Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Rôle et fonctions d’une abbaye (Lagrasse) : une vision de fidèles

Bénédicte Bousquet

Texte intégral

  • 1 B. Bousquet, L’abbaye de Lagrasse à la période moderne (1501-1792) : hommes, patrimoine et pouvoirs(...)
  • 2 Arch. dép. Aude, 3E 6482. Toutes les références ci-après sont tirées de ce fonds d’archives.

1Sur l’ensemble de la documentation consultée dans le cadre de ma thèse sur l’abbaye de Lagrasse à l’époque moderne1, quelques documents se distinguent par leur originalité et leur rareté. C’est le cas de la procuration faite par une partie des habitants de Lagrasse le 29 novembre 1662 à un certain « Pierre Bodos jeune »2. Si la nature de l’acte n’a rien d’exceptionnel, son sujet par contre est digne de retenir l’attention, puisque les habitants chargent Pierre Bodos de se rendre au parlement de Toulouse afin de soutenir l’abbaye dans un procès qui les opposait aux religieux mauristes.

2L’année 1662 est pour l’abbaye de Lagrasse une année capitale en effet, car ce fut le moment choisi par la Congrégation de Saint-Maur pour tenter de la réformer. Cette congrégation dont le rôle est représentatif du mouvement général de réforme qui toucha tous les ordres religieux dans les décennies postérieures au concile de Trente (1543-1565) fut la dernière manifestation de la réforme de l’ordre de Saint-Benoît. Son but était de restaurer la vie conventuelle en rétablissant la discipline et en coupant court à tous les aménagements dont la règle avait fait l’objet. Les mauristes, grâce à des appuis solides et dévoués, de la part de l’autorité royale notamment, connurent dès leurs débuts un développement important et rapide, si bien qu’en 1630, soit douze ans après sa création, la congrégation comptait déjà à son actif 110 monastères. Donc, comme de nombreuses autres abbayes avant elle, à la fin du mois d’octobre 1662, deux religieux mauristes accompagnés d’un homme de loi tentèrent de prendre possession du monastère au nom de la congrégation malgré l’opposition des religieux de l’abbaye. L’échec de la tentative fut suivi d’une longue bataille judiciaire entre les religieux de l’abbaye et les mauristes où les habitants de Lagrasse s’invitèrent comme le prouve le texte de leur procuration.

3Hostiles à la réforme de l’abbaye par les mauristes, ils avancent dans leur procuration plusieurs arguments qui témoignent de l’importance de son rôle et de la perte que risquait de subir la ville ainsi que le pays qui en « a toujours reçu et reçoit de notables services et assistance spirituelle et temporelle ». Ce qui est intéressant dans cette phrase c’est l’utilisation du temps du verbe recevoir, on parle aussi bien au passé qu’au présent. Pour connaître les fonctions remplies par l’abbaye au milieu du XVIIe siècle, il suffit de se laisser guider par le texte (sa retranscription intégrale se trouve en annexe). Mais ce dernier ne donnant qu’un aperçut rapide de ces fonctions, on complètera avec l’apport d’autres documents.

1. Le rôle liturgique

4Les habitants font en premier lieu référence à la sage conduite et affection des religieux « qui celebrent journelement deux messes hautes dans ladite esglise conventuelle, et y chantent les heures canonialles de mesmes que les autres chapitres a la grande edyfication du peuple de la ville et voizinage d’icelle ». Il est tout simplement question ici du rôle spirituel de l’abbaye, notamment de la liturgie monastique qui s’exprimait par le biais de l’office divin, et par la célébration des messes quelles soient hautes ou basses.

  • 3 P. Schmitz, Saint-Benoît, La Règle des moines, traduction, introduction et notes, Gemblouxt, 1948, (...)

5La liturgie monastique se répartissait entre les matines au cours de la nuit, et les sept offices diurnes, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies. L’office débutait par l’heure des matines dont la célébration n’était pas faite au même moment suivant les saisons. En hiver, elle prenait place à la huitième heure, car comme le rappelle le patriarche, « de la sorte on se sera reposé un peu plus de la moitié de la nuit et la digestion sera terminée au réveil »3. Par contre, en été, l’heure était chantée beaucoup plus tard, juste avant l’heure des laudes dites à la pointe du jour et suivie de l’office de prime. Les autres heures se succédaient traditionnellement de trois heures en trois heures, tierce vers neuf heures, sexte à midi, none vers deux ou trois heures, vêpres vers cinq heures. En soirée, l’office s’achevait par les complies. Toutes les heures n’avaient pas la même durée : l’heure des matines était la plus longue, entre une heure et une heure et demie, les deux autres grandes heures, laudes et vêpres, duraient une demi-heure, tandis que les petites heures n’excédaient pas un quart d’heure.

  • 4 A. Mahul, Cartulaire et archives des communes de l’ancien diocèse et de l’arrondissement administra (...)

6De même, on célébrait tous les jours au maître autel deux messes hautes, la « messe matutinale », dite aussi matinière juste après l’heure de prime, et la messe solennelle ou conventuelle à la suite de l’office de tierce aux environs de dix heures durant laquelle les moines communiaient. Cette dernière comprenait un rite particulier, propre au monastère de Lagrasse, puisque, chaque jour, le pain et le vin destinés à être consacrés étaient offerts pour le repos de l’âme de l’Empereur Charlemagne au titre de fondateur du monastère4.

  • 5 H 131, statuts sur la discipline du monastère, 1466.

7Quant aux messes basses célébrées aux nombreux autels secondaires de l’abbatiale, elles n’étaient pas chantées. Dues à des circonstances et à des intentions diverses, elles étaient très nombreuses ; parmi ces dernières, les deux ou trois messes célébrées toutes les semaines par les moines-prêtres qui n’étaient pas d’hebdomade5. Ensuite, nombre d’entre elles concernaient les défunts, notamment les moines défunts. On célébrait pour chacun d’eux une messe basse le jour de leur sépulture. Une autre était dite chaque jour à leur mémoire pendant l’année suivant leur décès. On s’acquittait aussi de messes de dévotion appelées messes des morts ou obits qui rappelaient la mémoire des défunts au jour anniversaire de leur mort.

  • 6 A. Mahul, op. cit., p. 434-435.
  • 7 A. Mahul, op. cit., p. 400.

8Un autre rôle de la communauté monastique était les processions qui permettaient au corps tout entier de sortir du cadre étroit du chœur. Elles s’effectuaient pour des raisons diverses : pour le soulagement des malades, pour honorer un saint ou pour obtenir de meilleures conditions climatiques. C’était le cas des processions des rogations pendant les trois jours précédant l’Ascension destinées à attirer la bénédiction divine sur les récoltes et les travaux des champs. Lors de ces manifestations, on mettait souvent en scène les nombreuses reliques possédées par l’abbaye. Celle-ci n’avait pas moins de soixante et un fragment provenant de martyrs, d’apôtres, d’abbés, de confesseurs, mais aussi du pain de la dernière Cène, de la table sur laquelle le pain fut consommé, de la colonne où le Christ fut attaché pour la flagellation, de la pierre du Saint Sépulcre, ainsi que quelques bouts de vêtements du Christ et de la Sainte Vierge, le corps entier de saint Maximin et enfin une sainte épine et un morceau de bois de la Sainte Croix6. Ces deux derniers fragments, conservés dans une croix d’argent façonnée, étaient vénérés les jours de fête réservés à la Sainte Croix, le 3 mai et le 14 septembre. Lors de ces deux occasions, les reliques étaient portées processionnellement autour du cloître avant d’être exposées aux fidèles. Elles étaient aussi portées en procession par les rues de la ville lors des grandes solennités de l’année, notamment le Vendredi Saint, le dimanche après Pâques, le mardi après la Pentecôte et le dimanche qui suit la Fête Dieu. Depuis l’année 1500, à la suite d’une ordonnance de Pierre d’Abzac de la Douze, archevêque et primat de Narbonne et abbé de Lagrasse, ceux qui venaient vénérer ces reliques ces quatre jours-là étaient « relevés de leur pénitence pendant 40 jours »7. Enfin, on invoquait ces deux fragments dans les cas de calamité publique. Quant aux autres reliques, une grande partie de ces dernières était regroupée dans un coffre orné d’un sceau. Ce reliquaire était un ex-voto que les moines de Lagrasse avaient fait au début des années 1630 pour conjurer l’épidémie de peste qui avait ravagé la contrée et touché le monastère lui-même. Depuis cette date, le coffre et les reliques qu’il contenait étaient portés processionnellement aux diverses fêtes de la Vierge par un prêtre revêtu des ornements sacerdotaux.

9Enfin, l’abbaye accueillait dans « la première chapelle a main droite de cote du chœur » la paroisse de Notre-Dame de l’Assomption. Cette dernière était desservie par un vicaire perpétuel. Il avait la charge des domestiques de l’abbé et des religieux, des séculiers étrangers de passage, des pauvres de l’hôpital du monastère et d’un certain nombre de communiants, géographiquement proches de l’abbaye, qui formaient une dizaine de personnes membres de trois familles.

  • 8 De nombreuses chapelles furent fondées à diverses époques, les unes s’éteignirent par désuétude, le (...)
  • 9 3E 1564, fos 107-109.
  • 10 H 31.
  • 11 Ibid.

10Vivant au rythme des multiples cérémonies et de la présence des différents acteurs célébrant ou assistant au culte, l’abbaye ne semblait jamais désemplir. L’office divin et les messes hautes amenaient au maître-autel l’ensemble des moines et des prêtres. Le nombre des moines variait selon le calendrier liturgique. Ils étaient un minimum de treize toute l’année et plus d’une vingtaine durant les grandes fêtes appelées « toutes chappes », où la communauté se trouvait généralement au complet puisque les prieurs et les prévôts qui résidaient hors de l’abbaye venaient assister aux cérémonies. Se joignaient à eux divers prêtres séculiers tenus d’assister aux offices de chœur, de jour comme de nuit. Parmi ces prêtres, on trouvait les six chapelains de l’abbatiale qui devaient célébrer les messes pour la fondation de leur chapelle8, le vicaire perpétuel et le sous-sacristain qui assistait le sacristain dans sa tâche. Les messes basses confinaient aux divers autels secondaires des petites poignées d’hommes réunies pour célébrer la mémoire des morts. Les groupes se constituaient en fonction de la volonté des défunts, réunissant à l’enterrement de noble frère Jean de Sinègre « tous les messieurs et religieux du present monastere, ensemble tous les prestres qui ce pourront tenir a la ville de la Grasse »9 ; conviant à celui de noble frère Charles Daban en plus des moines et des prêtres de l’abbaye « doutze pauvres, scavoir six de la ville de la Grasse trois de Saint Pierre des champs, du nom desquels trois sera un nommé Charles Sivade mon filheul, les autres trois restant seroint du lieu de Montgalhard »10. Lors des messes journalières dites pendant l’année suivant le décès des religieux, l’assistance était plus réduite. Ainsi, seul le domestique de noble frère Charles Daban vient entendre la messe célébrée en mémoire de son maître « tous les jours dans la chapelle »11. Enfin, les jours de fête solennelle, une multitude se déployait dans l’église pour fêter les grandes figures religieuses et adorer les reliques.

2. La charité

11Le deuxième argument avancé par les habitants concerne la charité dont l’abbaye faisait preuve. Elle prenait des formes diverses. Tout d’abord, comme le signale la procuration, les religieux distribuaient « une aumosne generale en pain tous les dimanches pour la feste des Saincts jusque a la saint Jean Baptiste » à tous les pauvres qui se présentaient à la porte de l’abbaye. Il pouvait s’y trouver jusqu’à « cinq à six cents pauvres ». Mais on effectuait aussi une distribution durant la semaine en pain et vin aux pauvres qui le demandaient. L’ensemble de cette aumône était partagé entre l’abbé et l’aumônier, le premier fournissait 60 setiers de blé, le second complétait en fonction des besoins. Le texte parle de 200 setiers de blé donnés par an, auxquels il fallait jouter les 32 setiers de blé distribués le jeudi saint par le chapitre.

  • 12 H 178.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

12Mais l’aumône ne s’arrêtait pas là. Il arrivait que les religieux aident aussi ponctuellement certaines personnes à la suite d’une sollicitation de leur part. En 1620 par exemple, le chapitre répondit favorablement à huit demandes dont la majorité émanait d’hommes et de femmes atteints de maladie. Si le dénommé Borios, lavandier du monastère, s’était vu accorder le 4 août 1620, à la demande d’un des religieux, la somme de 3 sols par jour, c’est parce qu’il était empêché par « sa maladie pénible »12. De même, le chapitre n’hésita pas à donner pendant plusieurs mois de l’année 1620, 4 sols par semaine à un jeune homme de vingt-cinq ans cloué au lit depuis deux ans, sans pouvoir utiliser ses membres qui se trouvait avec sa pauvre mère « dans la plus grande misère et la plus pitoyable extrémité », ne se nourrissant plus que de racines, d’herbes et de plantes sauvages. Mais d’autres motifs pouvaient entrainer une aide de la part du chapitre. Ainsi, le 31 mai 1620, le syndic bailla « a deux honneste hommes qui ont este déboursser et qui vont au Mont Serrat 5 sols a chacun »13 pour les aider à passer leur chemin. Au mois d’août, il fournissait un quart d’écu à Pierre Andron, musicien de Bordeaux, afin qu’il puisse rentrer chez lui, étant « hors de son bien et n’ayant que peu de commodité pour se conduire »14.

  • 15 En 1677, dom Trichaud disait dans la chronique qu’il avait réalisée sur l’abbaye que l’hôpital avai (...)
  • 16 H 178.

13L’abbaye, et tout particulièrement l’aumônier, fournissait aussi aux dépenses d’un hôpital, situé au nord du monastère, hors de la clôture, auquel on accédait directement à partir du grand chemin. Ce dernier, fondé très tôt15 pour les pauvres allant à Saint-Jacques ou à d’autres pèlerinages, accueillait bien entendu toutes les personnes indigentes et démunies. Ils y étaient nourris, logés, et bien sûr soignés. Le quotidien de l’hôpital était géré par l’hospitalier choisi et rémunéré par l’aumônier. Malheureusement, les documents ne donnent pas de détails sur cette fonction d’hospitalier, ni même d’ailleurs sur l’établissement lui-même. On sait seulement qu’il y avait dans celui-ci une chapelle dédiée à sainte Dorothée où le vicaire perpétuel célébrait des messes basses pour le salut de l’âme des pauvres défunts. Le nombre de places disponibles est difficile à déterminer. Un document relatant « le rolle de l’argent » que l’aumônier avait fourni en 1619, donne tout de même quelques détails sur le fonctionnement de l’hôpital16. On sait que les pauvres qui y étaient soignés venaient de Lagrasse et des alentours, notamment des seigneuries dépendantes de l’abbaye. Il ne semblait pas y avoir de tarifs précis, la dépense dépendant de la maladie et de la longueur du séjour. Ainsi, un certain Fortanier, malade à l’hôpital d’une fièvre continue au mois de février, coûta à l’aumônier douze sols. Tourrosele, malade pendant deux mois, demanda seulement 6 sols. Quant à Pironis, habitant de Lairière, resté dans l’hôpital trois mois atteint d’une maladie qui l’emporta, l’aumônier déboursa pour lui 30 sols. En plus de soigner les malades à l’intérieur des murs de l’hôpital, l’aumônier assurait aussi leurs déplacements. Ainsi, il paya après la foire de Saint-Gairant 6 sols pour faire conduire à l’hôpital un pauvre envoyé par les consuls de Montlaur qui n’avait pas de pieds. Il donna aussi 8 sols au mois de septembre pour faire conduire à Fabrezan une femme malade d’une grande ouverture au côté.

  • 17 Deux de ces trois ermitages se trouvaient sur le territoire de Lagrasse : les ermitages du Carla et (...)

14Les capucins semblaient eux aussi tirer leur subsistance de l’abbaye qui leur fournissait pain, vin, viande et diverses autres choses. De plus, les abbés veillaient aussi à l’entretien des trois ermites qui dépendaient de l’abbaye, auxquels il procurait du pain et du vin17. Ils donnaient enfin, semble-t-il depuis l’abbatiat du cardinal de Joyeuse (1590-1615), un setier de blé à quatre mendiants de Carcassonne qui venaient faire la quête devant le monastère.

  • 18 3E 6482.

15Pourtant, la charité de ces hommes de Dieu allait beaucoup plus loin que cela et, comme le montre le troisième argument avancé par les habitants, prenait surtout un visage assez inhabituel. En effet, le document parle de « grand et considerable secours et services » que les habitants auraient reçu « pendant le temps de peste et de guerre dont ils auroint succombé en leurs personnes et biens sans la protection et retraicte qui les trouvarent pour garantir le tous dans ledit monastère ». Les habitants ne font pas ici référence à l’assistance spirituelle ou matérielle dont il vient d’être question plus haut, mais bien à une assistance militaire. Il semblerait donc que la physionomie de l’abbaye avec son enceinte, ses créneaux et l’impressionnante tour de Levis, n’était pas qu’un simple décor. La procuration évoque deux évènements très récents au cours desquels l’abbaye avait ouvert ses portes aux lagrassiens afin de les protéger, leur fournissant comme « a l’accoustumé non seulement leur azille mais aussi leur subsiztence par la charité qui ne se pouvoir remonstrer dans de telle necessites et oppression qu’aupres des personnes a qui la nature inspire de sy genereux sentiments »18. Le premier évènement avait eu lieu en 1641 où « des gens de guerre qui avoient le lieu d’estape en ladite ville » avaient tout saccagé et le second en 1651 où la compagnie de cavaliers du sieur de Ligné logée, dans la ville, avait commis de nombreuses exactions allant « jusques à tuer et meurtrir trois à quatre habitants ».

3. Un pôle économique

16Enfin, il faut aborder un dernier aspect passé sous silence par la procuration : l’importance économique que l’abbaye représentait pour Lagrasse et les villages alentour. Si le rôle économique de l’abbaye passait bien évidemment par les fermages de ses possessions qu’elle concédait aux fermiers des environs, ceux-ci n’étaient que la partie visible de l’iceberg. Les nombreux contrats notariés montrent que d’importants liens économiques et surtout financiers unissaient les religieux et les laïques.

  • 19 3E 1569, f° 117.
  • 20 3E 1616.
  • 21 3E 1573, f° 35.
  • 22 3E 6471.
  • 23 73C 253.

17En fait, les religieux possédaient en mains propres des biens ainsi que de l’argent. Celui-ci provenait de leur famille. Si, en entrant dans le monastère, les religieux faisaient vœu de pauvreté et abandonnaient tous leurs biens présents et à venir, c’était généralement en échange d’une pension versée par leurs parents. Dans le cas des officiers, des prieurs et des prévôts, l’argent provenait aussi de la mise en fermage des biens de leur bénéfice. La rente en argent perçue était utilisée pour pallier aux frais de leur charge. Le surplus éventuel appartenait personnellement aux religieux. D’autres exerçaient tout simplement une activité rémunérée comme noble frère Simon de Bellissen, prévôt de Milhan, qui se chargeait en 1599 de la fourniture annuelle de la cuisine pour la somme de 270 livres19. Certains, comme noble frère Jean Dupac, hortolain, n’hésitaient pas à s’associer avec d’autres personnes pour exploiter des terres ou lever des dîmes. Ainsi, en 1631, le religieux collaborait avec un prêtre de Lagrasse pour la levée de la dîme des raisins que l’abbé percevait dans la ville de Lagrasse. Les deux associés se partageaient équitablement la rente20. Cet argent leur permettait d’acquérir des biens, dans le monastère où les religieux possédaient leurs maisons et dans diverses dépendances. Mais ils étaient aussi propriétaires à l’extérieur, détenant quelques pièces de terre dans la proche ville de Lagrasse ou dans les villages alentour. Noble frère Simon de Bellissen achetait à un habitant de Saint-Pierre-des-Champs plusieurs champs d’une superficie de 33 seterées en avril 160321. Le 28 mars 1652, l’aumônier acquerrait une vigne à Lagrasse dans le but de la « travailler »22. En 1662, le compoix du prieur claustral de l’abbaye de Lagrasse s’élevait à 2 livres pour trois vignes, deux olivettes et un ferratjal23. Ils pouvaient aussi acheter des chevaux qu’ils utilisaient lors de leurs déplacements, comme de nombreuses marchandises qui malheureusement ne sont jamais détaillées dans les documents, marchandises achetées à divers marchands de Lagrasse ou de Narbonne. De plus, quand les religieux ne dépensaient pas leur argent ou ne l’investissaient pas, ils le prêtaient à quelques habitants de Lagrasse, de Saint-Pierre-des-Champs, de Mayronnes ou de Caunette-en-Val. Si la majorité des sommes était peu élevée, oscillant entre 50 et 100 livres, certains prêts atteignaient 400 ou 500 livres, montrant ainsi qu’un certain nombre de religieux étaient plutôt à l’aise financièrement.

  • 24 3E 1621, fos 152-153.
  • 25 3E 1610, fos 126-127.

18Cependant, tous ne disposaient pas d’autant d’argent. Certains semblaient même en manquer. Ces derniers achetaient alors à crédit comme noble frère Jacques de Bonnefoy qui reconnaissait le 9 avril 1630 devoir à Gabriel Tomberarbé, marchand de Narbonne, la somme de 169 livres « pour lachat de diverses marchandises dans son magazin »24. D’autres empruntaient tout simplement : noble frère Simon de Bellissen emprunta entre 1595 et 1614 la somme de 1 332 livres. Les remboursements étaient généralement échelonnés sur plusieurs mois, voire plusieurs années. Certains utilisaient même une partie de leur pension pour payer une dette, comme noble frère Jean du Pac qui pour rembourser les 800 livres que lui avait prêtées Isaïe Bosc en 1620 « faict transport de la quantité de 28 charges de vin pour six ans tous les mois de septembre a prendre sur les fermiers generaux qui luy en font pension »25.

  • 26 61 J 10.
  • 27 B 30, f° 207.
  • 28 3E 6427, fos 125-127.

19Enfin, il faut parler des bénéfices retirés par les familles des moines, originaires pour la plupart des environs de l’abbaye. Tout d’abord, en lui confiant leurs enfants, ces dernières limitaient l’émiettement de leur patrimoine puisqu’à leur entrée dans l’abbaye les nouveaux moines se dépouillaient de leurs biens présents et à venir, généralement en faveur d’un frère. Ensuite, les religieux faisaient profiter leurs familles de l’argent qu’ils retiraient de leur bénéfice, notamment à travers des dots versées aux filles de leur famille. On possède malheureusement peu d’exemples sur ce point, car, dans les pactes de mariage, la composition des dots était rarement détaillée. Seule la somme totale était mentionnée sans que soient indiqués à chaque fois le nom et surtout la participation individuelle de chacun. On a pu tout de même identifier dans les registres notariés trois dotations effectuées par des religieux de l’abbaye. La première est une promesse faite par noble frère Germain de Couderc, dans son testament d’entrée en 1608, de donner la somme de 300 livres « a demoisselle Catherine de Couderc sa sœur le jour de la sollenpnisation de son mariatge »26. Les deux autres sont effectives. Pierre de La Maison ne donna pas moins de 1 000 livres à Paule de Bosc, sa nièce, quand celle-ci épousa Vital Labat, sieur de Rieux, le 16 mars 162427 ; et ce sont 600 livres que frère Guillaume de Doutre offrit à demoiselle Jeanne de Doutre, sa nièce, qui se maria en 163428.

  • 29 3E 1621, fos 152-153.
  • 30 3E 1607, fos 95-97.

20Certains faisaient bénéficier leurs parents des contrats d’afferme. Ainsi, entre 1619 et 1631, Claude de Grave, sieur des Palais, fut le fermier des fruits du prieuré portant le même nom qui dépendait de noble frère Jacques de Bonnefoy. On le retrouve comme fermier de Saint-Laurent en 163429. Le sieur Isaïe de Bosc semble avoir profité régulièrement des biens de l’abbaye dans les années 1620 où il prend à ferme à deux reprises les droits et revenus de Montlaur et ceux perçus par le sacristain au lieu de Camplong30.

21Enfin, un autre genre de contrat était bien plus intéressant pour les familles : les baux emphytéotiques. Grâce à eux, plusieurs membres appartenant aux familles des religieux ont pu se constituer presque gratuitement des domaines à l’exemple de Raymond-Pierre de Montredon, neveu de frère Pierre de Montredon, sacristain de l’abbaye. En 1608, ce dernier baille en emphytéose perpétuelle à son neveu la quantité de 200 sétérées de terre situées dans les termes appelés les Escaudiès et les Balanes dans le terroir de Saint-Michel-de-Nahuze, près de Montlaur. Les termes du contrat sont clairs : le preneur a le droit d’ouvrir et d’exploiter ses terres et d’y construire les bâtiments qu’il veut, maison, courtal, pigeonnier, tour... Il a aussi le droit d’y chasser, de faire paître son bétail sur la montagne voisine de Nahuze, il peut aussi couper et prendre le bois nécessaire à sa consommation dans la forêt qui se trouve à proximité... De plus, il a le droit de porter le titre d’Escaudiès. Tout cela pour la modique somme d’une pièce de camelot noir qui servira à faire un habit, l’obligation de faire hommage et de payer une paire de gants de 10 sols à chaque mutation de seigneur, à savoir à chaque nouveau sacristain. L’ensemble de ces contrats constituait donc pour les membres des familles concernées de très bonnes opérations, leur offrant, pour une somme et des charges modiques un domaine, des bâtiments, des droits et un nom. De plus, ces contrats s’inscrivaient dans le long terme, ne prenant fin que si un des bénéficiaires ne respectait pas ses engagements.

  • 31 Bibl. nat. fran., lat 12680, Histoire en abrégé de l’illustre et royale abbaye de Notre-Dame de La (...)

22La déclaration des habitants de Lagrasse montre bien que l’abbaye s’acquittait correctement des charges liturgiques qui lui incombaient comme le souligne si justement l’auteur anonyme d’une brève histoire de l’abbaye rédigée en 1674 : « ... le service divin s’y fut toujours fait avec la majesté et la magnificence que demande cette œuvre de Dieu... »31. Ensuite, la charité y était exercée selon les préceptes de la règle, chacun apportant sa pierre à l’édifice, l’abbé, les moines et l’aumônier dans la distribution journalière de l’aumône générale au-devant du monastère, ainsi que dans l’existence et le fonctionnement d’un hôpital. Le texte est donc un rare et précieux témoignage, car il montre que malgré les malheurs du temps et les transformations au sein de l’Église, une abbaye bénédictine pouvait encore au XVIIe siècle tenir son rang et sa place, répondre aux besoins spirituels et matériels des âmes dépendant d’elle. Le texte apporte plus, montre que l’abbaye pouvait même défendre les habitants contre les périls militaires, ce qui n’était pas la fonction qu’ils appréciaient le moins.

  • 32 E. Martene, Histoire de la congrégation de Saint-Maur, Publ. par dom Charvin, Ligugé-Paris, 1928-19 (...)

23Tout cela explique le profond attachement de la population aux moines et à l’abbaye. Ce qui peut être considéré comme une omission relève du quotidien, qu’auraient pu remplir des propriétaires laïcs. On ne peut nier que le texte est orienté et répond à un but précis : présenter les moines de l’abbaye de Lagrasse sous leur meilleur jour. Mais il ne manque pas de sincérité, montre que les habitants ne se formalisaient pas des écarts des moines dont ils n’avaient peut-être pas conscience. Le soutien qu’ils apportaient à la population leur importait davantage. Le jugement des habitants était donc beaucoup plus clément, en tout cas très éloigné de la vision en général négative qu’en avaient les réformateurs contemporains, ainsi que les mauristes et notamment un des leurs, dom Martène, qui disait des religieux de Lagrasse que s’ils « étoient d’une naissance noble, des 1res famille de la province, ils n’avoient rien de grand ny de noble dans leur conduite »32.

24Les habitants portaient donc un autre regard sur les moines, fondé sur le ressenti et le vécu en totale opposition avec celui des réformés qui reposait essentiellement sur les principes et le respect de la règle saint Benoît. C’est cette dernière vision qui va l’emporter à Lagrasse puisque les moines de l’abbaye seront déboutés par la justice. La Congrégation de Saint-Maur prendra officiellement et définitivement possession de l’abbaye les 30 et 31 juillet 1663.

Annexes

Procuration faite par la communauté de Lagrasse, le 29 novembre 166233

Lan mil six cens soixante deux et le vingt neufieme jour de novembre, apres midy dans la ville de la Grasse, au dioceze de carcassonne, regnant tres chretien prince louis par la grace de dieu roy de France et de navarre pardevant moy notaire royal et tesmoing bas nommés, On esté presonnelement establis les sieurs louis Sandrin et anthoine Cambrier consuls modernes nobles jean D’albi sieur de praxnau, Guillaume de lenoir sieur des Illes, françois de mestre sieur de Mirailles, marc antoine de mestre sieur de Corneille, jean de mestre sieur de saint auriol... tous habitans domicillies dudit la Grasse, lesquels de gré, ont fait veu et constitué leur procureur et scindic spécial et general sans nulle derogation ni revocation de leur procureur precedent, scavoir est pierre Bodos jeune habitant de ladite ville icy present et ladite charge acceptant, pour et au nom desdits constituant et autres habitants adherans et adherer voullant faire dresser et presenter une requeste a Nosseigneurs tenans la souveraine Cour de parlement de Thoulouse par icelle lui remonstrer tres humblement, que l’empereur charlemaigne roy de France ayant pieusement fondé le monastere et chapitre de l’abbaye nostre dame dudit la Grasse pour servir de retraicte aux Gentilshommes qui seroint dans le dessain de se vouer au service de dieu, et l’ayant doté des biens assez considerables a condition qu’on n’y admetoit pas de personne qui ne fussent vrayment nobles, L’intention dudit seigneur fondateur soubz ceste condition, auroit esté du despuis inviolablement observer, au grand advantage de ce pais et de ladite ville qui a toujours recu et recoit de notables services et assistances spirituelles et temporelles de la sage conduite et affection de ses religieux qui celebrent journelement deux messes hautes dans ladite esglise conventuelle, et y chantent les heures canonialles de mesmes que les autres chapitres a la grande edyfication du peuple de ladite ville et voizinage d’icelle, auquel ils distribuent une aumosne generale en pain tous les dimanches pour la feste des Saincts jusques a la saint jean baptiste inclusivemen ou bien souvent se trouvent cinq a six cens pauvres, La distribution encore pendant le cours de la sepmaine en pain et vin aux pauvres qui la leur demandent, avec lentiere subciztance aux pauvres de l’hospital ausquels en cas de maladie font administrer les alimens et mediquamens necessaires, le tous aux despens dudit monastere qui s’est trouvé consomer en pain pour lesdites aumosnes jusques a deux cens et tant de cestiers bled par an outre trente deux cestiers qu’on distribue le jour du jeudi absolu a l’honneur de la passion de nostre redempteur et que d’ailleurs les reverends peres Capucins du couvent de ladite Grasse en tirent la plus part de leur subciztance en pain vin et viande outre diverses autres choses a eulx necessaire tant du costé du general que du particulier, n’ayant ils jamais heu la pensee de s’y establir sans estre prevoyant d’en retirer un si grand bien estimant que les peres refformés n’auroint pas un si grand zelle et affection charitable pour eulx, considere ce que ledit monastere employe a la subciztance des pauvres familles honteuzes de la ville qui en retirent de notables secours et largesses, et de plus le grand et considerable secours et services que les habitants en ont generalement receux pendan le temps de peste et de guerre dont il auroint sucombé en leurs personnes et biens sans la protection et retraicte qui les trouvarent pour garantir le tous dans ledit monastere, et notament dans le dezertement general de la ville en l’année mil six cens quarante un qui les firent obligés d’y refugier et metre en assurance lesdites personnes et comodités jusques aux portes et fenestres de la maison, pour les garantir de la violence et saccagement des gens de guerre qui avoint le lieu d’estape en ladite ville, et en l’année mil six cens cinquante un, la companie de cavalier de monsieur de Ligné y estant logée et par ses cavalliers ayant esté commis de si grands ravages et dezordres jusques a tuer et meurtrir trois a quatre habitants, le reste fust obligé de chercher son salut dans ledit couvent, ou ils trouvarent a l’acoustumé non seulement leur azille, mais auusi leur subsiztence par la charité qui ne se pouvoir rencontrer dans de telles necessités et oppressions qu’aupres des personnes a qui la nature inspire de sy genereux sentiments, vu qu’atandu que certains religieux qui ne sont pas de la condition requize selon les termes de la susdite fondation, au pretexte de refforme prethendeu s’introduire dans ledit monastere A mander quil plaize a la cour considerant ce dessus, Voulloir de sa grace maintenir et garder lesdits sieurs religieux nobles et habituez dudit monastere en tous leurs droitz privilleges, suivant les institutions et conditions de sa fondation, a l’exclusion desdits religieux estrangers, et par mesme moyen aussy donner pouvoir a leur procureur scindic de prezente une pareille requeste a nosseigneurs les gens des trois estats de la province en la prochaine assemblé pour qu’ils leur plaize en procurer [...] et la metre en consideration envers sa majesté, promettant d’agir en tout lentier procedé de leur procureur et scindic et l’en rellement [...] soubz obligation et soubz [...] de leurs biens a justice et l’on ainsi promis en présence de Florimon Caldaguin de Rohergue, fançois Roux de Camplong tous rezidant audit lagrasse soubzigné avec lesdits constituants et scindic et moy notaire royal.

Notes

1 B. Bousquet, L’abbaye de Lagrasse à la période moderne (1501-1792) : hommes, patrimoine et pouvoirs, Perpignan, université de Perpignan, thèse de doctorat, 2012, 2 vol., 829 p.

2 Arch. dép. Aude, 3E 6482. Toutes les références ci-après sont tirées de ce fonds d’archives.

3 P. Schmitz, Saint-Benoît, La Règle des moines, traduction, introduction et notes, Gemblouxt, 1948, p. 60.

4 A. Mahul, Cartulaire et archives des communes de l’ancien diocèse et de l’arrondissement administratif de Carcassonne, Paris, 1857-1882, t. 2, p. 436.

5 H 131, statuts sur la discipline du monastère, 1466.

6 A. Mahul, op. cit., p. 434-435.

7 A. Mahul, op. cit., p. 400.

8 De nombreuses chapelles furent fondées à diverses époques, les unes s’éteignirent par désuétude, les autres furent réunies à celles qui avaient subsisté, si bien qu’à l’époque moderne on ne comptait plus dans l’abbatiale que six chapelles dotées d’un titulaire (de Saint-Jean ; des Saints-Innocents, de Saint-Vincent, de Sainte-Catherine, de Saint-Étienne, de Saint-Antoine).

9 3E 1564, fos 107-109.

10 H 31.

11 Ibid.

12 H 178.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 En 1677, dom Trichaud disait dans la chronique qu’il avait réalisée sur l’abbaye que l’hôpital avait été fondé « il y a six cents ans », donc un peu après l’An Mil.

16 H 178.

17 Deux de ces trois ermitages se trouvaient sur le territoire de Lagrasse : les ermitages du Carla et de Ciscle. Le troisième se trouvait sur le territoire de Ribaute : l’ermitage de Saint-Michel-de-Nahuze. Ces ermitages ne semblaient pas être occupés de façon continue. Dans le contrat d’afferme générale, il est précisé que les fermiers donneront le pain et le vin aux trois ermites « s’il y en a ».

18 3E 6482.

19 3E 1569, f° 117.

20 3E 1616.

21 3E 1573, f° 35.

22 3E 6471.

23 73C 253.

24 3E 1621, fos 152-153.

25 3E 1610, fos 126-127.

26 61 J 10.

27 B 30, f° 207.

28 3E 6427, fos 125-127.

29 3E 1621, fos 152-153.

30 3E 1607, fos 95-97.

31 Bibl. nat. fran., lat 12680, Histoire en abrégé de l’illustre et royale abbaye de Notre-Dame de La Grasse de l’ordre de saint Benoît, et unie présentement à la congrégation de Saint-Maur, 1674, sans nom d’auteur, fo 142.

32 E. Martene, Histoire de la congrégation de Saint-Maur, Publ. par dom Charvin, Ligugé-Paris, 1928-1954, t. 4, p. 147.

33 3E 6482.

Auteur

Docteur en histoire, Université de Perpignan Via Domitia

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540