Version classiqueVersion mobile

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

La réforme de l’assistance dans l’espace belge au XVIe siècle

Claude Bruneel

Texte intégral

  • 1 À l’exception de la principauté épiscopale de Liège.
  • 2 Roi d’Espagne et empereur d’Allemagne (Gand, 1500 – Yuste, 1558), il a été souverain des Pays-Bas d (...)
  • 3 Sur ces questions : Charles TERLINDEN, Carolus Quintus, Paris, Desclée De Brouwer, 1965 ; Hugo SOLY (...)

1Dans les années 1430, grâce à « des félicités augustes et multipliantes », pour reprendre les termes d’un de ses chroniqueurs, le duc de Bourgogne, Philippe le Bon réunit sous son autorité la plupart des principautés qui formeront la future Belgique1. Charles Quint porte ensuite l’extension territoriale à son apogée avec la constitution des dix-sept provinces2. Chacune des principautés dispose, en vertu de ses privilèges, d’une large autonomie. À son avènement, le nouveau souverain doit prêter le serment, tour à tour dans chacune de celles-ci, de les respecter. C’est seulement ensuite que les États à leur tour s’engagent à l’égard du nouveau prince. Tout au long des Temps modernes, il doit s’accommoder de cette situation, alors qu’il s’efforce de développer l’absolutisme centralisateur et d’uniformiser les institutions. Les États dits provinciaux, de leur côté, tentent de résister et de freiner l’érosion de leurs pouvoirs. Des mouvements de tension extrême peuvent conduire à la révolution comme en 1477, 1576 ou 1789. Au fil des siècles, temps faibles et forts alternent. Le règne de Charles-Quint s’inscrit incontestablement parmi ces derniers. L’empereur affirme son autorité tant en politique intérieure qu’extérieure3.

  • 4 Placcaeten ende ordonnantien van de hertoghen van Brabant, t. IV, Bruxelles : Marcel Anthoon Velpiu (...)
  • 5 Paul BONENFANT, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l’Ancien Régime, Bruxelles : Pala (...)

2Ce renforcement du pouvoir central devait naturellement se marquer également dans la sphère de la bienfaisance. Le paupérisme et ses corollaires, la mendicité et le vagabondage, constituaient un véritable chancre qui a rongé tout l’Ancien Régime. Les pouvoirs publics n’ont jamais pu apporter une solution satisfaisante au problème. La première ordonnance répressive en la matière date de 14594 et ce n’est que dans la décennie 1770 qu’en Flandre et en Brabant, la prison, c’est-à-dire l’enfermement dans une maison de correction, se substitue aux peines afflictives traditionnelles et au bannissement5.

  • 6 Joseph LAENEN, Introduction à l’histoire paroissiale du diocèse de Malines. Les institutions, Bruxe (...)

3La police relève au premier chef de l’autorité municipale, placée sous le contrôle du conseil de justice de la principauté dont elle dépend et, in fine, du conseil du prince. En revanche, la charité, dans l’esprit des contemporains, est essentiellement du ressort de l’Église et de la générosité de particuliers. Les pouvoirs publics y participent toutefois. C’est ainsi que les Tables des pauvres, dites aussi du Saint-Esprit, sont des organismes d’assistance municipaux, administrés par des laïcs, même s’ils fonctionnent selon un découpage paroissial et si l’influence du curé n’y est pas négligeable6. Ces tables distribuent plus ou moins libéralement les secours en fonction de leurs revenus, qui peuvent-être très différents d’une entité à l’autre. Ainsi, les riches paroisses du centre-ville sont généralement bien dotées mais exposées à peu de dépenses. Leurs homologues de la périphérie au contraire vivent plutôt la situation inverse. En cas d’insuffisance des ressources, le produit des quêtes doit en principe procurer l’appoint. L’octroi de secours par les pouvoirs publics est tout à fait accessoire et plutôt conjoncturel. Enfin, de nombreuses petites fondations privées, aux moyens généralement modestes, répondent à des buts variés, au gré des volontés voire des bizarreries des mécènes.

4Dans chaque ville, le réseau d’organismes d’assistance est donc très disparate et souvent insuffisant pour rencontrer les besoins. À tel point qu’il n’est pas rare, à défaut d’une meilleure solution, qu’une ville octroie à ses « vrais » pauvres le droit de mendier, officiellement matérialisé par le port d’une médaille frappée aux armes de la cité. Parallèlement les dirigeants de celle-ci édictent des peines à l’encontre des gens qualifiés de fainéants et oisifs et ils chassent de leur territoire les étrangers indésirables.

5La question se pose avec le plus d’acuité dans les principautés situées au nord du sillon formé par la Sambre et la Meuse, la Flandre, le Brabant, le Hainaut. C’est dans ces régions que se développent les villes les plus peuplées, les plus prospères et politiquement les plus puissantes.

  • 7 Jean-Pierre GUTTON, « L’Europe du XVIe Siècle et la pauvreté », in Miquel de Giginta, chanoine d’El (...)
  • 8 Cité d’après Hugo SOLY, « Economische ontwikkeling en sociale politiek in Europa tijdens de overgan (...)

6Ce défi de la pauvreté, de l’insécurité et de la menace sociale dont la première recèle le germe7, n’est pas l’apanage des anciens Pays-Bas. À la fin du XVe Siècle et dans la première moitié du XVIe, toutes les villes européennes sont confrontées à une expansion considérable du paupérisme. Ainsi, dans les grandes cités du duché de Brabant, le nombre de demeures occupées par des pauvres passe de 10,5 % à 19 % entre 1437/1438 et 1526. Dans les petites villes, la proportion bondit de 9,2 à 27,3 %8.

Tableau n° 1. Estimation de la population des principaux centres urbains des Pays-Bas vers l’an 1500 (en nombre d’habitants)

Tableau n° 1. Estimation de la population des principaux centres urbains des Pays-Bas vers l’an 1500 (en nombre d’habitants)

Source : Bairoch Paul, Batou Jean, Chèvre Pierre, La population des villes européennes. Banque de données et analyse sommaire des résultats, 800-1850, Genève, Droz, 1988

  • 9 Bronisław GEREMEK, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du moyen âge à nos jours, Paris, (...)

7Les villes d’Europe ne parviennent plus à assimiler la masse des immigrants venus de la campagne. Beaucoup sont exposées à des révoltes qui n’ont pas toutes la faim pour moteur. Ces flux résultent d’une augmentation rapide de la population, attestée partout, disproportionnée par rapport aux moyens de subsistance. La production de céréales ne suffit plus à répondre à la demande. La hausse des prix enfle encore du fait de l’apport croissant de métaux précieux et de l’accélération de la circulation monétaire. Le développement du commerce continental et intercontinental favorise l’accumulation de capital. La demande stimule la production, surtout dans les secteurs des textiles et des métaux. La fracture sociale s’amplifie9.

  • 10 Henri PIRENNE, « Une crise industrielle au XVIe Siècle. La draperie urbaine et la “nouvelle draperi (...)

8Dans les anciens Pays-Bas, la Flandre est particulièrement touchée. Les principales villes, Bruges, Ypres, sont en déclin. Elles vivent l’agonie de leur draperie lourde, faite de laine anglaise. Anvers les a supplantées et est devenue le grand marché des produits britanniques. Les victimes croient trouver le salut dans le protectionnisme corporatiste. Ypres attribue sa décadence à la non-observation des anciens privilèges défendant aux villages voisins de s’adonner au travail de la laine. En effet, la draperie rurale connaît un essor manifeste au premier tiers du XVIe Siècle. Elle est cependant obligée de recourir à la laine espagnole, moins soyeuse mais qui convient parfaitement au tissage de draps légers et de serges. Dans la région proche d’Ypres, dans la châtellenie de Bailleul, à Bergues et surtout à Hondschoote et Armentières, grandit un véritable prolétariat industriel. Les patrons se plaignent du manque de main-d’œuvre et cependant une large population errante, faite de misérables et de vagabonds, y afflue dans l’espoir de trouver un gagne-pain ou d’autres sources moins avouables de revenus10.

9Quoi qu’il en soit, le quotidien est toujours incertain, même pour l’ouvrier doté d’un travail. La précarité du lendemain, la menace du chômage, la maladie, l’accident, maintiennent en permanence une large frange de la population au bord du précipice et ceci même en dehors des temps de crise. Sur un fond de guerre et d’épidémies, le risque de disette ou de famine est constant. De 1515 à 1531, la mercuriale du froment, à défaut de disposer de celle du seigle plus en harmonie avec la consommation des petites gens, cette mercuriale manifeste, en Flandre et ailleurs, trois soubresauts marqués.

  • 11 Calculé d’après Charles VERLINDEN et Jan CRAEYBECKX, in Dokumenten voor de geschiedenis van prijzen (...)

Tableau n° 2. Évolution du prix du froment sur les marchés flamands de Bruges et de Dixmude et sur le marché brabançon d’Anvers11 (indices : 1515-1517 = 100)

Tableau n° 2. Évolution du prix du froment sur les marchés flamands de Bruges et de Dixmude et sur le marché brabançon d’Anvers11 (indices : 1515-1517 = 100)
  • 12 Étienne SCHOLLIERS, « Le pouvoir d’achat dans les Pays-Bas au XVIe Siècle », in Album Charles Verli (...)

10Ce sont ces à-coups dans le court terme qui sapent le pouvoir d’achat. Étienne Scholliers a tenté de chiffrer l’évolution de celui-ci pour le Brabant, voisin de la Flandre (graphique 1). À cette fin, il a calculé le coût d’un panier de la ménagère garni de céréales, l’essentiel de la dépense quotidienne, mais aussi de viande, de poisson, de beurre, de fromage, de chandelles pour l’éclairage et de tissus pour l’habillement12. Il n’est pas nécessaire d’entrer ici dans l’analyse critique de cet exercice qui est de haute voltige. Il suffira de constater que, si erreur il y a, elle demeure constante au fil du temps. Elle n’altère donc pas la vision de cette incertitude du lendemain qu’il convient de souligner. D’une année à l’autre, le coût du seigle varie de 48 % par rapport à la moyenne de la période, tandis que le panier lui se borne à fluctuer de 13 %.

Graphique 1. Évolution du coût des biens de consommation en Brabant (indices) 1515-1517 = 100

Graphique 1. Évolution du coût des biens de consommation en Brabant (indices) 1515-1517 = 100
  • 13 Liste chronologique des édits et ordonnances des Pays-Bas. Règne de Charles-Quint (1506-1555) et Su (...)

11Trois moments particulièrement difficiles sont à épingler, les années 1521, 1524 et 1531 (graphique 2). À chaque fois, l’indice du froment est multiplié par 1,5 au moins par rapport à la période de 1515 à 1517. Souvent même il frôle ou dépasse, comme à Dixmude, le cap des 200. L’activité législative en matière de mendicité et de vagabondage est à l’avenant, sept édits pour les années 1521-1525, quatre en 1531, seize au total si l’on remonte jusqu’à 151813. C’est dire l’acuité du problème, abordé ici sous l’angle répressif, mais celui-ci laisse augurer des déficiences du préventif, c’est-à-dire de l’adéquation de l’assistance aux besoins des nécessiteux. Toutefois, le but des autorités de l’époque n’était certes pas d’éradiquer la pauvreté mais bien de la contenir dans des limites acceptables, dans le but de protéger l’ordre social et d’assurer la régulation du marché du travail.

Graphique 2. Indices du prix froment à Anvers, Bruges et Dixmude 1515-1517 = 100

Graphique 2. Indices du prix froment à Anvers, Bruges et Dixmude 1515-1517 = 100
  • 14 SOLY, op. cit. ; p. 591-592 et 596.
  • 15 Sur les Casas de misericordia : Félix SANTOLARIA SIERRA, « Las casas de misericordia y su modelo in (...)
  • 16 SOLY, op. cit., p. 592 et 594 ; GUTTON, op. cit., p. 45.

12Beaucoup de villes sont confrontées au problème dans l’Europe d’autrefois, on l’a vu. Il n’est dès lors pas étonnant que toutes réagissent de manière fort semblable, par des mesures de police. Hugo Soly dénombre au moins cinquante cités à être dans ce cas pour la période allant de 1520 à 1550 : vingt dans les États allemands, quatorze dans les Pays-Bas, huit en France, six dans les cantons suisses et deux autres en Italie du Nord. Toutes les réformes reposent sur deux principes, l’interdiction stricte de la mendicité et l’obligation plus ou moins explicite de travailler. La période s’étendant de 1522 à 1535 témoigne de la plus grande activité dans le genre : trente-sept villes entreprennent une révision radicale de leur système d’assistance contre treize dans la suite14. En Espagne au contraire, les autorités ne vont guère au-delà d’une simple réglementation de la mendicité15. Le pays ne nourrit pas le même culte pour le travail que l’Europe du Nord-Ouest. Il ne dispose pas non plus de manufactures de grande importance16.

  • 17 Né en 1491 et décédé en 1547, devenu roi d’Angleterre en 1509 et d’Irlande en 1541 (The Dictionary (...)
  • 18 GEREMEK, op. cit., p. 195.

13Qu’il s’agisse de l’Angleterre d’Henri VIII17 en 1531 et 153518 ou des Pays-Bas de Charles Quint, l’intervention du pouvoir central est postérieure aux premières initiatives urbaines. Elle se borne à énoncer des principes dont la transposition dans la pratique est laissée aux soins des pouvoirs locaux. Tel est l’objet de l’édit impérial du 7 octobre 1531 dans les Pays-Bas. C’est la première tentative du prince pour organiser de manière uniforme l’attribution des secours dans les différentes principautés. Elle se traduit par l’interdiction absolue de la mendicité et l’obligation de centraliser les revenus destinés aux pauvres en une bourse commune. Des intendants de charité établiraient l’état des besoins et organiseraient la distribution des secours en argent ou en nature. Le dernier article de l’ordonnance autorise cependant les autorités locales à adapter au besoin ces directives générales à la réalité du terrain. C’est sans doute une preuve de bon sens. C’est aussi une concession prudente de la part d’un souverain habile qui connaît le poids des usages dans une société coutumière et ne veut donc pas heurter ses sujets de front. C’est de la même manière, en ménageant les apparences et les personnes qu’il avait fait accepter, six jours plus tôt, la réforme fondamentale des institutions centrales en imposant trois conseils, le Conseil d’État, le Conseil privé et le Conseil des finances.

  • 19 Paul BONENFANT, « Les origines et le caractère de la réforme de la bienfaisance sous le règne de Ch (...)

14Dans le domaine de l’assistance, l’Empereur se borne à imposer la généralisation d’un système déjà éprouvé dans certains villes de ses Pays-Bas. Sa source d’inspiration, qui ne fut cependant pas unique, serait le règlement promulgué par la ville d’Ypres le 3 décembre 152519. Cette attribution flatteuse repose sur une mise en évidence particulière, liée à la fois aux circonstances du temps et à une historiographie qui ne fut pas toujours complètement insensible à l’esprit de clocher.

  • 20 Alain LOTTIN et Philippe GUIGNET, Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la R (...)

15Mais comment le règlement yprois vit-il le jour ? N’est-ce pas simplement une adaptation d’une réalité ancienne, existant déjà parfois même sous les vocables nouvellement employés. Ainsi, à Lille, dès 1507, un grand marchand proposait l’instauration d’une bourse commune20, établie sur le modèle d’une institution anversoise dont l’existence officielle avait été consacrée en 1458. À Mons, dès 1318, tous les organismes d’assistance étaient placés sous l’administration unique de trois délégués du Magistrat. Dans ces exemples, comme dans d’autres qui pourraient être alignés, une différence fondamentale est cependant à relever. Ces institutions ne supplantent pas les fondations existantes, elles s’y ajoutent. De plus, l’interdiction absolue de la mendicité n’est jamais proclamée à l’occasion de leur mise en fonction.

  • 21 Voir notamment : Alain GUY, Vivès, Paris, Seghers, 1972 ; Joan Lluis Vives l’européen 1492-1540, re (...)
  • 22 Une deuxième édition parut à Bruges en septembre 1526, d’autres virent le jour à Paris (1530), Lyon (...)
  • 23 Marcel BATAILLON, « J-L. Vivès, réformateur de la bienfaisance », Bibliothèque d’humanisme et de Re (...)
  • 24 Saint, humaniste et juriste, né en 1478 et décédé en 1535. Chancelier d’Angleterre en 1529 (Diction (...)
  • 25 Marie Ier Tudor (1516-1558), reine d’Angleterre et d’Irlande (1553-1558), fille de Henri VIII et de (...)

16Deuxième hypothèse : un courant aujourd’hui dépassé attribuait la paternité de la réforme à la personne du grand humaniste Vivès21. Après des études à Paris puis à Louvain, où il s’était lié d’amitié avec Érasme, il était venu se fixer définitivement à Bruges. À la demande, en 1523, du grand bailli de cette ville, il y écrivit son De subventione pauperum22. C’est l’œuvre d’un moraliste qui, dans la seconde partie de son livre, aborde plus brièvement les conséquences pratiques23. Vivès avait déjà été sensibilisé à cette question à la faveur des famines en Espagne en 1522-1523. Elle fit aussi l’objet de conversations avec ses amis, dont Thomas More24, lors de ses séjours en Angleterre, où il fut le précepteur de Marie Tudor25. Dès 1516, dans son Utopia, ce dernier prônait l’interdiction de la mendicité et l’obligation du travail pour toutes les personnes valides.

  • 26 Constant MATHEEUSSEN, Quelques remarques sur le subventione pauperum, in Jozef IJSEWIJN et Angel LO (...)

17Dans cette hypothèse, il y a au premier chef une impossibilité chronologique. En effet, la dédicace de Vivès est datée du 6 janvier 1526. Or la réforme yproise fut élaborée entre le 31 octobre et le 29 novembre 1525 et le règlement, rappelons-le, est daté lui du 3 décembre 1525. Toutefois, firent remarquer certains, l’achevé d’imprimer de l’éditeur brugeois fait état du seizième jour avant les calendes d’avril 1525 soit le 17 mars de cette année. La contradiction s’explique : à l’époque le style de Pâques est toujours employé en Flandre, en concurrence avec le style de la circoncision. Il faut donc lire 17 mars 1526, nouveau style26. Sans doute Vivès aurait-il pu avoir des échanges verbaux ou épistolaires avec le Magistrat d’Ypres, mais rien dans les archives de cette ville n’offre le moindre bout de piste à ce propos.

18D’autres arguments sont tout aussi convaincants : le règlement d’Ypres et la solution prônée par l’humaniste s’écartent sur des points qui ne sont pas accessoires. Vivès, entre autres considérations, affirme le principe de l’obligation pour une cité de secourir ses pauvres et de veiller à l’éducation de leurs enfants. Il souligne aussi la nécessité d’une entente entre les différentes fondations charitables. Mais selon lui, le Magistrat doit non seulement inciter les mendiants valides au travail en leur refusant l’aumône et en leur interdisant la mendicité, mais il doit aussi leur procurer un gagne-pain et veiller à l’ouverture d’écoles pour instruire les enfants pauvres. L’humaniste n’évoque pas l’interdiction absolue de la mendicité. Sur les modalités pratiques d’application, il demeure relativement vague. Il se préoccupe surtout de l’aspect moral, souhaite que des censeurs surveillent la vie et la conduite des pauvres. Il entend maintenir strictement la liberté de faire l’aumône, il repousse l’établissement d’une taxe des pauvres, il proscrit les collectes et les quêtes. Il craint même d’avoir trop d’argent. Tout au plus admet-il, en cas de nécessité, le placement temporaire de troncs dans les églises. Enfin, il condamne l’intervention de l’Église dans l’œuvre de bienfaisance, tout en comptant sur les ressources des richissimes abbayes, dont l’autorité civile devrait pouvoir disposer en cas de besoin. Il ne se prononce toutefois pas sur une éventuelle sécularisation de leurs biens au nom de l’intérêt public. Au contraire, le Magistrat d’Ypres invite le clergé local à inciter les bourgeois à soutenir avec générosité l’aumône urbaine. Le règlement de cette dernière résultait d’ailleurs de la collaboration entre laïcs et clercs.

  • 27 Paul HEUPGEN, Documents relatifs à la réglementation de l’assistance publique à Mons du XVe au XVII (...)
  • 28 Harold J. GRIMM, Luther’s contributions to sixteenth-century organization of poor-relief, in Archiv (...)
  • 29 Cf. Georges LIVET et Francis RAPP (dir.), Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbou (...)

19Il reste donc à chercher le modèle ailleurs. Il se trouve à Mons. Dès le 31 janvier 1525, la capitale du Hainaut, avait arrêté les dispositions qui furent reprises par la ville flamande27. Mais l’hypothèse de l’origine allemande de l’archétype doit être retenue. La parenté avec les ordonnances de Nuremberg, de juillet 152228, et de Strasbourg, d’août 152329, est manifeste. Elle l’est davantage encore si l’on compare à ces deux textes l’ensemble des règlements édictés dans les villes des Pays-Bas, Mons, Ypres, Lille, et l’ordonnance impériale de 1531. De manière générale, la réforme introduite dans la ville bavaroise bénéficia d’une publicité certaine. Elle y avait été introduite peu après la tenue d’une session de la Diète impériale. Il est vrai que les tentatives de l’autorité pour protéger les princes et les autres grands des importunités des mendiants n’avaient pas été suffisamment couronnées de succès.

  • 30 Gérard MOREAU, « La réforme dans le Hainaut et le Tournaisis », Bulletin de la Société d’histoire d (...)

20Dans le cas des Pays-Bas, les courants commerciaux avec l’Empire et, en matière religieuse, le développement de la Réforme ont constitué de puissants vecteurs pour la circulation des idées. Les marchands allemands venant commercer à Anvers contribuaient à diffuser la pensée luthérienne. Parmi leurs confrères des Pays-Bas qui fréquentaient la place, nombreux étaient les négociants issus du comté de Hainaut ou de Tournai. Ceux-ci ramenaient de leurs voyages dans la cité portuaire des écrits qu’ils s’empressaient de faire traduire en français et de diffuser30. D’autre part les Augustins d’Anvers entretenaient également des relations nourries avec leurs confrères de Wittemberg. Dès 1524, un moine hennuyer établi dans cette dernière ville y traduisait des textes relatifs à la nouvelle doctrine et les faisait imprimer à Strasbourg.

  • 31 Aline GOOSENS, Les inquisitions modernes dans les Pays-Bas méridionaux, 1520-1633, t. I, Bruxelles, (...)
  • 32 Léon Ernest. HALKIN, « Protestants des Pays-Bas et de la principauté de Liège réfugiés à Strasbourg (...)

21L’interdiction des écrits de Luther en 1519 et une première ordonnance, promulguée l’année suivante, ne suffirent pas à arrêter le courant. L’édit de Worms de 1521 prévoyait la confiscation des biens des contrevenants et la mise de ceux-ci au ban de l’Empire. Simultanément Charles Quint tentait, sans succès, d’instituer une inquisition d’État ; mais, dès 1523, le soin des poursuites fut abandonné à des inquisiteurs ecclésiastiques31. Il ne restait plus aux dissidents qu’à mourir pour leur foi ou à se résoudre à prendre le chemin de l’exil. Dans un premier temps, de 1522 à 1544 environ, ces départs sont plutôt le fait d’individus isolés, principalement des prêtres, des moines et des intellectuels laïcs. Strasbourg, géographiquement bien située, offre un havre généreux aux réfugiés des Pays-Bas et de la principauté de Liège. Les premiers s’y sont fixés dès 1525 et ce n’est évidemment pas un hasard32. Outre la réputation de la riche et tolérante cité, les relations personnelles et les échanges épistolaires avaient dû préparer au préalable le terrain.

  • 33 BONENFANT, op. cit., p. 225-226 ; Jean-Pierre GUTTON, La Société et les Pauvres. L’exemple de la gé (...)

22À part Nuremberg et Strasbourg ou plus largement l’Empire, d’autres influences étrangères semblent exclues. Dans le royaume de France, l’établissement d’institutions analogues est légèrement plus tardif. Dijon crée une Chambre des pauvres en 1528 ; Troyes met sur pied une Aumône générale en 1529 ; Lyon ouvre en 1531 un Bureau temporaire de l’Aumône, qui deviendra permanent en 1534. Paris avait suivi dès 1532. En Angleterre, les « common boxes » sont instaurées seulement dans les années 1534-153533.

  • 34 GEREMEK, op. cit., p. 161 ; GUTTON , 2003, op. cit., p. 42 ; SOLY, op. cit., p. 584-585.
  • 35 Miriam Usher CHRISMAN, Strasbourg and the Reform : a study in the process of change, New Haven et L (...)

23Lier absolument la réforme de l’assistance à la question religieuse, en se focalisant sur l’opposition entre la pensée et l’action des humanistes chrétiens et des réformateurs, est sans doute une vue réductrice34. D’autant plus qu’en la matière, les idées des uns et des autres sont proches. Elles ont germé dans le même terreau culturel. Thomas More (1516), Erasme dans un de ses Colloquia (1524) ou Vivès (1526) agissent en moralistes. Ils sont vraisemblablement influencés par les idées véhiculées dans leur milieu ambiant qu’ils combinent avec une réflexion personnelle et, à leur tour, leurs écrits ne sont pas sans répercussion dans la société. Mais ils sont plus naturellement soucieux de développer une argumentation que de proposer le détail d’un plan pratique. Cette dernière préoccupation est le fait de « gens de terrain » pour lesquels probablement l’efficacité prime sur l’idéologie. Confrontés au problème aigu qui frappe leur ville et qui est loin d’être spécifique, ils s’informent des mesures concrètes qui pourraient être prises avec succès. Tel est bien le cas à Strasbourg, où le Conseil se préoccupe du problème dès les années 1411-1414. Il arrête que les pauvres en état de travailler sont tenus de le faire et ne peuvent solliciter l’aumône. La question est remise sur le tapis un siècle plus tard, en novembre 1522. Un comité est alors constitué pour faire des propositions sur le sujet35. Les solutions dans l’esprit du temps ne sont d’ailleurs pas légion. Y a-t-il d’autre choix pragmatique que d’imiter, en l’adaptant aux circonstances locales, la voie qui ailleurs semble salvatrice ? Et cette adaptation peut consister en une épuration des éléments qui heurterait les principes religieux.

  • 36 De même, en 1599, un réformateur espagnol voit sa loi sur les pauvres frappée de discrédit car elle (...)
  • 37 GRIMM, op. cit., pp. 222-234.

24Le clergé catholique se devait de faire preuve d’une grande vigilance, particulièrement dans le contexte de l’époque, à l’égard de toute menace contre l’orthodoxie. D’autres mobiles pouvaient se joindre, en partage ou non, à cette préoccupation. Ils relèveraient par exemple de la protection de la sphère d’influence ou d’intérêts matériels. Ainsi, à peine promulguée, la réforme yproise suscite une violente opposition de la part des ordres mendiants, au contraire du clergé séculier. Ils ne dénient toutefois pas au Magistrat le droit de concourir avec eux au secours des pauvres. Sans doute sera-t-on tenté de conclure que la source de leurs protestations réside dans le préjudice probable qu’allait leur causer l’interdiction de la mendicité. Loin d’avancer naturellement d’inavouables préoccupations, les religieux fondent leurs protestations sur l’introduction, à la faveur de la réforme, de principes luthériens36. Ce fut en effet la propagande protestante qui serait à la source des deux principes du règlement de Nuremberg, l’interdiction totale de la mendicité et la centralisation de tous les secours par l’établissement d’une œuvre nouvelle. Dans cette ville, toujours officiellement catholique jusqu’en mars 1525, le texte n’est toutefois qu’un compromis, où le caractère luthérien se marque discrètement, de manière bien moins radicale que dans les villes saxonnes, directement soumises à l’influence du réformateur. Dans celles-ci, la bienfaisance est une branche de l’administration ecclésiastique de l’Église réformée. Dès 1521, soit un an avant le règlement de Nuremberg, un changement radical en ce sens avait été introduit à Wittenberg37.

  • 38 GUTTON, 2003, op. cit., pp. 250-251, en développe la teneur.

25Pour se défendre de l’accusation des moines, le Magistrat d’Ypres soumit son plan à la censure de la faculté de théologie de l’université de Paris. La Sorbonne rendit un avis favorable le 16 janvier 153138. Forts de cette caution et de l’approbation de l’Empereur, le 6 mai suivant, les édiles s’empressèrent de publier dans la capitale française les grandes lignes de leur plan, en latin d’abord puis en français. Cette diffusion par l’imprimé et la parution de divers libelles qu’elle suscita assurèrent à la réforme d’Ypres une célébrité dont ne bénéficièrent pas les autres cités.

  • 39 LOTTIN et GUIGNET, op. cit., p. 34-35 ; TRENARD, op. cit., p. 63-64 ; Henri PLATELLE (dir.), Histoi (...)

26C’est dans ces règlements dont Vivès n’ignorait pas l’existence, du fait de ses relations suivies avec l’Allemagne, qu’il puisa sans doute l’information nécessaire à sa réflexion. Ceci explique aussi les similitudes entre ses propositions et les ordonnances de Mons et d’Ypres. Sous son influence sans doute et celle de son commanditaire, le grand bailli de Bruges, cette dernière ville s’engagea en 1526, l’année même du De Subventione pauperum, dans une réforme au demeurant mal connue. L’année suivante, Lille s’inspirait du modèle yprois. En 1529, ce fut le tour d’Audenarde et enfin, de Valenciennes, le 28 mars 1531, soit quelques mois avant la promulgation de l’édit impérial39.

Tableau n° 3. Chronologie de la réforme de l’assistance

Mons

1525

31 janvier

Ypres

3 décembre

Bruges

1526

Lille

1527

Audenarde

1529

Valenciennes

1531

28 mars

Édit impérial

7 octobre

Tournai

15 octobre

Malines

15 octobre

Louvain

15 octobre

Bruxelles

1532

Gand

1535

Breda

1536

Anvers

1540

  • 40 Paul BONENFANT, La création à Bruxelles de la Suprême Charité, Annexe au rapport annuel de la Commi (...)

27Il reste à présent à se pencher sur les effets de celui-ci. La plupart des grandes villes aménagent leur organisation de la bienfaisance selon les directives nouvelles. C’est le cas à Tournai, Gand, Malines et Louvain. Bruxelles et Anvers montrent moins d’empressement à obtempérer40. Dans la capitale des Pays-Bas, l’édit est publié dans le mois, mais il n’est pas accompagné de mesures d’exécution. Ce n’est qu’après un rappel du Gouvernement que les autorités locales se bornent, en février puis en novembre 1532, à réglementer la mendicité au lieu de l’interdire purement et simplement. C’est la crainte de manquer de ressources en suffisance qui dicte cette attitude au magistrat. L’ordonnance, rapidement tombée en désuétude, doit être confirmée et aménagée quelques mois plus tard puis à nouveau en 1534. Les maîtres de charité se voient attribuer la police de la mendicité et la surveillance de la gestion de toutes les institutions d’assistance. C’est évidemment une source de conflits avec les administrateurs de celles-ci. À l’issue de diverses péripéties et interventions, l’ordonnance impériale de 1539 débouche sur un compromis et un recul manifeste par rapport aux intentions de 1531 : la réglementation de la mendicité remplace l’interdiction, le système de la bourse commune est abandonné. Cependant, les pouvoirs de contrôle des maîtres généraux sont confirmés. À Anvers, la réponse se fit attendre jusqu’en 1540 et l’exécution fut également imparfaite. La bourse commune ne fut jamais créée. Ici aussi, la résistance était menée par les responsables des fondations existantes.

28Dans les autres villes, même si la fronde est moins marquée, l’opposition des administrateurs des différentes fondations charitables est une cause non négligeable de l’échec de la réforme. L’opinion admet difficilement qu’en créant les bourses communes, on puisse faire fi des volontés exprimées par les fondateurs des différentes institutions caritatives. D’autres difficultés sont inhérentes au système lui-même. Les revenus des fondations, grossis du produit des aumônes et des quêtes, devaient en principe suffire à rencontrer les besoins des nécessiteux. Ce ne fut pas le cas et rien n’avait été prévu pour couvrir un manque de ressources éventuel, ni une taxe, par définition impopulaire, au profit des pauvres, ni un subside de la caisse communale, ni une intervention du pouvoir central. À titre accessoire, la diversité des règles fixant le domicile de secours d’une part et, d’autre part, le recours habituel au bannissement comme sanction pénale, ces deux éléments avaient pour effet d’accroître la mobilité sinon l’errance d’une population vagabonde. En chassant les indésirables de ses murs, chaque ville entendait contribuer à assainir sa propre situation ; mais la pratique étant générale, chacune accueillait subrepticement malgré elle les exclus des cités voisines.

  • 41 Tweede Placaet-bouck […] van Vlaendren, t. II, Gand, Anna vanden Steene, 1629, p. 131.
  • 42 Paul BONENFANT, 1934, op. cit., p. 326-407.

29De dérive en dérive, les habitudes anciennes reprirent le dessus. En 1556, Philippe II est dès lors contraint de tolérer à nouveau officiellement la mendicité41. La page est ainsi tournée jusque dans les années 1770 où l’idée d’une aumône générale resurgit sous la plume d’un philanthrope, adepte des physiocrates et de l’Encyclopédie. Il vante le modèle appliqué dans la petite ville d’Yverdon en Suisse. Échevin d’Ath, il implante le système dans sa modeste cité. Conscient des erreurs du passé, il prône l’établissement d’une taxe municipale pour combler le prévisible déficit. Il ne ménage pas ses efforts pour convaincre d’autres magistrats urbains de suivre son exemple. Toutefois, dans les quelques endroits où le blé lève, la récolte paraît vite compromise. La réforme vivote à coup d’expédients jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Les mêmes causes ont produit les mêmes effets42.

Bibliographie

BATAILLON Marcel. J-L Vivès, réformateur de la bienfaisance. In Bibliothèque d’humanisme et de Renaissance, 1952, t. XIV, p. 141-158.

BONENFANT Paul. La création à Bruxelles de la Suprême Charité. Bruxelles : Imprimerie Coenen, 1930.

BONENFANT Paul, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l’Ancien Régime, Bruxelles : Académie royale de Belgique, 1934.

BRUNEEL Claude. Un épisode de la lutte contre la mendicité et le vagabondage. La maison de correction (Tuchthuys) de Bruxelles. In Cahiers bruxellois, 1966, t. XI, p. 29-72.

CAVILLAC Michel, ALVAR EZQUERRA Alfredo, FRAILE DE MENDI-GUREN Pedro, GUTTON Jean-Pierre, SALA Raymond, SANTOLARIA SIERRA Félix. Miquel de Giginta, chanoine d’Elne. Perpignan : Éditions des Estivales de Perpignan, 2003.

CHRISMAN Miriam Usher. Strasbourg and the Reform : a study in the process of change. New Haven, Londres : Yale University Press, 1967.

FONTAN Antonio. Juan Luis Vives (1492-1540) humanista, filósofo, politico. Valence : Ajuntament de València, 1992.

GEREMEK Bronisław, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours. Paris : Gallimard, 1987.

GRIMM Harold J. Luther’s contribution to sixteenth-century organisation of poor-relief. In Archiv für Reformationgeschichte, 1970, t. LXI, p. 222-234.

GUIGNET Philippe. Le traitement social du paupérisme au miroir de l’humanisme érasmien. Relectures du De subventione pauperum de Juan Luis Vivès. In LE PAGE Dominique, Mélanges offerts à Madame Christine Lamarre, Sous presse.

GUTTON Jean-Pierre. La Société et ses pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789. Lyon : Bibliothèque de la faculté des lettres et sciences humaines, 1971.

GUY Alain, Vivès, Paris : Seghers, 1972.

IJSEWIJN Jozef, LOSADA Angel (dir.). Erasmus in Hispania, Vives in Belgio : acta colloquii Brugenis 23-26/X/1985, Louvain : 1986.

LIVET Georges, RAPP Francis (dir.). Strasbourg au cœur religieux du XVIème siècle. Hommage à Lucien Febvre. Strasbourg : Société savante d’Alsace et des régions de l’Est, Collection Grandes publications, 1977.

LOTTIN Alain. Réforme, assistance, instruction : les fondations des marchands Déliot à Lille au XVIe Siècle. In CHRISTIN Olivier et HOURS Bernard (dir.). Enfance, assistance et religion. [Mélanges Jean-Pierre Gutton]. Lyon : R.E.S.E.A., 2006, p. 239-258 (Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n° 4).

LOTTIN Alain, GUIGNET Philippe. Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolution française (1500-1789). Arras : Artois presse Université, 2006.

MARIN IBAÑEZ Ricardo. Juan Luis Vives (1492 ? - 1540). In Perspectives. Revue trimestrielle d’éducation comparée, Paris : UNESCO, 1994, t. XXXIV, p. 775-792.

PÉREZ Joseph. Charles Quint, empereur des deux mondes. Paris : Gallimard, 2004.

PIRENNE Henri. Une crise industrielle au XVIè Siècle. La draperie urbaine et la nouvelle draperie en Flandre. In Bulletins de la classe des Lettres et des Sciences morales et politiques et de la classe des Beaux-Arts, Académie royale de Belgique, 1905, p. 489-519.

SCHOLLIERS Étienne. Le pouvoir d’achat dans les Pays-Bas au XVIè Siècle. In Album Charles Verlinden, Gand : 1975, p. 305-319.

SOLY Hugo (dir.). Charles Quint 1500-1558, l’empereur et son temps. Anvers : Fonds Mercator, 1999.

SOLY Hugo. Economische ontwikkeling en sociale politiek in Europa tijdens de overgang van de middeleeuwen naar nieuwe tijden. In Tijdschrift voor Geschiedenis, 1978, t. LXXXVIII, p. 584-597.

TERLINDEN Charles. Carolus Quintus. Charles Quint, empereur des deux mondes. Paris : Desclée de Brouwer, 1965.

VAN DER WEE Herman. Prijzen en lonen als ontwikkelingsvariabelen. Een vergelijkend onderzoek tussen Engeland en de Zuidelijke Nederlanden, 1400-1700. In Album Charles Verlinden, Gand : 1975, p. 413-447.

VIVES Juan-Luis. De l’assistance aux pauvres. Bruxelles : Éditions Valéro et fils, 1943 (1ère éd. Bruges : 1526).

Notes

1 À l’exception de la principauté épiscopale de Liège.

2 Roi d’Espagne et empereur d’Allemagne (Gand, 1500 – Yuste, 1558), il a été souverain des Pays-Bas de 1506 à 1555.

3 Sur ces questions : Charles TERLINDEN, Carolus Quintus, Paris, Desclée De Brouwer, 1965 ; Hugo SOLY (dir.), Charles Quint 1500-1558 : l’empereur et son temps, Anvers, Fonds Mercator, 1999 ; Pierre CHAUNU et Michèle ESCAMILLA, Charles Quint, Paris, Fayard, 2000 ; Joseph PÉREZ, Charles Quint. Empereur des deux mondes, Paris, Gallimard, 2004.

4 Placcaeten ende ordonnantien van de hertoghen van Brabant, t. IV, Bruxelles : Marcel Anthoon Velpius, 1677, p. 394-405, articles XXIV-XXXIII.

5 Paul BONENFANT, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l’Ancien Régime, Bruxelles : Palais des Académies, 1934, p. 249-307 (Académie royale de Belgique. Classe des Lettres, Mémoires, collection in-8°, t. XXXV). En réalité, des initiatives analogues mais sans lendemain sont prises au début du XVIIe Siècle par quelques villes, à l’imitation de l’Angleterre et surtout des Provinces-Unies. Tel est le cas à Anvers, Bruxelles, Gand. Faute de moyens financiers suffisants et victimes de leur taille trop modeste, ces établissements se bornèrent rapidement à ne plus accueillir que de jeunes débauchés. L’expérience, renouvelée au début du siècle suivant, aboutit à nouveau à un échec (Claude BRUNEEL, Un épisode de la lutte contre la mendicité et le vagabondage. La maison de correction (Tuchthuys) de Bruxelles, Cahiers bruxellois, t. XI, 1966, p. 29-72).

6 Joseph LAENEN, Introduction à l’histoire paroissiale du diocèse de Malines. Les institutions, Bruxelles, Librairie Albert Dewit, 1924, p. 199-211.

7 Jean-Pierre GUTTON, « L’Europe du XVIe Siècle et la pauvreté », in Miquel de Giginta, chanoine d’Elne, Éditions des Estivales de Perpignan, 2003, p. 39-40.

8 Cité d’après Hugo SOLY, « Economische ontwikkeling en sociale politiek in Europa tijdens de overgang van de middeleeuwen naar nieuwe tijden”, in Tijdschrift voor Geschiedenis, t. LXXXVIII, 1975, p. 585.

9 Bronisław GEREMEK, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du moyen âge à nos jours, Paris, Gallimard, 1987, p. 160-164 et SOLY, 1975, op. cit., p. 585-588.

10 Henri PIRENNE, « Une crise industrielle au XVIe Siècle. La draperie urbaine et la “nouvelle draperie” en Flandre », Bulletins de la classe des Lettres et des Sciences morales et politiques et de la classe des Beaux-Arts, Bruxelles : Académie royale de Belgique, 1905, p. 496-503, p. 507-508 et p. 513
Hugo SOLY, « Le grand essor du capitalisme commercial : villes et campagnes », in Els WITTE (dir.), Histoire de Flandre des origines à nos jours, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1983, p. 105-109.

11 Calculé d’après Charles VERLINDEN et Jan CRAEYBECKX, in Dokumenten voor de geschiedenis van prijzen en lonen in Vlaanderen en Brabant, Bruges, De Tempel, 1959, t. I, p. 59 et p. 253 ; t. II A, 1965, p. 36 (Rijksuniversiteit te Gent. Werken uitgegeven door de faculteit van de letteren en wijsbegeerte, n° 125 et 136). Pour Lille, Louis TRENARD (dir.), Histoire de Lille de Charles Quint à la conquête française (1500-1715), Toulouse, Privat, 1981, p. 43-45 et p. 62.

12 Étienne SCHOLLIERS, « Le pouvoir d’achat dans les Pays-Bas au XVIe Siècle », in Album Charles Verlinden, Gand, s. n., 1975, p. 305-319.
Herman VAN DER WEE, Prijzen en lonen als ontwikkelingsvariabelen. Een vergelijkend onderzoek tussen Engeland en de Zuidelijke Nederlanden, 1400-1700, in ibid., p. 436-441.

13 Liste chronologique des édits et ordonnances des Pays-Bas. Règne de Charles-Quint (1506-1555) et Supplément, Bruxelles, Fr. Gobbaerts, 1885-1890 (Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances).

14 SOLY, op. cit. ; p. 591-592 et 596.

15 Sur les Casas de misericordia : Félix SANTOLARIA SIERRA, « Las casas de misericordia y su modelo institucional », in Miquel de Giginta, Canónigo de Elna, Perpignan, 2003, pp. 11-31.

16 SOLY, op. cit., p. 592 et 594 ; GUTTON, op. cit., p. 45.

17 Né en 1491 et décédé en 1547, devenu roi d’Angleterre en 1509 et d’Irlande en 1541 (The Dictionary of National Biography from the earliest times to 1900, t. IX, Londres, Oxford University Press, 1917, pp. 527-545).

18 GEREMEK, op. cit., p. 195.

19 Paul BONENFANT, « Les origines et le caractère de la réforme de la bienfaisance sous le règne de Charles-Quint », Revue belge de philologie et d’histoire, t. V, 1926, pp. 887-904 et t. VI, 1927, p. 207-230.
Alfred COPIN, « Aspects de l’assistance publique aux Pays-Bas du XVIe au XVIIIe Siècle », Bulletin trimestriel du Crédit communal, n ° 62, octobre 1962, p. 219-224.

20 Alain LOTTIN et Philippe GUIGNET, Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Arras, Artois presse Université, 2006, p. 34 ; TRENARD, op. cit., p. 61.

21 Voir notamment : Alain GUY, Vivès, Paris, Seghers, 1972 ; Joan Lluis Vives l’européen 1492-1540, rencontre autour d’un humaniste, Perpignan, L’indépendant, 1995 ; Antonio FONTAN, Juan Luis Vives (1492-1540) humanista, filósofo, politico, Ajuntament de València, 1992 ; Ricardo MARIN IBAÑEZ, Juan Luis Vives (1492 ?-1540), in Perspectives, revue trimestrielle d’éducation comparée, Paris, UNESCO, t. XXXIV, 1994, p. 775-792 ; Hendrik BRUGMAN, Juan Luis Vives, in Jozef IJSEWIJN et Angel LOSADA, Erasmus in Hispania, Vives in Belgio, acta colloquii Brugensis 23-26/X/1985, Louvain, 1986, p. 5-14.

22 Une deuxième édition parut à Bruges en septembre 1526, d’autres virent le jour à Paris (1530), Lyon (1532), Anvers (1533), Venise (1545). Voir aussi : Juan Luis VIVES, De l’assistance aux pauvres (trad. Ricardo Aznar Casanova et Léopold Caby), Bruxelles, Éditions Valero et fils, 1943 ; De subventione pauperum (Introduzione, testo e appendice a cura di Armando Saitta, Florence, La nuova italia, 1973) ; De subventione pauperum sive de humanis necessitatibus. Libri II : introduction, critical edition, translation and notes (ed. par Constant MATHEEUSSEN and Charles FANTAZZI, Leiden et Boston, Brill, 2002).

23 Marcel BATAILLON, « J-L. Vivès, réformateur de la bienfaisance », Bibliothèque d’humanisme et de Renaissance, t. XIV, Mélanges Augustin Renaudet, 1952, p. 141-158.

24 Saint, humaniste et juriste, né en 1478 et décédé en 1535. Chancelier d’Angleterre en 1529 (Dictionary of national Biography, t. XIII, p. 876-896).

25 Marie Ier Tudor (1516-1558), reine d’Angleterre et d’Irlande (1553-1558), fille de Henri VIII et de Catherine d’Aragon (voir Ibid., t. XII, pp. 1218-1239).

26 Constant MATHEEUSSEN, Quelques remarques sur le subventione pauperum, in Jozef IJSEWIJN et Angel LOSADA, op. cit., p. 87-89.

27 Paul HEUPGEN, Documents relatifs à la réglementation de l’assistance publique à Mons du XVe au XVIIIe Siècle, Bruxelles, M. Lamertin, 1929, p. 7 (Commission royale d’Histoire, coll. in-8°) ; NOLF, op. cit., p. 1-8.

28 Harold J. GRIMM, Luther’s contributions to sixteenth-century organization of poor-relief, in Archiv für Reformationgeschichte, t. LXI, 1970, p. 222-234 et tout particulièrement p. 229-232.

29 Cf. Georges LIVET et Francis RAPP (dir.), Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, 1981, t. II., p. 379-380.

30 Gérard MOREAU, « La réforme dans le Hainaut et le Tournaisis », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, 3e série, juin 1949, p. 410 ; Gérard MOREAU, Histoire du Protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas, Paris, 1962, p. 58-63 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, fascicule CLXVII).

31 Aline GOOSENS, Les inquisitions modernes dans les Pays-Bas méridionaux, 1520-1633, t. I, Bruxelles, 1997, p. 47-50.

32 Léon Ernest. HALKIN, « Protestants des Pays-Bas et de la principauté de Liège réfugiés à Strasbourg », in Georges LIVET et Francis RAPP, Strasbourg au cœur religieux du XVIe Siècle. Hommage à Lucien Febvre, Société savante d’Alsace et des Régions de l’Est. 1977, t. XII, p. 297-298 ; Émile Michel BRAEKMAN, Le protestantisme belge au XVIe Siècle. Belgique, Nord de la France, Refuge, Carrières-sous-Poissy, 1997, p. 62-64.

33 BONENFANT, op. cit., p. 225-226 ; Jean-Pierre GUTTON, La Société et les Pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, 1971, p. 266-275.

34 GEREMEK, op. cit., p. 161 ; GUTTON , 2003, op. cit., p. 42 ; SOLY, op. cit., p. 584-585.

35 Miriam Usher CHRISMAN, Strasbourg and the Reform : a study in the process of change, New Haven et Londres, Yale University Press, 1967, p. 276-279.

36 De même, en 1599, un réformateur espagnol voit sa loi sur les pauvres frappée de discrédit car elle est « inventée par les Anglais et des gens aujourd’hui oublieux de la parole divine » (Voir Michel CAVILLAC in Miquel de Giginta, Chanoine d’Elne, 2003, p. 22).

37 GRIMM, op. cit., pp. 222-234.

38 GUTTON, 2003, op. cit., pp. 250-251, en développe la teneur.

39 LOTTIN et GUIGNET, op. cit., p. 34-35 ; TRENARD, op. cit., p. 63-64 ; Henri PLATELLE (dir.), Histoire de Valenciennes, Arras, Presses Universitaires de Lille, 1982, p. 97.

40 Paul BONENFANT, La création à Bruxelles de la Suprême Charité, Annexe au rapport annuel de la Commission d’assistance publique de la Ville de Bruxelles pour 1928, Bruxelles, Imp. Coenen, 1930, p. 7-18.

41 Tweede Placaet-bouck […] van Vlaendren, t. II, Gand, Anna vanden Steene, 1629, p. 131.

42 Paul BONENFANT, 1934, op. cit., p. 326-407.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau n° 1. Estimation de la population des principaux centres urbains des Pays-Bas vers l’an 1500 (en nombre d’habitants)
Légende Source : Bairoch Paul, Batou Jean, Chèvre Pierre, La population des villes européennes. Banque de données et analyse sommaire des résultats, 800-1850, Genève, Droz, 1988
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau n° 2. Évolution du prix du froment sur les marchés flamands de Bruges et de Dixmude et sur le marché brabançon d’Anvers11 (indices : 1515-1517 = 100)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 1. Évolution du coût des biens de consommation en Brabant (indices) 1515-1517 = 100
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 2. Indices du prix froment à Anvers, Bruges et Dixmude 1515-1517 = 100
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteur

Professeur émérite de l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) et vice-président de la Commission royale d’Histoire de Belgique. Ses recherches portent principalement sur l’histoire institutionnelle et sociale, particulièrement au XVIIIe siècle. Soutenue en 1977, sa thèse de doctorat avait pour objet la mortalité dans les campagnes du duché de Brabant aux XVIIe et XVIIIe siècles. Par la suite, Claude Bruneel a notamment dirigé, avec Philippe Godding et Fred Stevens, l’ouvrage collectif Le notariat en Belgique du Moyen Âge à nos jours, paru à Bruxelles en 1998. Auteur d’un répertoire intitulé Les grands commis du gouvernement des Pays-Bas autrichiens. Dictionnaire biographique du personnel des institutions centrales (Bruxelles : 2001), qu’il a élaboré avec Jean-Paul Hoyois et Claude Moreau de Gerbehaye, Claude Bruneel a étudié l’histoire de l’ancienne université de Louvain. Il a enfin assumé l’édition, avec Philippe Guignet, Jean-Marie Duvosquel et René Vermeir, des actes d’un colloque portant sur le rayonnement international des Pays-Bas méridionaux au début du XVIIe siècle

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search