Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Les relations entre un curé-poète et le troupeau de ses fidèles : une question de personnes et de circonstances (abbé Jean-Baptiste Fabre, Montpellier, XVIIIe siècle)

Danielle Bertrand-Fabre

Texte intégral

  • 1 D. Bertrand-Fabre, Être curé en Languedoc au XVIIIe siècle. L’abbé Jean-Baptiste Fabre entre minis (...)

1Au XVIIIe siècle, le desservant d’une paroisse est un homme à part dans la communauté, en fonction de la formation qu’il a reçue, mais aussi un homme intégré de fait, par ses activités et les réseaux qu’il tisse autour de lui. Il a paru intéressant de présenter quelques situations vécues par le curé Jean-Baptiste Fabre (1727-1783), un curé actif et d’humeur vagabonde, exerçant tour à tour dans des paroisses voisines, mais non semblables. Curé-érudit et curé-poète, enseignant ici ou prêchant là, débordé par ses fonctions ministérielles ou disposant de loisirs, il se déplace d’une paroisse à l’autre autour de Montpellier. Se plaisant à un endroit et peu ailleurs, il est également, selon la rumeur publique, plus ou moins apprécié par les habitants. L’étude de cas, selon une méthode de micro-histoire, permet de percevoir que les relations entretenues par l’abbé Fabre ne sont pas figées et s’apprécient en fonction des personnes, des lieux et des circonstances1.

I. Les fidèles, le curé et la loi

A. Les fidèles : un troupeau peu homogène

2Qui sont les fidèles et comment cerner les relations du curé avec telles ou telles personnes de son entourage ? La réponse à la première question tient en un mot : les fidèles forment « le troupeau ». Le desservant d’une cure a des relations avec les paroissiens qui vivent dans le territoire du bénéfice à charge d’âmes dont il est titulaire. Ce territoire ne coïncide pas toujours avec la communauté d’habitants. Ainsi, les paroisses de Montels-les-Montpellier et de Celleneuve sont dans le terroir de la ville de Montpellier et les relations du curé sont de nature administrative avec la municipalité et ministérielle avec les habitants. Dans le quartier de Celleneuve, aux confins du terroir, l’unité se construit autour de la paroisse et de son église. Castelnau-le-Lez et Le Crès sont deux paroisses d’une même communauté à l’est de Montpellier. Au contraire, à Vic et à Cournonterral, paroisse et communauté coïncident.

  • 2 N. Agamis, « Les rebaptisations de 1752 analysées par le biais des sources paroissiales de Petite (...)
  • 3 Arch. dép. Gard, 5MI 14/34, registres paroissiaux d’Aubais (1718-1761).
  • 4 Arch. dép. Hérault, 5MI 1/8 (3E 93/1 vue 109/176, juillet 1766) et 5MI 1/5 (avril 1774), registres (...)

3Les habitants ne sont pas tous des pratiquants de la religion catholique. Certains évitent les obligations de droit public du culte catholique. Parmi eux se rencontrent des protestants. Au cours des années d’exercice de Fabre, les pasteurs sont revenus en Bas-Languedoc et les protestants abandonnent la pratique sacramentelle catholique. Leur dernière mention dans les actes correspond à la campagne de rebaptisations forcées dans l’année 1752, voulue par la monarchie, qui voit défiler les enfants protestants accompagnés de parrains et marraines devant le prêtre2. À Aubais, dans le diocèse de Nîmes, Fabre arrive comme vicaire un an après cet épisode, en 1753. Il y restera deux ans. Le registre paroissial voit disparaître les protestants – la moitié de la population du village environ – pendant son séjour3. Nous tiendrons donc les protestants à l’écart de la notion de fidèles, même si, officiellement, ce sont des paroissiens. Ils ne posent pas de problème à Fabre et on peut le voir entretenir des relations de type amical avec les familles Allut ou Tandon, familles de lettrés et de propriétaires de métairies autour de Montpellier. On le voit aussi procéder à deux mariages dans la famille Lozeran, dont un mousquetaire de la garde du roi, loin de son Gévaudan d’origine4.

  • 5 G. Cholvy, « Le legs religieux de l’Ancien Régime au département de l’Hérault », Annales du Midi, (...)

4D’autres personnes prennent leurs distances avec les sacrements dans cette deuxième moitié du XVIIIe siècle. Les non-pascalisants ne se présentent pas pour se confesser puis communier pendant la période pascale, une obligation pour les fidèles. Cet acte faisait partie de la pratique obligatoire catholique et l’évêque Durfort en rencontre dans sa tournée de visites pastorales en 17735. Recoupant parfois les nonpascalisants, les incrédules deviennent une grande préoccupation du clergé des années 1760-1780. À la fin de la période, ils pourraient ne plus être tenus pour des « fidèles » au sens strict du terme, bien qu’un prêtre officie lors des cérémonies des baptêmes-mariages-sépultures dont ils ne sont pas dispensés de fait par la monarchie.

  • 6 Sur Aubais, D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2004, p. 233-259. Pour ce village, nous disposons des mém (...)

5La pratique religieuse est diverse. Les fidèles ne sont pas seulement les dévots. Avec eux les relations pourraient être meilleures, comme dans le cas de Cournonterral. Les contacts sont fréquents avec les consuls de la communauté. Les confréries ont aussi leurs élus avec des mandats associatifs : confrérie du saint sacrement presque partout et plus rarement pénitents blancs. Il faut inclure les femmes se rendant aux vêpres dominicales, membres de la confrérie du Rosaire ou dispensatrices d’aides par le bureau de charité. Les bureaux des pauvres, autre nom des bureaux de charité, ont leurs bénévoles qui répartissent les aumônes provenant de la dîme. Par ses marguilliers élus, la fabrique de Castelnau se gère, selon ses usages et la législation, pour le luminaire et les sépultures. Parmi les fidèles, se trouvent encore ceux qui, le dimanche venu, dansent, ont des activités professionnelles ou vont au cabaret à l’heure des offices. Il en est qui ne se présentent à l’église qu’une fois par an. Certains, à Aubais, voudraient plus de trois sermons par semaine pendant la semaine sainte, le soir, à la lumière des chandelles, tandis que d’autres estiment qu’ils font leur devoir en payant exactement la dîme et n’iront pas plus loin6. Ces attitudes différentes montrent que « le troupeau » est une notion complexe et recouvre un ensemble de personnes qui ont des attentes et des pratiques variées.

B. Le desservant : le curé Fabre a une expérience multiforme

  • 7 J.-B. Fabre, Óbras complètas, Édition du bicentenaire, Montpellier, Institut d’études occitanes, 1 (...)

6Fabre est un écrivain de talent. Son œuvre littéraire se compose de pièces de circonstances, de poésies françaises dans l’esprit du temps, de quelques pièces religieuses latines et surtout d’une œuvre occitane dans la veine comique. L’histoira de Jean l’an pres est le premier roman des lettres occitanes, de type picaresque, édité depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours. L’auteur a produit des pièces de théâtre, comme L’Opera d’Aubais et Lo Tresor de Substancion. Les grandes œuvres en vers sont Le Siège de Caderousse et, pour ce qui est des questions religieuses, une adaptation burlesque, L’Eneide de Celleneuve, sa dernière œuvre occitane. Le poème Lo sermon de Monsur Sistre, un sermon comique, a fait les joies des banquets montpelliérains pendant des décennies. L’écrivain nourrit son œuvre de l’observation de ses paroissiens et de ses semblables7.

  • 8 D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2004, p. 137-171, pour les dix années d’enseignement de Fabre.

7L’expérience ministérielle de Fabre est variée. Il dessert six paroisses comme curé, ce qui est beaucoup, et une comme vicaire, ce qui est peu. Pendant dix ans, et dans trois paroisses, il a des activités d’enseignement dans un petit collège près de son presbytère. Il a aussi été professeur de rhétorique au collège de la ville, quand il s’agissait de remplacer pendant un an les jésuites interdits d’enseignement8. Il exerce dans deux paroisses importantes où il est aidé en permanence par un vicaire, Cournonterral et Celleneuve. Il est presque seul dans les autres. Il est deux fois curé prieur, ce qui suppose de lever les dîmes, et quatre fois curé à la portion congrue, ce qui le dispense d’être décimateur et lui donne la tranquillité d’un salarié. Il s’attelle à son œuvre littéraire un peu partout, sauf pendant la période où il tient l’école de Montels où cette activité est plus réduite. Il écrit beaucoup quand il exerce à Castelnau.

8Il n’est pas seul non plus et le réseau de familiers qu’il constitue sur place s’accroit par les fréquentations des personnes de sa famille qui vivent avec lui. À Aubais, il a des cousins, les Lange, puisqu’une partie de ses ascendants s’y est établie au XVIIe siècle. Après Vic où il est seul, on voit apparaître les signatures de son père maître d’école et de son neveu qu’il éduque, à Castelnau, Le Crès puis Montels. Ce dernier, qui porte le même nom que son oncle, est accompagné de ses parents. Par la suite, sa mère reste seule avec son beau-frère curé à Cournonterral et elle meurt à Celleneuve. À la fin de sa vie, Fabre doit s’occuper d’une petite-nièce en bas âge qui devient son héritière, ses parents étant partis sans elle à Saint-Domingue. Ajoutons que le caractère et l’empathie sociale du curé peuvent se modifier au fur et à mesure de son avancée en âge et en notoriété. Il est manifestement aigri et malade à Celleneuve.

  • 9 Bibl. mun. Montpellier, ms 251, Œuvres de Jean-Baptiste Fabre. Les lettres ont été publiées dans d (...)

9De quelles sources dispose-t-on pour cerner les relations de Fabre et de ses proches ? Les œuvres littéraires et les sermons qu’il a recopiés dans ses manuscrits sont consultables à la Bibliothèque centrale de Montpellier. Il s’agit de les utiliser avec prudence, comme toute œuvre de fiction. Fabre figure dans les registres de visites pastorales et dans les échanges des archiprêtres avec l’évêque. En tant que curé à la portion congrue, il apparaît dans les archives du chapitre Saint-Pierre, dans les correspondances et la comptabilité. Il est présent dans les archives communales. Dans des lettres écrites à son neveu garde du corps du roi, il peut être conduit à mentionner ses relations avec des habitants de Cournonterral et de Celleneuve9.

C. Pour tous : une législation à connaître

  • 10 D. Bertrand-Fabre, « Bureau de charité et fabrique : deux enjeux pour le pouvoir local dans un vil (...)

10Le curé de paroisse doit appliquer la législation qui réglemente ses activités dans la paroisse. La gamme est large et s’étend d’une bulle du pape qui établit le culte du Sacré-Cœur de Jésus en 1765, par exemple, aux décisions locales d’une communauté. Le bureau de police de Montpellier rend ainsi des ordonnances sur l’observation des dimanches et des fêtes en 1782. Les actes royaux sont les plus connus, notamment ceux des années 1680 à 1700. En 1685, la révocation de l’édit de Nantes interdit l’exercice du culte protestant dans le royaume. L’édit de 1695 réorganise ensuite le culte catholique. Est précisé en particulier le partage des dépenses et recettes entre la communauté et le clergé à travers le prélèvement de la dîme ou l’activité des fabriques. Pour la gestion des bureaux de charité qui redistribuent la dîme dans la paroisse sous forme d’aumônes, l’évêque Pradel privilégie la gestion selon la coutume et les statuts-types sont renégociés et adaptés au cas local. Par exemple, dans la communauté de Castelnau-le-Lez en 1689, Fabre suit l’usage local10.

11Le roi modifie également la conservation des actes paroissiaux, les registres de baptêmes, mariages et sépultures, demandant deux registres originaux dans sa déclaration de 1736, insistant sur le rôle des témoins et les formalités lors du mariage, sur l’enregistrement correct des décès. On en connaît l’intérêt aujourd’hui pour l’histoire des familles. Le roi considère qu’il s’agit d’actes où le prêtre est un officier civil. Les sanctions sont prévues pour ce qui est considéré comme un délit quand le prêtre est négligent. Fabre a été négligent. La monarchie légifère sur la question des revenus du clergé paroissial, quand il est à la portion congrue et donc percevant un revenu fixe du décimateur en titre. Pour les décimateurs, les revenus suivent le mouvement séculaire des prix ou des baux à ferme. La portion congrue est augmentée uniquement quand une déclaration royale en modifie le montant. De 300 livres en 1686, le montant passe à 500 en 1768, 700 en 1786 (pour les adjoints, les vicaires, 150, 300, puis 350 livres).

  • 11 Arch. dép. Hérault, C 8134, États du Languedoc, Réparations aux presbytères, lettre de Joubert à l (...)

12Pour l’édit de 1768, le curé Fabre attend l’enregistrement par le parlement de Toulouse, effectué l’année suivante, avec effet rétroactif au 1er janvier 1769. Il décide alors de redevenir simple curé, avec des revenus semblables à ceux du petit prieuré-cure du Crès qu’il quitte à ce moment-là. Le parlement de Toulouse prend de nombreux arrêts qui s’appliquent dans l’étendue de son ressort. Dans ses dossiers, la communauté de Castelnau conserve notamment celui-ci, qui défend de donner à boire pendant le service divin (1754). Les États de Languedoc rappellent, par la plume de son syndic Joubert, les normes qu’ils conseillent pour le logement des curés11. L’intendant autorise de son côté une communauté à emprunter pour des dépenses inscrites sur les ordonnances de visite de l’évêque.

  • 12 Ch.-J. Colbert, Statuts et ordonnances synodales du diocèse de Montpellier, Montpellier, 1727.

13Les évêques sont un rouage essentiel du contrôle. L’évêque en visite pastorale dans la paroisse visite les lieux, écoute les personnes, observe les registres et conseille sur leur tenue et la gestion en fonction des décisions royales. Il prend des ordonnances de visite, une pour la communauté, une pour le décimateur, fait des remarques au curé et aux gestionnaires des biens d’Église au village. Villeneuve signe les registres à Castelnau quand Fabre y exerce, en mai 1757. Les statuts synodaux pointilleux du diocèse, rédigés par l’évêque janséniste Colbert, peuvent être utilisés si l’on veut charger un ecclésiastique, de même que ses ordonnances synodales12. Il n’est donc pas étonnant, en somme, de retrouver dans les papiers de curés ou de communautés des traces de la législation, car installer des relations cordiales passe par une bonne connaissance de ce qui est règlementé.

II. Les échanges dans la cité

A. Le temporel et le matériel : ne pas s’écarter des règles

  • 13 Arch. dép. Hérault, 3E 57/1, registre de Castelnau, collection du greffe, vue 48/347.
  • 14 Ibid., 3E 57/1 (collection du greffe, consultable en ligne) et 30J 57/1 (collection de la paroisse) (...)

14La gestion des biens d’Église s’accompagne de registres qui sont la mémoire de ces actes à caractère religieux. Le curé Fabre n’a pas été aussi attentif que ses prédécesseurs dans la tenue des registres, comme lui prescrivait la loi ou l’usage, registres paroissiaux, registre du bureau des pauvres et de la fabrique. La négligence pour la tenue des registres paroissiaux relève du délit, mais nous ne voyons pas que Fabre ait été sanctionné par l’évêque. À Castelnau, en 1758, les décès sont sous-enregistrés. Presque tous les enfants sont déclarés nés et baptisés en décembre !13 Les signatures des témoins sont des faux. Le méfait a été repéré par le comptage des actes et la comparaison avec son successeur et son prédécesseur. De même, on remarque le retour du prêtre et des membres d’une famille de Castelnau qui font inscrire des actes les concernant sur le registre de la paroisse. Ils sont donc absents du registre déposé au greffe14. Fabre mettra dix ans à se conformer à une gestion standard des registres. Sa négligence est un cas d’école et par là un cas exceptionnel, loin des pratiques communes. Nul doute qu’elle put peser sur les relations du prêtre avec ses ouailles. Pour les autres registres, il a évité de faire peser des contraintes sur les membres élus ou de droit, tenus de rendre des comptes financiers. Sa désinvolture et son faible goût pour les affrontements l’ont poussé à l’évitement.

15Les contributions financières à l’exercice du culte et à l’entretien de ses lieux ne donnent pas prise à beaucoup d’affaires entre le curé Fabre et les habitants des paroisses desservies. Il n’est décimateur que peu d’années. Le reste du temps, le chapitre Saint-Pierre de la cathédrale de Montpellier gère les besoins des paroisses de la mense en fonction d’un calendrier pluriannuel et d’une ventilation des dépenses préétablie dans ses grandes lignes. Le curé signale chaque année, lors de la visite pastorale de l’archiprêtre, l’état d’avancement des travaux, qu’ils relèvent de la communauté ou qu’ils incombent au chapitre. Pour la communauté, on trouve fréquemment les fonts baptismaux qui fuient, et on les répare. Quant au deuxième confessionnal, quand il n’est pas en place comme c’est souvent le cas, on remet à plus tard. Ce qui est dans la nef relève de la communauté, tout comme les murailles du cimetière, fréquemment fissurées. Il faut éviter que les animaux y vagabondent. Les livres de chant relèvent de la sacristie, comme le linge, la sonnette ou les vêtements liturgiques. L’inquiétude est présente dans ces anciennes églises romanes dont les voûtes peuvent se fissurer et le clocher menacer de tomber. Cela se produit à Cournonterral. Fabre y arrive au moment où la réparation du clocher écroulé vient d’être achevée. Dans tous les cas, le curé réceptionne les travaux, récupère des vêtements neufs ou nettoyés sur place et se fait éventuellement rembourser de ses avances. Même chose pour le changement des vitres brisées, selon qu’elles se trouvent dans la nef ou dans la sacristie. Le cas de la position des bancs dans la nef a été réglé au milieu du siècle et on n’y revient pas : des bancs semblables et un passage latéral pour les processions. Il n’y a pas de conflit dans cette routine organisant la décence du culte, le chapitre ayant ses équipes d’artisans et les chanoines se déplaçant si besoin est.

  • 15 Arch. dép. Hérault, G 1974, archives du chapitre Saint-Pierre, mobilier des paroisses, 1777. Docum (...)

16La seule trace d’un mécontentement concerne la livraison par des marbriers au service du chapitre d’un autel blanc orné d’une étoile noire, à Cournonterral et dans toutes les paroisses de la mense capitulaire. Si plusieurs curés émettent des réserves sur les dimensions étroites de l’autel et sur sa pose, Fabre est le seul à écrire deux pages sur le sujet : contre les malfaçons, la pose négligée, le tableau abîmé, l’étoile noire brisée, et enfin le tabernacle qui ne ferme pas. Des travaux complémentaires seront de ce fait réalisés pour cet autel. Ce qu’en ont pensé les paroissiens, nul ne sait, mais lui y voit le risque de moquerie des protestants (200 sur 1 000 habitants à Cournonterral), quand le tabernacle ne ferme pas assez bien pour éviter le grignotage des hosties par les souris. Dans ce cas, l’opinion des habitants est un argument utilisé pour convaincre les chanoines et le bien fondé en est difficile à évaluer. La véhémence du prêtre laisse cependant penser qu’il était inquiet de l’état d’esprit dans sa paroisse15.

  • 16 J.-B. Fabre, op. cit., 1983, n o 80, p. 50, Épître à M. de Saint-Priest intendant du Languedoc à l (...)
  • 17 Arch. mun. Montpellier, BB 1777-1780, délibérations du conseil de ville. A. Follain, « Fiscalité e (...)

17Le presbytère est à la charge de la communauté d’habitants, les paroissiens proprement dits, mais aussi depuis le milieu du siècle les propriétaires des métairies rattachées. Ces derniers font souvent des difficultés pour payer, comme à Montels, et finissent par participer. Les travaux sont faits dans les paroisses où exerce Fabre et parfois à l’arrivée du nouveau curé. Le curé est convenablement logé, même s’il pleut chez lui à Cournonterral un jour de gros orage16. L’arrivée de Fabre à Celleneuve offre un exemple de la diversité des goûts et de la notion de confort. Le prédécesseur avait demandé des travaux au bâti et aux plafonds, qui avaient été acceptés. Fabre est nommé peu après son décès. Les représentants de la ville de Montpellier enregistrent son avis. Lui préfèrerait de la chaleur : agrandir la cheminée de la cuisine et en installer une dans une chambre du deuxième étage. Il souhaite aussi la réparation des contrevents. Il s’agit là du confort des notables urbains. La ville accepte pour un même coût. Le logement de fonction est un bien communal à entretenir, au moyen des impôts locaux, et tout ne peut être réalisé en même temps17.

  • 18 Arch. dép. Hérault, 8F 156, registre de l’œuvre de Castelnau. L’ouvrage récusé pour la gestion de (...)

18D’autres ressources peuvent intervenir dans le financement du culte, notamment par le biais du budget de la fabrique. Celle-ci est rare en Bas-Languedoc. En son absence, le décimateur règle les frais du culte. Pour Fabre, elle n’existe qu’à Castelnau et vit grâce à ses revenus ; les revenus réguliers viennent du produit de l’olivier de la place et de l’herbe du cimetière. Il arrive qu’exceptionnellement la fabrique reçoive des droits de mutation, les lods et ventes. Elle a en charge l’éclairage de l’église par l’huile de la lampe, le blanchissage du linge, l’achat du papier des registres, le nettoyage du caveau où se font les sépultures et l’achat du bois pour le feu de la Saint-Jean à l’extérieur de l’église. Certaines de ces dépenses sont partagées avec la confrérie du Saint Sacrement. Fabre n’ayant pas fait rendre de comptes aux marguilliers, il n’y a pas de conflit apparent, même si son successeur fait intervenir les chanoines pour régulariser la situation. Néanmoins, la communauté estimait que la fabrique disposait de biens communaux et non de biens d’Église. Elle faisait élire de ce fait les marguilliers chaque année le même jour que les consuls. Le successeur de Fabre sera, au côté des marguilliers, en conflit avec la communauté qui suit les avis d’un ouvrage de gestion qui ignorait la législation localement en usage. Celle-ci perd tous ses procès contre les marguilliers, bien informés. Le curé prédécesseur de Fabre avait insisté pour que les marguillers soient des hommes qui fréquentaient l’église et communiaient à Pâques. Les négociations furent longues. Nous ignorons l’ampleur de l’abandon de ses droits par le jeune curé Fabre18.

  • 19 D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2001, p. 211-225.

19Le bureau de charité est essentiellement financé par l’aumône du décimateur. Elle est bien connue par la comptabilité du chapitre, pour les paroisses de sa mense. Pour sa gestion, il suit les usages locaux retranscrits dans les statuts, s’il y en a, et le montant de l’aumône varie d’une paroisse à l’autre. Le prêtre n’est pas censé refuser d’accorder une aumône et le registre peut en garder la trace. Le curé et le consul peuvent délivrer des billets à des indigents. Si le curé est en bons termes avec un notable local, il peut en obtenir des subsides. Ainsi, à Castelnau en 1787, le curé Durand obtient que le marquis de Castries recommence à verser une aumône de 15 livres et le consigne par écrit19.

  • 20 Sur la dîme, en particulier dans les paroisses où a vécu le curé Fabre, D. Bertrand-Fabre, « Dîme (...)
  • 21 Arch. dép. Hérault, 57Edt 5, bureau de charité de Castelnau-le-Lez (1689-1789) ; D. Bertrand-Fabre(...)

20Cournonterral présente un cas particulier. Les reçus, quel que soit le curé, sont toujours libellés de la même façon : la dîme se monte à un sixième des revenus de la dîmerie (ou prieuré), le territoire sur lequel est prélevé la dîme. Les consuls exigent, et le curé écrit que le chapitre doit donner davantage que les 50 livres annuels. Or, si le terroir de Cournonterral rapporte plus que d’autres, le chapitre mutualise ses dépenses dans les paroisses de sa mense, quel que soit le montant des revenus du prieuré. Il doit aussi assurer le culte à la cathédrale, financer l’assistance aux pauvres en ville et... ordonner le versement des prébendes des chanoines20. Des femmes bénévoles, les dames de la Miséricorde, font des bouillons, visitent les malades et les jeunes mères, comme à Castelnau. Un aperçu des activités discrètes d’un bureau de charité est montré par une page remplie par inadvertance par le jeune curé peu expérimenté ; un habitant reçoit trois livres du bureau de charité pour « faciliter le payement de sa taille », en septembre 175621.

21La monarchie a ainsi règlementé le financement du culte et des lieux de culte au moyen de plusieurs prélèvements obligatoires, l’impôt local et la dîme, et il aurait suffi à Fabre d’appliquer au mieux les règles. Sa négligence dans la tenue des registres n’est apparue que lorsque des familles ont demandé des extraits d’actes, notamment pour les mariages. Fabre a pu croire qu’il avait réussi à dissimuler ses carences en matière administrative. Il a été plus à l’aise en matière spirituelle.

B. Le spirituel : diffuser une religion raisonnable

22Le prêtre tridentin doit prêcher une religion raisonnable, centrée sur l’enseignement du Christ et éloigner les fidèles des superstitions. Il s’adresse, selon les circonstances, à la personne isolée, à un groupe de croyants ou à l’ensemble des fidèles assemblés dans l’église. Les relations spirituelles personnelles concernent les sacrements. Un moment délicat est celui des derniers sacrements et derniers instants. Le prêtre doit se rendre au chevet des malades et des mourants, à toute heure du jour voire de la nuit. La tradition orale rapporte que Fabre est mort après avoir pris froid en se rendant par une nuit d’hiver au chevet d’un mourant, ce qui est probable puisqu’un acte avait été préparé et est resté en blanc dans le registre. Un poème, destiné à l’intendant Saint-Priest, le décrit à Cournonterral en 1778 dans cette tâche :

  • 22 Traduction : « Il me faut pourtant, derrière une sonnette, de nuit, de jour, galoper là-haut là ba (...)

« Me fau portant, après una esquilleta,
De nuoch, de jorn, galopar çai et lai
Amont, aval, per Toni, per Anneta,
Tant a-de-reng que sembla la naveta
D’un teisserand. E de que m’a portat
Tant de trabalh ? Soma liqueda e neta,
Un bel raumàs amb un punt de costat »22.

23La confession est un autre moment important pour les fidèles. Au sortir du séminaire, le prêtre doit pouvoir « entrer » dans un confessionnal. La confession est obligatoire pour qui veut communier dans la période de Pâques, après avoir reçu l’absolution. Il faut imaginer, face à ces meubles doubles où l’on vient s’agenouiller, les gens qui attendent leur tour. Chacun choisit son confesseur, parmi le curé, le prédicateur de carême désigné par l’évêque et le vicaire s’il y en a un. Un document exceptionnel a été conservé sur Fabre. Faisant une enquête à la demande de l’évêque Malide, l’archiprêtre écrit à propos des prêtres de Cournonterral pendant le carême :

« À l’égard de la confession, j’ai oui dire à Cournonterral par gens importants qu’on disait communément que M. Delort [le vicaire] interrogeait fort bien et faisait de fort bonnes remontrances, que le prédicateur n’interrogeait pas, mais remontrait bien, faisant de bonne morale et que le sieur curé [Fabre] ne faisait ni l’un ni l’autre ».

24L’intention de s’en prendre à Fabre est amplifiée par la construction ternaire : un fait tout, un autre à moitié et le dernier ne fait rien. La prudence s’impose face à cet écrit. Le prêtre est toutefois jaugé à ce qu’il dit et conseille dans le secret du confessionnal. Il en va de la conduite des âmes sur le chemin du salut et, ensuite, de son propre salut de clerc.

  • 23 Arch. dép. Hérault, 5E 6, Confrérie de la Vraie Croix, registre des cotisations, 1757.
  • 24 A. Roque-Ferrier (éd.), « Notes historiques », Œuvres complètes languedociennes et françaises de l (...)

25La vie spirituelle est aussi pratique de groupe, avec les confréries. Il n’y a pas trace de conflit entre Fabre et les confrères et le partage des pratiques a été réglé à Cournonterral ou Castelnau avant lui. Notons que son père a été membre d’une confrérie à Montpellier peu avant son décès23. Comme dans les autres paroisses du diocèse, la confrérie du saint sacrement, une confrérie de dévotion, règle l’organisation matérielle du culte et des sépultures. À Cournonterral, Fabre plaide devant les confrères pour faire baisser le coût des enterrements : avec un prix moins élevé, ils pourraient attirer davantage de familles et ainsi apporter plus d’argent à la confrérie. Il a fallu user de doigté pour arriver à convaincre, s’il y est arrivé24.

  • 25 J.-M. Roger et E. Le Roy Ladurie, (éd.), op. cit., p. 247.
  • 26 Arch. dép. Hérault, C 7513 et C 7516, États de Languedoc, messe, session du 28 janvier 1759. Remer (...)

26Reste l’ensemble des fidèles, le troupeau, objet de la prédication dominicale ou exceptionnelle en temps de carême. D’après le témoignage de Pierre Prion, Fabre faisait pleurer ses auditeurs. Il écrit du tout jeune vicaire récemment nommé : « Le 29 mars 1753, monsieur Fabre, prêtre de la paroisse d’Aubais, a donné dans cette église un des plus beaux sermons, lequel a fait répandre bien des larmes à son auditoire »25. Tous les curés de paroisse ne savaient pas prêcher. Fabre l’a fait dès ses débuts et il a aussi prêché devant les États de Languedoc en 175926. L’activité était correctement rémunérée, à la fois par le décimateur et la communauté, selon l’usage local. Il s’agissait de faire peur tout en laissant la porte ouverte sur l’espoir et aussi de moraliser la vie quotidienne. Treize sermons ont été inclus par Fabre dans ses manuscrits. Un sermon sur la Passion du Christ témoigne de ce que les fidèles entendaient en carême et de l’art de la rhétorique du prédicateur :

  • 27 Bibl. mun. Montpellier, ms 251, t. IX, p. 360, Sermons.

« Que vois-je, juste ciel, quel spectacle ? Quelle horrible cruauté ! Mon Dieu et le vôtre est remis entre les mains des bourreaux. Ils le dépouillent cet adorable sauveur, ils l’enchaînent, ils l’attachent à une colonne ; et là, le cœur animé par la rage, les bras armés de fouets aigus, ils le frappent, ils le meurtrissent, ils le défigurent »27.

  • 28 J.-B. Fabre, Histoira de Jean l’an pres, op. cit., p. 162.

27La construction ternaire est efficace, qui isole les bourreaux et leur violence. Jésus est le sauveur du prêtre comme des fidèles, lui qui a sacrifié sa vie pour leur vie éternelle. Le prêtre doit atteindre la conscience des gens. Dans son roman contemporain de ces premières années de ministère, Fabre fait dire à Jean l’an pres que la conscience des paysans est « gamada », enrouée, malade, affaiblie, dépourvue de remords chez ce petit voleur picaresque. Susciter des remords est la mission du prêtre dans son enseignement pastoral28.

  • 29 J.-M. Roger et E. Le Roy Ladurie, (éd.), op. cit., p. 165-167.
  • 30 Ch.-J. Colbert, op. cit., Cas réservés nos 1 et 2.
  • 31 J.-B. Fabre, Lo Tresor de Substancion, 1983, n° 78, p. 89.

28Convertir les superstitieux est une autre tâche, car la magie n’est pas la religion. Prion nous montre l’évêque Becdelièvre parlant contre les sorciers dans sa visite pastorale de 1748 à Aubais29. Les pratiques de magie faisaient partie des cas réservés par les évêques, à Nîmes comme à Montpellier, car relevant de l’excommunication : « faire des sortilèges, exercer l’art de magie ou l’art de devin », dans le diocèse de Montpellier30. Pas étonnant que le jeune curé mette en scène de crédules castelnoviens dans Lo Tresor de Substancion. Selon la légende, le rocher situé au bord du Lez s’entrouvrirait la veille de la Saint-Jean pour permettre de rechercher un trésor. Évidemment, dans la pièce de Fabre, le rocher reste refermé sur ses secrets31.

29Convertir les incrédules devient une urgence pour l’Église qui s’inquiète de l’ampleur de la question à l’époque où Voltaire se fait le champion de la lutte contre l’Église et la religion révélée. Lors des assemblées du clergé de 1770 et 1775, les évêques de France décident de mobiliser leurs forces et de trouver des apologistes dans leur diocèse. Fabre rédige un ouvrage contre un pamphlet de Voltaire que son évêque ne publiera pas. Lors du retour de Monseigneur Malide de l’assemblée de 1775, il lui envoie un poème pour lui souhaiter la bienvenue. Il se termine ainsi :

  • 32 Traduction : « vous qui maintenant conduisez tout sur le chemin du ciel, pour empêcher que le loup (...)

« Vos qu’ara o menetz tot sur la dralha dau ciel,
Per empacha que lo lop vos espelhe
Jusqu’au mendre pichót anhèl,
Sabetz-ti de que vos conselhe ?
Metès devant tot lo tropèl » 32.

  • 33 M. Barral (éd.), op. cit., Lettre XI, 30 mars 1775, p. 62. La prière a été diffusée à son insu par (...)

30Placer le troupeau devant et le pasteur derrière est un changement de perspective puisqu’il est d’usage de considérer que le berger est à la tête de la paroisse. Il s’agit de s’intéresser à chacun, d’être davantage à l’écoute, pour le ramener sur le chemin s’il le faut. L’Église penchera plus tard vers l’enseignement d’une religion plus sensible et moins fondée sur le raisonnable. Fabre a écrit une prière pour ses paroissiens de Cournonterral en 177533. Trois textes de cantiques non datés ont été conservés, deux pour la bénédiction du saint sacrement et un pour la consécration lors de la messe. Ce dernier commence ainsi :

  • 34 Chanoine Villemagne, L’abbé Fabre. Poésies françaises et latines, Montpellier, 1925, p. 35, Cantiq (...)

« Sous ce voile admirable
Que pénètre ma foi,
Quel mystère adorable
S’opère devant moi »34.

  • 35 Sur ce thème de l’encouragement à la prière, voir G. Rideau, De la religion de tous à la religion (...)

31Par prière et cantiques spécialement écrits pour eux, Fabre encourageait ses auditeurs à approfondir personnellement leur foi35.

C. Le relationnel : vivre parmi les paroissiens et les paroissiennes

  • 36 Arch. dép. Hérault, Arch. Hôpital général Saint-Charles avant 1789, 3Hdt, B 540 (ancienne cote B 5 (...)
  • 37 M. Barral (éd.), op. cit., p. 120.

32La tonalité des relations est parfois affaire de personnes. Ainsi, à Cournonterral, des habitants préfèrent leur ancien curé, qui avait permuté son bénéfice avec Fabre, et tentent une démarche pour qu’il revienne. Ne le trouvant pas à Montels, ils lui laissent une lettre signée par quatorze personnes, où se reconnaît le nom du prévôt de la confrérie du saint sacrement. Le curé Mairoys a conservé la missive dans ses papiers : « Ne nous abandonnez point. [...] Je ne vous cite rien pour ne pas vous attrister davantage », écrivent-ils36. Dans la même paroisse, Mairoys est apprécié, le curé Fabre inquiète. Cependant, quelques années plus tard à Celleneuve, poursuivi par un compétiteur qui lui intente un procès pour récupérer la cure ou plutôt pour obtenir de lui une pension, il écrit à son neveu à propos des habitants de la paroisse qui le soutiennent : « Les gens d’ici sont des espèces de macassars dont, je ne sais comment, je suis devenu l’idole »37.

  • 38 Arch. mun. Cournonterral, dossier d’emprunt auprès du curé Fabre, 1777-1780.
  • 39 M. Barral (éd.), op. cit., p. 120.

33Les questions d’argent occupent peu de place dans les relations de Fabre avec ses paroissiens, sinon qu’il tire des pièces de sa cassette pour des aumônes, comme chaque ecclésiastique. Il prête une fois de l’argent à 5 % à la communauté de Cournonterral qui fait face à un procès. C’est le seul cas de prêt repéré38. La surveillance des récoltes, donc des dîmes, est une préoccupation majeure des prieurs décimateurs, pour empêcher les dissimulations. Fabre s’intéresse aux récoltes à la fin de sa vie, quand il perçoit les dîmes à Celleneuve. Il écrit ainsi à son neveu : « J’aurai probablement abondante récolte d’excellent vin, et si la paix revenait du ciel, elle me mettrait honnêtement à l’aise cette année. Nous avons pour recueillir les fruits le plus beau temps de la nature, et déjà la chose va grand train »39.

  • 40 Arch. dép. Hérault, G 3796, officialité de Montpellier, mariage Gros-Roger, 1782.

34Il n’y a pas que les récoltes à surveiller en parcourant le terroir, il faut aussi surveiller la population, la compter et fournir l’administration en statistiques. Le curé doit savoir qui sont et que font ses paroissiens, comment ils vivent et pratiquent leur religion, sans oublier le nombre des protestants, toujours demandé par le visiteur de passage, évêque ou archiprêtre. Il doit pouvoir dire combien d’enfants fréquentent l’école et donner son avis sur les enseignants ou la sagefemme. La monarchie souhaite aussi que l’Église empêche l’inceste, autrement dit que la population se conforme aux interdits du mariage catholique. Fabre a rencontré ce cas une seule fois dans sa carrière. Un couple de Celleneuve devait obtenir une dispense en cour de Rome, car deux grands-mères étaient sœurs. Fabre est rappelé à ses devoirs par le tribunal de l’officialité qui souhaite qu’il produise une généalogie à l’appui de la demande, comme le font ses confrères40.

35Le curé doit également surveiller les mœurs. Cette surveillance est cependant réciproque. On ne questionne pas dans le confessionnal sans être observé à son tour. À Cournonterral, le curé Fabre loge sa belle-sœur, veuve et désormais sans enfant à élever ; « une personne du sexe » vit au presbytère, est-il écrit lors de la visite de l’évêque en 1777. Sa présence devait être autorisée par le prélat. Fabre lit aussi des romans et, à l’occasion, les sort de sa bibliothèque pour les prêter. Au cœur d’une enquête, Amadis de Gaule, roman de chevalerie et best-seller de l’époque. Fabre prête ce livre à son vicaire Delort. L’histoire est relatée par l’archiprêtre :

« Je lui offris, dit le Sieur curé, les livres de votre bibliothèque et ceux de la mienne, mais ce fainéant ne choisit que deux romans, Amadis des Gaules et le Chevalier du Soleil. Le vicaire réplique : j’étois malade hors d’état de lire des livres sérieux et pourquoi, ajoute-t-il, le Sieur curé a-t-il dans sa bibliothèque non seulement ces deux livres de chevalerie errante que j’ai lus, mais tant de romans plus romans que je n’ai pas lus ».

  • 41 Ibid., archives de l’évêché de Montpellier, G 1356, dossier de l’affaire Delort, 1777. Reproduit da (...)

36Le vicaire Delort raccompagne une paroissienne un soir de carême. L’imprudent : cela est interdit dans le diocèse. Il ne voit pas malice à se voir proposer à l’auberge une omelette au lard, toujours dans le temps du carême, le naïf. Un ecclésiastique fait maigre en carême, comme les autres catholiques, et l’aubergiste est aussi protestant. L’histoire de l’omelette fait le tour du village. Le scandale public motive son déplacement et l’évêque a suivi le curé dans sa demande41.

  • 42 Arch. mun. Castelnau-le-Lez, BB 4, délibérations de la communauté, bureau de police, 7 mai 1758.

37Le jeune curé Fabre s’était aussi retrouvé à la place du naïf. Il se voit reprocher sur la place publique par une paroissienne de Castelnau de n’avoir rien vu, depuis qu’une « aventurière » s’est installée dans une maison pour y rencontrer des soldats. L’affaire provoque également un scandale public qui oblige le malheureux curé à chercher en hâte les secours du consul et, pour finir, à venir témoigner de sa mésaventure devant le bureau de police de la communauté42.

  • 43 M. Barral (éd.), op. cit., p. 42.

38Le curé devait se considérer à part des autres habitants et était pour cela tenu au port de la soutane. Fabre ne vit pourtant pas isolé. Il a réussi dans une sociabilité informelle, où sa famille et ses protecteurs ont tenu un rôle. Son neveu et sa belle-sœur sont choisis comme parrain et marraine à plusieurs reprises. Il transmet à son neveu le bonjour du vicaire et de la maîtresse d’école en 1774 : « M. Frère, notre régente, enfin tous ceux qui vous connaissent vous embrassent »43. Les capacités pédagogiques de cette régente étaient reconnues et le vicaire Frère était apprécié.

  • 44 J.-B. Fabre, Óbras complètas, 1983, n° 78 pour L’Operà d’Aubais et n° 80 pour Lo Sermon de Monsur (...)

39Les ménagers de Celleneuve sont présents auprès de lui en tant que témoins quand il passe des actes notariés, notamment quand il a fait son testament sur son lit de mort. Ils ont eu connaissance de ses problèmes familiaux puisque Fabre devait s’occuper d’une petite-nièce. On le croise dans d’autres milieux : mangeant chez Masclary, un notable de Cournonterral, écrivant à la marquise d’Aubais, dédicataire de son Operà d’Aubais, écrit en 1755, et familière des Saint-Priest dont Fabre fréquentera les salons par la suite. Le milieu de l’Intendance à Montpellier, l’intendant et sa famille ainsi que son secrétaire Daru, reconnaissaient sa valeur littéraire. Il ne s’agit plus de fidèles ou de paroissiens. Ce sont des auditeurs ou lecteurs, et des admirateurs. La circulation manuscrite de certaines pièces courtes, comme Le Sermon de M. Sistre, laisse penser que dans les milieux populaires de Montpellier, on connaissait aussi son œuvre, qui a été publiée sous son nom plus tard, pendant la Révolution44.

Conclusion

40Il n’est pas surprenant que l’image de l’abbé Fabre ait été positive dès la première édition de ses œuvres, tant il répondait à sa réputation de joyeux curé. Il a été moins bien perçu par des paroissiens ordinaires de Castelnau et Cournonterral où il était en deçà de ses obligations ministérielles. Il a séjourné dans sept paroisses qui forment un raccourci des relations possibles entre desservants et paroissiens : suivre si possible les règles, esquiver les conflits, garder du temps pour soi, dans son cas l’enseignement et l’écriture. En fin de vie, œuvrer pour chacun notamment au moyen de la prière, tout en se préoccupant des incrédules qui n’étaient pas les superstitieux censés peupler les campagnes de ses années d’apprentissage.

Notes

1 D. Bertrand-Fabre, Être curé en Languedoc au XVIIIe siècle. L’abbé Jean-Baptiste Fabre entre ministère et littérature occitane (1727-1783), thèse, histoire, université Montpellier 3, 1999, Lille, ANRT, 2004. Fabre a été ordonné prêtre à Nîmes en 1752 puis nommé vicaire à Aubais (département actuel du Gard). Il est curé successivement à Vic, Castelnau, Le Crès, Montels-les-Montpellier, Cournonterral et Celleneuve, paroisses situées dans le département actuel de l’Hérault.

2 N. Agamis, « Les rebaptisations de 1752 analysées par le biais des sources paroissiales de Petite Camargue », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine de Nîmes et du Gard, 14, 1998, p. 41-51 (BSHMCNG).

3 Arch. dép. Gard, 5MI 14/34, registres paroissiaux d’Aubais (1718-1761).

4 Arch. dép. Hérault, 5MI 1/8 (3E 93/1 vue 109/176, juillet 1766) et 5MI 1/5 (avril 1774), registres paroissiaux du Crès et de Cournonterral. La consultation en ligne des registres paroissiaux montre l’acte de Cournonterral dans le registre du greffe (3E 91/1, vue 121/309), à la date du 19 avril 1774. Il n’a pas été retranscrit en revanche par le curé dans le registre de la paroisse où il devrait figurer sur la vue 11/86, en GG 13. Négligence ou omission volontaire ?

5 G. Cholvy, « Le legs religieux de l’Ancien Régime au département de l’Hérault », Annales du Midi, 1973, 3, p. 303-326. Selon l’auteur, il y avait 11 % de non pascalisants en 1773 (tableau p. 311).

6 Sur Aubais, D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2004, p. 233-259. Pour ce village, nous disposons des mémoires exceptionnels d’un employé du seigneur local, Pierre Prion, dont les écrits ont été publiés dans deux ouvrages. Prion a connu le jeune vicaire Fabre. J.-M. Roger et E. Le Roy Ladurie (éds), Un village en Languedoc, la Chronologiette de Pierre Prion (1744-1759), Paris, 2007 ; E. Le Roy Ladurie et O. Ranum, Pierre Prion, scribe. Mémoires d’un écrivain de campagne au XVIIIe siècle, Paris, 1985.

7 J.-B. Fabre, Óbras complètas, Édition du bicentenaire, Montpellier, Institut d’études occitanes, 1983, nos 49, 78, 79, 80 ; J.-B. Fabre, Histoira de Jean l’an pres, édition trilingue, Montpellier, CRDP, 1988.

8 D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2004, p. 137-171, pour les dix années d’enseignement de Fabre.

9 Bibl. mun. Montpellier, ms 251, Œuvres de Jean-Baptiste Fabre. Les lettres ont été publiées dans deux recueils : M. Barral (éd.), Jean-Baptiste Fabre, Lettres à son neveu, le chevalier de Saint-Castor, 1774-1782, Montpellier, 1960 ; M. Barral (éd.), Abbé Jean-Baptiste Fabre. Correspondance et autres documents inédits, Montpellier, 2001.

10 D. Bertrand-Fabre, « Bureau de charité et fabrique : deux enjeux pour le pouvoir local dans un village du Bas-Languedoc, Castelnau-le-Lez au XVIIIe siècle », dans Religions et pouvoirs dans le Midi de la France de l’Antiquité à nos jours, Actes du LXXe Congrès de la Fédération du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, Nîmes, 2001, p. 211-226. Arch. dép. Hérault, 57Edt 5, Bureau de charité de Castelnau-le-Lez (1689-1789). Ibid., 8F 156, fonds de l’évêché, livre de l’œuvre de l’église Saint-Jean de Castelnau (1697-1772). En occitan, la fabrique est l’òbra, mot transcrit phonétiquement par lobro dans le registre.

11 Arch. dép. Hérault, C 8134, États du Languedoc, Réparations aux presbytères, lettre de Joubert à l’intendant Saint-Priest, 1775.

12 Ch.-J. Colbert, Statuts et ordonnances synodales du diocèse de Montpellier, Montpellier, 1727.

13 Arch. dép. Hérault, 3E 57/1, registre de Castelnau, collection du greffe, vue 48/347.

14 Ibid., 3E 57/1 (collection du greffe, consultable en ligne) et 30J 57/1 (collection de la paroisse), Castelnau-le-Lez, registres paroissiaux.

15 Arch. dép. Hérault, G 1974, archives du chapitre Saint-Pierre, mobilier des paroisses, 1777. Documents reproduits en annexes, n os 5 et 6, dans D. Bertrand-Fabre, op.cit., 2004.

16 J.-B. Fabre, op. cit., 1983, n o 80, p. 50, Épître à M. de Saint-Priest intendant du Languedoc à la fin de l’été 1778 ; Bibl. mun. Montpellier, ms 251, t. VI, p. 311.

17 Arch. mun. Montpellier, BB 1777-1780, délibérations du conseil de ville. A. Follain, « Fiscalité et religion. Les travaux aux églises et presbytères dans les paroisses normandes du XVIe au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1996, 82, p. 41-59.

18 Arch. dép. Hérault, 8F 156, registre de l’œuvre de Castelnau. L’ouvrage récusé pour la gestion de l’œuvre est le Dictionnaire de police générale de La Poix de Fréminville qui ne cite pas l’édit de 1695 dans sa rubrique « Compte de fabriques », Nîmes, Praxis-Lacour, 1989 (rééd. de 1771).

19 D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2001, p. 211-225.

20 Sur la dîme, en particulier dans les paroisses où a vécu le curé Fabre, D. Bertrand-Fabre, « Dîme et culture politique en Bas-Languedoc au XVIIIe siècle », dans F. Pugnière (dir.), Les cultures politiques à Nîmes et dans le Languedoc oriental du XVIIe siècle aux années 1970 : affrontements et dialogues, Paris, 2008, p. 39-57.

21 Arch. dép. Hérault, 57Edt 5, bureau de charité de Castelnau-le-Lez (1689-1789) ; D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2004, p. 88, figure 5.

22 Traduction : « Il me faut pourtant, derrière une sonnette, de nuit, de jour, galoper là-haut là bas, pour Toni, pour Annette, sans jamais m’arrêter, comme la navette d’un tisserand. Et que m’a valu tant de travail ? Somme liquide et nette, un gros rhume avec un point de côté », J.-B. Fabre, Òbras complètas, 1983, no 80, p. 49, Épître à M. de Saint-Priest, 1778.

23 Arch. dép. Hérault, 5E 6, Confrérie de la Vraie Croix, registre des cotisations, 1757.

24 A. Roque-Ferrier (éd.), « Notes historiques », Œuvres complètes languedociennes et françaises de l’abbé Fabre, 1878, t. I, p. LVIII. Le document original est perdu.

25 J.-M. Roger et E. Le Roy Ladurie, (éd.), op. cit., p. 247.

26 Arch. dép. Hérault, C 7513 et C 7516, États de Languedoc, messe, session du 28 janvier 1759. Remerciements à Arlette Jouanna et Henri Michel.

27 Bibl. mun. Montpellier, ms 251, t. IX, p. 360, Sermons.

28 J.-B. Fabre, Histoira de Jean l’an pres, op. cit., p. 162.

29 J.-M. Roger et E. Le Roy Ladurie, (éd.), op. cit., p. 165-167.

30 Ch.-J. Colbert, op. cit., Cas réservés nos 1 et 2.

31 J.-B. Fabre, Lo Tresor de Substancion, 1983, n° 78, p. 89.

32 Traduction : « vous qui maintenant conduisez tout sur le chemin du ciel, pour empêcher que le loup ne vous mange jusqu’au dernier petit agneau, savez-vous ce que je vous conseille ? Faites passer devant tout le troupeau », J.-B. Fabre, 1983, n° 80, p. 47.

33 M. Barral (éd.), op. cit., Lettre XI, 30 mars 1775, p. 62. La prière a été diffusée à son insu par l’épouse de l’intendant, Madame de Saint-Priest, à qui il en avait confié une copie.

34 Chanoine Villemagne, L’abbé Fabre. Poésies françaises et latines, Montpellier, 1925, p. 35, Cantique pour la Consécration au saint sacrifice de la Messe (ms f° 180). Le manuscrit Vernier, utilisé par le chanoine Villemagne et qui contient des poésies religieuses, n’a pas été retrouvé.

35 Sur ce thème de l’encouragement à la prière, voir G. Rideau, De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au XVIIIe siècle, Rennes, 2009 (thèse).

36 Arch. dép. Hérault, Arch. Hôpital général Saint-Charles avant 1789, 3Hdt, B 540 (ancienne cote B 519), Succession de François Mairois (Mairoys).

37 M. Barral (éd.), op. cit., p. 120.

38 Arch. mun. Cournonterral, dossier d’emprunt auprès du curé Fabre, 1777-1780.

39 M. Barral (éd.), op. cit., p. 120.

40 Arch. dép. Hérault, G 3796, officialité de Montpellier, mariage Gros-Roger, 1782.

41 Ibid., archives de l’évêché de Montpellier, G 1356, dossier de l’affaire Delort, 1777. Reproduit dans D. Bertrand-Fabre, op. cit., 2004, annexes 3 et 4.

42 Arch. mun. Castelnau-le-Lez, BB 4, délibérations de la communauté, bureau de police, 7 mai 1758.

43 M. Barral (éd.), op. cit., p. 42.

44 J.-B. Fabre, Óbras complètas, 1983, n° 78 pour L’Operà d’Aubais et n° 80 pour Lo Sermon de Monsur Sistre. Au moins un poème anonyme de Fabre a paru en 1771 ou 1772 dans une feuille locale, G. Barral (éd.), op. cit., p. 39.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search