Version classiqueVersion mobile

Giginta

 | 
Alexandre Pagès

Préface. Giginta : un temps, un espace, une universalité de Joan Peytavi Deixona

Texte intégral

1Il n’appartient peut-être pas à un non-spécialiste de préfacer un ouvrage aussi spécialisé et dense que celui que nous avons entre les mains aujourd’hui, mais celui-là est certainement tout à fait autorisé à faire connaître celui-ci, surtout quand il s’agit d’une somme à laquelle on croit profondément et d’un corpus qui enthousiasme.

2Aussi, en ma qualité de professeur des universités en études catalanes, passionné de l’époque moderne et du monde des petites gens, j’ai soutenu l’édition de ces travaux car nous sommes en présence d’un opus extrêmement bien fini et finement ciselé, qui rassemble les spécialistes internationaux de l’œuvre d’un homme de mérite. Redécouvert au début de ce millénaire, Giginta reprend donc à travers cet ensemble d’études la place qui lui revient dans notre histoire et dans l’Histoire. Tous les auteurs ici réunis contribuent à en laisser une nouvelle empreinte, plus profonde et plus indélébile.

3Après les premiers travaux de « découverte » du personnage à un niveau local en 2003, il était certainement temps à nouveau d’analyser la personne, la vie et l’œuvre du chanoine roussillonnais du XVIe siècle, devenu une personnalité du siècle d’or ibérique, Comme quoi notre homme continue de passionner et de susciter le travail d’investigation des chercheurs.

4Il s’agit dans ce nouvel ouvrage de la publication des actes du colloque qui s’est tenu à Elne en 2007, et il faut dès à présent rendre honneur aux institutions qui ont rendu possible une telle publication : la ville d’Elne, l’association des Amis d’Illibéris et les Presses Universitaires de Perpignan. Saluons leur ambition commune de faire connaître au plus grand nombre l’œuvre magistrale du chanoine de la ciutat d’Elna. Cette référence parfois abusive aux origines roussillonnaises de Giginta ne doit d’ailleurs pas nous faire oublier qu’il s’agit d’une personnalité d’envergure internationale et même universelle. La plupart des premiers exégètes et analystes de Giginta se sont ainsi retrouvés lors de ce second rendez-vous et avaient convié de nouveaux convertis à l’œuvre de notre chanoine, de manière à élargir les thématiques de réflexion et à démontrer la transversalité des écrits gigintiens.

5Je ne voudrais en aucun cas expliquer ici le contenu du livre mais dire et répéter à l’envi mon engouement pour un auteur et une époque. À partir de la réflexion sur un temps que je connais, je voudrais dire combien le XVIe siècle est une époque charnière dans l’histoire de la Catalogne, combien il marque un point d’inflexion de notre histoire catalane, ibérique et européenne. Je voudrais souligner un contexte de rupture de dynamique politique et insister sur le fait que, d’espace central déjà en perte de vitesse au XVe siècle dans le cadre de la confédération catalano-aragonaise, qui s’étend des Pyrénées jusqu’à Naples et aux iles de Méditerranée, l’espace catalan devient au temps de Giginta une périphérie somme toute stratégiquement et économiquement essentielle pour le monarque mais perdue, excentrée et marginalisée dans la masse des territoires de l’« empire où le soleil ne se couche jamais ». Giginta naît sous Charles Quint et meurt sous son fils Philippe II : ces deux souverains de la Maison d’Autriche sont maîtres d’un monde qui dépasse la Catalogne et les pays adjacents confédérés ; ces souverains, père et fils, ne comprennent d’ailleurs que très difficilement la question politico-juridique que pose la gouvernance et le gouvernement de cette entité. Or, Giginta se meut dans cet espace premier et il perçoit rapidement que la concrétisation de son projet, la mise en place de ses desseins et la réussite de son ambition intellectuelle se situe dans d’autres espaces. Déjà il fait face à une globalisation à l’échelle de l’Europe, voire du monde. Si, depuis son Roussillon natal, Giginta comprend la géopolitique qui commande l’Europe, il le fait dans un but bien précis : donner à connaître ses théories sur la question essentielle qui va orienter sa vie, les pauvres. Ceux-ci sont le sujet de ses analyses et de ses écrits, il en fait l’éloge, il réfléchit à leur rôle, leur position et leur intégration dans la société ; il pense la gestion générale et collective de leurs divers groupes, il évoque une politique de rationalisation qui doit conduire à leur participation au bien commun en ces temps changeants mais pas nécessairement incertains. C’est dans ces hypothèses de travail et encore plus dans leur mise en pratique effective, les casas de misericordia, que Giginta est moderne et participe à faire rentrer peu à peu, par les questions qu’il aborde, un monde médiéval dans un temps moderne.

6Giginta dépasse donc le cadre temporel et le cadre spatial dans lequel il vit et, par là même, élargit l’éventail des problèmes posés par la gent misérable, mobile, difficilement contrôlable ou repérable. Le pauvre de Giginta est le pauvre de la ville, il parle donc de ce cadre urbain, il débat de la formation professionnelle, de la gestion de l’habitat, de la question de la rémunération. Le capitalisme que l’on voit embryonnaire dans la dernière partie du Moyen Âge manipule à partir du XVe siècle en Occident chrétien des quantités d’argent qui le font avancer à grand pas vers un système financier beaucoup complexe, système dans lequel la main d’œuvre pauvre et nombreuse peut trouver une place. Ainsi, cette population mouvante peut être contrôlée, elle peut recevoir un apprentissage qui la rendra capable de faire fructifier les négoces de quelques grands ; il arrive même que l’on pense à lui imaginer un « loisir », pour ne pas la laisser dans l’oisiveté et, donc, l’immoralité. Car Giginta écrit obligatoirement sur fond de morale sociale, ce qui signifie, à cette époque, de la morale qui est prônée par les Saintes Écritures.

7Pour aller plus loin en insistant sur une des idées neuves du présent ouvrage, disons que la pensée gigintienne se retrouve non seulement dans l’architecture – principalement en ville –, mais aussi dans la peinture d’un âge baroque qui se développera au cours du XVIIe siècle, dans la représentation des plus marginaux et des plus déshérités de la société, par des images puisées au cœur des écrits bibliques.

8Tout ce que propose Giginta est mis en place avec plus ou moins de réussite un demi-siècle après sa mort, même si certaines idées sont bien entendu reprises, peaufinées et développées, dans des contextes plus tardifs et des conjonctures meilleures, par d’autres penseurs de la gestion du monde de la misère.

9Pour terminer, je tiens à remercier nommément Alexandre Pagès et Odette Traby d’avoir été les porteurs et les artisans de ce projet éditorial qui fait avancer la science au sens large, qu’il s’agisse de l’histoire, de la sociologie, de l’histoire de l’art ou d’autres disciplines connexes. Audelà, comment ne pas rendre hommage aux auteurs pour la facture de leurs écrits : Félix Santolaria Sierra et Michel Cavillac ont fait de Giginta une école de recherche ; Alfredo Alvar Ezquerra, Claude Bruneel, Quim Bonastra, Pedro Fraile Pérez de Mendiguren, José García Molina, Jean-Pierre Gutton, Manuel Montoya et Emmanuelle Rebardy Julia, experts en leur matière et analystes aguerris ont éclairé la problématique récurrente du chanoine illibérien et ont contribué à lui donner la dimension qu’il mérite.

10Enfin je me dois de mentionner Jaume Queralt qui, à force de volonté, a révélé Giginta au plus grand nombre. Sans lui, ni les journées de 2003 ni celles de 2007 n’auraient eu cette richesse scientifique et humaine qui les a caractérisées.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search