son succès est grand en France (rééditions à Paris et à Lyon, 1530 et 1532). Or dans ces « aumones générales » ou « bureaux des pauvres », l’accueil des enfants abandonnés – dont le secours relevait en principe du seigneur haut justicier du lieu… qui s’en préoccupait rarement – est prévu, de même que leur apprentissage. L’Aumône générale de Lyon, créée à titre provisoire en 1531, devenue définitive en 1534, offre un bon exemple14. Certes, dès le début du XVIe Siècle, l’Hôtel-Dieu reçoit des enfants orphelins ou abandonnés en nombre restreint. L’Aumône générale ou Charité reçoit les enfants légitimes indigents, orphelins ou non, en nombre important, mais seulement à partir du moment où ils sont en état de se vêtir et dévêtir. Les orphelins sont logés à l’ancien hôpital Sainte-Catherine, pour les filles, et dans l’ancien prieuré de la Chanal, pour les garçons. Dès 1536, on constate qu’ils sont adoptés par l’établissement. Un règlement de 1598 pose comme condition la légitimité, l’âge de sept ans et la naissance de parents ayant demeuré à Lyon depuis un certain temps. En 1534, un couple fut engagé pour s’occuper des garçons et des filles. Puis les enfants furent différenciés suivant leur origine. La conduite des adoptifs fut confiée tantôt à des maîtres d’école et tantôt à des prêtres. Une femme devait instruire les adoptives « à toutes sortes de vertus », « et à ce qui est propre à leur sexe » et « leur apprendre la crainte de Dieu et les maintenir en paix ». Elle était aidée, pour le travail de la soie, par une sous-maîtresse. En effet, les enfants travaillaient dans des ateliers installés dès 1535 pour le dévidage de la soie, le brochage des bas, la fabrication de lacets ou d’aiguillettes. L’instruction reposait d’abord sur le catéchisme. Les garçons illégitimes apprennent à lire et à écrire, de même que les légitimes abandonnés. Mais les filles ne le purent que bien plus tard. En revanche, les adoptifs reçoivent une éducation de qualité, un maître d’école leur étant affecté15, mais ils doivent aussi quêter dans les églises. Les adoptives sont, en principe, nourries, entretenues et instruites comme les adoptifs. À partir de 1567, les recteurs achètent des maisons proches du collège de la Trinité pour y envoyer quelques adoptifs. En 1592, la fondation d’Hugues Athiaud permet à six garçons de la Chanal particulièrement doués de suivre les cours du collège. Avec l’âge de 14 ans venait la mise en apprentissage sur laquelle la Charité veillait aussi. Ainsi était apaisée dans le Lyon du XVIème Siècle l’angoisse des habitants déplorant le « grand nombre de… petitz enfans cryans et huant de faim et de froit nuyt et jour par la ville, faisant ung merveilleux ennuy par les esglises, à la confusion, crèvecueur et scandalle, et perturbant la dévocion du peuple… »16.

***

  • 17 L’hôpital du Saint-Esprit à Paris l’a aussi pratiqué jusqu’en 1566. Après cette date il s’agit plus (...)

9A l’occasion de cette recension des liens entre préoccupations sociales et éducation, nous venons de rencontrer le mot d’adoption. Cela mérite commentaire. Pour les juristes de l’ancienne France, il est admis que l’adoption n’existe plus en France depuis le début des années 800. Le souci de préserver les intérêts du lignage, la volonté de l’Église de privilégier le rôle du parrainage l’expliquent. Mais l’importance des abandons d’enfants, les familles recomposées en raison de la forte mortalité jouent en sens inverse. Il y a donc adoption par certains hôpitaux17. Mais il y a aussi autre chose, comme le mot de don rencontré dans la déclaration du 21 mai 1541 le suggère. Et on retrouve dans bien des pratiques ce lien entre éducation et préoccupations sociales que nous tentons d’éclairer.

  • 18 Guy CABOURDIN, Terre et hommes en Lorraine. 1550-1635. Toulois et comté de Vaudémont, Nancy, 1977, (...)
  • 19 Roger AUBENAS, « L’adoption en Provence au Moyen Age (XIVe -XVIe Siècles) » In R. H. D. F. E., 1934 (...)
  • 20 Voir Jean-Pierre GUTTON, L’histoire de l’adoption en France (Paris, Publisud, 1993). Se reporter ég (...)

10Les donations d’enfants sont attestées en plusieurs régions, avec toujours la préoccupation de ce lien. Dans le Toulois, on constate que des ménages sans enfants adoptent des adolescents qui, enfants, avaient été exposés et élevés par l’hôpital du Saint-Esprit de Toul18. En Bresse des donné(e)s sont confié(e)s à des petits notables, des ecclésiastiques qui en font souvent des domestiques. Ils apparaissent dans les registres paroissiaux mais pas dans les archives notariales. En Provence, la donatio filii, par contrat notarié, permet, le plus souvent pour des motifs charitables, des adoptions qui semblent proches de l’adoption romaine19. À Paris, en 1552, un autre exemple d’adoption par un marchand de chevaux et son épouse d’une fille délaissée par son père, se trouve dans un registre d’insinuations du Châtelet. Il y a lieu d’ajouter à ces cas ceux d’enfants abandonnés recueillis par des hôpitaux et adoptés par des particuliers. Ce type d’adoption apparaît au XVIe Siècle, c’est-à-dire au moment où les hôpitaux sont chargés de l’entretien des enfants trouvés. On relève des cas à Pont-Saint-Esprit, Paris, Lyon20. Dans cette dernière ville, l’Hôtel-Dieu dès 1527, l’Aumône générale ou Charité dès 1534, confient des enfants à des particuliers de moins de sept ans pour l’Hôtel-Dieu, de plus de sept ans pour la Charité. Le « bail d’enfant adoptif » est un acte notarié qui précise les obligations des adoptants : nourrir, entretenir, éduquer, élever à la crainte de Dieu, faire apprendre un métier, léguer leurs biens. Ces adoptions font souvent suite à un placement de l’enfant dans une famille nourricière.

11À côté de ces adoptions, dont les historiens du droit n’ont pas fini de définir l’exacte nature juridique, il existe, attestés dès le Moyen Age, des accueils par des couples. Dans ce cas, l’engagement est d’élever l’enfant, mais ce dernier ne peut prétendre à la succession. Les textes, judiciaires ou notariés, emploient les expressions suivantes : l’accueil a lieu « pour l’amour de Dieu », « pour l’honneur de Dieu », « par charité », « par amitié », « mû de dévotion et de piété envers les pauvres », « mû de charité ». Là encore, l’accueil est souvent – mais pas exclusivement – le fait de couples qui s’étaient d’abord vu confier, à titre onéreux, des enfants de l’hôpital pour « nourrissage ». Tant il est vrai que, dans l’histoire de l’assistance et des préoccupations sociales du XVIe Siècle, l’hôpital est au centre.

***

12Ces quelques lignes contribuent à replacer l’œuvre de Giginta dans son temps. Elles permettent aussi de souligner combien, au XVIe Siècle, progresse la définition de l’identité de l’enfant. Et parce que c’est un être en devenir, avec lui la réflexion sur la protection sociale achève de ne plus se limiter aux secours immédiats pour se projeter dans un temps long au moment où l’assistance, dans son espace, est pensée non seulement au niveau de la ville mais de plus en plus au niveau de l’État. Enfin on aborde ici un chapitre détaché d’un vaste sujet, celui de la spécialisation progressive des hôpitaux.

Bibliographie

AUBENAS Roger. L'adoption en Provence au Moyen âge. In R.H.D.F.E., 1934, p 700-726.

CHARTRIER Roger, COMPERE Madeleine, JULIA Dominique. L’éducation en France du XVIè au XVIIIe,.. Paris : Ed. SEDES, 1976.

CHRISTIN Olivier, HOURS Bernard (dir.). Enfance, assistance et religion. Lyon : Université Jean Moulin, Institut d’histoire du christianisme, 2006.

FINE Agnès (dir.). Adoptions, ethnologie des parentalités choisies. Paris : Maison des sciences de l’homme, 1998

GAGER Kristin Elizabeth. Blood Ties and Fictive Ties. Adoption and Family Life in early Modern France. Princeton University Press, 1996.

GUTTON Jean-Pierre. L’histoire de l’adoption en France. Paris : Publisud, 1993.

GUTTON Jean-Pierre. La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon 1534-1789. Paris : Les belles lettres, 1971.

HERMANN Catherine. Assistance et charité dans le diocèse de Genève. Hôpitaux et maladières (XIIIè-XVIè Siècle). Thèse de doctorat, Université de Savoie, 2005.

KINTZ Jean-Pierre. Instruction, culture et sensibilités bourgeoises à Strasbourg du milieu du XVIè au milieu du XVIIè. In Etudes rhénanes. Mélanges offerts à Raymond Oberlé, Genève, Paris : 1983.

LE CAM Jean-Luc. Les chorales lithurgiques scolaires en Allemagne luthérienne entre Tradition et Réforme. In DOMPNIER Bernard, Maîtrises et chapelles au XVIIè et XVIIIè Siècle. Des institutions musicales au service de Dieu, Clermont Ferrand : Presses de l’Université Blaise Pascal, 2003, p 541-563.

LOTTIN Alain. Lille. Citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque : Éditions des Beffrois, 1984.

MICHEL Jean-François. Les écoles protestantes à Metz et en pays rhénan aux XVIè et XVIIe siècles. In Annales de l’Est, 1969, p. 219-241.

MOLLAT Michel (dir.). Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Âge-XVIè siècle). Paris : Publications de la Sorbonne, 1974, 2 tomes.

REYNAUD François. Les enfants de chœur de Tolède à la Renaissance. Turnhout : Cahiers Mabillon, Éd. Brepols, 2002.

ROBIN-ROMERO Isabelle. Les établissements pour orphelins à Paris (XVIè–XVIIIè siècle), Thèse de doctorat, Université Paris IV Sorbonne, 1997.

ROUBERT Jacqueline. L’adoption des enfants par des particuliers à Lyon sous l’Ancien Régime. In Bulletin de la société française d’histoire des hôpitaux, 1978, n° 36-37, p. 41-67.

VIVES Juan-Luis. De subventione pauperum. Sive de humanis necessatibus, Bruges : 1526.

VOGLER Bernard. La politique scolaire entre Rhin et Moselle : l’exemple du duché des Deux-Ponts. In Francia, 1975, n° 3, p. 236-320 et 1976, n° 4, p. 287-364.

Notes

1 Après Vivès, bien sûr, et après Juan de Medina dans son De la orden que en algunos pueblos de la Espana se ha puesto en la limosna, para remedio de los verdaderos pobres (Salamanque, 1545).

2 Jean-François MICHEL, « Les écoles protestantes à Metz et en pays rhénans aux XVIe et XVIIe Siècles », Annales de l’Est, 1969, p. 219-241.

3 Jean-Pierre KINTZ, « Instruction, culture et sensibilités bourgeoises à Strasbourg du milieu du XVIe au milieu du XVIIe Siècle » in Etudes rhénanes. Mélanges offerts à Raymond Oberlé, Genève, Paris, 1983. p. 71-106

4 Cité par le Comte FONTAINE de RESBECQ in Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord, Lille, 1878 et par Roger CHARTRIER, Madeleine COMPERE et Dominique JULIA in L’éducation en France du XVIe au XVIIIe Siècle, Paris, SEDES, 1976, p. 48.

5 Nombreuses monographies. Pour l’Espagne : François REYNAUD, Les enfants de chœur de Tolède à la Renaissance, Turnhout, Cahiers Mabillon, Ed. Brepols, 2002.

6 Jean-Luc LE CAM, « Les chorales lithurgiques scolaires en Allemagne luthérienne entre Tradition et Réforme » in Bernard DOMPNIER (dir.). Maîtrises et chapelles aux XVIIe et XVIIIe Siècles. Des institutions musicales au service de Dieu, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2003, p. 541-563.

7 Bernard VOGLER, « La politique scolaire entre Rhin et Moselle : l’exemple du duché des Deux-Ponts », Francia, n ° 3, 1975, p. 236-320 et n ° 4, 1976, p. 287-364.

8 Alain LOTTIN, Lille. Citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984.

9 Alain LOTTIN, Réforme, assistance, instruction : les fondations des marchands Déliot à Lille au XVIeme siècle. In Olivier CHRISTIN et Bernard HOURS, Enfance, assistance et religion, Lyon, Université Jean Moulin, Institut d’histoire du christianisme, 2006, p. 239-258.

10 cité par LOTTIN, 1984, op. cit., p. 207.

11 Des exemples sont donnés dans la thèse de doctorat ès lettres de Catherine HERMANN : Assistance et charité dans le diocèse de Genève. Hôpitaux et maladières (milieu XIIIe - début XVIe Siècle), Université de Savoie, 2005, 3 vol., et particulièrement t. II, p. 387 sqq.

12 Isabelle ROBIN-ROMERO, Les établissements pour orphelins à Paris, XVIe-XVIIIe Siècle. Thèse de doctorat ès Lettres, Université Paris IV, 1997, 2 vol. 13. Bibliothèque Nationale de France, Ms fr. 25069, fol. 1.

13 Bibliotheque Nationale de France, Ms fr. 25069, fol. 1.

14 Jacqueline ROUBERT, L’instruction donnée aux enfants de la Charité de Lyon jusqu’à la Révolution, Actes du 97e Congrès national des Sociétés savantes, (Nantes, 1972), section histoire moderne et contemporaine, Paris, 1977, t. I, p. 277-297.

15 La police de l’Aulmosne de Lyon (Lyon, 1539, p. 39) affirme qu’ils doivent suivre les leçons d’un maître d’école « tenu d’apprendre et enseigner les pauvres orphelins à lire, écrire et toutes les autres bonnes mœurs qu’on peut et doit enseigner aux jeunes enfants ».

16 Cité p. 771 par Natalie Zemon in Michel MOLLAT (dir.), Etudes sur l’histoire de la pauvreté. (Moyen Age-XVIeme Siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 1974, t. II, p. 761-822. Le texte se trouve dans les archives des Hospices civils de Lyon, fonds de la Charité, E 4. C’est justement l’exposé du projet d’établissement de la Charité (18 janvier 1533).

17 L’hôpital du Saint-Esprit à Paris l’a aussi pratiqué jusqu’en 1566. Après cette date il s’agit plus de quasi tutelle que d’adoption (voir ROBIN-ROMERO, 1997, op. cit.)

18 Guy CABOURDIN, Terre et hommes en Lorraine. 1550-1635. Toulois et comté de Vaudémont, Nancy, 1977, 2 vol., t. I., p. 174.

19 Roger AUBENAS, « L’adoption en Provence au Moyen Age (XIVe -XVIe Siècles) » In R. H. D. F. E., 1934, p. 700 à 726. Et, pour des points de comparaison : Agnès FINE, Le don d’enfant dans l’ancienne France in Agnès FINE, Adoptions : ethnologie des parentés choisies, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1998.

20 Voir Jean-Pierre GUTTON, L’histoire de l’adoption en France (Paris, Publisud, 1993). Se reporter également au texte de Jacqueline ROUBERT (« L’adoption des enfants par des particuliers à Lyon sous l’Ancien Régime », Bulletin de la Société française d’histoire des hôpitaux, n ° 36-37, 1978, p. 41-67) qui publie de nombreux documents. Voir enfin Kristin Elizabeth GAGER, Blood Ties and Fictive Ties. Adoption and Family Life in early Modern France, Princeton University Press, 1996.

Auteur

Professeur émérite d’histoire moderne à l’Université Lumière (Lyon 2) et il est membre de l’Institut Universitaire de France. Connu pour ses travaux portant sur les histoire des hôpitaux de Lyon sous l’Ancien régime, il a publié différents ouvrages portant sur l’histoire de la pauvreté et de l’adoption, de la sociabilité villageoise, de la vieillesse et des dévots du Grand Siècle… Son dernier livre, Établir l’identité. L’identification des Français du moyen-âge à nos jours (Lyon : P.U.L., 2010), étudie « l’état civil » avant l’état civil : histoire du nom, des armoiries, des registres paroissiaux, apparition des « papiers », de la biométrie… Une histoire du recul de l’oralité et de la croissance du contrôle étatique

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search