Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Le clergé face à ses fidèles en Roussillon au XVIIIe siècle à travers les archives de la justice criminelle

Christophe Juhel

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2B 1850. Requête des syndics de la communauté de l’église de Ville (...)

« Ce n’est pas sans raison qu’un Prophète se récriant sur la perversité des mœurs des hommes de son siècle n’en excepta pas même les ministres du Seigneur et ceux qui étoient préposés pour la conduite de son Peuple et qu’il n’hésita point de dire que ceux qui étoient destinés pour éclairer les autres s’étoient aveuglés à tel point jusques à perdre la connoissance d’eux-mêmes qu’ils ne suivoient plus que la pente de leur passion et qu’ils s’étoient antièrement livrés à la cupidité et à l’avarice »1.

  • 2 Voir R. Sala, Dieu, le roi et les hommes... Perpignan et le Roussillon (1580-1830), Canet, Trabuca (...)
  • 3 Sur les fêtes et les processions, voir E. Rebardy-Julia, Un évêché entre deux mondes : Elne-Perpig (...)
  • 4 Nous avons pris le parti de ne pas traiter les questions purement procédurales, notamment celles l (...)
  • 5 Voir E. Rebardy-Julia, op. cit., p. 521 sq.
  • 6 R. Frénay, Les cahiers de doléances de la province de Roussillon (1789), Perpignan, direction des (...)
  • 7 Saint-Michel-de-Llote, Case-de-Pene, Château-Roussillon et Villaroge (Coustouges). Voir également (...)
  • 8 Toulouges et Saint-Féliu-d’Aval.
  • 9 Cahier de Cases-de-Pene, R. Frénay, op. cit., cahier n° 24, 1.
  • 10 Cahier de Château Roussillon, R. Frénay, op. cit., cahier n° 27, 7.
  • 11 Il existe plusieurs exemples de sacrements « extorqués » par des fidèles à un clerc. L’un d’eux, r (...)
  • 12 Il s’agit notamment des juges royaux des trois vigueries, Roussillon-Vallespir, Conflent-Capcir, C (...)

1L’historiographie locale actuelle offre au lecteur un constat unanime selon lequel, au XVIIIe siècle, la piété des Roussillonnais n’est plus à démontrer2. Cependant, au-delà des manifestations témoignant d’une réelle ferveur religieuse3, quelques comportements et faits divers semblent attester que la population locale entretenait avec le clergé une relation beaucoup plus nuancée qu’avec le divin. En effet, les archives départementales des Pyrénées-Orientales, notamment les pièces de procédures judiciaires comme les plaintes, les dénonciations, les témoignages et les interrogatoires4, dévoilent des aspects méconnus de la vie quotidienne des religieux officiant dans les anciens comtés nord-catalans. Ces événements dont les clercs sont souvent les héros malheureux ne doivent pas être perçus comme les symptômes d’un anticléricalisme latent qui s’extérioriserait sporadiquement, car les Roussillonnais sont assurément attachés à la présence d’un prêtre pour desservir leur paroisse, le considérant comme « un droit et un service public »5. Les cahiers de doléances rédigés en 1789 par les communautés nord-catalanes témoignent de ce que cette opinion est fort répandue6. Plusieurs villages sollicitent la présence d’un curé sédentaire7 tandis que d’autres en réclament un second8, argumentant leurs requêtes par les lacunes dans la célébration des messes et l’administration des sacrements, exigeant des « secours spirituels »9 afin que les fidèles ne manquent pas « du plus utile à l’âme »10. Cela explique certaines attitudes des Roussillonnais qui tiennent davantage de celles des usagers d’un service public11 que d’une communauté de dociles fidèles suivant aveuglément son guide spirituel. Au surplus, il semble que la population porte désormais un regard critique sur ses ministres du culte. À travers les informations glanées dans les nombreuses procédures criminelles conservées pour le Conseil souverain et les juridictions royales secondaires de la province12 transparaît et se dessine une certaine défiance populaire à l’égard du clergé. Quelques personnages, plus hardis ou violents que le commun des fidèles, instaurent parfois un dialogue avec leur pasteur, s’érigent quelquefois en censeurs, lui manifestant leur mécontentement, voire leur réprobation, en contestant son autorité ou en l’agressant, instituant par-là une sorte de contrôle social. Une tâche facilitée par le fait que les membres du clergé apparaissent faillibles. Manquant à l’exemplarité dont ils ne devraient jamais se départir (I), ils prêtent le flanc aux reproches et alimentent les médisances villageoises, focalisant parfois les rancœurs de leurs paroissiens. S’établit ainsi, entre clercs et laïcs, une relation égalitaire, équilibrée, où chacun veille à la droiture au moins apparente de l’autre, se tenant prêt à dénoncer ses fautes et à lui manifester sa réprobation (II).

I. L’exemplarité du clergé remise en question

2Les membres du clergé local ont parfois été mêlés à des affaires criminelles relevant du droit commun, où quiconque pourrait être impliqué (A), mais ils se rendent également coupables d’infractions inhérentes à leur statut ou sacerdoce (B), s’attachant à des questions d’ordre purement matériel bien éloignées de leurs missions spirituelles (C).

A. Des prêtres criminels de droit commun

3Cette criminalité commune se constitue de vols, de violences physiques, d’homicides, voire de rébellion.

  • 13 La plupart des vols commis dans les églises le sont par des laïcs. Voir infra.
  • 14 9Bp 606. À l’exemple des habitants de Canaveilles qui traitèrent leur curé de voleur alors qu’ils (...)
  • 15 9Bp 588. Interrogatoire du 27 avril 1719. À propos de ces « fonctions » ou complies, Valetta préte (...)
  • 16 9Bp 588. Le procès fut civilisé par sentence du 28 avril 1719.
  • 17 2B 1812.
  • 18 2B 1024, fos 147v°-150r°.
  • 19 2B 1887.
  • 20 2B 1914. Une sentence du juge de la viguerie de Conflent-Capcir à transcrire sur un tableau accroc (...)
  • 21 2B 1980. Sentence des juges du bailliage royal de Perpignan du 12 novembre 1765.
  • 22 9Bp 581.

4Si les vols commis dans les églises sont fréquents et ne sont pas tous qualifiés de sacrilèges, les membres du clergé ne sont que rarement soupçonnés de commettre de telles infractions. Par exception, des prêtres ont été accusés de vol d’argent dans leur propre église ou dans un autre lieu de culte13. Généralement, ces accusations ne sont que des paroles lancées en l’air14, à la légère, dans le feu d’une dispute entre un prêtre et un de ses paroissiens. Cependant, elles donnent parfois lieu à une plainte, surtout lorsqu’elles ont fait l’objet d’une telle publicité qu’elles méritent d’être démenties avec autant d’écho. Ainsi, le 4 avril 1719, Pierre Cabestany prêtre du Soler, se plaignit que Michel Valetta, charpentier, remplissant alors les fonctions de marguillier et consul de la communauté, l’avait accusé de voler l’argent de son église. Il l’aurait fait publiquement et à plusieurs reprises, notamment dans la sacristie, dans l’église, puis sur la place du village en présence de témoins, parce que, contre l’avis des marguilliers, il s’était fait payer sur les deniers de la marguillerie quelques fonctions qu’il avait remplies15. Les dépositions des témoins confirmèrent que tout le monde connaissait les accusations de vol proférées par Valetta mais aussi que ce dernier avait publiquement demandé pardon au cours d’une messe dans l’église du Soler16. Si Cabestany ne fut pas condamné, d’autres prêtres ont été pénalement sanctionnés pour des vols. Ainsi, en 1711, Thomas Grandjean Delisle, prêtre bénéficier de l’église cathédrale d’Elne, fut poursuivi pour le vol de l’argenterie qui se trouvait sur l’autel de cette église commis dans la nuit du 10 au 11 décembre 1710. Une partie de celle-ci fut retrouvée dans un tas de fumier à proximité de l’église et l’outil utilisé pour fracturer la porte de l’église fut découvert chez ce prêtre17. Par une sentence du 5 décembre 1711, le Conseil souverain de Roussillon le condamna à un bannissement de dix ans de la province18. Quelques années plus tard, dans la nuit du 24 août 1734, Marc Jalabert, curé de Formiguères, fut victime du vol de la somme de 1 400 livres conservée dans un coffre de sapin fermé à clé placé dans le cabinet de la maison presbytérale. Il accusa Jean Annat vicaire de Puyvalador de ce forfait, car celui-ci lui avait rendu visite le 23 août pour lui demander de lui prêter de l’argent afin de poursuivre un procès contre le curé de Fontrabiouse, ce qu’il lui aurait refusé. Annat en aurait été fâché et après avoir passé deux nuits dans la demeure il repartit très tôt le matin du 25 août, juste avant que le vol ne fût constaté. Jean Annat fut condamné par contumace par le juge royal de la viguerie de Conflent-Capcir le 24 janvier 1735 aux galères à perpétuité et à la restitution de la somme volée19. En 1740, Joseph Bonhomme, religieux bénédictin et aumônier de l’abbaye de Saint-Martin du Canigou fut poursuivi en compagnie de Jacques-Jean Mazart, garçon de Vernet en Conflent, pour avoir forcé les deux serrures du coffre servant de caisse commune à son monastère qui se trouvait dans un appartement situé entre la sacristie et l’église du monastère et d’y avoir dérobé 4 500 livres. Si Mazart, présent au procès, ne fit l’objet que d’un plus amplement informé, Joseph Bonhomme, défaillant, fut condamné par contumace « pour les faits et charges résultants du procès » le 12 décembre 1740 à dix ans de galères, la marque des lettres GAL et une amende de 25 livres envers le roi20. Enfin, le dénommé Génis Espinoza, se prétendant religieux profès de l’ordre de Saint-Jean de Dieu dans la province de Castille, fut poursuivi en 1765 pour des vols d’argent et de vêtements commis chez un aubergiste de Perpignan. Il y avait séjourné sous un faux nom et « travesti en habits séculiers » parce qu’il aurait quitté son couvent à Madrid sans autorisation et sans passeport afin d’aller à Rome contester une sentence trop rigoureuse rendue contre lui par son ordre. Il fut condamné à trois ans de galères, à la marque et à une amende de 30 livres au profit du roi21. Aucun prêtre ne semble avoir été poursuivi pour de menus larcins même si Pierre Cabestany, curé du Soler, fut accusé en 1719 de voler les poules entrant chez lui22...

  • 23 2B 1874.
  • 24 Moine chargé de l’inspection dans certains ordres religieux.
  • 25 2B 1973.
  • 26 2B 1999. Témoignage du frère Despagès.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

5Outre ces soustractions frauduleuses, les membres du clergé roussillonnais sont aussi capables d’actes violents. En attestent les désordres internes aux établissements religieux, dignes d’intérêt parce qu’ils démontrent que la vie en communauté, conventuelle ou non, était parfois très proche de celle du siècle, en particulier dans ses instants les moins sereins. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir les quelques pièces de l’information ouverte en 1731 contre le Père Llobet du couvent de Saint-François-d’Assise qui se serait rendu coupable de voies de fait sur la personne d’un autre religieux présent dans ce couvent... Un comportement que le supérieur expliqua par la présence dans ses murs depuis quelques jours de religieux étrangers, provençaux pour la plupart, auxquels il avait accordé l’hospitalité malgré l’extrême pauvreté de son établissement23. Trente ans plus tard, en 1761, une autre affaire judiciaire anima ce couvent. Elle fut lancée par le frère Étienne Dupuy, lecteur en théologie, contre le frère Marcelin Merle, gardien, et le frère Bonaventure Vallier custode24 du couvent pour les calomnies qu’ils avaient répandues à son propos. Il avait été affublé de qualificatifs tels que « relaps, désobéissant, rebelle et apostat », fait l’objet de menaces verbales et de violences physiques25. Autre affaire survenue dans un couvent, en 1775, où Gaudérique Biragos, prêtre religieux profès de l’ordre des frères prêcheurs, docteur en théologie et professeur à l’université littéraire de Perpignan, se plaignit d’avoir été sauvagement agressé en pleine nuit dans sa chambre par un individu qu’il ne put identifier. Très vite les soupçons se portèrent sur le frère Boisse, sous-diacre, religieux profès du même ordre qui faisait alors ses études. L’information révéla que celui-ci n’avait « pas l’esprit de son état » et qu’à l’époque de son noviciat il serait entré une nuit par la fenêtre de la chambre du frère Despagès, religieux du même ordre, pour le rosser à coups de bâton26, ce qui aurait engagé le frère Bigaros à proposer au prieur de lui interdire de sortir du couvent ; un avis que ni le prieur, ni le sous-prieur ne suivirent, mais dont Boisse eut connaissance... De plus, Bigaros aurait dit au provincial qu’il ne comprenait pas que Boisse put être reçu prêtre parce qu’il « menoit une vie intérieure indigne d’un religieux et qu’il étoit même surpris qu’on eut donné l’habit de l’ordre à un homme dont les mœurs étoient si déréglées et qui du premier coup d’œil étoit reconnu pour un insolent et un emporté, n’ayant pas même l’extérieur d’un homme de son état ». Il prétendait que Boisse était « d’un caractère violent et emporté, se portant sur le moindre prétexte à battre les clercs et les autres domestiques de la maison »27... Par sentence du 26 avril 1775 rendue par contumace, le juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir déclara le frère Boisse « fortement indicié » d’avoir excédé de dessein prémédité et à coups de bâton dans la nuit du 9 au 10 février le frère Bigaros et le condamna à un bannissement pour dix ans de la viguerie, à 30 livres d’amende envers le roi et aux dépens du procès28.

  • 29 À propos de la répression de l’homicide voir E. Teixidor-Concone, L’homicide dans la jurisprudence (...)
  • 30 2B 1782, réquisitoire du procureur général du roi près le Conseil souverain de Roussillon du 5 aoû (...)
  • 31 Ibid., sentence du Conseil souverain de Roussillon du 4 février 1700.

6Des prêtres roussillonnais ont même été impliqués dans des homicides aggravés tels que des empoisonnements et un infanticide29. Deux exemples d’empoisonnement peuvent être relatés. Le premier se déroule au cours de l’été 1699, lorsque l’autopsie pratiquée sur le frère Malpas, prêtre du couvent de Saint-Dominique à Perpignan, mort le 3 août, révéla qu’il avait été empoisonné. Ce décès, survenu quatre jours après celui du frère Tissier, sous-prieur du couvent, laissait supposer que tous deux étaient les victimes d’un même empoisonneur30. Au terme d’une longue procédure, le frère Jean Lafite, religieux du couvent, fut condamné à un bannissement à perpétuité, tandis que Pierre Launay dit « Lamothe », servant, ne fut soumis qu’à un plus amplement informé et que le frère Hyacinthe Croses du même couvent fut mis hors de cour31.

  • 32 9Bp 637.
  • 33 2B 1819. Selon la requête du procureur fiscal du lieu elle n’aurait peut-être que 14 ans et aurait (...)
  • 34 Cette affaire est ainsi relatée par Noguer, J. Noguer, op. cit., v° « Du parricide », article 7.
  • 35 L’arrêt est du 9 octobre 1714 (2B 1819). Selon Noguer : « L’on comprend bien qu’il n’y eut que la (...)

7Le second eut lieu en septembre 1745, lorsque Jacques Sageloli, maçon habitant à Arles, se plaignit d’avoir été empoisonné par le curé des Bains d’Arles, Thomas Curp, frère d’Ambroise Curp chirurgien de l’hôpital du roi au fort des Bains d’Arles chez qui il faisait des travaux. Il aurait été invité chez lui le soir en compagnie d’autres personnes, et on lui aurait fait servir du vin venant d’une bouteille différente de celle offerte aux autres convives où il aurait fait verser de la coloquinte, ce qui lui aurait immédiatement causé des douleurs à l’estomac et fait vomir du sang. N’ayant pu travailler le lendemain, il fit dresser un certificat médical le 12 septembre 1745 avérant la thèse de la coloquinte, un violent purgatif. En l’absence de séquelles irrémédiables, ce procès, dont l’issue criminelle est inconnue, a sans doute été civilisé32. Cette affaire présente des similitudes avec celle survenue en Cerdagne en 1714 où le curé du village d’Enveitg, Gaudérique Giralt, fut impliqué dans une tentative d’avortement et d’infanticide en apportant son soutien à son frère Jean Giralt, maréchal à forge, coupable d’avoir engrossé Anne-Marie Arbos33. Elle aurait tenté de cacher sa grossesse et absorbé « deux breuvages pour procurer son avortement qui luy furent préparés et donnés par le curé du village »34. Ces breuvages n’ayant pas produit l’effet escompté, elle accoucha et, sur les conseils des frères Giralt, tua et enterra l’enfant dans le jardin familial. Seule accusée présente au procès, Marie Arbos fut condamnée à la pendaison, tandis que les frères Giralt, parvenus à passer en Espagne, furent condamnés par contumace pour les faits et charges résultants du procès, Gaudérique Giralt, le curé, aux galères à perpétuité et Jean Giralt, le maréchal à forge, au bannissement de la province pour dix ans35.

  • 36 2B 1911, sentence du 5 octobre 1741.

8Enfin, un curé, au regard des fonctions dont il a la charge et de l’autorité morale qu’il représente, peut se muer en une sorte de leader politique et conduire à la révolte la population d’un village contre le seigneur local. C’est ainsi qu’en 1741, aux Angles, le curé du village fomenta une petite révolte contre les représentants du seigneur local. En effet, à l’occasion d’une visite de la forêt de la Mate en Capcir, Martin Mauri, procureur juridictionnel du seigneur local, l’abbé de Saint-Michel de Cuxa, et le sous-baille du terroir des Angles, Michel Salvat, découvrirent la trace fraîchement laissée à la lisière de la forêt par un rouleau de bois (tronc d’arbre) trainé en direction du village des Angles. Une trace qu’ils suivirent jusqu’à apercevoir un homme tirant un rouleau de bois avec deux bœufs qui, en les voyant approcher, le décrocha et l’abandonna sur la route. Parvenus à retrouver l’homme, nommé François Ribeill, surnommé Tureu, il refusa de reconnaître les droits de l’abbé de Saint-Michel de Cuxa sur le bois de la Mate et par conséquent leur autorité et leur compétence en matière de coupe de bois. À la demande de Maury, le sous baille se rendit sur la place du village afin de réquisitionner quatre hommes pour conduire Ribeill en prison. Il dut alors faire face à un groupe fort d’une quinzaine d’individus qui grossit rapidement de nouveaux venus armés de bâtons cachés sous leur manteau, semblant se rallier au curé du lieu, Pierre Poulhairiès, qui les avait précédés sur la place pour demander à certains d’entre eux d’aller cacher le rouleau de bois laissé sur la route et de s’opposer aux représentants seigneuriaux. Ces hommes lui tinrent le même discours, criant qu’ils ne détruisaient pas la forêt de la Mate mais que c’était plutôt l’abbé de Saint-Michel qui s’en rendait coupable. Ils empêchèrent toute arrestation, le curé prit Martin Maury par le col, le secoua de toutes ses forces en lui disant qu’il voulait l’exterminer, lui prit son chapeau, le jeta au sol et le piétina. Insultés, cibles de jets de pierres dont l’une creva l’œil du chien de Maury, les représentants de l’abbé durent prendre la fuite, après avoir été menacés de mort, battus à coups de bâton sur la tête et les bras, sans avoir obtenu gain de cause. Une fois l’information lancée, ce même curé aurait rencontré individuellement tous les témoins appelés à comparaître pour leur demander « de ne pas dire la vérité » lors de leur interrogatoire, que s’ils avaient quelque crainte il les confesserait. Il prétendit qu’ils n’étaient pas obligés de déposer « contre leurs amis et parents », qu’il les plaignait d’être les sujets d’un moine, que la forêt de la Mate était à eux et qu’ils devaient y couper les arbres dont ils avaient besoin, les poussant même à ne pas obéir à Maury et à ne pas le reconnaître pour procureur juridictionnel. Il aurait donné du blé à certains pour qu’ils ne disent pas la vérité. Il aurait déploré que ceux qui avaient suivi Maury ce jour-là ne l’aient pas assommé et découpé ses os en petits morceaux. Pierre Poulhairiès fut reconnu coupable d’émotion populaire, d’attroupement, de rébellion, de subornation de témoins « et autres cas mentionnés au procès », condamné par contumace à un bannissement à perpétuité de la viguerie de Conflent-Capcir, 50 livres de réparation civile, aux dommages et intérêts envers Martin Maury et à une amende de 50 livres envers le roi. La sentence devant être écrite sur un tableau qui serait affiché sur la place publique des Angles36.

B. Des ministres du culte indisciplinés et négligents

9Le clergé présent en Roussillon se distinguait ponctuellement par son indiscipline. Ses membres témoignaient parfois de peu de respect envers les devoirs que leur imposait leur statut ou manquaient d’exactitude dans l’accomplissement des tâches inhérentes à leur sacerdoce et les fonctions qui lui étaient dévolues.

  • 37 Sur la répression des infractions sexuelles en Roussillon, voir A. Brugat, Ordre public et sexuali (...)
  • 38 La qualification d’inceste spirituel, infraction relevant des officialités, n’a jamais été reconnu (...)
  • 39 2B 1742.
  • 40 Capitale de la viguerie de Cerdagne française.
  • 41 Il a sans doute été jugé par l’official du diocèse, comme Isaac Vignes en 1700, mais Noguer se con (...)
  • 42 2B 1783. Selon la dénonciation faite par le baille au vicaire général du diocèse, Marie Fabre quit (...)
  • 43 Cette sentence n’évoque pas le sort de sa complice.
  • 44 2B 1967. Dans leur plainte, les époux Auther, déclarèrent que « Me François Barrera prêtre curé de (...)
  • 45 Ibid., plainte des époux Auther.
  • 46 Ibid., réquisitoire du procureur du roi du 21 février 1761.
  • 47 Ibid., sentence des juges de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 18 mai 1762.
  • 48 Bien d’autres affaires de grossesse et de ruptures de promesse de mariage impliquent des clercs, m (...)
  • 49 9Bp 583, 11e cahier.

10Les manquements à la discipline ecclésiastique les plus évidents concernaient le devoir de chasteté37. Quelques prêtres ayant eu des relations sexuelles suivies ou non avec une ou plusieurs de leurs paroissiennes furent poursuivis pour concubinage ou commerce scandaleux38. Une affaire ancienne, citée par Noguer, impliqua Bonaventure Aymar, curé d’Égat en Cerdagne qui fut convaincu du crime de concubinage. L’arrêt rendu le 27 avril 168939 par le Conseil souverain condamna sa complice, Hyppolita Maranges, pour « concubinage public et scandaleux » à être mise au carcan pendant trois heures sur la place du lieu de Saillagouse40 et à être enfermée dans la maison des Repenties mais n’évoque pas le sort du prêtre41. Le 6 février 1700, une affaire plus grave, car doublée d’un adultère, fut soumise à l’officialité d’Elne par le baille de Passa qui prétendait qu’Isaac Vignes, prêtre du lieu, entretenait un commerce scandaleux avec Marie Fabre, épouse de Pierre Fabre, berger de la paroisse42. La sentence rendue par l’official, évoquant l’adultère commis par cette épouse, interdit Isaac Vignes « pendant six mois de toutes les fonctions de ses ordres et bénéfices, et pendant lesquels y compris le temps qu’il est en prison il demeurera dans le séminaire où il jeunera trois jours de semaine et récitera aussi à genoux trois jours la semaine les psaumes de la pénitence avec défense d’avoir jamais aucun commerce ny fréquentation avec ladite Marie Fabre ny autre femme suspecte sous les peines portées par les saints canons [...], en cinquante livres d’amende [...] appliquées à la maison des Repenties de cette ville »43. Quelques décennies plus tard, en 1761, François Barrera, curé de Latour-bas-Elne, fut poursuivi pour divers crimes. D’après la plainte déposée par Joseph Auther, maître apothicaire et son épouse Marie-Angélique Cazals, résidants à Elne, il serait « libertin, ayant sollicité une femme de sa paroisse à l’adultère, et tenant une conduite très suspecte »44. Il aurait acquis une maison « pour la donner à la nommée Marie sa servante après avoir été soubçonné de l’avoir engrossée et l’ayant faitte accoucher chez luy même ce qui est public et notoire »45. La procédure révéla qu’il aurait sollicité plusieurs de ses paroissiennes pour « se livrer à ses désirs déshonnêtes » dans le tribunal de la pénitence et ailleurs, qu’il aurait tenté d’abuser d’elles, ayant obtenu des privautés sur elles, se rendant coupable de divers attouchements46. Sa condamnation à un bannissement de la viguerie de Roussillon-Vallespir pour vingt ans, prononcée par contumace, détaille d’autres infractions, mais pas celles à connotation sexuelle47. Enfin, le cas de Mathieu Anglada, clerc tonsuré de 22 ans, habitant à Thuir, mérite d’être cité, car le procès criminel qui lui fut fait pour grossesse arriva à son terme48. Il fut condamné par le juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir le 17 décembre 1771 pour avoir engrossé une jeune fille appelée Rose Conill à lui verser 600 livres « pour lui tenir lieu de réparation civile, dommages et intérêts, y compris les frais des couches la nourriture et entretien de l’enfant et fraix funèbres d’icelui »49.

  • 50 2B 1691.
  • 51 2B 1019, f° 214v°. Sentence du Conseil souverain. Cette affaire est relatée par J. Noguer, op. cit (...)
  • 52 9Bp 422. Acte de plainte sur lequel a été permis d’informer le 27 août 1723.
  • 53 Ibid. Le 30 août 1723, le procureur du roi requit que les époux Dotres soient décrétés d’ajournemen (...)

11De tels procès marquaient nécessairement les esprits, révélant à ceux qui en doutaient que les serviteurs de Dieu étaient soumis à la tentation, pouvaient y céder et commettre le péché de chair. Aussi, n’était-il pas rare que circulent des rumeurs de « vie scandaleuse » ou de « commerce scandaleux » impliquant ces hommes publics qu’étaient les curés de village. C’est ainsi qu’en 1681, Jean Pellicer, bourgeois de Perpignan habitant à Saint-Féliu-d’Amont, n’ayant pu obtenir les faveurs de la jeune Marianne Fons, décida de ternir sa réputation et celle du curé du village, Esprit Cassanyes. Il répandit la rumeur que tous deux s’étaient en quelques occasions enfermés dans la sacristie50. Pour cette calomnie, il fut condamné le 12 mai 1681 à « s’abstenir dudit lieu » tant que Marianne Fons ne serait pas mariée ou entrée en religion51. D’autres pasteurs furent visés par de pareilles calomnies. En 1723, le curé de Néfiach, qui voulait faire appliquer à la lettre une ordonnance rendue lors de la vacance du siège épiscopal par les vicaires généraux du diocèse d’Elne interdisant d’entrer dans les églises du diocèse avec des innocentes ou robes de chambre flottantes sans mettre une ceinture, fut accusé de ne pas tenir lui-même une conduite exemplaire. En effet, ayant exhorté ses paroissiennes à ne pas venir à l’église « avec des robes si indécentes et escandaleuses » il dut faire face à la résistance de l’épouse de François Dotres fils, bourgeois-noble de Perpignan domicilié à Néfiach, qui continua à venir à la messe en innocente sans ceinture. Le jour de la saint Roch, le 16 août, il l’aurait avertie une dernière fois pour « ne pas lui causer le déplaisir de l’en avertir publiquement » mais trois jours plus tard, entrant dans l’église pour dire la messe, il vit que l’épouse Dotres ne portait pas de ceinture à sa robe de chambre. Il menaça publiquement de « sortir sans dire la messe » et, face à l’inertie du couple Dotres, il décida de sortir de l’église afin de jauger l’effet de sa menace... Il n’était pas encore sorti qu’il essuya une bordée d’insultes de la part de François Dotres qui cria que ce curé « permetoit bien à sa garce d’entrer et rester avec sa robbe de chambre » relayé par son épouse qui confirma « qu’il permettoit bien à la bagasse qu’il avoit au logis la robbe de chambre flottante dans l’église »52. Au cours de l’information, le témoignage de Thérèse Sibaut révéla que la dame Dotres, face au consul et au baille qui lui auraient demandé de se soumettre pour que le peuple put assister à la messe, aurait répondu « qu’elle n’en vouloir rien faire, qu’elle n’étoit pas une putain, et que les putains étoient à la maison dudit curé, et que sa Margot apportoit bien des robbes de chambre sans ceinture et que ladite dame étoit enceinte »53.

  • 54 9Bp 636.
  • 55 Ibid. Il réfuta cependant les accusations contre les nièces de l’ancien curé, reconnaissant juste l (...)
  • 56 2B 1872. De cette agression serait née une petite fille que son mari fit déposer à l’hôpital de Pe (...)
  • 57 Ibid. Une procédure dont l’issue est inconnue à partir de la permission d’informer délivrée le 2 oc (...)

12Jean Mundus, curé de Llupia, connut en mars 1740 une mésaventure assez proche, se plaignant d’avoir été insulté par le baille du lieu, François Thorent, l’accusant notamment d’être concubinaire, lui imputant un commerce charnel avec sa servante qui ferait également office de maquerelle pour recevoir occasionnellement dans sa maison une autre jeune femme. Lors de son interrogatoire, François Thorent reconnut avoir dit à Jean Mundus qu’il « avoit esté en obligation de tirer de sa maison à son arrivée à ladite cure sa majordona et la mère d’icelle à cause qu’il entretenoit un mauvais commerce avec ladite majordona et que sa mère lui servoit de maquerelle et que l’enfant ou la battard qu’il avoir eu de ladite majordona estoit resté chez luy ». Ce procès fut civilisé par décision du 12 mai 1740,54 mais il révéla que Thorent avait déjà eu de semblables démêlées avec l’ancien curé du lieu, nommé Tardiu, qui hébergeait chez lui ses deux nièces, à qui il aurait dit qu’il était « indigne » de dire la messe. Il les aurait traitées de « Madames de Maintenon » et aurait dit à plusieurs reprises « que l’une lui défaizoit les culottes et l’autre le metoit au lit »55. Enfin, l’accusation la plus grave fut portée le 17 juillet 1730 par Catherine Vidal, habitant à Rouze en Languedoc, diocèse de Pamiers, qui déclara devant notaire que deux ans et demi auparavant elle avait été violée par Barthélémy Vergès, curé de Matemale en Capcir, alors qu’il était vicaire de Rouze et Mijanès56. Il aurait d’ailleurs tenté de réitérer cet acte à plusieurs reprises57.

  • 58 2B 1891, témoignage du 7 juillet 1717.
  • 59 9Bp 422. Voir supra.
  • 60 9Bp 580.
  • 61 Il était sur le point de mourir.
  • 62 Elle avait choisi « Louise ».
  • 63 9Bp 580. Le témoignage d’Anne Banyeras confirme que le curé avait cent raisons de refuser Suzanne (...)
  • 64 9Bp 636. L’information révèle que François Thorent est coutumier du fait, qu’il est un homme gross (...)
  • 65 9Bp 588.

13Au regard du nombre d’accusations d’ordre sexuel, celles de simonie sont extrêmement rares. Un exemple est donné lors de la procédure opposant Étienne Ribas, curé de Sainte-Léocadie à Jean Montella, bourgeois dit lieu. Ce dernier aurait publiquement prétendu que Ribas « estoit entré à la cure de Ste Léocadie par la fenêtre », voulant dire selon Joseph Bernola, pagès du même village, « qu’il avoit eu ladite cure par simonie »58. Les Roussillonnais se plaignaient plus volontiers soit du manque d’exactitude des clercs dans l’exercice de leur charge, soit, à l’inverse, de leur trop grande rigueur. Des prêtres sont jugés trop zélés aux yeux de certains de leurs paroissiens. L’affaire survenue en 1723 à Néfiach, où le curé voulut faire appliquer les consignes données par sa hiérarchie visant à interdire l’entrée dans les églises du diocèse aux femmes qui ne porteraient qu’une innocente ou robe de chambre flottante sans mettre une ceinture, fournit un bel exemple de rigueur curiale59. Mais d’autres exemples existent. Ainsi, en 1745 à Saint-André-de-Sorède, le curé refusa la marraine choisie par les parents d’une nouvelle née60. En effet, Joseph Traynier, prêtre de la paroisse, fut appelé à son église le 9 septembre 1745 pour baptiser l’enfant de Joseph et Marie Rodo. Il s’y rendit. L’enfant qui lui fut présenté par Joseph Fondrago parrain et Suzanne Rosnet se disant « habitante de cette ville » et désignée comme marraine étant très malade61, le prêtre omit les cérémonies et exorcismes ordinaires et demanda rapidement le nom à donner à l’enfant au parrain qui lui donna celui de « Mariangélique » sans s’enquérir de celui choisi par Suzanne Rosnet62. Vexée, celle-ci l’empêcha de poursuivre le baptême par ses cris, lui demandant la raison de ce mépris, et voulant obtenir réparation. Sans lui répondre, Joseph Traynier tenta de reprendre la cérémonie, mais elle l’interrompit à nouveau, le menaçant de la main s’il tentait de la faire sortir de l’église. Le curé lui dit alors qu’il ne pouvait l’accepter comme marraine parce « qu’elle n’étoit point conforme aux règles du diocaize et qu’il lui constoit qu’elle n’avoit pas fait son devoir pascal la courante année »63, ce qui lui valut une nouvelle vague d’injures et l’obligea à quitter l’église sans avoir achevé la cérémonie... De même, en 1740, le curé de Llupia qui aurait demandé à ses paroissiens de manifester davantage de respect pour la sainte relique de la Vraie croix, et d’exécuter une génuflexion au moment où il passerait devant eux en la portant, essuya le refus du baille du village, François Thorent, qui devant l’insistance du curé aurait répliqué en l’injuriant en plein office64. Enfin, en 1719, Michel Valetta prétendit que le curé du Soler n’avait pas voulu le payer parce qu’il avait travaillé un jour de fête, en l’occurrence le dimanche des Rameaux, pour commencer à monter le monument de l’église65.

  • 66 9Bp 581. Il la laisserait éteinte pour économiser l’huile qu’il devrait fournir à cette fin.
  • 67 Ibid. Il prétend que tout a été inventé, que ce n’est que calomnie...
  • 68 C’est un sujet de préoccupation qui se retrouve dans les cahiers de doléances où la présence d’un (...)
  • 69 2B 1967, sentence des juges de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 18 mai 1762.

14Si ces affaires n’ont donné lieu qu’à des procès civilisés, réglés par quelque dédommagement pécuniaire, l’issue des affaires portant sur la négligence des prêtres dans l’accomplissement de leurs fonctions tira à davantage de conséquences, notamment lorsqu’étaient constatés des refus de sacrement. Pour autant, Pierre Cabestany, curé du Soler, semblait peu s’émouvoir de telles attaques, prétendant être tracassé depuis un temps infini par nombre de ses paroissiens qui l’accusaient notamment d’avoir refusé à plusieurs reprises les derniers sacrements à des défunts du village, de fermer les portes de l’église afin que personne aperçoive que la lampe qui brûle devant le saint sacrement était éteinte66, de fermer les portes de l’église jusqu’à neuf heures pour empêcher les paroissiens d’aller à confesse67... Autre personnage sujet à de tels reproches, François Barrera, curé de Latour-Bas-Elne, qui aurait publiquement refusé de recevoir en confession Jean Palotis pendant trois ans et d’autres personnes occasionnellement. Pire encore, il n’aurait pas voulu suivre le chirurgien qui partait visiter une femme « très dangereusement malade » et « dans un danger de mort prochaine »68 pour « lui porter le viatique », répondant qu’il n’avait qu’à aller quérir un autre prêtre pour cela... Sa condamnation, prononcée par contumace, le fut d’ailleurs au premier chef pour « reffus des sacrements avec scandale dans sa paroisse »69.

  • 70 Ibid. Il aurait pourtant célébré un baptême l’après-midi même.
  • 71 Ibid. Plusieurs communautés ont réclamé la présence d’un second prêtre dans leur paroisse dans leur (...)
  • 72 2B 1838. C’est ce qu’il prétend dans sa plainte.
  • 73 Ibid., sentence du 30 janvier 1721.
  • 74 9Bp 588.
  • 75 Ibid

15D’autres récriminations sont récurrentes comme les anomalies émaillant les célébrations de messe, car tout bon curé se doit de permettre à ses ouailles d’assister à des messes régulières. En la matière, le curé le moins assidu fut sans doute François Barrera, curé de Latour-bas-Elne qui, en 1761, fut notamment accusé d’avoir célébré plusieurs fois la messe sans faire sonner la cloche, empêchant de nombreux paroissiens d’y assister ces jours-là. Il aurait également fait manquer plusieurs fois la messe à ses paroissiens les jours de fête, et plus particulièrement le dimanche 25 janvier 1761 où, sans avoir prévenu personne, il ne célébra pas la messe parce qu’il se prétendait incommodé70. Il dirait souvent la messe seul, sans élève, remplissant les fonctions de prêtre célébrant et de servant « au grand scandale du peuple de sa paroisse »71. Un autre modus operandi empêchant les paroissiens d’assister à la messe consistait à la célébrer très tôt le matin après avoir rapidement sonné les cloches. C’est le parti que prit Paul Cahuzac, prêtre de Céret, remplaçant temporairement un autre prêtre de Céret nommé Pelegri, pour dire la messe à la paroisse Saint-Vincent du lieu de Reynès en 1720. Dès son premier office, voulant rentrer à Céret au plus vite, Cahuzac se rendit à Reynès grâce à une bourrique « fort bien harnachée » prêtée par Pelegri. Arrivé vers sept heures in situ, il attacha sa monture à un arbre à proximité de l’église où il entra, fit sa prière et fit « sonner la cloche par trois fois différentes selon la coustume pour faire venir les paroissiens à la messe »72. Il lut alors les évangiles à la porte de l’église puis alla derrière son autel pour prendre sa chasuble. Vêtu des habits sacerdotaux pour célébrer la messe, il vit surgir Jean Alday, pagès du lieu, qui l’insulta « au grand escandale de tous ceux qui se trouvoient dans l’église », d’autant qu’il était « sans perruque et tout débraillé, les bas tombés sur les talons », vociférant d’un ton menaçant et injurieux « Quelle insolence ! Quelle infamie de commencer la messe si matin ! » Pour sa défense, Jean Alday, prétendit avoir voulu prévenir l’empressement du prêtre à célébrer la messe si tôt car de nombreux habitants du terroir habitaient assez loin, à une heure de route de l’église, et ne pourraient assister à l’office. Les témoignages révèlent que la plupart des habitants du lieu étaient arrivés en cours d’office, voire même après, et s’en étaient plaint au prêtre. Alday ajouta que « la coutume ayant toujours été qu’on ne célébroit la messe en l’église dudit terroir de Reynes que les neuf heures ne fussent sonnées », regrettant que Pelegri, lors des dernières fêtes, ait aussi célébré la messe à sept heures du matin, ce qui interdisait à une partie des habitants d’y assister73. Enfin, en 1719, Pierre Cabestany, prêtre du Soler, aurait été interpelé à plusieurs reprises par les fidèles de sa paroisse qui lui réclamaient un vicaire. Michel Valetta, charpentier, marguillier et consul de la communauté, prétendit que celui-ci « pour que les habitans dudit lieu n’eussent point une apparence de raison pour se plaindre il leur a dit au prône que ceux qui ne pourroient pas entendre la messe les jours de festes porveu qu’ils allassent entendre vespres qu’il y en avoit assez pour accomplir et obéir aux commandements de l’Église ce qui a esté inouï jusqu’à présent »74. Michel Valetta aurait également « dit en la place du lieu devant plusieurs personnes que les messes que (Cabestany) devoit célébrer pour ledit peuble il les disoit à l’intention des autres personnes »75.

  • 76 Sur les communautés de prêtres de la province de Roussillon, voir G. Larguier, « Un cahier de dolé (...)
  • 77 Sur la question de l’admission des prêtres dans les communautés et l’importance du chant voir G. L (...)
  • 78 2B 1850. Requête des syndics de la communauté des prêtres de Villefranche-de-Conflent de 1724.
  • 79 Ce dernier aurait dit à Simon Escape qu’il « se garderoit bien comme de se jeter au feu » de chant (...)
  • 80 Ibid., interrogatoire du 16 février 1724 selon lequel les prêtres ayant chanté n’ont pas reçu de di (...)

16Lorsque les fidèles pouvaient assister aux messes, encore fallait-il qu’elles se déroulent de manière régulière, ce qui ne fut pas toujours le cas, certains prêtres se rendant coupables de comportements qui, pour les plus graves, relevaient du trouble au service divin. Certes, il n’en existe que peu d’exemples. Deux méritent cependant d’être contés ici. En premier lieu, en 1723, à Villefranche-de-Conflent, plusieurs cérémonies furent perturbées en raison d’un conflit opposant le curé du lieu et la communauté des prêtres76 de la citadelle conflentoise. En effet, le 24 décembre 1723, Simon Escape, curé de Villefranche-de-Conflent, aurait causé un scandale dans son église au moment des vêpres, commettant quelques excès sur la personne des deux syndics de la communauté des prêtres, les bousculant violemment et criant parce qu’ils ne voulaient pas admettre au sein du chœur Bonaventure Puig, un prêtre non encore admis comme membre de la communauté77. De plus, pour la grand-messe de Noël, « dans le temps que les prêtres chantoient le Post communio il affecta de les interrompre en chantant Dominus vobiscum sans attendre que les prêtres eussent fini au chœur ». Il aurait encore poussé de grands cris le 4 janvier 1724 dans son église alors qu’il était revêtu des habits du sacrifice et qu’il allait dire la messe pour faire sortir de la sacristie et de l’église Xavier Queya notaire de la ville. Enfin, les prêtres prétendent que le vacarme qu’il a causé au cours de plusieurs cérémonies, « surtout en des festes les plus solemnelles », a causé un tel scandale à Villefranche qu’il a fini par s’attirer « par son mauvais manège [...] la haine de ses paroissiens » et « qu’on a oui publiquement dans ladite ville tout le peuple se plaindre de son curé »78. Ce portrait peu flatteur du curé de Villefranche n’était en rien objectif, car les relations entre ce curé et les syndics de la communauté des prêtres de cette ville étaient plutôt crispées depuis le dernier été. Le 27 juillet 1723, à l’occasion de la fête de Saint-Sulpice, alors que Simon Escape avait fait allumer les cierges du maître-autel et sonner les cloches de son église pour y célébrer les vêpres à deux heures de l’après midi, puis fait entrer les paroissiens, Sauveur Dolet, syndic mineur de la communauté des prêtres, intervint en compagnie de Sulpice Llabour79, également prêtre de cette communauté, pour tenter d’empêcher le dénommé Puig de sonner le dernier « seign » de cloche et ordonner aux prêtres de ne pas chanter avant trois heures à peine de privation. Il ne resta plus ensuite pour chanter les vêpres que quatre prêtres que Dolet tenta de convaincre de quitter leur habit de chœur et l’église. Selon lui, la décision de reporter la célébration jusqu’à trois heures avait été prise par Joseph Vilafrancha, syndic majeur de la communauté, à cause de la chaleur estivale80. Ce dysfonctionnement explique assez aisément les tensions qui régnèrent ensuite dans cette paroisse...

  • 81 9Bp 613. Interrogatoire du 26 janvier 1736.
  • 82 Noguer rapporte que ce procès fut instruit conjointement par l’official du diocèse et le juge de l (...)
  • 83 9Bp 613.
  • 84 Le clerc ne se serait pas pourvu en appel contre cette sentence par crainte qu’elle ne soit confir (...)
  • 85 De son côté, l’official le condamna à quelques mois de séminaire.

17En second lieu, dans la nuit du 24 décembre 1735, alors que Laurent Clerch, prêtre domer de Serdinya, célébrait la grand-messe de minuit et que les bergers se livraient à l’adoration de la vraie croix au maître-autel de l’église paroissiale de Saint-Cosme, portant chacun une petite bougie jaune allumée, Pierre Lacreu, prêtre et sacristain du lieu, avec le bâton qu’il tira de la croix, donna un coup sur la tête de Jean Respaut qui s’effondra, gisant au sol avec une large plaie à la tête, avant d’en donner de nouveaux aux autres bergers présents. Il aurait ensuite lâché le bâton et serait remonté dans le chœur, ce qui aurait ramené le calme dans l’église et permis à la cérémonie de se poursuivre, une fois le blessé évacué. Lors de son interrogatoire, Lacreu affirma avoir voulu « faire cesser l’escandalle que les pasteurs faisoient dans ladite églize » et qu’il aurait agi « sans dessein prémédité de leur faire du mal ». Il aurait voulu prévenir les irrévérences commises les années précédentes, faire taire ces paroissiens bavards et les empêcher de se quereller pour l’ordre de passage81. L’autre prêtre de la paroisse lui aurait dit que dans cette église, « il étoit d’uzage que le curé qui étoit au cœur en descendoit peu avant l’offartoire et se mettoit auprès de l’autel pour empêcher les irreverances ». Il aurait seulement eu l’intention avec ce bâton de saule qui « sert de manche à la petite croix « imprimer quelque crainte auxdits pasteurs ». Le juge de la viguerie de Roussillon82 le condamna le 2 mai 173683 pour « trouble public fait au service divin avec scandale » à trois ans de bannissement du ressort de la viguerie de Conflent-Capcir84, dix livres d’amende envers le roi et une aumône de 50 livres pour la marguillerie de cette église85.

C. Des hommes trop « intéressés »

  • 86 2B 1850. Requête des syndics de la communauté des prêtres de Villefranche-de-Conflent de 1724.
  • 87 9Bp 423. Le procès fut civilisé par sentence du juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 14 (...)
  • 88 J. Noguer, op. cit., v° « Du crime de sacrilège », article 11.
  • 89 9Bp 216.
  • 90 9Bp 580.
  • 91 2B 1891, « sans aucun grain dedans » précise la plainte du curé.
  • 92 2B 1891.
  • 93 9Bp 422.

18Les questions temporelles occupaient beaucoup de place dans la vie paroissiale, peut-être trop86. La communauté des prêtres de Villefranche-de-Conflent reprochait au curé local de se mettre « moins en paine de remplir plusieurs fonctions annexes à sa cure que d’en retirer les revenus ». De telles insinuations, généralement infondées, étoffaient la liste des reproches formulés contre des prêtres, auxquels étaient imputés des négligences dans l’accomplissement de leurs charges paroissiales, voire un irrespect de leurs devoirs, et qui à l’inverse se montraient plutôt prompts et assidus lorsqu’il s’agissait de défendre leurs intérêts matériels. Quoi qu’il en soit, on relève dans les archives judiciaires plusieurs procédures relatives à la dîme ou évoquant, parfois incidemment, des questions d’ordre économique. Ainsi, en 1730, Jean Rigola, curé du village, déposa plainte contre Saturnin Soler, surnommé Barrera, pagès et consul du lieu de Banyuls-des-Aspres parce qu’il l’aurait insulté, lui ayant dit que s’il voulait « dixmer en gerbes le bled des terres du S[ieu]r d’Ortaffa dont il est le fermier, ledit S[ieu]r d’Ortaffa luy auroit envoyé dire de ne pas le faire, qu’il iroit audit lieu pour voir ce que c’estoit ». La conversation se serait ensuite envenimée et Soler aurait dit à Rigola qui lui demandait de le prévenir quand les récoltes commenceraient, qu’il n’était pas son valet et lui aurait lancé « vous mettes le peuple sous vos pieds et en révolte »87... Cette affaire rappelle celle narrée par Jean Noguer qui rapporte qu’en 1719 les décimateurs du terroir de Pia, dont faisait partie l’évêque, avaient demandé à dîmer les fruits de ce terroir en gerbes alors qu’ils l’avaient jusque-là fait en grains, afin de déjouer les trop nombreuses fraudes dont ils se prétendaient victimes. Les habitants de Pia, choqués de la nouveauté de cette demande, se seraient assemblés le 25 juin 1719 et auraient « délibéré qu’aucun habitant dudit lieu n’aporteroit plus à l’avenir à l’église aucune offrande de pain, de vin, et d’autre chose sous la peine de 3 livres en cas de contravention ». L’évêque attaqua cette délibération devant le Conseil souverain qui, par un arrêt du 7 février 1720, cassa cette délibération « comme contraire aux bonnes mœurs » et condamna les habitants de Pia solidairement à une amende de 50 livres et le notaire l’ayant rédigée à être admonesté88. D’autres exemples de curés très attentifs à la bonne perception de la dîme existent. Ainsi, en 1714, Onuphre Cassoly, curé de Maureillas qui, joint à don Joseph Del Vivier d’Oms et Muca, décimateurs de tous les fruits des terroirs de Maureillas et de Saint-Martin-de-Fenouillar, accusa plusieurs particuliers d’avoir vendangé sans leur permission préalable, alors que les fruits n’étaient pas mûrs, et sans avoir payé la dîme des raisins89. Pareillement, en 1740, les décimateurs du terroir de Malloles accusèrent François Sagui d’avoir récolté quelques légumes dans un champ dont il était fermier sans les avoir avertis, ni eux, ni leurs commis ou collecteurs. Il en aurait même vendu, commettant une fraude manifeste au droit de dîme90. D’autres affaires sont plus cocasses. En 1715 à Sainte-Léocadie, Jean Montella, bourgeois, pour payer la dîme au curé du lieu Étienne Ribas, lui envoya une mendiante avec un cabas rempli de cosses de pois91 et une romaine afin qu’il pèse le tout et y prélève le montant de la dîme. Au carême de 1716, ce même Montella aurait apporté à titre de dîme un cochon de lait âgé de trois semaines seulement, non sevré, alors que selon Ribas il aurait dû en avoir sept. Il le lui fit remarquer et Montella lui aurait rétorqué de le prendre s’il le voulait, lâchant le cochon qui se serait enfui sans jamais reparaître. Montella ne lui aurait pas versé le droit de responsion sur du vin. Lors de son interrogatoire, le 23 octobre 1717, Montella affirma qu’à plusieurs reprises ce curé lui avait fait difficulté pour faire les responsions pour ses bêtes « et pour le vin qui se vuidoit chez lui » et avoir proposé le cochon de trois semaines ou le payement de 18 sols pour sa valeur, que le curé avait refusé parce qu’il voulait un cochon de sept semaines alors que « la coutume au lieu de Sainte-Léocadie est de payer la dixme des cochons lorsqu’ils ont trois semaines, et ne voulant pas introduire une nouvelle coutume », il laissa le cochon de trois semaines92. Enfin, en 1732, Jean Mundus, curé de Llupia, se plaignit que les 36 livres de raisins que François Thorent, baille du lieu, lui avait fait remettre en son absence au titre du droit de prémisse étaient « tout pourris et non recevables » et qu’au surplus Thorent aurait fraudé par rapport à la quantité récoltée. Il imputait cette fraude à la haine que lui portait ce baille qui serait coutumier de ce genre de fraude. Les témoignages reçus au cours de l’instruction et l’interrogatoire de François Thorent n’ayant pas permis de prouver la fraude, le procès fut civilisé par sentence du 21 octobre 173293.

  • 94 9Bp 477, sentence du 15 novembre 1762.

19La dîme suscita même quelques conflits entre ses bénéficiaires. En 1762, André Delaris, curé de Prunet, se plaignit d’avoir été insulté alors qu’il allait recueillir la dîme des raisins des vignes « novales » situées sur son terroir par Catherine Baux, âgée de 63 ans, épouse de Joseph Baux, baille du lieu. Elle l’aurait notamment traité de voleur, de vouloir « enlever le bien des autres », prétendant que le curé avait déjà eu sa part et que ce qu’elle avait en sa possession devait revenir à son mari, fermier de la dîme. Pour ces injures graves elle fut condamnée à être admonestée, avec défense de récidiver sous de plus fortes peines, et à déclarer par acte au greffe que témérairement et malicieusement, elle avait proféré contre Delaris les injures détaillées dans la plainte, qu’elle s’en repentait et lui en demandait pardon. Cela en présence de quatre personnes choisies par Delaris94.

  • 95 9Bp 588. Ce que relève Joseph Pujol, habitant de Perillos, ayant assisté à la scène. Témoignage du (...)
  • 96 Ibid. Lors de son interrogatoire le 8 août 1701, Étienne Estève nia avoir agressé le curé. Il lui a (...)
  • 97 9Bp 658.

20Le curé de Périllos, Joseph Catala, fut également insulté par quelques habitants de son village, notamment les deux fils du baille, qui le traitèrent de voleur, de « jean-foutre » en le tutoyant95, l’accusant de leur avoir pris trente charges de blé et de venir pour leur voler leurs mulets. Ils lui dirent qu’il n’était pas digne d’être curé, mais d’être huissier... Trois jours plus tard, le baille de Périllos lui aurait aussi reproché de faire le métier de sergent et d’avoir une mine d’huissier, prétendant qu’une nuit ce prêtre s’en serait pris à une troupe de coupeurs de blé, sans doute pour empêcher une fraude sur la dîme96. En outre, en 1759, un conflit opposa Étienne Millet, curé de Glorianes, et Joseph Guillot, curé de Joch, le premier réclamant à plusieurs particuliers du terroir de Joch le versement de droits de prémices sur des récoltes faites en 1758 et 1759 pour des terres sur lesquelles le second prétendait jouir du même droit depuis plus de cinquante ans97.

  • 98 9Bp 636.
  • 99 2B 1967. Réquisitoire du procureur du roi du 21 février 1761.

21Une dernière allégation d’ordre matériel est apparue dans des plaintes ou au cours d’interrogatoires concernant les manœuvres dont se rendraient coupables des prêtres afin d’obtenir des faveurs à caractère économique. Par deux fois au moins des prêtres furent soupçonnés d’avoir acquis des biens immobiliers à bas prix, voire sans contrepartie. Ainsi, en mars 1740, François Thorent, baille de Llupia, fut poursuivi par Jean Mundus, curé du lieu, pour divers motifs, en particulier pour avoir soutenu publiquement qu’il avait usurpé un champ au dénommé Gaixet et qu’il était un cochon qui « se remplissoit de viande ». Lors de son interrogatoire, François Thorent confirma cela en affirmant que Mundus avait acheté un champ pour 24 pistoles alors que des experts l’avaient évalué à 45 pistoles98. Ensuite, en 1761, les époux Auther d’Elne imputèrent à François Barrera, curé de Latour-bas-Elne, mille et un méfaits, et plus particulièrement d’avoir « dépouillé les enfants de Pierre Lloansi d’une maison par luy acquise de la manumisseurie de Jeanne Caïsac », raison pour laquelle ils lui auraient interdit la fréquentation de leur maison99. Ces deux allégations ne semblent pas avoir eu de suite, mais il semble plausible que des prêtres aient pu profiter de leur autorité morale ou de la faiblesse de paroissiens pour les convaincre de leur consentir de telles cessions.

22Au vu de ces récriminations et reproches, fondés ou non, on comprend mieux pourquoi les relations entre le clergé et les Roussillonnais étaient parfois houleuses, ces derniers osant tenir tête aux premiers, gommant les frontières entre les domaines du sacré et du profane.

II. La désacralisation d’un clergé soumis au « contrôle social »

23Tant les hommes de Dieu que les lieux de culte et les cérémonies religieuses semblent pâtir de l’inconduite de quelques membres du clergé. Certains Roussillonnais se permettent d’agresser physiquement ou verbalement les pasteurs dont ils réprouvent les actes (A) de profaner les lieux de culte et le patrimoine religieux (B), et de troubler les cérémonies religieuses (C).

A. Des clercs agressés

  • 100 Un constat dressé par Didier Baisset, D. Baisset, « Les atteintes à l’honneur devant la viguerie d (...)

24Ni le corps, ni l’honneur des prêtres ne semblent bénéficier d’une immunité aux yeux de la population : de nombreuses affaires relatent les mésaventures d’ecclésiastiques agressés physiquement ou verbalement100.

  • 101 9Bp 307.

25Les affaires les plus éloquentes voient la population rejeter la médiation des prêtres dans des conflits qui ne les regardent pas. Ainsi, en 1766, un prêtre d’Arles, Antoine Massol, se plaignit pour les injures verbales et réelles qu’il aurait subies. Selon sa déclaration, il serait intervenu dans une altercation opposant Jacques Dessessard, son ami, et Darguines, garçon chirurgien qui était soutenu par un groupe de jeunes gens. Il aurait voulu empêcher que ceux-ci insultent Dessessard « et pour mettre en quelque façon le hola par ses représentations et sa présence, mais il en arriva tout autrement que ledit Me Massol l’auroit pensé ». En effet, « les jeunes hommes au lieu d’être contenus par la présence et le respect qu’on doit à un ecclésiastique, se jettèrent au contraire plusieurs sur luy et le maltraitèrent à coups de poings et à coups de pieds, luy déchirèrent sa chemise et ses vettements au point qu’il ne pourra plus s’en servir. On pense bien que les insultes, les gros mots et les grossièretés ne furent pas épargnées pendant cette grelle de coups, et le tout sans que ledit Massol y eut donné lieu autrement que pour s’être présenté en cet endroit dans la vue d’empêcher le bruit »101. La plainte déposée par l’homme d’Église montre que son intervention entre les deux partis eut plutôt pour effet d’attiser la violence que de l’apaiser, car les jeunes gens se déchaînèrent ensuite sur l’épouse de Desessard et tous les habitants qui voulurent s’interposer... jusqu’à ce que leur nombre dissuade les agresseurs de poursuivre la rixe.

  • 102 Selon les dépositions des témoins, les frères Estève, à la tête d’un petit groupe de coupeurs de b (...)
  • 103 9Bp 588. Plainte déposée par Joseph Catala le 22 juillet 1701.
  • 104 Ibid. Plainte déposée par Joseph Catala entre le 24 et le 28 juillet 1701.
  • 105 Ibid. Le procureur du roi près le juge de viguier de Roussillon-Vallespir requit le 19 août 1701 qu (...)
  • 106 9Bp 216. Pour ne pas que sa voix fût reconnue, il ne dit pas un mot tout au long de l’agression.
  • 107 Ibid.

26Un autre curé paya de sa personne pour des faits similaires. En effet, Joseph Catala, curé de Périllos, se plaignit d’avoir été agressé le 21 juillet 1701. Témoin d’une dispute entre Paul et Étienne Estève, fils d’Étienne Estève baille du lieu, qui insultaient François Sarda, consul de Périllos, il se serait interposé pour « y mettre la paix »102. Hélas pour lui, son action, loin de faire taire les frères, les incita à l’insulter, le traitant de fou, d’insensé, de gueux, de misérable, de malheureux, de venir à la tête de paysans pour les assassiner et les voler. L’un d’eux l’aurait même pris par les boutons de son justaucorps tandis que l’autre lui aurait donné un coup de poing sur le bras droit103... Le 24 juillet, le même prêtre revenant de la messe qu’il venait de célébrer fut pris à partie par Étienne Estève père, baille de Périllos, qui réitéra les insultes proférées par ses fils, affirmant que s’il avait été présent trois jours plus tôt il lui aurait traversé le corps d’une dague jusqu’à la poignée104. Ces agressions firent l’objet de deux plaintes jointes pour leur information, mais la sentence finale n’est pas connue105. Quelques mois plus tard, le dimanche 18 juin 1702, Joseph Catala alors qu’il se rendait à pied depuis Opoul à Périllos où il devait dire la messe, vit sortir des buissons « un homme habillé en femme avec un grand bâton à sa main » qui « sans rien dire » lui asséna un grand coup sur l’épaule gauche, ce qui le fit tomber au sol où il le maintint avec le genou tandis qu’il le rouait de coups. Parvenu à se relever, il s’enfuit, mais son agresseur le poursuivit et le frappa à nouveau. Pensant avoir reconnu l’un des fils du baille de Périllos106, il déposa plainte contre lui, mais le procès aboutit le 19 septembre 1702 sur un plus amplement informé contre Étienne Estève père et l’instruction de la contumace contre Paul Estève son fils107.

  • 108 9Bp 471.
  • 109 Ibid., acte de plainte de Thomas Laval sur lequel a été permis d’informer le 4 mai 1774 où Thomas L (...)

27Il est rarissime qu’une discorde entre un prêtre et un paroissien naisse d’un débat d’ordre théologique. Un exemple mérite cependant d’être rapporté, celui de Thomas Laval, curé de Millas, qui se plaignit en 1774 d’avoir été victime d’injures atroces émanant de Jacques Bombes, citoyen noble, habitant de la ville, dont il réclamait réparation108. Alors qu’il se promenait aux alentours de la ville en compagnie de Joseph Aiguain prêtre de Millas et Jean Bono bourgeois noble de Millas, Jacques Bombes vint se joindre à eux et leur posa quelques questions d’ordre théologique relatives à saint Thomas. Voulant « paraître instruit », il tint des propos absurdes que contredit Thomas Laval. Refusant d’entendre ces contre arguments, il prétendit tenir ses informations des Écritures saintes. Le curé de Millas rétorqua qu’il se méprenait, mais reçut en retour une multitude d’insultes. Jacques Bombes, en effet, était « d’un caractère violent et emporté ainsi qu’il l’a fait plusieurs fois paroitre en insultant des ecclésiastiques ». Il aurait lancé au curé de Millas les injures les plus atroces, en ces termes grossiers « vous êtes un f[outu] polisson, vous êtes un f[outu] drôle, vous êtes un f[outu] vilain ». Il aurait ajouté ensuite « prêtre, je me f[ous] des prêtres »109...

  • 110 9Bp 580.

28Les prêtres rapportent souvent dans leurs plaintes ou dénonciations que leurs agresseurs sont coutumiers du fait et qu’ils n’en sont pas les seules victimes. Le curé de Saint-André-de-Sorède, ayant refusé une marraine parce qu’elle n’avait pas fait son devoir pascal, fut gravement injurié par elle. Il affirma qu’il n’était pas le seul à avoir « souffert des injures » de cette paroissienne. « Ses prédécesseurs ont été maltraités à n’en pouvoir plus pour peu qu’ils voulussent la corriger et luy apprendre son devoir, l’avertir du peu de respect qu’elle a toujours eu pour le lieu saint, c’étoit une furie et il n’y avoit pas d’injure ni mauvaise parolles qu’elle ne vomit contre eux ». N’hésitant pas à la qualifier de « fléau de ce village », il affirma qu’il n’y avait « pas d’honnete personne qui soit à l’abrich de ses insultes »110...

  • 111 9Bp 422. Acte de plainte sur lequel a été permis d’informer le 27 août 1723.
  • 112 Ibid. Témoignage de Pierre Ataner, brassier et consul de Néfiach.
  • 113 Ibid. Témoignage de Thérèse Sibaut.

29Le curé de Néfiach, en 1723, dut essuyer quelques insultes de la part du couple Dotres. Outre les allusions relatives à sa servante, François Dotres, dans l’église « à haute et intelligible voix, vomit mille injures atroces et plusieurs calomnies contre le [curé] avec les termes les plus salles et les plus impudents qu’on puisse proférer ». Il aurait dit que « s’il n’eut été à l’église il auroit arraché les yeux et dévisagé le [curé], l’appelant gavaix et y ajoutant le mot de f[outre] »111. Ce fut ensuite au tour de l’épouse Dotres « à grands cris » de dire « qu’un gabaix [...] dont on en scavoit d’où il étoit ne la fairoit pas sortir de l’église »112 et qu’il faisait « cela par malice le tros de gabaix »113.

B. Des biens d’Église volés ou dégradés

  • 114 Voir supra, I C.
  • 115 Ce sont les mots employés par Michel Brunet à propos des conflits d’argent entre les municipalités (...)

30Les chicanes relatives à la dîme114, la gestion des marguilleries ou des estimes à la suite de dommages aux cultures, opposant un curé à l’un ou plusieurs de ses ouailles, voire aux représentants de la communauté villageoise ou du seigneur local, sont fréquentes. Ces questions, par leur côté terre-à-terre, peuvent paraître sordides115. Elles sont au cœur de nombreuses procédures, car elles en sont la source ou en forment la toile de fond. On comprend mieux dès lors pourquoi les biens d’Église et des marguilleries sont fréquemment la cible de vols, de détournements, de malversations ou d’actes de dégradation, consécutifs à un conflit entre un membre du clergé et un laïc.

  • 116 9Bp 427. De la région de Carcassonne.
  • 117 Les archives des juridictions subalternes sont hélas souvent lacunaires : qu’il s’agisse de celles (...)

31Comme tout un chacun, les prêtres furent parfois victimes de vols de droit commun tels que le vol domestique. Ce fut par exemple ce qui arriva en janvier 1730 à Jean Chêne, prêtre de Saint-Nazaire, qui se plaignit du vol commis par Jean Clerch ou Escolas, un valet de 16 ans depuis peu à son service. Il lui aurait pris un petit cheval à poil rougeâtre, deux chemises de toile de Rouen pour homme, deux autres chemises pour femme, sans col ni manches, une veste noire usée et une vieille soutane. Il se serait enfui en direction du Languedoc d’où il était originaire116. Malheureusement, l’issue de cette procédure reste inconnue117.

  • 118 9Bp 580.
  • 119 9Bp 674.

32Un clerc peut également être victime de voleurs de grand chemin, à l’image de Joseph Foucart, clerc du diocèse, précepteur des enfants de Joseph Maurell, docteur ès lois vivant à Perpignan, qui, en 1752, fut agressé sur le grand chemin conduisant au terroir du Vernet par deux individus qui lui volèrent « deux louis d’or et un petit écu », le ligotèrent, puis lui assénèrent quelques coups de bâton parce qu’il se débattait, avant de l’abandonner, pendu par les pieds à la branche d’un arbre118. Une autre affaire de vol survenue à Molitg en 1786, dont des prêtres furent victimes, tire son originalité du moment du forfait. Pierre Bach, un jeune brassier de vingt ans, résidant à Banyuls, avait choisi d’opérer la nuit du 24 au 25 décembre, alors que le curé et son vicaire étaient tous deux dans l’église pour la messe de minuit. Il commit plusieurs effractions dans la maison curiale, déroba de l’argent, des bijoux, des vêtements, un fusil et d’autres effets tant au curé qu’à son vicaire et à sa servante. Il commit d’autres vols ensuite avant d’être surpris le 25 février 1787 dans la maison presbytérale de Molitg. Par sentence du 17 mars 1787, il fut déclaré convaincu d’avoir commis ces vols et condamné par le juge royal de la viguerie de Conflent-Capcir à la pendaison et cent livres d’amende envers le roi119.

  • 120 9Bp 755.
  • 121 Noguer admet qu’il serait fastidieux d’énumérer tous les cas de « vols faits dans les églises d’au (...)

33Un voleur se montra plus audacieux encore en février 1775. S’introduisant en pleine nuit dans la maison curiale d’Enveitg en Cerdagne en fracturant une porte, il se serait faufilé jusqu’à l’étage avec de la lumière, puis aurait pénétré dans la chambre du curé alors qu’il dormait, ouvrant le tiroir d’une commode où il déroba une somme d’argent. Personne n’ayant aperçu cet individu, la procédure resta sans suite120. Tous ces vols n’ayant porté ni sur des objets de culte ni été commis dans un lieu sacré tel qu’une église, ils ne constituaient pas un sacrilège121.

  • 122 2B 1891. Sentence du 17 février 1736.
  • 123 2B 1888. Une affaire de sortilège fut mêlée à cette procédure. Arrêt du Conseil souverain de Rouss (...)
  • 124 Ibid. La jonction des procédures fut opérée par le Conseil souverain le 21 avril 1735.
  • 125 Ibid., âgé de 35 ans, il est natif de Foix.
  • 126 Jean Noguer, en relatant cette affaire, offre quelques détails sur les motifs de la condamnation, (...)
  • 127 2B 1027, fos 370r°-373v°.

34Des sacrilèges, les juges roussillonnais en connurent plusieurs cas. En 1735, Guillaume Costa, dit « Talaire », natif et habitant de Tuchan en Languedoc, fut accusé d’avoir volé le soleil et le ciboire de l’église du lieu ainsi que les saintes hosties consacrées qui s’y trouvaient. Arrêté à Perpignan alors qu’il tentait d’écouler des morceaux de métaux précieux provenant de son butin, Costa fut condamné en appel par le Conseil souverain de Roussillon pour sacrilège, vol avec effraction et profanation des saintes hosties, à faire amende honorable, à une amende de cent livres envers le roi, à une aumône de cent livres au profit de l’église de Tuchan, à avoir le poing droit coupé, puis à être emmené de l’autre côté du pont de pierre sur la grève pour y être brûlé vif et ses cendres jetées au vent122. La rigueur des juges tint sans doute à ce que quelques mois plus tôt, la province avait connu une autre affaire de vol et de sacrilège. En effet, en décembre 1734, il avait été volé dans le couvent des pères capucins de la ville de Thuir le ciboire ou custode avec les hosties sacrées qu’il renfermait123. Rapidement, plusieurs individus avaient été poursuivis, dont Barthelemy Ferran le jardinier du couvent auxquels s’ajouta124 au mois de mars 1735 le frère Luc, capucin conventuel de Thuir125, soupçonné d’avoir dans un premier temps volé le saint ciboire, de l’avoir enterré puis déterré et replacé dans l’église une semaine plus tard, puis par une mise en scène d’avoir tenté de faire croire à une effraction commise par un étranger à la communauté. Il fut condamné à un bannissement à perpétuité de la province126 par un arrêt du 9 août 1735127. La différence entre les châtiments infligés à ces deux hommes est la conséquence de ce que le frère Luc n’avait jamais été surpris ou vu en possession de l’objet du délit et qu’un doute subsistait sur sa culpabilité.

  • 128 2B 1893. Sentence du 6 août 1737.
  • 129 2B 1781. Âgée de 36 ans, elle est originaire de Lédignan, diocèse de Nîmes.

35Une autre affaire remarquable mérite d’être relatée bien qu’elle ne soit pas constitutive d’un sacrilège. En effet, en 1737, Jean Barrera dit « Delmau », son épouse Claire, leur fille aînée Marianne et leur fils cadet Bernard, furent accusés du vol d’une des cloches de l’église Saint-André de Llar, d’environ un quintal, soustraite sans effraction ni dommage à l’édifice. Ils furent poursuivis, car trois semaines après ce forfait, quelques morceaux de cette cloche où étaient gravées les lettres « saint André », ce qui prouvait leur provenance, furent trouvés dans la maison de Jean Barrera à Fontpédrouse. Tous les quatre furent condamnés par contumace le 6 août 1737 par le juge royal de la viguerie de Conflent-Capcir : Jean Barrera, pour ce vol, à être fouetté, puis flétri des lettres GAL sur l’épaule droite, et aux galères à perpétuité, les trois autres comme complices, à être fouettés, flétris des lettres GAL sur l’épaule droite, et bannis à perpétuité de la viguerie, tous solidairement devant supporter une réparation civile de 50 livres envers la marguillerie du lieu de Llar et chacun à une amende de 5 livres envers le roi128. En dehors de tels cas sortant de l’ordinaire, les procès portent le plus souvent sur des vols d’objets de peu de valeur. Ainsi, Jeanne Chameline129 fut condamnée par le juge du bailliage royal de Perpignan le 9 février 1700 pour le vol d’un rochet de toile dans l’église cathédrale Saint-Jean au fouet, à l’amende honorable et à un bannissement de trois ans de la viguerie de Roussillon-Vallespir. Le Conseil souverain cassa la sentence dès le 15 février suivant et la condamna à un bannissement à perpétuité de la province.

  • 130 2B 1830.
  • 131 2B 1834.

36Jean Miquel, natif et habitant du lieu-dit « Lo mas de Querigut », fut condamné le 17 novembre 1716 pour avoir volé une nappe à la chapelle de Saint-Antoine de l’ermitage d’Ille à un bannissement de 5 ans de la vicomté d’Ille et à une amende de 10 livres envers le seigneur haut justicier par le juge de cette circonscription130. En 1717, Françoise Xuruleu, âgée de 18 ans, vivant au faubourg Notre-Dame, fut poursuivie pour plusieurs vols et notamment pour avoir fait tomber la couronne placée sur la tête de Notre-Dame dans l’église de Rivesaltes au moyen d’une perche, d’avoir tenté sans succès d’en faire autant avec la couronne d’argent de l’enfant Jésus, d’avoir volé une couronne dans l’église de Llupia qu’elle aurait ensuite jetée dans une rivière parce qu’elle n’était pas dorée, d’avoir volé deux nappes et un tapis dans l’église de Rivesaltes. Elle fut condamnée le 8 juin 1718 par les juges du bailliage royal de Perpignan au fouet, à la marque, et au bannissement à perpétuité de la province131.

  • 132 2B 1813.
  • 133 Ibid. Âgé de 56 ans, il est originaire de Bira, diocèse de Pamiers, et n’a jamais avoué le crime.
  • 134 9Bp 580.
  • 135 Sur la répression du crime d’incendie dans la province, voir C. Juhel, « Le traitement du crime d’ (...)
  • 136 9Bp 464. Il faut dire que les églises servaient de banque ou coffre-fort, ce que rapporte Jean Nog (...)

37Quelques vols avec effraction furent commis dans les églises roussillonnaises. Ainsi, le 17 août 1711 à Salses, la population constate que les portes de la sacristie et des armoires qui s’y trouvent ont été forcées et que l’argenterie qui y était rangée a été dérobée132. Le voleur aurait pénétré dans l’église par une fenêtre à l’aide de cordes et d’un mât de bateau de pêche. Joseph Roques, habitant le faubourg Notre-Dame de Perpignan133, sera condamné le 2 octobre par le Conseil souverain de la province à la peine de mort pour des vols commis dans plusieurs églises, à Saint-Hyppolite, Salses et Néfiach. De même, dans la nuit du 24 ou 25 mars 1738, un vol avec effraction fut commis à l’église Saint-Pierre de Belpuig. Les voleurs se seraient introduits dans l’église en perçant un mur grâce à un soc de charrue qu’ils avaient abandonné sur place, et forcé plusieurs coffres pour y dérober de l’argent, emportant encore avec eux l’argent des bassins provenant des aumônes134. Enfin, l’église de Palalda fut cambriolée en 1738 avec effraction. Les voleurs y brûlèrent plusieurs coffres135 pour les ouvrir, notamment celui des archives de la communauté dont le contenu avait été totalement détruit. Mais on ne trouva aucun coupable136.

  • 137 Ou « basse-cour ».
  • 138 9Bp 318.
  • 139 Voir C. Juhel, « Le traitement du crime d’incendie..., art. cit.
  • 140 9Bp 318. Sentence du juge royal de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 16 mars 1728.

38Les dégradations de biens relevant de l’Église n’étaient pas très courantes et ne relevaient pas d’incivilités gratuites. Les seules dégradations faites aux édifices religieux n’étaient que des actes préparatoires de vols ou des actes de malveillance destinés à marquer un mécontentement à l’égard du prêtre visé. Ainsi, en février 1728, le curé de Saint-André-de-Sorède se plaignit de l’incendie allumé devant la porte du patus137 attenant à la maison curiale138 avec de la paille prise dans un enclos de l’abbaye du même village où résidait le fils du baille Pierre Agullane, prénommé Joseph, avec lequel il était alors en procès à cause d’une estime. On aurait également arraché par deux fois à quelques jours d’intervalle la serrure de son jardin potager... Au terme de la procédure, comme cela arrive fréquemment en matière d’incendie139, Pierre Agullane fut absous et son fils Joseph élargi et seulement soumis à un plus amplement informé dans le mois140.

  • 141 2B 1840. Corratjer prétend qu’il ne savait pas à qui étaient les poules de ce troupeau et que c’es (...)
  • 142 Il lui aurait dit qu’ainsi « il lui plaisoit ».
  • 143 2B 1891.
  • 144 2B 1838. La sentence du 30 janvier 1721 n’évoque pas ce point, car l’information n’apporta aucun d (...)

39Les curés de village durent également subir d’autres types de dommages, de nature purement mobilière. En septembre 1721, le curé du village de Théza, Louis Joli, fit poursuivre Antoine Corratjer, pagès du lieu, pour avoir tué d’un coup d’escopette deux de ses poules qui se trouvaient dans un « troupeau » qui causait des dégâts sur un terrain ou farretjal lui appartenant récemment semé de blé141. En 1715, trois canards appartenant à Étienne Ribas, curé de Sainte-Léocadie, avaient eu plus de « chance », ayant été plumés vifs par Jean Montella par malice et animosité à l’égard de leur propriétaire142 alors que Montella affirma avoir trouvé à plusieurs reprises des canards, poules, dindons dans un de ses prés et arraché quelques plumes pour faire comprendre au curé qu’il ne voulait plus les voir sur son terrain143. Autre animal ayant servi d’exutoire à des paroissiens mécontents, la bourrique avec laquelle Paul Cahuzac, le prêtre de Céret, était allé célébrer la messe au saut du lit, fut détachée de son arbre pendant l’office, conduite dans un vallon éloigné de l’église, où on lui ôta sa selle, sa bride et tous ses harnais, et on l’oint d’une huile appelée « oli runye » de la tête aux sabots, ainsi que la selle et tous les harnais « tant dedans que dehors partout tellement que le tout est entièrement hors de service ». Cahuzac dut rentrer à Céret à pied et prier une femme de Céret alors à Reynès de lui ramener plus tard la bourrique144.

40En outre, il semble que la gestion de la marguillerie soit à l’origine de nombreuses tensions au sein des villages nord-catalans, notamment entre le titulaire de la cure, les marguilliers et les autorités municipales.

  • 145 Jeunes femmes chargées de recueillir les offrandes des fidèles pour l’ornementation des autels, vo (...)
  • 146 9Bp 606. Les peines furent de trois ans de galères pour les trois meneurs et d’un bannissement de (...)
  • 147 9Bp 562. La procédure s’achève par l’ajournement à comparaître du baille et des consuls.
  • 148 9Bp 588. Plainte de Pierre Cabestany, curé du Soler, sur laquelle a été permis d’informer le 4 avr (...)

41Ainsi, en 1728, les habitants de Canaveilles, guidés par les deux consuls du village et un prêtre de la communauté de Saint-Jacques de Villefranche-de-Conflent, s’insurgèrent contre le prêtre servant leur église, Andres Fourniol. Le traitant de voleur, ils enfoncèrent la porte de la maison curiale parce qu’il refusait de leur donner les livres des débiteurs de l’église et de la marguillerie qu’il avait pris soin de garder avec lui, suite à la visite de l’église par cette troupe. La procédure révèle que ce curé et la communauté de Saint-Jacques étaient en procès, qu’en outre l’un des consuls de Canaveilles avait depuis quelque temps « pris et emporté le bassin des ames du purgatoire », se faisant « porter le pain des aumones à sa maison » et qu’avec le prêtre de Villefranche il avait révoqué « tous les marguilliers et pabordesses145... contre la coutume qu’il y a audit lieu » et fait nommer d’autres. Le procès se solda par la condamnation de quinze hommes, dont le prêtre de Villefranche et les deux consuls pour attroupement illicite, force et violence publique et émotion populaire146. Un autre conflit entre autorités municipales et paroissiales se déroula en 1715 à Villelongue-de-la-Salanque où les prêtres se plaignirent de ce que le jour de la commémoration des morts, le 2 novembre, le baille et les consuls du lieu empêchèrent les fidèles ou dévots, des femmes du village, de venir faire des offrandes en se tenant à quelques pas de la porte de l’église avec le sous-baille ou sergent du lieu. Le sergent aurait pris une femme désirant faire une offrande par le bras qui tenait son panier où se trouvait son offrande tandis que les consuls et le baille vinrent saisir le panier que l’un des prêtres tenait déjà. Les consuls auraient donné cet ordre, sans que l’on en connaisse la raison147... Empêcher les offrandes semblait constituer une bonne manière de manifester son mécontentement au curé du village. Michel Valetta, charpentier, voulant se venger de Pierre Cabestany prêtre du Soler qui refusa de lui laisser monter le monument dans l’église, affirma publiquement le dimanche du carnaval, « dans la boucherie dudit lieu que personne ne devoit donner charité de messe au [curé] et qu’il valoit mieux les faire dire dans les églises de Perpignan ». À l’occasion d’un repas de mariage célébré au Soler au mois de janvier, il aurait dit que « si on vouloit le croire les hommes couperoient les bras à leurs femmes lorsqu’elles porteroient des offrandes au [curé] dans ladite église »148.

  • 149 Un exemple assez ancien est donné par Jean Noguer qui expose que « le nommé Jean Rius fut accusé d (...)
  • 150 9Bp 316.

42En certaines occasions les Roussillonnais ont paru s’approprier les lieux de culte. Les exemples de comportements totalement déplacés, voire irrespectueux, furent nombreux, dans les églises, monastères ou cimetières. Les actes dont il s’agit ne présentent guère d’originalité, car leurs auteurs se contentaient d’avoir dans ces lieux pieux les mêmes attitudes qu’à l’extérieur, ce dont attestent en particulier les événements ayant pris leur source hors des lieux de culte et qui se poursuivirent dans leurs murs149. Plusieurs exemples vont dans ce sens. En 1723, une course poursuite entamée sur la place publique s’acheva dans l’église cathédrale Saint-Jean de Perpignan. Elle mettait aux prises Louis Bernis, crieur public, qui alors qu’il procédait à une criée en place publique fut agressé par un groupe d’hommes armés et de soldats parmi lesquels se trouvaient des officiers, qui le poursuivirent jusque dans l’église Saint-Jean l’épée à la main et pour l’un d’eux un manche à balai dans la seconde main. Le prêtre, nommé Joseph Douanes, qui tenta de s’interposer, fut insulté et menacé150.

  • 151 2B 1999 et 9Bp 394. Pour davantage de détails, voir C. Juhel, « Indiscipline et désordres de la je (...)
  • 152 9Bp 394. Décision du juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 26 août 1775.
  • 153 C’est-à-dire un combat à coup de pierres, traditionnel dans la province, auxquels les jeunes gens (...)
  • 154 2B 1839.
  • 155 2B 1025, f° 61r°, n° 31. Par arrêt du 10 septembre 1720, Sampso fut condamné à faire amende honora (...)

43En 1775, un cortège funèbre fut improvisé par un groupe de jeunes gens de Saint-Laurent-de-la-Salanque qui, ayant découvert Jean Duran, domestique du baille local, sans doute inconscient, allongé sur une sorte de charrette devant chez son maître après avoir passé une soirée trop arrosée de vin blanc, décidèrent de le convoyer au cimetière dudit lieu après l’avoir promené dans tout le village, l’exposant « dans les rues et carrefours dudit lieu en faisant des lamentations et en chantant autour dudit brancard [...] comme si c’eut été un convoi funèbre »151. Suite au réquisitoire dressé par le procureur du roi près le juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir le 29 avril 1775 aux termes duquel ces jeunes gens avaient fait « par ce moyen un sujet de dérision et de scandale d’une cérémonie pieuse dont l’Église honore les fidèles décédés », tous furent condamnés par contumace à dix ans de galères152. Enfin, en 1720, lors d’une pedradre153 opposant des jeunes gens, notamment des écoliers, de Perpignan et de Saint-Estève près du pont de pierre, ceux qui eurent le dessous se réfugièrent dans l’église des capucins située hors de la ville dont les portes étaient ouvertes parce qu’on y célébrait un office154. Cela n’empêcha cependant pas François Sampso, jeune homme de Perpignan, chef du parti victorieux, de poursuivre les fuyards jusque dans l’église en leur lançant toujours des pierres, ce qui interrompit l’office divin et causa un grand scandale. Les capucins parvinrent, non sans peine, à faire sortir Sampso et ses compagnons155.

  • 156 2B 1787. Réquisitoire du 28 avril 1701.
  • 157 Ibid.

44Il importe de souligner une procédure qui confirma juridiquement l’absence d’immunité dont auraient pu jouir les lieux de culte. En 1701, le seigneur de Tautavel, Antoine de Beaufort, ayant obtenu un décret de prise de corps contre Bonaventure Padern pour un coup de bâton donné devant l’église du lieu, demanda l’intervention du Conseil souverain afin de pouvoir le faire exécuter. Padern s’était en effet réfugié dans l’église et le prieur refusait d’en ouvrir les portes à l’officier chargé de son exécution. Dans son réquisitoire, le procureur général Vilar-Reynalt affirme « que l’intention de Sa Majesté est qu’il n’y ait point d’azilles et que les églises ne servent pas de réceptacle ny reffuge des criminels »156. Par sentence du 30 avril, la plus haute juridiction de la province suivit le réquisitoire en ordonnant l’ouverture de l’église157...

C. Des cérémonies troublées

45Les troubles au service divin ne sont pas rares. Ils concernent essentiellement des célébrations de messe ou des processions.

  • 158 Voir supra.
  • 159 L’information nous apprend qu’en effet, quelques jours plus tôt dans cette même église, Rose Soler (...)
  • 160 Les époux Maury et Vigo soulignèrent dans leur plainte qu’il s’agissait là d’un trouble de l’offic (...)
  • 161 2B 1838, réquisition du 12 septembre 1720.
  • 162 Ibid. Sentence du 30 janvier 1721.
  • 163 9Bp 422. Acte de plainte sur lequel a été permis d’informer le 27 août 1723
  • 164 9 Bp 636. Selon le témoignage de Jean Mathieu, pagès et habitant de Llupia, c’était quelques année (...)

46Ainsi, les célébrations d’offices peuvent être troublées par des éléments extérieurs – des jeunes gens se battent à coups de pierre par exemple158 –, mais en général les facteurs de trouble sont présents à l’office : qu’il s’agisse des ministres du culte ou des paroissiens. Ce sont fréquemment des paroissiens qui peuvent prolonger dans l’église un conflit né ailleurs... Ainsi, le 10 mars 1736, Antoinette Maury et Vigo épouse de Gaspar Maury, bourgeois, se plaignit de violences qu’elle aurait subies trois semaines plus tôt de la part de Rose Soler, épouse d’André Soler, pagès du lieu, qui lui reprochait de n’être pas assise à sa place pour la messe. Elle lui aurait répondu qu’elle s’était assise à la place que le curé lui avait assignée159 et que celle occupée par les femmes de la maison de Soler était « près de l’eaubénitié de la porte vieille de ladite église ». Le curé l’aurait confirmé au sortir de la sacristie, ajoutant qu’elle y resterait jusqu’à ce qu’il en ait décidé autrement et que ce n’était pas « là l’endroit pour se disputer en leur imposant le silence ». Pourtant, Rose Soler persista et donna à Antoinette Maury un soufflet « si rude qui luy fit seigner le nez en telle sorte qu’elle tomba dans le sol de ladite église », ce qui aurait obligé le curé à intervenir pour éviter qu’Antoinette Maury qui s’était saisie d’un sabot n’en assène un coup à Rose Soler. Il « les mit toutes dehors et dit qu’il n’y auroit pas messe ». Il fallut attendre cinq jours pour qu’une nouvelle messe fut célébrée160... En 1720, Paul Cahuzac, prêtre cérétan qui s’apprêtait à dire la messe à Reynès, se trouvant derrière son autel vêtu des habits sacerdotaux fut insulté par Jean Alday, pagès du lieu, « au grand escandale de tous ceux qui se trouvoient dans l’église », ce qui suscita du tumulte dans l’église... Le procureur du roi près le juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir demanda la continuation du procès à l’extraordinaire en procédant au récolement et confrontations de témoins, car les faits constituaient selon lui un cas royal, s’étant déroulés « dans une église » et ayant apporté « du trouble au service divin »161. Cependant, le 30 janvier 1721, le juge royal de la viguerie de Roussillon-Vallespir considéra « n’y avoir point eu du trouble au service divin » et ordonna que les parties devraient se pourvoir devant le juge compétent pour raison des injures « si quelqu’unes il y en a d’irrogées »162. En 1723, à Néfiach, François Dotres, dans l’église « là même à la face des autels et du saint sacrement, en présence de la plupart du peuple du lieu de Nefiac, et à haute et intelligible voix vomit mille injures atroces et plusieurs calomnies contre le [curé] avec les termes les plus salles et les plus impudents qu’on puisse proférer ». Lui et son épouse, qui injuria également le prêtre, empêchèrent que l’office fût célébré jusqu’à ce qu’ils se décident à sortir de l’église en réitérant leurs injures, préférant « plutôt manquer la messe que d’obéir à l’église »163. Au cours d’un procès opposant en 1740 le curé de Llupia au baille du village, François Thorent, il ressortit que quelques années auparavant ce dernier aurait eu une altercation avec l’ancien curé au cours de la célébration d’une grand-messe, refusant de s’agenouiller au passage de la sainte relique de la Vraie croix164 injuriant le ministre du culte en plein office, ce qui choqua l’assistance et rendit difficile la poursuite de la célébration.

  • 165 9Bp 441.
  • 166 Ibid. Réquisitoire du procureur du roi près le siège de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 12 j (...)
  • 167 Ibid. Témoignage de Vincent Montgaillard du 17 juillet 1775.
  • 168 9Bp 423. Ce procès fut civilisé par le juge royal de la viguerie du Roussillon-Vallespir le 1er ao (...)
  • 169 2B 1907.

47Les processions subissaient également parfois des perturbations intempestives. En juillet 1775, à l’occasion du sacre du roi où un Te Deum devait être chanté à l’église paroissiale de Claira, le curé organisa une « procession avec le très saint sacrement » suivie par de nombreux habitants du lieu et des environs, tenant à la main des flambeaux, qui défila jusqu’à la place du village où survint Laurent Cadena, brassier de Claira, qui tenta d’arracher le flambeau des mains de François Parotis, habitant de Saint-Laurent-de-la-Salanque. Une échauffourée éclata alors entre plusieurs hommes, l’un d’eux frappant de deux coups de flambeau Cadena pour lui faire lâcher prise... Ceux qui portaient le saint sacrement le remirent en d’autres mains et il fut rapporté précipitamment dans l’église. Ainsi, le service divin fut interrompu. Cette affaire est plutôt classique dans la mesure où elle n’est qu’une manifestation des petites guerres locales opposant les habitants de villages voisins. L’un des témoins assure que François Parotis portait le flambeau que lui avait demandé de tenir un habitant de Claira nommé Manalt et que c’est en voyant un « étranger » porter un des flambeaux que Laurent Cadena était intervenu, maugréant qu’il y avait suffisamment de monde à Claira pour ne pas demander à un forain de tenir le flambeau et proposant, sans succès, à deux hommes du village de le remplacer. Le 9 septembre 1775, Cadena fut condamné pour les violences commises sur la personne de François Parotis et le trouble considérable provoqué dans la procession que le curé avait dû écourter, à faire amende honorable, à être banni pour cinq ans de la viguerie de Roussillon-Vallespir, à payer une amende de 30 livres envers le roi et une aumône de 50 livres en faveur de la marguillerie de l’église paroissiale de Claira165. Au cours de cette même procédure le curé apprit au juge que déjà, le 1er mai précédent, il n’avait pu procéder à la procession coutumière en l’honneur de Notre-Dame-du-Rosaire à cause des troubles qui s’étaient alors produits dans le village166. La raison de cette annulation était tout autre, résultait d’un litige opposant les marguilliers au premier consul du village. En effet, chaque année à cette date se déroulait une procession où un crucifix était porté par une fille, accompagnée de plusieurs autres filles, tandis que ceux qui assistaient à la procession recevaient un cierge. C’est cette dernière modalité qui posa problème, les marguilliers, parmi lesquels figuraient deux consuls, ayant décidé que seuls ceux qui avaient donné du blé pour la marguillerie cette année-là pourraient recevoir un cierge, ce qui privait le premier consul, nommé Gauze, de son cierge... Il s’ensuivit un début de bousculade dans l’église où les paroissiens se disputèrent le panier de cierges. Aussi le curé annula-t-il la procession167. De même, en 1721, François Roig, curé de Saint-Jean-Pla-de-Corts, se plaignit de Benoit Tixedor, médecin habitant du lieu, parce qu’il avait fait « fermer et boucher avec des poutres une rue publique par laquelle la procession du Corpus Christi devoit et accoutumoit passer, voulant par-là contraindre le suppliant de passer en procession au-dessous d’un petit portique ou porxo que ledit Tixedor tient tout contre sa maison ». Le curé aurait été contraint de dévier la procession, de la faire passer par une autre rue, pour « éviter un grand scandale », suscitant la colère de Tixedor qui l’insulta à plusieurs reprises, confiant le lendemain au vicaire du lieu qu’il mériterait qu’on l’assomme à coups de bâton, qu’il ne voulait plus lui entendre dire la messe parce qu’il était un « tison d’enfer »168. Ensuite, en 1740, la nuit du jeudi saint, le 26 mars, les trois croix du mystère dit de la représentation du Montcalvaire qui se trouvaient dans l’église paroissiale de Sainte-Julie et Sainte-Basilice de Vinça furent « froidés et oints [...] avec de l’huile dit runyé » en début de soirée juste avant la procession. Bien que plusieurs témoins aient assuré que ce même soir François Pallarès, garçon bourgeois de Vinça, avait acheté une fiole de cette huile chez la veuve Marie Gloria, aucune poursuite n’eut lieu. Cette impunité tint sans doute à ce que la procession fut seulement retardée, car immédiatement après avoir constaté le méfait, l’huile sentant mauvais, des paroissiens étaient allés chercher du vinaigre et avaient nettoyé les croix169.

Conclusion

48À la lecture des faits relatés par toutes ces procédures, le néophyte ne doit pas se laisser impressionner, car elles ne représentent qu’une part infime des affaires soumises à la justice sous l’Ancien Régime et sont par ailleurs loin d’être représentatives des relations que la plupart des Roussillonnais entretenaient avec le clergé local. Elles témoignent cependant d’une réalité bien difficile à saisir, où l’homme d’Église, bien qu’indispensable à ses fidèles, et réclamé par eux, se doit de rester sur ses gardes, risquant d’être mis au pilori s’il ne répond pas aux attentes, individuelles ou collectives de ses ouailles ou d’une partie d’entre eux. Elles révèlent encore qu’aux yeux d’une partie de cette population, l’Église, ses hommes, ses biens et manifestations, ne bénéficiaient d’aucun régime de faveur, justifiant une retenue ou une attention particulière au moment de formuler des récriminations ou de manifester une réprobation. Autant de constats qui montrent l’ampleur de la tâche incombant dans le futur aux historiens...

Notes

1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2B 1850. Requête des syndics de la communauté de l’église de Villefranche-de-Conflent à l’official rédigée en 1724 contre Simon Escapa curé de Villefranche-de-Conflent. Toutes les références ci-après sont tirées de ce fonds d’archives.

2 Voir R. Sala, Dieu, le roi et les hommes... Perpignan et le Roussillon (1580-1830), Canet, Trabucaire, 1996 ; M. Brunet, Le Roussillon : une société contre l’État (1780-1820), Toulouse, 1986, p. 417 sq. ; C. Colomer, Le clergé régulier en Roussillon du rattachement à la Révolution (1659-1789), Perpignan, 1996 ; D. Baisset, Politique et religion dans le diocèse d’Elne (1659-1715), contribution à l’étude du processus d’assimilation de la province du Roussillon au royaume de France, thèse, droit, université de Toulouse I, 1997.

3 Sur les fêtes et les processions, voir E. Rebardy-Julia, Un évêché entre deux mondes : Elne-Perpignan (XVIe-XVIIIe siècles), Canet, Trabucaire, 2009, p. 474-475 ; M. Brunet, Le Roussillon..., op. cit., p. 417 sq. ; R. Sala, op. cit., p. 299 sq.

4 Nous avons pris le parti de ne pas traiter les questions purement procédurales, notamment celles liées aux conflits de compétence entre juridictions d’Église et laïques. Voir à ce propos les développements très complets de Jean Noguer, Traité des crimes suivant la jurisprudence de la Cour du Conseil souverain de Roussillon, ms 21. On relève juste que l’une des originalités de ces affaires réside dans la formule insérée dans la plupart des plaintes déposées par des prêtres selon laquelle le plaignant n’entend ni demander ni consentir « en aucune peine afflictive ny infamante qui leur soir infligée efusion de sang ny mutilation de membre ». Voir par exemple la plainte déposée par le curé de Canaveilles en 1728 (9Bp 606).

5 Voir E. Rebardy-Julia, op. cit., p. 521 sq.

6 R. Frénay, Les cahiers de doléances de la province de Roussillon (1789), Perpignan, direction des services d’Archives, 1979.

7 Saint-Michel-de-Llote, Case-de-Pene, Château-Roussillon et Villaroge (Coustouges). Voir également sur cette question qui resta tout aussi délicate à régler au cours de la période révolutionnaire, voire post-révolutionnaire, M. Brunet, Le Roussillon... op. cit., p. 422 sq.

8 Toulouges et Saint-Féliu-d’Aval.

9 Cahier de Cases-de-Pene, R. Frénay, op. cit., cahier n° 24, 1.

10 Cahier de Château Roussillon, R. Frénay, op. cit., cahier n° 27, 7.

11 Il existe plusieurs exemples de sacrements « extorqués » par des fidèles à un clerc. L’un d’eux, relaté par Jean Noguer, est survenu en 1742 à Mont-Louis où François Boutet, natif de Fontpédrouse, soldat en garnison dans cette villeforte, voulut se confesser la semaine sainte auprès d’un capucin chargé d’aider l’aumônier. Ce dernier ayant différé cette confession par deux fois, Boutet se serait rendu dans sa chambre, l’aurait pris par la barbe et obligé à rédiger un billet de confession, lui fournissant l’encre et le papier nécessaires. Ce capucin ayant ensuite refusé de lui donner l’absolution, le soldat insista en le menaçant de le jeter par la fenêtre s’il appelait du secours... François Boutet fut condamné à l’amende honorable, aux galères pour cinq ans, mais bénéficia de lettres royales le déchargeant de la peine de flétrissure et de galères qui furent entérinées par le Conseil souverain le 1er juin 1742 (2B 1029, f° 68r°). Voir J. Noguer, op. cit., v° « Du crime de sacrilège », article 12.

12 Il s’agit notamment des juges royaux des trois vigueries, Roussillon-Vallespir, Conflent-Capcir, Cerdagne, et du juge royal du bailliage de la ville de Perpignan. Sur ces juridictions, voir E. De Teule, État des juridictions inférieures du Comté de Roussillon avant 1750, Paris, 1887 ; Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon : XVIIe-XVIIIe siècles, G. Larguier (dir.), Perpignan, PUP, 2008.

13 La plupart des vols commis dans les églises le sont par des laïcs. Voir infra.

14 9Bp 606. À l’exemple des habitants de Canaveilles qui traitèrent leur curé de voleur alors qu’ils investissaient par la force la maison curiale. Voir infra.

15 9Bp 588. Interrogatoire du 27 avril 1719. À propos de ces « fonctions » ou complies, Valetta prétend que « la coutume étoit de ne point les payer » et qu’elles n’avaient donc jamais été payées les années précédentes.

16 9Bp 588. Le procès fut civilisé par sentence du 28 avril 1719.

17 2B 1812.

18 2B 1024, fos 147v°-150r°.

19 2B 1887.

20 2B 1914. Une sentence du juge de la viguerie de Conflent-Capcir à transcrire sur un tableau accroché à un poteau planté devant la porte principale du monastère.

21 2B 1980. Sentence des juges du bailliage royal de Perpignan du 12 novembre 1765.

22 9Bp 581.

23 2B 1874.

24 Moine chargé de l’inspection dans certains ordres religieux.

25 2B 1973.

26 2B 1999. Témoignage du frère Despagès.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 À propos de la répression de l’homicide voir E. Teixidor-Concone, L’homicide dans la jurisprudence du Conseil souverain de Roussillon (1660-1790), thèse, droit, Perpignan, 2004 ; « L’homicide dans la jurisprudence des vigueries de la province du Roussillon au XVIIIe siècle », dans Les justices royales... op. cit., p. 53-64.

30 2B 1782, réquisitoire du procureur général du roi près le Conseil souverain de Roussillon du 5 août 1699.

31 Ibid., sentence du Conseil souverain de Roussillon du 4 février 1700.

32 9Bp 637.

33 2B 1819. Selon la requête du procureur fiscal du lieu elle n’aurait peut-être que 14 ans et aurait été violée à deux reprises par Jean Giralt.

34 Cette affaire est ainsi relatée par Noguer, J. Noguer, op. cit., v° « Du parricide », article 7.

35 L’arrêt est du 9 octobre 1714 (2B 1819). Selon Noguer : « L’on comprend bien qu’il n’y eut que la fille qui déclara les faits des breuvages et tout ce qui s’étoit passé, cette déclaration fut sans doutte fortifiée par quelques indices qui ne purent pas former une pleine preuve contre les frères Giralt pour les faire condamner à la mort. » J. Noguer, Ibid.

36 2B 1911, sentence du 5 octobre 1741.

37 Sur la répression des infractions sexuelles en Roussillon, voir A. Brugat, Ordre public et sexualité dans le ressort du Conseil souverain de Roussillon de 1660 à 1789, thèse, droit, Perpignan, 2000 ; C. Juhel, « Le maintien de l’ordre moral à la fin de l’Ancien Régime : l’exemple donné par le Conseil souverain de Roussillon (1660-1790) », 3e Journées scientifiques euro-méditerranéennes, Les sexualités : répression, tolérance, indifférence, Toulon, 13-15 novembre 2008, Bruylant, avril 2012, p. 111-146 ; J.-C. Robert, « Le viol et sa répression par les juridictions intermédiaires du Roussillon au XVIIIe s. », dans Les justices royales... op. cit., p. 83-102.

38 La qualification d’inceste spirituel, infraction relevant des officialités, n’a jamais été reconnue par les juridictions laïques, voir B. Garnot, Histoire de la justice : France, XVIe-XXIe s., p. 112.

39 2B 1742.

40 Capitale de la viguerie de Cerdagne française.

41 Il a sans doute été jugé par l’official du diocèse, comme Isaac Vignes en 1700, mais Noguer se contente de dire à son propos « pour le Religieux je crois que c’est un inceste à cause de l’infraction de ses voeux publics et solennels, mais cet inceste n’est pas puni de mort, il ne peut méritter qu’une peine extraordinaire et je ne doutte pas qu’il ne puisse être condamné à des dommages et interests et à se charger de l’enfant, ce que le couvent devroit fournir pour le Religieux par la raison que le père est tenu de payer pour son fils les dits dommages », Jean Noguer, op. cit., v° « De l’inceste », article 7.

42 2B 1783. Selon la dénonciation faite par le baille au vicaire général du diocèse, Marie Fabre quitte régulièrement sa maison la nuit à des heures insolites pour le rejoindre.

43 Cette sentence n’évoque pas le sort de sa complice.

44 2B 1967. Dans leur plainte, les époux Auther, déclarèrent que « Me François Barrera prêtre curé de la Tour-d’Elne cherche malicieusement depuis long tems à mettre le divorce entre les supliants s’étant flaté de les brouiller et de mettre la discorde entr’eux... il fait plus, il difame touttes les personnes qui fréquantent la maison des supliants, il invante des calomnies ». Il fut finalement condamné par contumace pour « avoir porté le trouble et le désordre dans les familles de ses paroissiens [..] avec scandale ».

45 Ibid., plainte des époux Auther.

46 Ibid., réquisitoire du procureur du roi du 21 février 1761.

47 Ibid., sentence des juges de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 18 mai 1762.

48 Bien d’autres affaires de grossesse et de ruptures de promesse de mariage impliquent des clercs, mais elles ne sont que rarement complètes et n’aboutissent qu’exceptionnellement à une condamnation. Ainsi le procès fait en 1786 contre Mathias Denis, clerc tonsuré de Thuir, par Josèphe Bedos de Perpignan, fut converti en procès civil le 29 mai 1786 (9Bp 182) ; la procédure lancée en 1759 contre Magin Taillès, clerc de Perpignan, par Rose Labedas, servante chez François Espase, prêtre de Perpignan et oncle de l’accusé, s’interrompt après les premières dépositions de témoins (9Bp 468) ; la procédure lancée par Marie-Josèphe Delaris, d’Elne, contre Bernard Ginestou, clerc habitant à Elne, en 1777, s’interrompt après l’addition d’information (9Bp 246). À propos de la rupture de promesse de mariage, voir C. Perche, « Le crime de séduction devant les juges des vigueries de la province de Roussillon au XVIIIe siècle », dans Les justices royales..., op. cit., p. 65-82.

49 9Bp 583, 11e cahier.

50 2B 1691.

51 2B 1019, f° 214v°. Sentence du Conseil souverain. Cette affaire est relatée par J. Noguer, op. cit., v° « Des injures verbales », article 1.

52 9Bp 422. Acte de plainte sur lequel a été permis d’informer le 27 août 1723.

53 Ibid. Le 30 août 1723, le procureur du roi requit que les époux Dotres soient décrétés d’ajournement personnel pour répondre des charges pesant sur eux ; un réquisitoire suivi par le juge royal de la viguerie de Roussillon-Vallespir le même jour. Ce procès fut sans doute civilisé.

54 9Bp 636.

55 Ibid. Il réfuta cependant les accusations contre les nièces de l’ancien curé, reconnaissant juste les avoir qualifiées de « Dames de Maintenon [...] voulant dire par là qu’elles cherchoient querelles mal à propos à sa fille ».

56 2B 1872. De cette agression serait née une petite fille que son mari fit déposer à l’hôpital de Perpignan.

57 Ibid. Une procédure dont l’issue est inconnue à partir de la permission d’informer délivrée le 2 octobre 1730. Cependant, le 22 janvier 1731, le Conseil souverain condamna Barthélémy Vergès pour complicité de fanatisme avec Joseph Vendrell, religieux augustin espagnol, et de profanation du saint sacrement, « pour les faits et charges résultants du procès » à un bannissement de la province d’un an et une amende de 10 livres envers le roi (2B 1875).

58 2B 1891, témoignage du 7 juillet 1717.

59 9Bp 422. Voir supra.

60 9Bp 580.

61 Il était sur le point de mourir.

62 Elle avait choisi « Louise ».

63 9Bp 580. Le témoignage d’Anne Banyeras confirme que le curé avait cent raisons de refuser Suzanne Rosnet, mais surtout qu’elle n’avait pas fait Pâques même si elle prétendait l’avoir fait à Perpignan.

64 9Bp 636. L’information révèle que François Thorent est coutumier du fait, qu’il est un homme grossier, fort emporté, colérique, qui a l’habitude d’insulter et maltraiter les gens du lieu, hommes et femmes, en « se prévalant de l’autorité que la charge de baille lui donne pour brutalizer tout le monde ». Il aurait déjà causé par le passé de nombreux troubles dans le village, certains témoins prétendant qu’il serait la source de « tous les carrillons et querelles qu’il y a dans le village ».

65 9Bp 588.

66 9Bp 581. Il la laisserait éteinte pour économiser l’huile qu’il devrait fournir à cette fin.

67 Ibid. Il prétend que tout a été inventé, que ce n’est que calomnie...

68 C’est un sujet de préoccupation qui se retrouve dans les cahiers de doléances où la présence d’un prêtre sédentaire est réclamée. Voir supra en introduction.

69 2B 1967, sentence des juges de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 18 mai 1762.

70 Ibid. Il aurait pourtant célébré un baptême l’après-midi même.

71 Ibid. Plusieurs communautés ont réclamé la présence d’un second prêtre dans leur paroisse dans leur cahier de doléances (voir supra en introduction), mais quelques procédures prouvent que ce désir se manifestait fréquemment au XVIIIe siècle. Cet exemple de Latour-bas-Elne est à rapprocher de celui donné par Le Soler où, selon le baille, les paroissiens regrettaient que le curé n’ait pas de vicaire (9Bp 588).

72 2B 1838. C’est ce qu’il prétend dans sa plainte.

73 Ibid., sentence du 30 janvier 1721.

74 9Bp 588.

75 Ibid

76 Sur les communautés de prêtres de la province de Roussillon, voir G. Larguier, « Un cahier de doléances du clergé du Roussillon inédit. Saint-Mathieu et les communautés de prêtres du diocèse d’Elne à la fin du XVIIIe siècle », dans Découvrir l’histoire du Roussillon, XIIe-XXe siècle. Parcours historien, Perpignan, PUP, 2010, p. 323-348 ; M. Brunet, Le Roussillon..., op. cit., p. 427.

77 Sur la question de l’admission des prêtres dans les communautés et l’importance du chant voir G. Larguier, « Un cahier de doléance... », op. cit., p. 330.

78 2B 1850. Requête des syndics de la communauté des prêtres de Villefranche-de-Conflent de 1724.

79 Ce dernier aurait dit à Simon Escape qu’il « se garderoit bien comme de se jeter au feu » de chanter les vêpres à deux heures. Ibid., interrogatoire du 16 février 1724.

80 Ibid., interrogatoire du 16 février 1724 selon lequel les prêtres ayant chanté n’ont pas reçu de distribution ce jour-là.

81 9Bp 613. Interrogatoire du 26 janvier 1736.

82 Noguer rapporte que ce procès fut instruit conjointement par l’official du diocèse et le juge de la viguerie de Conflent-Capcir, « mais ce juge royal pressé de rendre son jugement devença celuy de l’official et condamna le prêtre à être banni pour cinq ans de la viguerie du Conflent, il y eut appel de cette sentence devant la Cour qui par arrêt du 20 mars 1736 cassa le dernier interrogatoire et la ditte sentence pour avoir été rendu avant le jugement définitif de l’official, et renvoya le procès devant le juge de la viguerie du Roussillon pour rendre la sentence après que l’official auroit rendu son jugement ». Noguer donne cet exemple pour des raisons procédurales, notamment parce que depuis 1711 le Conseil souverain observait les ordonnances royales et l’édit de Melun relatifs aux procès criminels des ecclésiastiques. J. Noguer, op. cit., v° « De la compétence des juges », article 65.

83 9Bp 613.

84 Le clerc ne se serait pas pourvu en appel contre cette sentence par crainte qu’elle ne soit confirmée par le Conseil souverain qui aurait pu étendre le bannissement à tout son ressort, c’est-à-dire la province roussillonnaise. Voir J. Noguer, op. cit., « De la compétence des juges », article 65.

85 De son côté, l’official le condamna à quelques mois de séminaire.

86 2B 1850. Requête des syndics de la communauté des prêtres de Villefranche-de-Conflent de 1724.

87 9Bp 423. Le procès fut civilisé par sentence du juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 14 août 1730.

88 J. Noguer, op. cit., v° « Du crime de sacrilège », article 11.

89 9Bp 216.

90 9Bp 580.

91 2B 1891, « sans aucun grain dedans » précise la plainte du curé.

92 2B 1891.

93 9Bp 422.

94 9Bp 477, sentence du 15 novembre 1762.

95 9Bp 588. Ce que relève Joseph Pujol, habitant de Perillos, ayant assisté à la scène. Témoignage du 28 juillet 1701.

96 Ibid. Lors de son interrogatoire le 8 août 1701, Étienne Estève nia avoir agressé le curé. Il lui aurait seulement dit « qu’il avoit quelque peu de fourrage et qu’il alast en prendre le disme » et qu’il « s’étonnoit fort qu’estant curé il se feut fait huissier qu’estant de nuit il feut allé crier contre une troupe de coupeurs à blé et s’estre jetté sur l’un d’iceux ».

97 9Bp 658.

98 9Bp 636.

99 2B 1967. Réquisitoire du procureur du roi du 21 février 1761.

100 Un constat dressé par Didier Baisset, D. Baisset, « Les atteintes à l’honneur devant la viguerie de Roussillon au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude du petit criminel », dans Les justices royales... op. cit., 2008, p. 107, note 30.

101 9Bp 307.

102 Selon les dépositions des témoins, les frères Estève, à la tête d’un petit groupe de coupeurs de blé, passaient dans le village en insultant les habitants, leur criant « retirez vous putains de perillous ! », ce qui aurait engagé le baille à leur demander de se taire pour ne pas maltraiter la population.

103 9Bp 588. Plainte déposée par Joseph Catala le 22 juillet 1701.

104 Ibid. Plainte déposée par Joseph Catala entre le 24 et le 28 juillet 1701.

105 Ibid. Le procureur du roi près le juge de viguier de Roussillon-Vallespir requit le 19 août 1701 que le père et les fils Estève soient déclarés coupables d’injures verbales (et réelles pour Paul Estève) et condamnés en réparation à comparaître sur la place publique de Périllos, trois jours après la notification de la sentence à une heure de l’après-midi pour, en présence des consuls et habitants du lieu avertis à cet effet, demander pardon des injures adressées à Catala, Paul Esteve devant ensuite se mettre à genoux et baiser la main du curé, payer 10 livres d’amende au roi et les dépens du procès.

106 9Bp 216. Pour ne pas que sa voix fût reconnue, il ne dit pas un mot tout au long de l’agression.

107 Ibid.

108 9Bp 471.

109 Ibid., acte de plainte de Thomas Laval sur lequel a été permis d’informer le 4 mai 1774 où Thomas Laval livre la vision du rôle qu’il doit tenir à Millas : « le suppliant qui se trouve curé de ladite ville ne doit pas y être une pierre de scandale : fait pour y prêcher et enseigner la religion, et pour y donner le bon exemple, il doit encore par état être plus jaloux de la bonne réputation dont il a toujours joui, ministre d’une religion dont un des points principaux est de sçavoir pardonner, il n’a pas manqué de laisser audit Sr Bombes le temps du repentir, mais le voyant toujours plus animé à la diffamer il doit à son état, à ses supérieurs, à ses paroissiens, et à lui-même de venger sa réputation qui a été outragée. »

110 9Bp 580.

111 9Bp 422. Acte de plainte sur lequel a été permis d’informer le 27 août 1723.

112 Ibid. Témoignage de Pierre Ataner, brassier et consul de Néfiach.

113 Ibid. Témoignage de Thérèse Sibaut.

114 Voir supra, I C.

115 Ce sont les mots employés par Michel Brunet à propos des conflits d’argent entre les municipalités et le clergé paroissial. Voir M. Brunet, Les pouvoirs au village : aspects de la vie quotidienne dans le Roussillon du XVIIIe siècle, Canet, Trabucaire, 1998, p. 57 sq.

116 9Bp 427. De la région de Carcassonne.

117 Les archives des juridictions subalternes sont hélas souvent lacunaires : qu’il s’agisse de celles des juges de viguier ou de celles du bailliage royal de Perpignan, les procédures qu’elles renferment sont fréquemment incomplètes.

118 9Bp 580.

119 9Bp 674.

120 9Bp 755.

121 Noguer admet qu’il serait fastidieux d’énumérer tous les cas de « vols faits dans les églises d’autres choses que de reliques et vazes sacrés [...] arrivés dans le ressort » et jugés par le Conseil souverain. Ceux qu’il cite, mis à part ceux illustrant cette contribution et ceux datant du XVIIe siècle, sont les suivants : « Cosme Benezac fut condamné [...] par arrêt du 6 mars 1720 pour avoir volé avec effraction d’un coffre de Notre Dame du Rozaire de l’église de Pi la somme de 17 sols, et pour être indicié d’un autre petit vol. Par arrêt du 23 janvier 1723, Bernarde Tringué fut condamnée au fouet, à la marque et à être bannie pendant cinq ans du ressort pour avoir volé deux napes de l’église des Carmes Déchaussés de cette ville. Un soldat de la garnizon de Villefranche vola dans l’église parroissiale un galon d’or d’un devant autel. Par arrêt du 5 février 1725, il fut condamné aux galères pendant trois ans. André Vilaseca fut condamné à la même peine des galères pendant cinq ans pour avoir volé de la sacristie de l’église d’Arles une petite baguette d’argent, l’arrêt est du 1er octobre 1729. Pierre Paul Boix, par arrêt du 22 may 1730, fut condamné aux galères l’espace de dix ans pour avoir volé quelque peu d’argent des bassins de l’église de Saint-Laurent-de-Cerdans, ayant à cet effet forcé le coffre où ces bassins étoient enfermés. Par deux arrêts rendus le même jour du 21 mars 1732, deux soldats, l’un du régiment de Forés, l’autre de celluy de Normandie, furent condamnés aux galères pour cinq ans pour avoir volé une nape d’autel chacun dans des églises de cette ville. Joseph Vilar doreur du lieu d’Estavar en Cerdagne força la même nuit les coffres des marguilleries de Puigvalador et de Fontrabiouse, et prit l’argent qui étoit dans les bassins. Par arrêt du 8 juin 1733, il fut condamné à l’amende honorable et aux galères pour cinq ans ». J. Noguer, op. cit., v° « Du crime de sacrilège », article 6.

122 2B 1891. Sentence du 17 février 1736.

123 2B 1888. Une affaire de sortilège fut mêlée à cette procédure. Arrêt du Conseil souverain de Roussillon du 9 août 1735.

124 Ibid. La jonction des procédures fut opérée par le Conseil souverain le 21 avril 1735.

125 Ibid., âgé de 35 ans, il est natif de Foix.

126 Jean Noguer, en relatant cette affaire, offre quelques détails sur les motifs de la condamnation, exposant que « ce religieux n’étoit pas mal famé et il n’y avoit contre luy que des indices généraux, à cela près qu’il avoit été avant deux heures d’après-midi dans le sanctuaire de l’église, ou ayant trouvé le clerc qui le balayoit, il lui dit d’aller travailler dans sa chambre, le clerc y fut et étant revenu demi-heure après à l’église il y vit le tabernacle ouvert et le ciboire emporté. Le frère Luc ne sut jamais rendre compte de cette demi-heure de tems, il varia sur l’employ de ce tems, il fut même convaincu d’avoir menti la dessus. La déposition du clerc, le mensonge du frère Luc en chose essentielle quae tangebat negotium et l’atrocité du crime dont il s’agissoit furent les trois motifs qui le firent condamner à la question, il la supporta avec constance en déniant toujours le crime, par arrêt du jour suivant, 9e aout, il fut condamné à être banni à perpétuité du ressort. » Il explique ensuite l’absence d’amende honorable par le fait que ce religieux n’a pas été « convaincu d’avoir commis le crime » et ne fut condamné que « pour les faits et charges du procès ». J. Noguer, op. cit., v° « De la question », article 6. v° « De l’amende honorable », article 2.

127 2B 1027, fos 370r°-373v°.

128 2B 1893. Sentence du 6 août 1737.

129 2B 1781. Âgée de 36 ans, elle est originaire de Lédignan, diocèse de Nîmes.

130 2B 1830.

131 2B 1834.

132 2B 1813.

133 Ibid. Âgé de 56 ans, il est originaire de Bira, diocèse de Pamiers, et n’a jamais avoué le crime.

134 9Bp 580.

135 Sur la répression du crime d’incendie dans la province, voir C. Juhel, « Le traitement du crime d’incendie dans la province de Roussillon », dans Les justices royales... op. cit., p. 119-138.

136 9Bp 464. Il faut dire que les églises servaient de banque ou coffre-fort, ce que rapporte Jean Noguer en ces termes : « Qu’on ne soit pas surpris de voir dans les églises des coffres de particuliers remplis de leurs effets, cella s’est toujours pratiqué pendant les guerres dans les villages qui sont situés sur les frontières d’Espagne pour éviter le pillage des Miquelets qui viennent quelques fois d’un coup de main saccager les villes et y piller ce qu’ils trouvent de plus précieux dans les maisons », J. Noguer, op. cit., v° « Du crime de sacrilège », article 7.

137 Ou « basse-cour ».

138 9Bp 318.

139 Voir C. Juhel, « Le traitement du crime d’incendie..., art. cit.

140 9Bp 318. Sentence du juge royal de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 16 mars 1728.

141 2B 1840. Corratjer prétend qu’il ne savait pas à qui étaient les poules de ce troupeau et que c’est après avoir tué deux d’entre elles que leurs marques ont révélé qu’elles appartenaient au curé. Cette procédure, incomplète, a sans doute été civilisée.

142 Il lui aurait dit qu’ainsi « il lui plaisoit ».

143 2B 1891.

144 2B 1838. La sentence du 30 janvier 1721 n’évoque pas ce point, car l’information n’apporta aucun détail supplémentaire.

145 Jeunes femmes chargées de recueillir les offrandes des fidèles pour l’ornementation des autels, voire plus généralement d’aider le curé dans ses tâches matérielles. M. Brunet, Le Roussillon..., op. cit., p. 417 sq.

146 9Bp 606. Les peines furent de trois ans de galères pour les trois meneurs et d’un bannissement de dix ans des vigueries de Conflent et Roussillon-Vallespir pour les douze autres individus, au payement solidaire de 150 livres pour la réparation de la maison curiale et 100 livres de réparation civile envers le curé de Canaveilles.

147 9Bp 562. La procédure s’achève par l’ajournement à comparaître du baille et des consuls.

148 9Bp 588. Plainte de Pierre Cabestany, curé du Soler, sur laquelle a été permis d’informer le 4 avril 1719. Valetta nia avoir tenu de tels propos lors d’un mariage, mais expliqua par ailleurs que des femmes se seraient plaintes à lui de l’absence de vicaire, et qu’il leur aurait répondu qu’il ne pouvait pas agir contre cela, qu’il faudrait qu’elles arrêtent de lui faire dire des messes et de lui apporter des offrandes pour qu’on lui donne cette question à connaître... et qu’à cette fin il aurait dit « sans malice » qu’il couperait les bras de celles qui ne suivraient pas ce plan.

149 Un exemple assez ancien est donné par Jean Noguer qui expose que « le nommé Jean Rius fut accusé d’avoir voulu tuer Jean Sirvent dans l’église des capucins de Prades où il s’étoit réfugié, le père ayant voulu radoucir le dit Rius et luy parler du respect qu’il devoit au lieu saint où il étoit, cet homme proféra quelques paroles mésséantes contre l’honneur de la Sainte Vierge et des Saints, il insulta même ce religieux ; Rius fut arrêtté et on luy fit son procès : par arrêt du 4 juin 1666 il fut condamné à l’amende honorable, à rester au parvis de l’églize de St Jean de cette ville un jour de fête pendant la grand-messe, en demandant mizéricorde au seigneur et à être banni du ressort l’espace de trois ans. » J. Noguer, op. cit., v° « Du crime de blasphème », article 2.

150 9Bp 316.

151 2B 1999 et 9Bp 394. Pour davantage de détails, voir C. Juhel, « Indiscipline et désordres de la jeunesse en Roussillon au XVIIIe siècle », dans Mineurs, minorités ; Jeunes, Jeunesse en Roussillon et Languedoc XVIe-XVIIIe siècle, G. Larguier (dir.), Perpignan, PUP, 2010, p. 121-144.

152 9Bp 394. Décision du juge de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 26 août 1775.

153 C’est-à-dire un combat à coup de pierres, traditionnel dans la province, auxquels les jeunes gens se livraient généralement avec des frondes.

154 2B 1839.

155 2B 1025, f° 61r°, n° 31. Par arrêt du 10 septembre 1720, Sampso fut condamné à faire amende honorable nu en chemise la corde au col devant l’église des capucins, à être banni du ressort pour dix ans et à payer 25 livres d’amende au roi et 25 livres aux capucins en réparation des dommages causés à leur église.

156 2B 1787. Réquisitoire du 28 avril 1701.

157 Ibid.

158 Voir supra.

159 L’information nous apprend qu’en effet, quelques jours plus tôt dans cette même église, Rose Soler avait donné un coup de pied à Antoinette Maury, ce qui aurait conduit son mari à demander au curé « de désigner les places afin qu’elles n’eussent plus dispute entre elles », ce que le curé fit, provoquant cette nouvelle réaction violente de Rose Soler.

160 Les époux Maury et Vigo soulignèrent dans leur plainte qu’il s’agissait là d’un trouble de l’office divin et d’un cas royal.

161 2B 1838, réquisition du 12 septembre 1720.

162 Ibid. Sentence du 30 janvier 1721.

163 9Bp 422. Acte de plainte sur lequel a été permis d’informer le 27 août 1723

164 9 Bp 636. Selon le témoignage de Jean Mathieu, pagès et habitant de Llupia, c’était quelques années plus tôt, « du temps que l’on faisoit au dit lieu de Llupia des processions et prières publiques pour détourner de leurs terres le fléau des vers qui débastoient les vignes ».

165 9Bp 441.

166 Ibid. Réquisitoire du procureur du roi près le siège de la viguerie de Roussillon-Vallespir du 12 juillet 1775.

167 Ibid. Témoignage de Vincent Montgaillard du 17 juillet 1775.

168 9Bp 423. Ce procès fut civilisé par le juge royal de la viguerie du Roussillon-Vallespir le 1er août 1721.

169 2B 1907.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search