Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Un prêtre provençal en Cerdagne Joseph François Auberge curé de Saint-Pierre-dels-Forcats

Gilbert Larguier

Texte intégral

1La nature et l’état des relations entretenues par les prêtres avec les fidèles sont parmi les aspects les moins bien connus de leur ministère, les plus difficiles à saisir. On ne les entrevoit en effet souvent qu’à l’occasion d’incidents, de procès dont on peine à discerner exactement s’ils sont représentatifs des rapports qu’ils eurent avec l’ensemble de leurs paroissiens. Aussi, les témoignages allant au-delà de plaintes contre des débordements juvéniles ou de marques d’irrespect mises sur le compte de la grossièreté des mœurs sont-ils les bienvenus.

  • 1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 153Edt 5, 6, Instruction pour M[essieu]rs les curés de S[ain]t-Pie (...)
  • 2 Abbé J. Gibrat, La paroisse de Saint-Pierre dels Forcats (canton de Montlouis) de 1680 à 1789, Cér (...)

2C’est le cas de celui de Joseph François Auberge, curé de la paroisse de Saint-Pierre-dels-Forcats en Cerdagne, dont l’Instruction..., formée de deux parties composées de dix articles chacune, rédigée en 1775 à l’intention de ses successeurs, a été insérée dans deux registres paroissiaux différents1. Sa seconde partie, longue de trente pages, sur deux colonnes, d’une belle écriture, connue de longue date, a été signalée pour la première fois par l’abbé Joseph Gibrat2. L’opuscule qu’il en a tiré a les mérites et les faiblesses de la majorité des travaux publiés par la génération des ecclésiastiques érudits de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, pionniers à beaucoup d’égards de l’histoire roussillonnaise : les sources sont très incomplètement signalées, font l’objet d’une analyse littérale et partielle, ce qui est dommageable, car nombre des documents utilisés restent inaccessibles, disparus ou restés dans des mains privées.

3C’est pourquoi il n’est pas inutile de procéder à une lecture plus approfondie de cette Instruction en la mettant en perspective. Le curé ne se contente pas d’énumérer les offices à célébrer, les obligations à satisfaire pour être en règle avec les usages et les attentes des paroissiens. Il fait part aussi de la manière dont il a conçu ses relations avec eux. Plus inédit, il relate les conditions dans lesquelles, d’origine provençale, il a accédé à sa cure. L’intérêt de cette Instruction tient à cette triple dimension, ainsi qu’à la personnalité de son auteur. Ayant décidé de quitter sa paroisse, il procède en quelque sorte à une mise en ordre et au clair avant son départ.

I. Un pasteur, un bénéficier

Un pasteur

4L’Instruction débute par un aspect mineur des offices à célébrer par le curé au cours de l’année, les messes du matin dites les jours de fête à l’intention principale des bergers et des gardiens de bestiaux. Était-ce de peur d’oublier de les mentionner ou le désir de montrer, d’emblée, le soin qu’il allait mettre à dresser la liste de tous les offices célébrés dans la paroisse, messes, complies, vêpres, processions..., avec la fréquence, l’heure, le déroulement de chacun, le parcours emprunté par les processions, les chants et les prières qui les accompagnaient ? Seuls les services à faire obligatoirement pour les communautés sont d’abord mentionnés. Les célébrations à l’intention de particuliers – enterrements, messes de relevailles... – sont renvoyées à l’article XIV où figure le détail des rétributions auxquelles elles donnaient lieu. Cette dissociation ordonne approximativement l’Instruction : les obligations pastorales, les relations du curé avec ses paroissiens, la composition et les revenus du bénéfice.

5Deux articles seulement traitent spécialement des relations avec les paroissiens, de manière très personnelle nous le verrons, le XIe consacré à la rédaction des testaments par les prêtres, le XIIIe à la fréquentation des paroissiens dans leurs maisons. En fait, tous les évoquent plus ou moins directement, car c’est bien de la fonction et de la position du recteur dans sa paroisse dont il s’agit, plus complexe qu’il ne paraît au premier abord. Le XXe article à caractère biographique le montre : la perception du prêtre par les fidèles n’est pas détachable de celle de l’individu, avec sa personnalité et ses origines. C’est pourtant le pasteur qui parle et entend laisser ce souvenir à ses successeurs, à ses paroissiens, à la postérité. Précis, voire sobre dans l’énumération de tout ce que le titulaire du bénéfice devait connaître, Joseph François Auberge change de ton lorsqu’il évoque la manière dont il entend l’exercice de son ministère, conforme à sa pratique.

6Avec quelle fougue parle-t-il du catéchisme ! : « le catéchisme est un des premiers devoirs d’un bon pasteur qui doit faire sucer aux enfants avec le lait la douceur de la sainte religion. C’est en l’accomplissant avec exactitude qu’il prouvera à Dieu son amour » ; le catéchisme « éclaire l’esprit et enflamme le cœur du pur amour » ; « un bon pasteur ne doit pas négliger de faire le catéchisme tous les dimanches à la messe du matin [...] de même que les jours de carême ». L’enseignement doit débuter dès le plus jeune âge afin de détruire les préjugés des jeunes enfants, de prévenir les superstitions, difficiles à extirper si on les laisse s’installer, et être mené avec méthode et pédagogie. Surcharger la mémoire des enfants par exemple ne servirait à rien. Sept à huit questions, répétées à plusieurs reprises afin qu’elles soient entendues de tous et mémorisées, suffisent pour une leçon.

  • 3 Jean Hervé Basan de Flamenville (1695-1721). La présentation de ce catéchisme diocésain était clai (...)
  • 4 L’expression signifie-t-elle qu’il s’exprimait en français, non en catalan ?

7Joseph François Auberge utilisait le catéchisme publié en 1698 par monseigneur de Flamenville. Ce prélat, dès son arrivée dans le diocèse d’Elne, avait manifesté un vif intérêt pour « l’instruction des enfants et du peuple », fait paraître ce catéchisme diocésain puis un abrégé de la doctrine chrétienne à l’usage des petits enfants. On a ici un bon exemple de l’emploi qui en était fait dans les paroisses3. L’insistance mise par le curé à en signaler l’excellence puisqu’il le suivait « mot à mot »4, à souligner sa prescription par l’abbé de Saint-Michel de Cuxa, tient probablement au fait qu’il s’adressait à des prêtres d’origine cerdane, davantage portés à suivre ce qui se pratiquait dans le diocèse d’Urgel.

  • 5 Jean Croiset (1656-1738), auteur de nombreux ouvrages qui ont fait chacun l’objet de très nombreus (...)

8Prolongeant la séance de catéchisme, le curé faisait ensuite l’Instruction, donnait l’explication des réponses apprises durant la leçon qui venait de s’achever. Le maître mot pour elle était la clarté. Son guide principal n’était autre que le catéchisme du concile de Trente. Il recommandait aussi l’usage des ouvrages de Jean Croiset, un jésuite né à Marseille, faciles à utiliser, car on pouvait y trouver facilement ce qui convenait pour tous les jours et les dimanches de l’année5. Auberge prônait la simplicité, recommandait d’éviter de se servir d’histoires apocryphes, de parler de maléfices. De telles fables favorisaient les erreurs, les superstitions auxquelles les gens de la montagne, les femmes particulièrement, étaient trop perméables. Le prêtre avait suffisamment d’exemples à sa disposition dans la Bible et le Nouveau Testament pour avoir besoin de recourir à ces balivernes qu’il valait mieux tourner en dérision. L’insistance mise à mettre en garde contre toute allusion aux maléfices renvoie-t-elle à des croyances encore très répandues ? Son conseil pressant de résister aux demandes de bénédictions faites la plupart du temps pour les conjurer le laisserait penser.

9Chaque dimanche, également, le curé se livrait à une explication de l’évangile du jour et faisait un prône. Celui-ci – il livre sa pratique – devait être long d’un quart d’heure, un quart d’heure et demi au plus, afin de ne pas fatiguer l’attention, sans digressions ennuyeuses, ni exemples apocryphes, ni « expressions basses » qui rabaissaient le message à délivrer. Homme de savoir, le prêtre devait néanmoins veiller à se mettre en toutes circonstances à la portée des paroissiens, quels qu’ils soient. La mission principale d’un pasteur, éducateur des fidèles qui lui étaient confiés, devait donc être d’instruire, d’expliquer, sans relâche.

  • 6 Article IX.
  • 7 On dispose de très peu de renseignements sur la confrérie du Rosaire de Saint-Pierre-dels-Forcats, (...)

10Exigeant pour lui-même, il devait l’être également pour ses paroissiens. Joseph François Auberge goûtait peu la fausse sacralisation des bénédictions on vient de le voir, pas davantage les dévotions devenues si tièdes qu’elles avaient perdu leur intention première. Il donne l’exemple de la fête du Rosaire, célébrée le deuxième dimanche du mois d’octobre. Naguère, le peuple faisait preuve de piété, se pressait à la confession pour recevoir les sacrements et gagner des indulgences. Aujourd’hui, il ne pensait plus qu’à des plaisirs terrestres, à se réunir, à manger, à boire, à jouer, à danser6. Avec la résurgence de la danse lors d’une fête dédiée à la prière, ce curé, type même du prêtre de la réforme catholique, signale-t-il l’épuisement d’une grande phase de renouvellement née dans la première moitié du XVIIe siècle ? Ferme, afin de bien montrer sa désapprobation et son refus d’une religion de signes dépourvus de sens, il avait renoncé à convier d’autres prêtres comme le voulait l’usage depuis l’institution de cette fête. Ceux-ci, d’ailleurs, n’avaient plus de confessions à entendre7. Il ne désespérait pas cependant, suggérait à ses successeurs pour redresser la situation un sermon le jour de la fête du Rosaire, au moment des vêpres auxquelles beaucoup de monde assistait. Sans guère de conviction.

Obtenir un bénéfice et tenir sa paroisse

11Pasteur, Joseph François Auberge l’avait été avec application et une foi profonde. Le pasteur était aussi titulaire d’un bénéfice qu’il convenait de tenir d’une main ferme sous peine de le voir rapidement dépérir, où les rapports avec les fidèles étaient affaire de conduite réfléchie et persévérante afin d’éviter le poison des conflits et des cabales.

12Un bénéfice s’obtenait souvent de haute lutte malgré les précautions prises pour qu’il revienne à un successeur choisi de longue date. Joseph François Auberge n’était autre que le neveu de Jean Joseph Arnaud, son prédécesseur. À l’évidence, il avait été destiné à entrer dans les ordres. Prêtre, docteur en théologie, il assistait son oncle maternel dont la santé était chancelante depuis plusieurs années. Aussi, comme naturellement, Jean Joseph Arnaud démissionna en sa faveur au mois de février 1756. Il s’activa aussitôt pour faire accepter cet acte, obtenir les titres qui le rendraient titulaire du bénéfice. Les démarches n’étant pas achevées quand son oncle décéda, il n’entra en possession de la cure qu’au mois de mars 1757. Ce type de transmission n’est pas inhabituel. Il ne garantissait pas qu’il fût paisible en dépit de l’avantage pour le concrétiser dont jouissait le bénéficiaire de l’acte de démission.

13Ce fut le cas en 1756. La paroisse comprenait trois hameaux : Saint-Pierre, La Cabanasse, Planès. À la nouvelle du décès de Jean Joseph Arnaud, les habitants de La Cabanasse réclamèrent que la cure échût à un prêtre cerdan, déjà vicaire, parent de plusieurs d’entre eux. Leurs consuls menacèrent : si leur candidat n’obtenait pas la cure, ils refuseraient de payer leur quote-part du vicaire, demanderaient un vicaire perpétuel pour eux, c’est-à-dire feraient sécession. Ils entraînèrent dans leur revendication les habitants de Planès. Ceux-ci prétendirent également avoir un vicaire résident. Ces procédés relevaient d’une stratégie de la tension. Les fidèles aiment avoir pour pasteur un des leurs. Le jeune curé n’apaisa la fronde qu’en accédant à une partie des revendications, nomma à Planès un vicaire originaire de Saillagouse. Cette concession aurait retourné les fidèles en sa faveur. On le verra, tous les germes de fronde ne disparurent pas pour autant.

  • 8 Article XIX. Il se disait que la chapelle de Planès avait été précédemment une mosquée.

14La structure de la paroisse favorisait ce type de menaces. Située dans la viguerie de Cerdagne à 1500-1600 mètres d’altitude, dans le diocèse d’Urgel, et relevant de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa qui y disposait, selon son expression, d’une « juridiction quasi épiscopale », elle se composait de trois habitats dont la tradition populaire voulait qu’ils se rattachent à l’expulsion des Maures par Charles Martel :... un front de Reconquista en quelque sorte8. Ils étaient éloignés les uns des autres de quelques hectomètres seulement, de moins d’un quart d’heure à pied. Une distance suffisante cependant pour que les communications fussent problématiques l’hiver en raison de la neige, abondante à ces hauteurs.

  • 9 En 1767 Saint-Pierre-dels-Forcats comptait 212 habitants, Planès 149, La Cabanasse 110, soit 471 a (...)

15La dispersion ne facilitait pas les relations entre le curé et les fidèles, ces derniers voulant être assurés d’avoir une messe dominicale en toutes saisons. D’où l’acuité de la question des annexes, de l’entretien des chapelles et de la rétribution éventuelle des prêtres qui leur seraient attachés, car les trois lieux n’atteignaient pas cinq cents habitants au total9. Jeune, doutant d’être de taille pour affronter le mécontentement d’une partie importante de ses paroissiens – il parle de mortification à son encontre, de haine même –, Joseph François Auberge avait préféré accéder à une partie de leurs demandes. Pénétré des devoirs de sa charge, il avait néanmoins mis un point d’honneur à ne pas se reposer entièrement sur le vicaire. Pour lui, qui mettait constamment en avant son titre de docteur en sainte théologie, le prêche du curé portait davantage que celui du vicaire, quelle que fût son application. Aussi, était-il allé catéchiser à Planés, ce qui avait fait très bonne impression sur ses paroissiens.

  • 10 Article XII.

16On voit les difficultés qu’il rencontra pour avoir la main sur ses fidèles. Il en connut d’autres. La première fut une conséquence de la création de la forteresse de Mont-Louis sur le territoire de La Cabanasse. Jusqu’en 1710 le curé de Saint-Pierre était allé administrer les sacrements dans la chapelle du corps de garde et tous les décédés avaient été ensevelis dans la chapelle de l’église matrice. Cette année-là l’aumônier de Mont-Louis se mit à remplir les fonctions curiales, sans aucun titre. Les protestations élevées par le curé de Saint-Pierre furent vaines, de même que celles de l’abbé de Saint-Michel de Cuxa, paraît-il peu en cour alors. L’état de fait persistait depuis. Joseph François Auberge ne s’en désolait pas : aucun revenu n’avait été prévu pour ces nouvelles charges pastorales et Mont-Louis était éloigné de Saint-Pierre. Cela avait cependant servi d’aliment à la dissidence des habitants de La Cabanasse qui se dispensaient d’assister aux offices et à l’instruction religieuse donnée à l’occasion comme ils en avaient l’obligation et n’allaient qu’à « une messe de chasseur » à Mont-Louis. Maudite préférence, déplore-t-il, qui « produira toujours des rebelles, d’ignorants, et de mauvais chrétiens »10.

Les dîmes, éternelle pomme de discorde avec les paroissiens

17Joseph François Auberge n’eut pas seulement ces tracas à supporter. Il dut faire face aussi à une offensive à propos des dîmes, également issue de La Cabanasse. Les articles XV et XVI de son Instruction sont un inventaire extrêmement précis des dîmes et des novales levées dans la paroisse : nature des fruits, quotité, manière de procéder, parts revenant à l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa et au curé, liste des parcelles où le curé pouvait prétendre en seul aux novales avec leur localisation, leur superficie, le nom de leurs propriétaires. Les dîmes, prévient-il, doivent faire l’objet de la plus grande attention, sinon elles risquent de se perdre, hypothéquant la valeur du bénéfice. Le détail dans lequel il entre doit prévenir les fraudes et les contestations futures. Les curés précédents n’avaient pas été suffisamment vigilants sur les novales. Elles s’étaient perdues, perçues par les fermiers. Il avait rétabli les choses, c’est pourquoi il dressait la liste des pièces de terre où ses successeurs seraient en droit de les exiger.

  • 11 Article XVIII.

18Connaître à fond ses droits, la législation et les arrêts du Conseil souverain de Roussillon, n’était pas inutile. En 1768 les gens de La Cabanasse cessèrent de payer leur quote-part de vicaire et lui intentèrent un procès en vue d’obtenir une chapelle publique dans leur hameau qu’il desservirait lui-même ou ferait desservir par un vicaire amovible et résident. Ce n’était, dit-il, qu’une manœuvre visant à accroître ses obligations11. Afin de la contrecarrer, il réclama la dîme du foin comme plusieurs arrêts du Conseil souverain autorisaient à faire. La demande suscita une tempête, orchestrée par Laurent Delcasso, syndic de la communauté et principal instigateur de la revendication. Ce dernier porta l’affaire devant l’assemblée de la viguerie qui à l’unanimité le désigna comme son syndic pour suivre l’affaire. Joseph François Auberge l’avoue, il n’avait pas l’intention d’exiger cette dîme perçue dans plusieurs paroisses de Cerdagne. En agiter l’éventualité – c’était une des principales ressources de La Cabanasse – n’avait été qu’un moyen pour faire lâcher prise à ses opposants. Laurent Delcasso, sachant pertinemment la solidité des arguments du curé, préféra lui demander une entrevue à Saint-Pierre, « porte fermée », et l’affaire s’apaisa. Habile, et pour bien montrer que le lucre ne l’animait pas, il renonça à exiger la dîme des navets, se contentant de ce que ses paroissiens voulaient bien librement lui apporter.

19En fait, Joseph François Auberge ne nous dit pas tout. La cause réelle de l’affrontement ne fut probablement pas celle qu’il a bien voulu laisser à la postérité. Son fils ayant désiré recevoir la prêtrise, Laurent Delcasso avait demandé l’autorisation de bâtir une chapelle privée. La permission lui fut accordée moyennent un certain nombre de conditions. Mais il entreprit de faire construire un clocher, ce à quoi Joseph François Auberge s’opposa, d’où la détérioration de ses relations avec Laurent Delcasso, bonnes jusque-là semble-t-il. La cabale orchestrée, le procès et les moyens opposés par le curé, s’expliquent mieux.

20Obtenir un bénéfice, en préserver l’intégrité, le tenir d’une main ferme avec tout ce que cela entraînait éventuellement de relations conflictuelles avec une partie des fidèles n’était donc pas de tout repos.

II. Être dans le siècle

21Tout ce qui précède a trait à la pastorale et au bénéfice, même si une partie des faits évoqués ne sont pas étrangers à la personnalité du curé. Ils sont à distinguer des rapports personnels entretenus par le pasteur avec ses paroissiens. Joseph François Auberge les évoque. Ce n’est pas le moindre intérêt de l’Instruction.

Un prêtre doit-il recevoir les testaments ?

  • 12 Article XI.

22Il commence par la question des testaments face à laquelle il fut manifestement peu à l’aise. Dans la province du Roussillon les curés jouissaient de la possibilité de recevoir les testaments nuncupatifs des habitants, à charge pour eux de les transmettre aux notaires dans un délai de quinze jours. Joseph François Auberge déplore avec vigueur l’embarras dans lequel cette pratique mettait les prêtres : à leur dernière extrémité les mourants oubliaient leur salut et le ciel. Les curés, mêlés aux affaires de leurs paroissiens, se trouvaient dans une position peu avantageuse. Écoutons-le12 :

« Le mal est qu’on attend jusqu’à la dernière maladie, que dis-je jusqu’aux derniers momens, ce qui oblige le curé a recevoir les testamens, a les écrire a la hâte, sans aucune refflexion de conscience, sans aucune prudence, vertu qui est en ce cas bien nécessaire pour éviter bien des contestations, des inimitiés, des procès entre familles. Pour obvier à de tels malheurs ne vaudroit-il pas mieux prévenir le malade de ranger ses affaires et d’appeller le plutôt possible le notaire à qui il appartient plus qu’à un curé de bien faire ou stipuler un testament dont les suittes sont d’ordinaire bien dangereuses, que d’attendre à l’extrémité et s’adresser à un curé qui quelques fois est bien embarrassé dans ces circonstances. Je l’avoüe, j’ay été embarrassé moy même et je n’ay pas honte de le dire quoyque je me sois proposé toujours le bien. Malheureusement je ne l’ay pas toujours fait et il valoit mieux pour moy ne m’ettre jamais chargé de pareilles commissions. J’écris cecy pour que mes successeurs se rendent plus difficiles que moy à recevoir des testamens des malades qui oublient leur salut pour ne consulter que les intérêts de ceux qui les servent en mercenaires pour avoir leurs biens sans se mettre en peine des obligations des testateurs. »

  • 13 Cette pratique, très prisée jusqu’en 1736 où la rédaction en français fut rendue obligatoire, comm (...)

23Le recours aux prêtres était fréquent dans la province en effet, quasi systématique dans les villages éloignés des localités ou résidaient les notaires, en recul dans le diocèse d’Elne depuis 1736 où l’obligation avait été faite de les rédiger en français, mais resté plus en usage en Cerdagne13. Les ecclésiastiques, par-là, se trouvaient au cœur des secrets des familles, d’autant qu’ils étaient fréquemment choisis comme exécuteurs testamentaires avec toutes les difficultés susceptibles de s’en suivre lorsqu’ils demeuraient des années durant dans une cure : ils s’exposaient à ne plus être perçus seulement comme des hommes de Dieu, mais, même à leur corps défendant, à être entraînés dans des différends privés.

Il vaut mieux s’abstenir de fréquenter les maisons

  • 14 Article XIII, son texte complet est en annexe.

24Joseph François Auberge est encore plus catégorique lorsqu’il aborde la question des relations avec ses paroissiens à laquelle il consacre un article entier. Sa première phrase, sans appel, résume sa position : « Il n’y a rien a gagner pour un curé, mais tout a perdre que de fréquenter les maisons de ses paroissiens. La jalousie, les soupçons, les mépris, l’oisiveté et la medisance sont les fruits de telles frequentations »14. Est-ce l’expérience de près de vingt années de ministère qui le conduisait à mettre en garde avec autant de vigueur ses successeurs ? Il avait eu le temps de constater dans ce milieu étroit où chacun s’observait ce qu’un curé risquait s’il ne tenait pas ses paroissiens à égale distance. La règle qu’il prône, conforme à son sentiment à l’égard des testaments : se garder autant que possible d’entrer dans la sphère privée des individus et des familles. La comptabilité des visites tenue par les paroissiens exposait le curé à laisser croire qu’il avait des préférences. Surtout, il risquait d’être suspecté de s’intéresser de trop près au sexe faible. Le ton mis à part, ces recommandations n’étaient pas originales, notamment pour ce qui relève des mœurs. Le mieux était de laisser venir à soi les paroissiens, en les considérant et en les traitant chacun de la même manière, attendant qu’ils s’expriment et ne leur répondant qu’en fonction de leurs préoccupations ou sentiments. Il en allait de la mission du prêtre, du salut des fidèles, car ceux-ci s’écartaient des sacrements et de la confession s’ils se défiaient de leur pasteur.

25Moins attendues sont ses réflexions sur les relations à établir avec le vicaire et les livres. C’est à la fréquentation de ces derniers que le curé devait s’adonner, non à celle des maisons des paroissiens. Cela impliquait que la maison curiale fut un lieu d’étude où l’on ne laisserait pas les livres « devenir de vieux meubles couverts et ensevelis dans la poussière que les vers dévorent ». Expression mise à part, c’est dans ce temple du savoir que le curé devait recevoir son vicaire : des visites hebdomadaires si possible qui ne seraient pas seulement de courtoisie, mais auraient au contraire pour objet l’étude d’un cas de conscience, d’une question de morale « en y mélant un point scholastique ». Auberge, docteur en sainte théologie, suggérant que le curé participât à la formation et à l’élévation de son vicaire, donnait-il l’exemple d’une pratique qu’il avait eue, voulant qu’elle fût sue et continuée ?

Comment gagner les cœurs

26Non sans habileté Jean François Auberge se livre ainsi à un éloge non dissimulé de son action. Il eut à affronter des obstacles et des difficultés ? Certes. Mais il les avait surmontés à son avantage grâce à sa prudence, à sa sagesse, à son doigté. Ainsi lorsqu’il agita la question de la dîme du foin pour faire lâcher prise à Laurent Delcasso. Ce faisant, il dresse un tableau assez complet des conditions d’exercice d’un curé de paroisse avant 1789. Celui-ci n’était pas seulement un pasteur chargé de transmettre le message du Christ, de délivrer des sacrements, d’instruire ses paroissiens. Défendre l’intégrité de son bénéfice, exiger le paiement des dîmes, réclamait beaucoup d’énergie tout en étant source de tensions avec les fidèles.

27La parade ? Autant que possible éviter de se mêler aux paroissiens ainsi qu’à leurs affaires, qu’il s’agisse de fréquentations quotidiennes dans les maisons, d’affaires d’intérêt comme les prêts d’argent, voire d’amitié. L’homme d’Église devait demeurer en retrait, irréprochable, adonné à l’étude au milieu d’un monde d’ignorance. Ce n’est pas sans complaisance d’ailleurs qu’il glisse à plusieurs reprises sa qualité de docteur en théologie ou cite de bons auteurs comme saint Augustin, Gerson, ou La Combe. La réserve dont il lui fallait faire preuve ne devait pas l’empêcher de chercher à gagner les cœurs. Au contraire. Elle en était la condition. C’est pourquoi il goûtait peu la coutume faisant du prêtre le rédacteur des dernières volontés des mourants.

  • 15 Il ne manque pas de faire la liste de ses libéralités et de celles de ses prédécesseurs : chapelle (...)
  • 16 Article XII.
  • 17 Article XII.
  • 18 Article XIII, cf. annexe.

28Autre moyen de gagner les cœurs : sa générosité employée à agrandir, à améliorer et à décorer des lieux de culte15. Il n’en portait pas moins des jugements sévères sur ses paroissiens, les décrivait comme des gens peu dociles, fermés aux « bons avis et remontrances de leur pasteur »16, ingrats. Les habitants des annexes en particulier, loin du regard de leur pasteur, faisaient preuve de davantage d’insoumission, de « licence dans leurs paroles et leurs discours qui respirent souvent l’indépendance ». Des paroles inconsidérées qui allaient parfois jusqu’à des menaces à l’encontre des vicaires perpétuels17. Si le prêtre en était la cible ou le témoin, il était préférable pour le prêtre de ne pas les relever, de ne rien répondre, de supporter et endurer le monde en suivant l’exemple du Christ, car le « monde est notre enemy qui nous hait et qui nous déteste dès que nous faisons notre devoir »18.

III. Une lignée provençale en mission

29L’Instruction prend un relief particulier lorsqu’on apprend que Joseph François Auberge était d’origine provençale, comme ses trois prédécesseurs. L’article XX, consacré à leur histoire, éclaire d’un jour nouveau les difficultés qu’il put rencontrer et sa manière de se comporter.

En terre de mission

  • 19 A. Ayats, Louis XIV et les Pyrénées catalanes de 1659 à 1681, Canet, Trabucaire, 2002, p. 807-808.
  • 20 Né à Caderousse le 25 décembre 1662, il se faisait appeler le chevalier d’Urban. Joseph François A (...)

30Leur venue est étroitement liée à la mise en défense de la nouvelle province et à la décision de construire la forteresse de Mont-Louis. Les dates sont sans équivoque. La construction de la forteresse débute en 1679, peut être considérée comme achevée le 26 octobre 1681 où on procéda à la bénédiction de la citadelle et à la remise des clés à son gouverneur19. Celui-ci, dès 1680, parvint à faire attribuer la cure de Saint-Pierre-dels-Forcats dont le titulaire venait fort opportunément de démissionner à Michel Arnaud, un de ses amis. Jacques Joseph de Fortia, noble du Comtat Venaissin entré au service de la France, avait la confiance de Louvois20. Faut-il voir la main de celui-ci derrière l’installation du prêtre provençal à la tête la paroisse où se trouvait la citadelle ? Le choix de Michel Arnaud ne put se faire sans son aval. Un territoire se tient grâce à des ouvrages de défense, mais aussi à des hommes, et pas seulement des soldats : des seigneurs bénéficiaires de seigneuries confisquées, des ecclésiastiques.

  • 21 Mémoire envoyé de Perpignan par M. Trobat contenant l’estat present de la Catalogne... (1678), Arc (...)
  • 22 SHAT, A1 901, pièce 113, lettre de Trobat à Louvois (01/11/1689), Ò. Jane Checa, op. cit., p. 109.

31Rappelons le contexte. La révolte des Angelets (1663-1672) avait causé une profonde impression, et persuadé que la force, coûteuse en hommes et en argent, ne permettrait pas de tenir durablement le territoire. Les avis donnés par Raymond Trobat, avocat général au Conseil souverain de Roussillon et futur intendant, dans ses lettres à Louvois ou ses mémoires, notamment celui de 1678 où il dressait un tableau de la Catalogne et d’éventuelles conquêtes à faire, rendent assez bien compte de la manière de voir d’un homme du pays et de la politique qu’il conseillait : dans les montagnes, ménager les habitants, les « traiter avec un grand désintéressement »21, agir par l’intermédiaire des ecclésiastiques, des prêtres plus particulièrement « par la grande facilité que leur caractère leur donne d’avoir l’entrée de toutes les maisons d’Espagne et particulièrement avec les femmes qui les fait agir sans crainte par la grande liberté qu’ils ont en Catalogne »22 : une méthode et un programme d’action qui correspondent à ce que l’on attendait de Michel Arnaud.

32Le nouveau curé se trouvait donc en mission, chargé d’une tâche délicate : gagner les cœurs. Les cris de « Vive le Roi » lancés lors de la cérémonie d’installation du gouverneur ne devaient pas faire illusion en effet. Le peuple cerdan, nous dit Joseph François Auberge, « nouvellement sujet a la France n’avait de l’amour et de l’inclination que pour le gouvernement d’Espagne et de mépris pour celuy de France. Le seul nom françois les effarouchoit et les rendait intraitables ». Le passage des troupes, fréquent jusqu’à la fin de la guerre de Succession d’Espagne, n’avait rien arrangé. Michel Arnaud réussit semble-t-il parfaitement, exemple type de la conquête des cœurs selon le panégyrique qu’en fait son successeur.

33Né à Cucuron dans le diocèse d’Aix, formé à l’université d’Avignon, titulaire d’un baccalauréat en théologie, Michel Arnaud était pourvu d’une prébende à l’église cathédrale d’Avignon et d’un bénéfice rural quand le gouverneur de Mont-Louis le sollicita. Il s’était immédiatement dévoué à ses paroissiens et signalé par ses libéralités, « considérant que le moyen le plus efficace de s’attirer les cœurs de son peuple était celuy des largesses ». Il fut ainsi un véritable père pour les pauvres qu’il habillait, nourrissait, consolait. Près d’un siècle après sa venue en Cerdagne il laissait le souvenir vif d’un pasteur qui avait dispensé avec une égale générosité l’assistance matérielle et les secours spirituels, apaisant les différends particuliers, si bien qu’il était parvenu à faire régner l’harmonie entre les habitants. De plus, sur ses fonds, il avait agrandi l’église Saint-Pierre.

34Le respect et les sentiments qu’il avait suscités avaient produit l’effet escompté. Il était parvenu à inspirer « de l’amour, du respect et de l’obéissance pour leur roy et les supérieurs subalternes, non pas tant par la crainte du châtiment que par principe de conscience et par là il parvînt à les civiliser et à les rendre fidèles à Louis quatorze alors régnant glorieux et triomphant des ennemis de l’État ». Civiliser et rendre fidèle. Pour un homme comme Joseph François Auberge, rompu à maîtriser son langage et sa plume, les termes sont sans équivoque. À se demander si le natif de Cucuron ne fut pas un héros de la civilisation des mœurs au sens où l’entendait Norbert Élias, condition pour produire de fidèles sujets, les formules de la propagande en sus avec l’image de Louis XIV glorieux et triomphant des ennemis de l’État encore très répandue en Roussillon aux trois quarts du XVIIIe siècle où l’on insistait sur la paix procurée à la province par son rattachement au royaume.

L’ancrage provençal

35Michel Arnaud demeura curé jusqu’en 1709 où il résigna sa cure en faveur d’un de ses neveux. Celui-ci, Jean Joseph Arnaud, né à Cucuron, bachelier en théologie comme son oncle, avait été dirigé vers les ordres sacrés, préparé dans les séminaires de Toulouse et de Perpignan. Cette transmission se déroula semble-t-il sans qu’un compétiteur se manifestât. Le portrait que dresse son neveu montre un prêtre très pénétré de ses devoirs pastoraux, mais manquant totalement de caractère. Il se laissa aller à des libéralités inconsidérées, mal distribuées, influencé par les familles qu’il hébergeait et par des domestiques intéressés, si bien qu’il se trouva bientôt dans le dénuement. Sa mère, d’ailleurs, dut venir auprès de lui pour mettre un peu d’ordre dans ses affaires. S’était-il persuadé que, trop faible, il ne parviendrait pas à s’imposer ? Son beau-frère obtint pour lui une cure à Cabrières à une lieue de Cucuron. Bref retour au pays. Sur cent familles, moins de dix étaient catholiques. Il n’y resta que trois mois, revint en Catalogne, « prefferant le dur et rude climat des Pirenées parmy des bons catholiques que d’habiter le jardin de la France parmy les huguenots et les heretiques ».

36Ayant retrouvé ses paroissiens à leur grande satisfaction paraît-il, il reprit son ministère avec une énergie décuplée, assumant seul le service de l’église Saint-Pierre et celui de l’annexe de Planès. Un jour d’hiver en 1744 il fit une chute de cheval, se blessa. À partir de là sa santé se dégrada. Une opération de la cataracte mal préparée le laissa aveugle. Sa sœur, veuve, vint l’assister avec ses enfants, dont Joseph François Auberge. Voilà donc une famille entièrement transportée en Cerdagne au service du prêtre. Quelles furent ses relations avec les habitants ? On ne dispose pas de renseignements suffisants sur ce point. Elle resta très présente à la cure puisque la sœur de Jean Joseph Arnaud lui survécut jusqu’en 1772, année où elle fut enterrée dans le cimetière de l’église Saint-Pierre, comme un autre de ses fils, prénommé comme son oncle, décédé en 1770, qui faisait les fonctions de vicaire.

37L’ancrage provençal laissa-t-il craindre que la cure restât encore longtemps dans des mains considérées comme étrangères ? Les péripéties rapportées par Joseph François Auberge se comprennent mieux : les revendications en 1759, les manœuvres à partir de 1768 alors que son frère, encore vivant, pouvait lui succéder.

La lassitude ?

38Joseph François Auberge, à l’évidence, avait une personnalité d’une autre consistance que celle de son oncle. Même s’il loue leurs qualités et leur zèle, il ne s’interdit pas de relever les faiblesses de ses prédécesseurs dans l’administration de la cure. Par souci de se faire accepter en Cerdagne ou par manque de fermeté, ses parents n’avaient pas voulu ou su résister aux empiètements, au grignotage des droits décimaux. Il avait fait preuve de plus de constance et de rigueur, attitude, quoiqu’il en dise, qui lui avait aliéné des familles influentes pour lesquelles les Provençaux constituaient un obstacle.

39Il demeura titulaire de la cure dix-neuf ans. En 1775, sa mère et son frère étant décédés, il demeurait seul. Cet isolement, avec la rupture de la transmission qu’il annonçait, conduisit-il à refermer la parenthèse provençale inaugurée par la construction de la citadelle de Mont-Louis et la nécessité de désarmer l’hostilité des populations environnantes ? Les dernières phrases de son Instruction ne dissimulent pas sa lassitude ni son désir de gagner d’autres cieux : « quelque bien qu’il ait fait dans sa paroisse tant en général qu’en particulier l’espace de dix-neuf ans qu’il l’a gouvernée, il trouve la vie trop stérile et vide de bonnes œuvres pour mériter d’être insérée dans ce livre ».

40Était-ce du découragement ou de l’insatisfaction de la part d’un prêtre de valeur trop à l’étroit dans le cadre d’une paroisse ? À bien des égards, Joseph François Auberge peut être considéré comme un modèle accompli de prêtre du XVIIIe siècle. Sur le plan religieux d’abord. C’était un homme bien formé, à la foi profonde. La manière dont son verbe s’anime lorsqu’il parle de l’exercice de son ministère le montre sans ambiguïté. Sur le plan social, le curé de Saint-Pierre-dels-Forcats était également très représentatif. Il avait été destiné très jeune aux ordres sacrés, préparé à succéder à un parent, et sans la mort prématurée de son frère il est possible que la présence provençale en Cerdagne se fût prolongée.

41L’épuisement de la lignée provençale coïncide avec l’attiédissement de la piété des fidèles, si vive un siècle plus tôt dans la province du Roussillon quand on envisageait la construction de Mont-Louis, malgré l’attention portée depuis à l’enseignement prodigué aux fidèles. Les manœuvres des habitants de La Cabanasse, instrumentées par le bayle Delcasso, de plus en plus insistantes, ont probablement pesé davantage. Près d’un siècle après la venue de Michel Arnaud, introduit en Cerdagne avec la mission de désarmer les préventions des nouveaux régnicoles, non sans résultats, la question de la souveraineté et du rattachement du Roussillon au royaume ne se posait plus. La société locale reprenait en quelque sorte ses droits, aspirait à ce que les prêtres fussent exclusivement du pays.

  • 23 H. Platelle, Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle. Journal d’Alexandre Dubois, Paris, éd. (...)
  • 24 Recteur Amadou..., p. 263-270.

42L’Instruction pour Messieurs les curés de Saint-Pierre n’a pas la même forme que d’autres écrits d’ecclésiastiques sur leur paroisse ou leur expérience pastorale ; ainsi, pour se limiter à quelques exemples, ceux du curé Alexandre Dubois, de l’abbé René Séguier ou du recteur Joseph Amadou23. Ce dernier, recteur de la paroisse d’Ouveillan dans le diocèse de Narbonne, présentait de nombreux points communs avec le curé de Saint-Pierre-dels-Forcats : homme de foi, de grande culture – c’était un érudit reconnu –, héritier de son bénéfice, appliqué à décorer son église sur ses propres deniers, dévoué à ses paroissiens qui le lui rendaient mal. Ceux-ci rechignaient de plus en plus à payer les dîmes. Or elles étaient essentielles à ses yeux, permettaient au clergé de se consacrer entièrement aux tâches de l’ordre sacré, constituaient l’institution qui garantissait le mieux l’autonomie de l’Église. C’est la raison pour laquelle il avait entrepris de réunir tous les titres qui les justifiaient et rédigé ces Mémoires en 178224. Par-delà les personnalités et la situation des bénéfices, les accents des deux prêtres sont proches.

43L’Instruction est donc à ranger au rang des bons témoignages sur le vécu des prêtres de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Annexes

Annexe

Article treizieme de l’Instruction

Fréquentation des parroissiens dans leur maison

Il n’y a rien à gagner pour un curé, mais tout à perdre que de fréquenter les maisons de ses parroissiens. La jalousie, les soupçons, les mépris, l’oisiveté et la médisence sont les fruits de telles fréquentations.

Le curé va a telle et telle maison et pourquoy pas a la mienne dira ce critique qui voudroit l’attirer chez luy pour ses propres intérets et pour avoir ses bonnes grâces, mais ne pouvant réussir à ses fins, il portera plus loin sa satyre, sa pudeur ne sera pas épargnée, de là des soupçons, des jugemens téméraires qui scandalisent les petits esprits.

Dans les maisons il y a des femmes, des filles pupilles, il suffit d’y aller deux ou trois fois pour que le monde qui est notre enemy juge qu’il y a un intrigue, lequel plus triste sort pour un pasteur qui aime son état et son honneur et sa religion que d’être regardé comm’un loup ravissant qui dévore les brebis que la divine providence a confié a ses soins pour faire dépaitre. De là vient la meffiance. On ne veut plus recourir au curé pour l’administration des sacremen[t]s et surtout pour la confession par ce qu’il se trouve la principale matière dont on doit s’occuper en ce tribunal. De là les mépris qu’on fait de ses avis, de ses instructions et de sa morale qui, quelque preuve qu’elle soit, ne produira aucun fruit si on n’a bonne opinion de sa conduite et si son exemple ne correspond à la pureté de sa doctrine.

Mais me dira-t-on, il faut se faire des amis. Je le veux bien pour un moment. Mais il ne faut point être partial. Un curé doit se faire des amis, mais ce n’est qu’en aimant également tout le monde et l’aimant pour dieu et pour son salut. Il faut se faire des amis, mais pour y parvenir il ne faut point les fréquenter. Il faut au contraire être rare avec eux comme dit Gerson cum infantibus et extraneis rarus esto. Le monde est un enfant qui ne juge que par les apparences et malheureusement il y a toujours en nous du vieil homme qui paroit a découvert dans nos actions extérieures ainsi que dans nos conversations avec le monde qui condamne tout et ne pardonne rien dans notre caracthere, pas même les deffauts qui nous sont naturels. En effet le monde est notre enemy qui nous hait et qui nous déteste dès que nous faisons notre devoir, que nous marchons sur les traces de J(ésus) Christ et que nous nous opposons, autant qu’il est en nous, aux progrès de ses maximes et au torrent de ses passions. Ainsi consolons nous de la haine du monde. Bien plus, il faut s’en réjouir. Nous ne sommes pas de meilleure condition que notre sauveur, que le monde n’a pas voulû connoitre, et qui nous a prevenû de sa haine qui n’est digne que netre mepris et de notre pitié. Soyons donc bien convaincu qu’il n’est pas moins glorieux pour nous d’être haï du monde que d’être aimé de Jésus-Christ.

D’ailleurs quand on veut voir souvent ses parroissiens chez eux ou chez soy on devient oisif et l’oisiveté est la mère de tous les vices. On néglige son devoir et les livres dans nos bibliothèques deviennent des vieux meubles couverts et ensevelis dans la poussière que les vers dévorent, de là l’esprit s’évapore et ne pense qu’aux sons, l’entendement s’énerve, la mémoire se rouille, le cœur s’endurcit et la chair s’amollit et devient rebelle a la raison. On n’est bon dans les conversations qu’a entretenir la médisance et al’assaisonner d’une critique contraire a la charité. Je veux bien croire qu’un curé gardera un profond silence quand on en viendra à une telle extrémité que de déchirer le prochain a belle dent, mais sa présence n’est-elle pas assez suffisante pour les authoriser dans leur propos surtout lorsqu’on commence à être connu et a introduire une familiarité qu’il est bien difficile de détruire.

Tels sont les effects que produisent les fréquentations des parroissiens dans leur maison. Veillons sur nous même, ne permettons pas qu’ils ayent de l’ascendant sur nous et sans tomber dans l’orgueil faisons respecter en nous notre caracthere, évitons les occasions qui pourroient nous rende méprisables, et avilir notre ministère et dans les cas necesaires qui nous obligent a voir nos parroissiens que notre modestie soit connüe de tout le monde, que notre conversation soit grave, pure et toute spirituelle.

Si l’honnetteté veut et nous oblige à nous amuser et a nous divertir, que notre récréation soit innocente et modérée, et autant qu’il est possible avec des personnes de notre état. Rien de plus beau et de plus exemplaire que de simpatiser avec nos confrères et surtout un curé avec son vicaire. Il n’y a point de fraternité plus precieuse que celle des personnes de son état. Il seroit fort avantageux pour un curé de S[ain]t Pierre de recevoïr a sa table son vicaire au moins un jour de chaque semaine pour faire une conférence sur quelques cas de conscience et sur une question de morale en y mêlant un point scholastique. Ce seroit là un grand bien pour cultiver l’esprit et le cœur et un vicaire seroit alors plus en état de servir la parroisse et de se présenter aux examens des concours pour obtenir un bénéfice a charge d’âme, d’ailleurs par ce moyen la semaine seroit passée dans l’étude des bons livres qui serviroit des préparation à la conférance.

Par ce moyen on n’aura plus de tentation ny de desins de voir si souvent les gens de la campagne dans leur maison et on se contentera de les voir fort rarement et toujours avec affabilité et avec douceur, de saluer tout le monde, les riches et les pauvres, les vieux et les jeunes, de les recevoir dans la maison curiale avec politesse, leur offrir ses services, leur donner ses conseils, pleuran[t] avec ceux qui pleurent et les consoler dans leur affliction, se réjouir avec ceux qui sont dans la joye et les féliciter de leur prospérité et leur insinuer d’en faire bon usage et enfin pour éviter d’avoir des démêlés avec eux il est bon d’éviter d’avoir des affaires d’interest, autant qu’il est possible. Les païsans sont ordinairement des ingrats qui ne correspondent point aux services rendûs, au payment des prêts et des dêttes contractées, ce qui met souvent un curé de mauvaise humeur vis a vis ses parroissiens. Mais il doit y résister avec patience chretienne quand il se trouve engagé dans de tels cas, et ne point contracter avec eux des dettes qui sont au-dessus de leur faculté.

Notes

1 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 153Edt 5, 6, Instruction pour M[essieu]rs les curés de S[ain]t-Pierre, successeurs de M[onsieu]r Joseph François Auberge p[rê]tre docteur en S[ain]te théologie curé de S[ain]t-Pierre et S[ain]te-Marie de Planès depuis l’an 1756 jusqu’à 1775 pour leur servir dans les fonctions de leur ministère en la ditte parroisse dont il est important de savoir les rites et usages pour éviter les contestations avec les parroissiens toujours contraires à la paix, au bon ordre et à la bonne intelligence qui doit régner entre eux pour le bon exemple, le service de Dieu et le salut des âmes. Contient ditte instruction vint articles. La seconde partie est datée du 21 août 1775. Une autre date figure dans cette Instruction, à la fin de l’article XVII : le 20 octobre 1775. C’est celle qu’il faut retenir. Dans l’article IX consacré aux sermons où il déplore l’affaiblissement de la dévotion au Rosaire, il évoque une fête du second dimanche du mois d’octobre. Articles de l’Instruction : I. Messes du matin aux jours des fêtes ; II. Messe de paroisse ; III. Complies ; IV. Vêpres et prières publiques ; V. Processions ; VI. Offices de dévotion ; VII. Catéchisme ; VIII. De l’Instruction ; IX. Sermons ; X. Visite des malades ; XI. Des testaments ; XII. Vicaire de Planès ; XIII. Fréquentation des paroissiens dans leurs maisons ; XIV. Rétribution des messes tant basses que solennelles et enterrements ; XV. Dîmes des agneaux et de la laine ; XVI. Dîmes des grains ; XVII. Dîme des novales ; XVIII. Dîme du foin et des navets ; XIX. Dépendances de la cure de Saint-Pierre et ses propriétés ; XX. Histoire abrégée des curés provençaux.

2 Abbé J. Gibrat, La paroisse de Saint-Pierre dels Forcats (canton de Montlouis) de 1680 à 1789, Céret, L. Roque, 1898 ; J. A. Gaillarde, La cure de Saint-Pierre-dels-Forcats, 1680-1775, mémoire de maîtrise, université Paul Valéry-Montpellier III, 1990.

3 Jean Hervé Basan de Flamenville (1695-1721). La présentation de ce catéchisme diocésain était claire il est vrai. Il se composait de quatre parties : 1. Ce que le chrétien doit croire ou Symbole des Apôtres ; 2. Ce qu’il doit recevoir, les sacrements ; 3. Ce qu’il doit faire ou le Décalogue avec les commandements de l’Église ; 4. Ce qu’il doit demander ou la prière.

4 L’expression signifie-t-elle qu’il s’exprimait en français, non en catalan ?

5 Jean Croiset (1656-1738), auteur de nombreux ouvrages qui ont fait chacun l’objet de très nombreuses rééditions au XVIIIe siècle et jusque tard dans le siècle suivant. Entre autres : Réflexions chrétiennes sur divers sujets de morale..., Retraite spirituelle pour un jour de chaque mois..., L’Année chrétienne : Exercices de piété pour tous les jours de l’année...

6 Article IX.

7 On dispose de très peu de renseignements sur la confrérie du Rosaire de Saint-Pierre-dels-Forcats, fondée le 27 février 1692, comme sur les autres confréries fondées en Cerdagne, J. Sarrete, La confrérie du Rosaire en Cerdagne, Perpignan, imprimerie catalane, 1920.

8 Article XIX. Il se disait que la chapelle de Planès avait été précédemment une mosquée.

9 En 1767 Saint-Pierre-dels-Forcats comptait 212 habitants, Planès 149, La Cabanasse 110, soit 471 au total, J.-P. Pélissier, Paroisses et communes de France, Pyrénées-Orientales, éd. du CNRS, 1986, p. 106, 255, 318.

10 Article XII.

11 Article XVIII.

12 Article XI.

13 Cette pratique, très prisée jusqu’en 1736 où la rédaction en français fut rendue obligatoire, commença à décliner dans le diocèse d’Elne, cf. G. Larguier, « Les testaments apostoliques du diocèse d’Elne au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude du processus de "françisation" de la province du Roussillon au XVIIIe siècle », dans Le Roussillon de la Marca Hispanica aux Pyrénées-Orientales (VIIIe-XXe siècle), Actes du LXVIIe congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Perpignan, 1995, Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, CIIIe volume, Perpignan, p. 89-111. En Cerdagne elle paraît ne maintenir plus longtemps : cf. Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3E56/410-415, testaments reçus en Cerdagne par les curés en lieu et place des notaires, 1592-1793.

14 Article XIII, son texte complet est en annexe.

15 Il ne manque pas de faire la liste de ses libéralités et de celles de ses prédécesseurs : chapelle de Planès : édification et dorure d’un retable, aménagement d’une sacristie, construction de deux tribunes ; église Saint-Pierre : édification d’un retable, réparations de l’extérieur et de l’intérieur de l’église et de la sacristie ; maison curiale : construction d’un clocher.

16 Article XII.

17 Article XII.

18 Article XIII, cf. annexe.

19 A. Ayats, Louis XIV et les Pyrénées catalanes de 1659 à 1681, Canet, Trabucaire, 2002, p. 807-808.

20 Né à Caderousse le 25 décembre 1662, il se faisait appeler le chevalier d’Urban. Joseph François Auberge lui donne le titre de comte de Durban. Plus tard, une fois abandonnée la carrière des armes, il sera consul d’Avignon.

21 Mémoire envoyé de Perpignan par M. Trobat contenant l’estat present de la Catalogne... (1678), Archives du Service Historiques de l’Armée de Terre, Château de Vincennes, (SHAT), A1 584, publié dans Ò. Jane Checa, La identitat de la frontera pirinenca, Girona, Diputació de Girona, 2008, p. 165-175, p. 173.

22 SHAT, A1 901, pièce 113, lettre de Trobat à Louvois (01/11/1689), Ò. Jane Checa, op. cit., p. 109.

23 H. Platelle, Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle. Journal d’Alexandre Dubois, Paris, éd. du Cerf, 1965 ; F. Pugniere et C. Torreilles, Écrire en Cévennes au XVIIIe siècle, les œuvres de l’abbé Séguier, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2013 ; G. Larguier, Recteur Amadou, Mémoires historiques sur la cure et les curés d’Ouveillan, Lézignan, 1977.

24 Recteur Amadou..., p. 263-270.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search