Version classiqueVersion mobile

La ville et le plat pays

 | 
Marie-Claude Marandet

…À l’Époque moderne

Les rapports entre espaces urbains et ruraux dans le Languedoc des XVe et XVIe siècles à travers la question de l’impôt et du cadastre

Bruno Jaudon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première modernité fait sienne une définition particulière de la ville, dont le premier critère reste, comme on sait, l’entretien des murailles qui la protègent des dangers extérieurs. Celles-ci matérialisent aussi, dans le paysage, la symbolique du pouvoir, ainsi qu’un rapport privilégié à l’État et l’obtention, en retour, de certains privilèges1. Cette ouverture aux fonctions de commandement, qui importent beaucoup, aujourd’hui, aux géographes, dans leurs définitions multiples de la ville, est partagée par les historiens2. Morphologiquement enfin, la ville se constitue, au fur et à mesure de son expansion démographique, par un étalement du bâti qui déborde de la muraille et fait apparaître des faubourgs, comme ceux de Carcassonne, rasés vers 1240, rétablis vers 1350 et toujours plus vastes après 17303.

Le ruraliste inclut donc au « plat pays », sans scrupules, tous les espaces non urbanisés au-delà des faubourgs, y compris les finages suburbains, très agrestes. Celui de Saint-Po...

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search