Version classiqueVersion mobile

L’Église, le clergé et les fidèles en Languedoc et en pays catalan

 | 
Gilbert Larguier

Avant-propos

Gilbert Larguier

Texte intégral

1Les relations entre le clergé et les fidèles sont probablement un des aspects les moins bien connus de la vie de l’Église, voire de la vie en société. Elles ont fait l’objet de beaucoup moins d’attention que les institutions religieuses, les controverses doctrinales ou les membres du clergé lui-même. Les fidèles sont les grands absents des sources ecclésiastiques.

2Elles nous échappent en grande partie. Les témoignages directs sont extrêmement rares en effet. Lors des visites pastorales, les évêques écoutaient les paroissiens, mais le temps consacré à chaque paroisse était bref et il est peu probable que dans leurs ordonnances de visite ils aient fait état de tout ce qu’ils avaient entendu. Les ordonnances s’étendent d’ailleurs davantage sur l’état matériel des églises, leur mobilier et leur décoration. Les listes de pascalisants, de confirmés, de membres de confréries de piété ou de pénitents, précieuses, disent beaucoup sur les pratiques, peu sur les relations avec les pasteurs. En fait, on connaît assez mal ces derniers dans l’exercice de leur ministère. Des livres proposant des modèles de prêtres accomplis informent davantage sur des attentes, sur l’évolution de la pastorale, que sur des expériences vécues bien documentées. Ces ouvrages ont pu servir de sources d’inspiration, de guides dans les séminaires, d’exemples à opposer à des prêtres peu appliqués à leurs devoirs. Ils ne paraissent cependant qu’après que l’Église catholique eut entrepris de donner une formation soignée aux séculiers.

3Ces dernières sources – ce ne sont que des exemples – peuvent être considérées comme émanant de l’Église. Du côté des laïcs, on ne dispose de rien de tel : des bribes au mieux, des considérations factuelles sur des individus. Aussi, est-on condamné souvent à se tourner vers les séries documentaires où sont rapportés les griefs faits aux ecclésiastiques ou aux paroissiens. Elles sont connues, à défaut d’avoir été toujours étudiées avec le soin qu’elles mériteraient afin de ne pas en rester aux cas qui ont pu marquer l’opinion.

  • 1 Arch. dép. Hérault, C 6516-6880, 14305-14311.

4Les plaintes contre des ecclésiastiques indignes, violents ou même voleurs ne sont pas rares. Les curés déplorent le comportement de leurs ouailles hors des églises, mais aussi pendant les offices. Les placets adressés au commandant en chef de la province du Languedoc recèlent ainsi des dizaines de lettres de curés de paroisse excédés par les incivilités, les paroles injurieuses, les gestes déplacés, voire les violences dont ils sont la cible1. Celles-ci sont trop nombreuses dans le temps –environ 1730-1789– et dans l’espace, car aucun diocèse du Languedoc n’est épargné, pour qu’on n’en tienne pas compte. Encore faudrait-il disposer de sources complémentaires afin de les interpréter correctement. Les missives de subdélégués chargés de se renseigner relativisent parfois le degré et l’origine des tensions dénoncées. Nombre de dénonciations ont pour motif les danses que les villageois continuaient à pratiquer malgré des interdictions répétées. Les marques d’irrespect paraissent beaucoup plus nombreuses dans les secteurs où une partie des habitants étaient protestants, plus graves à l’égard des vicaires que des curés en titre.

5Des tensions ont manifestement existé entre les prêtres et les membres de leur troupeau. Au-delà de la personnalité des individus, clercs ou laïcs, quelle est leur représentativité ? La nature et la conservation des sources risquent de renvoyer une image inexacte. Les incidents laissent davantage de traces que les situations paisibles, les situations conflictuelles concernent le plus souvent un nombre restreint de paroissiens sans qu’il soit facile de déterminer s’il s’agit d’énergumènes ou d’individus agissant au nom de groupes plus larges. La nature des relations change néanmoins au XVIIe siècle. L’effort de réforme interne auquel procède l’Église catholique avec le concile de Trente influe à terme sur les rapports entre les prêtres et les fidèles. Les prêtres résidents sont aiguillonnés par les évêques et leurs statuts synodaux. Cela ne les rapproche pas pour autant de leurs fidèles. L’effet inverse se produit souvent. Leur meilleure formation en fait des lettrés. Ç’en est fini des prêtres dont on a pu dresser le portrait au XVIe siècle, en accentuant leurs travers, ignorant quasiment le latin, hésitant sur les préceptes du Décalogue. L’acculturation ecclésiastique tend à isoler les prêtres post-tridentins, davantage dans les campagnes encore que dans les villes.

  • 2 Cf. la contribution de Claude-Marie Robion, « L’Église contre la danse... ».
  • 3 Soulatgé, dép. Aude, arr. Carcassonne, c. Mouthoumet. La paroisse dépendait du diocèse de Narbonne

6Certains s’en sont fait l’écho sans détour. L’exemple de l’abbé Tailhant, auteur du Jugement contre les danses... (1693), traité soigneusement composé et documenté, est tout à fait représentatif2. Curé de Soulatgé, modeste paroisse d’une cinquantaine de feux située dans les Corbières profondes3, il représentait d’une certaine manière le fruit et la réussite de l’œuvre de réforme telle que l’avait conduite Nicolas Pavillon, l’évêque d’Alet, dont il poursuivait le combat contre les danses. L’illustre prélat, dès son arrivée en 1639 dans son diocèse déshérité, avait entrepris d’y introduire les directives du concile de Trente, de corriger les mœurs dissolues de la population et du clergé par la fondation d’un séminaire, la tenue régulière de synodes, la rédaction de statuts synodaux, d’un rituel, d’ordonnances de visites pastorales. L’abbé Tailhant représente la nouvelle génération des prêtres « réformés ». Son traité témoigne d’une double, voire d’une triple distance à l’égard de ses paroissiens : des mœurs, de la langue, du savoir, les trois étant intimement liés. Sur sa langue, qu’il sait maîtriser parfaitement, il avertit : « je suis un recteur de village, presque enseveli depuis de longues années dans les hautes Courbières [...] où j’en ay presque perdu l’habitude, à cause que je suis obligé de parler en public et en particulier ce gros patois du Païs, pour me faire entendre de mes paroissiens ». « Enseveli » : le terme est sans ambiguïté. Soulatgé : une cure-prison, pour ne pas dire une cure-tombeau pour un curé cultivé peu accordé avec son troupeau ?

  • 4 G. Larguier, « Un prêtre... ».

7Cet exemple n’est pas très éloigné de celui, trois quarts de siècle plus tard, du curé de Saint-Pierre-dels-Forcats, paroisse de Cerdagne dépendant du diocèse d’Urgel. Rédigeant des instructions à l’intention de ses successeurs, Joseph François Auberge est catégorique : le prêtre doit rester à distance de ses paroissiens. Leur fréquentation ferait obstacle à celle des livres, favoriserait l’oisiveté, source de tous les vices. Pour lui, l’homme d’Église devait assumer cette distinction, être un homme d’étude au milieu d’un monde d’ignorance4.

8Ceci n’était cependant qu’un aspect de leur condition. Les prêtres ne venaient ni ne restaient pas seuls dans leurs bénéfices. Une proportion non négligeable d’entre eux étaient des héritiers, destinés aux ordres sacrés parce qu’un parent jouissait déjà d’un bénéfice. C’était le cas du curé Auberge. Les prêtres restaient très attentifs aux membres de leur famille, subvenaient aux besoins ou suivaient de près l’éducation de neveux ou de nièces comme l’abbé Fabre écrivain de talent, s’entremettaient pour faciliter les rencontres et les mariages de proches. Ce rôle, surtout lorsque des lignées se perpétuaient dans des bénéfices, conduisit parfois à faire passer quelques personnalités pour de véritables « chefs de clans ».

9Les paroissiens n’étaient pas toujours passifs ni dépourvus d’initiatives dans la vie paroissiale. Ils participaient à l’administration des fabriques sur lesquelles on n’est pas toujours aussi bien renseigné qu’on le souhaiterait, en Languedoc notamment, à un moindre degré en pays catalan. Ces dernières, ainsi que les confréries de piété, disposaient de ressources employées pour une part à la décoration intérieure des édifices. Les prêtres participaient souvent sur leurs propres deniers à celle-ci. Lorsqu’on étudie avec attention la genèse des retables, si nombreux en Roussillon, on observe une forte implication des paroissiens à titre individuel ou collectif. Leur participation ne se limitait pas à une contribution financière. Des fidèles intervenaient dans le choix des sujets représentés et des artistes.

10Derrière des conditions d’exercice des prêtres apparemment similaires, une assez grande diversité avait cours cependant. C’est vrai pour la décoration des églises, très inégale selon les lieux et les régions, la vitalité des confréries de métiers et de prière, la liberté d’initiative aussi dont jouissaient les fidèles, moins grande lorsque les paroisses dépendaient de puissants chapitres cathédraux. La place des prêtres dans la vie villageoise différait également en fonction du statut des desservants. Un vicaire, un congruiste, ne disposaient pas de la même autorité que les titulaires de gros bénéfices, même s’ils n’en supportaient pas certains désagréments comme la perception des dîmes, source de conflits de plus en plus vifs à mesure que le XVIIIe siècle s’avance.

11Joseph François Auberge, Provençal transplanté en Cerdagne, attire l’attention sur le rôle des prêtres dans la vie des familles, sur l’attente éventuelle de celles-ci par le biais de sa réticence à entrer dans les maisons, à recevoir les testaments, pratique courante en Roussillon à laquelle il n’adhérait pas. Il ne s’agit pas là de détails, sur le moment comme à terme, car cela ne fut pas sans influence par exemple sur l’attitude du clergé au moment de la Révolution et du changement de statut qu’impliquait la constitution civile du clergé.

12Tenter de cerner ces nuances, à l’aide de situations et de cas concrets, de replacer dans leur contexte les relations du clergé avec les fidèles, profondément différentes au XVIIIe siècle de ce qu’elles étaient au XVIe, est l’objet de cet ensemble de contributions dont on apercevra aisément la complémentarité si l’on s’attache à les lire attentivement, ainsi que la résonnance, beaucoup plus large que le Languedoc et le Roussillon sur lesquels elles portent principalement.

Notes

1 Arch. dép. Hérault, C 6516-6880, 14305-14311.

2 Cf. la contribution de Claude-Marie Robion, « L’Église contre la danse... ».

3 Soulatgé, dép. Aude, arr. Carcassonne, c. Mouthoumet. La paroisse dépendait du diocèse de Narbonne.

4 G. Larguier, « Un prêtre... ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search