Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Les fidèles et l’embellissement des églises roussilonnaises aux XVIIe et XVIIIe siècles

Jean-Luc Antoniazzi

Texte intégral

1L’Église catholique au XVIIe siècle souhaite retrouver une dynamique d’évangélisation qui remonte aux temps apostoliques. À partir de Rome, un nouveau souffle est donné, qui, rencontrant un accueil favorable dans le diocèse d’Elne, parvient jusqu’aux fidèles.

Le témoignage des visites pastorales

  • 1 D. Julia, J. Gadille, M. Venard, « Pour un répertoire des visites pastorales », Revue d’Histoire de (...)

2Résidant désormais dans leur diocèse, les évêques font des visites pastorales de façon régulière et fréquente, soucieux de rencontrer leurs fidèles selon l’obligation liée à leur charge1. Les visites aux paroisses ont une double finalité : s’informer directement sur la situation de l’Église diocésaine, et inciter les fidèles à accomplir leurs propres devoirs avec toujours plus de ferveur.

  • 2 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 43J 2 (toutes les références ci-après sont tirées de ce fonds d’arc (...)
  • 3 45J.
  • 4 93J.
  • 5 3E 6/79.
  • 6 1C 1340. « Pour faire dorer le retable comme l’indique un décret de monseigneur l’évêque ».

3C’est pourquoi nous voyons l’évêque ou son représentant arpenter les routes de la province, entrer dans les églises, vérifier l’état des autels et des images saintes : statues et tableaux. C’est souvent sur l’injonction de l’évêque que la décision est prise de restaurer ou de faire réaliser un retable. Visitant l’église de Villeneuve-de-la-Rivière le 28 mars 1746, l’évêque Charles de Gouy demande aux marguilliers de « faire réparer le retable de l’autel de la chapelle du crucifix »2. En 1715, le visiteur apostolique de la paroisse d’Osseja demande « d’arranger la statue du Christ et de son autel, car il craint sinon que la dévotion au Christ ne s’atiédisse »3. À Rodès, Monseigneur de Gramont demande le 26 mai 1741 que « sur les fonts baptismaux de l’église soit placé un saint Jean dans trois mois de temps sous peine d’interdiction des dits fonts »4. Le 13 juillet 1721, à l’issue d’une visite pastorale, le conseil général de la ville de Canet se réunit et déclare : « Il y a douze ans le reverend Jacques Cassanyes remis aux marguilliers de l’église de Canet une relique de saint Eutrope pour la tenir en vénération. Depuis, aucun arrangement. Le visiteur apostolique a trouvé que la relique n’était pas en bon état. Sur quoi le visiteur ordonna que si on ne donnait pas des mouvements pour faire accomoder ladite relique en bon état dans deux mois prochains on n’aurait qu’à la rendre au dit réverend Cassanyes. Il a été décidé que ladite relique soit mise dans un bras de sculpture lequel sera doré et qu’il soit fait pour la célébration de la messe »5. Enfin, un dernier témoignage nous est donné par les travaux de dorure du retable du Rosaire de Canet en 1753, entrepris sur l’insistance de l’évêque d’Elne. Toute l’argenterie de la confrérie du Rosaire de Canet doit être remployée par les bons soins des confrères « per fer dora lo retaula com consta per un dacret de monsenyor lo Bisba »6.

Le rôle des dévots et des marguillers

  • 7 J.-P. Gutton, Dévots et société au XVIIe siècle, Paris, Belin, 2004.

4Parmi les laïcs qui passent commande à des artistes ou participent financièrement à l’embellissement des églises les dévots et les marguillers occupent une place éminente7.

  • 8 3E 11/315.

5Appartenant souvent à une, voire à plusieurs confréries, des personnalités se distinguent par la fonction qu’ils occupent dans la société, ou plutôt par les témoignages qu’ils nous ont laissés de leurs engagements. Ces hommes sont qualifiés de « dévots ». Relevé pour la première fois dans le testament de Siméon Bordes, un prêtre de Prades8, ce terme nous a de prime abord intrigué. Quelle en est l’origine ? Remontant à 1190, « dévot » vient du latin ecclésiastique devotus qui signifie « dévoué à Dieu ». Cependant, suite au concile de Trente, le mot revêt une tonalité particulière. Les dévots expriment en effet leur dévotion en prenant toute leur part dans la vie de leur cité.

  • 9 3E 11/268 à 318.
  • 10 Arch. mun. Prades, registre des délibérations, 16 mai 1696.
  • 11 J. Lugand, Guerra, la peinture baroque en pays catalan aux XVIIe et XVIIIe siècles, Canet, Trabucai (...)

6Notaire de la ville de Prades, très bien intégré dans la société pradéenne, Jean-Michel Bertran est informé de tous les projets artistiques en Conflent. Dans son étude, il côtoie les artistes, comme nous le confirment les actes qu’il a enregistrés : le contrat de mariage du sculpteur Botaller, le testament de Marie Pardines, l’apprentissage de Pierre Navarre et Joseph Bordes9... Jean-Michel Bertran est l’un des trois administrateurs de la fabrique du retable de Saint-Pierre de Prades10. Il possède dans sa bibliothèque les textes du concile et le catéchisme, ainsi que l’Introduction à la vie dévote. À n’en pas douter, son influence constitue un des éléments déterminants de l’arrivée du sculpteur Joseph Sunyer en Conflent. Homme de foi et de culture, il ne peut être indifférent à la décoration des nouvelles églises. Outre que sa fortune a soutenu ou permis la construction d’édifices religieux, il commande pour l’église de Catllar le retable de la Pietà, dont la toile d’après le tableau de Lebrun datant de 1692 est une œuvre majeure d’Antoine Guerra. Ce retable est aujourd’hui conservé in situ dans la chapelle de la famille Bertran11. À Prades, il finance le retable de la Passion du Christ. Cette œuvre du sculpteur Jaume Pardines, datée de 1681, est placée dans la chapelle actuelle de Notre-Dame de la Salette et, en 1696, déménagée dans l’abside de la nouvelle chapelle du Christ qu’il a fait construire. Il s’y fait enterrer au pied de l’autel et sur la pierre tombale fait inscrire l’épitaphe suivante :

  • 12 A. Cazes, Saint-Pierre de Prada, imp. du Conflent, s. d., p. 12. « Jean-Michel Bertran, notaire pub (...)

Hoc sibi suisque
Paravzit
Monumentum
Joannes Michael Bertran not
Publicus huius oppidi
Siste hic viator
Et pro eo ora
Deo optimo maximo12.

  • 13 Ibid., p. 12. « Cette chapelle, construite par ses soins et à ses frais, Jean-Michel Bertran, notai (...)

7Bertran a fait apposer sur le mur de cette chapelle une dédicace qui dévoile sa haute spiritualité. Voici dans son intégralité l’inscription gravée sur le pilier nord de la chapelle : « Pretioso Christi sanguini in sui redemptionem effuso, sacellum hoc suis cura et expensis elaboratum, ex toto cordis affectu dicavit Ioannes Michael Bertran, notarius publicus huius oppidi, ex vicino pago de Calla oriundus, Deum humiliter deprecans ut ipse ac omnes ibi orantes Dominicae Passionis consequi mereantur effectum, anno a Christo nato 1696 »13.

8Le plan de cette chapelle du Christ construite par Bertran est identique à celui de la chapelle axiale de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa réalisée quelques années auparavant. Elle forme une croix grecque surmontée d’une coupole à lanternon. Jean-Michel Bertran dédie la chapelle à la Passion du Christ. C’est pourquoi les pendentifs de la coupole sont ornés d’anges en stuc portant les instruments de la Passion : la couronne d’épines, le coq, la colonne de la flagellation, le voile de Véronique, la tunique sans couture et la lance du centurion romain.

9Nous remarquons en outre sur le retable de la Passion du Christ comme sur ceux de Saint-André de Catllar et de Saint-Pierre de Prades, la présence des quatre docteurs de l’Église, saints Jérôme, Augustin, Ambroise et Grégoire le Grand. Mais la particularité du retable du Christ est que Jean-Michel demande au sculpteur de représenter ces quatre grands théologiens de l’Église catholique en habits de docteurs de l’Université.

  • 14 A. Cazes, Saint-Pierre de Prada, op. cit., p. 12.
  • 15 J.-L. Antoniazzi, D. Fernandez, F. Ferranti, Baroque catalan, Paris, Herscher, 2011, p. 101.
  • 16 J. Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006, (...)
  • 17 Jean, 19, 34.
  • 18 Jean, 19, 37.

10Bertran, selon l’inscription, a « affectueusement dédié cette chapelle au Précieux Sang du Christ répandu pour sa rédemption »14. Fait-il partie de la Compagnie du Saint Sacrement ? Créée par un laïc, Henri de Lévis, duc de Ventadour, son objet est la dévotion au Christ présent dans l’Eucharistie, l’adoration du saint sacrement sous les deux espèces de l’hostie et du Précieux Sang. Dans la chapelle de Prades, les symboles liés à l’Eucharistie sont nombreux : ange au calice, instruments de la Passion, tableaux sur les murs qui retranscrivent les derniers moments de la vie du Christ : la Flagellation, le Couronnement d’épines, Jésus dépouillé de ses vêtements, la Rencontre de Jésus sur le chemin du Calvaire. On peut aussi s’interroger devant le Christ de piété15 du grand retable de Saint-Pierre de Prades, qui illustre très bien cette dévotion au « Précieux Sang du Christ ». Cette huile sur toile qui ferme la niche d’exposition du saint sacrement, clouée à un panneau de bois posé sur rail est de qualité artistique assez médiocre. Elle est peut-être l’œuvre d’un peintre installé depuis peu à Prades, Joseph Fabre16. On remarque en effet une similitude dans le visage du Christ à Prades avec celui de saint François-Xavier à Caldégas. La peinture présente cependant un grand intérêt au point de vue théologique. Vêtu de la tunique rouge, la tête ceinte d’une couronne d’épines d’où perlent des gouttes de sang, ce Christ de piété est un Christ crucifié, avec aux quatre membres les plaies ouvertes rouges de sang. Mais geste ô combien symbolique, de ses deux mains il ouvre pour la montrer la plaie sur son côté causée par le centurion romain, et conformément au verset de l’évangile de Jean, de cette plaie « jaillit aussitôt de l’eau et du sang »17. Des brebis au pied du Christ le regardent et viennent chacune à son tour lécher le sang. Le Christ ne tourne pas le regard vers elles, mais vers le fidèle, pour l’inviter à venir boire ce sang qu’il a versé pour tous les hommes. C’est une invitation personnelle lancée à chacun des fidèles de Prades : « Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé »18. Ce Christ de la Passion, devenu Christ Eucharistique, est entouré par le peintre d’une nuée de têtes d’angelots et par Joseph Sunyer de deux anges sculptés qui agitent leur encensoir devant l’image peinte et ce qu’elle représente, c’est-à-dire l’hostie consacrée des mains du prêtre.

  • 19 Arch. mun. Prades, registre des délibérations, 16 mai 1696.

11Il s’avère aussi que le choix d’une toile pour fermer la niche d’exposition est unique dans l’œuvre de Sunyer. Lui aurait-il été imposé ? Il est fort possible que Jean-Michel Bertran, administrateur de la fabrique du retable19, ne soit pas étranger à la réalisation et à la pose de cette peinture. Nous pensons qu’il a pu influencer le thème iconographique. Unique en Roussillon, cette image révèle en tout cas la spiritualité eucharistique de ceux qui en sont à l’origine.

  • 20 Ph. de Lazerme, La Noblesa catalana, t. III, imp. de l’Ouest, La Roche-sur-Yon, 1977, p. 178.

12On trouve un autre acteur important du renouveau artistique et religieux à Prades et en Conflent en la personne de Joseph Romeu. Bourgeois honoré de Perpignan, né vers 1660, il est le frère de Pere Romeu, bourgeois, qui sera le principal soutien financier de Sunyer pour le grand retable. Il épouse en premières noces vers 1680 Maria Compte y Arnau Bosch (qui décèdera le 21 août 1697 et sera ensevelie dans la chapelle du Rosaire) ; en secondes noces, le 14 mai 1698, Isabel-Agna-Rosa-Joana-Teresa Gelcen (baptisée à Prades le 13 juillet 1656)20. Élu consul de Prades la même année, au moment où Sunyer réalise son retable, il meurt en cette ville le 20 octobre 1719.

  • 21 3E 21/324.

13Dans son testament en date du 29 juillet 171921, Joseph Romeu nomme manumisseurs son épouse et son frère : « Je leur donne et attribue plein pouvoir, faculté et autorité, de prendre, vendre et dépenser les biens pour tout ce qui sera besoin et nécessaire pour accomplir les legs pieux ». Il demande que soient célébrées, aux autels de la Conception et de Saint-Gaudérique, 2 000 messes : 500 pour son âme, 500 pour les âmes de ses parents et 500 pour chacune de ses deux épouses. Pour le retable, Joseph Romeu « par amour de Dieu et en rémission de mes péchés, laisse et lègue la somme qui sera nécessaire pour achever de dorer le retable de Saint Gaudérique de l’église de la présente ville que j’ai fait faire, la somme veux que soit payée par mon héritier en la matière suivante. A savoir, que veux que mon héritier soit obligé de livrer tous les ans aux très révérends syndiques de la communauté 10 louis d’or et 11 livres la pièce, commençant à faire la première paye du jour de ma mort à 3 ans et demi et ainsi en avant tous les ans jusqu’au entier paiement de la somme qui sera nécessaire pour achever de dorer le dit retable lequel lesdits mes manumisseurs auront la bonté de faire dorer et d’en convenir du prix et paiement en égard au legs que j’en fais ».

  • 22 A. Cazes, Saint-Pierre de Prada, op. cit., p. 22-23.

14Son legs est destiné à la construction du retable de Saint-Gaudérique de l’église de Prades22 ainsi qu’à sa dorure et à sa polychromie. Mais il est important de noter les motivations de Romeu. C’est l’amour de Dieu, c’est-à-dire ce que saint François de Sales appelle le désir d’être auprès de Dieu, qui motive les pensées et les actions du dévot soucieux de ne pas tomber dans le péché. Le retable est aussi une œuvre que le dévot laisse pour sa postérité et celle de sa famille. On peut en effet observer, aux extrémités, les portraits sculptés de profil d’Isabel et Joseph Romeu. Ce sont les seuls portraits sculptés réalisés par Sunyer. Il s’agit donc d’une demande expresse de la famille. Les visages sont tournés vers l’intérieur du retable, en direction du panneau de saint Gaudérique, comme pour nous indiquer que l’essentiel d’une vie est de regarder vers la sainteté. De plus, Gaudérique n’est pas un religieux ni un clerc, mais un saint laïc, ce qui plaît beaucoup à un dévot aspirant à la même gloire. Que sa vie soit reconnue proche de Dieu, grâce à ses œuvres de charité et de restauration du culte catholique, voilà ce que souhaite le commanditaire en faisant réaliser ce retable baroque. Les yeux d’Isabel et de Joseph peuvent alors contempler pour l’éternité leur chef-d’œuvre, comme saint Gaudérique est saisi par l’apparition de la Vierge Marie dans sa gloire. Outre ces deux portraits, Joseph Romeu fait ajouter à la prédelle du retable les armes de sa famille, grattées à la Révolution : on distingue encore leurs symboles du bâton et de la coquille de pèlerinage.

  • 23 J. Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan, imp. Comet, 1914, p. 318.
  • 24 3E 3/951.

15Un autre personnage, dont il est intéressant d’étudier les dernières volontés au sujet d’un important retable, est Dominique Llamby. Fils et héritier universel de Joseph Llamby et de Marie-Angèle Rovira, il étudie le droit, se pourvoit du doctorat es-lois, et devient batlle royal de la ville de Perpignan. Le 16 juin 1699, il est nommé bourgeois honoré. De son union avec Marie-Thérèse Albafulla, fille du célèbre notaire de Perpignan, naissent trois fils, Joseph qui reprend la succession, Dominique, prêtre de la communauté de Saint-Jean et Sauveur, prêtre de la communauté de La Réal23. Ce bourgeois noble demande dans son testament de 1706 qu’il y ait davantage de solennité le jour de la fête de saint Joseph, patron du retable d’une chapelle latérale de l’église Notre-Dame de Grâce du couvent de Saint-Augustin de Perpignan : « Il y a dans cette église un retable du glorieux patriarche auquel le jour de la fête du dit glorieux saint ne se célèbre que complies la veille et ledit jour de la fête un office sans faire en icelluy aucune autre solennité a faute de fondation. Lequel retable je désire beaucoup m’approprier et faire en icelluy la fondation ci-après ayant pour cet effet supplie très humblement aux très révérends Pères religieux du dit couvent me vouloir faire ladite concession et apropriement du dit retable »24. Il demande aussi que son fils finance pour la fête du saint un office annuel à ce retable et qu’il y appose les armes de la famille afin que « les descendants et parents de ma maison en aient pleine connaissance ».

16Cette demande confirme que le retable installé dans une chapelle n’a rien d’une simple décoration, mais est attaché à la dévotion du saint titulaire. Pour Dominique Llamby, la dévotion à saint Joseph doit être marquée le jour de sa fête par une cérémonie solennisée, avec toute la pompe catholique. Le retable doit être illuminé au moyen d’une lampe brûlant quotidiennement, mais aussi de cierges déposés aux pieds de la statue du saint. Des bouquets de fleurs décorent le retable pendant que des volutes d’encens montent vers la statue. Des prêtres nombreux peuvent alors célébrer en ayant préalablement revêtu de leurs plus beaux vêtements liturgiques. La musique et les chants accompagnent les prières. Comme Romeu, il désire marquer le retable des armes « de sa maison » afin que sa famille et ses amis ainsi que les fidèles présents en fassent mémoire. Comme lui aussi, il est préoccupé de la vie éternelle. Le retable sert de viatique pour l’au-delà : c’est dans cette chapelle que le dévot obtient d’être inhumé, et le soin que l’homme y apporte, ainsi que les dévotions qui y sont présentées, doivent aussi bénéficier à celui qui est à l’origine de ce culte.

17Les écrits laissés par les laïcs de la société roussillonnaise des XVIIe et XVIIIe siècles, au premier rang desquels ceux des dévots, affichent ainsi leurs motivations pour élever des retables. La commande d’un retable peut être mise en parallèle avec la célébration d’une messe. Le rôle du premier est de magnifier la table d’autel et d’aider les fidèles à pénétrer le mystère de la Passion et de la Résurrection du Christ. Mais, de surcroît, les retables manifestent eux-mêmes, à l’instar de la messe, la louange et la demande de pardon de ceux qui en sont à l’origine.

  • 25 J.-L. Antoniazzi, « La Méditerranée à travers les œuvres d’art roussillonnaises de l’époque moderne (...)
  • 26 3E 3/951.
  • 27 3E 21/324, f° 301, 29 juillet 1719.
  • 28 3E 11/314, f° 128, 22 octobre 1696.
  • 29 3E 21/338, f° 221, 28 janvier 1720.
  • 30 3E 3/789, f° 120, 15 mars 1688.

18À l’instar des ex-voto, ils témoignent des grâces reçues25. Dans les testaments, selon la formule que l’on retrouve souvent et notamment chez Romeu, le dévot par le retable remercie Dieu « de l’avoir tiré du néant et de l’avoir fait à l’image de son créateur ». Souvent financé au moyen d’un legs « en rémission des péchés », le retable apporte aussi sa pierre à « la purgation et guérison ordinaire, soit des corps soit des esprits », selon les termes de François de Sales26. Il est inconcevable pour les dévots de mourir sans demander la miséricorde de Dieu par le sacrement de l’Eucharistie. Joseph Romeu bourgeois noble de la ville de Perpignan, demande 2 000 messes27, Miquel Barrera, bourgeois noble de la ville de Perpignan, en commande 40028, son fils Thomas, bourgeois noble de Perpignan qui demande à être enterré devant la chapelle du Saint-Sépulcre à Prades, 60029, Joan Fabra, argenter de Perpignan, 1 00030. Dans son testament, l’homme règle ses dernières affaires temporelles et met en ordre ses affaires spirituelles ; le retable est à sa mesure un instrument pour accéder au ciel.

  • 31 Sur ce rôle des fabriques dans les paroisses, voir l’ouvrage d’A. Bonzon, L’esprit de clocher, Prêt (...)
  • 32 3E 19/574.
  • 33 3E 20/179.
  • 34 3E 4/137, 3 avril 1730.

19Concernant les dévots, l’un des moyens d’exercer leur « sacerdoce » est l’engagement dans le consulat ou dans les fabriques de l’église paroissiale31. À Prades, l’action sociale se met en place chaque 23 juin dans l’élection des charges. Trois personnes sont désignées ce jour-là pour administrer l’hôpital ou quêter pour « les pauvres honteux ». Mais c’est à titre personnel qu’ils participent également, pour une part ou en totalité, au financement des retables. Le 25 janvier 1702, l’évêque de Flamenville autorise la « sépulture de Joseph Armangau, bourgeois noble dans la chapelle de saint Joseph de l’église de Vinça dont lui et ses ancêtres ont pris soin d’orner l’autel et d’y faire plusieurs fondations »32. Le dévot obtient de l’évêque d’Elne-Perpignan le suprême honneur d’y ensevelir sa dépouille pour avoir entretenu des années durant une chapelle de l’église, avoir réalisé un retable et permis l’acquisition de l’argenterie ainsi que des vêtements liturgiques nécessaires au bon déroulement des cérémonies. Dans son testament daté de 1654, Mathieu Vilar33, pagès de Saint-Marsal, demande à être enterré au pied du retable du Christ. Il lègue 100 livres pour peindre ce retable. « Considérant la grande dévotion que le sieur François Lassus et de Grau, citoyen noble de Perpignan, a pour l’église de Palau et particulièrement pour saint Antoine de Padoue, la communauté des prêtres lui cède la petite chapelle du dit saint Antoine de Padoue édifiée dans ladite église »34.

  • 35 54Edt 3, f° 115.
  • 36 3E 11/315.

20Ces dévots financent la construction ou la dorure d’un retable en vue d’élire leur sépulture au pied de l’autel. En 1696, Miquel Cruzat, pagès de la ville d’Elne, décide de « fabriquer une chapelle dans l’église de Saint-Jacques de la ville basse pour faire l’autel de Saint-Sébastien en exécution du vœu qu’a fait ledit Cruzat en temps de contagion à l’année 1653 [...] ledit Cruzat en avait parlé à un sculpteur (son nom n’est pas précisé) pour faire ledit retable lequel a demandé trentecinq doubles »35. Le retable ex-voto exprime ainsi de la part du commanditaire un remerciement à saint Sébastien de l’avoir sauvé de la peste. Un autre exemple nous est donné avec le testament d’un prêtre de la communauté de Prades, Siméon Bordes. Le 12 octobre 1698, il lègue « à la confrérie de Saint Blaise une chasuble de damas vermeil garnie de galons d’or, et 15 doubles d’or pour servir à la fabrication du retable de ladite chapelle Saint Blaise. Et au cas [précise-t-il] qu’il y ait un dévot qui au moment de sa mort fait faire le retable veux que ces 15 doubles servent alors à dorer ledit retable »36. Le prêtre ne compte pas financer entièrement le retable, son legs s’avère insuffisant. Mais surtout, il ne songe pas à s’associer à un autre prêtre : il pense plutôt à un dévot. Ceci renforce l’idée que les commanditaires laïcs ont leur rôle à jouer.

  • 37 A. Bonzon, L’esprit de clocher..., op. cit., p. 231 ; N. Lemaître, « Finances des consulats et fina (...)
  • 38 M. Brunet, Les pouvoirs au village, aspects de la vie quotidienne dans le Roussillon du XVIIIe sièc (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 G 784.

21La marguillerie s’active elle aussi. On y retrouve des hommes qui participent également au pouvoir municipal37. Michel Brunet précise les rapports entre les deux institutions en Roussillon : « Dans la généalogie des groupes sociaux, la paroisse a précédé et souvent enfanté la communauté. Rassemblant presque toujours le même espace et les mêmes habitants, ces deux institutions ne sont pas simplement juxtaposées : elles ont dérivé lentement à partir d’une unité consubstantielle, ce qui ne facilite pas toujours les relations entre clercs et laïcs, marguilliers et curés, dans la mesure où les frontières de compétence ne sont pas clairement tracées au moins pour ce qui concerne la gestion matérielle de l’église visible »38. Michel Brunet nous renseigne sur son organisation : « Les marguilliers au nombre de deux ou trois, souvent d’anciens consuls élus pour une courte période ou cooptés par leurs prédécesseurs suivant des modalités sur lesquelles nous sommes assez mal renseignés, sont les responsables de cette gestion. Ils se réunissent sous la présidence du curé mais ils sont très jaloux de leurs prérogatives et ces brebis indociles ne suivent pas toujours les suggestions de leur pasteur ». L’auteur cite de nombreuses sources de financement. « Les frais de culte, le luminaire, l’ornementation des églises, la réparation ou la reconstruction des nefs, l’entretien des cimetières sont en principe gérés et assumés par les marguilleries, dénommées aussi fabriques (ou obreries en catalan). La marguillerie dispose d’un budget dont les ressources sont très variables. Elle possède parfois quelques biens fonciers reçus au titre de legs pieux, champs ou immeubles qui sont loués. Les rentes constituées à titre obituaire, les intérêts d’emprunts contractés auprès de la marguillerie par la communauté, les aumônes, les dons, les produits de quêtes, les autorisations monnayées de travailler le dimanche dans les moments de presse alimentent quelque peu des recettes généralement maigres, mais qui sont précieusement conservées dans un coffre à trois clefs (une pour le curé, deux pour les marguilliers) »39. Les marguilleries possèdent en effet des biens propres qu’elles louent chaque année. La fabrique de Prades met ainsi chaque année aux enchères la glacière ou pou del gel de l’église qui l’aidera à financer le retable majeur. À Estagel, la fabrique fait de même avec la glacière de la ville, le produit lui appartenant40.

  • 41 3E 9/153.
  • 42 A. Cazes, La vallée du Rojà, Guide touristique Conflent, Perpignan, imp. Comet, 1989, p. 12.
  • 43 . 3E 35/29. « Aussi a été payé ce qui a été promis au retable de saint Martin, une mesure de grain (...)
  • 44 3E 1/4295, testament de Matheu Burgues sastre dell loch de sant Feliu devall, 1656.

22Il arrive assez fréquemment que des bienfaiteurs promettent des dons en argent pour que soit réalisée une statue de leur saint patron. Ainsi, au bénéfice du village d’Estoher, le révérend Joseph Costa, chanoine d’Elne, promet, le 17 juin 1703 : « Je lègue à l’église d’Estoher quatre louis d’or pour être employés pour faire la figure de saint Joseph qui se doit mettre à l’autel ou retable qu’on fait à présent travailler pour la chapelle de Notre-Dame de Grace de ladite église paroissiale du dit lieu d’Estoher. Et en cas que ledit autel ou retable le jour du décès du dit sieur testateur soit fait et mis en ladite chapelle veut et ordonne que lesdits quatre louis d’or soient employés pour l’utilité et profit de la même chapelle à la connaissance des dits manumisseurs »41. Les dons effectués en nature constituent également une part importante des ressources de la marguillerie. Dans le compte rendu de la visite canonique de 1653 de la paroisse de Fuilla, il est question « des personnes chargées pour la fabrique du retable de Sainte-Eulalie de quêter du blé, mil, argent »42. C’est le cas aussi du retable de Saint-Martin de Joch où Joan Vilar, brassier, décide dans son testament du 22 juillet 1721 : « Item sia pagat lo que dech promes al retaula de sant Marti acsepto una mesura de gra tinch donat »43. À l’église de Saint-Féliu-d’Avall, une liste de promesses de dons est établie pour la réalisation de son retable44.

  • 45 34J 1, f° 16. « J’affirme et confirme et signe que j’ai reçu des mains de Domingo Marti curé de Cal (...)
  • 46 « 4 charges ont été vendues pour payer 30 livres données pour le prix du cadre de saint Antoine de (...)
  • 47 « Le 15 août 1718 sont devenus fabricien de l’église paroissiale de saint Romain ».

23En Cerdagne, au XVIIIe siècle, l’église de Caldégas est redécorée, sur vingt ans, d’un ensemble de retables baroques. Ce vaste chantier est rendu possible par la générosité des villageois. Chaque cap de casa verse une part de sa récolte aux marguilliers qui revendent ces produits pour régler les œuvres des artistes sculpteurs et doreurs. Ce plan de financement a permis au curé Dominique Marti de régler le montant du très beau retable du maître-autel dédié à Saint-Romain : « Dich jo baix firmat que confesso aver rebut dels mans del Reverend Domingo Marti Rector de Caldegas la quantitat de xexanta doblas dich 60 doblas valens quiscuna 11 livres moneda francesa las quals son per lo treballo mans de fer lo retaula major de la iglesia parroquial de st roma de Caldegas y per esser content y satisfet fas la present als 6 dezembre any 1713. Signé : Jaume Pujol arquitecto »45. En 1718, « 4 carges sem a venut per pagar 30 lliures te a donat a bon compte del quadro de st Antoni de Padua lo qual es en dita iglesia »46. Nous sommes renseignés pour la même année de l’ensemble des dons effectués par chaque famille : « Le 15 de Agost 1718 es entrar obrer de la parrochial iglesia de st Roma47 :

  • 48 Des terres de l’œuvre.
  • 49 Charges.
  • 50 Mesures.
  • 51 Pour l’affermage du champ.
  • 52 Pour le moulin.
  • 53 Pour le bénéfice.
  • 54 Pour le moulin Coder a payé Roma Palau.

De las terras de la obra48

13 cargas49

De senyor Francico Mir y Ricart

1 carga

De Rafel Agusti

1 mesura50

De Andall Girall

4 mesures

De Pere Marti Agusti

3 mesures

De dit per lo arrendament del camp51

1 carga 4 mesures

De Francesca Pallau

1 mesura

De casa Grau y la Colomina

1 carga

Per lo moli fariner52

3 cargas

Per lo benefici53

1 carga

Per casa Mora

2 mesures

Casa Gambus

2 mesures

Casa Riba

2 mesures

Per casa Joan Frances

7 mesures 3 cargas

Per casa Francisco Farres

1 carga 1 mesura

Per casa Joan Delcor

1 mesura

Per lo moli Coder paga Roma Palau54

3 cargas

Per casa Rusca de Onzes

4 mesures

De Justa Riba

3 cargas 1 mesura.

  • 55 3E 4/181.

24Ainsi, ce système judicieux permet le renouvellement du mobilier de l’église comme le confirment les quittances notées sur le livre de la fabrique. Les marguillers comptent aussi sur les legs, vendus aux enchères. Jacques Farall habitant du terroir de Saint-Marsal demande ainsi le 23 juin 1731 « qu’après mon décès toute ma robe servant pour l’ornement de ma personne soit vendue par mes manumisseurs à l’enchère publique à la place de Saint-Marsal pour du prix en provenant être employé à l’ornementation de la chapelle de Saint-Antoine érigée dans ladite église de Saint-Marsal »55.

  • 56 Pour toutes ces questions financières, G. Larguier, « L’Église, le crédit et les effets du système (...)
  • 57 137J 84.
  • 58 36J 33, Livre de comptes de la confrérie de Saint-Joseph.
  • 59 J. Lugand, op. cit., p. 221.

25Enfin, le remboursement d’une dette peut s’avérer providentiel56. Dans la délibération du 25 mai 1766 concernant le retable du maître-autel, la marguillerie de l’église Saint-Jacques de Perpignan indique l’usage qu’elle fera de cette manne : « Que selon la délibération de la marguillerie du 4 avril dernier pourrait employer pour la confection du nouveau retable au maitre autel toutes les rentes et revenus de ditte marguillerie que tout autre sous qui pourraient entrer tant pour le sujet que pour tout autre que depuis cette deliberation Maître Bonafos medecin a remboursé a la ditte marguillerie une rente au capital de quatre cent livres et convenu que par la suite il pourroit etre faits quelques autres remboursements des censeaux actuels et paiements de ce qui est deu par le Sieur Motas par transaction passée entre laditte marguillerie et le dit Sieur Motas par acte reçu par moy notaire soussigné le vingt huit mars mil sept cent soixante six que de meme toutes autres sommes de quelque nature quelles soient qui pourroint entrer a la ditte marguillerie pour quelque pretexte et rayson que ce puisse estre puisse estre employée a ces fins »57. Les marguillers peuvent intervenir à la suite du consulat. À Ille-sur-Têt, à partir de 1721 soit sept ans après la commande du retable de Saint-Joseph par le consulat58, ils font exécuter les travaux de peinture par Joan Baptista Purxet qui s’achèvent en 172459.

Le nouveau souffle des confréries et des Tiers-Ordres

  • 60 A. Basso i Bernado, « Les confréries et les corporations en Roussillon (XIVe-XVIIIe siècles) », Mas (...)
  • 61 M. Tintou, « Coutumes particulières à quelques confréries limousines du XVIe au XVIIIe siècles », C (...)
  • 62 E. Cortade, « Confréries et retables du Rosaire », Itinéraires du Rosaire, Centre d’Art Sacré Ille- (...)
  • 63 J.-L. Antoniazzi, D. Fernandez, F. Ferranti, Baroque catalan, op. cit., p. 56.

26De nombreux villages ont leur confrérie de dévotion, voire plusieurs60. C’est le cas de la ville de Prats-de-Mollo qui en compte huit au début du XVIIIe siècle. « Instaurée en vue de contribuer à la solennité de la fête patronale ou d’une célébration extraordinaire, de veiller au maintien du culte d’un saint, de s’assurer des prières après la mort, mais aussi de participer à un effort commun vers un but déterminé, de renforcer les liens de l’homme avec ses semblables en créant des occasions plus fréquentes de se réunir dans une authentique fraternité, la confrérie représente, pendant des siècles, pratiquement la seule forme de vie associative, aussi bien urbaine que rurale »61. L’une des plus importantes confréries est celle du Rosaire62. Les confrères élisent le siège de leur confrérie dans une chapelle latérale de l’église paroissiale et se donnent pour mission première d’embellir cette chapelle. Les confrères passent un contrat avec un sculpteur pour la réalisation d’un retable afin d’orner le fond de la chapelle. C’est le cas pour la chapelle du Rosaire de l’église de Rivesaltes avec l’érection du retable de Jean-Jacques Mélair63. De même, un artiste peintre reçoit commande de tableaux pour orner les murs latéraux. Quant aux orfèvres ils réalisent les calices et ciboires nécessaires pour le service de l’autel.

  • 64 M. Brunet, Les pouvoirs au village..., op. cit.

27Les confréries de métier reprennent pour leur part un nouveau souffle64. Réorganisées, elles renouvellent leur dévotion à leur saint titulaire. C’est ainsi qu’à Collioure, lorsque les consuls de la ville décident de passer commande à Joseph Sunyer du retable du maître-autel de l’église, les membres de la puissante confrérie des pêcheurs saisissent l’occasion pour relancer la dévotion à leur saint patron :

  • 65 3E 3/798, f° 306, 18 octobre 1699. « Ladite confrérie de saint Pierre de Collioure aide et contribu (...)

« La dita confraria de sant Pere de Cotllioure ajude y contribuesca al zel y devocio que lo poble de esta vila te en lo estat present de refresar en la isglesia paroisial la devocio del dit glorios sant Pere com era antiguament en la isglesia demolida en la qual y havia capella baix la invocacio y ara pretendrian posar la figura y representacio del dit sant en lo retaule major que preten fer de la assumpcio de maria sanctissima nostre Patronal o qual de present ja se troba comenssat afi que despres de ella se puga de nou redressar la devocio gran que este poble te per dit glorios Sant estas y altrescosas conciderades han deliberat y resolt de fundar com al servey y thenor del present acte dits Magnifichs Consuls Coma obrers majors en nom de dita confraria fundan en dita isglesia parroquial lo die que sera quiscun any lo cap de octava de Sant Pere una festa al dit glorios Sant co es completas la vespre de dit cap de octava ofici solemne en dit die del cap de octavia y un anniversari general lo endema aixibe solempne ab capas y bordons diaca y subdiaca ab las quatre absoltes generals diedoras ab processo per lo torn de dita isglesia lo tot ab tocament de campanas [...] »65.

  • 66 . 3 E 3/798, f° 306, « pour l’œuvre et la fabrique du dit retable en particulier de ce qu’il faut p (...)
  • 67 E. Cortade, « Quelques sculpteurs de retables aux XVIIe et XVIIIe siècles, Notes biographiques », É (...)

28Ainsi, la riche confrérie des pêcheurs de Collioure prend à sa charge le coût d’une statue parmi toutes celles du retable de l’autel majeur de l’église paroissiale. Elle choisit celle de son saint patron, Pierre, et fait donation le 18 octobre 1699 le jour de la fête du patron des artistes sculpteurs et peintres « per la obra y fabrica del dit retaule y en particular del ques fara pera posarhi la figura del dit Sant Pere [de] la suma de cent seixanta una lliura sis sous y vuit diners »66. En 1740, les confrères de la Minerve passent commande du retable du Saint-Sacrement pour leur chapelle dans l’église Saint-Étienne d’Ille-sur-Têt, pour la somme de 1 300 livres, à Joseph Cantayre67. La confrérie de Sainte-Catherine de la ville de Prats-de-Mollo adresse à l’évêque une requête pour pouvoir financer la construction d’un nouveau retable, tout en rappelant ses motivations : « animés d’un saint zèle pour la gloire de la maison du Seigneur et l’honneur de leur chapelle [ils] ont entrepris de faire un nouvel autel dans ladite chapelle, celui qui s’y trouve aujourd’hui étant fort au dessous du médiocre et fort peu conforme aux autres de la même église [...] En conséquence les exposants ont représenté leur situation à Messieurs les Curés, à Messieurs les consuls, et à Messieurs les Marguilliers de la paroisse qui tous jugent convenable de ceder à la confrerie de sainte Catherine ce que les autres confrères de la même église peuvent avoir de superflu, avec les arrérages que les dites confréries peuvent avoir et pour cette alienation [...] les susdits marguilliers de sainte Catherine supplient votre grandeur de vouloir bien l’approuver de recommander même cette bonne œuvre au zèle des pasteurs et à la libéralité des paroissiens. Fait à Prats-de-Mollo le 11 mars 1761 ».

  • 68 124Edt 132.
  • 69 93J 8.
  • 70 1Mi 133, f° 86, Livre des Mémoires du couvent des Clarisses de Perpignan.
  • 71 3E 13/47.
  • 72 3E 19/574.
  • 73 3E 1/3467. « Je donne et lègue à la confrérie de Notre-Dame de la Conception du Mont Carmel une eff (...)
  • 74 3E 1/5777.

29S’ensuit le procès-verbal de l’état des confréries et de ce qu’elles peuvent avoir de superflu68. Leurs dons peuvent par ailleurs s’adresser aux couvents ou aux ermitages dépourvus de biens financiers suffisants. Ainsi, le 6 juin 1702, la confrérie du Rosaire de Rodès offre 13 livres pour financer le retable de l’ermitage de Domanova69, œuvre de l’atelier de Joseph Sunyer. Le 12 août 1714, est érigé au couvent des clarisses de Perpignan un retable dédié à sainte Catherine de Bologne. Une note établie par le couvent précise que « le prix de ce retable a été payé des aumônes et charités des dévots de ladite sainte Catherine de Bologne »70. Les sources de financement des confréries peuvent être aussi originales que variées. Les legs testamentaire en constituent la majeure partie. Ainsi, par legs en date du 2 février 1632, Gratia Sabatera, pagès de Salses, cède sa maison à la confrérie du Rosaire de ce village71 : l’important revenu qui en provient permet la construction du retable pour la chapelle. À l’église de Finestret, Jaume Ginhoer, prêtre, rédige son testament le 22 juin 1706 : « Je lègue à l’œuvre et confrérie de Notre-Dame du-Rosaire de Finestret, 50 livres pour aider à dorer le retable de Notre-Dame du-Rosaire, payable dans trois ans après mon décès »72. Dans son testament du 25 mai 1666, Jérome Llot, prêtre de Saint-Jean de Perpignan, lègue deux statues de bois : « Deix y llego a la confraria de Nostra Senyora de la Conception del Mont del Carme una effigie de la mare de Deu ab son fill ab brassos ab sas corones de platta ». « Deix y llego al monestir de santa Catherina de Siena una mare de Deu de vulto de Nostra Senyora del roser ab tots ses vestits, camisas y coronas que jo tinch »73. Le 27 octobre 1633, le notaire d’Elne Sebastia Roig lègue à la confrérie du Rosaire d’Elne son service de table, ainsi que le reste de son argenterie ouvragée, afin de fabriquer des pièces nécessaires à la célébration du culte de la chapelle de la confrérie et de terminer le retable qui a été si décrié au moment de son expertise à cause des images païennes qui s’y trouvaient74.

  • 75 3E 4/195, 14 novembre 1745.
  • 76 49J 10, Llibre de la confreria de NS del Roser, 1732-1862.
  • 77 3E 13/47.
  • 78 J. Sarrete, La confrérie du Rosaire de Vinça, Perpignan, Imp. Catalane, 1922.

30Les confréries organisent aussi des collectes. Les rosières quêtent à domicile, les dimanches et jours de fête en frappant du pouce et du coude leurs panderos (tambourins) et en interprétant des chants du terroir et des louanges à l’adresse des familles visitées pour qu’elles se montrent plus généreuses. De son côté, le bassiner quête dans les maisons et les champs, le blé pour les gâteaux de chaque fête, le vin pour les messes, l’huile pour la lampe de la chapelle. Les produits en nature sont entreposés dans les celliers de la confrérie et l’argent dans une caisse spéciale fermant à trois clés. Les ventes apportent un complément de ressources. La confrérie des artisans de la ville de Thuir, en assemblée, décrète que « est dû à ladite confrairie des flambeaux [...] et comme notre retable [dédié à saint Jean-Baptiste] est si imparfait il me paraît qu’il faudrait que lesdits débiteurs des flambeaux en paiement en argent comptant pour être employé pour accomoder le dit retable et à cet effet seront nommés des commissaires ». Après discussion, il est décidé que « la confrérie nomme à cet effet les syndichs François Colonyer, Jean Romeu, lesquels recevront l’argent des dits flambeaux des mains du trésorier pour parfaire le dit retable jusqu’à convenance des sommes a quoi monteront lesdits flambeaux »75. Parfois la confrérie possède quelques terres qu’elle fait cultiver, elle en vend les produits. Ainsi trois charges de vin sont vendues par la confrérie du Rosaire de Ria lors de l’année d’admission 1770-177176. Le 10 septembre 1780, c’est le bail d’afferme de la pelle du four à cuire le pain de la confrérie du Rosaire de Saint-Laurent-de-la-Salanque qui est attribué à Augustin de Sanyas et Pierre Payto pour le prix de 907 livres77. À Vinça, « en 1635, le pain béni rapporte 18 livres 7 sols 6 deniers, le bassin des quêteurs 62 livres 8 sols 4 deniers » à la confrérie du Rosaire78.

  • 79 « 360 francs provenant de 600 billets distribués à raison de 12 sous le billet ».
  • 80 Gp 177. « Six couverts d’argent ».
  • 81 « Dépenses : J’ai reçu du révérend Salvador Botet la somme de 207 francs pour le montant de six cou (...)
  • 82 Gp 177, f° 31. « 720 livres pour 1 200 billets distribués pour la mise en jeu d’un huilier et d’un (...)
  • 83 Sur cet orfèvre Bonaventure Vaquer ainsi que sur son fils qui lui a succédé, voir L. Ausseil, L’orf (...)
  • 84 Gp 177, f° 35.
  • 85 Gp 177, f° 54. « Pour avoir fait inséré dans la gazette d’Avignon afin que personne ne puisse l’ign (...)

31La confrérie de la Sanch de l’église Saint-Jacques de Perpignan a trouvé des sources de revenu originales en organisant des loteries, avec des lots très prisés comme de l’argenterie, dans le but de se procurer des sommes importantes. Le 9 septembre 1747, sont encaissés « 360 franchs provenint de sis cents billets distribuits a raho de 12 sous lo billet »79. Les 600 billets ont tous trouvé preneur car le lot est alléchant : « sis coverts de plata »80. Eixidas : « Tinc rebut del reverend Salbador Botet la suma de dos cens set francs per lo montant de sis cobets de plata per ser lo ber fas lo present en perpinya als 27 de juin 1747, Vaquer argenter »81. Cette loterie ayant rencontré un net succès auprès de la population, la confrérie recommence l’année suivante en doublant le nombre de billets mis en circulation. Ainsi sont imprimés 1 200 billets. Le 24 juin 1748, la loterie rapporte « 720 livres per dotze cents billets selon distribuits en aquella joya de un olier y sacrer de plata »82. Ces deux objets en argent, le porte-huilier et le sucrier, ont été payés à l’orfèvre Vaquer83 390 livres : « Je soussigné déclare avoir reçu de Messieurs les regidors de la Confrerie de la Sang la somme de trois cens nonante livres laquelle est pour le payement dun porte huilier et d’un sucrier dargen que je leur est vendu pour faire une loterie pour ladite confrérie fait à Perpignan le 20 avril 1748 »84. Le bénéfice s’élève à 330 livres. Chaque année les confrères réitèrent cette loterie jusqu’à l’élargir au-delà du Roussillon, puisqu’en 1752, ils payent 6 livres pour « aver fet insertat dins la gaseta d’Avignon perque ningu pogues allegar ignorantia » pour la loterie des « sis coverts complets de plata »85. Les sommes ainsi récoltées permettent à la confrérie d’engager des travaux importants pour la chapelle et son mobilier : retables, tableaux accrochés aux murs de la chapelle et misteris.

32Enfin, il ne faut pas oublier les Tiers-Ordres. Aspirant à une perfection de vie chrétienne tout en demeurant dans l’état laïque, les membres d’un Tiers-Ordre se conforment à une règle de vie sous le contrôle d’un ordre religieux. Ces groupements connaissent à la fin du XVIIe siècle un succès croissant. En témoigne la publication en 1688 d’un petit livre : Regles et statuts pour ceux et celles qui désirent être admis au Tiers ordre de Saint François de Paule, placé sous le patronage de « Madame de Trobat, directrice des Dames de Miséricorde », l’épouse de l’intendant priée de « le bien introduire en ce pays ». Chaque Tiers-Ordre construit ou entretient une chapelle, située dans l’église conventuelle, comme la chapelle du Tiers-Ordre des Carmes à Perpignan, ou à l’extérieur comme la chapelle du Tiers-Ordre des Carmes d’Ille-sur-Têt, construite à quelques dizaines de mètres de l’église paroissiale.

33En conclusion, ces œuvres d’art qui éclosent et embellissent les églises aussi rapidement aux XVIIe et XVIIIe siècles en terres nord-catalanes, dans un espace somme toute assez restreint, suscitent l’enthousiasme, une émulation artistique en Roussillon qui peut aller jusqu’à une certaine compétition. Aujourd’hui nous n’imaginons pas l’effet produit par un retable qui, achevé en atelier, est dressé dans l’abside d’une église. Certains en viennent à désirer une copie du retable de leur voisin, ou une œuvre du même artiste, voire un retable plus grand et plus somptueux encore. Tel est le cas de celui de l’autel majeur de l’église Notre-Dame des Anges de Collioure. Parce que les consuls de ce port de pêche interpellés par les louanges des Pradéens sont venus jusqu’à eux voir le retable que Sunyer commençait à dresser dans l’abside, ils décident d’en faire construire un semblable pour leur nouvelle église. Ainsi, peut se lire la production artistique d’un sculpteur comme Joseph Sunyer le long de la vallée de la Têt : c’est l’effet boule de neige. Le désir peut se concrétiser à condition de disposer de moyens financiers suffisants. Une grande partie de la population, chacun à sa mesure, participe au financement. Des personnalités de la province comme l’intendant peuvent aider au financement d’œuvres dont ils passent commande auprès des sculpteurs. Les consuls recherchent des dévots laïcs qui se font, quant à eux, une joie et un devoir de mettre une partie de leur fortune au service de ces projets qui vont perpétuer leur mémoire. Ils laisseront personnellement ou au nom de leur famille une trace de leur passage dans l’Histoire. Ces projets permettent aussi aux dévots d’approfondir leur dialogue avec Dieu. Animés d’une foi ardente, membres de la bonne société et en relation avec les artistes, ils mettent au point tout un programme iconographique dans les églises roussillonnaises. Quant aux « troupes obscures » qui ont déjà participé à la construction des églises tout au long du XVIIe siècle en Roussillon, elles vont au siècle suivant, elles aussi, contribuer au financement des retables. Elles aussi effectuent des legs qui constituent la source la plus fréquemment mentionnée dans les archives. Des quêtes sont organisées auprès des fidèles par une confrérie ou l’œuvre du retable, des tombolas sont proposées, dotées de lots comme de véritables pièces d’argenterie qui attirent le plus grand nombre de participants. L’argent étant recueilli ou en passe de l’être, le commanditaire peut rencontrer le sculpteur afin de s’entendre sur les étapes et les modalités de la construction du retable.

1. Catllar, église Saint-André, retable majeur, J. Pardines, 1688

2. Catllar, église Saint-André, retable de la Pieta, huile sur toile d’Antoine Guerra, 1692-1699

3. Prades, église Saint-Pierre, retable du Christ, J. Pardines, 1681 ; tabernacle de J. Sunyer, début XVIIIe s.

4. Prades, église Saint-Pierre, plaque de marbre 1696, début XVIIIe siècle

5. Prades, église Saint-Pierre, tableaux de la Passion du Christ, début XVIIIe siècle

6. Prades, église Saint-Pierre, coupole de la chapelle du Christ, 1696

7a et b. Prades, église Saint-Pierre, retable Saint-Gaudérique, portrait sculpté des époux Romeu, J. Sunyer, 1714

8. Prades, église Saint-Pierre, retable majeur, huile sur toile, Christ de piété, 1699

9. Rivesaltes, église Saint-André, retable du Rosaire, J.-J. Mélair, 1677

10. Arles-sur-Tech, abbatiale, retable des saints Abdon et Sennen, L. Tremullas, 1648

Notes

1 D. Julia, J. Gadille, M. Venard, « Pour un répertoire des visites pastorales », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 55, n° 154, 1969, p. 49-67.

2 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 43J 2 (toutes les références ci-après sont tirées de ce fonds d’archives).

3 45J.

4 93J.

5 3E 6/79.

6 1C 1340. « Pour faire dorer le retable comme l’indique un décret de monseigneur l’évêque ».

7 J.-P. Gutton, Dévots et société au XVIIe siècle, Paris, Belin, 2004.

8 3E 11/315.

9 3E 11/268 à 318.

10 Arch. mun. Prades, registre des délibérations, 16 mai 1696.

11 J. Lugand, Guerra, la peinture baroque en pays catalan aux XVIIe et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006, p. 100.

12 A. Cazes, Saint-Pierre de Prada, imp. du Conflent, s. d., p. 12. « Jean-Michel Bertran, notaire public de cette ville, a préparé ce tombeau pour lui et les siens. Arrête-toi ici, passant, et prie pour lui. A Dieu très bon et très grand ».

13 Ibid., p. 12. « Cette chapelle, construite par ses soins et à ses frais, Jean-Michel Bertran, notaire public de cette ville, originaire du village voisin de Catllar, l’a affectueusement dédiée au Précieux Sang du Christ répandu pour sa rédemption, en demandant humblement à Dieu que lui-même et tous ceux qui y prieront méritent de recevoir l’effet de la Passion du Seigneur, l’an 1696 à compter de la naissance du Christ ».

14 A. Cazes, Saint-Pierre de Prada, op. cit., p. 12.

15 J.-L. Antoniazzi, D. Fernandez, F. Ferranti, Baroque catalan, Paris, Herscher, 2011, p. 101.

16 J. Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006, p. 206.

17 Jean, 19, 34.

18 Jean, 19, 37.

19 Arch. mun. Prades, registre des délibérations, 16 mai 1696.

20 Ph. de Lazerme, La Noblesa catalana, t. III, imp. de l’Ouest, La Roche-sur-Yon, 1977, p. 178.

21 3E 21/324.

22 A. Cazes, Saint-Pierre de Prada, op. cit., p. 22-23.

23 J. Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan, imp. Comet, 1914, p. 318.

24 3E 3/951.

25 J.-L. Antoniazzi, « La Méditerranée à travers les œuvres d’art roussillonnaises de l’époque moderne », dans G. Larguier (dir.), Les hommes et le littoral autour du golfe du Lion XVIe-XVIIIe siècle, Perpignan, PUP, 2012, p. 215-217.

26 3E 3/951.

27 3E 21/324, f° 301, 29 juillet 1719.

28 3E 11/314, f° 128, 22 octobre 1696.

29 3E 21/338, f° 221, 28 janvier 1720.

30 3E 3/789, f° 120, 15 mars 1688.

31 Sur ce rôle des fabriques dans les paroisses, voir l’ouvrage d’A. Bonzon, L’esprit de clocher, Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais 1535-1650, Paris, Éditions du Cerf, 1999, p. 219-285.

32 3E 19/574.

33 3E 20/179.

34 3E 4/137, 3 avril 1730.

35 54Edt 3, f° 115.

36 3E 11/315.

37 A. Bonzon, L’esprit de clocher..., op. cit., p. 231 ; N. Lemaître, « Finances des consulats et finances des paroisses dans la France du Sud-Ouest, XIVe-XVIe siècle », dans M. Pacaut, O. Fatio, L’Hostie et le Denier, Genève, Labor et Fides, 1991, p. 100-117 ; S. Brunet, La vie, la mort, la loi, Les prêtres des montagnes dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime, Aspet, Pyré Graph, 2001, p. 595-610.

38 M. Brunet, Les pouvoirs au village, aspects de la vie quotidienne dans le Roussillon du XVIIIe siècle, Canet, Trabucaire, 1998, p. 55.

39 Ibid.

40 G 784.

41 3E 9/153.

42 A. Cazes, La vallée du Rojà, Guide touristique Conflent, Perpignan, imp. Comet, 1989, p. 12.

43 . 3E 35/29. « Aussi a été payé ce qui a été promis au retable de saint Martin, une mesure de grain que j’ai donné ».

44 3E 1/4295, testament de Matheu Burgues sastre dell loch de sant Feliu devall, 1656.

45 34J 1, f° 16. « J’affirme et confirme et signe que j’ai reçu des mains de Domingo Marti curé de Caldégas la quantité de 60 doubles valant 11 livres chacune monnaie de France, lesquelles sont pour la réalisation du retable majeur de l’église paroissiale de saint Romain de Caldégas, étant content et satisfait, le 6 décembre 1713. Signé : Jaume Pujol architecte ».

46 « 4 charges ont été vendues pour payer 30 livres données pour le prix du cadre de saint Antoine de Padoue, lequel est dans cette église ».

47 « Le 15 août 1718 sont devenus fabricien de l’église paroissiale de saint Romain ».

48 Des terres de l’œuvre.

49 Charges.

50 Mesures.

51 Pour l’affermage du champ.

52 Pour le moulin.

53 Pour le bénéfice.

54 Pour le moulin Coder a payé Roma Palau.

55 3E 4/181.

56 Pour toutes ces questions financières, G. Larguier, « L’Église, le crédit et les effets du système Law en Roussillon au XVIIIe siècle », dans Découvrir l’histoire du Roussillon XIIe-XXe siècle, Perpignan, PUP, 2010, p. 349-364.

57 137J 84.

58 36J 33, Livre de comptes de la confrérie de Saint-Joseph.

59 J. Lugand, op. cit., p. 221.

60 A. Basso i Bernado, « Les confréries et les corporations en Roussillon (XIVe-XVIIIe siècles) », Massana, n° 8, Perpignan, 1970, p. 236-258 ; J. Roca, « Les confréries en Roussillon de 1300 à 1793 », RHLDP, 1931, p. 544-588 ; 1932, p. 30-31, 89-91.

61 M. Tintou, « Coutumes particulières à quelques confréries limousines du XVIe au XVIIIe siècles », Confréries et confrères en Limousin du Moyen Âge à nos jours, Limoges, PUL, 2009, p. 51.

62 E. Cortade, « Confréries et retables du Rosaire », Itinéraires du Rosaire, Centre d’Art Sacré Ille-sur-Têt, 1991, p. 25-34 ; J. Gibralt, La confrérie du Rosaire en Roussillon, Perpignan, imp. Comet, 1912, 46 p. ; L. Hernandez, Les confréries du Rosaire dans l’ancien diocèse d’Elne (fin XVe siècle-1792), 2 vol., D. E. A., Université de Perpignan, Centre d’Études Catalanes, 1999, 292 p. ; J. Sarrete, La confrérie du Rosaire de Vinça, Perpignan, imp. Catalane, 1922, 53 p.

63 J.-L. Antoniazzi, D. Fernandez, F. Ferranti, Baroque catalan, op. cit., p. 56.

64 M. Brunet, Les pouvoirs au village..., op. cit.

65 3E 3/798, f° 306, 18 octobre 1699. « Ladite confrérie de saint Pierre de Collioure aide et contribue au zèle et à la dévotion que le peuple de cette ville tient dans l’état présent de rafraîchir dans l’église paroissiale la dévotion au dit glorieux saint Pierre comme elle était vive auparavant dans l’église démolie et dans laquelle il y avait une chapelle basse. Maintenant [les membres de la confrérie] veulent poser la figure et représentation de ce saint au retable majeur de l’Assomption de la Vierge notre patronne qui a commencé à être réalisé afin de redresser la grande dévotion que ce peuple a pour le glorieux saint. C’est pour toutes ces raisons qu’il a été délibéré et résolu de fonder pour le service et la teneur du présent acte les magnifiques consuls Coma et les marguilliers majeurs, qui au nom de la confrérie fondent dans l’église paroissiale le jour de l’octave de saint Pierre une fête au dit glorieux saint avec complies et office solennel pour les vêpres de cette fête. Le lendemain il y aura un office solennel avec chapes et bourdons, diacre et sous-diacre, avec les quatre absoutes générales avec procession autour de l’église, le tout avec sonnerie de cloches ».

66 . 3 E 3/798, f° 306, « pour l’œuvre et la fabrique du dit retable en particulier de ce qu’il faut pour poser la figure de saint Pierre, [de] la somme de 161 livres 6 sous et 8 deniers ».

67 E. Cortade, « Quelques sculpteurs de retables aux XVIIe et XVIIIe siècles, Notes biographiques », Études roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Perpignan, Le Publicateur, 1987, p. 370.

68 124Edt 132.

69 93J 8.

70 1Mi 133, f° 86, Livre des Mémoires du couvent des Clarisses de Perpignan.

71 3E 13/47.

72 3E 19/574.

73 3E 1/3467. « Je donne et lègue à la confrérie de Notre-Dame de la Conception du Mont Carmel une effigie de la mère de Dieu avec son fils dans les bras et ses couronnes d’argent ». « Je laisse et je lègue au monastère de sainte Catherine de Sienne une Mère de Dieu de bois de Notre-Dame-du-Rosaire avec tous ses vêtements, chemises et couronnes que j’ai en ma possession ».

74 3E 1/5777.

75 3E 4/195, 14 novembre 1745.

76 49J 10, Llibre de la confreria de NS del Roser, 1732-1862.

77 3E 13/47.

78 J. Sarrete, La confrérie du Rosaire de Vinça, Perpignan, Imp. Catalane, 1922.

79 « 360 francs provenant de 600 billets distribués à raison de 12 sous le billet ».

80 Gp 177. « Six couverts d’argent ».

81 « Dépenses : J’ai reçu du révérend Salvador Botet la somme de 207 francs pour le montant de six couverts d’argent faits à Perpignan le 27 juin 1747, Vaquer orfèvre ».

82 Gp 177, f° 31. « 720 livres pour 1 200 billets distribués pour la mise en jeu d’un huilier et d’un sucrier ».

83 Sur cet orfèvre Bonaventure Vaquer ainsi que sur son fils qui lui a succédé, voir L. Ausseil, L’orfèvrerie en Roussillon, Perpignan, éd. des Archives départementales, 1994, p. 222.

84 Gp 177, f° 35.

85 Gp 177, f° 54. « Pour avoir fait inséré dans la gazette d’Avignon afin que personne ne puisse l’ignorer [...] six couverts d’argent ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search