Version classiqueVersion mobile

La ville et le plat pays

 | 
Marie-Claude Marandet

Du Moyen Âge…

Les aires d’influence de Goncelin, un bourg campagnard dauphinois, au XIVe siècle1

Diego Deleville

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Principauté sise entre le Rhône et les Alpes, le Dauphiné fut un État indépendant jusqu’à son transfert à la couronne de France en 1349. Au bas Moyen Âge, son développement urbain était balbutiant, caractérisé par un vaste réseau de bourgs ou petites villes, dont Goncelin faisait partie ; seules émergeaient quelques villes et cités, telles Grenoble, Vienne, Gap et Embrun où le dauphin partageait le pouvoir avec des seigneurs ecclésiastiques2.

Goncelin est situé sur la rive gauche de l’Isère au cœur de la partie septentrionale de la vallée du Grésivaudan, dans un étroit bandeau de plaine au pied de la chaîne de Belledonne, sur l’ubac de la vallée. Sur l’autre rive, la plaine est plus large et plus fertile et donne sur le massif préalpin de la Chartreuse.

Goncelin se trouve à 12 km de la frontière savoyarde, en amont de la vallée de l’Isère, et, en aval, à 40 km de Grenoble, capitale du Dauphiné. Entre Grenoble et la Savoie, un seul pont existait, au Moyen Âge, situé à Goncelin. Cette l...

Auteur

Docteur en histoire

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search