Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Le livre et l’Église, les fidèles et leurs livres : le livre à caractère religieux dans la province du Roussillon à l’époque moderne

Caroline Lentz

Texte intégral

  • 1 Rivarol.

« Un peu de philosophie écarte de la religion et beaucoup y ramène »1.

1L’imprimé religieux a trois usages : un usage liturgique, un usage lié au rituel, un usage hérétique. C’est d’abord un objet saint, empreint de mystère et de pouvoirs surnaturels, puis un outil qui va amener le lecteur à devenir un meilleur chrétien, enfin traite de tout ce qui touche à la liturgie et à l’institution. Il est également un moyen de conversion. Cela va donc du Livre, la Bible, aux textes de prières, aux textes liturgiques, aux vies de saints et à tous les livres destinés à la formation et à l’instruction des fidèles, aux livres de dévotion, outils à l’usage des croyants, aux livres fétiches, livres plus proches d’une œuvre d’art ou d’une amulette que l’on porte sur soi, enfin aux feuillets dévots distribués lors d’événements religieux.

2La liste est longue lorsqu’on s’intéresse aux livres religieux. Les questionnements liés à leur présence – ou non – dans une bibliothèque sont aussi nombreux, révèlent les pratiques et les orientations spirituelles de leurs propriétaires. En Roussillon, province de forte religiosité, le livre à caractère religieux tient une place importante. C’est à travers la production et la circulation des écrits religieux d’abord (I), les inventaires après décès ensuite trouvés chez les notaires, des ecclésiastiques particulièrement (II), mais aussi des particuliers (III), que l’on va pouvoir déterminer la place tenue par le livre religieux dans la province et ce qu’elle indique sur la spiritualité roussillonnaise.

I. Le livre à caractère religieux : création et diffusion

3Dans la société d’Ancien Régime le livre religieux tient une place prépondérante, au niveau des auteurs, comme des éditions et des réimpressions, qu’il s’agisse d’œuvres fondamentales, tels les ouvrages des pères de l’Église, ou de théologiens contemporains. Qu’en est-il de la création et de l’édition roussillonnaises dans un premier temps (A), puis de la diffusion de ce type de littérature dans un second temps (B) ?

A. L’édition et l’écriture de livres à caractères religieux dans la province

  • 2 Pour plus d’information, voir mes précédents travaux.
  • 3 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1C 1313.
  • 4 R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Édition du Seuil, 1987.
  • 5 J.-S. Pons, La littérature catalane en Roussillon au XVIIe et au XVIIIe siècle, Toulouse : E. Priva (...)

4Cent vingt-six livres sont imprimés à Perpignan entre 1700 et 1791 chez les imprimeurs perpignanais2 sans compter les rééditions. L’activité d’édition à Perpignan est donc modeste. Comme l’état des imprimeurs réalisé en 1758 à la demande des autorités pour contrôler ces métiers le signale3, les imprimeurs vivent davantage de travaux effectués pour la ville que de l’impression d’œuvres littéraires4. Les auteurs manquent dans la province durant cette période. Joseph-Sébastien Pons parle même, dans son étude sur la littérature catalane aux XVIIe et XVIIIe siècles, « d’atonie littéraire », les livres dévots constituant l’essentiel de cette littérature5.

5Les auteurs roussillonnais qui traitent de théologie étaient peu nombreux et vivaient souvent à Paris. Leur production ne rejaillissait que difficilement sur la province, leurs ouvrages étant édités dans la capitale. Dom Brial, qui fut membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1804, bénédictin, vécut à Paris à partir de 1771 où il poursuivait l’écriture de l’Histoire littéraire de la France ainsi que de livres d’histoire, fait partie de ces auteurs exilés. De même, l’abbé Sans, qui fut professeur de physique expérimentale à l’université de Perpignan avant de poursuivre sa carrière à Paris, auteur d’une Guérison de la paralysie par l’électricité éditée à Paris en 1778, ou l’abbé Nolet également chargé de la physique à l’université de Perpignan, protégé du maréchal de Mailly, qui publia un Essai sur l’électricité des corps à Paris en 1753.

  • 6 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1C 1313 et J. Comet, op. cit.

6L’imprimerie perpignanaise ne jouit donc pas du prestige de ces auteurs. Néanmoins, sur le nombre de livres imprimés cités précédemment, soixante-dix-sept concernent la théologie. La censure touchant l’imprimerie à cette époque permet de révéler un incident concernant un ouvrage à caractère religieux à Perpignan imprimé sans privilège royal6. En 1741, en effet, Jean-Baptiste Reynier imprime les Instructions spirituelles en forme de dialogues sur les divers états d’oraison suivant la doctrine de M. Bossuet, évêque de Meaux du père Caussade, jésuite, docteur en théologie, avec approbation de Mgr l’évêque d’Elne et de deux docteurs en théologie, et avec permission de M. Desprès, procureur général du roi au Conseil souverain de Roussillon. Le privilège manquant, le chancelier d’Aguesseau ordonna la saisie des exemplaires imprimés en 1742. Sur huit cents exemplaires, quarante furent saisis chez Reynier qui avait beaucoup à perdre dans cette affaire. Finalement, le privilège sera accordé au père Caussade, et les livres vendus à Toulouse, Lyon et Nancy. Car si l’imprimerie perpignanaise se contentait essentiellement de travaux pour les institutions locales, la librairie, elle, touchait un plus grand nombre de personnes et rayonnait au-delà de la province.

7La question des thèmes et de la langue de publication est très intéressante également lorsque l’on s’intéresse aux livres de théologie. En effet, le premier constat est que la théologie domine tous les domaines avec quarante-trois livres, suivie par les sciences naturelles et la médecine avec quinze ouvrages. Ceci tempère un peu le jugement de Jean-Sébastien Pons. Certes, les belles-lettres n’apparaissent pas ici, la littérature et la poésie n’étant pas présentes. Mais certains ouvrages scientifiques ont eu un bel écho dans le royaume, et des œuvres à caractère théologiques nous en apprennent beaucoup quant à la mentalité roussillonnaise : les vies et histoire des saints sont très prisées, de même que les ouvrages de dévotion et d’exercices spirituels. Peuvent être cités en exemple une Exortacio a la penitencia en 1705 traduite par le chanoine d’Elne François Queralt, ou beaucoup de neuvaines écrites notamment par Rafael Crozat prêtre et prieur d’Espira, des Préparations à la mort traduites du français au catalan par le jésuite Jaume Crasset, des exercices de dévotion, des vies de saints... Ce qui est remarquable c’est que si la majorité des ouvrages sont en français, (cinquante entre religion, droit, administration et sciences), vingt-neuf sont en catalan, dix en latin (science et religion). La plupart des ouvrages en catalan sont des traductions : on passe du latin, du castillan, et du français au catalan... pour toucher une clientèle plus large.

  • 7 Goigs vient du latin gaudium qui signifie joie ; genre littéraire de chansons de 7/8 strophes pour (...)

8Autre originalité de la province : les goigs7. Il s’agit de feuillets dévots sur lesquels était représentée l’image d’un saint avec un petit texte ou une petite chanson. Il s’en édite trente-huit durant cette période. Mais beaucoup sont réédités.

9Le théâtre à caractère religieux, souvent populaire, est intéressant également. Il s’agit de théâtre hagiographique, touchant aux vies des saints ou de leurs martyrs. D’influence castillane, ce théâtre à Perpignan est surtout connu par une œuvre : la Tragedia dels martyris dels sants Sixto, Llaurents, Hipolit et Roma de Joseph Balanda et Sicart. Ce recteur de l’université et professeur de droit français a écrit la première pièce imprimée en catalan pour recueillir des aumônes pour l’hôpital de la Miséricorde dont il était l’administrateur. Balanda et Sicart va aussi pousser Miquel Ribes, prieur de Saint-Michel de Cuxa, à traduire les œuvres de Racine en catalan.

B. La librairie : vente et diffusion

10Un catalogue de librairie nous est parvenu, celui du libraire Lecomte, en 1743. Sur ordre de l’administration il doit inventorier le fonds de sa boutique, soit cent quatre-vingt-quinze livres en six cent seize volumes.

11La théologie, comme à son habitude, domine avec une soixantaine de livres, dont la plupart sont des commentaires des écritures ainsi que de la morale chrétienne. Ce qui est une chose logique, car le libraire vend ce qui s’achète le plus. On peut citer le Commentaire littéral sur la Bible de don Calmet, Les Souffrances de Jésus-Christ par le jésuite Alleaume, une Théologie morale d’Antoine, les Sermons de Bourdaloue, les Homélies de Montmorel...

  • 8 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1J 53.

12Autre source essentielle de notre étude qui révèle de nombreux aspects de la vie du livre dans notre province : les livres de comptes de l’imprimeur-libraire Lecomte8. Ces comptes manuscrits présentent une succession de noms de clients et d’achats sans aucun classement, d’ordre alphabétique ou chronologique. Le négoce de Lecomte proposait différents services à un large éventail de la population de la province : la vente, la location, le prêt d’ouvrages, la vente de cire, d’encre, de feuilles, de couteaux... et même parfois des prêts d’argent...

13Le dépouillement d’une partie de ces livres de comptes, qui renferment quelques deux mille noms, révèle, sur un échantillon choisi de cent soixante-dix clients réguliers, une moyenne de trente-cinq ecclésiastiques, douze nobles, soixante-trois « talents », dix-huit artisans, dix-sept militaires, quatre étudiants, et cinq femmes. Un abbé, Prat, doit entre 1752 et 1753 les Fables de Phèdre, la Rhétorique de Rollin, les Pensées d’Oxenstin, un Synonymes français par Girard, se forgeant ainsi une culture plutôt classique et littéraire. Un autre exemple remarquable de ces religieux qui ont une ouverture sur le siècle est le curé de Belesta, M. Cabanel, qui entre janvier et février 1747 se procure un volume du Traité des droits seigneuriaux par Boutaric, les Conférences d’Angers en dix-huit volumes, Le Paysan parvenu de Marivaux, L’Espion turc, La Bibliothèque janséniste en deux volumes.

14Parmi les nobles, dont les plus éminents représentants se retrouvent chez Lecomte, on peut citer le comte de Durban, qui, par exemple, acquiert en 1741 l’Histoire de Zadig de Voltaire, les Mémoires sur la vie de Racine le 29 janvier 1749, ou en octobre 1748 les Lettres d’une Péruvienne et Les Bijoux indiscrets de Diderot. Le marquis de Saleilles, conseiller, doit en août 1763 L’Orpheline anglaise et en 1766 Les Œuvres de Destouches, puis en mai 1768, L’Esprit d’Henri IV, Le dictionnaire des grands hommes, Les Nuits anglaises, Le Voyageur anglais, Les Nuits d’Young, le Théâtre de Marivaux, les Œuvres philosophiques de Hume, et La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette. Ils alternent entre sujets sérieux, liés à leur fonction, ou destinés à la méditation, et des œuvres plus divertissantes aux accents badins et romanesques, mais n’acquièrent que des ouvrages de premier rang, références pour les XVIIe et XVIIIe siècles.

15Si les bourgeois nobles sont très peu représentés, en revanche les magistrats, les médecins, fréquentent régulièrement la librairie Lecomte. M. Bellicendi, grand prévôt, prend en 1766 l’Histoire du parlement d’Angleterre, et le Philosophe solitaire. M. Malzaguais, commissaire, acquiert le Voyage de Bougainville, et les Lettres persanes en 1770. Ils se procurent des ouvrages d’histoire, de lettres classiques et de belles-lettres en général. On trouve cependant quelques « originalités », comme chez l’avocat Angles, qui se procure en 1772 l’Éloquence du Barreau, mais également l’Art de guérir dans les maladies vénériennes, et Les Maladies vénériennes de Gardanos.

16Les militaires, nombreux dans la province, ne sont pas en reste en ce qui concerne la lecture. Nous en avons un exemple très représentatif. Un officier du nom d’Antoinelle achète chez Lecomte entre juin et juillet 1770, La Philosophie des sens, les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau en dix-huit volumes, L’Illiade et l’Odyssée d’Homère en huit volumes, les Lettres persanes, les Œuvres de Marmontel, le Théâtre anglais, l’Histoire naturelle de Buffon, les Contes de La Fontaine, et le Théâtre de Voltaire. Il représente à lui seul les lectures d’un homme éclairé, éclectiques et nouvelles, profanes et guidées par la raison.

17Le monde des marchands et des artisans est très présent dans les livres de comptes. On voit par exemple un cordonnier, Jaume Fustier, acquérir le 5 octobre 1747 un Cicéron Tibi gratulos, et les Fables de Phèdre en latin et en français ; le marchand droguiste Meric, en juillet 1750, payer l’Histoire générale des voyages, ou en septembre 1751 L’Esprit des Lois, plus la Défense de l’« Esprit des lois », et pour finir, en 1769, L’Esprit de L’Encyclopédie en quatre volumes, ainsi que les Lettres de Talbot ; maître Joseph, un charpentier, qui en 1751 fait livrer à son épouse La Paysanne parvenue ; le tailleur pour femmes Samaran, qui doit à Lecomte du 17 octobre 1757 les Rêveries du comte de Saxe en deux volumes.

18Les femmes de la noblesse, comme la marquise de Delpas, acquièrent le plus souvent des ouvrages religieux, comme les Homélies de Monmorel. Une chanoinesse de Saint-Sauveur, Mme Beau, se fait livrer le 30 septembre 1751 une Vie des saints en deux volumes. Mais on trouve aussi le cas, semblable à celui de la comtesse d’Albaret, l’épouse de l’intendant de la province, de dames se procurant des ouvrages comme le Traité des études de Rollin, ou les Réflexions critiques sur la poésie et la peinture par Du Ros. Une directrice de la comédie, Mme Recouvreur, doit du 24 avril 1752 à Lecomte la Mérope de Voltaire, du 1er mai Le Français à Londres, du 8 mai Le Cid, du 1er août les Œuvres de Destouches. Une certaine Mme Faventine, veuve, a convenu avec le libraire de payer trente sols par mois pour la lecture des Courriers d’Avignon en juillet 1762. Voilà quelques représentantes de la gent féminine, il est vrai peu nombreuses.

19La diffusion du livre se fait également par un autre lieu public indispensable, la bibliothèque universitaire. Un catalogue de ses livres effectué en 1771 révèle qu’elle comptait mille cent trente-neuf livres en deux mille six cent sept volumes. Parmi tous ces ouvrages, la théologie domine avec trois cent vingt huit livres en cinq cent neuf volumes. On constate que les ouvrages concernant la théologie, c’est-à-dire les Écritures saintes, la scolastique, les mystiques, les théologiens moraux, le catéchisme ainsi que la philosophie, sous laquelle on regroupe, outre la philosophie telle que nous l’entendons de nos jours, la logique et la dialectique, la morale, la physique, l’histoire naturelle, la politique ou encore l’art militaire, sont les matières dont les ouvrages sont les plus présents dans la bibliothèque de l’université. C’est remarquable dans le sens où la religion est au même niveau que les sciences nouvelles, véritables curiosités du temps, apanage des gens « éclairés ». La Bible de Sacy, les Œuvres de saint Augustin, la Bibliothèque janséniste, les Réponses aux plaintes des protestants, ou encore La Vierge mourante font partie de la sélection, classique, d’ouvrages théologiques de la bibliothèque.

20La bibliothèque fournit un autre inventaire en 1786. Là, elle bénéficie des livres des jésuites désormais dispersés et des livres du collège Py (le tout dès 1765). Ce catalogue, plus complet, nous apprend que la bibliothèque se compose de deux mille cent vingt-huit livres en quatre mille quatre cent quatre-vingt-onze volumes. La théologie, une fois encore, domine avec quatre cent trente-six ouvrages en sept cent vingt volumes.

II. Les religieux et leurs livres

21On vient de voir le livre religieux dans la société. Mais qu’en est-il dans l’intimité, notamment chez ceux qui en sont les premiers destinataires ? Pour répondre à cette question, il suffit d’interroger les bibliothèques privées grâce aux inventaires après décès (A), puis les comptes établis chez le libraire Lecomte (B).

A. À travers les inventaires après décès

22Un petit échantillonnage d’inventaires de religieux, qui va du curé à l’évêque, révèle une tendance à la possession, même modeste, de livres. Il est rare de ne pas trouver au moins un livre, ou un feuillet dévot chez un ecclésiastique. Les plus humbles, comme François Rozich, prêtre de la Real en 1685, ne possèdent que trois livres, deux bréviaires et un Flos sanctorum. Cette œuvre du tout début XVIIe siècle se trouve fréquemment dans les inventaires, quels qu’ils soient. Il s’agit de vies de saints de Pedro de Ribadenyan, un classique. On peut citer aussi Honoré Raust prêtre, en 1732, qui ne possède que huit livres, tous très usés, dont le fameux Flos sanctorum, des livres de dévotion, mais aussi une Histoire de la reine Élisabeth d’Angleterre. Le chanoine Jean Maurell possède en 1780 onze livres, souvent usés, livres d’oraison, semaines saintes, œuvres de saint Augustin, de saint Thomas, vies de saints... mais aussi une Chronologie des rois de France, les Constitutions de Tarragone, et les privilèges imprimés de la ville de Perpignan.

23Joseph Grando, prêtre et curé de Théza, possède trente-six livres en 1781 : la Théologie de Gonet, le Vray trésor de la doctrine chrétienne, l’enchiridion militis christiani (autrement dit le manuel du soldat chrétien) d’Érasme, une grammaire de Pierre Restaut (1730), le Magasin des enfants de Jeanne Marie Le Prince de Beaumont (1758), et deux dictionnaires catalan et espagnol. Joseph Monyer, chanoine de la cathédrale d’Elne, détient en 1775 cent vingt-cinq ouvrages dont, entre autres, un Bourdaloue, Saint Thomas d’Aquin, la Bibliothèque des prédicateurs, les Réflexions chrétiennes. Plus deux livres d’architecture, La Cuisinière bourgeoise de Menon, des ouvrages en italien, des tragédies, mais surtout de nombreuses comédies de Carlo Goldoni. Ce qui est remarquable ici également c’est que trois ouvrages au moins ont le nom de François Triquere, prêtre, aussi écrit sur la première page : on peut penser à un prêt...

  • 9 Grand succès littéraire de 1747, ce roman épistolaire féministe défend l’esprit de la nature.

24L’abbé Durfort, dont l’inventaire fut réalisé en 1779, possède une bibliothèque plus importante. Forte de cent trente-sept ouvrages en trois cent trente-six volumes, cette bibliothèque où la théologie domine est complétée par des ouvrages littéraires et historiques. Ainsi les classiques de Virgile, Thucydide, ou Hérodote, de même que les Pères de l’Église sont présents dans ses rayonnages. Mais l’abbé a des centres d’intérêt très divers et à côté des Principes de droit naturel de Burlamaqui, de l’Histoire des juifs d’Humfredo Prideaux, on trouve l’Histoire du Kamchatka de Krachenimikov, Le Masque de fer, Le Roman comique, les Lettres d’une Péruvienne de Françoise de Graffigny9, L’Espion turc, Robinson Crusoë... La vente de cette bibliothèque, effectuée la même année, révèle que de nombreux prêtres achetèrent des livres.

25Pour finir, une autre bibliothèque mérite notre attention, celle de Jean-Gabriel Dagay, évêque de Perpignan. Son inventaire, très riche, estime son mobilier à plus de quarante mille livres tournois. La bibliothèque est composée de deux cent trente livres en plus de mille volumes. Son importance explique qu’elle fut inventoriée par le libraire perpignanais Pesquer qui l’estime à trois mille cinq cents livres tournois. On remarque également que les livres sont classés par catégories. La question est de savoir si c’est l’œuvre de l’évêque, soucieux de l’ordonnancement de ses livres, ou bien s’il s’agit de l’action zélée du libraire Pesquer qui nous donne ce classement à travers l’inventaire. Un indice pourrait être la valeur de certains ouvrages dépassant à eux seuls cent cinquante livres tournois. Ces livres, dorés sur tranche, font état d’un souci de l’esthétique et sans doute du paraître... L’évêque pourrait avoir créé une bibliothèque d’apparat, classée, présentant des ouvrages de grand prix.

26La théologie domine sans grande surprise avec quatre-vingt-quatorze ouvrages, suivie par l’histoire (cinquante-deux ouvrages), le droit (trente-huit titres), les belles-lettres (trente titres), les sciences (sept titres). Outre plusieurs Bibles et œuvres de dévotion, la bibliothèque de l’évêque offre un panel non négligeable d’œuvres de référence. Ainsi, les œuvres des juristes Pothier, Deniart et d’Aguesseau, côtoient celles de Nicole, de Rolin, de Dupin ou de Bayle. Les classiques de Virgile et Horace, sont classés avec Corneille, La Bruyère, La Fontaine ou Machiavel. La Marca Hispanica est suivie d’ouvrages mathématiques ou de guérison de la paralysie...

B. Ce que révèlent les livres de comptes de Lecomte

27Les bibliothèques ne sont hélas pas retranscrites avec suffisamment de soin dans les inventaires, lorsqu’il y en a. À Perpignan, un outil essentiel au chercheur historien du livre existe : il s’agit des livres de comptes de Lecomte déjà évoqués. Ainsi quelques exemples représentatifs vont nous permettre d’apercevoir ce qui intéresse les religieux en matière de livres.

28Le 15 octobre 1749, Rigaud, jeune prêtre de Saint-Jean, achète ainsi les Aventures du duc de Roquelaure pour 24 sols et doit les premier et second volumes des Mille et une soirées. Mgr l’évêque doit, du 24 mars 1750, la Dissertation théologique sur le péché du confesseur avec sa pénitence, broché à 1 livre 4 sols, du 27 mars L’esprit des Lois de Montesquieu pour 15 livres, plus l’Instruction pastorale de Mgr Caubet évêque de Grenoble à 18 livres. La chanoinesse Beau de Saint-Sauveur doit du 17 février 1750, livrés de son ordre à sa servante, la Vie de sainte Thérèse à 5 livres 10 sols et L’Antilucrèce pour 2 livres 5 sols. Un père capucin d’Elne doit du 29 octobre 1746 la Religion, poème, 2 livres 5 sols, et les Mœurs des Israelites, 1 livre 15 sols, plus Le Paradis perdu, 2 livres. Une reliure d’un missel lui coûte encore 4 livres. Mr l’abbé Rovira frère du professeur doit du 28 novembre 1751 pour l’impression de 1 100 billets pour la visite de l’Église des jésuites le jour de Saint-André, 6 livres et 12 sols. L’abbé Prat curé de Saint-Jean doit du 16 juin 1749 une paire d’heures à 1 livre 10 sols. Mr Cabanel curé à Belesta doit du 4 janvier 1747 une Instruction sur les commandements par Lambert à 2 livres et il rapporte ce qui suit : Traité des droits seigneuriaux par Boutaric, les Conférances d’Angers en dix-huit volumes, la Retraite de Belingan, la Perfection chrétienne par Rodrigues, Le Paysan parvenu, La Paysanne parvenue, L’Espion turc, une Semaine sainte, douze cahiers de papier à lettres, une Bibliothèque janséniste, un Esprit de Saint-François de Sales, un Synonyme françois. Il y a un total de 60 livres tournois d’ouvrages empruntés.

29Si l’on se penche sur le livre à caractère religieux dans la province du Roussillon on peut ramener tous les livres des inventaires après décès à un seul : l’Imitation de Jésus-Christ. Cet ouvrage attribué à Thomas A. Kempis (XIVe-XVe siècles) est très présent – il est rare de ne pas le trouver dans un inventaire – et assez représentatif de la dévotion de la population. Il invitait le croyant à suivre, à imiter la vie du Christ. C’est le type même d’ouvrage qui connaît un grand succès dans la province : les livres de dévotion et de piété et les vies de saints qui proposent des modèles à suivre. Les goigs évoqués précédemment en sont également un bon exemple : on en produit beaucoup, pour de nombreux événements, mais on les garde aussi souvent chez soi : les inventaires constatent souvent des goigs accrochés aux murs. Les inventaires après décès, s’ils révèlent la possession de livres, montrent en premier lieu des ouvrages de théologie. Chez les ménages les plus humbles, le seul livre possédé est souvent un ouvrage de dévotion.

30Un autre aspect à ne pas négliger est la place accordée au livre religieux dans le foyer. Les livres dévots, de vies de saints, de liturgie, sont souvent entourés de respect, leur place dans la maison étant relative à leur utilité. De même, ces livres, dans les familles plus aisées, sont souvent ornés de tout un décorum, dorés sur tranche, avec une riche iconographie. L’investissement dans ce type d’ouvrage est plus important que pour d’autres catégories de livres.

31La théologie domine donc dans les bibliothèques, mais il s’agit souvent d’ouvrages anciens, sans doute transmis de génération en génération, tout comme les ouvrages de littérature classique, ce qui nuance parfois l’importance du sujet dans une bibliothèque : l’intérêt pour les livres peut être limité s’il s’agit d’un héritage.

32La religiosité catalane n’est plus à démontrer. Cet aperçu de la vie du livre théologique prouve que le livre à caractère religieux est bien représenté évidemment, mais l’étude de la vie intellectuelle des ecclésiastiques montre aussi un intérêt pour la culture du temps. Toute la question est de savoir s’il s’agit de leur part de curiosité, d’une volonté d’instruction, ou bien du désir de connaître les nouvelles idées, parfois dangereuses, pour mieux les combattre.

33Il faut également ne pas oublier que tout livre lu n’est pas forcément possédé : le livre circule, se prête, se revend, se loue... il n’est donc pas évident de déterminer un niveau de culture ou d’intérêt pour le livre. Si les inventaires nous éclairent, ils ne font pas tout. Quant à ceux qui ne possèdent rien, cela n’équivaut pas à une absence totale de lecture... Les sources étant nombreuses, il reste encore beaucoup de champs à explorer et d’inventaires à trouver avant de pouvoir réellement déterminer une culture du livre à caractère religieux.

Notes

1 Rivarol.

2 Pour plus d’information, voir mes précédents travaux.

3 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1C 1313.

4 R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Édition du Seuil, 1987.

5 J.-S. Pons, La littérature catalane en Roussillon au XVIIe et au XVIIIe siècle, Toulouse : E. Privat, Paris : Didier, 1929.

6 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1C 1313 et J. Comet, op. cit.

7 Goigs vient du latin gaudium qui signifie joie ; genre littéraire de chansons de 7/8 strophes pour implorer une protection ou une faveur. Dès le XVe siècle les goigs sont une spécialité catalane. Au XVIe les illustrations d’images apparaissent.

8 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1J 53.

9 Grand succès littéraire de 1747, ce roman épistolaire féministe défend l’esprit de la nature.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search