Version classiqueVersion mobile

La ville et le plat pays

 | 
Marie-Claude Marandet

…À l’Époque moderne

Domaine congéable et marché de la terre en Cornouaille : les notables urbains entre frilosité et attraction

Isabelle Guégan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Bretagne d’Ancien Régime, dans sa partie occidentale1, se caractérise par un système d’amodiation des terres original : le domaine congéable. Si, aujourd’hui, ce dernier n’est plus guère connu au-delà du cercle étroit des historiens, des juristes et de quelques agriculteurs alors même qu’il existe toujours dans notre Code rural2, il a régi les relations entre seigneurs fonciers et plus d’une centaine de milliers de domaniers au moment où il a connu son extension maximale à la fin de l’Ancien Régime dans les diocèses de Quimper, Tréguier, Vannes et dans une partie de celui de Saint-Brieuc que l’on appelle le Goëllo.

Ce contrat agraire opère une distinction entre le fonds de la tenure et les édifices et superfices c’est-à-dire tout ce qui se trouve au-dessus de la terre et qui résulte du travail du colon (récoltes, bâtiments, fossés, aire à battre, arbres fruitiers). Le fonds est la propriété d’un seigneur foncier qui, malgré ce nom, n’est pas toujours un noble mais peut être un rot...

Auteur

Doctorante en histoire moderne, Université de Bretagne Occidentale à Brest, Centre de recherche bretonne et celtique

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search