Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

Miquel Giginta et la délinquance urbaine

Michel Cavillac

Texte intégral

  • 1 Comme l’a souligné Marcel Bataillon dans un article mémorable (J. L. Vivès réformateur de la bienfa (...)

1La lutte contre la pauvreté se confond souvent avec la lutte contre le vagabondage et la délinquance ; surtout à partir du XVIe Siècle, lorsque la bourgeoisie naissante a besoin d’une main-d’œuvre bon marché, et donc abondante, pour développer ses « manufactures ». En 1526 on le sait, Joan Lluís Vivès, valencien réfugié à Bruges, théorise cette nouvelle politique en la fondant sur les bienfaits de l’éducation et du travail productif1.

  • 2 On se souvient que la traduction espagnole du traité de Vivès, réalisée à Valence (vers 1528) par l (...)
  • 3 Advertencias al concilio de Toledo (1565-1566). In Obras completas, Madrid, B.A.C., 1970, t. VI, p. (...)

2D’abord refusée par l’Espagne2, cette rationalisation puritaine de la bienfaisance tendra, dès la fin du Concile de Trente (1563), à s’imposer plus ou moins à la conscience catholique. Vers 1565, le célèbre prédicateur Juan de Ávila, surnommé « l’Apôtre de l’Andalousie », demande ainsi aux prélats de protéger les vrais pauvres en châtiant exemplairement les faux dont « la vicieuse oisiveté » occasionne « maints péchés contre Dieu et la société des hommes »3.

  • 4 Sur ce contexte économique, on consultera le livre (fondamental) de Felipe RUIZ MARTIN consacré à l (...)
  • 5 Il suffit de renvoyer à l’étude de Anne MOLINIÉ-BERTRAND, Au Siècle d’Or, l’Espagne et ses hommes. (...)

3La réforme de l’assistance aux « pauvres mendiants » entreprise par Miquel Giginta se situe dix ans plus tard, au lendemain de la crise financière de 15754 qui amorce un cycle de l’improductivité et du chômage (« el ocio forzoso », disait-on à l’époque). Le déclin conjoint de l’industrie, du commerce et de l’agriculture, va désormais rythmer l’attrait croissant de la rente chez les riches citadins. Les désœuvrés des campagnes rejoignent bientôt dans les villes la troupe des déshérités réduits à la mendicité et souvent tentés par la délinquance. En un temps où les ruraux représentent 80 % de la population, et où certaines cités voient doubler le nombre de leurs habitants5, le problème est foncièrement urbain. Tous ces parasites dont les chroniqueurs dénoncent l’omniprésence et la saleté, font d’autant plus peur qu’ils sont accusés de véhiculer la peste.

  • 6 Francisco ORTIZ LUCIO, Jardín de divinas flores, Madrid, 1599, f. 67r : « Que los pobres trabajen y (...)
  • 7 Memorial segundo al concilio de Toledo (1561), éd. cit., p. 149-150.
  • 8 Antonio de FUENMAYOR, Vida y hechos de Pío V (1595), Madrid : R.A.E., 1953, p. 124-125.

4Face à l’ampleur du phénomène, la charité traditionnelle montre ses limites. On la suspecte même d’entretenir la paresse des adultes et d’inciter les plus jeunes à ce que l’on pourrait nommer « la glandouille ». L’expression est à peine anachronique : « quieren vivir de mogollón », écrit un contemporain6. Esprit éclairé par l’érasmisme, le chanoine d’Elne qui a médité (entre autres traités) le De subventione pauperum de Vivès, connaît bien ce dossier du paupérisme dont l’essor lui paraît maintenant très inquiétant : à ses yeux, en effet, « es víspera de haber más pobres » [on est à la veille qu’il y ait davantage de pauvres]. Non seulement il stigmatise la prolifération des faux miséreux, imposteurs qui volent les aumônes dues aux véritables indigents, mais il pointe du doigt la montée d’une nouvelle catégorie de mendiants-délinquants, les pícaros, dont nul théoricien n’avait encore relevé l’importance dans ce contexte. Certes, en 1540, on trouve le terme picaño sous la plume de l’humaniste tolédan Alejo Venegas, mais le vocable est absent de la grande controverse de 1545 entre Domingo de Soto et Juan de Robles-Medina, au sujet de la règlementation des aumônes. Il est symptomatique aussi que le Lazarillo de Tormes (1552-1554), pourtant considéré comme le fondateur du roman picaresque, ne qualifie jamais le jeune Lazare de picaño ou de pícaro. Vers 1561, Juan de Ávila ne nomme pas non plus pícaros « les nombreux garnements (mancebicos) » qui, dévoyés par « de mauvaises fréquentations », deviennent vite « des malfaiteurs, des voleurs, et des blasphémateurs nuisibles à la république »7. Il faut attendre les années 1565-1570 pour que les lexicographes Jacques de Liaño et Cristóbal de las Casas enregistrent le mot pícaro dans leurs Vocabularios avec le sens de maraud ou vaurien. Dès cette date, en outre, le terme tend à se politiser dans la mouvance de la rébellion des Flandres : un moraliste rappelle, par exemple, que les calvinistes flamands revendiquant « la liberté de conscience » prirent le nom de « Gueux, que es pícaros »8. Il s’agissait donc, en Espagne, d’une appellation très péjorative, voire subversive…

  • 9 Agustìn GONZÁLEZ de AMEZÚA, Cervantes, creador de la novela corta española, Madrid : 1958, II, p. 8 (...)
  • 10 Les faux mendiants, signale Giginta, « a la noche se hallarán alguna vez con más dineros que si tra (...)
  • 11 Tratado de remedio de pobres (Coimbra, Antonio de Mariz, 1579), éd. Félix SANTOLARIA, Barcelone, Ar (...)
  • 12 Voir, par exemple, Bronislaw GEREMEK, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Age (...)

5Il revient ainsi à Miquel Giginta – on l’oublie fréquemment –, d’avoir introduit le picarisme dans le débat sur les pauvres ; la formule « mendigos, vagabundos y pícaros », récurrente dans ses écrits, traduit sans aucun doute un mouvement vers la marginalisation. Avant 1579, année de la publication de son Remedio de pobres, nul texte législatif ne se réfère aux pícaros. Peu après, en revanche, une ordonnance des édiles madrilènes met en garde contre les « pícaros y vagabundos »9. À en juger par notre chanoine, ces picarillos ou pícaros, parfois fils de mendiants professionnels et de prostituées, sont surtout de jeunes vagabonds en rupture de famille ou d’apprentissage. Attirés par l’argent facile des aumônes10 ou des escroqueries, ceux-ci « se levantan a monte » [ils prennent le maquis]11 au milieu des marginaux des grandes cités. Et ce processus délétère, lisons-nous, ne faisait que commencer… Si l’on se rappelle, en outre, que dans l’Europe du temps les enfants (souvent des orphelins) représentaient plus de 40 % des pauvres-vagabonds12, les dangers que leur dévoiement faisait planer sur l’ordre public ne pouvaient échapper aux autorités municipales.

  • 13 Remedio de pobres, p. 73 : « Algunas mendigas para no perder el interés de éste y otros vicios, hac (...)
  • 14 Remedio de pobres, p. 119-120 : « [Gracias a estas casas] no habrá tantos matadores y malhechores c (...)
  • 15 Remedio de pobres, p. 73. Comparer Atalaya de caridad, f. 52r : « Se quitará así otro seminario de (...)

6Le picarisme symbolisait la marginalité, le refus de toute intégration sociale. De là sortaient – explique Giginta –, ces gueux couverts de plaies aussi répugnantes que fictives, et qui, pour mieux exploiter la charité, n’hésitaient pas à estropier leurs propres enfants ou ceux qu’ils avaient volés13. De là sortaient également « les assassins, les coupeurs de bourse et autres malandrins à l’affût au coin des rues », lesquels, sous prétexte de mendier, s’introduisent le jour dans les demeures pour les dévaliser la nuit venue14. De là, enfin, ces bandes avachies d’hommes et de femmes qui vivent en concubinage échangiste et « se transmettent des maladies contagieuses » : « ellos y los otros viven todos amancebados y de mala manera, haciendo mil perdiciones donde se juntan cada uno con la suya, trocando a veces las propias mugeres a puro antojo »15.

  • 16 Atalaya de caridad, f. 83r-84v : « Es gente que se ha criado sin doctrina, sin corrección y sin sub (...)
  • 17 Ibid., f. 85r/v : « Fuerza se les ha de hacer, y ése es el poder y obligación del cargo de los que (...)

7Lourd de menaces pour la société, le picarisme relevait d’une perversion de la volonté fruit d’un dramatique déficit d’éducation. Élevés « à l’école du vice, au gré de leur sensualité, sans la moindre idée du respect humain », ces gueux « privés de tout usage de la bonne raison chrétienne », se comportaient « tels des bêtes régies par le seul appétit de leurs sens »16. Inutile, par conséquent, d’en appeler a priori à leur libre arbitre ; il fallait les « forcer » à « abandonner leur vie bestiale et à retrouver la vie policée et civile », opération qui n’était pas du ressort des simples particuliers mais « des gouvernants qui en avaient la charge, le pouvoir et l’obligation »17.

  • 18 Éd. cit., p. 169-170 : « Tan importante me parece este negocio en tantas maneras, que aun por vía d (...)

8Le « remède » n’intéressait donc pas seulement les autorités municipales et religieuses ; il concernait aussi l’État – « conviene al Estado », est-il écrit d’une façon très moderne –, car celui-ci en tirerait d’évidents bénéfices : il y aurait dans le royaume davantage de travailleurs au profit du bien public ; les mendiants étrangers (parmi lesquels se dissimulaient maints espions) ne prélèveraient pas autant d’argent sur le pays ; et, surtout, les provinces seraient purgées en douceur de tous ces milliers d’errants qui y entretenaient l’oisiveté et l’insécurité. Bref, l’affaire était d’importance et requérait même l’intervention du Roi : « Si el rey no emprende eso, […] no le veo camino », estime l’un des interlocuteurs du Remedio de pobres18. Morale et politique étaient étroitement liées.

  • 19 Jusqu’en 1587, Giginta insistera sur ce point, essentiel pour rallier à sa cause les disciples de S (...)

9Telle était la fonction des Maisons de Miséricorde dont Giginta préconisait la création dans les principales villes de la péninsule ibérique. Pour la première fois, la réforme s’inscrivait dans un cadre national. Lieux de formation par le travail et de régénération morale, ces centres éducatifs surveillés ne devaient en aucun cas ressembler à des prisons19. Rien de plus étranger au « Grand Renfermement » étudié par Michel Foucault. Nulle mesure coercitive d’internement n’est envisagée, pas même un examen de pauvreté pour distinguer les vrais des faux mendiants. Dans ces hospices, dont on pouvait s’externer à tout moment, seraient reçus tous les nécessiteux et vagabonds qui le souhaiteraient ; mais eux seuls auraient ensuite le droit de profiter de la bienfaisance (hébergement, nourriture, vêtement), car dorénavant la mendicité publique serait strictement règlementée dans chaque quartier.

  • 20 Remedio de pobres, p. 120 : « Atajarse ha también que no azotarán ni afrentarán por las calles a ta (...)

10Grâce à ces Casas de Misericordia, la prévention allait permettre d’en finir avec la répression : on ne reverrait plus ces rafles brutales dans les tavernes et les bouges ; ni, en particulier, ces honteux défilés de miséreux fouettés de par les rues, qui étaient devenus un spectacle habituel20. Écoles du Christ et académies de civisme, les asiles-ateliers imaginés par Giginta devaient avant tout être utiles aux pauvres, les aider à recouvrer leur autonomie et leur dignité.

  • 21 Ibid., p. 80 : « Convendrá que en estas Casas haya también algún divertimiento para los pobres que (...)

11Parallèlement à un enseignement élémentaire (« lire, écrire et compter ») dispensé aux enfants (garçons ou filles), la thérapie recommandée était le travail qui, loin d’être assimilé à une malédiction, était présenté comme une source de bienfaits moraux et économiques. Tous les pensionnaires, infirmes compris, apprendraient un métier adapté aux forces de chacun, en s’exercant à la « manufacture » – néologisme encore rare, en Espagne, vers 1580 – de « la laine, de la soie ou du sparte ». Cette activité devait apparaître sous un angle attractif : tant pour les hommes que pour les femmes, il s’agirait d’un « travail modéré » et rémunéré, rythmé à l’occasion par des chants ou agrémenté par des lectures (biographies de saints, histoires vraies, recueils d’anecdotes et de bons mots)21. Enfin, des heures de loisir étaient prévues (nous y reviendrons) pour humaniser l’emploi du temps des travailleurs et aiguiser leur curiosité intellectuelle ou artistique.

  • 22 Ibid., p. 116 : « Y con las dos sextas partes que al respecto les cupieren de la ganancia de la man (...)

12Industrie par excellence à l’époque, la manufacture du textile n’était pas uniquement destinée à rentabiliser l’institution appelée à commercialiser sa production. Elle devait permettre aux ex-vagabonds d’acquérir une compétence technique, le sens de l’effort et le goût du profit. « Afin de les encourager au labeur et qu’ils puissent avec le temps améliorer quelque peu leur état », ils percevraient un petit salaire pour leur besogne et, plus tard, à leur sortie de la Maison de Miséricorde, recevraient un pécule afin de s’établir à leur compte : grâce, en effet, « aux gains générés par la manufacture mise en œuvre dans ces maisons – observe Giginta –, on pourra leur accorder un petit capital (« caudalejo ») ou leur procurer quelque échoppe de regrattier (« revendería de cosillas ») dont beaucoup vivent et prospèrent »22. Entretemps, la Miséricorde devait aussi faire office de bureau de placement afin de faciliter la réinsertion sociale de ses pensionnaires.

  • 23 Notre chanoine accorde une attention spéciale à l’aspect économique de son projet puisqu’il consacr (...)

13Version bourgeoise de la charité, le salariat – comparé en l’occurrence à une « discreta caridad » –, allait transformer l’assisté dépravé en honnête artisan et, pour certains, en entrepreneur. Et c’est au nom de cette éthique philocapitaliste que Giginta envisage le fonctionnement financier de ces hospices-ateliers qui, à son avis, parviendraient à s’autogérer, car les gains créés par la manufacture de tous les ouvriers réunis seraient chaque mois importants, et ce d’autant plus qu’il y aurait davantage d’individus désireux d’être accueillis dans lesdites maisons23.

  • 24 Ibid., p. 102-103 : « aun impósito se debería poner, y se podría cobrar de los particulares hasta q (...)

14La mise sur pied d’une telle réforme s’avérait toutefois aussi problématique que celle du Service civique prôné, puis aussitôt remisé, par nos gouvernants. Où trouver l’essentiel de l’argent ? Le chanoine roussillonnais ne manque pas d’idées en la matière, même s’il regrette de ne pouvoir recourir à l’impôt sur la richesse, procédé qui, dans la très catholique Espagne, avait des relents hérétiques : le cas échéant, affirme-t-il, « on devrait même instaurer un impôt que l’on pourrait lever sur les particuliers jusqu’à ce que le problème soit résolu »24. Cela dit, il retient trois sources principales de financement :

  • le produit de la charité traditionnelle : quêtes journalières réalisées par un nombre limité de mendiants (les plus inaptes au travail) dûment accrédités par des insignes ;

  • dons et legs des riches particuliers, notamment des marchands dont la générosité est saluée à diverses reprises ;

    • 25 « ¿Qué es esto, república ? – lisons-nous sous sa plume – ¡Que ningún particular se descuida tanto (...)

    la contribution des édiles municipaux (ces « regidores » si souvent critiqués par l’auteur)25 directement concernés par le contrôle de la population flottante, et la disparition de la délinquance urbaine.

15Enfin, Giginta insiste tout spécialement pour que l’Église – « les prélats, les chapitres ecclésiastiques et les riches monastères » –, donne l’exemple dans cette entreprise humanitaire qui l’interpellait au premier chef.

  • 26 Ibid., chap. XIV : « De algunos otros provechos que se podrán procurar para los pobres », p. 135-14 (...)

16Mais deux types de ressources attirent l’attention par leur nouveauté : l’une, sans doute inspirée par le modèle flamand, consiste en l’exploitation d’un système de loterie ou « suertes » dont sauront se souvenir les réformateurs ilustrados du XVIIIe Siècle ; l’autre, qui nous intéresse ici davantage, concerne les droits d’entrée dans de petits musées entourés de jardins, qui devaient être aménagés près des Maisons de Miséricorde. Ces galeries d’exposition, nommées « Cuadras de las Maravillas »26 ou Salons des Merveilles, reflétaient la vogue maniériste des Cabinets de Curiosités qui faisaient alors les délices des Cours européennes et des palais aristocratiques. Là seraient montrées des « choses curieuses, rares et merveilleuses à voir », comme des « tapisseries, des peintures, des sculptures, des bijoux, des garnitures, et instruments de musique », que les riches prêteraient volontiers par esprit de charité. Un jardin botanique composé d’arbres et de plantes importés du Nouveau Monde, un bassin avec des poissons et des cygnes, ainsi qu’un parc zoologique où l’on pourrait découvrir toutes sortes d’animaux exotiques (« des paons, des perroquets, des singes, des civettes »), devaient compléter ces complexes culturels conçus avec un souci humaniste très moderne de la convivialité entre riches et pauvres. Les premiers, en acquittant un droit de visite, contribueraient à remplir les caisses de l’asile et, en honorant celui-ci de leur présence, faciliteraient son insertion dans la société. Les seconds, quant à eux, trouveraient là un fructueux délassement (« recreación y divertimiento ») durant leurs heures de repos et les jours de fête. Ce volet récréatif, aux antipodes de l’atmosphère carcérale des Bridewells anglais ou des Rasphuis hollandais, vient rappeler que pour notre chanoine le travail ne saurait être une punition, mais une source de bienfaits individuels et collectifs.

  • 27 Ibid., p. 166-167 : « No está el buen gobierno en no admitir novedades y estarse siempre en una per (...)

17L’Utopie humaniste (1516) de Thomas More, si soucieuse de conjuguer effort et récréation, n’est pas très éloignée de ce rêve d’harmonie retrouvée entre exclus et nantis. La foi de Giginta dans les vertus de l’éducation est totale : à ses yeux, il n’existait aucune fatalité de la pauvreté et encore moins de la gueuserie, maux contingents qui résultaient de dérèglements sociaux et d’un mauvais gouvernement. Il fallait seulement avoir le courage de s’attaquer au problème en n’hésitant pas à « innover » (verbe clef, bien que sentant le soufre dans la Castille du XVIe Siècle) : « la bonne gouvernance – estimait-il – ne consiste point à refuser la nouveauté et à s’installer dans la paresse ; il convient de varier les choses pour s’adapter à l’évolution des temps »27.

  • 28 Éd. cit., f. 92r.

18Mais les autorités religieuses et politiques (dont il souhaite ardemment la collaboration) avaient-elles vraiment cette volonté ? Mis à part le vieil Archevêque de Tolède, don Gaspar de Quiroga (1499-1593), qui l’aida dans un premier temps, le chanoine d’Elne semble n’avoir rencontré sur ce plan que des désillusions : « deseo muchos y hallo pocos hombres » [Je voudrais trouver beaucoup d’hommes, et n’en trouve guère], déplorait-il en 1587 dans sa chronique autobiographique intitulée Atalaya de Caridad28.

  • 29 Un seul exemple suffira : « Lo que de Barcelona supe la primera vez que allí estuve y agora de vuel (...)
  • 30 Sur cette métaphore panoptique de l’atalaya, fondamentale pour comprendre la pensée réformatrice du (...)

19Fin juillet 1588, peu avant l’annonce du Désastre de l’Armada, on perd la trace du réformateur catalan. Ses idées, en revanche, réactualisées en 1595-1598 par le docteur Pérez de Herrera, resurgiront bientôt – citées parfois littéralement – dans le Guzmán de Alfarache, le grand mea culpa picaresque publié en 1599-1604 par Mateo Alemán. En soustitrant son livre Atalaya de la vida humana, le romancier sévillan, très critique envers les dysfonctionnements de la Castille29, rendait peut-être aussi un ultime hommage à l’Atalaya de caridad de Miquel Giginta30.

***

  • 31 Atalaya de caridad, f. 91 v. (cap. XXIX : De cómo se pueden concordar con la institución del autor, (...)

20Le système d’assistance imaginé par le chanoine roussillonnais était-il trop en avance pour réussir à s’implanter dans l’Espagne de Philippe II ? Multiples et complexes furent assurément les raisons susceptibles d’expliquer l’abandon d’une réforme qui se voulait pourtant consensuelle : « Deseo contentar a todos », affirmait ainsi notre auteur après avoir analysé les arguments que pouvaient lui opposer ses détracteurs31.

  • 32 Modesto ULLOA, l’historien des finances de Philippe II, est sur ce point catégorique : « Yerran los (...)
  • 33 « En los setenta de la decimosexta centuria, el capitalismo castellano reacciona […], y en los dist (...)
  • 34 « Los años 1578-1590 son buenos en muchas regiones. Corresponden al apogeo de Segovia y a la prospe (...)

21Les facteurs économiques jouèrent, bien sûr, un rôle essentiel. La sous-industrialisation, même relative32, de la Castille et l’influence délétère de la finance génoise experte à détourner le capital vers la rente, ne donnèrent sans doute pas aux Maisons de Miséricorde les moyens de développer leur idéal manufacturier. On rappellera toutefois que le pays est alors encore loin de la grande récession de 1594-1605. La tentative de Giginta se situe à un moment où, selon Felipe Ruiz Martín, « le capitalisme castillan réagit » et connaît (entre 1583 et 1594) une floraison d’arrière-saison – « veranillo de San Miguel », écrit l’éminent économiste –, caractérisée par le retour des capitaux vers l’industrie textile, en particulier du côté de Ségovie et de Cordoue où les ateliers employant « des douzaines, voire des centaines d’ouvriers, sont fréquents, beaucoup plus fréquents même qu’auparavant »33. Si nous en croyons également Bartolomé Bennassar, « les années 1578-1590 sont bonnes dans de nombreuses régions. Elles correspondent à l’apogée de Ségovie et à la prospérité retrouvée de Valladolid. Les enquêtes de 1579-1584 révèlent la bonne santé de l’économie et de la démographie tant en Castille qu’en Galice, dans le pays valencien ou en Andalousie. Après ces douze années de reprise et parfois de prospérité, la dernière décennie du siècle accumule au contraire les récoltes désastreuses, les épidémies et les catastrophes en tout genre »34. Dans le contexte de la période 1578-1586, il était donc loisible de penser qu’une voie, certes étroite, s’offrait à une réforme de la mendicité fondée sur la conversion des vagabonds à l’éthique du travail productif.

  • 35 Michel. CAVILLAC, La reforma de la beneficencia en la España del siglo XVI : la obra de Miguel Gigi (...)
  • 36 Apuntamientos contra la Premática de los Pobres, éd. PÉrez y MartÍn dans Cartas del « Doncel de Xér (...)

22Plus déterminantes, probablement, dans l’échec du système préconisé par le chanoine d’Elne furent les considérations éthicoreligieuses qui, déjà vers 1545, avaient fini par discréditer les théories du bénédictin Juan de Robles-Medina pour légitimer en Castille une version catholicisée des mesures adoptées naguère par les cités flamandes. On sait que la dernière intervention de Giginta devant les Cortès fait suite, en juillet 1588, à une vive prise de position d’un certain « canónigo Bobadilla » – peut-être apparenté au comte de Chinchón – en faveur de l’imprescriptible liberté des mendiants dont la puissance tutélaire ne pouvait être que l’Église35. De toute évidence, le dénommé Bobadilla exprimait là un point de vue collectif : celui d’un clergé qui, derrière le souci de l’ordre bourgeois et du travail manufacturier, voyait se profiler une menace pour sa vocation de gestionnaire de la bienfaisance. À en juger, en effet, par la levée de boucliers que les projets du docteur Pérez de Herrera allaient susciter, dix à quinze ans plus tard, dans les milieux cléricaux et aristocratiques, on peut estimer rétrospectivement que l’écueil rédhibitoire rencontré par les Casas de Misericordia fut (en dépit de leur inspiration tridentine) la connotation crypto-protestante alors attachée à toute volonté d’éradiquer l’oisiveté mendiante et de rationaliser l’assistance aux pauvres. On évoquera ainsi, pour conclure, la réfutation en règle des plans du Protomédico à laquelle se livra, en mars 1599, le valencien Bartolomé de Villalba, « Doncel de Xérica ». Dans un vigoureux réquisitoire, adressé au roi Philippe III, où il développait rien moins que 84 arguments contre les Discursos del amparo de pobres (Madrid, 1598) du docteur Herrera, ce disciple de fray Domingo de Soto exaltait la liberté des mendiants, fussent-ils des imposteurs, et soulignait que les pauvres, « boussoles conduisant les fidèles sur le chemin du ciel », ne pouvaient avoir d’autres « administrateurs » que « les évêques et les ecclésiastiques ». Il importait donc de préserver le statu quo plutôt que de « châtier un vagabond ou un coquin fainéant qui, en recevant l’aumône, permettaient à leur donateur d’acquérir maints mérites spirituels ». Villalba attirait enfin l’attention du Roi sur « le risque et péril qu’il y avait à introduire en Espagne une loi inventée par les Anglais et autres peuples vivant aujourd’hui dans l’ignorance de Dieu ». Bref, « le livre intitulé Amparo de pobres, composé par le docteur Herrera » en harmonie avec les thèses que « le chanoine Miguel Giginta voulut introduire, voilà quatorze ans, dans toutes les Couronnes d’Espagne », n’était pas conforme aux valeurs de « l’Église militante », car il pactisait avec « le mal venu de France, d’Angleterre et d’Allemagne, lequel a consisté à ne plus vouloir voir de mendiants quêtant de par les rues »36.

Bibliographie

ALEMÁN Mateo. Guzmán de Alfarache, 1599-1604 (éd. MICÓ José María, Madrid : Cátedra, 1987)

ALVAR EZQUERRA Alfredo, El nacimiento de une capital moderna, Madrid entre 1561 y 1601, Madrid : Turner, 1989.

ALVAR EZQUERRA Alfredo. Los traslados de Corte, de 1601 y 1606, Madrid : Imprenta Artesanal del Ayuntamiento de Madrid, 2006.

BATAILLON Marcel. J-L Vivès, réformateur de la bienfaisance. In Bibliothèque d’humanisme et de Renaissance, 1952, vol. XIV, p 141-158.

BENASSAR Bartolomé. Un siècle d’or espagnol (vers 1525 – vers 1648), Paris : R. Laffont, 1982.

CAVILLAC Michel. La reforma de la beneficencia en la España del siglo XVI : la obra de Miquel Giginta. In Estudios de Historia Social, 1979, n° 10-11, p. 7-59.

CAVILLAC Michel. Gueux et marchands dans le Guzmán de Alfarache (1599-1604) de Mateo Alemán, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 1983.

CAVILLAC Michel. Pícaros y pobreza en tiempos del Guzmán de Alfarache, Cristóbal Pérez de Herrera y Mateo Alemán (1594-1604). In Torre de los Lujanes, Madrid, 2003, vol. 51, p. 15-30.

CAVILLAC Michel. Atalayisme » et picaresque : la vérité proscrite. Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.

GEREMEK Bronislaw. La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours. Paris : Gallimard, 1987.

GEREMEK Bronislaw. Les fils de Caïn. L’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature européenne du XVe au XVIIe Siècle, Paris : Flammarion, 1991.

GIGINTA Miguel de, Tratado de remedio de pobres, Coimbra, Imp. Antonio de Mariz, 1579 (éd. par F. SANTOLARIA, Barcelone, Ariel Historia, 2000).

GIGINTA Miguel de, Cadena de Oro, Perpignan : Sansó Arbús, 1584.

GIGINTA Miguel de, Atalaya de caridad, Saragosse : Simón de Portonaris, 1587.

MOLHO Maurice, REILLE Jean-François. Romans picaresques espagnols, Paris : NRF, Collection de la Pléiade, 1968.

MOLINIÉ-BERTRAND Annie. Au Siècle d’Or, l’Espagne et ses hommes. La population du royaume de Castille au XVIè Siècle, Paris : Économica, 1985.

RUIZ MARTIN Felipe. Pequeño capitalismo, gran capitalismo, Barcelona : Critica, 1990.

SOUBEYROUX Jacques. Sur un projet original d’organisation de la bienfaisance en Espagne au XVIe siècle. In Bulletin Hispanique, Bordeaux, 1972, vol. LXXIV, p. 118-124.

VIVES Juan-Luis., De subventione pauperum. Sive de humanis necessatibus, Bruges, 1526.

Notes

1 Comme l’a souligné Marcel Bataillon dans un article mémorable (J. L. Vivès réformateur de la bienfaisance. In Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XIV, 1952, p. 141-158), « son esprit puritain et laborieux est celui de la bourgeoisie marchande dans laquelle il a pris femme à Bruges même ; il est en intelligence avec le capitalisme naissant qui ne peut développer ses entreprises sans main-d’œuvre et qui rêve de prospérité par le travail » (p. 143).

2 On se souvient que la traduction espagnole du traité de Vivès, réalisée à Valence (vers 1528) par l’érasmiste Bernardo Pérez de Chinchón, demeura inédite pour des raisons assez obscures. On peut la consulter aujourd’hui dans l’excellente édition de Joaquim PARELLADA : Juan Luis Vives, Tratado del socorro de pobres, Valence Pre-Textos (colección Humaniora), 2006. Par ailleurs, il convient de noter que la première traduction imprimée de ce texte date, en Espagne, de 1781.

3 Advertencias al concilio de Toledo (1565-1566). In Obras completas, Madrid, B.A.C., 1970, t. VI, p. 250-260. Sur toutes ces questions, voir notre ouvrage Gueux et marchands dans le « Guzmán de Alfarache » (1599-1604) de Mateo Alemán, Bordeaux, Presses Universitaires, 1983, p. 207-232 (« La casuistique de l’aumône dans l’Espagne du Siècle d’Or »).

4 Sur ce contexte économique, on consultera le livre (fondamental) de Felipe RUIZ MARTIN consacré à l’asphyxie, entre 1566 et 1607, du « petit capitalisme castillan » par « le grand capitalisme financier des Génois » (Pequeño capitalismo, gran capitalismo, Barcelone : Crítica, 1990).

5 Il suffit de renvoyer à l’étude de Anne MOLINIÉ-BERTRAND, Au Siècle d’Or, l’Espagne et ses hommes. La population du Royaume de Castille au XVIe siècle, Paris, Ed. Economica, 1985. Madrid, qui est au cœur de la réforme du chanoine Giginta, présente un cas limite. Avec l’arrivée de la Cour, la ville passe de 9 000 habitants en 1561 à près de 100 000 en 1601. Voir Alfredo ALVAR EZQUERRA, El nacimiento de una capital moderna, Madrid entre 1561 y 1601, Madrid, Turner, 1989 ; et du même auteur, le très beau livre sur Los traslados de Corte, de 1601 y 1606, Madrid, Imprenta Artesanal del Ayuntamiento de Madrid, 2006.

6 Francisco ORTIZ LUCIO, Jardín de divinas flores, Madrid, 1599, f. 67r : « Que los pobres trabajen y no quieran vivir de mogollón, y los jueces se ocupen en governar bien » [Que les pauvres se mettent au travail et cessent de vouloir vivre de l’air du temps, et que les juges se préoccupent de bien gouverner].

7 Memorial segundo al concilio de Toledo (1561), éd. cit., p. 149-150.

8 Antonio de FUENMAYOR, Vida y hechos de Pío V (1595), Madrid : R.A.E., 1953, p. 124-125.

9 Agustìn GONZÁLEZ de AMEZÚA, Cervantes, creador de la novela corta española, Madrid : 1958, II, p. 80-81.

10 Les faux mendiants, signale Giginta, « a la noche se hallarán alguna vez con más dineros que si trabajaran todo el día de su oficio y servicio » (Atalaya de caridad, Saragosse, Simón de Portonariis, 1587, f. 53v). Autrement dit, la mendicité rapportait plus que le travail salarié.

11 Tratado de remedio de pobres (Coimbra, Antonio de Mariz, 1579), éd. Félix SANTOLARIA, Barcelone, Ariel Historia, 2000, p. 119 : « Obedecerán mejor los hijos de la gente baja a sus padres, los criados a sus amos, y los aprendices a sus maestros, porque no tendrán que levantarse a monte entre los pícaros vagabundos y mendigos de los pueblos grandes, como hacen hoy con poco achaque [à la moindre occasion] ».

12 Voir, par exemple, Bronislaw GEREMEK, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Age à nos jours, Paris : Gallimard, 1987, p. 223.

13 Remedio de pobres, p. 73 : « Algunas mendigas para no perder el interés de éste y otros vicios, haciéndose preñadas, como lo están lo más del tiempo, procuran de mal parir para ir libres, y si todavía paren, luego los padres rompen los brazos o piernas a los niños, o los ciegan, para ganar con ellos en cuanto les viven y para dejarles para después con renta perpetua, que ellos llaman a esto. Otras, de contrario humor, que no paren, hurtan niños ya criados para colorar su injusta causa de mendigar con ellos ». Plusieurs de ces arguments destinés à discréditer la gueuserie sont alors des lieux communs du discours réformateur européen. Ils remontent, en particulier, au Narrenschiff de Sebastian Brant et au célèbre Liber vagatorum, ouvrage qui circulait en manuscrit à la fin du XVe Siècle et fut imprimé à Pforzheim vers 1510 avant d’être réédité en 1528 par Martin Luther (cf. Bronislaw GEREMEK, Les fils de Caïn. L’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature européenne du XVe au XVIIe Siècle, Paris : Flammarion, 1991, p. 90-105).

14 Remedio de pobres, p. 119-120 : « [Gracias a estas casas] no habrá tantos matadores y malhechores como ahora por el aparejo que tienen con ese hábito [de pobre fingido] y excusa de poder entrarse seguros a acechar cualquier casa y persona de día, para saltearles de noche y echar mano de cualquiera ocasión ».

15 Remedio de pobres, p. 73. Comparer Atalaya de caridad, f. 52r : « Se quitará así otro seminario de mendigos que procede de los que andando por ahí mezclados de día y de noche hombres y mugeres por casillas y pajares y otros muchos rincones sin ninguna disciplina ni doctrina ni orden de christianos, se pegan muchos males contagiosos ».

16 Atalaya de caridad, f. 83r-84v : « Es gente que se ha criado sin doctrina, sin corrección y sin subjeción, teniendo por guía de su vida sola su errada y mal adoctrinada voluntad. […] Viven como bestias fieras, regidas por el solo apetito de su sentido, privados del todo del uso de la buena razón ».

17 Ibid., f. 85r/v : « Fuerza se les ha de hacer, y ése es el poder y obligación del cargo de los que gobiernan, obligar a vivir bien al que voluntariamente no quiere, no es bien que lo haga yo ni otro ningún particular de propia autoridad, pero es bien que lo haga quien tiene legítimo poder para ello […]. La verdadera libertad es tener subjeta la voluntad a la razón, y el que de esta subjeción se aparta vive en la servidumbre del pecado, de manera que no solamente no se ofende en aquello la libertad, sino antes el dejarles vivir tan desordenadamente como viven es hacer grandísima ofensa a la verdadera libertad ». En distinguant la liberté rationnelle (« la verdadera libertad ») de la liberté des sens (« servidumbre del pecado »), Giginta ruinait le principal argument philosophique de Soto qui, au nom de l’inaliénable liberté du pauvre, s’était opposé en 1545 à toute réforme de l’assistance susceptible d’échapper au contrôle de l’Église.

18 Éd. cit., p. 169-170 : « Tan importante me parece este negocio en tantas maneras, que aun por vía de estado deberían los del Consejo del Estado proveer como se hiciese luego en cada pueblo principal […]. Conviene también al Estado porque habrá más concierto y aumento de gente, oficiales y trato en la tierra, y tantos millares de mendigos que sin esto andan por ahí ociosos, así los verdaderos como los fingidos, habrán de hacer algo en aumento de la república. Purgarse han fácilmente sin estrépito las provincias de mucha gente baldía que no conviene a los estados. Aumentarse han las haciendas de los particulares, rentas y derechos de los estados. Quitarse ha el aparejo que los espías de nuestros enemigos y de la fe tienen en talle de mendigos […]. No saldrá con esto tanto dinero del reino, como llevan tanta multitud de mendigos extranjeros que cada año vienen a ello ». La centralisation étatique de la réforme, la relance du travail productif et le souci de retenir l’argent en Espagne, tout cela évoque les thèses mercantilistes adressées en 1558 à Philippe II par Luis Ortiz dont la conclusion était : « Para perficionar esta obra, falta dar remedio en lo de los pobres » (Memorial, éd. Manuel FERNÁNDEZ ALVAREZ In Anales de Economía, XVII, 1957, p. 100-200).

19 Jusqu’en 1587, Giginta insistera sur ce point, essentiel pour rallier à sa cause les disciples de Soto : « Débese de mirar mucho en que no lleven a ninguno por fuerza al dicho Hospital por no darle oficio de cárcel, ni examinar a ninguno que quiera entrar, ni detengan a ninguno ni le despidan contra su voluntad, porque no sepa a opresión de pobres en nombre de su remedio, para solo quitar el enfado a los ricos » (Atalaya de caridad, f. 17r).

20 Remedio de pobres, p. 120 : « Atajarse ha también que no azotarán ni afrentarán por las calles a tantos por vagabundos que no lo sean, porque en los chorrillos [bouges] y en los bodegones [tavernes] será la trulla [foule bruyante] menor, y así conocido cada uno no tomarán a montón [pêle-mêle], como algunos alguaciles mal considerados suelen hacer ahora, y algunos precipitados jueces aprobar diciendo que de esta manera se ha de hacer para tener la provincia purgada de mala gente ».

21 Ibid., p. 80 : « Convendrá que en estas Casas haya también algún divertimiento para los pobres que trabajaren en ellas, como podía ser que […] les lean durante el trabajo, cada mañana, historias verdaderas, que todos debíamos saber muy bien ; y después de comer, libros de sentencias, dichos, preguntas y respuestas, comenzando en lo de las historias por las más antiguas que se hallaren en romance, y las postreras sean de las propias provincias ».

22 Ibid., p. 116 : « Y con las dos sextas partes que al respecto les cupieren de la ganancia de la manifactura que se trabajare en las dichas casas […], se les podrá poner algún caudalejo o revendería de cosillas de que se sustentan y medran otros. Y así se irán evacuando y no creciendo los pobres de las dichas casas, con más discreta [avisée, faite avec discernement] caridad y mejoría suya y de la república, y también podrán ayudarse fuera de estas casas de la habilidad que habrán aprendido los que habrán estado algún tiempo en ellas ».

23 Notre chanoine accorde une attention spéciale à l’aspect économique de son projet puisqu’il consacre rien moins que quatre chapitres (XI, XII, XIII et XIV) du Remedio de pobres à examiner « El gasto que será necesario para la fábrica y sustento de estas casas » (p. 122-140). Aucun traité antérieur n’avait fait preuve d’un tel souci de la comptabilité. Entre autres précisions, on y apprend que la somme 4000 ducats (p. 123) serait nécessaire pour commencer, et que la plus-value réalisée ensuite quotidiennement par le travail de chaque pauvre pourrait se situer aux alentours de 20 maravédis, profit qui, multiplié par 1000 pensionnaires, serait considérable sur une année : « Contad a veinte maravedís el día unos con otros, ved cuanto subirá la semana, cuanto cada mes, y así no errando la cuenta hallaréis cuanto podrá importar cada año el interés de la manufactura de todos adjuntada » (p. 132-133). Giginta, ne l’oublions pas, avait des ancêtres marchands et ses modèles sociaux (Perpignan et Barcelone) brillaient par leur activité commerciale.

24 Ibid., p. 102-103 : « aun impósito se debería poner, y se podría cobrar de los particulares hasta que estuviese remediado, cuando no pudiese remediarse de otra manera ». Remplacer la charité par l’impôt proportionnel aux ressources de chacun (Cadena de oro, Perpignan : Sans Arbús, 1584, p. 223) revenait de facto à séculariser l’assistance sur le modèle protestant. En 1560, un manuscrit anonyme et, bien sûr, inédit, proposait un tel plan d’assistance aux pauvres castillans, voir Jacques SOUBEYROUX, Sur un projet original d’organisation de la bienfaisance en Espagne au XVIe Siècle, Bulletin Hispanique (Bordeaux), 1972, vol. LXXIV, p. 118-124.

25 « ¿Qué es esto, república ? – lisons-nous sous sa plume – ¡Que ningún particular se descuida tanto de sus perros por ruines que sean, como tus regidores del remedio de tus pobres, por mucho que padezcan ! Como si no estuviesen a su cargo, entre otras cosas, tantos muchachos y muchachas mendigos, cuya perdición es evidentísima » (Remedio de pobres, p. 162).

26 Ibid., chap. XIV : « De algunos otros provechos que se podrán procurar para los pobres », p. 135-140.

27 Ibid., p. 166-167 : « No está el buen gobierno en no admitir novedades y estarse siempre en una pereza, porque conviene variar las cosas según la variedad de los tiempos ».

28 Éd. cit., f. 92r.

29 Un seul exemple suffira : « Lo que de Barcelona supe la primera vez que allí estuve y agora de vuelta de Italia en estos dos días –déclare Guzmán–, es que ser uno mercader es dignidad, y ninguno puede tener tal título sin haberse primero presentado ante el Prior y Cónsules, donde lo abonan para el trato que pone. Y en Castilla, donde se contrata la máquina del mundo sin hacienda, sin fianzas ni abonos, mas de con solo buena maña para saber engañar a los que se fían dellos, toman tratos para que sería necesario en otras partes mucho caudal con que comenzarlos y muy mayor para el puesto que ponen » (Guzmán de Alfarache, éd. MICÓ José María, Madrid : Cátedra, 1987, II, p. 374-375). On peut lire La vie de Guzman d’Alfarache dans la traduction de Maurice Molho et Jean.-François Reille publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade : Romans picaresques espagnols, Paris, NRF, 1968.

30 Sur cette métaphore panoptique de l’atalaya, fondamentale pour comprendre la pensée réformatrice du Siècle d’Or, voir Michel CAVILLAC, Atalayisme » et picaresque : la vérité proscrite, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.

31 Atalaya de caridad, f. 91 v. (cap. XXIX : De cómo se pueden concordar con la institución del autor, todos los contrarios della).

32 Modesto ULLOA, l’historien des finances de Philippe II, est sur ce point catégorique : « Yerran los que creen que la industria castellana era enclenque » [Ceux qui croient que l’industrie castillane était chétive, se trompent], (La Hacienda Real de Castilla en el reinado de Felipe II, Madrid : F.U.E., 1977, p. 553).

33 « En los setenta de la decimosexta centuria, el capitalismo castellano reacciona […], y en los distritos consabidos de Segovia y de Córdoba los establecimientos amplios, dependiendo de un patrón indígena – conocemos sus nombres y filiaciones – con docenas y hasta centenas de obreros, son frecuentes, más frecuentes aún que antes » (Felipe RUIZ MARTIN, Pequeño capitalismo, gran capitalismo, op. cit., p. 25).

34 « Los años 1578-1590 son buenos en muchas regiones. Corresponden al apogeo de Segovia y a la prosperidad reencontrada de Valladolid, y las encuestas de los años 1579-1584 son reveladoras respecto de la buena salud de la economía y de la demografía tanto en Castilla como en Galicia, en el país valenciano o en Andalucía. Por el contrario, después de estos doce años de recuperación y a veces de prosperidad, la última década del siglo acumula las cosechas desastrosas, las epidemias y las catástrofes de todo tipo » (Bartolomé BENASSAR, La España del Siglo de Oro, Barcelone : Crítica, 1983, p. 211). C’est nous qui traduisons, faute d’avoir pu consulter l’édition française : Un siècle d’or espagnol (vers 1525-vers 1648), Paris, Robert Laffont, 1982.

35 Michel. CAVILLAC, La reforma de la beneficencia en la España del siglo XVI : la obra de Miguel Giginta, Estudios de Historia Social, 1979, n° 10-11, pp. 7-59. La référence au chanoine Bobadilla qui déclare « cómo no convenía que se hiciese lo que pide y pretende el canónigo Giginta, [porque era lícito] que los pobres mendigos anduviesen por las calles pidiendo y que no estuviesen encerrados », se trouve à la page 24.

36 Apuntamientos contra la Premática de los Pobres, éd. PÉrez y MartÍn dans Cartas del « Doncel de Xérica » al Rey Felipe III (1598-1599), Castellón, Sociedad Castellonense de Cultura, 1922 : « Los obispos y eclesiásticos – écrivait Villalba – son los verdaderos administradores de los pobres y por la mesma razón el Papa, por ser cosa espiritual la limosna […]. Niego que no corra riesgo y peligro introducir en España esta ley, por haber sido inventada por ingleses y gentes que hoy están ajenos de Dios por haber querido subtilizar las cosas espirituales y desviarse de las tradiciones antiguas y doctrinas de tan famosos santos. El hombre que por malo y por bellaco holgazán había castigado la mano poderosa del Rey, es cosa posible que haya sido causa de muchos méritos espirituales que habrán ganado los devotos cristianos que en amor de Dios le hayan favorescido con sus limosnas » (pp. 266, 273-274). Pour plus de détails, voir Michel CAVILLAC, Pícaros y pobreza en tiempos del Guzmán de Alfarache : Cristóbal Pérez de Herrera y Mateo Alemán (1594-1604), Torre de los Lujanes, Madrid, 2003, n° 51.

Auteur

Professeur émérite de l’Université Michel de Montaigne (Bordeaux III), notamment travaillé sur le roman picaresque et, en particulier, sur le Guzmán de Alfarache (1599-1604) du sévillan Mateo Alemán. Son intérêt socio-critique pour le picarisme littéraire l’a incité très rapidement à réaliser des recherches sur la réalité du paupérisme et de la mendicité et à s’intéresser également aux solutions préconisées par des réformateurs de la bienfaisance que furent Fray Ruan de Robles, Miguel de Giginta et Cristóbal Pérez de Herrera. Parmi les nombreuses publications de Michel Cavillac, on retiendra (en dehors des travaux cités ici en bibliographie), son édition critique de l’œuvre majeure du docteur Pérez de Herrera : Discorsos del amparo de los legítimos pobres y reducción de los fingidos (Madrid : Espasa-Calpe, Clásicos Castellanos, 1975), texte précédé d’une substantielle introduction concernant la problématique des pauvres et de la pauvreté en Espagne au XVIème siècle. Son dernier livre, Guzmán de Alfarache y la novela moderne, est paru en 2010 aux éditions de la Casa de Velázquez. Il constitue une synthèse de l’ensemble de ses travaux portant sur le Siècle d’Or

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540