Version classiqueVersion mobile

La ville et le plat pays

 | 
Marie-Claude Marandet

Du Moyen Âge…

Iôannina et son arrière-pays (XIIIe-XVe siècles) : un exemple des relations entre ville et campagne dans le monde byzantin tardif

Brendan Osswald

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La domination traditionnelle de la ville sur la campagne dans le monde byzantin, d’un point de vue social, culturel, économique, religieux et militaire est un fait bien connu. Alors qu’en Occident, la ville fut longtemps, pour reprendre la célèbre expression de Robert Fossier, « un kyste négligeable et longtemps négligé »1, il n’en fut rien dans l’empire romain d’Orient, où Constantinople joua un rôle considérable, de sa fondation en 330 jusqu’à sa chute en 1453 face aux Ottomans.

Ce dernier événement n’est pas sans précédent. Comme on le sait, la quatrième croisade avait déjà abouti à ce même résultat en 1204 et marque dans les Balkans le début de la période byzantine tardive. Privé de sa capitale, l’empire byzantin était à terre, mais les Croisés étaient loin d’être maîtres de tout son territoire. C’est ainsi que trois États grecs apparurent, à Nicée, à Trébizonde et, à l’ouest de la péninsule balkanique, en Épire. Ce dernier, fondé par Michel Comnène, reçut plus tard la dénominati...

Auteur

Docteur en Histoire byzantine, membre scientifique de l’École française d’Athènes, chercheur associé UMR 5136-France méridionale et Espagne (FRAMESPA)

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search