Version classiqueVersion mobile

La ville et le plat pays

 | 
Marie-Claude Marandet

…À l’Époque moderne

Le vignoble de Bordeaux au miroir de l’Imago Urbis : la lente reconnaissance d’un paysage identitaire (Moyen Âge-XVIIIe siècle)

Sandrine Lavaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le vignoble fait partie du triptyque définissant, avec le port et l’architecture de pierre, le paysage patrimonial du Bordeaux actuel, tel qu’il est défini dans le cadre du label Patrimoine de l’UNESCO1. Pourtant, l’ancienne auréole viticole de l’agglomération bordelaise a été progressivement effacée par l’urbanisation et relève de plus en plus d’un paysage idéal seulement porté par quelques traces du passé révolu, tels les domaines de Haut-Brion ou de Pape-Clément. Repoussé aux marges de l’urbain, notamment dans les graves méridionales – à tel point qu’il ne porte plus l’ancien nom de « Graves de Bordeaux » mais celui de Graves Pessac-Léognan »… – le vignoble est demeuré cependant un marqueur de la ville actuelle.

Construction historique remontant à l’Antiquité, il apparaît pleinement identitaire pour la ville dès le Moyen Âge, particulièrement durant les beaux jours de l’union anglo-gasconne (1152-1453), et n’a cessé, depuis, de passer pour l’un de ses attributs. Pour autant, il a ...

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search