Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

« ... Que treballen per obs de família... » Rôle des clercs dans la construction matrimoniale et patrimoniale à l’époque moderne en Catalogne

Joan Peytaví-Deixona

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3E 1-3200. Toutes les références ci-après sont tirées de ce fonds d (...)

1Le 11 janvier 1608, Jaume Puig, négociant de Vilafranca de Conflent et Isabel Porcell, fille d’un pagès de Pià signent leurs capítols matrimonials, devant Joan Antoni Papí, notaire de Perpignan, en présence d’Honorat Porcell, chanoine, oncle paternel de la contractante, Anna Selva, veuve de Perpignan, l’aïeule maternelle et Joan, Carles et Antoni Selva, tous prêtres, oncles maternels de la future mariée1.

  • 2 3E 53-58.

2Le 14 avril 1641, le révérend Esteve Ricaut, natif de Vilallonga de la Salanca, prêtre de la communauté de Saint-Jean de Perpignan et économe de Montferrer, est témoin du contrat de mariage signé à Prats de Molló chez Blasi de la Trinxeria, entre sa nièce Paula Carda, originaire de la même localité salanquaise avec Joan Rondoní, honorable sastre et paraire du Tec, hameau de Prats : des époux éloignés de plus de 65 kilomètres que le clerc a plus que certainement rapprochés2.

  • 3 3E 1-4395.

3Le 13 avril 1652, Andreu Bosch, notaire à Perpignan, instrumente le contrat de mariage d’Honorat Sunyer, futur confrère et fils lui-même de notaire, avec Caterina Aymerich, fille de mercader : parmi les témoins on compte Franscisco et Bonaventura Pastor, prêtres à Cornellà de la Ribera, oncles maternels d’Honorat3.

  • 4 3E 22-101.

4Le 23 mai 1709, par-devant Francisco Diego, notaire à Perpignan, Josep Oliver, pagès de Vivers contracte mariage avec Francisca Gurgas, fille de Miquel Gurgas, pagès de Vilamulaca. Josep est accompagné de son oncle, Francesc Oliver, prêtre à Vivers, et de son beau-frère, Francesc Andreu, pagès a Vilamulaca ; Francisca est assistée de son frère Tomàs Gurgas, de son cousin Montserrat, et de l’épouse de celui-ci, Anna, enfin de son oncle, Nazari Gurgas, prêtre à Vilamulaca4.

  • 5 3E 19-714.

5Quand le 19 décembre 1763, le médecin de Pesillà de la Ribera, Josep Blad Destavila part épouser à Finestret Cecília Pilas Reinalt, on trouve parmi les témoins les oncles des deux futurs conjoints, ecclésiastiques, qui permettent certainement d’expliquer les 35 kilomètres de distance entre les deux localités, car un de ceux de Cecília, natif de Finestret, est titulaire d’un bénéfice à Pesillà5.

6La liste pourrait continuer pendant des pages et des pages. Il ne s’agit que de quelques exemples d’une configuration extrêmement classique pour l’acte de signature et de conclusion d’un contrat de mariage dans le comté de Roussillon pour la période moderne. Tous les cadres de fabrication de la famille y sont présents et pourraient être retrouvés dans bien des lieux de la géographie catalane en général et nord-catalane en particulier – sans voir de véritables différences de pratique sociale ni juridique entre nord et sud des Albères – et ce, pour l’ensemble des diverses couches socio-économiques de la population. Ils mettent surtout en présence et en évidence des personnes souvent essentielles pour cet acte incontournable de la perpétuation des familles et pour la reproduction bien peu laissée au hasard de la société. Je voudrais revenir dans le cadre spatial et temporel proposé par cette journée sur le rôle des clercs – au sens large de l’ensemble de la hiérarchie – dans la stratégie de construction et dans la fabrication des unions et donc de la famille.

7L’objectif est de mettre en évidence, avec l’aide de quelques approches et analyses archivistiques nouvelles, que le monde ecclésiastique travaille en réseau pour le bien et pour le meilleur de son propre clan. Les clercs, cellules terminales des nombreuses branches de l’arbre familial, œuvrent pour la perpétuation et l’ascension de la famille qui les a fait en grande partie devenir ce qu’ils sont. À ceci près que toute la hiérarchie sociale ne peut prétendre à la présence de religieux dans sa généalogie familiale.

  • 6 Il n’est pas lieu ici de choisir une trop longue liste de publications sur la question. Je rappelle (...)
  • 7 J. Peytaví-Deixona, La família nord-catalana. Matrimonis i patrimonis (s. XVI-XVIII) [La famille no (...)
  • 8 On peut y ajouter la volonté de mettre à la disposition d’un public francophone, certains écrits ré (...)

8La bibliographie sur le sujet est assez dense en bien des régions européennes6 et je l’ai moi-même à plusieurs reprises directement abordée7. Je profiterai donc de cette occasion pour renouveler ma réflexion et compléter par quelques recherches additionnelles les conclusions faites lors de ces publications8.

Les clercs, artisans de l’édifice familial, mais d’abord membres de leur clan

  • 9 Par exemple le séminaire organisé par le CRHiSM sur les notaires à l’université de Perpignan le 25 (...)

9Tout le monde connait les sources, les outils de la stratégie des unions dans un espace et un temps si particuliers, de la fin du Moyen Âge à la fin de l’époque moderne et au-delà pour un bon nombre de régions catalanes : cet outil ce sont les capítols matrimonials, les contrats de mariage, une traduction qui rabaisse d’ailleurs la portée des mots utilisés en catalan tant le poids et la longueur des clauses sont structurants dans la tradition catalane, héritière d’un long contractualisme juridique latin. Les contrats se comptent par dizaines de milliers dans les fonds d’archives notariales locales, une quantité qui en dit long sur la qualité et la pratique, la précision et l’essence de cet acte. Nous sommes ici dans un des endroits de plus grande production de ce type de documents en Europe. Les rencontres scientifiques organisées autour de ce thème montrent combien il reste toujours aussi fécond9.

10Les capítols matrimonials sont le traité d’alliance politique de deux familles, familles au sens large du terme, parents, parentèle, amis et alliés économiques. Il suffit d’ailleurs pour s’en rendre compte de lire la plus ou moins longue liste de témoins participant à la lecture et à la signature du document, y compris pour les contrats des catégories socio-économiques les plus pauvres ou pour ceux mettant en scène les très nombreux immigrants s’installant en Catalogne à l’époque.

  • 10 Cf. J. Peytaví-Deixona, « Les matrimoniers : les faiseurs de mariage », art. cit.

11C’est dans ce cadre-là qu’apparaissent les matrimoniers, les faiseurs ou fabricants de mariages, qui semblent écarter le hasard et le sentiment de la partie qui est engagée entre les deux conjoints ou plutôt leur famille respective pour y démontrer et y mettre en pratique l’intérêt des forces en présence10. Mais tout n’est pas que le fruit de la stricte lecture du contrat de mariage. Parmi ces matrimoniers, qui travaillent au mariage (« que treballen per obs de casament »), le clerc est un des personnages fondamentaux. Il est au cœur de l’arrangement en tant que caution morale – il l’est également et même davantage pour le testament – mais aussi en tant que parent d’un des deux conjoints et enfin, car il en sera l’officiant officiel qui souvent conclura par la célébration religieuse, de l’union définitive. Il est au commencement et au terme du processus de mariage.

  • 11 Le verbe catalan col. locar (placer) est souvent utilisé dans la terminologie des contrats.
  • 12 Cf. par exemple les unions Rondoní-Carda ou Blad-Pilas évoquées au début.
  • 13 Cf. J. Peytaví-Deixona, « Les matrimoniers : les faiseurs de mariage », art. cit.
  • 14 Ibid., p. 106.

12Ce qui est original dans l’activité matrimoniale déployée par les clercs, c’est le côté presque professionnel. D’une part, il est clair que ce rôle est généralement conjoncturel, mais le curé ou les bénéficiers jouissent d’une bonne vision du marché matrimonial. Ils sont dans le secret des familles, ils « placent »11 leurs parents veufs, leurs frères, leurs sœurs, leurs neveux ou nièces, etc., grâce à la connaissance profonde des populations et dans une géographie parfois éloignée12. On sait qui est qui, on sait qui possède quoi, ce que ne savent pas toujours les familles entre elles, même si elles ont en leur sein leurs propres matrimoniers, qui comme on le verra restent majoritaires dans le processus amenant au contrat13. Cette implication est d’autant plus centrale que, depuis le XIIe siècle, l’Église a renforcé son contrôle sur le mariage, en mettant l’accent sur l’exogamie et l’indissolubilité. Résultat, les clercs sont souvent l’âme du mariage et le scripteur officiel en arrive parfois même à le coucher sur le papier. On trouve un clerc qui est décrit dans la rédaction de l’acte comme « qui és estat l’ànima del contracte de dits capítols »14.

  • 15 Id., Antroponímia, poblament i immigració a la Catalunya moderna. L’exemple dels comtats de Rossell (...)

13D’autre part, on ne peut pas non plus passer sous silence le rôle de père-fondateur qu’ils jouent dans la venue de migrants. Un certain nombre de familles catalanes modernes ont comme élément déclencheur de leur la venue de clercs (occitans) entre le XVe siècle et le XIXe siècle pour occuper des cures ou des bénéfices laissés vacants par les religieux autochtones, disparus lors des fréquentes épidémies ou les guerres récurrentes15. Ce phénomène existait déjà durant la période médiévale du nord vers le sud des Pyrénées, mais qui s’est accentué par un contexte démographique défavorable à partir du XIVe siècle.

14Cela étant, une analyse statistique de la présence des ecclésiastiques parmi les témoins des contrats de mariage démontre certes leur importance dans l’œuvre de l’union, mais aussi la nécessité de nuancer cette situation selon les catégories sociales. On se rend compte que cette présence est nettement plus explicable par leur relation familiale que par leur relation spirituelle, ce qui conforte l’idée qu’ils usent de leur position « professionnelle » davantage au profit de leur clan que pour celui de l’union. Ceci signifie que grâce à une lecture quantitative des contrats à travers les temps modernes, les clercs ne sont présents que dans bien moins de 10 % des actes passés et que bien souvent ils sont partie prenante personnellement pour fabriquer le mariage. Une attitude qui ne tient pas de l’altruisme ni même d’ailleurs de l’entremise inhérente à leur statut : les clercs se servent de leur position dans la société, dans leur géographie de desservant, pour leur propre groupe. Leur milieu définit et traduit leur action ; ainsi ils sont plus nombreux à intervenir dans les groupes sociaux médians et élevés que dans le bas peuple, car ils en sont majoritairement issus.

Présence de religieux comme témoins dans les contrats de mariage (mil. XVIe -mil. XVIIIe siècles)

Présence de religieux comme témoins dans les contrats de mariage (mil. XVIe -mil. XVIIIe siècles)

15Les résultats sont identiques par siècle : pour les quatre notaires de la fin du XVIe siècle, on trouve une moyenne de présence des clercs dans 6,86 % des contrats, pour les quatorze du XVIIe siècle, 6,90 % des contrats et 6,50 % pour les six notaires dépouillés dans le premier tiers du XVIIIe siècle. Ces chiffres somme toute réduits montrent également qu’il n’y a pas forcément de différence entre les actes passés en ville et à la campagne : il faut dire que la division est extrêmement ténue pour ne pas dire saugrenue dans le contexte nord-catalan moderne. Une analyse plus fine des contractants et des intervenants lors de la formalisation du document permet de voir encore une fois que la strate sociale détermine la constance plus ou moins importante du clerc : les familles les plus aisées connaissent une assistance plus prégnante de ces personnages, car ils sont membres éminents du clan et artisans premiers de l’ouvrage.

Les clercs, mémoire de leur action familiale

16Depuis plusieurs années, j’ai développé mon étude de la famille dans le nord de la Catalogne moderne par le biais de la source, extraordinaire, mais complexe qu’est le livre de mémoire ou de raison. Il est vrai que la « mémorialistique » a abondamment été utilisée pour renouveler ou compléter d’autres données dans ledit contexte.

  • 16 Une partie des Mémoires de Saint-Jacques a été publiée par A. Simon i Tarrés, P. Vila, Cròniques de (...)
  • 17 Cf. supra, note 7.

17Les communautés ou les individus qui font partie du clergé sont des rédacteurs « immémoriaux » de chroniques et autres écrits de mémoire. On peut citer en Roussillon les mémoires de la communauté de Saint-Jean ou de Saint-Jacques de Perpignan16, qui sont de véritables chefs-d’œuvre de détails sur les événements de la ville moderne ; on peut rajouter les livres inédits des clarisses ou des capucins. Ceci étant, le contexte largement divulgué aujourd’hui du foisonnement de la production d’écrits du for privé dans la Catalogne moderne a permis de mettre en évidence des sources directement en prise avec la casuistique brièvement développée ici. J’ai largement traité du thème dans les articles précités17. Je souhaiterais seulement souligner le fait que le problème de la langue est souvent à la base de la méconnaissance de ces sources pour les historiens locaux. En effet, les archives en catalan, majoritaires pour les XVIe et XVIIe siècles, rendent parfois l’accès difficile aux chercheurs non-catalanophones et il est grand temps de faire connaître ces sources par leur traduction. Par exemple, les livres de la vie quotidienne de mossèn Honorat Ciuró renseignent, définitivement, par leur précision, sur la manière de faire un mariage au XVIIe siècle dans le monde paysan. La vie familiale y est même décrite dans son intimité, le prêtre a accès mieux que quiconque à cet intérieur des maisons – et même parfois des cœurs – et le résultat est beaucoup plus probant et décisif que n’importe quelles analyses statistiques, quantitatives ou qualitatives, de n’importe quels fonds d’archives.

  • 18 Honorat Ciuró, Camins traçats. Le titre complet est Llibre intitulat, Camins traçats, per hont podr (...)

18Malgré le passage nécessaire au crible de la critique documentaire, le contrat de mariage des sœurs du révérend Ciuró en 1638 et 1644 respectivement que décrit par le menu notre mémorialiste, sont des chefs-d’œuvre en la matière. En voici le texte original et sa traduction. Le début décrit succinctement le contenu intéressant la famille du contrat établi entre Andreu Boscà, de Bulaternera avec Maria Ciuró, de Cameles, sœur de l’auteur en 1638. Puis suit la longue et délicieuse narration de la fabrication et célébration de l’union de Pau Manera, honorable pagès de Ceret avec une autre sœur d’Honorat Ciuró, Margarida, en février 164418.

Texte original en catalan

Capítols matrimonials de Maria Ciurona filla de Miquel Ciuró

Dot de Maria Ciurona a Andreu Boschà. 800 ll.

19Maria Ciurona filla llegítima y natural de Miquel Ciuró quòndam pagès del lloch de Camelas y de Joana Anna segona y última moller sua també defuncta fonch col·locada en matrimoni ab Andreu Boschà de la vila de Bula Terranera de professió pagès y casa de las més principals de Bula si·bé aderrarida & ab dot de vuit centas lliuras moneda de Rosselló ço.és dos centas que.ne tenia de Miquel Ciuró son para “ut” [en blanc] dos centas que li·n donà lo Reverent Antoni Ciuró rector de la Bastida del Vallespir son germà, y quatra centas Pera Ciuró hereter son germà.

201638.

21Consta la veritat en poder de m° Francisco Puiol notari públich de la vila de Toïr als [en blanc] de abril any de la nativitat del Senyor mil sis cents trenta vuit.

Capítols matrimonials de Margarida Ciurona filla de Pera Ciuró de Camelas y Catarina moller sua.

22Margarida Ciurona filla llegítima y natural de Pera Ciuró pagès del lloch de Camelas y de Catarina moller sua tots vivint fonch col·locada en matrimoni ab lo Honorable Pau Manera viudo de tres mollers de ædat de 40 anys pagès de professió natural de la vila de Ceret hont tenia sa habitatió y era dels més principals de dita vila qui en temps de·las tribulations ab los castellans fonch elegit per capità de una de las quatra companyas tenia la vila y se trobà(à) en la vila de Illa ab lo siti y bateria desl castellans lo any [en blanc] ab sa companya hont anà per socorro &.

Dot de Maria Ciurona. 800 ll. | 1644.

23Va.li donar per dot son para vuit centes lliuras moneda de Rosselló, vestit donsellí, cofra, y manto. Dos centas en comptar lo dia del desposori quatra centas per la festa de Sant Miquel primer vinent las dos centas restants per la festa de Sant Miquel a un any consta està veritat en poder de m° Josep Ferrer notari de la vila de Ceret als sis de mars any mil cis cents coranta quatra.

24Principi del casament de dita Margarida Ciurona per·a intel·ligència se a de notar que trobant se en Camelas lo dia de·la festa maior que era als vint y hu de gener dia de.Sant Fructuós en casa Pera Ciuró mon germà Lluís Garau de Maurallàs nòstron cosí (per ser casat ab una cosina germana carnal) que isqué del mas d.en Hoer de Forques y Steva Joan Camps volguéran los anar a vèurer y en particular lo cosí Lluís Garau volgué, o, prometés (o·m·o prometí) que ell me enviaria lo seu matxo lo fi principal de la promesa fonch per tenir ocasió de mallevar música de “Beata Maria” a Steva Joan Camps en particular “Tota Pulchra es” a \nou/ de Riquet y “Viste te Gil” a vuit per cantar a·la festa vinent de Nostra Senyora de la Conceptió en Camelas. Lo dimecras als deu \de fabrer/ y primer de quaresma me envià lo matxo hont vaig anar y fui rebut ab molta alegria. Lo dijous als onsa vaig anar a Ceret per vèurer al músich Esteva Joan Camps a·fi de portar las lletras, o, villancicos de “Beata Maria” me rebé ab molta voluntat y me féu donar en sa casa. Lo divendras a·la tarda cantant “Miserere” a.cant d·orga me féu cantar un tipla a falset de uns sensillos y lo més alt.

25Lo dijous a·la tarda, o, nit dormint ab m° Pera Gatonas rector del Vilar molt amich y un poch parent demanant me (estant ja en lo llit) de las minyonas y si Margarida era casada, y responent li que no. Vaig li dir si sabia cosa que convingués me digué que no sabia sinó los fills de m° Mas (que entench era lo més rich de Ceret) jo li responguí que aqueixos éran gran senyors (encara que de professió pagesos) y tenían los pensaments molt alts. Ab dit arraonament nos adormirem los dos. Lo endemà dinat los dos me digué “jo he feta reflexió ab lo que Vostra Mercè me digué en orde a.casar na Margarida y mai advertí ab un gran amich tinch viudo, natural d·esta vila pagès de professió que necessariàment se té de casar y és dels més vistosos de la vila y si la minyona no és massa jova ho tinch per fet que lo nom del qual és Pau Manera”. Jo li responguí que la minyona tenia alguns vint anys però que era apersonada y alta y bona dispositió y que si pretenia casar per interès no tenia que cansar·se. Oïdas estas rahons luego en acabar de dinar anà(à) a trobar al dit Pau Manera comptà li \lo/ que passava y sabé li tant ben dir que li deixà lo casament en sas mans que fes lo que li aparexeria y que ho encomanàssan a Déu. Se ha de advertir que ni jo ni mon germà havíam tractat al dit Manera ni·l conexien com tampoch ell a nosaltres. Luego me tornà la resposta ab molta alegria jo me·n vaig molt alegrar per vèurer que la cosa tenia bon principi y me aparexia ser obra del cel. Jo també aprés de Déu Nostre Senyor y de Maria Sanctíssima ho deixí en mans del dit m° Pera Gatonas com a tan amich de casa y parent y qu·em digués sensillament lo que sentia. Quant a la ædat me digué se acostava de trenta vuit anys, o, més quant al ser de la persona dels més principals y entesos de la vila que de contínuo estava ab càrrech y que era molt ben acondicionat quant a·la hasienda, tenia molt bé que passar y que tenia en Ceret dos casas, camps olivedas, vinya, orts, y en Elna, y Sant Sabrià tenia terras, y al Boló dos olivedas. Lo siti de·la vila bo la comunitat bona lo studi bo. Totas circunstàntias bonas però que tenia un minyó y una minyoneta de·la última moller però que per·a tots abastaria.

26Oïdas estas cosas diguí al dit Gatonas “és menester pus só assí qu·em vàlega de·la ocasió y que fassa lo que mon germà auria de fer ço.és informar me del gènerer y hasienda” y també advertí al dit Gatonas “convé saber si est homo en los capítols de la última moller y primeras féu donatió als primers nats que en tal cas no.s passàs més avant”. Digué ho al dit Manera y ell li respongué que advertia molt bé y que estàs descansat que no havia feta donatió per ningun cas que li donaria los capítols excepto los últims y que no·ls havia trets però que li donaria lo any y dia que·u miràs en presèntia mia que ell pagaria lo gasto éran en casa m° Ferrer hont anàrem los dos y encontinent los trobà lo notari y fonch de·la manera havia dit lo dit Pau Manera. D·estas cosas col·legí(ì) jo anava molta sensillesa y veritat. Havent me confirmat alguns de Ceret lo que m° Pera Gatonas me havia dit a·cerca de·la persona y béns de Pau Manera jo li diguí que concertàssem lo dia voldria venir a Camelas per estar previnguts (que ell se reservà que volia parlar ab la donsella). +

27Lo dia concertàrem vingueren Pau Manera, Pau Boneu sabater y m° Pera Gatonas arribats a casa que \era/ lo diumenge als vint y hu feta la deguda cortesia tractaren devés lo castell en absèntia mia dels interessos a·la tarda volent Pau Manera parlar ab Margarida entrà a·la cambra de Nostra Senyora de·la Conceptió hont era la donsella ab sa mara digué li lo que Nostre Senyor li inspirà ab breus paraulas que luego isquéran a·la nit dormint tots en dita cambra ço.és tots los forasters y jo com vaig apagar lo llum aprés de donada la bona nit a tots respongué Pau Manera “la tinga Vostra Mercè senyor oncle ab la companya” de que vaig restar molt admirat que no pensava lo negoci estàs tan avant. Lo endemà estant tots contents del bon succés mon germà volgué quinsa dias de temps per poder fer lo vestit y entretant Pau Manera tenia de haver llicència closa y portar la y juntament notari y fer los capítols y luego desposar se y de.prompta a Ceret. Salta la història a·la pàgina [en blanc]. + Nota que feta la negotiatió en Ceret vaig tornar a Maurallàs y comptí al cosí Lluís Garau lo que passava de què se alegrà moltíssim per tenir molt bona notítia de ell féu me estar en casa sua alguns dias o per assistir a un cantar féu (com tenia de costum quiscun any) y en dits dias copiý lo villancico “Viste te Gil” “de Beata Maria”.

28Lo dijous als 18 de·dit mes me·n volguí anar que fonch aprés de·la vinguda de Elna, o, per dir millor aprés lo cosí Garau fonch vingut de Elna que aposta era anat per saber si era veritat que dit Manera y tingués possessions fonch molta veritat y li diguéran valia a·la ralla de tres mill lliuras ab lo de Sant Sabrià. Sabuda esta nova vaig me·n anar lo dijous com tinch dit no obstant molt mal dia de tramontana forta molt freda y rufacas contra voluntat del Senyor rector, del predicador de la quaresma, y del cosí Garau però se aderí vent que era negoti convenient. Arribat a Camelas sent Na Margarida a·la cambra de Nostra Senyora vaig li dir estas formals paraulas “fes te compta Margarida qu·et porto mix casada” y ella com de si (gràtias al Senyor) fos molt honesta y vergonyosa tota se encollí y espantà però després dit lo que passava a ella y sos pares ne restaren molt contents dexant ho en mà de Déu Nostre Senyor. Solament se reservaren los aparexia convenient jo me informàs ab lo Reverent Francisco Badia rector de Llupià natural de Ceret y molt amich de casa hont fui jo y de tot me donà molt bona relatió y que·u tenia per cosa molt acertada. Gràtias al bon Jesús. Tornant al fil de·la història se ha de anar a·la pàgina precedent que comença “lo dia que concertaren &”.

29Dissapta als sinch de mars any susdit puiý des·de Toïr a Camelas ab Fructuós Ciuró nebot per assistir al desposori de Margarida ma neboda ab Pau Manera de Ceret. També arribà luego m° Miquel Camps de Rodès y Elisabet Fabra de Saürla oncla y tia de dita Margarida. Després a·la tarda arribàran de·la vila de Ceret lo dit Pau Manera nebot esdevenidor, m° Pera Gatonas rector del Vilar y principal tractador amich y parent de una part y altra, Pau Boneu ab sa moller y Josep Boneu y Maria sa moller y nora del primer Pau Boneu per ser casat ab ella son fill, N. Armera(Armèra) cosí del dit Manera y m° Josep Farrer notari també cosí de Pau Manera ab dos fadrins éran ab tots deu vuit de cavall. Ditas completas per ser de quaresma féran conl·latió teníam ansalada de llatugas, nous y pansas, pomas ab molta abundància de bunyetas y per haver alguns accedit en ellas de meniar·ne més del que sufria la bona col·latió. Dit lo psalm De·profundis ab lo baixó (sonat per mi) y la última resposta a.cant d·orga fonch de parer m° Josep Farrer notari que “in penam peccati” se tornàs dir fonch voluntat de tots se digué també absolta qual digué lo Senyor rector Gatonas. Mentras dèhian completas m° Josep Farrer començà a escríurer los capítols ab las clàusulas ditas en la pàgina 86. Lo vestit fonch lo seyent cos y saya de xamell xamellot negra fi que era stam y seda ab un ribet gran ampla al cos de vellut negra y gafet nou \de plata/ a·la saya. Las faldillas de saya de Roma +\+ ,o, crusets/ que era una stofa prima de stam y seda que era una stofa prima de color casi blanch y negra y morat las mànegas de domàs pardo. Ab ribet gran de vellut a·las faldillas.

30De·las vuit centas lliuras de dot morint la dita Margarida sens fills llegítims y naturals no podia diposar sinó de dos centas lliuras y que rebudas las vuit centas tenia de difinir a tots drets y actions de casa Pera Ciuró son para & de més vivent cent lliuras.

31Las joyas portà Pau Manera a Margarida & sposa sua esdevenidora fóran quatra anells de or quals li posà(à) en sa mà (estant en la torra) ab concentiment de son para y mara & estant molts presents a·bé no éran publicats los capítols també li donà clauer de plata nou y cadanilla per los rosaris ço.és dos cadenetas (sent donsella la portava sensilla) y una bolça molt bonica ab sinell, mitjas y sabatas y sineldas ab cadena de or si·bé no era nova ni tampoch tota de or que en temps passat dexant la li·n robaren un tros totas estas cosas se entregàran en mans de la dita Margarida tenia li de haver altras joyas aqueixas éran per lo present.

32Dits capítols se publicaren lo endemà als 6 de mars en dia de diumenge al matí antes que jo digués missa estant en casa son para a·la cambra de Nostra Senyora sent presents los detràs mencionats y lo senyor rector de Camelas de nom Honorat Bret molt amich de casa. Lluís Jauma Cubri fill de Antich Cubri, Jauma Cubri fill de Lluís Cubri nostros oncles ço.és los paras Honorat Ciuró cosí, m° Miquel Borgat de Millàs prevere y nebot qui arribà(à) mentras se publicaren y mentras dinàvam Andreu Boscà(à) de Bula antes cunyat & publicats anaren a·la iglésia y antes de dir missa ab llicència del senyor rector los desposí. Dita missa luego dinàran y dinat partiren per Ceret casi tots los mencionats. Passàrem per alt arribàrem a Ceret prou tart ab salut gràtias al bon Jesús però molt mollats que antes de Sant Ferriol nos alcançà la pluia.

33Ceci peut être vérifié chez me Francisco Pujol notaire public de la ville de Thuir le [en blanc] avril de l’an de la nativité du Seigneur 1638.

Version française

Contrat de mariage de Maria Ciuró, fille de Miquel Ciuró

Dot de Maria Ciuró à Andreu Boschà. 800 l.

34Maria Ciurona fille légitime et naturelle de Miquel Ciuró défunt pagès du lieu de Camelas et de Joana Anna sa seconde et dernière épouse également défunte fut placée en mariage avec Andreu Boschà de la ville de Bulaternera de profession, pagès appartenant à l’une des principales maisons de Bula bien qu’en déclin, avec une dot de 800 livres roussillonnaises, à savoir 200 l. qu’elle tenait de son père “ut” [en blanc], 200 l. que lui donna le Révérend Antoni Ciuró, curé de la Bastide de Vallespir son frère et 400 l. que lui donna Pere Ciuró l’héritier [de la maison] son frère.

351638.

36Ceci peut être vérifié chez me Francisco Pujol notaire public de la ville de Thuir le [en blanc] avril de l’an de la nativité du Seigneur 1638.

Contrat de mariage de Margarida Ciuró fille de Pere Ciuró de Camelas et Caterina son épouse.

37Margarida Ciurona fille légitime et naturelle de Pere Ciuró pagès du lieu de Camelas et de Caterina son épouse tous vivants, fut placé en mariage avec l’Honorable Pau Manera veuf de trois épouses, âgé de 40 ans, pagès de profession, natif de la ville de Ceret on il avait sa résidence et qui était parmi les principales de ladite ville , qui à l’époque des épreuves avec les Castillans, fut élu capitaine d’une des quatre compagnies qu’il y avait dans la ville et qui alla secourir avec ladite compagnie la ville d’Ille, assiégée et sous le feu des Castillans l’an [en blanc].

Dot de Maria Ciurona. 800 l. | 1644.

38Son père lui a donné pour dot 800 livres roussillonnaises, un habit nuptial, un coffre et un manteau. 200 livres au comptant le jour du mariage, 400 livres le jour de la Saint-Michel (28 septembre) à venir et les 200 livres restantes pour la Saint-Michel un an plus tard, comme on peut le vérifier dans l’acte passé devant m° Josep Ferrer notaire de la ville de Ceret le 6 mars 1644.

39Origine du mariage de ladite Margarida Ciurona, qu’il faut connaître pour son enseignement, à savoir que, se trouvant à Camelas le jour de la fête du village le 21 janvier, jour de Saint-Fructueux, dans la maison de mon frère, Lluís Garau, de Maureillas notre cousin (car marié à une cousine germaine), issu du mas d’en Hoer de Fourques et Esteve Joan Camps, ceux-ci voulurent venir me trouver et en particulier le cousin Lluís Garau, [mon frère] promit (ou me promit) de m’envoyer le mulet, car mon intention première était bien d’emprunter de la musique de “Beata Maria” chantée par Esteve Joan Camps, en particulier “Tota Pulchra es” à neuf de Riquet et “Viste te Gil” à huit, que l’on pourrait faire chanter lors de la prochaine fête de la Conception à Camelas. Mercredi 10 février, premier jour de Carême, il me fit parvenir le mulet, j’y allai et je fus reçu avec grande allégresse. Le jeudi 11, j’allai à Ceret pour voir le musicien Esteve Joan Camps afin de lui porter la partition ou le villancico de “Beata Maria” et il me reçut avec bienveillance dans sa maison et m’y donna l’hospitalité. Le vendredi après-midi, nous avons chanté “Miserere” pour orgue, je chantai en fausset sur un ton très haut.

  • a El Vilar de Reiners, sur le territoire de Reiners/Reynés, paroisse indépendante, entre Ceret, Reyné (...)

40Le jeudi après-midi ou la nuit, pendant que je dormais chez m° Pere Gatonas curé du Vilara, mon grand ami et parent éloigné, celui-ci me demanda (j’étais déjà couché) des nouvelles de mes soeurs, si Margarida était mariée, je lui répondis que non. Je lui dis s’il avait des choses à me dire à ce sujet, il me dit que l’on pourrait penser aux fils de m° Mas (qui je crois était le plus riche de Ceret), je lui répondis que il s’agissait là de gens importants (bien que pagesos de leur état) et qu’ils devaient avoir des vues plus élevées. Sur ces paroles nous nous endormîmes tous les deux. Le lendemain, après avoir déjeuné ensemble, il me dit “j’ai réfléchi à ce que vous m’avez dit concernant le mariage de Margarida et j’ai pensé à un grand ami à moi, veuf, natif de cette ville, pagès de son état, qui cherche à se marier et qui est parmi les plus en vue de la ville ; d’ailleurs si la jeune fille est un peu âgée, la chose est entendue. Il s’appelle Pau Manera”. Je lui répondis que ma sœur avait autour de vingt ans, mais qu’elle était tout à fait femme, grande, et de bonne disposition et que s’il était intéressé par un mariage, qu’il ne cherchât plus. Ayant entendu mes paroles, il parti après le repas trouver ledit Pau Manera, à qui il expliqua notre discussion et il le fit si bien que celui-ci laissa entre ses mains le soin de finaliser l’affaire, à la bonté de Dieu. Il me faut souligner que ni moi ni mon frère n’avions jamais traité avec ledit Manera ni ne le connaissions, et inversement. Plus tard il revint, ravi, m’en conter la réponse qui me remplit de joie également, tant la chose se présentait bien et me semblait être œuvre du Seigneur. Moi aussi, après m’en être remis à Dieu Notre Seigneur et à la Très Sainte Vierge Marie, j’ai confié l’affaire à notre ami et parent m° Pere Gatonas, afin qu’il me donne tout simplement son avis. Concernant l’âge, il me dit que [Manera] s’approchait plus ou moins des trente-huit ans ; qu’il était parmi les mieux accommodés et sérieux de la ville, qu’il était continuellement élu de la communauté ; que son patrimoine était bien pourvu, et qu’il avait de quoi subsister, et qu’il avait deux maisons à Ceret, des champs, des oliveraies, de la vigne et des jardins, il avait également des terres à Elne, à Saint Cyprien, et deux oliveraies au Boulou. La position dans la ville, bonne, le bien commun bon, les études, bonnes. Tous ces événements convenaient, mais il avait un fils et une fille nés de sa dernière épouse mais dont il s’occuperait.

  • b La suite à la croix plus bas : je l’ai maintenu tel quel pour ne pas compliquer la pagination et l’ (...)

41Quand j’eus entendu ces choses, je dis audit Gatonas “il faut puisque je suis là que je profite de l’occasion et que je fasse ce que devrait faire mon frère, c’est-à-dire m’informer des biens ” et j’informai ledit Gatonas “il faut savoir si cet homme lors du dernier contrat de mariage et les précédents a fait donation aux premiers nés, auquel cas qu’on n’aille pas plus loin pour l’instant avant de savoir cela”. Il le rapporta audit Manera et celui-ci répondit qu’il comprenait très bien et que je ne m’inquiétasse pas, qu’il n’avait fait aucune donation d’aucune sorte, qu’il lui montrerait les contrats à l’exception du dernier, dont il n’avait pas copie, mais qu’il lui dirait où et quand il l’avait passé, afin qu’il le lût avec moi, qu’il en paierait les frais. Ils étaient conservés chez m° Ferrer où nous allâmes tous les deux et où nous trouvâmes tout de suite le notaire ; les contrats étaient tels que nous l’avait affirmé ledit Pau Manera. A la lecture des documents, je vis que tout était simple et véridique. Après quelques confirmations faites par des Cérétans concernant ce que m° Pere Gatonas m’avait dit au sujet de la personne et des biens de Pau Manera, je lui proposai de concerter un jour pour qu’il vînt à Camelas et que la famille soit prévenue (il se réserva le droit de parler avec la jeune fille). +b

42Le jour convenu, vinrent Pau Manera, Pau Boneu, cordonnier et me Pere Gatonas, qui arrivèrent à la maison le dimanche 21 [février] ; après les présentations de courtoisie, ils discutèrent des pactes, en mon absence, derrière le château. L’après-midi, Pau Manera voulut parler avec Margarida et il entra dans la chambre de la Vierge de la Conception où se trouvait la jeune fille avec sa mère, il lui parla brièvement selon l’inspiration de Notre Seigneur ; plus tard, pendant la nuit, il nous rapporta leur échange alors que nous dormions tous c’est-à-dire les invités, dans ladite chambre ; au moment où j’éteignais la lumière après avoir souhaiter bonne nuit à tous, Pau Manera répondit “Vous de même mon oncle et la compagnie aussi” sur quoi je restai agréablement surpris car je ne pensais pas que l’entreprise fût si avancée. Le lendemain, tous contents de la tournure des choses, mon frère demanda un délai de quinze jours afin de faire confectionner l’habit nuptial, de la même manière que Pau Manera devait obtenir licence et ensemble ils devaient voir le notaire, signer le contrat et ensuite se marier rapidement à Ceret. L’histoire continue à la page [en blanc] + Je voudrais souligner qu’après avoir fait la négociation à Ceret, je suis retourné à Maureillàs et je racontai tout à mon cousin Lluís Garau, cette nouvelle dont il était en partie responsable le remplit de joie ; il m’invita chez lui quelques jours pendant lesquels j’assistai à un récital de chant comme il avait coutume d’en faire chaque année, et ces jours-là, je recopiai le villancico “Viste te Gil” “de Beata Maria”.

43Le jeudi 18 dudit mois, je voulus partir, après l’arrivée de mon cousin en provenance d’Elne, ou pour être plus précis après que le cousin Garau fut arrivé d’Elne où il était allé expressément pour savoir si c’était bien vrai que ledit Manera y avait des possessions ; c’était effectivement vrai et il lui fut dit qu’elles atteignaient près de 3000 livres en y incluant celles de Saint Cyprien. Connaissant cette nouvelle, je partis le jeudi comme je l’ai dit plus haut, un jour de mauvais temps, de tramontane forte et froide accompagné de bourrasques de neige et ce contre la volonté de M. le curé, du prédicateur de Carême et du cousin Garau, mais il y consentit voyant qu’il valait mieux que je parte. Arrivé à Camelas et trouvant Margarida dans la chambre de la Vierge, je lui dis ces mots précis “tiens-toi pour dit Margarida que je t’ai déjà presque mariée” et elle, toute honnête et confuse (grâce à Dieu), se raidit et s’effraya, mais après que je lui expliquai de quoi il s’agissait ainsi qu’à ses parents, ils en furent ravis et en rendirent grâce au Seigneur. Ils ne firent qu’une observation, il leur semblait opportun que je m’enquisse auprès du révérend Francisco Badia curé de Llupià, natif de Ceret et grand ami de notre maison, ce que je fis et ce dernier me fit un bon exposé qu’il tenait pour sûr. Grâce soit rendue au bon Jésus. Revenant au fil de l’histoire, il faut reprendre à la page précédente qui débute “le jour convenu &”.

44Samedi 5 mars de l’an susdit, je montai de Thuir à Camelas avec Fructuós Ciuró mon neveu pour assister au mariage de ma nièrce Margarida avec Pau Manera de Ceret. Plus tard, arriva aussi me Miquel Camps de Rodès et Elisabet Fabra, de Sahorle, oncle et tante de ladite Margarida. Ensuite, l’après-midi, arrivèrent de la ville de Ceret ledit Pau Manera, mon futur neveu, me Pere Gatonas curé du Vilar et principal intervenant (tractador), ami et parent des deux parties, Pau Boneu et sa femme, Josep Boneu et Maria son épouse et belle-fille du premier Pau Boneu car elle était marié avec son fils, Armera, cousin dudit Manera et me Josep Farrer notaire également cousin de Pau Manera avec deux domestiques, l’ensemble comprenait dix personnes dont huit à cheval. Après que l’on eut dit les complètes puisque nous étions en temps de Carême, ils prirent une collation, à savoir une salade de laitues, noix, raisins secs et pommes accompagnée d’une abondance de bunyetes et certains en mangèrent outre mesure. Après avoir dit le Psaume De Profundis avec le basson (jouait par moi) et la dernière reprise en chant d’orgue, il fut d’avis de me Josep Farrer notaire demanda que in penam peccati l’on le répétât et selon la volonté de tous, on dit aussi une action de grâce, qui fut prononcée par le père Gatonas. Pendant que nous disions les complètes, me Josep Farrer commença à rédiger le contrat avec les clauses contenues à la page 86 [de cet écrit]. L’habit de corps et jupe était en camelot noir fin d’étamine et de soie avec un ourlet large sur la partie du corps en velours noir et un crochet neuf en argent sur la jupe. Les jupons de la jupe de Rome ou crusets qui était d’une étoffe fine d’étamine et de soie qui était une étoffe fine de couleur presque noir et blanc et violet, les manches damassées brun.

45Des 800 livres de dot, si ladite Margarida mourrait sans enfants légitimes et naturels, elle ne pourrait disposer que de 200 livres. Quant elle aurait reçu les 800 livres, elle devrait faire définition et cession de tous ses droits et actions provenant de Pere Ciuró son père et prévoir 100 livres pour son époux survivant.

46Des 800 livres de dot, si ladite Margarida mourrait sans enfants légitimes et naturels, elle ne pourrait disposer que de 200 livres. Quant elle aurait reçu les 800 livres, elle devrait faire définition et cession de tous ses droits et actions provenant de Pere Ciuró son père et prévoir 100 livres pour son époux survivant.

47Les bijoux que porta Pau Manera à Margarida sa future épouse furent quatre bagues en or qu’il lui remit en main propre (quand ils furent dans la maison de la tour) avec le consentement de ses père et mère et en présence de nombreuses personnes, bien que le contrat ne fût pas publié, il lui donna aussi un porte-clefs en argent, neuf, avec une chainette pour les rosaires, c’est-à-dire deux petites chaines (quand elle était jeune fille elle n’en portait qu’une) et une très joli bourse avec ceinture, des bas, des chaussures, des sineldas (?) avec chaine en or qui bien que n’étant pas neuve ni toute en or en d’autres temps lui fut volée en partie, toutes ces objets furent donnés comme présents à Margarida en attendant d’en recevoir d’autres à l’avenir.

  • c La précision du temps est due au fait que l’épouse d’Andreu Boscà, Maria Ciuró Cubri était morte de (...)

48Ledit contrat fut publié le dimanche 6 mars au matin, avant que je ne disse la messe, dans la maison de son père et dans la chambre de la Vierge en présence des personnes mentionnées plus haut et de M. le curé de Camelas, nommé Honorat Bret, grand ami de la maison, de Jaume Cubri, fils d’Antic Cubri, Jaume Cubri fils de Lluís Cubri, nos oncles, je veux dire les pères, d’Honorat Ciuró notre cousin, de me Miquel Borgat, de Millas, prêtre, mon neveu qui arriva pendant ladite publication et pendant que nous dînions arriva Andreu Boscà de Bouleternère qui fut mon beau-frèrec le contrat publié ils allèrent tous à l’église et avant de dire la messe avec l’autorisation de M. le curé, je les mariai. Plus tard après la messe, ils mangèrent et après mangé, quasiment tous les convives mentionnés partirent pour Ceret. Nous passâmes par le chemin du haut [des Aspres] et nous arrivâmes à Ceret assez tard sans encombre grâce à Dieu, mais bien mouillés car peu avant [l’ermitage de] Sant Ferriol nous fûmes rattrapés par la pluie.

  • 19 Cf. J. Peytaví-Deixona, « Fonts dietarístiques i estratègies matrimonials... », op. cit.

49Honorat Ciuró, malgré le témoignage assez peu commun dans ce genre de production écrite, n’est ni le premier ni le dernier à aborder le thème de la construction familiale. Un des objectifs de cette littérature est bien évidemment l’édification du temple familial et sa transmission patrimoniale à la lignée. Par exemple, le livre de raison du mas del Boix, de Prats de Molló (fin XVIIe -début XXe) a pour précédent la rédaction de notes ou de regestes sur le patrimoine familial de la famille Planes, propriétaire du mas et de ses terres : l’« ancêtre » Joan Boixeda, membre de la communauté ecclésiastique de la ville du Haut-Vallespir, compile à la fin du XVIIe siècle et au début de son livre de raison, les actes de propriétés et les actes familiaux qui vont très certainement donner à sa « descendance » (son petit-neveu, Josep Planes) l’idée de poursuivre le travail et de se mettre à rédiger une histoire élargie, intermittente, de la famille et du mas, entre le milieu du XVIIIe siècle et le tout début du XXe siècle. L’idée de rédaction, de recueil, de continuation de la mémoire d’une maison ou d’une famille, est forte sous la plume des clercs du clan19.

Une recherche complétée, mais toujours ouverte

50L’objectif premier de cette communication était de lister et remémorer l’intervention de la gent ecclésiastique dans le processus hautement central de la construction familiale à travers l’exemple du Roussillon moderne. Cet exemple peut être en grande partie généralisé à l’ensemble de la Catalogne, et ce malgré la division politique intervenue en 1659-1660. Le sujet n’est pas nouveau, il est ici seulement complété.

51On pourrait encore lui adjoindre le cas des notaires ecclésiastiques dans le cadre géographique de certaines régions dénuées de notaires civils, le curé faisant office de notaire. Et dans ce cadre-là ou celui parallèle à l’activité des notaires publics, il ne faut pas omettre le rôle concomitant ou complémentaire du clerc acteur du second acte fondateur de la famille, le testament.

Notes

1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3E 1-3200. Toutes les références ci-après sont tirées de ce fonds d’archives.

2 3E 53-58.

3 3E 1-4395.

4 3E 22-101.

5 3E 19-714.

6 Il n’est pas lieu ici de choisir une trop longue liste de publications sur la question. Je rappelle seulement et arbitrairement la publication récente de R. Ros Massana (dir.), Els capítols matrimonials. Una font per a la història local, Associació d’història rural de les comarques gironines-Centre d’història rural (Universitat de Girona), Biblioteca d’història rural, Col. Fonts 6, Gérone, 2010, 255 p.

7 J. Peytaví-Deixona, La família nord-catalana. Matrimonis i patrimonis (s. XVI-XVIII) [La famille nord-catalane. Mariages et patrimoines (XVIe-XVIIIe siècles)], Canet, Trabucaire, 1996, 187 p. ; Id., « La vie quotidienne à Terrats il y a 300 ans, 1680-1750. Essai d’utilisation historico-démographique des registres paroissiaux », Études Roussillonnaises, XVI, Canet, 1998, p. 71-100. ; Id., « Les matrimoniers : les faiseurs de mariage », Études Roussillonnaises, XVI, Canet, 1998, p. 101-110 (le travail qui se rapproche le plus de celui présenté ici en en complétant les données) ; Id., « Fonts dietarístiques i estratègies matrimonials al camp català modern » [Sources mémorialistiques et stratégies matrimoniales dans la campagne catalane moderne], Família pagesa i economia rural, VIIè Congrés sobre sistemes agraris, organització social i poder local, Alguaire-Lleida, 21-23.05.2009, J. Bolòs, A. Jarne i E. Vicedo (ed.), Diputació de Lleida/Institut d’Estudis Ilerdencs, Lleida, 2010, p. 357-381.

8 On peut y ajouter la volonté de mettre à la disposition d’un public francophone, certains écrits rédigés en catalan.

9 Par exemple le séminaire organisé par le CRHiSM sur les notaires à l’université de Perpignan le 25 mai 2012 ainsi que celui strictement dédié au contrat de mariage sur l’espace septentrional de la Catalogne moderne, co-organisé par moi-même avec l’Université de Gérone le 31 mai suivant.

10 Cf. J. Peytaví-Deixona, « Les matrimoniers : les faiseurs de mariage », art. cit.

11 Le verbe catalan col. locar (placer) est souvent utilisé dans la terminologie des contrats.

12 Cf. par exemple les unions Rondoní-Carda ou Blad-Pilas évoquées au début.

13 Cf. J. Peytaví-Deixona, « Les matrimoniers : les faiseurs de mariage », art. cit.

14 Ibid., p. 106.

15 Id., Antroponímia, poblament i immigració a la Catalunya moderna. L’exemple dels comtats de Rosselló i Cerdanya (segles XVI-XVIII), Institut d’Estudis Catalans, Col. Treballs de l’Oficina d’Onomàstica, núm. 20, Barcelone, 2010, p. 95-96.

16 Une partie des Mémoires de Saint-Jacques a été publiée par A. Simon i Tarrés, P. Vila, Cròniques del Rosselló, segles XVI-XVII, Barcelona, Ed. Curial, bibl. Torres Amat, 19, 1998, p. 227-372.

17 Cf. supra, note 7.

18 Honorat Ciuró, Camins traçats. Le titre complet est Llibre intitulat, Camins traçats, per hont podran los hereters de la casa principal de Ciuró de Camelas caminar sens perill, aiudats de∙la gràcia del Senyor, de tropeçar [Livre intitulé, Chemins tracés, par lesquels les héritiers de la Maison Principale de Ciuró de Cameles pourront, aidés de la grâce du Seigneur, marcher sans peur de trébucher]. Arch. mun. Perpignan, en cours de publication (Joan Peytaví-Deixona).

19 Cf. J. Peytaví-Deixona, « Fonts dietarístiques i estratègies matrimonials... », op. cit.

Notes de fin

a El Vilar de Reiners, sur le territoire de Reiners/Reynés, paroisse indépendante, entre Ceret, Reynés et Tellet, sur la rive gauche du Tec.

b La suite à la croix plus bas : je l’ai maintenu tel quel pour ne pas compliquer la pagination et l’histoire.

c La précision du temps est due au fait que l’épouse d’Andreu Boscà, Maria Ciuró Cubri était morte deux ans auparavant, en 1642.

Table des illustrations

Titre Présence de religieux comme témoins dans les contrats de mariage (mil. XVIe -mil. XVIIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

Auteur

Professeur, Université de Perpignan Via Domitia

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search