Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Consistoires protestants et consulats méridionaux : une clé pour la compréhension du « croissant huguenot » (vers 1559-1562)

Serge Brunet

Texte intégral

1Le chantier que je souhaite présenter correspond à une recherche en cours sur les modalités de l’entrée de la France dans les guerres de Religion, qui vont opposer catholiques et protestants durant près de quarante années. Au-delà d’un éclairage factuel, qui s’appuie particulièrement à la fois sur des sources locales et sur des archives conservées à l’étranger (Espagne, Italie, Russie), il constitue également une réflexion méthodologique sur le statut de l’événement, ici événement « fondateur ». En effet, l’historiographie traditionnelle considère que les guerres de Religion commencent avec le « massacre de Wassy », le 1er mars 1562. Ce jour là, quelques calvinistes qui n’ont pas respecté l’Édit de janvier en célébrant le culte à l’intérieur du bourg de Wassy, sont massacrés par le duc de Guise et sa troupe. Pourquoi cette tuerie a-t-elle été considérée comme fondatrice, alors que plusieurs autres – souvent plus sanglantes – l’avaient précédée ? Ce choix a-t-il été conditionné d’abord par les conséquences de cet événement, ou bien par la volonté de définir une responsabilité ?

2Dans ces affrontements, le Midi de la France dénote une précocité. C’est dans ce même Midi que les communautés calvinistes s’ancrent avec le plus de force, en donnant à leur culte un caractère éminemment municipal et civique. On se rapproche alors des villes de Flandre, d’Allemagne ou de Suisse, si ce n’est que ce mouvement dépasse le cadre urbain pour s’étendre aux bourgs, voire aux villages. Nous devons alors nous interroger sur l’organisation spécifique des municipalités méridionales et sur la nature des « consulats », qui se prêtent à un véritable noyautage par les consistoires calvinistes naissants.

Des complots protestants

3C’est bien ce mot qui court pour caractériser la manière dont agissent les réformés. Dans les provinces du Midi, des voix s’élèvent pour avertir la cour de France d’agissements secrets contre les édits royaux. Ce sont Blaise de Monluc en Gascogne, Guillaume de Joyeuse en Languedoc ou encore Antoine de Noailles à Bordeaux qui préviennent de cabales visant à instaurer un culte protestant en s’emparant pour cela, par la force, des églises. Ils sont rapidement qualifiés de Cassandre.

La conjuration d’Amboise (16 mars 1560)

4La conjuration – avortée – d’Amboise, menée par un obscur noble périgourdin nommé La Renaudie, permet de dévoiler les linéaments d’un ample complot, déjà soutenu militairement par les communautés protestantes. Il s’agissait pour les gentilshommes protestants qui l’accompagnent de s’emparer de la personne du roi, François II, afin de le soustraire à l’influence des Guises, partisans d’une répression systématique des réformés.

  • 1 Ph. Benedict et N. Fornerod, « Les 2150 "églises" réformées de France de 1561-1562 », Revue histor (...)

5Philip Benedict a retracé les levées de troupes faites par les églises réformées à la fin de l’année 1561, qui annoncent leur mobilisation générale commandée par le prince de Condé au lendemain du massacre de Wassy1. Il les considère consécutives de la demande qui leur a été faite par Théodore de Bèze et les députés réformés, quelques mois auparavant, de solliciter des lieux de culte. Mais cette chronologie ne peut pas s’appliquer au Midi où, dès l’année précédente, les réformés s’emparent des églises et procèdent à une première levée, coordonnée, de soldats. C’est bien alors dès le 1er mars 1560, au moment de la conjuration d’Amboise, et non pas le 16 mars 1562, avec le massacre de Wassy, que commencent les affrontements religieux dans un large Midi.

  • 2 Michael W. Bruening, Le premier champ de bataille du calvinisme. Conflit et Réforme dans le pays d (...)

6Le contexte de ce soulèvement est d’abord celui de l’inquiétude qui anime les réformés en raison de la reprise d’une politique répressive à leur égard, qu’Henri II avait initiée après avoir mis fin aux guerres d’Italie, et que sa mort avait interrompue. Un second aspect de ce contexte, injustement négligé, est extérieur à la France. Il s’agit de l’échec de Jean Calvin dans son projet d’étendre sa réforme dans l’ensemble de la Confédération helvétique, durant les années 1530-1549. Cette déconvenue l’a amené à se tourner résolument vers sa patrie : la France. C’est vers elle que les réfugiés religieux français de Lausanne et du pays de Vaud se dirigent massivement pour multiplier les églises, alors que la fin des guerres d’Italie concentre toutes les attentions2.

7Même si Calvin et Théodore de Bèze se gardent bien de la soutenir ouvertement, la conjuration d’Amboise n’en demeure pas moins une tentative avortée de soulèvement des églises calvinistes renforcées par des troupes stipendiées. Ce sont ces communes, qui avaient su précédemment procéder à la levée de troupes de « francs archers » puis de « légionnaires » pour le roi. Menées par quelques réformés et galvanisées par les prédications de ministres protestants, elles participent – dans un premier temps assez maladroitement – à la constitution d’une force militaire, destinée à les protéger, mais aussi propre à s’agglomérer.

Au printemps et à l’automne 1561 : levée de troupes et iconoclasme

  • 3 D. Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1 (...)
  • 4 B. Roussel, « Pierre Viret en France (septembre 1561-août 1565) », Bulletin de la Société de l’His (...)

8Ce « flux iconoclaste », décrit par Denis Crouzet, est bien initié en France méridionale, et il est organisé3. Au printemps 1561, Théodore de Bèze est à Nérac et, à l’automne suivant, Pierre Viret est à Nîmes. Calvin les a envoyés en « mission diplomatique », d’une manière concertée ; Viret exerce également un mandat de visiteur des églises et il prend alors part à un vif débat sur ce que doivent être les consistoires4. Tous deux contribuent à l’organisation religieuse, mais aussi militaire, des églises.

9Les deux tiers des localités qui demandent l’envoi de pasteurs depuis Genève, de l’été 1561 au tout début de l’année 1562, sont situées dans la partie méridionale de la France. Ainsi, quand la guerre éclate, quatre grandes provinces synodales sont déjà subdivisées en 23 colloques ou classes : la Guyenne, le Haut-Langue doc-Quercy-Rouergue-Pays de Foix, le Bas-Languedoc et le Dauphiné-Lyonnais, confirmant la précocité et la prépondérance méridionale.

  • 5 Le nombre réel des églises devait être en dessous de 800 et celui des pasteurs sûrement encore inf (...)
  • 6 Registre du consistoire de Nîmes, BnF, ms fr. 8666, f° 38v°-39.
  • 7 Théodore de Bèze, Histoire éclésiastique des églises réformées au royaume de France, Anvers, 1980, (...)

10Dans cette atmosphère extrêmement tendue, Théodore de Bèze, les ministres et les députés protestants mandatés par les synodes provinciaux, qui se trouvent alors à la cour de France, ont pris l’initiative de recenser les églises et d’en évaluer leur potentiel militaire. Cette initiative suit la résolution adoptée en mars 1561 par le deuxième synode national de Poitiers. Aux États généraux de Pontoise (1er-27 août), les églises avaient obtenu d’inscrire dans les cahiers de doléances la demande d’être autorisées à se réunir librement dans leurs propres lieux de culte, mais Bèze et les six députés des églises choisissent d’exercer une pression plus forte encore. C’est la raison pour laquelle l’amiral de Coligny gonfle volontairement le nombre des églises devant les yeux de Catherine de Médicis, en le montant à 21505. À partir d’octobre, la mise sur pied d’unités militaires par les églises, notamment par le consistoire de Nîmes, prend une tout autre envergure6. En novembre suivant c’est le synode provincial de Guyenne qui le préconise, d’une manière clairement hiérarchisée. Chaque église doit avoir une compagnie à la tête de laquelle sera un capitaine ; au niveau des colloques et du ressort du parlement, des colonels et des chefs généraux rassembleront les contingents7. Mais où ces églises trouvent-elles les fonds nécessaires pour lever et armer ces troupes ?

L’argent des églises

  • 8 Antoine de Noailles à François II, Bordeaux, 18 novembre 1560 (BnF, ms fr. 6908, f° 45).

11C’est l’iconoclasme qui va contribuer à renflouer les caisses de communautés d’habitants contrôlées par les consistoires. Noailles constate avec étonnement qu’en Guyenne, incités par les prédicants, les iconoclastes brûlent « les ornements et décorements » des églises afin d’en tirer les métaux précieux « pour l’employer aux pouvres et autres usaiges »8.

12À l’été 1561, et jusqu’à l’édit de janvier 1562, la « tempête du brisement des images » (Histoire ecclésiastique) gagne tout le Languedoc. Il en est de même en Pays de Foix. Généralement, les catholiques, surpris par l’ampleur de ces actions concertées des églises, réagissent rarement. Avec ordre, les richesses des églises sont saisies et jalousement gardées par les municipalités passées sous le contrôle des consistoires.

Consistoires et consulats

13Dans le Midi, la pénétration du droit romain et du notariat avait entraîné la multiplication des consulats, entre le XIe et le XIVe siècle. Ils se développent jusques dans les bourgs et les villages, contrairement à la France septentrionale où le mouvement communal demeure urbain. Cette institution joue un rôle majeur dans l’installation de la Réforme protestante.

La force des conseils politiques et l’accession des juristes au consulat

  • 9 Fl. Garnier, Un consulat et ses finances : Millau (1187-1461), Paris, CHEFF, 2006, p. 180-227. Dan (...)

14D’une manière générale, la fin du Moyen Âge avait vu l’assemblée des habitants des villes et bourgs du Midi s’effacer devant des conseils, avec des consuls, véritables organes de décision. Ce resserrement accompagnait inexorablement une concentration du pouvoir de représentation entre les mains de quelques lignages. Dans le même temps, ces consulats affirmaient leur capacité militaire et fiscale au service de la monarchie9. Ils étaient organisés selon des critères professionnels et/ou territoriaux.

  • 10 Rodez étant divisé en deux consulats, les conseillers sont 9 au Bourg et 12 à la Cité (S. Mouysset(...)
  • 11 H. Hauser, Études sur la Réforme française, Paris, Picard, 1909, p. 199-202 ; J. Garrisson, op. ci (...)

15Il faut bien remarquer, entre une assemblée générale des habitants de moins en moins convoquée, et donc efficiente, et un consulat oligarchique, le rôle majeur du conseil politique intermédiaire. Composé d’anciens consuls et vivier de futurs édiles, extension des fratries consulaires, il épaule le consulat selon des modalités variées et, dans certains cas, il peut entrer en opposition avec lui10. Difficile à cerner parce que fluctuant, cet organe n’a pas été suffisamment étudié. Pourtant, c’est lui qui valide les décisions principales du corps de ville et, lorsqu’apparaît une nouvelle structure d’influence, le consistoire protestant, deux légitimités s’affrontent au sein des communautés d’habitants11.

  • 12 J. Verger, « Les gradués en droit dans les sociétés urbaines du Midi de la France à la fin du Moye (...)

16Selon des modalités diverses, on assiste à un phénomène de contrôle des consulats par les consistoires à Montpellier, Toulouse, Poitiers, Nîmes ou Saint-Flour, où les gens de robe fournissent désormais le quart à la moitié des consuls ou échevins, alors qu’à Lyon ils contrôlent déjà à peu près tout le consulat après 1450. Cette importance relative des hommes de loi jusque dans les villes secondaires et même les simples bourgs est un phénomène spécifique au Midi français. Cette « diffusion capillaire » des gradués en droit leur permet de bénéficier du renouvellement des élites au lendemain de la grande dépression au détriment de l’ancienne aristocratie déclinante12. Ces lettrés et humanistes seront les plus sensibles aux idées nouvelles.

Le « noyautage » des consulats par les consistoires calvinistes

17Avec l’extension de la Réforme, l’enjeu est alors de contrôler les consulats par l’intermédiaire des conseils politiques. À Nîmes, Guillaume de Joyeuse constate qu’au moment de la conjuration d’Amboise, « le grand nombre de ceste religion [réformée] estant desja saysis de la ville », le consulat comme le présidial sont sous l’emprise des réformés.

  • 13 J.-M. Vidal, op. cit., p. 150.
  • 14 S. Mours, Le protestantisme en Vivarais et en Velay. Des origines à nos jours, 1949, rééd. Montpel (...)

18Il en est de même dans le diocèse de Pamiers, à Foix ou encore à Montauban, selon une chronologie aussi précoce13. L’évolution est encore plus nette en Dauphiné, à Nîmes et dans ses appendices du Vivarais et du Velay, où l’influence de Genève est précoce et forte14. En 1559, Guillaume Mauget, ministre, s’installe à Nîmes. À l’été 1561, c’est Antoine Vivés qui est envoyé de Genève pour fonder le consistoire de Béziers. Anciens et surveillants proviennent alors des conseils politiques. À Montpellier, la pénétration du Conseil des Vingt-Quatre par le consistoire est encore plus évidente lorsque les délibérations du premier font place au second sur le même registre. Les consulats sont alors contrôlés par les églises. Colloques et synodes contribuent à mettre en réseau ces consistoires civiques.

L’union des églises dans le Midi

  • 15 J. Philippi, Histoire des troubles de Languedoc, 1560-1600, L. Guiraud, op. cit., t. 2, p. 67-69. (...)

19Depuis Genève, Calvin ne peut répondre à l’ampleur de la demande en ministres, et un colloque se tient à Montpellier le 12 novembre. Il est alors établi dans cette ville « une théocratie calviniste, calquée sur celle de Genève. Au sommet sont les ministres, puis le Consistoire, enfin le Conseil politique de l’Église, créé le 20 décembre 156115.

  • 16 P. Cayla, Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays (...)
  • 17 Registre du consistoire de Nîmes, BnF, ms fr. 8666, f° 33.
  • 18 L. Guiraud, op. cit., t. 2, p. 262. C’est Pierre Chabot, « député des églises de Languedoc, estant (...)
  • 19 Syndicat du colloque de Castres, 1561, Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Fran (...)
  • 20 E. Arnaud, Histoire des protestants du Dauphiné aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Grassard (...)
  • 21 Blaise de Monluc, op. cit., p. 477-478.

20La multiplication des églises et le contrôle des consulats s’accompagnent, dans la dynamique de l’ordre de recension des églises, de la création de syndicats qui permettent de mobiliser colloques et synodes provinciaux. Cette pratique était habituelle aux communautés d’habitants qui entendaient se regrouper afin de se faire représenter devant une juridiction ou bien un officier du pouvoir central pour revendiquer des droits16. Le 21 septembre 1561, une nouvelle « esmotion et sedition de peuple » a lieu à Nîmes et les coupables sont couverts par les consuls. Le 12 novembre suivant, le consistoire de Nîmes demande aux colloques de la région de former des syndicats et d’envoyer aux députés à la cour des mémoires qui signalent l’augmentation sensible du nombre des églises17. Le même jour, c’est le colloque de Montpellier qui réclame des temples et présente les doléances des églises aux États de Languedoc qui doivent se tenir à Béziers18. Une semaine plus tard, ce sont 53 villes et villages du colloque de l’Albigeois19. Des associations similaires se forment en Dauphiné20. Monluc constate l’intensité de la mobilisation en Agenais, quand, en janvier 1562, il rencontre près de La Plume un ancien soldat de sa « compagnie en Piemont » qui, ayant été fait capitaine de l’église de Nérac, obéit au ministre Boisnormand en faisant « la levée des deniers » et « les enrollements de gens ». « Et quelles diables d’eglises sont cecy, qui font les capitaines ? » s’exclame Monluc21.

  • 22 S. Brunet, « Affrontements religieux et résistances anti-seigneuriales dans le sud-ouest de la Fra (...)

21Lorsque la vague iconoclaste est déclenchée, l’action des églises est coordonnée, ce qui la rend terriblement efficace. Les milices de différents lieux sont rapidement regroupées, atteignant des effectifs redoutables qui ne peuvent qu’écraser les quelques gardiens présents. Tous les observateurs notent alors la présence de nombreux étrangers dans ces opérations. C’est au synode clandestin du plateau des Aigladines que Sans Tartas, ministre de Sauve, réunit quinze pasteurs qui décident des destructions du printemps 1561. L’attaque coordonnée du château du baron de Fumel, en novembre suivant, procède également d’une action coordonnée des consistoires environnants dans une forme de justice immanente et expéditive22. La coordination des milices des églises permet donc d’assembler un nombre impressionnant d’hommes armés.

Des prédications subversives

  • 23 Pierre d’Albret à Philippe II, Nérac, 16 septembre 1560 (Archivo General de Simancas, Estado K, 88 (...)

22Nous disposons de quelques témoignages concernant le contenu des prédications de ces nombreux ministres. Elles concordent sur leur tonalité anabaptiste. Dès octobre 1560, Pierre d’Albret, évêque de Comminges et grand-oncle de Jeanne, révélait à Philippe II « [qu’] on promet aux gens du peuple que bientôt ils seront délivrés des impôts et des redevances qu’ils paient aux seigneurs »23.

  • 24 De haereticis a civili magistratu puniendis, 1554, trad. fr. : Traité de l’authorité du Magistrat e (...)

23Théodore de Bèze n’y avait-il pas, lui-même, contribué par son Traité de l’autorité du magistrat24 ? Dans celui-ci, il avait d’abord suggéré que les « magistrats inférieurs » avaient le droit et le devoir de résister aux autorités supérieures si cela leur semblait nécessaire pour protéger « la pureté de la religion » contre un souverain qui combat « le règne du Christ ». L’idée de la résistance des magistrats inférieurs deviendra l’idée centrale du Droit des magistrats (1574).

24La stigmatisation d’une certaine noblesse et l’appel aux magistratures urbaines électives sont très clairs chez Bèze, qui accordera également un pouvoir de résistance aux États généraux. L’auteur du Vindiciae contra Tyrannos (1579), considérant la situation de minorité des huguenots, ne comptera que sur ces magistratures urbaines. Le Midi des consulats offre un terrain de prédilection pour réaliser ce programme. S’il avait ensuite recommandé une résistance seulement passive dans sa Confession de la foy chestienne (rédigée en 1558 et publiée l’année suivante), les événements le conduisent à récrire complètement les articles concernant le droit à la résistance dans l’édition latine de 1560, en reprenant et en étendant l’obligation du magistrat à punir l’hérésie.

Mars 1562 : Condé et Théodore de Bèze appellent à la levée en armes

Dans le Midi : parachever le contrôle des consulats par les consistoires

  • 25 Théodore de Bèze, op. cit., t. 2, p. 340. L’enquête de 1563 n’identifie que 98 Biterrois impliqués (...)
  • 26 Ann H. Guggenheim, « Beza, Viret and the Church of Nîmes : National Leadership and Local Initiativ (...)

25L’édit de pacification de janvier 1562, selon Théodore de Bèze, fait que « ceux de la religion [...] devinrent merveilleusement insolents »25. Ce dernier, qui répand le bruit que le massacre de Wassy était prémédité, demande justice au roi. Cela ne l’empêche pas, en même temps, d’écrire aux églises de Languedoc, probablement dès le 16 mars, pour leur demander un secours en hommes et en argent. Il leur précise que la défense du roi, de sa famille et de la religion « estoit prise ce jour par M. le prince de Condé, qui à tel effect avoyt prins les armes »26. Le 20 mars, il envoie une autre lettre à toutes les églises de France pour les appeler à préparer leur défense. Après la Guyenne, les lettres de Bèze démontrent clairement la précocité de l’organisation militaire des églises en Languedoc. Lorsque Condé attaque Orléans, sa justification d’une prise d’armes en raison de la captivité du roi et de la sienne tombe enfin, et il apparaît comme un rebelle. Les villes de la vallée de la Loire, de Normandie, Lyon, tombent entre les mains des réformés. Au sud, il s’agit simplement de parachever un contrôle déjà efficient ; mais il ne l’était pas à Bordeaux, Toulouse ou encore Avignon, où les catholiques résistaient.

  • 27 À Pamiers, où régnait la même théocratie, c’est sous la menace du nerf de boeuf que les catholique (...)

26Le cas de Montpellier atteste de la complicité des consulats. Il en est de même à Béziers où, le dimanche 3 mai, l’insurrection calviniste est déclenchée. L’iconoclasme s’abat alors sur la ville et sur ses environs et la ville reste aux mains des protestants jusqu’à l’intervention d’Henri de Montmorency-Damville, le nouveau gouverneur du Languedoc, en novembre 1563. La messe est supprimée et les surveillants du consistoire, comme à Montpellier, forcent les habitants récalcitrants à assister aux prédications en les regroupant à coups de bâtons appelés « époussettes du consistoire »27.

Des catholiques pris de court

  • 28 S. Brunet, op. cit., p. 176-202.
  • 29 P. Serres, Abrégé de l’histoire du calvinisme de la ville de Montpellier, 1719, rééd. Montpellier, (...)

27Les catholiques, qui restent largement majoritaires contrairement aux assertions de Théodore de Bèze, tétanisés, ne réagissent pas. Les ligues d’Agen ou bien le « syndicat » de Bordeaux de l’automne 1561 ne suffisent pas. Il faudra attendre mars 1563 pour que soient formées, à l’instigation des cardinaux d’Armagnac, Strozzi, de Monluc, Terride, Nègrepelisse, Fourquevaux et Joyeuse, des ligues défensives catholiques qui s’efforceront de s’étendre sur tout le Midi28. Les protestants, par contre, qui ont noyauté des organes essentiels du pouvoir urbain, s’appuient sur des secours extérieurs. C’est Claude de Narbonne, baron de Faugères, qui se dit protecteur des églises de Lunas, Faugères et probablement Bédarieux. Mais les soldats viennent par centaines de plus loin, jusqu’au Rouergue et à l’Albigeois, avec la petite noblesse de la région. Le 30 mai, c’est Jacques de Crussol, seigneur de Baudiné, qui arrive avec son frère, seigneur d’Acier. En mai-juin 1562, les religionnaires de Nîmes l’ont placé à la tête des réformés du Languedoc, alors que son frère aîné, Antoine, est élu protecteur des réformés du Languedoc en novembre suivant. En juin 1562, on trouve Philibert de Rapin, qu’Antoine de Crussol nomme gouverneur de Montpellier en novembre suivant. En avril, il se trouvait à Castres. Après Lodève et Béziers, c’est Montpellier et toutes les villes du littoral qui passent rapidement sous son contrôle, en privant les catholiques du consulat29.

28À Toulouse, comme à Bordeaux, la présence d’un parlement farouchement attaché à la défense du catholicisme permet de contrecarrer l’autorité du capitoulat et de l’échevinage, quitte à empiéter sur leurs attributions. En avril 1562, le capitoul Hunaud de Lanta est envoyé auprès du prince de Condé pour lui proposer de lui livrer la ville. Ces tractations viennent à la connaissance de Monluc, qui en informe le premier président du parlement Jean de Mansencal. Celui-ci suspend alors les capitouls en exercice et prend en main le gouvernement. Les protestants tentent malgré tout de s’emparer de la ville par surprise dans la nuit du 11 au 12 mai, mais ils échouent après de rudes combats.

  • 30 Déclaration de Charles IX, Paris, 24 avril 1562 (BnF, ms. De Coislin, n° 153, reproduit par Dom Cl (...)

29Si les consulats de Narbonne et de Carcassonne (mais aussi de Leucate et d’Agde) parviennent également à résister à l’entrisme calviniste c’est en raison de leur statut particulier de « villes de frontière » où « aucunes assemblées, presches, ni exercice de ladite nouvelle Religion » ne peuvent avoir lieu30. L’autorité d’un gouverneur tel que le baron de Fourquevaux y veillait.

30Nous pourrions détailler chaque cas, qui se décline selon un scénario identique : la prise de contrôle du consulat a préparé le soulèvement général. Dans nombre de consulats méridionaux, la guerre qui suit le massacre de Wassy sera l’occasion d’asseoir une conquête calviniste déjà réalisée.

  • 31 V.-L. Bourrilly, op. cit., p. 399-400.

31La guerre religieuse a bien commencé dans le Midi de la France au moment de la conjuration d’Amboise. Les églises, qui sont prêtes à se battre en Provence, Dauphiné, Languedoc et Guyenne, entretiennent des relations plus ou moins secrètes avec les conjurés. Après l’échec d’Amboise, la mort de François II éloigne la répression31. La flambée iconoclaste de l’été et de l’automne 1561 participe ensuite d’une opération de contrôle des municipalités par les calvinistes. Il s’agit d’une action concertée, dont l’étude attentive mettra en valeur les participations croisées et l’influence directe de Genève. Si Calvin s’empresse de nier toute implication dans la conjuration d’Amboise puis dans les massacres suivants, le rôle de Bèze semble évident. Condé n’a qu’à lancer le mot d’ordre du soulèvement, au lendemain du massacre de Wassy, et chaque consulat peut asseoir son pouvoir sans partage, sans qu’il soit nécessaire pour cela que des chefs militaires leur soient envoyés. Ce soulèvement général, fait de multiples soulèvements particuliers dont les chefs sont, après coup, reconnus par le prince de Condé, donne alors l’illusion que l’action n’est pas concertée.

Notes

1 Ph. Benedict et N. Fornerod, « Les 2150 "églises" réformées de France de 1561-1562 », Revue historique, t. CCCXI, 2009, p. 529-559.

2 Michael W. Bruening, Le premier champ de bataille du calvinisme. Conflit et Réforme dans le pays de Vaud (1528-1559), Lausanne, Éd. Antipodes, 2011.

3 D. Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, Champ Vallon, 1990, t. 1, p. 501-506.

4 B. Roussel, « Pierre Viret en France (septembre 1561-août 1565) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, n° 144, 1998, p. 803-839.

5 Le nombre réel des églises devait être en dessous de 800 et celui des pasteurs sûrement encore inférieur, Ph. Benedict et N. Fornerod, « Les 2150 "église" réformées de France... », art. cit.

6 Registre du consistoire de Nîmes, BnF, ms fr. 8666, f° 38v°-39.

7 Théodore de Bèze, Histoire éclésiastique des églises réformées au royaume de France, Anvers, 1980, t. 1, p. 888.

8 Antoine de Noailles à François II, Bordeaux, 18 novembre 1560 (BnF, ms fr. 6908, f° 45).

9 Fl. Garnier, Un consulat et ses finances : Millau (1187-1461), Paris, CHEFF, 2006, p. 180-227. Dans les localités où le régime consulaire n’était pas établi, on parlait de syndics, qui s’entouraient de conseillers désignés par eux-mêmes. Les fonctions des syndics et des consuls étaient identiques, voir P. Cayla, Essai sur la vie des populations rurales à Ginestas et dans ses environs au début du XVIe siècle (1519-1536), Carcassonne, Gabelle, 1938, p. 25-41.

10 Rodez étant divisé en deux consulats, les conseillers sont 9 au Bourg et 12 à la Cité (S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez-Toulouse, Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 2000, p. 126-136). Composé de 20 à 50 personnes, il est appelé « conseil général » à Albi, voir O. Cabayé, Albi au XVIe siècle. Gens de bien et autres « apparens », Albi, Presses du Centre Universitaire Champollion, 2008, p. 47-48. À L’Isle-Jourdain, on l’appelle le « conseil ou syndicat », généralement composé de 20 à 40 personnes, mais avec un écart de 8 à 100 suivant les années (J. Saverne, L’Isle-en-Jourdain [Gers]. Son histoire, Gimont, 1914, p. 140-142).

11 H. Hauser, Études sur la Réforme française, Paris, Picard, 1909, p. 199-202 ; J. Garrisson, op. cit., p. 31-33. À Carcassonne, la dernière réunion du conseil général a lieu en juillet 1562, après la tentative avortée des huguenots de s’emparer de la ville. Alors que les quatre consuls s’appuyaient sur un conseil politique de 24 notables, il est décidé, en 1572, d’instaurer un conseil restreint, voir H. Ricalens, Castelnaudary au temps de Catherine de Médicis, comtesse de Lauragais. Approche sociale et économique d’une ville présidiale du Languedoc au XVIe siècle, Toulouse, Presses de l’IEP, 1999, p. 23-26.

12 J. Verger, « Les gradués en droit dans les sociétés urbaines du Midi de la France à la fin du Moyen Âge », D. Poirion (éd.), Milieux universitaires et mentalité urbaine au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 1987, p. 145-156. N. Coulet, « Les juristes dans les villes de la Provence médiévale », Les sociétés urbaines en France méridionnale et en péninsule ibérique au Moyen Âge, Paris, Éd. du CNRS, 1991, p. 311-327.

13 J.-M. Vidal, op. cit., p. 150.

14 S. Mours, Le protestantisme en Vivarais et en Velay. Des origines à nos jours, 1949, rééd. Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2001, p. 21-42 ; Allan A. Tulchin, The Reformation in Nîmes, PhD diss., University of Chicago, 2000. Nous attendons la publication prochaine, par le même auteur, de That Men would Praise the Lord, une étude précise sur la société nîmoise des années 1550-1562 et son adhésion au protestantisme, qui devrait compléter l’étude antérieure d’Ann H. Guggenheim, Calvinism and the Political Elite of Sixteenth Century Nîmes, PhD diss., New York University, 1968.

15 J. Philippi, Histoire des troubles de Languedoc, 1560-1600, L. Guiraud, op. cit., t. 2, p. 67-69. « Délibérations du conseil général de Montpellier sur les assemblées publiques des calvinistes, 24 septembre 1560 » (Arch. mun. Montpellier, BB 393, f° 42v°-44v°, publié par Louise Guiraud, op. cit., t. 2, p. 337-342). Le 19 décembre suivant, le comte de Villars épure le Conseil des Vingt-Quatre. « Le 20 décembre 1561 fut dressé un Conseil politique de l’Église » (Histoire de l’Église de Montpellier, in L. Guiraud, op. cit., t. 2, p. 263-264).

16 P. Cayla, Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays de Languedoc, de 1535 à 1648, Montpellier, Imp. Paul Déhan, 1964, p. 660-661. P. Dognon, Les institutions politiques et administratives du pays de Languedoc du XIIIe siècle aux guerres de Religion, Toulouse-Paris, Privat-Picard, s. d. (1895).

17 Registre du consistoire de Nîmes, BnF, ms fr. 8666, f° 33.

18 L. Guiraud, op. cit., t. 2, p. 262. C’est Pierre Chabot, « député des églises de Languedoc, estant finalement ouï, [qui] remonstra plusieurs poincts appartenans à la conservation du repos public » (Théodore de Bèze, op. cit., t. 2, p. 477).

19 Syndicat du colloque de Castres, 1561, Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. X, 1861, p. 348-351.

20 E. Arnaud, Histoire des protestants du Dauphiné aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Grassard, 1875, t. 1, p. 70-72.

21 Blaise de Monluc, op. cit., p. 477-478.

22 S. Brunet, « Affrontements religieux et résistances anti-seigneuriales dans le sud-ouest de la France (vers 1560-1562) », Gh. Brunel et S. Brunet (éd.), « Haro sur le seigneur ! » Les luttes anti-seigneuriales dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des 29es Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 5-6 octobre 2007, Toulouse, PUM, 2009, p. 167-186. S. Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! », op. cit., p. 50-53.

23 Pierre d’Albret à Philippe II, Nérac, 16 septembre 1560 (Archivo General de Simancas, Estado K, 886, n° 170).

24 De haereticis a civili magistratu puniendis, 1554, trad. fr. : Traité de l’authorité du Magistrat en la punition des hérétiques, 1560.

25 Théodore de Bèze, op. cit., t. 2, p. 340. L’enquête de 1563 n’identifie que 98 Biterrois impliqués dans l’iconoclasme. Ils sont de tous les milieux sociaux mais avec une surreprésentation de la basoche. On trouve cinq conseillers du présidial, le prévôt des maréchaux, une douzaine d’auxiliaires de justice. Sept sont qualifiés de consuls (actuels ou anciens) de Béziers et un de Saint-Chinian.

26 Ann H. Guggenheim, « Beza, Viret and the Church of Nîmes : National Leadership and Local Initiative in the Outbreak of the Religious Wars », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, t. XXXVII, 1975, p. 33-47. Cet auteur, avec Lucien Romier, pense qu’il s’agit là d’un ordre de mobilisation. Les appels des 5 puis 7 avril, signés par Bèze et Jacques Spifame, ne seraient qu’une riposte à l’action des triumvirs et d’Antoine de Bourbon, qui ont mis, avec fermeté, le roi et sa mère à l’abri.

27 À Pamiers, où régnait la même théocratie, c’est sous la menace du nerf de boeuf que les catholiques étaient contraints d’assister aux prêches de trois ministres dès janvier 1562 (J.-M. Vidal, Schisme et hérésie au diocèse de Pamiers (1467-1626), Rome-Paris, Établissements français/Desclmée-Picard, 1931).

28 S. Brunet, op. cit., p. 176-202.

29 P. Serres, Abrégé de l’histoire du calvinisme de la ville de Montpellier, 1719, rééd. Montpellier, Édition de l’entente bibliophile, 1977, p. 37.

30 Déclaration de Charles IX, Paris, 24 avril 1562 (BnF, ms. De Coislin, n° 153, reproduit par Dom Claude de Vic et Dom Joseph Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Privat, 1874-1892, t. XI, p. 377-378 et t. XII, col. 599).

31 V.-L. Bourrilly, op. cit., p. 399-400.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search