Versión clásicaVersión móvil

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Quatrième partie. Empires, lendemains d'empires et crises postcoloniales

L’armée française en intervention sur le continent africain depuis 1994 : représentations photographiques, enjeux stratégiques et pratiques journalistiques

François Robinet

Resumen

Les événements qui se sont déroulés au Rwanda en 1994 constituent pour le continent africain un moment majeur de retournement des rapports entre États et le début du déclenchement d’une véritable « guerre mondiale africaine » selon l’expression de Colette Braeckman.
Dans ce contexte agité, loin de se détourner du continent noir, la France ancienne puissance coloniale s’est impliquée à de multiples reprises dans certains de ces conflits. Dès lors, l’analyse des représentations photographiques de l’armée française en intervention sur le continent africain m’a paru s’imposer
La construction du corpus s’est concentrée sur les représentations photographiques présentées dans trois quotidiens (Le Monde, Libération, Le Figaro) et dans quatre hebdomadaires (Paris Match, Le Point, Le Nouvel Observateur, L’Express) tout en proposant une mise en perspective à partir de comparaisons avec la couverture effectuée par le 20 heures de France 2 entre 1994 et 2008. L’étude des représentations photographiques de l’armée française par sept grandes rédactions doit nous éclairer sur les enjeux médiatiques que revêt la diffusion d’images de l’armée, sur les processus de production d’images de guerre ainsi que sur la contribution des médias dans la construction des représentations que les Français peuvent se faire du rôle de leur armée, dans un temps qui n’est pour la France, ni un temps de paix, ni de guerre

Texto completo

  • 1 Cet « effet CNN » a depuis largement été contesté par de nombreux chercheurs : voir P. Robinson, « (...)

1Quand les soldats américains quittent la Somalie au début de l’année 1994, nombreux sont les analystes qui mettent en avant l’influence des images de guerre sur l’opinion publique et sur la prise de décision politique (le fameux et très controversé « effet CNN1 ») ; en effet, la diffusion d’images de soldats américains trainés dans les rues de Mogadiscio aurait convaincu l’administration Clinton de mettre fin à l’Opération Restore Hope lancée quelques mois plus tôt, alors que les images de jeunes enfants somaliens faméliques se multipliaient sur les écrans américains.

2Dans ce contexte post-Guerre froide agité, loin de se détourner du continent noir, l’ancienne puissance coloniale que fut la France est intervenue à de multiples reprises et sous différentes formes dans certains conflits africains : opérations d’évacuation des ressortissants français et européens (Amaryllis au Rwanda, Espadon en Sierra Leone…), mise en place d’une force d’interposition (Licorne en Côte d’Ivoire) ou intervention à « vocation humanitaire » (Turquoise au Rwanda, Eufor au Tchad), la France s’est impliquée près d’une vingtaine de fois en Afrique depuis 1994, soit seule, soit avec d’autres pays de l’Union européenne, ou encore sous l’égide de l’ONU.

  • 2 Pour une première approche de ces enjeux : J.-M. Charon, A. Mercier (dir.), Armes de communication (...)

3Dès lors, dans le cadre d’une étude sur les images produites à l’occasion des conflits, l’analyse des représentations photographiques de l’armée française sur le continent africain doit pouvoir nous éclairer sur les enjeux médiatiques et stratégiques2 que revêt la diffusion d’images de l’armée dans des périodes qui ne sont pour la France, ni vraiment un temps de paix, ni totalement un temps de guerre.

4Nous confronterons cette hypothèse à l’analyse des représentations photographiques présentées dans trois quotidiens français (Le Monde, Libération, Le Figaro), trois news hebdomadaires (Le Point, Le Nouvel Observateur, L’Express) et un magazine de photoreportage (Paris Match) sept titres assurant une certaine diversité en termes de périodicité, de positionnement politique ou de place accordée à la photographie. Nous ferons plus spécifiquement porter nos analyses sur trois moments durant lesquels l’armée française se trouve fortement impliquée à savoir le génocide et la guerre civile au Rwanda (avril-août 1994), la guerre civile en Côte d’Ivoire (2002-2005) et la tentative de renversement d’Idriss Déby au Tchad en février 2008, autant de choix qu’il nous faut dans un premier temps justifier afin de montrer ensuite en quoi l’analyse de ces représentations met, au moins partiellement, en lumière le fonctionnement des médias et les modes de communication de l’armée française.

1. L’armée française en Afrique : entre discrétion et forte médiatisation

5Dans un premier temps, nous avons établi une chronologie des interventions militaires effectuées par la France depuis 1994 et pour chacune d’entre elles nous avons tenté d’évaluer l’importance de la médiatisation. Ensuite, de manière classique en histoire, le corpus a été traité quantitativement et qualitativement, en accordant une grande importance à l’analyse sémiotique des images et aux liens entre celles-ci et le paratexte. Notre approche révèle ainsi à la fois de fortes variations dans la visibilité des interventions françaises mais aussi un regard des médias souvent articulé autour de représentations positives et stéréotypées de l’armée.

1.1. Une couverture très inégale des interventions françaises

6Nous avons d’abord recensé le nombre d’articles publiés pour chaque intervention identifiée afin d’évaluer leur niveau de médiatisation.

  • 3 Ont été recensés, tous les articles concernant les situations de crise ou de conflit dans lesquels (...)

Fig. 1 : Nombre d’articles recensés pour chaque intervention militaire3

Fig. 1 : Nombre d’articles recensés pour chaque intervention militaire3
  • 4 Afin d’évaluer plus précisément l’intensité de la médiatisation, ces résultats ont été confrontés (...)

7Ce recensement4 permet de dégager quatre degrés de médiatisation des interventions françaises (figure 2) et de noter que seules deux interventions ont bénéficié d’une très forte exposition dans les colonnes de la presse française. Il s’agit d’abord de l’opération Turquoise menée au Rwanda du 22 juin au 21 août 1994, officiellement dans un but humanitaire alors qu’un génocide et une guerre civile sont en cours. Ensuite, l’opération Licorne lancée en Côte d’Ivoire en septembre 2002, en vertu d’accords de défense et dans le but de s’interposer entre les troupes de Laurent Gbagbo et les groupes « rebelles ».

Fig. 2 : L’inégale médiatisation des principales interventions militaires

Nombre de sujets important/Intérêt fort

Interventions assez largement couvertes

Interventions peu couvertes ou alors de manière très ponctuelle

Couverture très faible

-Turquoise-Rwanda (1994)
-Licorne-Côte d’Ivoire (2002 -)

-Tchad (2008)
-Pélican et Antilope-RC (1997)
-Almandin 1 et 2-RCA (1996-1997)-Comores (1997)

-Malachite-RDC (1998)
-Azalée 1 et 2-Comores (1995- 1996)
-Iroko-Guinée-Bissau (1998-1999)
-Artémis-RDC (2003)

-Espadon-Sierra Leone (1997)
-Boali-RCA (2002-2003)
-Khaya-Côte d’Ivoire (1999)
-Khor-Angar-Djibouti (1999-2001)
-Aramis-Cameroun (1996-2007)
-Croix du Sud-Niger (1994-1995)

  • 5 A laquelle on ajoutera l’opération Amaryllis et le retour fait par la presse en 1998 et 2004 sur l (...)

8Dès lors, il nous a paru nécessaire de centrer notre corpus sur les deux interventions les plus couvertes, Turquoise5 et Licorne ainsi que sur l’opération au Tchad en février 2008 (protection de l’aéroport de Ndjamena et évacuation des ressortissants français) ce qui permet d’obtenir un corpus riche, qui couvre toute la période 1994-2008, des opérations de nature diverse, et qui nous autorise à aborder la question de la mémoire du génocide rwandais souvent traitée par le biais de questionnements sur le rôle de la France.

  • 6 Le choix a été fait de comptabiliser toutes les photographies montrant la présence militaire franç (...)

9Ensuite, l’analyse quantitative du corpus ainsi constitué révèle les principales thématiques abordées par la couverture photographique (figure 3). Sur un corpus de 735 photographies, 22, 5 % (166) représentent de manière directe l’armée française en intervention6 ce qui atteste de la très forte visibilité de ces interventions.

Fig. 3 : Les principaux thèmes abordés par les photographies du corpus

Armée française

Autres thèmes

Rwanda 1994

16, 4 % Rang : 3

1-Réfugiés (39, 2 %), 2-Mort/Morts (19, 2 %) 4-Belligérants (5, 6 %)

Rwanda 1998

22, 3 % Rang : 2

1-Commission Quilès (28, 2 %), 2-Mort/morts (14, 1 %), 4-Rescapés ou blessés (8, 23 %)

Rwanda 2004

6, 9 % Rang : 4

1-Tueurs/génocidaires (25, 8 %), 2-Rescapés/blessés (22, 4 %) 3-Mémorial/Ossuaires (8, 6 %) 4-Mort/morts (6, 9 %) + Kagamé (6, 9 %).

Côte d’Ivoire 2002

21, 4 % Rang : 1

2-Manifestants ivoiriens (16, 1 %), 3-Soldats rebelles (15, 2 %), 4-L. Gbagbo : 10, 7 %.

Côte d’Ivoire 2004

44, 2 % Rang : 1

2-Manifestants ivoiriens : 15, 8 % 3-L. Gbagbo : 13, 7 % 4-Soldats loyalistes : 6, 3 %.

Tchad 2008

52, 1 % Rang : 1

1-Soldats français (52, 1 %), 2-I. Déby (17, 4 %), 3-Conséquences matérielles des combats (13 %), 4-Mort/morts-8, 7 %.

  • 7 A l’exception de la couverture des événements de Côte d’Ivoire par L’Express en 2004.

10On observe cependant des variations d’un conflit à l’autre. Si la présence militaire française s’affiche largement lors des événements au Tchad et en Côte d’Ivoire au point d’être le premier thème abordé par les photographies du corpus (plus de 50 % des clichés dans le cas du Tchad), pour le Rwanda, en 1994, ce thème ne vient qu’en troisième position après les clichés de réfugiés et de victimes ; pour les périodes de retour sur les événements rwandais de 1998 et 2004, les clichés sur l’armée françaises sont relativement nombreux en 1998 (22, 3 % des photographies) mais beaucoup moins en 2004 (moins de 7 % des clichés). Des variations fortes peuvent aussi être observées d’une rédaction à l’autre. Dans le cas du Point, du Figaro, de Paris Match et du Nouvel Observateur, la part des photographies portant sur l’armée française représente nettement plus du quart des photos publiées sur un conflit. A l’inverse, pour L’Express, Libération et Le Monde, ce thème n’apparaît jamais sur plus du tiers des clichés7 et souvent moins.

1.2. Un regard qui s’articule autour de quelques représentations dominantes

  • 8 Pour un exemple archétypal, voir Le Figaro, 1er octobre 2002, p 2.
  • 9 C’est également un grand classique des guerres d’Indochine et du Viêt-Nam : J. Portes, « Voir la g (...)

11Quatre représentations dominantes de l’armée française en intervention ont pu être dégagées. La première8 présente les soldats français en mission d’observation, de contrôle voire en déplacement9. Il s’agit de la figuration la plus fréquente avec plus du quart (27,7 %) des clichés recensés sur l’armée française et elle est présente pour tous les conflits étudiés, dominante dans la couverture des événements en Côte d’Ivoire en 2002-2003 (60, 4 % des clichés) mais également bien représentée pour le Tchad (25 % des clichés) et le Rwanda en 1998 (26,3 % des clichés) ; ce type de représentations passe en revanche au second rang lors de la couverture des événements rwandais de 1994 et de ceux de Côte d’Ivoire en 2004. De manière très stéréotypée, les mêmes scènes sont choisies : soldats français à un barrage, surveillant une route ou un panorama ou encore en patrouille sur un véhicule blindé… Sont mises ici en valeur des opérations de « police » qui visent à ramener le calme dans un pays étranger ; en général, il n’y a aucune menace apparente et la situation paraît bien contrôlée par les militaires français. Les titres et les légendes font d’ailleurs régulièrement référence à des espaces « contrôlés » ou qui sont « sécurisés » par les soldats français.

  • 10 L’action humanitaire de la France au Biafra avait déjà été mise en scène par les JT français de l’ (...)
  • 11 Et dans de très rares cas pour les événements en Côte d’Ivoire. Aucun cas recensé pour le Tchad en (...)

12La deuxième représentation dominante correspond au thème des secours apportés par l’armée aux populations africaines10 (20,5 % des clichés représentant l’armée en intervention). Contrairement à la représentation précédente, celle-ci apparaît surtout au moment de l’opération Turquoise11 (60,9 % des clichés évoquant l’armée française lors des événements de 1994) ; des clichés de ce type sont cependant aussi utilisés en 1998 pour couvrir les débats de la mission d’information Quilès (36,8 % des clichés sur l’armée française) puis à un degré moindre en 2004 lors des célébrations de l’anniversaire des dix ans du génocide (25 % des clichés sur l’armée française). Cette thématique se décline sous des formes multiples : secours apportés aux populations africaines déplacées, protection des plus fragiles et notamment des enfants, mission de déchargement et de distribution de vivres, soins apportés aux malades voire pour Turquoise enterrement des morts.

  • 12 Ces clichés constituent une figure récurrente de nombreux conflits du XXe siècle notamment lors de (...)
  • 13 Voir par exemple : P. Forestier, « La légion adopte Angelo », 18 août 1994, Paris Match, p 64-65.
  • 14 Voir par exemple V. Hugeux, « Les désarrois du contingent français », L’Express, 4 août 1994, p 20 (...)

13Deux archétypes principaux de cette représentation ont pu être dégagés en fonction de la scène présentée et des symboles utilisés. Assez fréquemment un soldat français est isolé avec un enfant qu’il semble prendre sous sa protection12 ; les plans sont en général des plans moyens ou des plans rapprochés qui permettent de lire l’émotion ou la détresse dans les regards, le contexte pouvant cependant apparaître en arrière plan. Le soldat français incarne ici de manière symbolique à la fois le sauveur mais aussi le protecteur13. Un autre archétype14 de cette représentation dominante présente des plans d’ensemble de camps avec une foule de réfugiés, en général des femmes et des enfants et au centre un soldat français distribuant des produits alimentaires, prodiguant plus rarement des soins de base aux malades ou encore assurant par sa présence la sécurité des réfugiés. En général, le soldat apparait sans ses attributs guerriers (pas d’armes, pas de véhicule militaire) et c’est son rôle humanitaire face à une population en détresse qui est mis en valeur. Les légendes renforcent encore l’interprétation de l’image en insistant sur la générosité des soldats qui apportent une « aide précieuse » ou « offrent leur ration de vivres ».

  • 15 Un bon exemple est donné par la photographie de P. Guyot dans R. Girard, « les terribles récits de (...)

14La troisième représentation dominante15 correspond au thème de l’évacuation des Français et/ou des Occidentaux. Ce thème (18,6 % des clichés montrant l’armée française en intervention) est la principale représentation donnée de l’armée française lors des événements au Tchad début 2008 (75 % des clichés présentant l’armée) ; elle est également très présente lors de l’intervention en Côte d’Ivoire (18,9 %) et au début des événements rwandais avec l’opération Amaryllis (10 %). Proche de la représentation précédente, elle s’en distingue cependant du fait de ses déclinaisons thématiques, et des codes et symboles mobilisés. Les différentes étapes de l’évacuation sont photographiées (opération d’exfiltration, convois vers des zones sûres, embarquement à l’aéroport…) dans des scènes très stéréotypées : l’armée est en général présente sous la forme d’un (parfois plusieurs) soldat (s) en armes (ce qui souligne le danger et le fait que ces soldats très concentrés et très bien équipés sont des professionnels) mais aussi très souvent d’un véhicule dans lequel s’engouffre un groupe de personnes avec leurs bagages.

  • 16 Aucun dans le cas du Rwanda et du Tchad alors que plusieurs articles font référence à un engagemen (...)
  • 17 Une thématique pourtant très présente dans la couverture photographique des guerres d’Indochine ou (...)
  • 18 Voir par exemple le cliché de T. Gouegnon dans M. Boller, « La grande peur des ressortissants fran (...)
  • 19 Ces formes d’euphémisation peuvent rappeler les appellations rassurantes données aux opérations mi (...)

15Enfin, une dernière représentation importante se caractérise par des figurations de soldats français en position de combat. Peu de scènes d’affrontements ont été diffusées16 (elles ne représentent que 16,3 % des clichés sur l’armée française17) mais dans le cas des événements ivoiriens, ces scènes sont tout de même présentes dans plus de 25 % des photos évoquant l’intervention française. Il s’agit souvent des mêmes clichés18 qui montrent l’armée française confrontée aux groupes rebelles ou à des civils manifestant leur soutien à Laurent Gbagbo. S’il est difficile de dégager ici un archétype de cette représentation, les situations de combat ne sont pas forcément immédiatement apparentes, la violence est souvent seulement suggérée et les titres comme les légendes vont dans le sens d’une euphémisation de la violence de l’armée française (elles soulignent par exemple le fait que les soldats français ripostent ou qu’ils cherchent à contenir le feu de leurs adversaires dans un contexte où ils sont pris pour cible)19.

  • 20 « Côte d’Ivoire : pour qui sonne le glas », Paris Match, 11 novembre 2004, pp 38-44.

16En dehors de ces quatre représentations dominantes de l’armée française, d’autres formes plus rares ont pu être recensées. Il s’agit de quelques photographies sur la mort de neuf soldats français lors du bombardement de leur campement à Bouaké (16 % des clichés évoquant l’armée française dans le cas de la Côte d’Ivoire en 2004). Si Le Figaro et Le Point publient seulement un cliché de la cérémonie en hommage à ces victimes, Paris Match choisit de leur consacrer un grand nombre de photographies avec un photoreportage20 de huit pages qui présente entre autres un plan de la cérémonie et des cercueils, un autre des ruines de la base française après le bombardement et plusieurs images d’archive familiale des victimes en tenue militaire ou lors de moments de détente ; la tonalité générale de l’article est à la compassion, la tristesse et la fierté nationale. Paris Match fait le choix à travers ces images et les titres et légendes qui les accompagnent, de faire de cet événement un drame national le jour où sont célébrés en France les « Poilus » tombés lors de la 1re Guerre Mondiale. Une seconde forme encore plus rare (moins de 3 % des clichés), qui va également dans le sens d’une personnification de l’armée, est celle de soldats photographiés au moment de leur départ, soit au moment des préparatifs, soit au moment des adieux à leur famille (idée du sacrifice et du déchirement). Enfin, notons une dernière forme rare qui est celle de plans de hauts cadres de l’armée en mission d’inspection ou en discussion avec leurs hommes.

  • 21 L’exposition de la puissance de l’armement, de la qualité de l’équipement, de l’aide apportée aux (...)
  • 22 B. Paqueteau a montré qu’alors que dans les années 60 post Guerre d’Algérie, la télévision s’intér (...)
  • 23 Les débuts de l’opération Turquoise ou encore l’ouverture de la mission d’information Quilès sont (...)

17Ces représentations assez cohérentes, réinvestissent finalement certaines figures assez classiques21 et s’inscrivent dans la continuité des représentations qui émergent dès la fin des années 197022 : le soldat français est d’abord un professionnel qui œuvre pour la paix, intervient pour sauver et protéger des réfugiés et/ou des ressortissants en danger avec un équipement et un armement perfectionné dont il n’est fait usage qu’en dernier recours. Ces images très positives s’inscrivent dans un certain alignement diplomatique des rédactions à l’égard de la politique menée par les autorités françaises ; elles n’empêchent pas cependant l’existence d’articles qui peuvent être très critiques vis-à-vis de cette politique23. Comment pouvons-nous expliquer de tels choix et quels sont leurs effets ?

2. Des représentations qui résultent de facteurs complexes et multiples et qui revêtent des enjeux importants notamment pour les autorités françaises

  • 24 Pour une première approche : M. Mathien, « Les médias et l’actualité de défense », p 15-30.

18Il ne s’agit pas pour nous ici, dans les limites de cet article, de traiter de l’ensemble des facteurs susceptibles d’influencer les représentations analysées précédemment, mais plutôt de proposer certaines pistes permettant de comprendre celles-ci en interrogeant à la fois les enjeux que peuvent revêtir ces clichés, les liens entre journalistes et militaires24, et enfin les conditions de production de ces images en temps de guerre.

2.1. Des enjeux fondamentaux pour l’armée française

19Il nous paraît d’abord nécessaire de mettre en valeur certains des enjeux que peut revêtir la diffusion de ces photographies pour l’armée et les autorités françaises.

  • 25 Nous renvoyons ici aux objectifs définis dans Le Livre blanc sur la Défense de 1994. Celui-ci préc (...)
  • 26 Le Ministère de la Défense commande chaque année des enquêtes sur l’image de l’armée. Or, il se tr (...)

20De manière générale, les années 1990 sont marquées pour l’armée par un besoin croissant de communication du fait de la fin de la Guerre froide et de la suspension du service national en 1996 ; il apparaît dès lors de plus en plus nécessaire à l’institution de justifier son rôle25 et de soigner son image26. Force est de constater que la valorisation des images d’une armée en mission humanitaire correspond plutôt bien à ces objectifs.

  • 27 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre article : « Voir/ne pas voir la mort : les représenta (...)

21Dans les trois cas étudiés, ces représentations photographiques revêtent un second enjeu dans la mesure où elles ont pu contribuer à légitimer les interventions françaises en territoire étranger. Ainsi, lors de l’opération Turquoise, les photographies des soldats français en mission humanitaire (enterrement des corps, soins aux malades, protection des réfugiés…) vont de pair avec de nombreux clichés de réfugiés agonisants27 ; la juxtaposition de ces deux types de scènes donne une forte légitimité, voire une nécessité morale absolue, à l’intervention française alors que celle-ci fit l’objet de polémiques. De même, les nombreux clichés de la force Licorne dans ses missions de protection des ressortissants français ou de sécurisation de villes et de quartiers ivoiriens ont pu contribuer à la légitimation de cette intervention auprès de l’opinion française, tout comme ceux présentant l’intervention au Tchad comme particulièrement efficace.

  • 28 « Rwanda, la terreur et l’exode », Paris Match, 21 avril 1994, pp 60-61.
  • 29 Sur les effets de la couverture médiatique des événements rwandais sur la politique étrangère des (...)

22En outre, il faudrait aussi questionner les enjeux liés à l’absence de représentations. Plusieurs exemples nous paraissent assez féconds. Le premier concerne l’opération Amaryllis au Rwanda, au tout début du génocide pour laquelle nous n’avons relevé qu’un cliché28 montrant les soldats français évoluant dans le contexte d’une population confrontée à la mort de masse ; on peut s’interroger sur les effets possibles de cette sous-représentation des scènes montrant les signes du génocide et les nombreux corps qui commençaient à s’empiler au bord des routes empruntées par les véhicules militaires français29. Le second exemple concerne le Tchad ; alors que plusieurs articles et témoins mentionnent un soutien apporté par l’armée aux troupes d’I. Déby, aucun cliché ne montre les soldats français en situation de combat, scènes qu’il aurait certainement fallu ensuite justifier auprès de l’opinion.

23Si globalement, les représentations véhiculées de l’armée française sont plutôt valorisantes, certaines images ont cependant pu être à l’origine de polémiques et parfois même être utilisées contre l’armée française. Ainsi, au début de l’opération Turquoise, plusieurs photographies montrent les soldats français accueillis par une foule en liesse avec des drapeaux français et des pancartes remerciant la France. Sans précision de contexte, ces photographies pourraient renforcer une vision positive de cette opération ; cependant, plusieurs rédactions soulignent qu’au sein de cette foule se trouvent des génocidaires, précision qui renvoie aux polémiques sur le rôle de la France et surtout fragilise l’idée avancée par les autorités d’une force neutre et impartiale. Ces clichés seront d’ailleurs largement repris en 1998 pour symboliser la proximité entre la France et le régime génocidaire.

  • 30 Dans l’émission 90 minutes, Canal +, 30 novembre 2004.

24Dans le cas de la Côte d’Ivoire, un reportage du magazine 90 minutes30 va générer un début de polémique. Celui-ci contient en effet des images montrant la violence des tirs effectués par l’armée française le 9 novembre devant l’hôtel Ivoire et de nombreux plans de victimes ivoiriennes. Alors qu’au moment de l’événement, les rédactions étudiées n’ont présenté que peu d’images et ont eu tendance à euphémiser la violence des tirs français, suite à cette diffusion, de nombreux articles reviennent sur la fusillade, obligeant le Ministère de la Défense à monter au créneau pour contrer les effets désastreux des images diffusées par Canal +, parfois reprises dans la presse.

25Au total, ces représentations de l’armée en intervention dans une situation de conflit à l’étranger revêtent donc des enjeux multiples et variés. L’armée a-t-elle la capacité, les compétences et les moyens d’influencer les représentations qui sont véhiculées d’elle-même ? Quels sont les autres facteurs à l’origine de ces représentations ?

2.2. Les conditions de production de l’information en temps de guerre comme facteur déterminant des représentations diffusées

26Parmi les nombreux facteurs susceptibles d’influencer le regard des journalistes sur les interventions militaires françaises, deux nous paraissent ici pouvoir être analysés plus en détail à partir de notre corpus.

  • 31 On pense notamment au thème de l’armée irakienne censée être la 4e armée du monde en 1990 ou aux i (...)
  • 32 En 1991, les journalistes, regroupés dans des pools, étaient contraints de signer une charte des j (...)
  • 33 H. Couteau-Bégarié, « Guerre, information et propagande », p 3.

27Le premier concerne les possibilités d’accompagnement, voire d’encadrement, des reporters et des photoreporters par l’armée française. De la propagande mise en place par les belligérants lors de la 1re Guerre mondiale aux opérations plus récentes de diffusion d’informations stratégiques31 et de tentatives de contrôle des journalistes américains en Irak32, l’information ne cesse de constituer un enjeu fondamental dans les situations de conflit ce qui fait dire à Hervé Couteau-Bégarié que « les comportements d’hier se renouvellent aujourd’hui, complétés par des méthodes nouvelles issues de la révolution des médias »33. S’il ne nous est pas forcément possible de restituer la diversité et la complexité des relations entre les journalistes et les militaires, plusieurs informations importantes peuvent tout de même être tirées de notre corpus.

  • 34 C’est en 2001 que l’Etablissement cinématographique et photographique des armées créé en 1969 cède (...)
  • 35 Voir notamment D. Birck, La télévision et le Rwanda ou le génocide déprogrammé, p. 181-197.
  • 36 Zone créée au sud-ouest du Rwanda par l’armée française officiellement dans le but de protéger les (...)
  • 37 Une analyse des ressorts de la communication officielle française lors des événements rwandais est (...)
  • 38 Ce phénomène n’est pas spécifique aux trois conflits couverts : A. Gunthert écrit à propos de la 1(...)

28Un des moyens traditionnellement utilisés par l’armée pour valoriser son action à l’étranger est de produire elle-même ses propres images. Or, rares sont les images de ce type recensées dans notre corpus, sauf dans le cas du conflit tchadien pour lequel 40 % des clichés ont été fourni par l’ECPAD34. Cependant, lorsqu’elle n’est pas directement à l’origine des images produites, l’armée peut également influencer le regard porté par les journalistes sur l’événement à travers les informations fournies par ses porte-parole et ses responsables. Ainsi, une des constantes de ces conflits, c’est le poids des sources militaires françaises dans les sources citées par les journalistes français ; le Service d’informations et de relations publiques des armées (SIRPA) a par exemple assuré une intense communication lors de l’opération Turquoise35 avec des points presse quotidiens, la participation des responsables militaires à de nombreuses émissions et interviews, l’organisation de convois avec les journalistes vers la « zone humanitaire sûre »36, autant d’outils qui permettent à l’armée française de valoriser son action au service des réfugiés. Ajoutons que le point de vue français s’exprime également via la voix des autorités françaises dont les analyses sont en général très cohérentes avec celles des militaires37. Dès lors, dans les titres et légendes s’impose le vocabulaire des voix françaises qui évoquent des opérations de sécurisation, d’évacuation ou en faveur de la paix et nombreuses sont alors les photographies qui illustrent les objectifs affichés par la France. Il semble donc qu’on puisse parler ici d’un effet de contamination des discours politiques et militaires sur l’analyse que les médias font de la situation38.

  • 39 En 2004, J.–F. Bureau qui était alors directeur de la Dicod et porte parole du Ministère de la Déf (...)
  • 40 Ainsi P. Robert, reporter photographique à Sygma dans les années 1990, témoigne déjà en 1996 de la (...)
  • 41 Voir M. Mathien, « L’information dans la guerre », p 21-60.

29Outre ce conditionnement du regard des médias, l’armée française embarque aussi parfois des journalistes, ce qui permet à ces derniers d’accéder de manière sécurisée aux lieux de l’événement. De nombreuses images, fixes et animées, ont ainsi été tournées depuis les convois de l’armée française, nouvelle forme du journaliste embarqué39, que ce soit à Kigali ou à Abidjan. Il s’agit là d’une forme de dépendance vis-à-vis de la logistique des militaires (surtout quand le contexte est tendu pour les Occidentaux) et cette maîtrise du terrain et des déplacements peut permettre aux militaires d’aider les journalistes à voir ce qui est dans le champ et à occulter ce qui ne doit pas y entrer40. Cette influence passe enfin par un certain nombre de moyens permanents qui ont été mis en place41 (les Sirpas sont désormais coordonnés depuis 1998 par la Dicod) avec une forte concentration des efforts sur l’accompagnement des médias auprès des unités en opération.

  • 42 Nous pensons bien sûr ici notamment aux photographies prises par des soldats américains à Guantana (...)
  • 43 Si quelques exemples de clichés amateurs ont été recensés, notre corpus ne nous a pas vraiment per (...)

30Ainsi, si les mesures coercitives mises en place par l’armée française à certaines époques pour contrôler l’information ont sans doute disparu, celle-ci a su adapter sa communication et mettre en place des outils, des structures et des moyens technologiques qui lui permettent d’accompagner voire d’encadrer le regard que portent les journalistes sur l’événement. Cependant, cette maîtrise croissante peut parfois se trouver démunie face au professionnalisme des journalistes, à la multiplication des sources d’images en provenance des militaires42 ou de témoins civils43, et il est sûr qu’elle ne suffit pas à expliquer l’ensemble des représentations véhiculées.

31En effet, notre corpus peut permettre d’analyser le rôle d’autres facteurs ayant trait à l’influence des imaginaires sur les pratiques journalistiques. En premier lieu, certains photographes semblent d’abord aller chercher l’information qu’ils s’attendent à trouver (surtout lorsqu’ils connaissent mal le terrain) d’où la mobilisation de représentations traditionnelles et stéréotypées de l’Afrique. Cette influence des représentations que le professionnel se fait de l’événement se traduit aussi par les transcriptions en images d’un imaginaire national encore marqué par le rôle positif de la France à l’étranger. Par ailleurs, il nous semblerait important de questionner les rapports qui existent entre le regard des photoreporters, les attentes des rédactions (l’évolution des cadrages dominants) et les attentes supposées du public ; d’autres contextes ont en effet montré comment les photographes et les rédactions sont à la recherche de scènes symboliques favorisant la mise en récit de l’information et susceptibles de faire immédiatement sens pour les lecteurs, d’où ces nombreuses photographies quasi interchangeables de soldats sauvant ou protégeant un enfant/orphelin (qui renvoient à la mission civilisatrice de la France) ou encore ces scènes de ressortissants protégés d’un contexte hostile par les militaires (qui renvoient ici à l’image d’une Afrique barbare, voire sauvage) qui ont en outre le double avantage de pouvoir générer l’émotion du lecteur et d’être parfois spectaculaires. Enfin, on peut estimer que le poids de l’audience a tendance à favoriser la diffusion de ces images assez consensuelles de l’armée articulées autour de la fierté nationale, de l’identification à l’action française à l’étranger (valorisation du « nous français »), d’images spectaculaires et/ou dramatiques (les Français en danger). En effet, les représentations étudiées peuvent faire l’objet d’un relatif consensus et être acceptées par des spectateurs ayant plutôt une sensibilité de droite (rôle de l’armée, idée de puissance et de rayonnement français…) comme par ceux qui ont plutôt une sensibilité de gauche (respect des droits humains, rôle en faveur de la paix…).

32Si toutes les interventions de l’armée française ne bénéficient pas d’une forte médiatisation, plusieurs conclusions peuvent être tirées de l’analyse de la couverture de ces trois interventions.

33En dépit de contextes très contrastés, nous avons finalement mis en valeur une faible diversité des représentations photographiques qui sont diffusées de l’armée depuis 1994 ; la part importante de celles-ci dans la couverture photographique de ces conflits et la récurrence de certaines scènes attestent de la focalisation du regard des rédactions françaises sur quelques aspects de ces interventions militaires ; de nombreux autres aspects de l’événement restent dans l’ombre et les points de vue critiques sur le rôle de l’armée françaises demeurent relativement marginaux ou cantonnés à quelques périodes bien délimitées.

34Cette image globalement positive des interventions de l’armée résulte de facteurs complexes et multiples (cadrages dominants, contraintes logistiques et matérielles, interaction avec les différents acteurs, poids des imaginaires, stratégies des rédactions…) mais il semble bien que la capacité d’influence de l’armée sur ces représentations soit réelle (bien qu’elle varie en fonction des contextes et des journalistes présents sur le terrain). S’il y a manifestement des actions organisées et coordonnées de la part des autorités, il s’agirait désormais de mieux évaluer les liens entre communication politique et communication militaire, l’action et l’influence des services de renseignement sur le contenu des articles ou encore celle de cellules de communication de crise parfois mises en place pour remporter la bataille médiatique.

Bibliografía

Bibliographie

Ambrosetti David, La France au Rwanda. Un discours de légitimation morale, Paris, Karthala, 2001, 153 p.

Bureau Jean-François, « Embedded : le reportage de guerre live », dans Charon Jean-Marie, Mercier Arnaud (dir.), Armes de communication massive. Information de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS Editions, 2004, p 83-87.

Birck Daniel, « La télévision et le Rwanda ou le génocide déprogrammé », Les Temps modernes, n° 583, 1995, p. 181-197.

Charon Jean-Marie, Mercier Arnaud, Armes de communication massive. Information de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS Editions, 2004, 274 p.

Couteau-Bégarié Hervé, « Guerre, information et propagande », dans Couteau-Bégarié Hervé, Les médias et la guerre, Paris, Economica, 2005, p 1-85.

Gervereau Laurent (et al.) (dir.), Voir/ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, Somogy/BDIC, 2001, 351 p.

Gervereau Laurent, Montrer la guerre, information ou propagande, Paris, Isthme/CNDP, 2006, 143 p.

Gunthert André, « Guerre du Golfe : la représentation en crise », Vingtième Siècle, vol 32, 1991, p 83-85.

Jankowski Barbara, « Les relations armées-société en France », Pouvoirs, n° 125, avril 2008, p 93-107.

Jung Barbara, « L’image télévisuelle comme arme de guerre. Exemple de la guerre du Biafra, 1967-1970 », Bulletin de l’Institut P. Renouvin, n° 26, 2007, p 49-63.

Steven Livingston, « Limited vision. How both the American media and government failed Rwanda » dans Thomson Allan (dir.), The media and the Rwanda genocide, Londres, Pluto Press, 2007, p 188-197.

Mathien Michel, « L’information dans la guerre », dans Mathien Michel (dir.), L’information dans les conflits armés, Paris, L’Harmattan, 2001, p 21-60.

Mathien Michel, « Les médias et l’actualité de défense. Les journalistes face aux militaires ou vice-versa », Quaderni, n° 36, 1998, p 15-30.

Paqueteau Bernard, Grande muette, petit écran. Présence et représentation du militaire dans les magazines de reportage : 1962-1981, Paris, FEDN, 1986, 463 p.

Portes Jacques, « Voir la guerre : Indochine, Corée et Viêt Nam », dans Gervereau Laurent (dir.), Voir/ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, Somogy/BDIC, 2001, p 143-149.

Robert Patrick, « Erosion du prestige des reporters et effets sur le terrain », dans Les manipulations de l’image et du son, Actes du Colloque Rencontres internationales-Média-Défense, Paris, Hachette, 1996, p 45-54

Robinson Piers, « Global Television and Conflict Resolution : Defining the Limits of the CNN Effect », dans Media and Conflict : framing issues, making policy, shaping opinions, dans Eytan Gilboa (dir.), Trannational Publishers, 2002, p. 175-192.

Notas

1 Cet « effet CNN » a depuis largement été contesté par de nombreux chercheurs : voir P. Robinson, « Global Television and Conflict Resolution », p. 175-192.

2 Pour une première approche de ces enjeux : J.-M. Charon, A. Mercier (dir.), Armes de communication massive, p 101-109.

3 Ont été recensés, tous les articles concernant les situations de crise ou de conflit dans lesquels est intervenue l’armée française dans la limite des dates de ces interventions. Une exception : l’opération Licorne pour laquelle le recensement porte uniquement sur deux périodes de renforcement de la couverture (septembre 2002-janvier 2003 puis novembre 2004).

4 Afin d’évaluer plus précisément l’intensité de la médiatisation, ces résultats ont été confrontés à un recensement du nombre de sujets du JT de 20H de France 2 consacrés à ces interventions.

5 A laquelle on ajoutera l’opération Amaryllis et le retour fait par la presse en 1998 et 2004 sur les événements rwandais de 1994.

6 Le choix a été fait de comptabiliser toutes les photographies montrant la présence militaire française ainsi que quelques photographies pour lesquelles la légende évoque des conséquences des actions de l’armée française.

7 A l’exception de la couverture des événements de Côte d’Ivoire par L’Express en 2004.

8 Pour un exemple archétypal, voir Le Figaro, 1er octobre 2002, p 2.

9 C’est également un grand classique des guerres d’Indochine et du Viêt-Nam : J. Portes, « Voir la guerre : Indochine, Corée et Viêt Nam », p 143-149.

10 L’action humanitaire de la France au Biafra avait déjà été mise en scène par les JT français de l’époque : B. Jung, « L’image télévisuelle comme arme de guerre », p 49-70. Pour l’Indochine, de nombreux clichés montrent aussi les « bonnes actions » menées par l’armée française auprès des populations locales : J. Portes, « Voir la guerre : Indochine, Corée et Viêt Nam », p 143-149.

11 Et dans de très rares cas pour les événements en Côte d’Ivoire. Aucun cas recensé pour le Tchad en février 2008.

12 Ces clichés constituent une figure récurrente de nombreux conflits du XXe siècle notamment lors des guerres de Corée, d’Indochine et du Viêt Nam.

13 Voir par exemple : P. Forestier, « La légion adopte Angelo », 18 août 1994, Paris Match, p 64-65.

14 Voir par exemple V. Hugeux, « Les désarrois du contingent français », L’Express, 4 août 1994, p 20-21.

15 Un bon exemple est donné par la photographie de P. Guyot dans R. Girard, « les terribles récits des exactions d’Abidjan », Le Figaro, 12 novembre 2004, p 6.

16 Aucun dans le cas du Rwanda et du Tchad alors que plusieurs articles font référence à un engagement direct de l’armée française.

17 Une thématique pourtant très présente dans la couverture photographique des guerres d’Indochine ou du Viêt Nam : J. Portes, « Voir la guerre : Indochine, Corée et Viêt Nam », p 143-149.

18 Voir par exemple le cliché de T. Gouegnon dans M. Boller, « La grande peur des ressortissants français », Le Figaro, 9 novembre 2004, p 4.

19 Ces formes d’euphémisation peuvent rappeler les appellations rassurantes données aux opérations militaires en Algérie entre 1954 et 1962.

20 « Côte d’Ivoire : pour qui sonne le glas », Paris Match, 11 novembre 2004, pp 38-44.

21 L’exposition de la puissance de l’armement, de la qualité de l’équipement, de l’aide apportée aux populations locales constituent des figures récurrentes de la couverture des conflits de la Seconde moitié du XXe siècle : L. Gervereau, Voir/ne pas voir la guerre, 351 p.

22 B. Paqueteau a montré qu’alors que dans les années 60 post Guerre d’Algérie, la télévision s’intéresse peu à une armée qui souffre d’être considérée comme nuisible et inutile. Les années 1975-1981 sont marquées par le retour à une stratégie de communication offensive de la part de l’armée qui est désormais présentée à la télévision française comme une assurance sécurité dans un monde dangereux. De nombreux sujets, magazines et documentaires insistent sur le sérieux et l’efficacité de l’armée française et « l’image du baroudeur ou du soldat de la République est échangée contre celle du technicien spécialisé » : B. Paqueteau, Grande muette, petit écran, 463 p.

23 Les débuts de l’opération Turquoise ou encore l’ouverture de la mission d’information Quilès sont deux périodes durant lesquelles certains journalistes se montrent assez critiques quant aux choix français.

24 Pour une première approche : M. Mathien, « Les médias et l’actualité de défense », p 15-30.

25 Nous renvoyons ici aux objectifs définis dans Le Livre blanc sur la Défense de 1994. Celui-ci précise entre autres que « la gestion médiatique devient l’un des éléments de la stratégie militaire » et que « l’information est désormais au cœur de toute politique de Défense ».

26 Le Ministère de la Défense commande chaque année des enquêtes sur l’image de l’armée. Or, il se trouve qu’entre 1990 et 2007, la part des Français ayant une bonne opinion des armées est passée de 74 % à 87 % : cité par B. Jankowski, « Les relations armées-société en France », p 95.

27 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre article : « Voir/ne pas voir la mort : les représentations de la mort dans la couverture médiatique de l’Afrique des Grands Lacs », Questions de communication, n°21, octobre 2011.

28 « Rwanda, la terreur et l’exode », Paris Match, 21 avril 1994, pp 60-61.

29 Sur les effets de la couverture médiatique des événements rwandais sur la politique étrangère des Etats, voir : S. Livingston, « Limited vision », p 188-197.

30 Dans l’émission 90 minutes, Canal +, 30 novembre 2004.

31 On pense notamment au thème de l’armée irakienne censée être la 4e armée du monde en 1990 ou aux informations américaines sur les armes de destruction massives qu’aurait possédé l’Irak en 2003 : J-M Charon, A. Mercier (dir.), Armes de communication massive, 276 p.

32 En 1991, les journalistes, regroupés dans des pools, étaient contraints de signer une charte des journalistes et assimilés qui spécifiait leurs droits et leurs obligations. En 2003, l’expérience des pools fut adaptée avec la pratique des journalistes embedded : J.-F. Bureau, « Embedded : le reportage de guerre live », p 83-87.

33 H. Couteau-Bégarié, « Guerre, information et propagande », p 3.

34 C’est en 2001 que l’Etablissement cinématographique et photographique des armées créé en 1969 cède la place à l’Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense, établissement public dépendant du Ministère de la Défense dont l’action est coordonnée par la Dicod (Délégation à l’information et à la communication de la Défense).

35 Voir notamment D. Birck, La télévision et le Rwanda ou le génocide déprogrammé, p. 181-197.

36 Zone créée au sud-ouest du Rwanda par l’armée française officiellement dans le but de protéger les populations menacées par des forces armées.

37 Une analyse des ressorts de la communication officielle française lors des événements rwandais est proposée par D. Ambrosetti dans La France au Rwanda. Un discours de légitimation morale, 153 p.

38 Ce phénomène n’est pas spécifique aux trois conflits couverts : A. Gunthert écrit à propos de la 1ère Guerre du Golfe : « l’une des vraies nouveautés de cette guerre aura été l’ampleur avec laquelle ces représentations, issues de l’autorité politico-militaire, ont été relayées par l’appareil médiatique », A. Gunthert, « Guerre du Golfe : la représentation en crise », p 84.

39 En 2004, J.–F. Bureau qui était alors directeur de la Dicod et porte parole du Ministère de la Défense, considère qu’il s’agit de pratiques assez courantes de la part de l’armée française que ce soit en Irak, en Côte d’Ivoire ou en Iturie : J.- F. Bureau, Embedded : le reportage de guerre live, p 83-87.

40 Ainsi P. Robert, reporter photographique à Sygma dans les années 1990, témoigne déjà en 1996 de la difficulté croissante pour les photoreporters de ne pas être pris en charge et d’accéder au théâtre des événements : P. Robert, « Erosion du prestige des reporters et effets sur le terrain », p 45-54.

41 Voir M. Mathien, « L’information dans la guerre », p 21-60.

42 Nous pensons bien sûr ici notamment aux photographies prises par des soldats américains à Guantanamo.

43 Si quelques exemples de clichés amateurs ont été recensés, notre corpus ne nous a pas vraiment permis d’évaluer l’ampleur de ce phénomène.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search