Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Elne et son clergé au XVIIIe siècle (les relations conflictuelles d’une communauté d’habitants et de son clergé)

Emmanuelle Rebardy-Julia

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 54Edt 2, en catalan, n’est plus consultable (très abimé). Il a été (...)

1Elne, on le sait, a un statut particulier dans l’espace roussillonnais puisque cette ville est l’ancienne capitale épiscopale. La communauté d’habitants a toujours gardé en mémoire cette spécificité. En outre, Elne a conservé pour la période moderne un groupe documentaire exceptionnel, les livres de délibérations communales qui portent sur la fin du XVIe siècle, le début du XVIIe siècle, la fin du XVIIe siècle et la quasi-totalité du XVIIIe siècle1. Ce sont ces délibérations qui nous permettent de suivre les relations conflictuelles d’une communauté d’habitants avec son clergé.

I. Elne, une ancienne capitale épiscopale

  • 2 54Edt 13, registre des messes pour 1780-1790.
  • 3 G 54.
  • 4 1C 1325, État actuel des couvents d’hommes du Roussillon l’année 1723 et pièces manuscrites des co (...)

2Le clergé a toujours été une composante essentielle de la cité. La cathédrale était occupée en théorie par un chapitre de 21 membres et une communauté de prêtres2 dont le nombre varia de 22 à 6, entre le XVIe siècle et la fin du XVIIIe siècle. Les droits respectifs de l’évêque et du chapitre ont été renégociés le 4 octobre 1599 avant la translation de résidence de l’évêque et du chapitre à Perpignan en 16023. La communauté de la cathédrale d’Elne comptait 70 bénéfices fondés. Les déclarations de 1790 font état encore de 18 membres participant au partage des bénéfices, mais il n’y avait que 6 membres résidents. La communauté d’Elne percevait des fruits et des redevances en nature, des rentes par baux à ferme. La métairie de l’héritage de Saint-Cyprien (mas des Capellans) était son unité agricole principale. La paroisse disposait aussi d’un recteur. Restaient enfin quelques capucins4, présents à Elne depuis 1590. Ils étaient 2 en 1790.

  • 5 Voir E. Rebardy-Julia, Un évêché entre deux mondes, Elne/Perpignan, Canet, Trabucaire, 2009, p. 27 (...)
  • 6 « Très scandalisés et effrayés ».
  • 7 « Tel que l’on aurait dit le sac d’Anvers », 54Edt 2, d’après R. de Lacvivier, op. cit.

3La communauté d’habitants d’Elne a toujours marqué une grande vigilance à l’égard de son clergé, vigilance qui ne relevait pas toujours de la dévotion des fidèles et qui montre aussi que les petits peuples avaient parfois la mémoire longue. Il faut pour cela revenir au « traumatisme » de 16025. Le 27 août 1601, une bulle du pape Clément VIII autorisa le transfert de résidence de l’évêque et du chapitre d’Elne à Perpignan. La perte de la résidence épiscopale représentait pour Elne une perte de prestige. Elle perdait son statut de ville épiscopale et craignait d’être privée aussi de son statut honorifique de cité. Les incidents s’étaient alors multipliés. Dès le 14 juin 1602, la communauté de prêtres avait refusé de livrer divers registres et archives au commissaire et exécuteur apostolique. Cela n’empêchera pas les cérémonies de commencer le vendredi 28 juin 1602. Quand le dimanche 30 juin, à 3 heures du matin, la procession s’ébranla vers Perpignan, le chroniqueur d’Elne (le notaire Casadamont) souligna les pleurs des habitants d’Elne, « molt escandalizats y spantats »6 de la désolation dans laquelle était la cathédrale après le départ des ornements, « que apart que sia stat un sacho de Anvers »7... expression qui résume le sentiment qu’a éprouvé à ce moment-là la population : celle d’un pillage.

4Dès 1602 un procès fut porté devant la Rote à Rome par la communauté des prêtres. Le conflit se prolongea. En 1604, les archives de la communauté d’Elne n’ayant pu encore être forcées, l’officialité d’Elne dut procéder à des arrestations. Les laïques s’attroupèrent dangereusement. L’emprisonnement des clercs réfractaires déstabilisa la ville. En 1606, le service divin fut suspendu. Le boursier était en fuite, d’autres clercs furent emprisonnés. Des bénéficiers durent se réfugier en France et mendier. C’est le roi qui obtint de les faire revenir. On retiendra que les habitants d’Elne se plaignirent très tôt d’un grand abandon de l’église dont la gestion de la fabrique, en tant que cathédrale, resta au chapitre d’Elne transféré à Perpignan. Derrière ces récriminations se dessine plus généralement l’hostilité manifeste des habitants d’Elne pour les « hauts de Perpignan ». Ces conflits prirent une virulence particulière au XVIIIe siècle.

II. L’affaire de l’autel de la cathédrale

  • 8 Antoine Boivin de Vaurouy (1721-1722) a été nommé évêque le 22 mai 1721.

5Une affaire concernant l’autel de la cathédrale intervient en 1721 à un moment de vacance de l’évêché8, après la mort de monseigneur de Flamenville. Les consuls d’Elne accusèrent le chapitre d’avoir dépouillé l’autel de la cathédrale.

  • 9 G 110.

6Voici d’abord ce que rapportent les chanoines9 : « (Cet autel) n’était autre chose qu’une planche haute de trois pieds et 7 pouces, large de 9 pieds 3 pouces, couverte de lames d’argent d’une architecture gothique. C’était un monument du XIVe siècle..., ce tabernacle était si terni qu’il n’avait guère plus d’éclat que s’il eut été en plomb ; les lames, figures et pilastres, étaient en très mauvais état et en danger d’être volé. Le chapitre les a fait arracher et a destiné leur valeur à la construction d’un autel à colonnes de marbre qui sera aussi magnifique et plus apparent que celui qu’on vient de détruire ». Pour le chapitre, « il était nécessaire de changer le tabernacle d’Elne en un autre aussi beau et moins sujet à être volé ». C’est à la suite de cette expertise qu’on constata qu’il n’était pas réparable et qu’on décida de le changer par « un autel à colonnes de marbre dans le goût de ceux de Saint-Germain-des-Prés et du Val-de-Grâce ». Les pièces d’argent furent portées à l’hôtel des monnaies et on en a tiré quelques 10 491 livres. Le chapitre dit qu’il « avait seul le droit et le pouvoir de changer le tabernacle de l’église d’Elne » parce que si l’administration des simples églises est confiée à des marguilliers « tirés des différents états qui composent la société... il n’en est pas de même des églises cathédrales, elles ne sont construites que pour être le siège de l’évêché et du chapitre, ils en sont les seuls administrateurs ». Le chapitre est ainsi « seigneur principal de cette cathédrale selon une bulle de Martin IV de 1430 qui donne au chapitre d’Elne les droits sur la fabrique d’Elne ». Donc, « tant que le siège épiscopal a été à Elne, le chapitre a géré la fabrique de l’église par le recours d’un prébendier qu’il établissait tous les ans et qui s’appelait procureur de la fabrique, procurator fabrice. Lorsque le siège épiscopal fut transféré à Perpignan, le chapitre par une transaction chargea les prêtres qui restèrent à Elne de nommer tous les ans un procureur pour la fabrique dont les comptes seraient arrêtés par le chapitre ». Jean Gaven, premier consul d’Elne, fut accusé par le chapitre d’avoir « soulevé ses collègues et une partie du peuple » contre le chapitre.

  • 10 54Edt 4.

7À Elne, la version des faits est sensiblement différente10. Jean Gaven, le premier consul, prit la parole devant le conseil de la ville le 16 août 1721. Il affirma que les chanoines Dominique de Cahors, Jacques Donat et Jean Lanta « se seraient transportés en une heure indue en ladite église cathédrale et auraient défait et arraché le devant du tabernacle du maître autel de ladite église qui était d’argent massif et doré ; et ensuite les dit Dominique de Cahors, Jacques Donat et Jean Lanta auraient enlevé toute l’argenterie et l’auraient transporté à Perpignan [...] c’est un attentat qui demande non seulement une attention consulaire, mais encore de tous les gens de la présente cité, puisque ayant enlevé toute l’argenterie qui faisait le riche ornement dudit maître autel, ils ont laissé dans l’oubli perpétuel la mémoire du Comte et prince souverain dudit Comté du Roussillon qui en avait fait un don à l’église et l’avait consacré à Dieu pour marquer sa piété et pour éterniser sa dite mémoire. Ayant ainsi de cette manière laissé le maître autel nu et dépouillé de son riche ornement et les habitants de cette ville dans une telle consternation qu’il ne peut retracer dans leur mémoire le souvenir d’un tel attentat qu’avec une très grande et très vive douleur et affliction. Et quoique l’on nous ait dit que le chapitre prétende être le maître de ladite église et qu’ainsi il avait le droit d’enlever ledit maître autel ou l’argenterie qui était affichée au devant d’iceluy en différentes figures de saints, le tout doré pesant nous l’avons appris plus de 300 marcs d’argent, néanmoins nous osons soutenir qu’ils n’ont eu aucun droit de toucher en aucune manière au dit maître autel [...] leur droit dans ladite église ne pouvant s’étendre qu’à la (illisible) économique et nullement aux choses consacrées du culte divin comme était ledit maître autel ». La ville réclamait la restitution et la remise en place du maître autel. Ce qui ne sera pas fait. On retiendra ces attroupements inquiétants à cette occasion.

III. L’affaire de la casa curial et du curé d’Alabert

  • 11 54Edt 4.

8Au cours des mêmes années un autre conflit se développa avec le recteur au sujet de l’entretien de la casa curial qui revenait aux habitants. Dès 1697 commence l’affaire du curé Alabert11. En juin 1700, une plainte fut portée devant l’officialité de Narbonne par la ville. Le 4 décembre 1700, elle intenta un procès contre Bernat d’Alabert, prêtre et curé d’Elne, devant la commission in partibus de Rome. En 1702, cette plainte contre Alabert fut portée aussi devant l’évêque de Carcassonne pour continuer le procès en cour de Rome. En 1712, un arrêt du Conseil souverain obligea la communauté d’Elne à donner la maison curiale au curé Alabert.

9La réaction des édiles ne se fit pas attendre. Le 14 septembre 1712, le consul Michel Olivier majeur prit la parole devant ses administrés et dénonça « les scandales continuels que Dom Bernat Alabert et (un autre) hebdomadier curé de l’église cathédrale de la présente cité d’Elne donnent, tant dans ladite église que hors d’icelle, en refusant à plusieurs les sacrements de l’Église, sans cause ni raison et insultant aux autres, tant ecclésiastiques qu’aux séculiers, en leur disant des paroles indignes de son caractère et quand on a voulu leur représenter avec toute douceur la méchante manière de procéder, il les a menacés de leur faire un procès. Les personnes suivantes disent même qu’il enseigne une doctrine erronée ce qui est assuré dans ladite église lorsqu’il a par différentes fois tiré l’image de la T. S. Vierge Marie du milieu de la (illisible) du maître autel derrière le crucifix où de tout temps a été accoutumé d’être mise [et cela] nous pourrait donner lieu de croire qu’il est suspect d’hérésie. Enfin son esprit est toujours dans une continuelle agitation et il a fait des impostures dignes d’une punition exemplaire et particulièrement aujourd’hui, lorsque nous étions en corps à l’église de Saint-Jacques, accompagnés de messieurs les bayles, où était la plus grande partie du peuple pour entendre l’office que tous les ans, en pareil jour (Santa Creu) ladite communauté tient accoutumée de dire en ladite église. Le Sor Alabert qui a représenté au peuple que dimanche dernier (un prêtre) se serait manqué quand il dit au prône que aujourd’hui, était jeune des 4 temps, il en a même parlé tant ouvertement contre un prêtre de ses confrères et avec tant de malice et passion que cela nous a si fortement escandalizé et à Messieurs les prêtres et à tout le peuple qui était assemblé ».

  • 12 1C 1316.

10Quelques bizarreries ne constituent pas une hérésie. Le consul cherche à prouver maladroitement le jansénisme d’Alabert. Il ajoute que lui et les paroissiens présents avaient été sur le point de quitter l’église si le père Roujon qui venait d’être insulté « ne les avait retenus par sa douceur ». Le consul signale encore « l’humeur bizarre » du dit Alabert « qui a dit publiquement qu’il enterrerait la plupart des habitants de la cité à la voirie ». Le conseil décide de porter plainte à l’évêque, au gouverneur, à l’intendant et au Premier président du Conseil souverain, « pour le faire sortir d’ici ». Voici pour la partie illibérienne de l’affaire Alabert. Le fonds de l’intendance nous en apprend davantage, montre que les plaintes des habitants d’Elne n’étaient pas sans fondement12.

11En 1714, deux curés de la ville sont relégués par ordre du roi. L’un d’eux fait l’objet d’une correspondance entre le chancelier Voisin et l’intendant. Le chancelier écrit à celui-ci : « Je le connais pour un homme de mauvaises mœurs et dangereux, je vous prie de nous informer bien exactement de la vérité des faits, de me marquer si le scandale est aussi public et aussi grand que le dit Monseigneur l’évêque et si vous jugerez qu’il y eut nécessité d’éloigner cet homme par ordre du roi ». Le 13 août 1714, « Sa Majesté étant bien informée de la mauvaise doctrine et mauvaise conduite de Bernard Alabert, un des deux curés d’Elne, sa majesté lui ordonne et enjoint expressément [...] à se rendre incessamment en la ville de Saint-Pol-de-Léon en Basse Bretagne, de laquelle sa majesté lui défend ensuite de sortir ». L’intendance et la chancellerie ont suivi un rapport sur l’affaire émanant de la communauté des prêtres d’Elne, se présentant sous la forme de témoignages bruts à charge contre d’Alabert.

  • 13 F. Bluche (dir.), Dictionnaire du grand siècle, Paris, Fayard, 1990.
  • 14 1C 1316, affaires ecclésiastiques. Le 26 juin 1715, l’abbé Loyard répond qu’Alabert toucherait 650 (...)

12Pourtant, à partir du 25 mars 1715, on s’inquiète en haut lieu de « la subsistance nécessaire du S. Alabert, relégué par ordre du roi » et peu pressé de rejoindre Saint-Pol-de-Léon. Le 4 mai 1715, le chancelier Voisin envoie à l’intendant une lettre de l’évêque d’Agen qui « témoigne que les infirmités de ce curé ne peuvent lui permettre sans danger de faire un si long voyage. Il paraît que Alabert serait aussi bien en exil à Agen qu’à Saint-Pol-de-Léon ». Le 16 mai, l’intendant conclut qu’il est « indifférent que Alabert soit en exil en Agenois ou en Bretagne, pourvu qu’il ne soit plus en Roussillon ! » Il semble alors que d’Alabert a bénéficié d’un bon réseau de relations. L’évêque d’Agen était alors François Hébert (1704‑1728), ancien supérieur du séminaire d’Alet et premier curé de Versailles de 1686 à 170413. Hébert accueillera donc Alabert à Agen et l’intendant devra demander à l’abbé Loyard, grand vicaire et archidiacre de la cathédrale d’Elne, une enquête afin qu’il touche quelque argent sous forme de pension prise sur son ancienne charge14. Il est des exils plus contraignants.

IV. Le tumulte du 28 juillet 1790

  • 15 54Edt 8.
  • 16 54Edt 8.

13Les ressentiments accumulés à Elne se manifesteront encore plus clairement au début de la Révolution15. Le 28 novembre 1789, devant la situation critique des finances et avec le « retard du payement des impositions royales que les habitants de cette ville négligent », les habitants d’Elne déclarent qu’ils paieront désormais l’impôt quand « ils verront avec plaisir le clergé et la noblesse payer ! » Crozat, premier consul, propose aussi ce jour-là de nommer deux commissaires, « pour informer l’assemblée nationale que le chef-lieu de la résidence du seigneur évêque et de son chapitre n’est que dans leur cathédrale, placée dans la cité d’Elne et non pas à Perpignan, comme le prétendent le même évêque et chapitre, qui porte même le nom d’évêque d’Elne et qui se sont séparés de cette église sans motif, sans raisons légales, seulement pour habiter une ville plus peuplée et plus fréquentée »16.

14Le 12 juillet 1790, l’Assemblée nationale adopte le texte définitif de la constitution civile du clergé. La relative facilitée qui marque les débuts de la Révolution à Elne va être troublée par un évènement dont on ne trouve paradoxalement aucun écho dans les archives municipales d’Elne. Il s’agit du « tumulte » du 28 juillet 1790 relaté dans la série Q (bien nationaux). Ce jour-là, les commissaires du directoire de district de Perpignan doivent procéder à l’inventaire de la cathédrale d’Elne.

  • 17 1Qp 461.

« L’an mile sept cens quatre vingt dix, 28 juillet, 9 heures du matin. Nous, Michel Vila-Homs et Dominique Boxo, commissaires du Directoire de district de Perpignan à l’effet de prendre l’inventaire des vieux titres et papiers des corps ecclésiastiques de la cité d’Elne, ayant été avertis par M. Georget maire et Joseph Cazals, officier municipal que le peuple s’était attroupé dans l’église pour s’opposer à la confection des dits inventaires et voulant prévenir toutes les suites fâcheuses qui pourraient en arriver, nous avons cru devoir suspendre nos opérations, sauf à les reprendre, s’il y a lieu ou à commettre la municipalité ; et à cet effet de quoi il a été dressé le présent procès verbal nous avons signé avec Monsieur le maire et l’officier municipal et Thibaut qui nous a servi de secrétaire et même Monsieur le chanoine Angles, régent du chapitre qui a du quitter l’église, crainte d’un événement fâcheux, le tocsin ayant sonné et des hommes armés de hache et de bâtons se trouvant aux environs de l’église et même dedans... et successivement le maire et l’officier municipal, ayant entendu le tocsin et instruit du tumulte qui régnait dans l’église, s’y sont rendus avec le S. Cazals pour pouvoir l’apaiser, mais le tumulte ayant continué, ils n’ont pu se rendre au bureau du S. Delhom, notaire où nous dressions notre procès verbal, à l’effet de le signer et nous nous sommes contentés de le faire signer, tant au S. Delhom, notaire puis à M. Angles et M. Bruguero et à Miquel et Joseph Carbonelle. Signé, Joseph Thibaut, secrétaire »17.

15Un deuxième procès-verbal relate à nouveau les évènements. Les deux commissaires chargés de dresser l’inventaire des territoires ecclésiastiques, des fabriques et des hôpitaux, finissent l’inventaire à Canet le 26 juillet à 11 heures. Ils partent le 27 juillet à 4 heures de l’après-midi vers Elne où ils arrivent à 7 heures du soir. Ils communiquent leur commission à la communauté des prêtres, au directeur et administrateur de l’hôpital, au maire et à Cazals et proposent d’établir l’inventaire le 28 juillet à 7 heures du matin. Le 28 juillet commence l’inventaire de l’hôpital avec Manquet, prêtre, et Delhom, notaire. Le curé Anglade, malade, fait porter par Manquet les livres de recettes de l’hôpital.

  • 18 1Qp 461.

16« Après cette opération, nous nous disposions à nous rendre à la cathédrale d’Elne, à l’effet de procéder à l’inventaire des titres, meubles et papiers du chapitre et communauté, soit de la fabrique et des confréries qui y sont attachées. Mais le S. Georget et le S. Casals, officier municipal, sachant que nous étions chez M. Delhom, notaire, sont venus pour nous dire que beaucoup de monde s’était attroupé, soit dehors, soit dans l’église pour s’opposer à force ouverte, à la confection de l’inventaire, étant armés avec des haches et des bâtons et que la vie de M. le chanoine Angles, régent du chapitre qui était à l’église pour préparer l’inventaire était en danger et que nous même n’étions pas en sûreté, nous priant de ne pas sortir ; que déjà le S. Georget nous avait dit à l’hôpital que plusieurs des reliques appartenaient à la commune et non au chapitre, ayant plusieurs observations à faire à cet égard ; que M. Angles, chanoine, est ensuite venu au bureau de M. Delhom et nous a également attesté qu’il y avait beaucoup de monde dans l’église armé de bâtons dit muchets et de haches dit picasous et qu’il avait couru le risque d’être arrêté, ayant échappé à la vigilance de ceux qui voulaient le retenir et gardaient les portes de l’église ; que le tocsin ayant alors sonné, le maire et le S. Casals, nous ont alors quittés pour se rendre, ont-ils dit, à l’église et calmer la fermentation des habitants ; qu’il est à croire qu’ils n’ont pu y parvenir puisque toutes les cloches ont continué de sonner le tocsin »18. Les commissaires se contentent donc de signer le procès verbal, sans eux et au moment où sa voiture se met en route, « Marguerite Parray, épouse d’un officier municipal a élevé la voix et a prononcé très distinctement, un bon cop de basto a l’un y a l’altre. Nous nous sommes contentés de lui dire qu’elle ne le ferait pas seule, elle a répondu à cela, par des signes et des gestes indécents et offensants. À Perpignan, le 28 juillet 1790 ».

  • 19 54Edt 8.

17L’affaire est assez sérieuse pour que le directoire du district qui examine les rapports décide de les porter à la connaissance du procureur du roi pour faire un procès aux « fauteurs de l’attroupement », « comme perturbateurs au repos public et réfractaires aux décrets de l’Assemblée nationale ». Un double du rapport est envoyé à l’Assemblée nationale et le Directoire prend les mesures nécessaires « pour avec l’aide de la force publique mettre les commissaires du district à même de procéder aux dits inventaires ». Pour cela, est donné ordre d’envoyer un « détachement de troupes de lignes et de gardes nationaux [...] à ladite cité d’Elne pour y faire prêter et renouveler par les officiers municipaux, notables et le corps de la commune, le serment civique et y protéger la confection des inventaires ». Les commissaires « jugeaient, par la crainte que leur a témoignée le maire d’Elne, qu’il n’y eut du sang répandu ». L’inventaire (qui ne figure pas dans ce dossier) est pris le 29 juillet 1790, « protégé par 150 hommes, moitié troupes de lignes, moitié gardes nationaux et par deux brigades de maréchaussée ». Le 28 juillet 1790, les archives municipales d’Elne ne notent rien19. L’inventaire du 29 juillet, encadré par 150 hommes de troupes, se serait déroulé dans le calme.

  • 20 54Edt 8.

18Il semble encore que la municipalité, échaudée et en porte-à-faux, ait pris des mesures coercitives contre les meneurs. Conséquence probable de l’échauffement des esprits, le 1er août 1790, un maçon d’Elne, Martin Bosch, tenta d’assassiner le maire Georget « d’un coup de pierre sur la tête », « et l’a renversé par terre après l’avoir accablé d’injures parce que celui-ci avec les municipaux, avait fait emprisonner le nommé Jacques Bosch, l’un de ses fils, durement atteint et convaincu d’avoir résisté à la loi et d’avoir été l’instigateur et chef d’émeute en appelant aux armes tous les citoyens pendant la nuit »20. L’origine sociale du meneur, Jacques Bosch, le fils d’un maçon, laisse clairement à penser que ce sont les groupes populaires qui ont mené l’émeute du 28 juillet. Paradoxe d’un acte qui passe pour contre-révolutionnaire, mais est révolutionnaire dans le sens où la véritable révolution à Elne, selon l’étymologie du mot, aurait été le retour de l’évêque et la restitution de l’église à ses habitants.

  • 21 1Qp 560 et 54Edt 8.
  • 22 1Qp 560.
  • 23 1Qp 461.
  • 24 1Qp 491.

19La vente des biens nationaux sera l’occasion ensuite l’objet de bonnes affaires. Seuls les notables ou riches pagès pourront participer à ce gigantesque transfert de propriété sur des biens relativement dégradés faute d’entretien depuis le début de la Révolution. Le 29 mai 1791, on organise la vente aux enchères publiques des meubles et effets des capucins. Le 22 juin 1791, le maire faisait état de fractures des serrures et de pillage21. Le 4 août 1791, Bisse, procureur de la commune écrit au procureur syndic du district pour faire part « de dommages qu’on cautionne tous les jours, des fêtes dans les Capucins qu’on continue toujours de briser et même on s’emporte fenêtres, porte et les (illisible) et que si on ne fait pas fermer les portes dans quelques jours, on aura porté un dommage considérable ». Le 13 mars 1792, Thomas Courp, procureur de la commune d’Elne, s’engage à acheter « le couvent des cy devant Capucins avec toutes ses appartenances et dépendances sises à la ville d’Elne confronté à l’orient et septentrion le courroir de la muraille, mydi l’Hospital du dit Elne et occident le pr. Thomas Carrere »22. Enfin, le 3 mars 1791, d’anciens officiers municipaux sont accusés d’abuser de la confiance publique en procédant à l’adjudication de la métairie des prêtres d’Elne ou mas des Capellans. Le 31 décembre 1790, les officiers municipaux qui se sont transportés aux Capellans pour évaluer les dégâts, constatent que les battants des fenêtres des cortals à laine et à cochon sont emportés, les murettes effondrées et les agouilles comblées23. Paul Cavaillé, crieur public confirme le trucage des enchères. Les ex-municipaux se défendent. Sabri, pagès d’Argelès, avoue l’existence d’une société entre lui et Joseph Crozat, maire d’Elne. Joseph Crozat émigre après cette affaire. On trouve trace encore en février 179124 de l’achat de biens nationaux à Elne appartenant anciennement à l’évêché par Joseph Jonqueres pagès à Elne, Pierre Pares, François Rigaud, Vincent Comes...

20En 1793, Elne sera envahie par les Espagnols. La révolution des notables est alors finie. L’émeute du 28 juillet 1790 avec « haches et bâtons », pour défendre la cathédrale n’a fait que prolonger l’hostilité de la population de la ville à l’égard de la résidence de l’évêque et du chapitre à Perpignan en 1602. Acte contre-révolutionnaire, tourné vers le passé, ou véritable acte révolutionnaire marquant l’hostilité des « petits contre les gros » ? Autour de la cathédrale Saint-Eulalie s’est construit l’identité paradoxale d’une ancienne ville épiscopale présentant très précocement les signes de ce que l’on appellera peut-être plus tard, l’anticléricalisme.

Notes

1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 54Edt 2, en catalan, n’est plus consultable (très abimé). Il a été transcrit partiellement par R. de Lacvivier, Un registre des archives de la commune d’Elne (1597-1617), Perpignan, imprimerie catalane de J. Comet, 1912. Le registre suivant, 54Edt 3 (1681 à 1710), en catalan, passe au français en 1700. Les 5 autres registres (54Edt 4, 5, 6, 7, 8) permettent de suivre la vie municipale au XVIIIe siècle de 1711 à 1791 à l’exception des années 1773-1778.

2 54Edt 13, registre des messes pour 1780-1790.

3 G 54.

4 1C 1325, État actuel des couvents d’hommes du Roussillon l’année 1723 et pièces manuscrites des couvents 1C 1333 à 1C 1339.

5 Voir E. Rebardy-Julia, Un évêché entre deux mondes, Elne/Perpignan, Canet, Trabucaire, 2009, p. 277-296.

6 « Très scandalisés et effrayés ».

7 « Tel que l’on aurait dit le sac d’Anvers », 54Edt 2, d’après R. de Lacvivier, op. cit.

8 Antoine Boivin de Vaurouy (1721-1722) a été nommé évêque le 22 mai 1721.

9 G 110.

10 54Edt 4.

11 54Edt 4.

12 1C 1316.

13 F. Bluche (dir.), Dictionnaire du grand siècle, Paris, Fayard, 1990.

14 1C 1316, affaires ecclésiastiques. Le 26 juin 1715, l’abbé Loyard répond qu’Alabert toucherait 650 livres « s’il était sur les lieux » mais, frais déduits, il devra se contenter de 300.

15 54Edt 8.

16 54Edt 8.

17 1Qp 461.

18 1Qp 461.

19 54Edt 8.

20 54Edt 8.

21 1Qp 560 et 54Edt 8.

22 1Qp 560.

23 1Qp 461.

24 1Qp 491.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search