Version classiqueVersion mobile

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

L’évêché d’Elne au temps de Giginta (v. 1534 - v. 1588)

Emmanuelle Rebardy-Julia

Texte intégral

1Nous trouvons peu de traces dans les archives ecclésiastiques des Archives départementales de Miquel de Giginta i d’Oms. Il existe bien un autre Miquel de Giginta, un oncle du « chanoine des pauvres », vicaire général de l’évêque Miquel Despuig (1545-1553). Les liens de Giginta avec le Roussillon, par absence de sources, semblent parfois distants, bien que jusqu’à l’âge de 40 ans, il ait vécu à Perpignan et participé comme chanoine à la vie du diocèse d’Elne. Il s’agira donc ici, non de suivre le parcours en Roussillon de ce penseur original, mais à travers cette rapide histoire du diocèse d’Elne au temps de Giginta, de montrer quel a été le climat social, politique et religieux qui a présidé à sa formation empirique, dans ses années de jeunesse.

1. Une jeunesse roussillonnaise (1534-1555) La naissance d’une frontière d’Empire

  • 1 La fin août 1524 a vu l’arrivée du premier effectif militaire important avec des lansquenets allema (...)
  • 2 L’inquisiteur, Ferran de Lloaces, lance en 1528 des autodafe à Barcelone et il est accusé par l’arc (...)
  • 3 Inquisiteur général de 1547 à 1568, Fernando Valdes (1483-1568) dote l’Inquisition de structures mo (...)
  • 4 « Memoria de una gran persecucio tingueren los francesos en Catalunya. A setze de maig de l’any mil (...)

2Depuis le début du XVIe siècle, les attaques répétées des Français sous formes d’incursions limitées, ont amené l’Empereur Charles Quint, à faire entrer des troupes en Roussillon (1524). La présence de celles-ci a entraîné des troubles et des confrontations avec les populations1. Certaines mesures dans les années 1520, ont inquiété les Catalans, et en particulier la présence d’inquisiteurs sur la frontière2. La nomination à la tête de l’évêché d’Elne en 1529, de Fernando Valdes (1529-1530)3, le futur grand inquisiteur de Philippe II, coïncide avec des « persécutions » lancées contre les émigrés Français présents en Catalogne et essentiellement en Roussillon, épargnant seulement, « ceux qui sont mariés, les bergers et les curés ». Les émigrés français arrêtés, sont obligés de travailler aux drassanes (arsenaux) de Barcelone où la majorité « meurt… de peur », relèvent les Mémoires de Saint-Jacques4 de la ville de Perpignan.

3En 1530, Charles Quint laisse la régence à la reine Isabelle et nomme comme capitaine général des Comtés, le Navarrais Francés de Beaumont. Dès son arrivée en septembre 1530, Francés de Beaumont doit affronter les problèmes liés à la fermeture de la frontière à cause de la guerre, la colère des marchands roussillonnais et le problème du logement des gens de troupes chez les laïcs comme chez les ecclésiastiques. Il fait procéder à l’inventaire des dettes des soldats, Selon un rapport de Blasco Núñez Vela, ils vivaient dans la misère, sans artillerie, sans chevaux, et demeuraient dans des forteresses parce qu’ils n’avaient rien à manger.

  • 5 Girolamo Doria, évêque d’Elne de 1530-1532, décédé en 1558. De la famille génoise des Doria. Cardin (...)
  • 6 Informations recueillies in CASALS, op. cit.
  • 7 Le 21 juillet 1534, un nouvel évêque, Jaume Rich (1534-1535), apparenté à la famille Borgia par sa (...)

4La même année, la nomination au siège d’Elne de Girolamo Doria (1530-1532)5 renforce une nouvelle alliance génoise de l’Empereur mais elle précipite la réaction de l’Église catalane qui, aux Corts de 1533, dénonce la nomination d’évêques étrangers en Catalogne et les troubles causés par l’Inquisition6. Le 21 octobre 1531, l’inquisiteur Ferran de Lloaces a lancé un nouvel autodafé à Barcelone et a brûlé quatre autres sorcières. Le 8 septembre, l’évêque de Barcelone, Juan de Cardona (1531-1546) et ses conseillers forment une commission (3 théologiens, 6 canonistes) pour juger les actes de Lloaces, accusé de vouloir par ses arrestations soulever la ville. En juin 1533, alors que l’Empereur est à Monzon pour les Corts dels regnes de la Corona d’Aragó, les députés mettent en avant la dégradation de la situation économique, les difficultés en Méditerranée, le commerce avec la côte africaine qui périclite, l’absence de paiement de la taxe de 20 % sur l’entrée des draps en Sicile et à Naples, le problème de l’alliance génoise... Les députés insistent aussi sur le problème de l’Inquisition, sur celui de la nomination d’évêques étrangers qui ne résident pas sur place. La Cort propose de créer un tribunal des contrefaçons. À cette occasion, un conflit entre Perpignan et Barcelone éclate au grand jour : les constitutions sur le commerce et la contrebande, que réclame Barcelone, lèsent l’ensemble des intérêts roussillonnais liés au commerce avec le Languedoc. À la fin de la Cort, Charles Quint accepte cependant, sur le plan de la religion, d’accorder le principe de prélats catalans pour les évêchés catalans. La date de 1533 met fin temporairement et de manière relative dans l’évêché d’Elne, à un cycle d’évêques étrangers7.

La pression militaire (1534-1538)

  • 8 Les Mémoires de Saint-Jacques signalent à Barcelone, à la date du 29 juin, le départ de la flotte a (...)
  • 9 En 1535, la structure de gouvernement des Comtés repose désormais sur le capitaine général de Beaum (...)

5En 1534, alors que naît Miquel de Giginta, les impératifs militaires sont désormais prédominants en Roussillon. La campagne de Tunis (1535) entraîne un effort de guerre considérable à Barcelone8. Cette campagne doit freiner la piraterie barbaresque en Méditerranée mais elle ne résout pas le problème de la frontière des Comtés, toujours vulnérable en cas de conflit avec la France9. C’est le cas de 1536 à 1538, quand reprend la guerre. La mort du dernier héritier légitime des Sforza rouvre la question de Milan. François Ier fait valoir les droits de sa mère sur le duché de Savoie et les siens sur Milan. Une armée française prend possession de la Savoie et atteint le Piémont (février 1536). Charles Quint, qui revenant de Tunis, est choqué par le procédé, qu’il juge illégitime, mobilise plus de 60 000 hommes et s’engage en Provence, ouvrant également une possibilité de manœuvre conjuguée à partir du Roussillon. Le 26 juin 1536, Perpignan est sur la défensive dans la crainte d’une contre-offensive après l’échec impérial en Provence. En septembre 1536, 4000 soldats, 500 cavaliers se concentrent en Catalogne. Le 4 octobre 1536, l’invasion française survient avant l’arrivée des renforts mais il s’agit d’une incursion limitée. Le 6 octobre 1536, les 4000 hommes de Charles Quint entrent tout de même en Roussillon en occasionnant de multiples dégâts.

6La situation militaire confuse, la pression militaire particulièrement précoce, les exactions des militaires ont rendu le capitaine général du Roussillon, de Beaumont, particulièrement impopulaire. Les soldats vivent à crédit sur les populations ; leur solde étant toujours négative, le vol, les vexations, les meurtres, les bagarres entre civils et soldats, deviennent de plus en plus fréquents. En décembre 1536, 2000 soldats repartent en Italie avec Doria mais 1200 d’entre eux restent encore en Roussillon. En 1537, le village d’Ille est pillé par les Français alors que les travaux de fortification de Perpignan sont inachevés. Le 26 mai 1537, une nouvelle entrée des Français donne lieu à une escarmouche. Le gouverneur des Comtés Carles d’Oms, dénonce le comportement des soldats impériaux qui se comportent « com si Perpinyà fos terra enemiga » (comme si Perpignan était terre ennemie).

  • 10 CASALS, op. cit.

7Charles Quint envoie Pedro de Ávila superviser les travaux de fortification et ordonne de payer les troupes. De Beaumont multiplie les lettres contre les Catalans et contre les immigrés français. En février 1538, Charles Quint lui-même se porte sur la frontière et inspecte les places fortes. Il réside en Roussillon du samedi 16 février au 25 février 1538. Le 18 juin 1538, la trêve de Nice permet de retirer 1200 hommes des Comtés mais 1000 soldats restent encore dont 800 pour la seule citadelle de Perpignan10.

8Nous pouvons encore noter dans les années trente, une progression rapide du banditisme en Roussillon et un changement dans le comportement des bandolers ; les bandes se vendent désormais au plus offrant et agissent seules.

Les émeutes de 1539-1540

  • 11 CASALS, op. cit. et Mémoires de Saint-Jacques, op. cit.
  • 12 À la suite de l’assassinat d’un habitant par les troupes, les perpignanais se mobilisent. Le 17 jan (...)

9Giginta doit avoir 5 ou 6 ans quand éclatent les émeutes de 1539-1540 à Perpignan11. Une première émeute éclate en janvier 153912. La population marche sur la maison de Beaumont aux cris de « morin los Castellans ! » Le 7 juin 1539, une bagarre éclate porte d’Elne entre soldats et citadins. Pendant trois jours, la citadelle de Perpignan est assiégée par les Perpignanais qui attendent sa reddition par la faim et tirent sur la Citadelle à partir des clochers des églises, avec 4 pièces d’artillerie. Le 8 juin, la Citadelle réplique en tirant sur les clochers de la ville. Les Mémoires de Saint Jacques indiquent la présence de bregues (bagarres), au niveau de la porte d’Elne, entre soldats et muletiers, de 6 soldats blessés ; il en sera de même entre soldats et Perpignanais les jours suivants. L’artillerie du château bombardera la ville quand les Perpignanais assiègeront la forteresse. Il s’agit donc ici d’un avalot, d’un soulèvement, d’une émeute urbaine due à l’exaspération crée par la présence des troupes. L’arrivée du gouverneur Carles d’Oms, le 21 juin 1539, permet un retour au calme. La population de Perpignan devra cependant nourrir les troupes, recluses et menacées dans la Citadelle, jusqu’à l’arrivée de vivres de Castille.

  • 13 Fils aîné du troisième duc de Gandie, né à Gandie le 28 octobre 1510. Par son père, Joan de Borja, (...)

10Charles Quint, déprimé par la mort de l’impératrice, ne prend de décisions qu’à partir du 26 juin. Il nomme alors comme nouveau lieutenant pour la Catalogne, Francesc de Borja13 (Saint François Borgia) qui a alors 29 ans. Ce dernier ordonne la destruction de tous les clochers de Perpignan qui sont plus hauts que la Citadelle. La répression dure un an. Des perpignanais sont prisonniers à Barcelone et l’ordre a été donné de faire abattre les clochers. Le 1er mars 1540, devant la résistance à appliquer les mesures royales, de Beaumont fait à nouveau bombarder la ville, détruit le clocher de l’église Notre-Dame la Real et tire sur le clocher de celle de Saint-Jacques alors que la population se concentre devant les édifices religieux.

  • 14 Jeroni de Requesens i Rois de Liori, évêque d’Elne de 1537 à 1542 (Meurt à Barcelone le 21 novembre (...)
  • 15 CASALS, op. cit. et Mémoires de Saint-Jacques, op. cit.
  • 16 Mémoires de Saint-Jacques, op. cit.

11Le vice-roi choisit l’apaisement et on demande à de Beaumont de quitter le Roussillon. Le 8 avril, un nouvel évêque, un Catalan, Jeroni de Requesens (1537-1542)14, fait son entrée solennelle à Perpignan. Dans ses correspondances, Francesc de Borja décrit la ruine générale du pays, la dépopulation et les troubles qui ont entraîné la fuite en France de beaucoup de Roussillonnais ; il signale que beaucoup de maisons sont fermées. Le vice-roi ne condamne finalement que 12 personnes. Ces mesures permettent un retour au calme. Les soldats, toujours peu payés, se consolent en pratiquant la contrebande des chevaux et des armes15. Le 26 septembre 1540, sur les conseils de Francesc de Borja, Perpignan reçoit le pardon général de l’Empereur16.

L’attaque française de 1542

  • 17 CASALS, op. cit.
  • 18 Fernando de Loazes y Perez, évêque d’Elne de 1542 à 1544. Ne a Orihuela, docteur en droit civil et (...)

12La situation n’est pas pour autant stabilisée en Roussillon. Le 10 avril 1541, Juan de Acuña, nouveau Capitaine Général, dénonce un nombre élevé de quadrilles de bandits, de 30 à 40 hommes, dont la moitié sont des Gascons17. Les émeutes de Perpignan de 1539-1540, la recrudescence du banditisme, la présence de nombreux Français dans les quadrilles et dans le tissu social roussillonnais, suffisent certainement pour expliquer, qu’après un pardon magnanime, soit nommé comme évêque d’Elne en 1542, un combattant de la foi, l’ancien inquisiteur de Barcelone, Ferran de Lloaces18. Giginta a alors 8 ans.

  • 19 En 1541 Charles Quint échoue dans la prise d’Alger. L’échec d’Alger contribue à réaliser l’union de (...)

13Le 24 juillet 154219, l’expulsion des Français résidant en Roussillon répond à la préparation par les Français d’une offensive à grande échelle par terre (de Narbonne où se concentrent les troupes) et par mer (de Marseille où attendent les galères turques). L’Empereur doit démontrer pour la première fois sa capacité à défendre la Péninsule. Si la ligne Salses-Perpignan-Elne-Collioure craque, elle ouvre désormais le chemin de Barcelone. 6000 hommes sont prêts à intervenir sous le commandement du duc d’Albe et l’ost catalan est levé.

  • 20 CASALS, op. cit.

14Le 20 août 1542, les Français commandés par le dauphin Henri, passent la frontière, contournent Salses (au lieu de la prendre) et progressent trop lentement. Ils mettent le siège devant Perpignan alors que l’armée espagnole attend de l’autre côté des Pyrénées20. À partir du 23 août et pendant 23 jours, le siège de Perpignan n’est pas décisif. Les Français lèvent le camp les 2 et 3 octobre, menacés par la peste et minés par les bagarres entre Italiens et Gascons alors que le duc d’Albe licencie son armée où se multiplient les désertions. Selon le capitaine général Juan de Acuña, les populations locales auraient majoritairement fui vers d’autres zones durant la période de ce conflit et les champs sont restés incultes.

15Ce n’est ainsi que le 10 juin 1543, que l’évêque Ferran de Lloaces peut faire son entrée solennelle à Perpignan. Ce qui apparaît comme relativement nouveau dans la vie diocésaine est l’action de l’évêque en personne dans le diocèse. Nous pouvons noter aussi parallèlement, l’inflation progressive dans nos sources, de mentions d’affaires, impliquant des conflits entre l’évêque et les corps ecclésiastiques. La présence sur la frontière d’évêques plus rigoureusement choisis, semble obéir désormais à la relation à établir entre la défense de l’orthodoxie à l’intérieur des frontières et la défense du territoire. En 1543 commence la régence Philippe, nommé à 16 ans lieutenant général de la couronne d’Aragon. Il a reçu de l’Empereur les instructions de Palamòs qui lui recommandent de châtier les Catalans.

Les premiers évêques réformateurs

  • 21 Pere Agusti í Albanell (1512-1572). Entre à Perpignan le 24 mars 1544. Fils de Antoni Agustí, vice- (...)
  • 22 Miquel Despuig (Décédé en 1559), évêque d’Elne de 1545 à 1553, Catalan, docteur in utrique, inquisi (...)

16Entre sa dixième et sa vingtième année, Giginta peut avec l’évêque Pere Agustí (1544-1545)21 nommé en 1544 puis, avec l’évêque Miquel Despuig (1545-1553)22, suivre la mise en œuvre assez précoce - et avant même la clôture du concile de Trente qui s’ouvre en 1545-1547-d’une œuvre réformatrice, fondée d’abord sur les anciennes constitutions synodales. Elle concerne essentiellement le culte, la résidence des clercs et leurs mœurs. La Réforme catholique en Roussillon n’est pas alors simple réaction de défense face à la Réforme protestante mais bien l’amorce de changements essentiels, menés par la hiérarchie du clergé catalan qui prend une part prépondérante à la réforme de Trente, tout en accompagnant la stratégie de l’État dans la défense et dans le contrôle des frontières.

  • 23 La deuxième session du concile de Trente se tient du 1er mai 1551 au 28 avril 1552.
  • 24 MONSALVATJE, op. cit.
  • 25 Après l’évêque Rafael Ubach (1555-1556), le siège d’Elne reste vacant jusqu’en 1558 et il sera admi (...)

17C’est le 27 avril 1552 que nous trouvons mention d’un vicaire général, Miquel Giginta (il ne peut s’agir du « chanoine des pauvres » qui n’a alors que 18 ans). Le vicaire général ordonne à tous les fidèles de fêter Saint Gaudérique sous peine d’excommunication et dirige le diocèse, en l’absence de l’évêque, parti au concile de Trente23). Ce Miquel Giginta est encore mentionné en 1552 et 1553, quand l’évêque Miquel Despuig quitte le siège d’Elne. Pour cette raison, on ne le laissera pas entrer au chapitre et l’évêché d’Elne restera donc sans prélat jusqu’au 12 septembre 155524. Il fut certainement administré par le vicaire général, Miquel Giginta, qui pourra présider à la carrière de son neveu comme chanoine d’Elne25.

2. Un chanoine d’Elne, 1555-1574

Une pédagogie nouvelle de la visibilité de l’Église et du roi

18Giginta a 21 ans en 1555. C’est peut-être déjà un jeune chanoine. La paix d’Augsbourg en 1555 a défini les frontières religionnaires en Europe. Perpignan célèbre en 1558 un service funèbre pour l’Empereur (décédé le 21 septembre). La criée de la paix du Cateau-Cambrésis qui marque la fin des guerres d’Italie (3 avril 1559), est faite le 20 avril 1559. La troisième session du concile de Trente va s’ouvrir en 1562 (1562-1563). La défense de l’orthodoxie et la réforme de l’Église portées par le « roi-prêtre », Philippe II (1556-1598), supposaient outre un « cordon sanitaire contre le luthérianisme », une réelle transformation de la société.

  • 26 Archives départementales des Pyrénées-orientales, série G239
  • 27 Lope Martínez de Lagunilla, évêque d’Elne de 1558-1567 (Meurt à Perpignan le 15 décembre 1567). Ara (...)
  • 28 Archives départementales, série G159.

19Des chroniqueurs roussillonnais mentionnent les manifestations de cette nouvelle pédagogie. Le 10 mars 1555, une procession solennelle a lieu à Perpignan « pour la conservation du peuple anglais à la fois catholique26 ». Le 22 novembre 1557, la population de Perpignan doit assister, en place publique, au supplice d’un prêtre français, aumônier de Castellciutat près de la Seu d’Urgell. Coupable de haute trahison, il sera égorgé et écartelé après avoir subi la dégradation ecclésiastique. En 1559, c’est l’inquisiteur de Barcelone, l’aragonais Lope Martínez de Lagunilla (1559-1567) qui est nommé évêque d’Elne27. Le fonds de l’Inquisition des Archives départementales garde d’ailleurs la trace de la réception du bref de 1559 du pape Paul IV, sur « l’invasion du luthéranisme en Espagne28 ».

20Concordance des événements, dégradation ecclésiastique spectaculaire, évêque inquisiteur, ligne idéologique de plus en plus tournée contre le luthérianisme, ces éléments annoncent des changements importants dans la vie diocésaine. Martinez de Lagunilla est l’évêque qui restera en place le plus longtemps en Roussillon dans la période espagnole (9 ans). Dès son arrivée, il lance d’importantes réformes (mandements sur les mœurs du clergé, inventaires des ordres réguliers, création d’une confrérie du Saint-Sacrement). En 1562 et 1563, il participe au concile de Trente.

L’implantation de la réforme tridentine en Roussillon

21Giginta a 30 ans en 1564. Les années 1563 et 1564 sont décisives pour le diocèse d’Elne parce que trois facteurs se conjuguent. D’abord, la fin du Concile de Trente le 4 décembre 1563 (dont les décisions sont adoptées comme lois du royaume le 12 juillet 1564). Ensuite, la présence de Philippe II à Barcelone pour l’ouverture des Corts. Enfin, la tenue du concile provincial de Catalogne à Barcelone, l’été 1564. Ce concile est présidé par l’évêque d’Elne, Martínez de Lagunilla pour l’archevêque de Tarragone, Ferran de Lloaces, étant absent. Martínez de Lagunilla, évêque d’Elne, agrège l’évêché d’Elne à l’archevêché de Tarragone alors qu’il dépendait encore de Narbonne.

  • 29 Archives départementales, série G54, Enquête faite par le syndic du chapitre d’Elne, 18 juillet 156 (...)

22Les années suivantes, en 1565 et 1567, Martinez de Lagunilla promulgue dans l’évêché des statuts synodaux qui reprennent, à l’échelle du diocèse, tous les décrets tridentins. Leur publication entraîne très vite une dégradation des relations entre l’évêque et ses chanoines. L’évêque affirme alors son autorité sur les chapitres qui représentaient l’ancienne manière de gérer collégialement le diocèse. Ce type de conflits touche presque tous les diocèses catalans. Cependant, la diffusion rapide (et parfois brutale) des décrets tridentins est de plus en plus liée, en Roussillon, à une vision plus nette de la double frontière religieuse et militaire qui sépare désormais la couronne espagnole de son voisin français. Ceci explique le projet de transfert du siège épiscopal d’Elne à Perpignan (il n’aboutira qu’en 1602) parce que le site d’Elne ne peut plus être correctement défendu. Un syndic du chapitre d’Elne écrit à l’évêque le 18 juillet 1565 que le site d’Elne est exposé à une réelle insécurité. En raison de la présence de brigands, les chanoines ne peuvent se rendre d’Elne à Perpignan sinon à cheval et sous escorte, du moins au moyen de mules carapaçonnées. D’après leurs observations, tous les villages du Roussillon sont presque dépeuplés, à l’exception d’une trentaine d’entre eux qui sont entourés de remparts.29

Une paupérisation progressive

  • 30 Interdit : en droit canon, l’interdit est local quand il suspend l’exercice du culte dans un lieu d (...)

23La deuxième moitié du XVIe siècle se caractérise aussi par une paupérisation croissante de la population du Roussillon, une paupérisation attestée par de nombreux témoignages. La peste touche la région au cours des années 1560, 1561, 1563 et 1564. Giginta a 32 ans quand survient également une catastrophe, une catastrophe climatique majeure, une sécheresse exceptionnelle qui sera suivie d’inondations. Le 17 février 1566, Perpignan « processionne », avec Crucifix et « confreres et disciplinat » de la Passion, pour obtenir de la pluie. Un mémoire de la cathédrale Saint-Jean note la « grand esterilitat y sequetat ». Les puits sont asséchés. On traverse la rivière, à pied sec. À la catastrophe climatique vient se greffer, cette année-là, un conflit important entre le gouverneur du Roussillon, Carles d’Oms, et l’évêque, Martínez de Lagunilla. Ce dernier jette un interdit qui va durer plus d’un an30.

24S’il pleut bien le 22 septembre 1566, le 13 octobre 1566, il pleut beaucoup trop. Un débordement de la Basse endommage une partie du Pont neuf. Le débordement de la Têt détruit de nombreuses maisons et il noie un tiers de la ville de Perpignan (« en derrocat y negat un ters de Perpinyà »). Le 21 novembre 1566, la neige recouvre la plaine du Roussillon. En avril et mai 1567, des processions sont organisées, y compris jusqu’à la mer. Un Mémoire du clergé de Saint-Jean sur la ruine du pays résumera les indices de cette mauvaise conjoncture : le dauphin (de France) a ruiné la campagne en 1542, les habitants ont fui vers d’autres zones ; la peste a suivi et a duré plusieurs mois ; elle a été suivie par un déluge... Miquel de Giginta, chanoine d’Elne a 35 ans. Il peut certainement établir une relation entre les catastrophes climatiques, sanitaires et militaires et leurs conséquences sur les conditions de vie de la population, dans une époque d’exaltation religieuse, alors même que les guerres de religion débutent en France. Monseigneur Martinez de Lagunilla meurt le 15 décembre 1567. De 1567 à 1569 l’évêché d’Elne est à nouveau sede vacante.

PERE MÀRTIR COMA (1569-1578)

  • 31 Pere Màrtir Coma, évêque d’Elne de 1569 à 1578. Dominicain. Catalan. Meurt au couvent des Dominicai (...)
  • 32 Llibret intitulat Directorium curatorum compost per lo illustre y reverendíssim senyor Don Fra Pere (...)
  • 33 Catalogo colectivo del Patrimonio bilbiografico espanol.

25En 1568, le nouvel évêque d’Elne est un dominicain, Pere Màrtir Coma (1569-1578)31, Pere Màrtir Coma est surtout un intellectuel et un théologien qui avait assisté au Concile de Trente. Il est aussi l’auteur du Catecismo de doctrina cristiana et du Directorum Curatorum32 qui sera édité à de multiples reprises en Espagne33 et destiné à la formation du clergé. Rédigé en catalan, ce document sera édité pour la première fois à Barcelone en 1566 et traduit en castillan par Pere Màrtir Coma lui-même. On ne recensera pas moins de 17 éditions : à Saragosse et Grenade en 1574, à Burgos en 1577, à Salamanque en 1578, à Madrid et à Salamanque en 1581, à Séville et à Valence en 1585. Des éditions auront lieu par la suite à Valladolid (1590), Medina del Campo (1602), Cambrai (1613), Lérida (1617), Valladolid (1618) et Gérone (1622).

Le Directorium Curatorum Pere Màrtir Coma, évêque d’Elne (1569-1578)

Le Directorium Curatorum Pere Màrtir Coma, évêque d’Elne (1569-1578)
  • 34 MONSALVATJE, op. cit.
  • 35 Archives départementales, série G239.
  • 36 Archives départementales, série G240. Le 1er décembre 1577, l’évêque est gravement malade et la vil (...)

26Pere Martir Coma entre à Perpignan le 12 juin 1569. La même année, le chapitre d’Elne signale que la mense capitulaire est insuffisante pour vivre et qu’il manque des chanoines pour le service divin à Elne. La prise de fonction du nouvel évêque est rendue plus compliquée encore par le bras de fer établi entre le roi et les évêques catalans. Ces derniers lancent il est vrai un interdit sur l’ensemble du territoire catalan durant près de trois ans, une décision motivée par la levée par le roi du quart des revenus des évêchés, prérogative que Philippe II a obtenue du pape Grégoire XIII. Mais cette période est aussi une période de fragilité sur le plan militaire. Une expédition de huguenots dans les Corbières illustre l’impact des guerres de religions à deux pas de la frontière. Véritables quadrilles de bandits, ceux que l’on nomme alors communément les huguenots ont, selon les Mémoires de Saint-Jacques, brûlé des églises, maltraité des curés et, près du village de Tuchan, mis un prêtre au feu, vivant. Les paysans se sont enfermés dans les villes. Le vice-roi de Catalogne, Hurtado de Mendoza envoie des renforts de cavalerie à Perpignan. La ville s’organise. Les curés se sont regroupés en armes. L’évêque proposera même de marcher droit devant, avec un crucifix, donnant à cette incursion, somme toute assez traditionnelle, un sens proprement religieux. Si la bataille de Lépante a écarté le danger turc en Méditerranée, le danger protestant devient une hantise pour le clergé roussillonnais. Perpignan célèbre donc, à la demande du roi et des consuls, la victoire obtenue par le roi de France sur les protestants34. Pendant ce temps, Pere Màrtir Coma poursuit l’implantation de la réforme tridentine en Roussillon. Il accompagne la diffusion du culte de l’Immaculée Conception et il se consacre officiellement à partir de 1575 à la mise en vigueur des offices selon le rituel tridentin (« commençaren lo hoffici juxta decretum concilii tridentini35 »). En 1575, il soutient l’implantation, par un disciple de Saint François de Paule, des Minimes, à Perpignan. Il meurt le 5 mars 1578 au couvent des dominicains de Perpignan36.

La crise de la fin du siècle

  • 37 Archives départementales, série G239. Du 27 avril au 13 mai 1572, les Mémoires de Saint-Jean signal (...)
  • 38 Joan Terés i Borull, évêque d’Elne de 1579 à 1586. Catalan. Né à Verdú, Catalogne. Famille modeste. (...)
  • 39 En 1637, la ville de Perpignan projette la création d’une Casa de misericordia parce que la ville d (...)

27Giginta a quitté le diocèse d’Elne en 1574. La menace concrète de la contagion protestante, portée par des quadrilles de bandits et la guerre civile en France, affermissent l’esprit et la lettre de la Réforme catholique en Roussillon, donnant à l’évêque des moyens d’action supplémentaires (qui étaient probablement spirituels), tout en jouant sur les peurs séculaires de l’invasion et de la disette37. Giginta revient à Perpignan en 1583 quand Joan Terés (1579-1586)38, évêque d’Elne, futur archevêque de Tarragone et vice-roi de Catalogne, l’autorisera à implanter une Casa de misericordia. Cette institution ne semble pourtant effective à Perpignan qu’en 1637, au début de la guerre contre la France39.

  • 40 Oriol JUNQUERAS, Guerra, economia i polític a la Catalunya de l’alta edat moderna, Barcelone : Fare (...)

28Le dernier quart du XVIe siècle confirme les tendances des années précédentes : alors qu’on signale une reprise des activités économiques en Catalogne, cette croissance économique et démographique n’atteint pas la région40. On constate également une recrudescence de bandositats et la multiplication des incursions de huguenots venus du comté de Foix qui déstabilisent toute la zone pyrénéenne et débordent sur la plaine du Roussillon. La dernière entrée importante, celle de 1597, prendra la forme d’une invasion belliqueuse. Il existe une confusion certaine entre de réelles incursions militaires et des razzias de caractère aléatoire. En 1598, un syndic de Perpignan affirmera d’ailleurs que le banditisme est la principale cause du dépeuplement du Roussillon.

***

  • 41 Archives départementales, série G240.
  • 42 Abbé Joseph TOLRA de BORDAS, L’ordre de Saint François d’Assise, Perpignan : Latrobe, 1884.
  • 43 Ce pillage a du être conséquent puisque le 12 août 1589, il est demandé au Souverain Pontife, l’aut (...)

29Si l’on garde en mémoire cette chronologie rapide de l’histoire du Roussillon au temps de Giginta, nous noterons que son enfance a été marquée par les troubles liés à la présence de la soldatesque en Roussillon. Sa carrière de jeune chanoine a commencé sous les auspices d’une nouvelle génération épiscopale qui a implanté la réforme de Trente en Roussillon. La réforme en Roussillon a cependant toujours été liée aux impératifs de défense de la frontière, dans un contexte économique dégradé par la misère, la guerre, les épidémies, le banditisme. La cohorte de mendiants, bandits d’honneurs, vagabonds, ce « spectacle permanent » que ne compense plus l’élan économique, nous le devinons toujours et très précocement en Roussillon. En ce sens, la lecture avant-gardiste de la Réforme de Trente par Giginta, était aussi peut-être le fruit de l’observation désastreuse, par un jeune chanoine, d’un pays troublé par la guerre, le banditisme et la misère. Les chroniques du clergé roussillonnais l’attestent également. Elles renvoient l’image d’un chaos progressif, marqué par la violence croissante des bandes organisées, l’insécurité grandissante, l’absence de défense et les récurrences de la peste. L’épidémie est signalée à Millas41 en 1586. En 1587 elle menace Perpignan ; les Capucins font faire pénitence à toute la ville pendant le carnaval42. En 1588, la peste est dans Elne ; une quadrille de bandits, pille à cette occasion la cathédrale Sainte-Eulalie43. On perd la trace de Giginta à cette date… peut-être mort, lui aussi, de la peste.

Bibliographie

Abbé TOLRA de BORDAS Joseph. L’ordre de Saint François d’Assise. Perpignan, Latrobe, 1884.

CARRASCO Raphaël. L’Espagne de Philippe II. Paris : Ellipses, 1999.

CASALS Angel. L’emperador il els catalans. Catalunya a l’Imperi de Carlos V (1516-1543). Granollers : Editorial Granollers, 2000.

JUNQUERAS Oriol. Guerra, economia i politic a la Catalunya de l’alta edat moderna. Barcelone : Farell, 2005.

« Memories de Sant Jaume » In SIMÓN TARRÉS Antonio, VILA Pep. Croniques del Rossello segles XVI-XVII. Barcelone : Curial, Biblioteca Torres Amat, 1998.

MONSALVATJE y FOSSAS Don Francisco. El Obispado de Elna. Olot : Imprenta J. Bonet, 1911-1915.

REBARDY JULIA Emmanuelle. Un évêché entre deux mondes : Elne/Perpignan, XVIe-XVIIIe siècles. Canet en Roussillon : Trabucaire, 2009.

TORRES Xavier. Nyerros i Cadells : bandols i bandolerisme a la Catalunya moderna (1590-1640). Barcelone : Acadèmia de bones lletres, Quaderns Crema, Assaig, 1993.

VILAR Pierre. La Catalogne dans l’Espagne moderne. Paris : Flammarion, 1977.

Notes

1 La fin août 1524 a vu l’arrivée du premier effectif militaire important avec des lansquenets allemands de Guillem de Rocandolf. Voir : Angel CASALS, L’Emperador i els catalans, Catalunya a l’Imperi de Carles V (1516-1543), Granollers, Editorial Granollers, 2000.

2 L’inquisiteur, Ferran de Lloaces, lance en 1528 des autodafe à Barcelone et il est accusé par l’archevêque Cardona de vouloir soulever la ville. En 1529, Fernando Valdes est nommé évêque d’Elne.

3 Inquisiteur général de 1547 à 1568, Fernando Valdes (1483-1568) dote l’Inquisition de structures modernes (les Instructions générales de 1561). Il déclenche les spectaculaires arrestations de Valladolid et de Séville contre les foyers de protestantisme en 1557-1560. Voir Raphaël CARRASCO, L’Espagne de Philippe II, Paris : Ellipses, 1999.

4 « Memoria de una gran persecucio tingueren los francesos en Catalunya. A setze de maig de l’any mill sinc-sents e vint-e-nou, ere lo dia de la festa de l’Àngel Custodi, en la present vila fonc feta gran execusió contra los francesos (que) eren en Catalunya, salvo los casats y pastos y capellans. Y dita gent pringueren per guarnir trenta gualeres que. s feren en Barçalona ; y, com foren dins les gualeres, los més moriren de gran spant (que) tenien. Y tots los boes dels ortolans de Sanct Jaume y la Real y Sanct Matheu, no res manco tots les locs de Rosello de qualsevol offici y fosen.” (Memòries de Sant Jaume In Croniques del Rossello segles XVI-XVII, sous la direction de Antonio SIMÓN TARRÉS et Pep VILA)

5 Girolamo Doria, évêque d’Elne de 1530-1532, décédé en 1558. De la famille génoise des Doria. Cardinal diacre avec le titre de Saint-Thomas in Parione. Archevêque de Tarragone en 1533. Le 5 décembre 1532, le chapitre d’Elne se réunit dans la chapelle Saint Antoine de Padoue à Elne : les chanoines avaient volé les clefs de la salle capitulaire à cause d’un conflit avec le cardinal Doria qui portera plainte devant la curie romaine (Informations recueillies in Don Fernando MONSALVATJE y FOSSA, El Obispado de Elna, Olot, 1911-1915, 4 vols).

6 Informations recueillies in CASALS, op. cit.

7 Le 21 juillet 1534, un nouvel évêque, Jaume Rich (1534-1535), apparenté à la famille Borgia par sa mère, fait prendre possession de l’évêché d’Elne. Il entre en conflit avec le chapitre d’Elne parce qu’il a été à l’initiative de constitutions aux bonnes mœurs du clergé sans avoir consulté le chapitre (MONSALVATJE, op. cit.).

8 Les Mémoires de Saint-Jacques signalent à Barcelone, à la date du 29 juin, le départ de la flotte armée pour Tunis, contre Barberousse.

9 En 1535, la structure de gouvernement des Comtés repose désormais sur le capitaine général de Beaumont, les alcaïds, seigneurs des forteresses, et le procureur royal, Francesc de Llupià. L’Empereur donne des ordres contradictoires : il projette de détruire les forteresses inutiles comme Elne ou Puigcerdá et de réduire la garnison de Bellegarde à 6 hommes ; il ordonne aussi à l’inspection des forteresses de voir si elles seront utiles à la répression du banditisme (CASALS, op. cit.).

10 CASALS, op. cit.

11 CASALS, op. cit. et Mémoires de Saint-Jacques, op. cit.

12 À la suite de l’assassinat d’un habitant par les troupes, les perpignanais se mobilisent. Le 17 janvier 1539, jour de la Saint-Antoine, il se réunissent en ville au son du tocsin.

13 Fils aîné du troisième duc de Gandie, né à Gandie le 28 octobre 1510. Par son père, Joan de Borja, arrière-petit-fils du pape Alexandre VI et par sa mère Jeanne d’Aragon, arrière-petit-fils du roi Ferdinand le Catholique. Marquis de Llombai en 1530. Nommé par Charles-Quint vice-roi de Catalogne le 26 juin 1539. Quatrième duc de Gandie à la mort de son père (17 décembre 1542).
À la mort de sa femme, Eléonore de Castro en 1546, il entre dans la Compagnie de Jésus. Ordonné prêtre à Rome en 1551. À partir de 1555, commissaire général de la Compagnie de Jésus en Espagne et au Portugal. Exécuteur testamentaire de Charles-Quint conjointement avec l’infant Philippe. Général de la Compagnie de Jésus en 1565. Meurt à Rome, en 1572. Béatifié en 1624. Canonisé en 1671.

14 Jeroni de Requesens i Rois de Liori, évêque d’Elne de 1537 à 1542 (Meurt à Barcelone le 21 novembre 1548), Catalan de la famille des Requesens. Nommé le 23 juillet 1537. Prend possession par procureur le 9 octobre 1537. Entrée solennelle à Perpignan 8 avril 1540. Le 29 juillet 1542, passe à Tortosa. MONSALVATJE, op. cit.

15 CASALS, op. cit. et Mémoires de Saint-Jacques, op. cit.

16 Mémoires de Saint-Jacques, op. cit.

17 CASALS, op. cit.

18 Fernando de Loazes y Perez, évêque d’Elne de 1542 à 1544. Ne a Orihuela, docteur en droit civil et canon, forme à Milan, Paris et Pavie, il est nommé en 1525 inquisiteur du Principat de Catalogne et des Comtes de Roussillon et de Cerdagne a l'âge de 27 ans. Il s’est manifeste en Catalogne par les autodafe de 1528 et 1531 et a été accuse en 1532, par l’évêque de Barcelone, de vouloir par ses arrestations soulever la ville. Il devient évêque d’Elne en 1542. Il sera ensuite évêque de Lerida, de Tortosa, archevêque de Tarragone en 1560 puis de Valence en 1567. En 1551, il assiste au concile de Trente. La guerre en 1542, l’empêche de faire son entrée en Roussillon. Décédé en 1568 à Valence.

19 En 1541 Charles Quint échoue dans la prise d’Alger. L’échec d’Alger contribue à réaliser l’union de ses ennemis : les princes d’Empire protestants, François Ier et Soliman le Magnifique s’entendent contre lui. La guerre se déroule sur plusieurs fronts : Artois, Luxembourg, Gueldre, Roussillon, Piemont.

20 CASALS, op. cit.

21 Pere Agusti í Albanell (1512-1572). Entre à Perpignan le 24 mars 1544. Fils de Antoni Agustí, vice-chancelier de Catalogne et Aldonsa Albanell. Né à Valladolid en 1512. Docteur en droit civil et canon. 1528-1534, sacristain de la cathédrale de Lérida. 1534, archidiacre de Benasque. 1545, évêque de Huesca, Jaca et Barbastro. 1546, part pour le Concile de Trente. 1562, revient en Espagne et préside un synode diocésain à Lérida, au nom de son frère Antoní, absent du diocèse, puis retourne à Trente. Réunit à Huesca des conciles où il promulgue les canons de Trente (MON-SALVATJE, op. cit).

22 Miquel Despuig (Décédé en 1559), évêque d’Elne de 1545 à 1553, Catalan, docteur in utrique, inquisiteur de Catalogne. Assiste à la seconde session du concile de Trente. En 1552, évêque d’Urgel, en 1553 de Lérida où il fonde un collège pour 12 étudiants pauvres (3 de Lérida, 3 de Barcelone, 3 d’Urgel, 2 d’Elne, 1 de sa famille.) A Elne en 1549, promulgue un statut interdisant aux clercs de porter des armes de guerre, consacre l’église du nouveau couvent royal de Sainte Claire le 20 mars 1552. Le 27 avril 1552, son vicaire général, le chanoine d’Elne Miquel Giginta ordonne aux fidèles de fêter Saint-Gaudérique sous peine d’excommunication. Le 22 octobre 1552, Miquel Despuig écrit de Rome au chapitre d’Elne qu’il renonce à cet évêché en faveur « del Reverent Senyor Abat Cassador ». Le chapitre d’Elne considère que l’évêché est sede vacante et le prélat se heurte en 1553 au vicaire général Giginta qui ne le laisse pas entrer au chapitre, considérant qu’il a résigné (MONSALVATJE, op. cit).

23 La deuxième session du concile de Trente se tient du 1er mai 1551 au 28 avril 1552.

24 MONSALVATJE, op. cit.

25 Après l’évêque Rafael Ubach (1555-1556), le siège d’Elne reste vacant jusqu’en 1558 et il sera administré par le vicaire général Juan Billaro, archidiacre du Conflent.

26 Archives départementales des Pyrénées-orientales, série G239

27 Lope Martínez de Lagunilla, évêque d’Elne de 1558-1567 (Meurt à Perpignan le 15 décembre 1567). Aragonais. Inquisiteur de Barcelone. Inquisiteur général du Roussillon (7 janvier 1559). Entrée solennelle à Perpignan le 16 avril 1559. Le 18 avril 1562, confère une délégation de pouvoir alors qu’il se rend au concile de Trente à Narcís Viader, abbé élu de Notre-Dame la Real pour le représenter aux Corts de Monzon. Le 30 avril 1562, son procureur demande au chapitre et à la communauté d’Elne la rente intégrale de sa prébende et des distributions quotidiennes. Le chapitre refuse pour les distributions quotidiennes. En avril 1563, l’évêque assiste au concile de Trente. En 1564 il préside le concile provincial de Tarragone. Le 30 août 1564, l’évêque choisit Tarragone comme métropole pour l’évêché d’Elne. L’agrégation est réalisée le 6 novembre 1564. Le 16 octobre 1565, le légat Hugues Boncompagni, futur Grégoire XIII est de passage à Perpignan. En 1565 et 1567, l’évêque promulgue de nouveaux statuts synodaux (Voir MONSALVATJE, op. cit).

28 Archives départementales, série G159.

29 Archives départementales, série G54, Enquête faite par le syndic du chapitre d’Elne, 18 juillet 1565.

30 Interdit : en droit canon, l’interdit est local quand il suspend l’exercice du culte dans un lieu déterminé (cimetière, église, ville, province, paroisse), il est personnel quand il frappe une ou plusieurs personnes.

31 Pere Màrtir Coma, évêque d’Elne de 1569 à 1578. Dominicain. Catalan. Meurt au couvent des Dominicains de Perpignan le 5 mars 1578. Enterré à Elne dans l’église cathédrale, le 7 mars 1578. Natif de Solsona. Prieur du couvent dominicain de Puigcerdà en 1566. Provincial de son ordre, lecteur dans la cathédrale de Tarragone. En 1562, assiste au concile de Trente comme théologien de l’évêché de Gérone. Nommé à Elne par Philippe II en 1568 et confirmé par le pape le 14 janvier 1569.

32 Llibret intitulat Directorium curatorum compost per lo illustre y reverendíssim senyor Don Fra Pere Màrtyr Coma, bisba d’Elna, y ara en aquesta última impresa vist y regonegut per lo reverent Francesch Navarro, doctor en sacra theologia y lector de la església de Sant Joan de Perpinyà (Barcelone, 1566 et Perpignan : Imp. S. Arbús, 1584).

33 Catalogo colectivo del Patrimonio bilbiografico espanol.

34 MONSALVATJE, op. cit.

35 Archives départementales, série G239.

36 Archives départementales, série G240. Le 1er décembre 1577, l’évêque est gravement malade et la ville organise une procession en vue de sa guérison. Il peut encore le 8 décembre, entendre les fêtes de l’Immaculée Conception, célébrées à son instigation, avec illuminations et feux d’artifice. Il sera inhumé dans la cathédrale d’Elne le 7 mars.

37 Archives départementales, série G239. Du 27 avril au 13 mai 1572, les Mémoires de Saint-Jean signalent la cherté du blé à Perpignan, 27 à 33 sous la mesure. Les consuls fixent le prix à 20 sous.

38 Joan Terés i Borull, évêque d’Elne de 1579 à 1586. Catalan. Né à Verdú, Catalogne. Famille modeste. Etudie les humanités à Tarragone, la théologie à Valence, lecteur dans la cathédrale de Tarragone. Le cardinal archevêque Cervantes le fait chanoine pénitentiaire et en 1574, son évêque auxiliaire, avec le titre d’évêque du Maroc. En 1580, Joan Terés i Borull réduit le nombre des messes fondées à Notre-Dame la Réal et à Saint Mathieu. Le 12 décembre 1582, il accueille à Collioure l’impératrice Marie, veuve de Maximilien II, sœur de Philippe II et sa fille Marguerite qui accompagne la flotte (42 navires) commandée par Juan Andrea Doria. En 1584, il assiste au concile provincial de Tarragone. À partir de cette date, son évolution de carrière est fulgurante : en 1586, il quitte Elne pour Tortosa dont il devient l’évêque. L’année suivante, il est nommé archevêque de Tarragone. Il contribue alors à aider les fondations capucines, augustines, carmélites, jésuites, soutient la canonisation de Saint Raimond de Peñafort. Philippe III, le fait vice-roi et capitaine général de Catalogne à Pâques 1602. Il meurt à Barcelone le 10 juin 1603 à 64 ans. Enterré à Tarragone.

39 En 1637, la ville de Perpignan projette la création d’une Casa de misericordia parce que la ville de Perpignan est pleine de « gens perdus. » Les consuls achètent une maison à cet effet. Voir à ce sujet : Llibre de memòrias de Hierònim Cros, cirurgià comensà lo any 1596, in Cròniques del Rosselló, op. cit..

40 Oriol JUNQUERAS, Guerra, economia i polític a la Catalunya de l’alta edat moderna, Barcelone : Farell, 2005.

41 Archives départementales, série G240.

42 Abbé Joseph TOLRA de BORDAS, L’ordre de Saint François d’Assise, Perpignan : Latrobe, 1884.

43 Ce pillage a du être conséquent puisque le 12 août 1589, il est demandé au Souverain Pontife, l’autorisation d’appliquer pendant 45 ans, le quart des rentes ecclésiastiques du diocèse à réparer le mal causé par les brigands qui avaient pillé la cathédrale.

Table des illustrations

Titre Le Directorium Curatorum Pere Màrtir Coma, évêque d’Elne (1569-1578)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

Auteur

Titulaire d’un doctorat, agrégée en histoire au lycée Jean Lurçat de Perpignan et elle est membre du bureau des Amis d’Illibéris. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur l’histoire de l’évêché d’Elne aux Temps modernes. Sa thèse a été récemment publiée aux éditions du Trabucaire : Un évêché entre deux mondes, Elne/Perpignan, 16e-18e siècles (Canet en Roussillon : Trabucaire, 2009)

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search